au fil du Kerala

2 semaines au Kerala
Février 2019
15 jours
1

N.B. : Tekkadi/Kumily se trouve à la frontière du Tamil Nadu et du Kerala et selon le côté de la frontière où on se trouve, on dit Tekkadi ou Kumily. Il s'agit en fait du même village.

Après quelques jours à Madurai, c'est un véritable plaisir de quitter la pollution, la chaleur écrasante et le bruit pour rejoindre les hauteurs.

La route pour accéder à Kumily qui se trouve à 12OO m est certes sinueuse mais la campagne environnante est superbe. On roule au milieu de plantations de thé, d'hévéas, de café... et les montagnes alentour culminent parfois à 2000 m.

Kumily offre un grand nombre de guesthouses accueillantes. Moi j'aime revenir dans la guesthouse de Suresh, Green view. L'accueil y est chaleureux, le jardin est agréable et l'endroit est charmant.

Et ce sont les vaches du voisin qui viennent de temps en temps, en invitées, tondre l'herbe...

suresh greenview 
2
fleur de bananier 

Autour de Kumily il y a beaucoup de jardins d'épices et en visiter un c'est s'assurer de recevoir beaucoup d'informations sur les épices.

Nous avons choisi de visiter le jardin d'Abraham qui dispense, toujours avec la même bienveillance, beaucoup d'explications sur les plants de son jardin qu'il nous fait parfois goûter. En plus, Abraham a une appréciable qualité : il parle bien le français.

Cardamome (qui pousse au pied des arbres et dont la récolte a lieu tous les 45 jours), plants de café et de thé, poivre, cabosses de cacao qui contiennent les fèves, belimbi (pour assaisonner les poissons), bananiers, clous de girofle... des fleurs inconnues et de superbes bambous. Beaucoup de découvertes.

le jardin d'Abraham 
3

Nous retrouvons Ashi, notre chauffeur de tuktuk et après une halte pour siroter un masala chai nous allons visiter une plantation de thé. Il n'y avait pas de cueilleuses de thé quand nous sommes arrivées mais nous avons pu discuter avec Shangar, Mutu et les autres cueilleurs de poivre qui grimpent sur de drôles d'échelles pour cueillir le poivre qui pousse sur des lianes qui s'enroulent autour des arbres.


plantation de thé 
4

Au centre du parc national de Periyar - à 4km de Kumily - se trouve le lac du même nom qui a une surface d'environ 25 km2. La promenade en bateau sur le lac est sensée nous permettre d'apercevoir des animaux sauvages (tigres ?). En réalité, on n'en voit pas vraiment beaucoup mais la promenade reste néanmoins très agréable.

le lac de Periyar 
5

Le kalarippayatt est un art martial originaire de l'Inde du Sud et il serait l'une des plus anciennes techniques d'art martial et de techniques médicales connues. En effet, les gourous de kalarippayatt sont à la fois guerriers et médecins car ils sont sensés connaître aussi bien les techniques qui tuent que celles qui soignent.

L'entraînement, dans le kalari, implique toute une série de rituels symboliques destinés à acquérir discipline et concentration afin d'harmoniser respiration et mouvements ainsi que des sauts et des exercices de souplesse qui sont la base de l'enseignement du kalarippayatt.

L'initiation commence par l'apprentissage du maniement des armes en bois et c'est seulement au bout de plusieurs années que commence l'étude des armes métalliques (la dague, l'épée, la lance, le bouclier...)

Comme dans de nombreux arts martiaux traditionnels, la plupart des techniques s’inspirent du règne animal : éléphant, cheval, lion, chat, serpent, coq, sanglier…

Nous assistons donc à un spectacle de kalarippayatt, dans une ambiance bon enfant le soir. Les acteurs sont impressionnants et n'hésitent pas à faire participer le public à certaines de leurs démonstrations.


démonstration de kalarippayatt 
6

Le dernier soir de notre séjour à Kumily nous nous accordons un moment de détente avec un super massage ayurvédique (samporna Abhyanga) au salon Aaramam (à recommander) avant une découverte culinaire : le puttupodi

En passant devant un petit restaurant je suis intriguée par un drôle d'appareil à quatre cylindres posé sur la plaque de gaz et je demande donc au cuisinier de me renseigner.

En fait, chacun des tubes est empli de riz puis mis à cuire à la vapeur avec de la noix de coco. Lorsque la cuisson est terminée, le riz est extrait du cylindre d'aluminium et servi avec des parotas et un curry.

Nous avons goûté et... c'est délicieux.

massage 
puttupodi 

Le lendemain, nous quittons Kumily cette agréable et reposante petite ville perchée sur les hauteurs qui, de plus, offre l'avantage d'être bien moins fréquentée par les touristes que sa voisine, Ooty.

7

La route est très sinueuse pour aller de Kumily mais elle est très belle. Nous avons opté pour une voiture avec chauffeur plutôt que de prendre de nouveau le car. Mais malgré ça, il aura fallu plus de 5 heures pour parcourir les 150 km avec simplement un arrêt de 20 minutes pour déjeuner.

A Kollam, je choisis de retourner dans la guesthouse de Joseph que je connais depuis plusieurs années. Un endroit paisible avec un beau jardin en bordure du grand lac Ashtamudi.

ashtamudi villas 
8

Kollam est un des plus anciens ports de la côte de Malabar du Kerala et c'était autrefois un des plus importants ports dans le commerce des épices. La ville est située sur une péninsule entre la mer et le lac Ashtamudi relié au réseau des backwaters.

Certes, la ville elle-même n'a pas beaucoup de charme mais ses quartiers en bord de lac et ses alentours sont très agréables.


9

A peine sommes nous arrivées à Ashtamudi villa que Joseph nous embarque pour assister à la fête de Saint-Sébastien à Thekkumbhagam à quelques kilomètres du centre de Kollam.

Saint Sébastien est le patron des pêcheurs et tout autour du lac, c'est la fête. L'église Saint Joseph de Thekkumbhagam s'illumine de toutes les couleurs de l'arc en ciel, les habitants font des autels devant les maisons, les feux d'artifice crépitent, les loupiotes brillent partout, les orchestres jouent sur les barques et Saint Sébastien fait le tour du lac en bateau et en musique...

Plus kitsch tu meurs !... Incredible India.

l'église Saint Joseph 
10
kettuvallam 

Le kettuvallam est une sorte de maison flottante qui était autrefois utilisé pour le transport du riz et des épices. Le développement du réseau routier a conduit à l'abandon de ce mode de transport et le kettuvallam a été aménagé pour devenir une embarcation touristique essentiellement construite avec des matériaux locaux.

Il est composé d'une coque constituée de longues planches de bois courbées et reliées entre elles par de la fibre de coco avant d'être enduites de résine de cajou et d'un toit de chaume dont la structure est faite de bambou.

Au départ de la guesthouse de Ashtamudi villas, nous embarquons sur un kettuvallam qui a accosté devant la guesthouse pour une journée de navigation silencieuse sur le lac et les canaux avec le personnel de bord : le capitaine, le navigateur et le cuisinier. Un moment magique...

Il est possible de passer la journée ou encore un ou plusieurs jours sur le kettuvallam puisqu'il équipé de chambres. Cette année, nous avons choisi de ne naviguer que la journée sur le lac mais si vous allez dans le Kerala je vous conseille vivement de vous offrir 24 heures à bord d'un kettuvallam. Dans ce cas, le bateau navigue dans la journée puis jette l'ancre en fin d'après-midi, généralement non loin d'un village dans lequel il est possible de faire une promenade pendant que le cuisinier prépare le dîner. Se réveiller le matin sur le bateau, au chant des oiseaux, avant le petit déjeuner est un grand plaisir.


les backwaters 

Généralement les repas sont excellents mais j'ai vraiment l'impression, cette fois-ci que le cuisinier s'est surpassé.

Kingfish, friture, poulet grillés, riz keralais, frites de bananes vertes, sauce masala, sauce à la mangue, bananes vertes, crudités... Pour ce repas abondant, nous n'étions pas seules puisque 4 autres locataires d'Ashtamudi villas étaient avec nous.

repas sur le kettuvalam 
11


Les eaux du lac Ashtamudi sont très poissonneuses et les pêcheurs sortent le matin pour certains en fin d'après-midi pour d'autres. A leur retour les poissons - certains ont des couleurs étonnantes - sont vendus (souvent aux enchères) et emportés parfois... sur des scooters.

le port de Kollam 



12

Dans le cocotier, tout est utilisé et c'est pourquoi on l'appelle parfois l'arbre de vie.

Le bois de la tige est utilisé dans la construction, la sève est consommée fraîche sous forme de sirop ou fermentée sous forme d'alcool (le toddy), séchée sous forme de sucre (jaggery), la palme, séchée et tressée, sert comme matériau de construction pour les toits et parfois les murs ou pour fabriquer certains objets, la pulpe séchée sert à la fabrication d'huile, la fibre est utilisée pour fabriquer des paillassons, des cordes... etc.

le coir 

La fibre de coco ou coir (de kayaru, corde en malayâlam) est une fibre végétale, naturelle qui entoure et protège la noix de coco, fruit du cocotier. Elle permet aux noix de coco qui tombent dans l'eau de flotter et d'aller se déposer plus loin permettant ainsi à l'espèce de se reproduire.

Pour exploiter ce coir, après en avoir ôté le fruit, les "écorces" sont placées dans des filets et mises à tremper dans l'eau pendant un minimum de 3 mois ce qui permet aux bactéries de dissoudre la gomme qui soude les fibres entre elles. Les fibres sont détachées des écorces puis séchées au soleil avant d'être passées dans une roue pour mieux les détacher les unes des autres. Elles sont ensuite filées sur des rouets rudimentaires et le fil est câblé en 2 puis plusieurs brins. La deuxième étape est renouvelée jusqu'à obtenir le diamètre de corde souhaité.


13

Après Kollam, nous partons pour Cochin et nous avons décidé de prendre le ferry jusqu'à Allepey pour profiter une dernière fois des backwaters.

8 heures de bateau pour parcourir 90 kilomètres ! Le temps de discuter avec les autres passagers et de faire des rencontres intéressantes tout en profitant du paysage... et même de s'accorder une petite sieste sur le pont du bateau.



14

Hindous, Chrétiens, Musulmans, Juifs... ont fait de Cochin une ville multiculturelle au charme indéniable contrairement à Ernakulam, la partie moderne de la ville moderne.

Le Dutch palace, Mattancherry, Jew town, la synagogue... et surtout le port avec ses nombreux filets de pêche chinois (ce sont d'énormes filets de pêche fixes suspendus sur de longues perches de bambou), les retours de pêche (surtout le matin), ses marchands de poissons, toutes les rues alentour...

15


La vieille ville - avec Bazaar road pour les achats de souvenirs - a une architecture et une ambiance particulières avec ses entrepôts, ses maisons anciennes, ses commerces d'épices... Nhésitez à aller vous perdre au-delà de la rue marchande pour découvrir des ruelles pleines de charme.


la vieille ville de Cochin 
16

Depuis 2012, tous les deux ans, Cochin organise une biennale qui prend place dans un parc en bord de mer et essaime dans plusieurs lieux de la ville.

la biennale 
17

Le voyage en Inde se termine... Je quitte le Kerala avec un souvenir qui m'accompagnera un long moment : à Cochin, je me suis laissée tenter par un zen-drum que je vais pouvoir utiliser très rapidement.