Barcelone, la ville de Gaudi

4 étapes
2 commentaires
1
Nous avons découvert cette ville en aout 2010 en amoureux et y sommes retournés plusieurs fois depuis. Nous sommes toujours ravis de nous y rendre. C'est un incontournable européen!
Août 2010
4 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Nous posons nos bagages pour quelques jours dans l'hôtel Ayre Granvia situé près du château de Montjuic. L'hôtel est très agréable, les chambres sont spacieuses et très propres. Notre chambre donnait sur la route mais sans conséquence sonore.

Chambre à l'Ayre Granvia
Vue depuis la chambre

Nous partons à l'assaut de la ville: direction La Rambla En quittant l'hôtel, nous apercevons la château de Montjuic qui était une forteresse militaire surplombant la ville, maintenant transformée en musée militaire.

Château de Montjuic 

Nous traversons des rues de la ville et apercevons différents éléments d'architecture originaux.

Après quelques kilomètres de marche, nous atteignons l'entrée de la fameuse rue, près du port, où se dresse la colonne de Christophe Colomb. C'est une statue haute de 60 mètres représentant l'explorateur le bras tendu vers la mer et les Indes. Elle peut être visitée, un ascenseur monte jusqu'au sommet et offre une vue panoramique sur l'ensemble de la ville. Lors de notre passage, la colonne était malheureusement fermée au public et elle ne peut accueillir plus d'une quinzaine de personnes en même temps. Sur la tour, de nombreuses sculptures retracent la vie et les voyages de Colomb.

Colonne de Christophe Colomb 
En amont de La Rambla 

Surprise: deux hommes entièrement nus se promènent dans la rue, l'un d'entre eux s'étant faittatouer un slip. Ce n'est que le début des folies... Sur La Rambla, les touristes assistent à des"shows" tous plus fous les uns que les autres. Les rabatteurs de restaurant ainsi que les objetsproposés par des vendeurs à la sauvette sont omniprésents. Ce n'est pas une rue que l'on peut faire tranquillement (même en longeant les murs). En 2012, nous nous sommes même faits arrêter deux fois par des faux policiers habillés en civil qui nous demandaient une somme d'argent sous peine de nous emmener au poste... Ils nous avaient présenté leur "cartes" de policiers, coincées entre une carte de fidélité Sephora et une carte bleue... Mieux vaut être prévenu en arpentant cette rue: les arnaques sont très répandues et les touristes de bonnes cibles.

La Rambla

La rue vaut évidement le détour puisque très connue mais le plus agréable est le marché couvert: impossible de ne pas visiter La Boqueria. A l'intérieur, on découvre une palette de couleurs magnifiques: fruits exotiques, légumes, jus, épices... C'est incroyable, on a envie de tout acheter !

Nous remontons la rue vers la place de Catalunya, bordée de grands magasins (Zara, Desigual, Corte Ingles...). Un parc de 5 hectares permet de se reposer quelques instants à l'ombre. Étant en Espagne, nous sommes obligés d'honorer la boisson traditionnelle: nous voilà avec un demi litre chacun de Sangria pour commencer la soirée.

Sur le retour, nous faisons une halte devant le poste de police équipé de panneaux solaires et prenons quelques photos avant que des policiers viennent nous dire qu'il était interdit de photographier l'établissement!

Fatigués de notre journée, nous dinons au Taps, à quelques rues de notre hôtel. Au menu, de très bonnes tapas.

2

Après un petit déjeuner typiquement espagnol et très light (churros et chocolat chaud), nous profitons de l'air encore frais (20°C) pour découvrir le parc Güell. A la sortie, nous comprenons que le parc se mérite: pour y accéder, il faut gravir des pentes raides par des escaliers. Pour les moins courageux, des escalators sont installés, sur la fin du parcours, nous sommes bien contents de les avoir!

A mi-chemin

A chaque fois, nous avons pu profiter de la gratuité du parc, ce dernier n'était pas encore payant quand nous l'avons visité. En 2015, il fallait s'affranchir de 8 euros pour y pénétrer. Une fois dans le parc, il faut encore monter pour pouvoir admirer la ville. L'heure matinale nous permet d'être peu nombreux, ce qui rend le moment plus agréable encore. Les chemins sont secs et la végétation digne des déserts.

L'effort en vaut la peine: au sommet la vue est magnifique même si un peu obstruée par un léger voile. On aperçoit l'étendue de la ville et certains monuments comme la Sagrada Familia ou encore le parc olympique.

Nous redescendons ensuite vers la partie la plus touristique du parc qui met en valeur l'architecture de Gaudi ainsi que des attractions touristiques (souvenirs, acrobaties en tout genre...).

Ce parc a été conçu pour se fondre avec la nature et reproduire ses courbes. Il devait être une cité jardin composé d'une soixantaine de maisons et d'une église mais le budget était devenu trop important, seules quatre maisons ainsi que le parc ont été achevés. Gaudi voulait un endroit chargé de symboles de la Catalogne et du Christianisme. Tout le périmètre de la place de la nature est délimité par un banc au tracé sinueux recouvert d'une mosaïque (trencadis) sur laquelle sont représentés des animaux, des feuilles, des troncs d'arbre... C'est le plus long banc ondulé du monde avec ses 110 mètres.

La place de la nature
Banc du parc 

Les pavillons situés aux entrées du parc sont chargés d'accueillir les visiteurs. Le manteau de leur cheminée a une forme de champignon renversé. Sur le perron, on y trouve un symbole du parc Güell et de Barcelone: un lézard recouvert de petits carreaux de couleurs.

Nous découvrons ensuite la salle Hipostyle, une forêt de pierre formée de 86 colonnes, à l’origine destinée à être le marché où les propriétaires pourraient s’approvisionner sans avoir besoin de descendre dans la ville. Les colonnes ont été conçues pour rappeler la forme de troncs d'arbre et de telle sorte que l'eau de pluie soit récupérée dans des citernes situées sous le marché pour permettre l'arrosage gratuit et écologique des jardins, ainsi que l'alimentation des fontaines.

Pour permettre le passage des voitures, Gaudi a créé des viaducs qui sont maintenant uniquement piétons. On peut même rencontrer quelques habitants surprenants.

Rencontre avec un perroquet

Ayant découvert le parc dans le sens contraire de la visite, nous arrivons à l'entrée avec ses fameux escaliers.

Mosaïque ou trencadis
Entrée du parc (sortie pour nous)

Ce parc est très agréable, on peut profiter de l'ombre pour se reposer. De plus, l'architecture est originale, ce qui le rend incontournable.

Après cette découverte surprenante, nous nous rendons près d'un autre monument emblématique de la ville et imaginé par Gaudi: la Sagrada Familia. La particularité de cette cathédrale est qu'elle est toujours en travaux et ne sera probablement jamais finie. Les travaux ont débuté en 1882. Gaudi avait imaginé une basilique avec trois façades (passion, gloire et nativité, chacune représentant un moment important de la vie de Jésus Christ), quatre dômes et 18 tours extérieures dont la plus grande était prévue pour symboliser le Christ haute de plus de 170 mètres. Pour visiter l'intérieur, il faut s'armer de patience: la file d'attente fait le tour du bâtiment et nous a dissuadés lors de notre premier séjour à Barcelone (nous nous sommes rattrapés le suivant)... L'architecture intérieure est aussi impressionnante que l'extérieur et est complètement inattendue: on pense découvrir une église "classique", assez sombre et c'est tout l'inverse, murs blancs, vitraux aux couleurs vives et toujours la touche architecturale de Gaudi.

Cette visite vaut vraiment la peine d'attendre plusieurs heures. Nous faisons une pause sandwich rapide près de la Sagrada. Après un détour par la Casa Mila (autre monument signé Gaudi) et une foule de touristes attendant pour y entrer (nous n'étions pas très patients ce jour-là!), nous nous rendons finalement au MACBA (Musée d'art contemporain de Barcelone).

A l'intérieur, comme une impression d'être dans un hôpital tellement tout est blanc!

La plupart des collections est très moderne. Nous ne sommes pas de grands amateurs d'art maisavons beaucoup apprécié ce musée. Les œuvres exposées sont originales et peuvent toucher un large public.

Retour à l'hôtel avant d'aller manger une bonne (très bonne même) paella dans le restaurants les 7 portes. A cette époque (2010), nous avons très bien mangé pour environ 30€ par personne (paella, vin et pain) mais le restaurant se voulait sélectif: longue file d'attente devant le restaurant, obligation d'être habillé correctement... J'ai cependant lu des avis plus que négatifs sur ce restaurant récemment, le restaurant s'est peut être assis sur sa bonne réputation, cela reste à vérifier. Un seul plat à la carte: la paella déclinée sous plusieurs recettes (végétarienne, normale, au riz noir...).

Sur le chemin du retour 
3

Le lendemain, nous nous décidons à visiter la Casa Mila coûte que coûte. Cette maison a été bâtie entre 1906 et 1910, conçue par Gaudi et surnommée ironiquement "La Pedrera" ou carrière de pierre (lors de sa construction, elle ressemblait à une carrière). Le bâtiment est composé de 3 façades extérieures, 33 balcons et 150 fenêtres de tailles différentes. Leur forme ondulée et les contrastes d'ombre sur les murs laissent penser que le bâtiment est en mouvement.

L'intérieur est composé de neuf niveaux: seuls quatre sont ouverts au public. Le rez-de-chaussée accueille les visiteurs. Une cour intérieure laisse entrevoir l'originalité de la maison.

Direction ensuite le grenier. C'est un musée qui contient les plans et maquettes de l'édifice ainsi que des meubles qui composaient les appartements des étages inférieurs.

Maquettes de l'extérieur, de l'intérieur et du grenier de la Casa Mila 
Grenier vouté et meubles signés Gaudi: banc de Batllo 

Nous continuons la visite par le toit de la maison qui nous offre une vue panoramique sur Barcelone. Cette terrasse est sublime, Gaudi a imaginé des cheminées et des tours de ventilation aux formes très originales.

Nous nous rendons ensuite au dernier étage (sous le grenier). Cet étage était réservé à la famille Mila. Il donne aujourd'hui accès au mobilier d'époque. Le reste de la maison devait être loué mais de nombreuses personnes étaient effrayées par les formes trop originales des pièces.

Une autre maison célèbre de Barcelone a été réalisée par Gaudi: la Casa Batllo. Nous n'avons malheureusement pas eu le temps de la visiter.

Nous allons ensuite au parc olympique qui a accueilli les JO de 1992. Pour cela, retour vers le château de Montjuic. Nous contournons seulement ce bâtiment pour arriver au parc.

Aperçu de la ville depuis le Château 
Parc olympique

Nous déjeunons dans la cafétéria du stade. Bon il fallait s'y attendre, la note est salée et la nourriture pas exceptionnelle mais l'emplacement se paie! Nous nous arrêtons ensuite dans les jardins bordant le château de Montjuic. Cela nous permet de nous accorder quelques instants ombragés avant d'emprunter le funiculaire pour redescendre jusqu'au port.

En milieu d'après-midi, départ en speed boat pour une balade agitée. Au programme: arrosage, vitesse et fous rires. Nous n'avons pas vraiment eu le temps de profiter du paysage et rentrons au port complètement trempés. L'activité est très sympa. Nous nous promenons ensuite dans le port, endroit calme et très bien aménagé pour se relaxer.

4

Pour clôturer ce séjour à Barcelone, direction les plages. Après plusieurs recherches infructueuses, nous trouvons finalement la baleine de Frank Gehry créée lors de la rénovation du port pour l'accueil des jeux olympiques en 1992. Avec ses 56 mètres de longueur et ses 35 mètres de hauteur, l'animal est constitué de fines lames d'acier inoxydable soutenues par une structure métallique. L'intensité de sa couleur dorée dépend du reflet des rayons du soleil.

Nous profitons de quelques heures de soleil sur la plage avant notre départ.

Port de plaisance 

C'est une ville dynamique et qui enchante que ce soit pour découvrir, se reposer ou faire la fête. Destination incontournable!