Carnet de voyage

Ma mission au Pakistan ...

11 étapes
20 commentaires
1
END POLIO NOW
Janvier 2019
8 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Le Pakistan est une république islamique d'Asie du Sud entourée par l’Iran, l’Afghanistan, la Chine, l’Inde et la mer d'Arabie.

Sa capitale administrative est Islamabad.

En 2017,le pays comptait 207 millions d'habitants.

Les langues officielles sont : Ourdou, Anglais, Hindoustani

Le Pakistan est divisé en quatre provinces – le Baloutchistan (à l’ouest, à la frontière avec l’Iran et l’Afghanistan, avec pour capitale Quetta), la province de la frontière du Nord-Ouest (au nord-ouest, à la frontière avec l’Afghanistan, avec pour capitale Peshawar), le Pendjab (au nord-est, à la frontière avec l’Inde, avec pour capitale Lahore-ville où nous séjournerons- et le Sind (au sud-est, avec pour capitale Karachi) — et deux territoires : le territoire de la capitale fédérale d’Islamabad, dans le nord-est, et le territoire formé par les « régions tribales » (situées dans une bande étroite le long de l’Afghanistan, au nord-est du Baloutchistan).

La superficie du Pakistan est de 796 095 km² soit un tout petit peu plus que la France 643 801 km²

L'étoile, le croissant et la couleur verte symbolisent l'islam et la bande blanche représente les minorités religieuses.

Lahore est une ville du Pakistan située sur la rivière Ravi, affluent de l'Indus. Elle compte plus de onze millions d'habitants, faisant d'elle la deuxième ville du Pakistan, elle est un grand centre universitaire et culturel et dispose de la plus grande mosquée d'Asie,Moyen-Orient exclu.

2

Didier ( pharmacien sabolien et Rotarien,) et moi-même nous préparons à partir pour le Pakistan .Nous allons participer à la 1ère campagne de vaccination contre la poliomyélite de l'année dans le cadre de la grande campagne mondiale mise en oeuvre par le Rotary. Le but de ces journées : vacciner à plus de 95%, les 19 millions d'enfants du pays qui ont entre 0 et 5 ans.

Le Pakistan est avec l'Afghanistan un des derniers foyers de résistance à la polio. "Tant qu'il restera un cas dans le monde, ça menacera l'ensemble des enfants non vaccinés".

Depuis 1988, plus de 2,5 milliards d'enfants ont été vaccinés dans le cadre du programme Polio Plus, porté par le Rotary et des organismes internationaux.

Je suis vraiment très fière et émue de participer à cette mission .

C'est vrai ,je vais sûrement être bien loin de ma zone de confort mais c'est tellement gratifiant d'aller enfin sur le terrain.

Didier, lors de son 1er voyage au Pakistan en 2014 
3

Départ de Sablé sur Sarthe vers 14h30 ...

4

Enregistrement des bagages ok

Didier et moi inaugurons le 1er vol Paris-Sialkot avec pause à Barcelone d'où notre arrivée à midi et non 8h comme prévu au départ pour le Paris-Lahore direct !

Pour l'occasion, lunch offert dans un salon privé, collation à volonté et détente dans des fauteuils très confortables .

A noter cependant que le salon porte le nom d'Icare...sombre destinée que celui-ci !!!

Au départ de Paris pour Sialkot

Message de notre hôte :

Your tentative Program:

Sunday Jan 20: You will arrive late in Lahore. So we will have light dinner and rest time for you.

Monday Jan 21:

10 am: Polio immunization at a slum area.

4 pm: Governor Official Visit of Rotary Club of Lahore Garrison

Tuesday Jan 22: Will make plans after discussion with you. Polio immunization or sightseeing?

Wednesday Jan 23:

10 am: Polio Immunization at Choueifat School

noon: Visit to Shaukat Khanum Memorial Cancer Hospital (SKMCH&RC)

2 pm: Visit to Wahga border

Will make plans for the remaining days after discussion with you.


La 1ére journée va être forte en émotions : vaccination dans les quartiers pauvres ...

5

Notre vol est parti à l'heure de Paris et après quelques soucis de fauteuil ,on est enfin installés confortablement.

Nous sommes en Business class et nos fauteuils s'allongent,chouette ,nous devrions pouvoir dormir !

Après, 30mn de vol,on nous offre une petite collation (on a pas vraiment faim,mais ça passe).

Il est 22h30 environ quand l'avion se pose à Barcelone...c'est cette attente qui est la plus casse pied mais on prend notre mal en patience car il y a plus malheureux. Je crois que nous sommes répartis vers minuit .

Arrive à un moment où l'on fatigue et où l'on pense à dormir mais je lutte car ils ont chargé des plateaux repas et même si je n'ai pas trop faim, ils vont forcément nous réveiller et la lumière ne sera atténuée qu'après.

L'attente est longue et je n'ai pas résisté...il est 1h30 du matin : "hey,madame, souhaitez-vous un repas ???"

Et nous voilà à dîner ! Dîner local...ça me met dans le bain ! Ouah,je vais avoir du mal avec les épices !

Dans le vol Paris-Sialkot 

Finalement, on peut s'allonger et penser à dormir ...Bien grand mot puisque des turbulences viendront secouer le vol !

A 12h,heure locale (4h de moins en France ),nous atterrissons.

Les formalités de contrôles se déroulent bien..on est plusieurs fois contrôlé. On nous demande notre contact sur Lahore .Ils vont même jusqu'à l'appeler au téléphone . On est fiché. Ils savent qui nous sommes ,pourquoi on est là et chez qui on est. C'est rassurant et franchement, je ne me sens pas du tout en insécurité (c'est vrai on est les seuls européens où presque dans l'aéroport--on croise une jeune parisienne -et on nous regarde un peu mais moins stressant qu'à Marrakech )

Sortis de l'aéroport, nous prenons un taxi qui nous emmène à la gare routière où nous montons dans un bus pour Lahore...un bus pas un carrosse !

Le trajet en car a été long mais correct .Le traffic routier est impressionnant ,piétons, ânes,motos,tuk-tuk et autres bizarreries se côtoient sur la chaussée. On croise même un mort !!

(Enfin,un accident vient de se produire et les secours sont sur place - pas étonnant, pas de casque, pas de ceinture de sécurité, vitesse au choix ,dépassement à droite ou à gauche et surtout je joue du Klaxon ! Outil indispensable du bon conducteur pakistanais.)

Ah oui,j'oubliais ,il roule à gauche...traffic inimaginable sauf si vous l'avez déjà vécu !

Sur la route entre Sialkot et Lahore

Finalement nous arrivons après presque 3 h de trajet à Lahore .

Nos hôtes et Rotariens nous accueillent avant de reprendre la route pour se rendre chez Ahmed Shehzad, un ami de Didier qui nous héberge pour la semaine.

With Abdul Haleem, Past President of Rotary Club of Lahore Garrison
With Shehzad Ahmed, Past District Governor and member of Rotary Club of Lahore Garrison
With Muhammad Iqbal Malik (Bali) , the past president of Rotary club of Sheikhupura Aarzoo
Les membres du Rotary Club qui nous attendaient à la gare routière (manque "Bali" qui prend la photo)

Nous voici chez Ahmed...la fatigue se fait sentir mais hop, juste le temps de déposer nos affaires dans nos chambres (Didier est hébergé dans la maison du père d'Ahmed et moi chez Ahmed, les 2 maisons se touchent ) et nous nous retrouvons autour d'un thé-un peu déçue de boire du Lipton !! Je pensais trouver du thé local- et de petits gâteaux maison.

Les échangent sont principalement autour du Rotary et de notre mission à venir .Je m'accroche pour tout suivre mais c'est difficile. Leur accent est prononcé et puis mon anglais est correct mais pas suffisant.

Il est 18h00 quand nous retournons dans la maison de vie et la femme d'Ahmed nous a préparé un repas : dale de lentilles (ouille, ça pique !!) ,poulet aux épices et riz. Nous mangeons dans les canapés sur des petites tables d'appoint. C'est bon même si ça pique !

Ça fait du bien de manger et surtout ça réchauffe car dans la maison pas de chauffage, il fait vraiment froid (mes polaires et duvet pour dormir vont être les bienvenus ) Heureusement que dehors il fait 18 degrés !! Je n'ose pas imaginer la semaine dernière quand il faisait 3 ou 4 le matin.

Le dîner finit nous continuons d'échanger autour du Rotary. Ahmed nous parle de son club et de ses différents actions.Ils sont vraiment un club hyper actif et c'est impressionnant le nombre d'actions qu'ils montent .La soirée se termine avec les photos de la dernière venue de Didier en 2014.

Nos repas présentés sur une desserte et consommés sur des petites tables individuelles assis dans des canapés
La maison d'Ahmed et celle de son père 
Leur dernière plaquette pour le 18eme anniversaire du club

Et voilà une journée qui se termine.

Les choses sérieuses commencent demain !

Nous allons commencer la campagne de vaccination avec les équipes sur place. Nous nous rendrons dans un "slum"de Lahore ,je pense que l'on peut traduire par bidonville .

En fin d'après midi, nous rencontrerons le gouverneur du District, un district qui compte plus de 150 clubs et le gouverneur leur consacre une journée à chacun !

A très vite ...

Ma salle de bain chez Ahmed 
Ma chambre  chez Ahmed

Ça fait bizarre d'être enfin ici !

Je l'ai voulu,imaginé, rêvé et voilà j'y suis ...

6

Après une nuit fraîche et un peu agitée ( gros orage et pluie) ,j'ai été réveillée une 1ére fois par le chant du Muezzin à 5h30 .C'était très net et audible et j'ai compris pourquoi ce matin : la mosquée est juste à côté.

Levée finalement à 7h30 ,j'ai fait un passage éclair dans la douche qui, mes premières craintes passées était bien chaude (c'est la pièce qui était froide !)

A 9h,nous nous sommes retrouvés autour du petit déjeuner. Moi qui est dû mal à me passer de mon café et bien, ce matin j'ai mangé quelques petites pommes de terre préparées dans une sauce bien épicée. Le tout accompagné de galette de céréales appelées naans. Le thé est toujours du Lipton, dommage .Il va falloir que je pose la question .

Le petit déjeuner terminé, nous partons avec Ahmed et Alheem,en direction de notre zone de vaccination.

Avant d'arriver sur place,nous découvrons un impressionnant centre commercial (Carrefour y est implanté ) avec un complexe de cinéma qui dénote dans le paysage vu jusqu'à présent et encore plus quand on découvre que notre zone est juste à côté : un immense bidonville.

Des familles de nomades vivent là, déplacées au gré des plans d'urbanisation de la ville.

Un "slum" de Lahore 

Arrivés sur place ,nous retrouvons aussi Abdul (autre rotarien) et 2 jeunes hommes habitués de cette campagne et de ce lieu . Ce sont eux qui ont les petites glacières isothermes qui contiennent les vaccins et qui remplissent les feuilles de suivis de vaccination.

Ce sont aussi eux qui notent sur les tentes la date de passage, combien d'enfants vaccinés et autres informations dont j'ai oublié le sens .

Celles ci permettent de ne pas repasser 2 fois au même endroit .

Avec l'équipe de vaccination  

Nous pouvons aller maintenant sur le terrain .

Ce qui est étonnant c'est de voir que les gens nous attendent, ils ouvrent leur tente et nous offrent le triste de visage de leur extrême pauvreté sans crainte . Aucune animosité, aucun regard déplacé et gênant. Je n'éprouve pas ce sentiment de stress et d'insécurité que j'avais ressentie quand nous avions il y a un an été dans des quartiers pauvres de Marrakech .

Une chaleur humaine même se dégage...

Mon premier vaccin est empreint de doute et d'émotion. Ali me montre les 1eres photos prises et s'étonne de mon absence de sourire.

J'ai tellement attendu ce moment, je l'ai rêvé et je l'ai fait .

Au coeur de l'action 

Après presque 2 heures à sillonner ce bidonville entre les tentes de fortunes (mais pourtant où il n'y fait pas trop froid-le feu est à l'intérieur ),les détritus, les moutons, ânes ou vaches et sous de bonnes averses ,nous quittons les lieux laissant une équipe sur place qui continue de passer de tente en tente.

Je garderais de ce 1er jour ,des sourires,des visages, des regards .Même si ces gens sont misérables, ils n'ont pas l'air en mauvaise santé. Sales, oui, pauvres oui mais, immensément humains .

Difficile de revenir à la réalité !

Nous rentrons chez Ahmed nous poser un peu et grignoter (les repas sont légers comme il semble avoir l'habitude de les prendre ,bien loin de l'opulence à la française ).

Nous repartons vers 15h30 pour assister à un meeting du club Rotary de Lahore-Garrison.Meeting en l'honneur de la visite du Gouverneur du district. En 1 journée, le grand saut ! Nous avons découvert les 2 visages du Pakistan .

Ce grand saut, il se traduit par le passage dans un Lahore du business. Nous passons même une sorte de péage qui semble marquer la frontière entre ces 2 univers .Les véhicules ont changé, les tuk tuk que l'on croise tiennent la route .

Le meeting se tient à la chambre de commerce et d'industrie de Lahore dont certains Rotariens sont membres semblent-ils .

Les gens arrivent au fur et à mesure et nous sont pour la plupart présentés.S'ensuit une longue,longue,longue série de photos (Les Pakistanais adorent prendre des photos).

Le meeting peut enfin commencer.

Discours des uns et des autres avec toujours un mot pour nous .Didier fera une petite intervention

"Please,change the picture of Pakistan " ! Ce sont des mots qui reviennent souvent .

Ils ont besoin que nous montrions au reste du monde qu'ils sont sortis de l'âge de pierre,que leur pays se développe.Le Pakistan est un pays ouvert et les pakistanais ont tant de chaleur humaine à offrir .

Oublions l'image d'un pays où la religion gouverne tout .Il est vrai que pendant la réunion, nous avons eu un extrait du Coran et que le temps du Muezzin, le silence s'est installé mais les femmes sont bel et bien présentent dans l'assistance.Portant le foulard ou non .Certaines ont même été présidente de club .

La femme du gouverneur et une ancienne présidente de club (médecin) 

Quel modèle que ce club ! Leur implication dans la lutte pour la Polio mais aussi dans tant de projets humanitaires.

La réunion se termine par les traditionnels échanges de cadeaux puis Didier remet au gouverneur puis au président du club le fanion du Rotary Club de Sablé sur Sarthe .

Une plaque à notre nom a même été réalisée.

S'en suit un buffet ,là encore bien loin des fastes français et puis de toute façon, on est tellement sollicité pour les photos que nous en profiterons que très peu .

Qu'importe les échanges sont riches ...

De retour chez Ahmed, on va maintenant songer à aller se coucher des rêves plein la tête j'en suis certaine !

7

Déjà 3 jours que nous sommes arrivés et cette journée fut tout aussi riche quoique peut être moins grande en émotion.

Après une nuit calme ,comme depuis lundi ,c'est le Muezzin qui me réveille à 5h30 (pas sûre que cela me manque à mon retour mais cela fait partie du quotidien de la vie ici ).La nuit à été moins fraîche, on m'a donné un petit chauffage soufflant qui a réchauffé la pièce. Un nouveau confort qui en chasse un autre puisque ce matin là douche était froide !

Une douche froide au sens propre comme au figuré car j'apprends une bien triste nouvelle. La vie est décidément trop cruelle et surtout trop courte ! Il faut vraiment la vivre à 100 % ou pas du tout ,faire ce qu'on a envie et pas seulement se contenter de rêver d'une vie meilleure ou différente ! "Quoique tu rêves d'entreprendre, commence-le "( Goethe).

Et me voici ,ici au Pakistan, à Lahore, à des km de chez moi ,dans un pays qui ne parle pas ma langue, un pays où la culture et les traditions sont totalement différentes, un pays bien loin de ma zone de confort mais où pourtant je me sens bien .

La journée peut commencer .Après un petit déjeuner léger, nous partons pour une nouvelle mission de vaccination. Notre zone d'action ce matin est un quartier des classes moyennes de Lahore. Le mot classe moyenne prend tout son sens seulement si on garde en nous l'image du bidonville d'hier .Nous sommes bien loin du concept de classe moyenne de chez nous !



Arrivés sur place ,nous rejoignons une équipe de permanents locaux ,il s'agit d'un médecin d'un personnel de santé et d'un agent de sécurité

L'équipe de vaccination 

Après le tente à tente d'hier ,nous allons faire du porte à porte .

Nous frappons aux portes qui s'ouvrent sans aucune difficulté et parfois même avant que nous ayons frappé. Il est clair que la population a l'habitude de ces passages .

Un père, une mère ou une soeur nous présente spontanément l'enfant de la famille qui doit être vacciné (Les enfants de moins de 5 ans ) ou les enfants car parfois ce sont 1,2 ou 3 enfants qui sont concernés dans la maisonnée. Non pas qu'ils y aient forcément plusieurs enfants mais je pense que plusieurs familles vivent ensemble.

"Two drops", 2 gouttes et voilà. Ce matin ce sont une trentaine d'enfants que nous aurons vaccinés. Notre mission est terminée mais pas pour les permanents qui vont continuer de sillonner le quartier après notre départ .

Et toujours après un passage, une inscription sur la porte : la date ,le nombre d'enfants vaccinés,les abréviations EPI (expanded program on immunization).

Le marquage sur les portes pour le suivi de la vaccination d'année en année 

Toujours ce sentiment d'une immense chaleur humaine qui se dégage de nos rencontres, ce sentiment que nous sommes importants ou que plutôt notre action est importante. Avec une mission comme celle-ci, j'ai vraiment du mal à accepter que certains remettre aujourd'hui en cause la vaccination. Comment peut-on vouloir revenir en arrière ? Aurait-on oublier les ravages de la Polio ? Nos générations, oui mais pas nos grands-parents ou même nos parents . C'est pour cette raison que je pense avoir le devoir de faire ce rappelle aux jeunes générations. Le vaccin est un acquis pour eux mais savent ils que des gens se sont battus et se battent encore aujourd'hui pour cela ?


Il est presque midi et nous regagnons la maison d'Ahmed. Un passage éclair puisque le programme vient de changer. Nous sommes de nouveau attendus à un meeting d'un autre club Rotary de Lahore ( Rotary of Pearl). Un club qui lui aussi accueille le gouverneur. Ce sera l'occasion pour eux de remettre des dons à des handicapés, dons de livres,de vêtements, de fauteuils roulants...

La remise des dons 

Le meeting se déroule dans un cadre luxueux qui nous fait faire là encore le grand écart ! Il faut vraiment avoir une grande capacité d'adaptation et je pense y arriver .J'avoue que j'en suis plutôt fière !

La remise des lots terminée, nous sommes invités à nous restaurer. Ouille ,ça pique mais les plats sont bons...

Au moment de partir ,Didier accorde une interview à la TV locale.

La fin d'après-midi est consacrée à la visite d'une Université de Lahore : Forman Christian Collège.

Je visite la bibliothèque universitaire pendant que Didier se rend dans de département Pharmacie de l'université.

Cette université est réputée et forme de nombreux étudiants. Leurs moyens sont pourtant bien loin des nôtres. Peut être que nos étudiants devraient venir faire un stage ici .Ils apprécieraient mieux le confort et la qualité de nos universités françaises !

La bibliothèque universitaire 

La soirée se termine autour d'un repas léger puis par le visionnage de photos du mariage de sa fille il y a quelques jours .

Ce récit n'est publié que ce mercredi car la nuit dernière, il y a eu un très gros orage avec une coupure de courant et j'ai préféré ne pas utiliser mon téléphone pour garder ce qu'il me restait de batterie.

8

Après la nuit agitée d'hier (très gros orage ) ,le réveil est un peu dur mais l'eau est chaude alors je suis sauvée ! Un confort dont j'avoue qu'il est difficile de se passer .

Le petit déjeuner avalé, nous quittons la maison pour nous rendre dans une école pour la "Hight Society " : The International School of Choueifat .On est bien loin des quartiers d'hier. Nous y sommes attendus pour vacciner une quarantaine d'enfants .

Cette école internationale accueille des enfants de 4 à 12 ans.L'équipe enseignante et le personnel sont d'horizon divers.Une proviseur américaine d'origine polonaise ,une grecque, un irlandais et même une française (originaire de Lyon, elle est au Pakistan depuis 17 ans ).

L'école internationale de Choueifat-Lahore est la première et la seule école du réseau SABIS® située dans le sous-continent indien. ISC-Lahore a ouvert ses portes le 15 septembre 1992 à 134 étudiants de KG1. Au fil des ans, et grâce à la solide réputation qu'il s'est forgée dans la communauté, ISC-Lahore a grandi pour devenir une offre complète de la maternelle à la 12e année, scolarisant près de 1 000 étudiants chaque année. ISC-Lahore offre aux étudiants une éducation de haute qualité et complète, leur donne la possibilité d'apprendre des langues étrangères, y compris l'ourdou, le français et le chinois / mandarin, et les prépare efficacement à la réussite future.

ISC-Lahore est membre du réseau mondial SABIS®, créé en 1886 avec l'ouverture de sa première école. Depuis plus de 130 ans, les écoles du réseau SABIS® préparent les étudiants avec les connaissances et les compétences nécessaires pour les aider à réussir dans un monde en mutation. Aujourd'hui, le réseau SABIS® est présent dans 20 pays sur cinq continents et forme plus de 70 000 étudiants


https://isclahore.sabis.net/

L'école internationale de Choueifat-Lahore 
L'équipe de vaccination et des membres du personnel de l'école 

Nous sommes accueillis par la proviseur et des membres de son équipe ainsi que par 2 permanents vaccinateurs.

Une grande salle est mis à notre disposition et les enfants un par un passent devant nous .Un qui lui administre les 2 gouttes et un autre qui lui fait une marque sur le petit doigt de la main gauche .Une marque au marqueur bleue qui permet de savoir si l'enfant a déjà été vacciné.

Un membre de l'équipe permanente de vaccination 
Vaccination 

La séance terminée nous nous retrouvons autour d'une table pour échanger et en apprendre un plus sur ce bel établissement.

De cet entretien je retiendrai sans doute les propos de la Directrice de l'établissement.

Americaine d'origine polonaise, installée au Pakistan depuis plusieurs année, à la question pourquoi restez vous au Pakistan ?

Elle répond, pour 2 raisons :" La première parce qu'elle se sent investie d'une mission auprès de ces enfants (il y a tant à leur apprendre ) et la seconde pour l'immense chaleur humaine du peuple Pakistanais." Et c'est tellement vrai !

Nous terminons notre visite par la découverte d'une salle de classe des petits et par la bibliothèque.

La bibliothèque et une classe de petits 

Avant de quitter les lieux, on me propose de rencontrer brièvement la professeure de français. Nous échangeons nos mail pour un possible échange entre une classe de Bouessay et une classe de Lahore...affaire à suivre !

Nous avons passé beaucoup de temps dans cet établissement et nous sommes attendus ailleurs.

Et hop,à nouveau le grand écart puisque l'école que nous allons cette fois ci juste visiter accueillent des enfants des rues,des orphelins ou des enfants de familles pauvres. Cet école où les filles sont d'un côté et les garçons de l'autre, vit principalement de dons et le Rotary monte souvent des actions pour récolter des fonds pour eux .

Cette école , «Aabroo Educational Welfare Organization» a été créée le 01 janvier 2003. "Sa mission est de soulager les souffrances des migrants pakistanais, des classes rurales pauvres, grâce à l'éducation de leurs enfants,d'éduquer les enfants pakistanais défavorisés sans discrimination politique, religieuse ou ethnique afin qu’ils réalisent le potentiel de chaque enfant en devenant un membre productif de la société pakistanaise." , traduction de la présentation de l'école sur son site internet : http://aabroo.org/

Nous sommes bien loin du confort de ce matin ... Des enfants qui étudient assis sur le sol ,des manuels hors du temps et qui ont dû faire plusieurs enfants .

Le lait fourni aux enfants est directement trait sur place puisque des vaches vivent dans un enclos dans l'établissement. On y croisent même des chèvres...servent elles, elles aussi à la nourriture.J'avoue ne pas avoir posé la question !

La cuisine
La cantine

Après avoir quitté l'école et traversé 2 Pakistan, nous nous rendons à un événement très spécial qui se déroule tout les jours et toute l'année à la frontière entre le Pakistan et l'Inde .

70 ans tout juste après la Partition de l'Inde et du Pakistan, la frontière entre les deux frères ennemis d'Asie du Sud reste malgré le passage du temps une ligne de fracture sous haute tension.

Chaque fin d'après-midi, des milliers de personnes assistent à la cérémonie militaire haute en couleurs de fermeture de la frontière entre les deux pays .

À Wagah, à proximité de la ville d'Amritsar dans le Pendjab indien, la discorde entre New Delhi et Islamabad est illustrée chaque soir par la confrontation théâtrale entre soldats indiens et pakistanais.

Au coucher du soleil, sous les vivats d'un public surchauffé, les militaires des deux armées s'affrontent.

À tour de rôle, soldats indiens et pakistanais, parés de coiffes traditionnelles, démontrent leur agilité en termes de levers de jambes, gonflent les muscles et la poitrine, le tout les yeux dans les yeux.

Les drapeaux nationaux sont abaissés, deux soldats se serrent la main avec un sourire forcé. Les portes se referment.

Un drôle de ballet martial qui attire les foules et qui est vraiment à voir .

Une pensée particulière à Marie-Morgane qui assistait il y a 5 ans à la même cérémonie mais du côté indien .

Au Pakistan, un Rotarien est toujours en action .Partout et pour tous le message pour éradiquer la Polio doit être passé .Incroyable Ahmed !

Fin de journée en beauté ! Ahmed et Bali n'ayant pu nous accueillir dignement à l'aéroport du fait de nos changements de vol, ils rejouent ce soir notre accueil. Quelle surprise ! Ce sont vraiment des gens extraordinaires que je ne suis pas prête d'oublier !

Couronnes et bracelets de fleurs fraîches !
9

La nuit a été bien courte car n'arrivant pas à me caler sur l'heure d'ici , à minuit ,heure locale (soit 8h en France), je n'ai vraiment pas sommeil .Ce matin donc,je suis bien fatiguée mais pas grave je me reposerai plus tard !

Nous quittons la maison vers 9h30 sous un grand soleil .

La rue de la maison

Ce matin ,nous nous visitons un centre anti-cancéreux et centre de recherche : The Shaukat Khanum Memorial Cancer Hospital &Research Center (SKMCH&RC)

https://shaukatkhanum.org.pk

C' est un centre de cancérologie ultramoderne situé à Lahore, au Pakistan. Il s'agit d'un projet du Shaukat Khanum Memorial Trust, une organisation caritative créée en vertu de la loi n ° XXI de 1860 sur l'enregistrement des sociétés du Pakistan. L'institution est le fruit de la superstar pakistanaise du cricket, Imran Khan. L'inspiration est venue après la mort de sa mère, Mme Shaukat Khanum, d'un cancer.

Imran Khan a lancé un appel national pour la collecte de fonds lors d'un match opposant le Pakistan et l'Inde le 10 novembre 1989 au stade Kadhafi de Lahore, qui a permis de récolter des RS. 2 902 600. Cela a été suivi par une série de plus de 50 collectes de fonds réussies organisées dans le monde entier. La victoire du Pakistan sous la capitaine Imran lors de la Coupe du monde de cricket à Melbourne en 1992 a contribué aux efforts de collecte de fonds. Il a été en mesure de collecter un million et demi de livres six semaines seulement après la Coupe du Monde, alors qu'il avait fallu deux ans pour récupérer le même montant. Il a fait don de 85 000 livres sterling pour le projet. En 1994, lorsque le projet nécessitait davantage de financement pour les travaux de construction en cours, Imran Khan lança une campagne de communication de masse au cours de laquelle il visita 27 villes du pays et recueillit RS. 120 millions. Plus d'un million de donateurs de citoyens ordinaires, riches ou célèbres, ont participé à l'ensemble de la campagne pour la construction de l'hôpital. Tout a été donné, qu'il s'agisse d'argent, de bijoux ou d'objets de valeur.

Le Dr Nausherwan Khan Burki, Ph.D., FRCP, FCPS, FCCP a élaboré le plan directeur de l'hôpital en 1990, alors qu'il était professeur de médecine à l'Université du Kentucky, aux États-Unis. Il a supervisé la construction de l'hôpital. Les travaux ont débuté en avril 1991 et l’hôpital a ouvert ses portes aux patients le 29 décembre 1994.

Aujourd'hui, cet hôpital ultra-moderne pour le pays qui soigne environ 8000 patients par an, ne fonctionne essentiellement avec des dons, aussi incroyable que cela puisse paraître et avec l'argent que lui rapporte le laboratoire de recherche.

Chaque donateur a son nom sur les murs de l'hôpital. Ce centre est accessible à tous quelque soit ces ressources. Plus de 75 % des patients sont aidés pour se soigner .

Le Rotary club de Sablé sur Sarthe a fait un don cette année au centre .Un don qui servira à financer un moniteur en chirurgie cardiaque et une machine pour faire des étiquettes. On peut vraiment être fiers de cette contribution !

Nous sillonnons les différents services. L'émotion est grande pour moi lors de la visite du service des enfants ( on ne se refait pas !).

Après l'hôpital, nous nous rendons à The University of Central Penjab où un Rotarien, ancien élève nous accueille.

http://ucp.edu.pk

Établie en 1882 à Lahore, l'Université du Punjab est le plus grand et le plus ancien siège d'études supérieures du Pakistan. C'était le premier à s'établir dans le sous-continent dans la région à majorité musulmane.

Située dans la ville historique et culturellement vivante de Lahore, cette université a joué un rôle de premier plan dans l'enseignement supérieur dans le pays. L'Université s'efforce de créer un environnement favorable à la poursuite des activités académiques. En raison de ses diplômes de qualité, de son environnement agréable et de ses frais de scolarité peu élevés, l’Université demeure l’institution de premier choix pour les étudiants à la recherche d’une admission.

Le campus Allama Iqbal, nommé d'après le grand penseur et poète mystique de l'Asie du Sud, à la conception architecturale islamique, se trouve au cœur de la ville animée de Lahore.

Le campus Quaid-i-Azam, du nom du père de la nation, est situé à 12 kilomètres au sud du campus Allama Iqbal. Réparti sur une superficie de 1800 acres de paysages verdoyants, ce campus est le centre des activités académiques et administratives de l’Université. Un canal séparant les blocs académiques du logement des étudiants et ajoute à la beauté du campus.

L’Université dispose également d’un campus d’été à Khanaspur, situé à une altitude d’environ 7 000 pieds dans la chaîne himalayenne près d’Ayubia. Ce campus, en plus de fournir des installations de recherche, sert également de centre de loisirs pour le corps professoral et les étudiants.

L’Université a également ouvert des sous-campus à Gujranwala et à Jhelum, dans quatre disciplines: administration des affaires, commerce, droit et technologies de l’information. Peu de disciplines seront ajoutées dans un proche avenir.

L'Université comprend 5 campus, 13 facultés, 10 collèges constituants, plus de 73 départements, centres, instituts et 614 collèges affiliés. Il compte plus de 818 membres permanents du corps professoral impliqués dans l'enseignement / la recherche et plus de 36 000 étudiants sur le campus.

Cette université est vraiment impressionnante. Nous sommes bien loin de celle que nous avons pu visiter hier .

Après avoir échangé avec le directeur de la spécialité Pharmacie, nous avons pu visiter la Bibliothèque Universitaire très luxueuse et moderne. J'ai pu échangé quelques mots avec les bibliothécaires.

Avant de partir ,nous croisons quelques étudiantes qui acceptent de se faire photographier sans souci.

Ces 3 jeunes filles sont à l'image du Pakistan aujourd'hui. Elles portent le voile ou non et elles sont de plus en plus nombreuses sur les bancs des universités.

Ce matin ,nous avons pu encore vérifier que l'hospitalité des Pakistanais n'est pas un mot vide de sens . Chacune de nos rencontres, sont l'occasion d'échanger ,de tisser des liens .Certains se tisseront dans la durée d'autres non. (Je repars avec l'adresse mail d'une bibliothécaire qui m'a demandé la mienne ).

Après ces 2 très belles visites ,nous rentrons chez Ahmed,juste le temps d'un thé et de quelques douceurs sucrées et salées et nous repartons.

Nous allons rendre visite à des enfants handicapés moteurs .Au passage, nous rentrons dans une boulangerie-pâtisserie pour leur acheter gâteaux et boissons que nous partagerons avec eux .

Cette maison a été créé en 2008 et a commencé avec 4 enfants dont 3 sont encore présents. Ce sont une vingtaine d'enfants qui vivent ici .Enfants orphelins ou de familles démunies, ils sont encadrés par des jeunes adultes ,eux-mêmes handicapés à des degrés divers .Un bel exemple d'intégration.

Les enfants sont tous scolarisés à l'extérieur, leur maison c'est ici .

Cette maison est soutenue par une sorte d'ONG ,Voice Society

http://voicesociety.org.pk

Voice Society est une organisation pluridisciplinaire dont l'objectif principal est l'autonomisation des personnes handicapées grâce au renforcement des capacités et au conseils .C'est une organisation de personnes handicapées (DPO) qui comprend le groupe de jeunes handicapés dévoués, engagés dans la réadaptation des personnes handicapées .Elle a été créé en 2007

La maison que nous visitons à ouvert en 2008 avec 4 enfants et ils sont aujourd'hui une vingtaine entre 6 et 15 ans je pense .

Le but de Voice Society est d’entreprendre de telles activités qui permettront aux personnes handicapées de devenir des citoyens autonomes de la société.

À cette fin, ils établissent un foyer de vie autonome pour enfants handicapés, un lieu de rêve pour les enfants handicapés. Ils admettent que les enfants handicapés physiques et ceux qui vivent en dehors des villes et qui appartiennent à des familles pauvres.Ils leur fournissent des installations mais aussi un hébergement, de la nourriture ,des soins et des médicaments, une éducation ainsi que la possibilité de faire du sport et de se divertir.

Il est important de préciser que cette association est le seul groupe (composé uniquement de personnes handicapées) au Pakistan. Lesquels parlent et écrivent pour les droits et les problèmes des personnes handicapées

La maison que nous visitons ne fonctionne là encore qu'avec des dons ( la fondation crée par Ahmed contribue largement au fonctionnement de cette structure ,il leur remettra d'ailleurs un chèque en notre présence ).

Ce don, qui semble si naturel pour les pakistanais, a une longue histoire, celle de l’Islam.

En effet, le don est un des 5 pilliers de l'islam : "Donner la Zakat (Le soutien aux pauvres ".

Nous quittons les enfants après avoir passé un long moment avec eux. Nous les avons écoutés nous réciter des prières ou chanter.

Je leur fredonnerais en échange une petite comptine aidée de ma marionnette à doigt que j'avais glissé dans ma valise ,celle "des petits poissons qui nagent aussi bien que les gros " .Un message qui a du sens pour eux...On est tous pareils finalement !

Encore un moment riche en émotions, nous repartons avec un livre sur l'histoire de cette maison ,livre dédicacé par les enfants à ma demande .

Décidément, ce voyage restera à jamais gravé dans ma mémoire et dans mon coeur !

10

Bon ,inutile de vous dire que j'ai encore peu dormie ! La fatigue commence vraiment à se faire sentir ...

Ce matin ,nous partons vers 8h30 de la maison .Direction La mosquée Badshahi (mosquée Royale en ourdou : بادشاھی مسجد), ou bien encore surnommée "La mosquée de l'Empereur", se trouvant à Lahore. Cette mosquée est l'un des plus fameux monuments religieux et historiques de Lahore et également une attraction majeure des touristes, en mettant en action l'architecture, l'histoire et la passion de l'Empire moghol.

Capable d'accueillir 10 000 fidèles dans sa salle principale de prière et 100 000 dans sa cour et les arcades, elle est restée la plus grande mosquée du monde (excepté celle de La Mecque) de 1673 à 1986 durant une période de 313 ans, alors dépassée en taille par l'achèvement de la mosquée Faisal d'Islamabad.

Aujourd'hui, elle reste tout de même la 2e plus grande mosquée du Pakistan et de l'Asie du Sud.

Pour apprécier sa grande taille, les quatre minarets de la mosquée sont 4,2 mètres plus grand que ceux du Taj Mahal et la principale plate-forme du Taj Mahal peut s'adapter à l'intérieur de la mosquée avec 25 899,9 mètres carrés et également la cour de la mosquée Badshahi qui est la plus grande cour de mosquée dans le monde.

Autant dire que la visite risque d'être intéressante et captivante.

Badshahi Mosque

Avant d'arrivée à la Mosquée, nous nous arrêtons dans une autre mosquée où sans doute peu de touriste ont accès , la Mosquée Data Darbar où se trouve le tombeau de Syed Ali Hajvery .

Située dans la ville de Lahore,elle est le plus grand sanctuaire soufi d’Asie du Sud. Elle a été construite pour abriter les restes du mystique musulman Abul Hassan Ali Hujwiri, plus connu sous le nom de Data Ganj Baksh, qui aurait vécu sur le site au XIe siècle de notre ère. Le site est considéré comme le lieu le plus sacré de Lahore et attire jusqu'à un million de visiteurs à son festival annuel .

Le sanctuaire a été placé sous le contrôle du gouvernement pakistanais dans le cadre de l'ordonnance de Auquf de 1960, dans le but officiel d'empêcher les gardiens de sanctuaire de tout le pays d'exploiter financièrement les fidèles. Considérablement agrandi dans les années 1980 sous le règne du dictateur militaire Zia ul-Haq , période au cours de laquelle il est devenu le plus grand d'Asie du Sud . Des bureaux pour les ONG, une bibliothèque, une madrasa, un commissariat de police, un parking et des bureaux ont tous été ajoutés sous son régime. Des espaces réservés aux spectacles musicaux et une nouvelle cuisine libre ont également été ajoutés au cours de cette période. De nouveaux marchés ont émergé autour du site depuis son expansion massive.

Le sanctuaire de Hujwiri est situé dans une tombe de l'ère moghole en marbre blanc sculpté. La tombe est entourée d'une cour en marbre massive.

Qui est Ali Hajvery ?

C' était un mystique musulman sunnite ghaznien-persan du XIe siècle , devenu célèbre pour avoir composé le Kashf al-maḥjūb (le dévoilement de la cachette), qui est considéré comme le "premier traité formel" sur le soufisme en persan.Ali Hujwiri aurait contribué "de manière significative" à la propagation de l'islam en Asie du Sud par sa prédication , un historien le décrivant comme "l'un des personnages les plus importants à avoir propagé l'islam dans le sous-continent indien" .Aujourd'hui, Ali Hujwiri est vénéré comme le saint patron de Lahore, au Pakistan, par les musulmans sunnites traditionnels de la région.

Cette mosquée accueille tous les Pakistanais .Ceux qui vivent dehors peuvent venir y manger ou y dormir . Dès notre arrivée, j'ai l'impression de plonger au cœur même de l'islam puisque l'on me demande de me couvrir avec un foulard et il y règne une atmosphère étrange. Je n'éprouve aucune crainte pourtant et le regard des femmes comme des hommes est bienveillant .Certains me salut même.

Nous sommes reçus dans un bureau où des hommes nous rejoignent. Des connaissances d' Ahmed, celles qui nous permettent d'être ici où aucun touriste ou presque ne rentre . Ahmed nous témoigne ici de sa confiance et de l'importance qu'il nous accorde.

Une femme âgée arrive .Celle qui sera chargée de m'escorter jusqu'au tombeau tandis que Didier ira de l'autre côté avec les hommes .

Je franchie une grille ,abandonne mes chaussures puis monte un escalier .Après quelques instants ,nous arrivons au tombeau. Je suis cette fois ci mal à l'aise car on demande aux femmes présentes pour prier de s'écarter et de nous laisser passer (vraisemblablement, ma guide fait office d'autorité ).

Je suis maintenant près tombeau, enfin séparée par un muret pour les femmes (les hommes l'approchent directement sauf Didier ).

Second sentiment de plonger au coeur de l'islam, la femme qui m'accompagne me demande de tendre mes deux mains en signe de prière. Je vois déjà là vos commentaires ...qu'importe ! Pour vivre pleinement un séjour comme celui ci ,il faut oublier ses préjugés,accepter que leur culture et leur quotidien sont à des km du nôtre .Ne pas l'accepter c'est se priver de tant de chose ...Quel plus bel honneur que nous fait Ahmed en nous emmenant ici ! On se sent un peu Pakistanais.

Nous nous éloignons du tombeau pour rejoindre les hommes.

Nous allons maintenant retrouver des personnels de santé sur un poste de vaccination permanent dans l'enceinte de la Mosquée.Aujourd'hui, étant jour de prière, peu d'enfants vont se présenter mais en tant normal.,il y en a beaucoup plus.

Ce poste est là tous les jours (sauf le dimanche ) et toute l'année. C'est vraiment le témoignage de l'investissement du Pakistan dans la campagne d'éradication de la polio et surtout des Rotariens pakistanais.

Vérification de l'âge des enfants . Si l'enfant arrive à toucher avec sa main l'oreille opposée, il a plus de 5 ans et ne sera don...
Avec l'équipe de vaccination

Nous quittons les lieux pour rejoindre cette fois ci la mosquée Badshahi (mosquée Royale ).Elle est plus qu'impressionnante effectivement. Un effet d'immensité accentué par le faible nombre de personnes à cette période de l'année .Nous nous promenons sur le site . Je ne me couvre avec un foulard que pour pénétrer à l'intérieur.

Et comme souvent ,nous sommes interpellés pour des photos ou selfies. Encore une fois,il faut l'accepter et c'est plutôt drôle. De mon côté je m'autorise la même chose avec un couple qui prépare sa cérémonie de mariage .Pourquoi se priver de jouer un peu les touristes ?

Quittant la mosquée, nous découvrons le tombeau de Allama Mohammad Iqbal.

Qui est Allama Mohammad Iqbal ?

Poète, philosophe, linguiste, juriste et homme politique musulman d'expression ourdou et persane, Mohamed Iqbal — ou Mohammad Iqbal — est né le 22 février 1873 à Sialkot (Penjab, Pakistan), dans une famille de Brahmanes du Cachemire convertis depuis trois siècles à l'Islam.

Sa langue maternelle est l'ourdou et il est initié par de grands maîtres à la poésie ourdou dès son enfance. Il apprend également très tôt le persan, l'anglais et l'allemand en plus de sa formation traditionnelle islamique. En 1895 il entame des études universitaires à Lahore (Pakistan) où il suit notamment les cours de l'orientaliste anglais Thomas Walker Arnold. Entre 1905 et 1908, il étudie à Cambridge, puis soutient à Munich une thèse de doctorat en philosophie intitulée Évolution de la métaphysique en Perse. Il enseigne le persan pendant quelques mois à l'université de Londres. Ce séjour de trois ans en Europe lui permet de rencontrer entre autres Henri Bergson et Louis Massignon et d'acquérir une connaissance approfondie de la culture, des mœurs et des coutumes occidentales.

De retour à Lahore, Mohamed Iqbal se voit offrir une chaire de philosophie et de littérature anglaise à l'université mais il préfère se consacrer au droit et à la politique. En 1927, il est élu à l'Assemblée législative du Penjab. En 1932, il est porté à la présidence de la Ligue islamique.

Il élabore alors un plan de résolution du problème du sous-continent indien préconisant la création d'un Etat musulman au Nord-Ouest de l'Inde. Ce projet servira de base de travail pour la fondation de l'actuel Pakistan, dont il est reconnu aujourd'hui comme le père fondateur, le maître spirituel et le grand poète national. En 1932, il participe aussi activement à la rédaction d'une Constitution pour l'Inde. La même année, il préside la Conférence islamique et reçoit le titre de docteur ès lettres de l'université du Penjab.

Mohamed Iqbal donne ensuite en Europe une série de conférences sur l'Inde et l'Islam dans lesquelles il aborde les problèmes de la pensée islamique et la nécessité de repenser la doctrine. Ces conférences feront l'objet d'une publication sous le titre de Six lectures on the Reconstruction of religious thought in Islam (La Reconstruction de la pensée religieuse en Islam).

Allama Mohammad Iqbal revient ensuite passer ses dernières années à Lahore où il décède le 21 avril 1938, à l'âge de 65 ans.

Son héritage et son oeuvre sont revendiqués par le Pakistan mais aussi par l'Inde, par l'Iran, par la Turquie et par plusieurs grands courants islamiques aussi bien modernistes que traditionalistes.

Dans ses multiples travaux, il interpelle les religieux et les modernistes, les savants et les chercheurs musulmans, leur demandant, sans remettre en cause le "Tawhid" (l'unicité de Dieu), d'interpréter la tradition, la "Sunna", de faire une lecture nouvelle du Coran, et, à partir de cette vision nouvelle, de penser l'avenir de manière dynamique.

Très tôt, il perçoit le début de la double crise, spirituelle et économique, qui bouleversera les hommes du XXe siècle. La coupure du monde en deux blocs et les conflits en résultant ne se situaient pas selon lui entre l'Est et l'Ouest, mais entre le Nord et le Sud. Devant un monde où prédomine l'éphémère, il nous faut, dit-il, faire le vide en soi et s'interroger pour retrouver le fil conducteur de la connaissance. On retrouve là l'empreinte de sa rencontre avec les mystiques iraniens.

Lecteur de Marx, Goethe, Hegel, Nietzsche, il est également influencé par la pensée allemande, surtout par la pensée dialectique, à laquelle il oppose la réponse de la pensée dialectique islamique : "Nous sommes les parties aussi multiples qu'infinies. Dieu est ce tout absolu."

À partir de cette donnée, il rêve et travaille pour que se réalise une "pan-islamité" dans la droite ligne de la grande "Umma" (Oumma), la grande nation des musulmans. Il esquisse les grandes lignes d'une société islamique idéale, d'une République islamique qui serait une tentative de réponse aux problèmes des sociétés mortifiées et corrompues, aliénées par le pouvoir de l'argent et la règle du profit.

Au-delà de sa pensée philosophico-politique qui est devenue le bréviaire de tous ceux qui s'intéressent à l'évolution de l'Islam, Allama Mohammad Iqbal, surnommé "Shair-i-Mashriq" (le poète de l'Orient), est aujourd'hui aussi considéré comme l'un des plus grands écrivains du monde musulman, à l'instar d'Al Ghazâli, d'Ibn Arabi ou de Rûmî. Son oeuvre, qui est à la fois philosophique et poétique ("Quand elle est dépourvue de flamme, la vérité est philosophie ; elle devient poésie quand elle emprunte sa flamme au coeur", dit-il), est inspirée aussi bien par la pensée dialectique occidentale que par le soufisme et le mysticisme oriental. Elle délivre un message de portée universelle tout en apportant une lecture nouvelle, mais respectueuse, du Coran. Ses textes abordent la nécessité de repenser la doctrine islamique sous le signe de l'Amour, qui est selon lui aussi bien d'Orient que d'Occident. "Quand l'amour accompagne l'intelligence, il devient l'architecte d'un autre univers", écrit-il, ou encore "Dieu, en un mot, la vie, est un effort vers la liberté". Dans sa poésie, Dieu est toujours présent, mais le Dieu iqbalien — Allah — n'aliène pas l'esprit, il pousse à interroger le monde, l'homme et les systèmes en place.

Son humanisme, fondé sur l'observation de la nature et de ses signes, est aussi une méditation sur l'histoire, le temps, la psychologie, conformément à l'enseignement coranique, qui appelle constamment à réfléchir sur le donné universel. Ses poèmes ont transformé la poésie traditionnelle perse et ourdou en un art vigoureux et vivifiant. (Source :La République des Lettres)

Citation de circonstance extraite d'un de ses poèmes :

روزانہ کی طرف سے پھنسے نہیںآپ کے لئے دوسری جگہ اور وقت موجود ہے "Ne te laisse pas piéger par le quotidien.Que d'autres Espace et temps existent pour toi".

Après le passage sur la tombe, nous bénéficions encore d'un passe droit pour accéder à un bâtiment fermé au public (pour la petite histoire ,pas de billet glissé dans les mains pour pouvoir passer ,on est bien loin du maghreb ) .Ce bâtiment nous offre une superbe vue sur l'entrée du fort que nous allons découvrir ensuite .

Tombe de Mohammad Iqbal

Le fort de Lahore, parfois appelé la citadelle de Shahi Qila est une fortification créé par l'Empereur moghol Shâh Jahân alors à son apogée.

Le fort fut modifié par Jehangir en 1618 et endommagé par la suite par les Sikhs et les Britanniques, bien qu'il ait été partiellement restauré. À l'intérieur se trouvent une succession de palais majestueux, de halls et de jardins construits par les empereurs moghols Akbar, Jehangir, Shah Jahan et Aurangzeb, comparables et contemporains aux autres grands forts moghols de Delhi et Agra en Inde. On croit que le site recèle certains des plus anciens vestiges de Lahore.

Le fort dégage une atmosphère "abandonnée" attrayante et la visite commentée est d'autant plus intéressante qu'il y a peu de monde sur le site

C'est une 1ére découverte de l'histoire du Pakistan et c'est vraiment passionnant.


Aujourd'hui, nous pouvons presque nous considérer comme des touristes...quoique ! En effet l'investissement d'Ahmed pour le Rotary et particulièrement pour l'éradication de la polio est impressionnant. Toute les occasions sont bonnes pour faire de la communication et passer le message : "End Polio Now " .Incredible Ahmed !!!

Après le fort ,nous ferons un passage éclair à la maison le temps de se restaurer un peu puis direction un autre haut lieu touristique de Lahore ,les jardins de Shalimar.

Les jardins de Shalimar de Lahore sont des jardins royaux créés en 1641 par l'empereur moghol Shâh Jahân, qui est alors à son apogée. Ces jardins sont inscrits depuis 1981, conjointement avec le fort de Lahore au Patrimoine de l'Unesco.

Les jardins sont disposés sur trois terrasses avec des pavillons et de vastes pièces d'eau. Cette configuration permet la création de cascades et de chutes d'eau. Deux des terrasses adoptent un plan carré tandis que la terrasse centrale rectangulaire est un grand bassin autour duquel sont disposés des pavillons et des kiosques. Un jeu de canaux permet de créer des cascades et chutes d'eau qui s'écoulent à travers des murets percés de niches.

Là encore, nous serons le roi et la reine du jour .Accédant où personne n'accède.Nous aurons même le privilège de voir s'allumer les jets d'eau juste pour nous ou de monter où siegeait le roi à l'époque.

N'oublions pas ce pourquoi nous sommes ici !

Et voilà une journée et un séjour qui se termine bientôt. Avant de rentrer chez nos hôtes pour un meeting ?nous nous arrêtons dans quelques commerces : une librairie et quelques vendeurs de foulards .J'ai acheté un livre bilingue Ourdou-anglais ainsi qu'une jolie écharpe que j'aurais plaisir à porter car tellement chargée de souvenirs forts .

De retour à la maison d'Ahmed, nous rencontrons de jeunes Pakistanais, membres du Rotaract (Le Rotaract est un club service qui regroupe des jeunes de 18 à 30 ans. Créé en 1968 aux États-Unis par le Rotary International. Son nom vient de la contraction des termes ROTARy et ACTion. Il existe aujourd'hui plus de 7 500 clubs Rotaract, dans 156 pays, avec plus de 173 000 membres).

Les échanges sont intéressants et riches .Nous aurons vraisemblablement le plaisir de retrouver un de ces jeunes à la Convention Internationale du Rotary à Hambourg (Allemagne ) au mois de juin .

Cette rencontre est suivi d'une collation légère puis du passage de la fille d'Ahmed récemment mariée.

Nous en profitons pour remettre aux jeunes mariés notre cadeau.

Et voilà,notre séjour touche à sa fin ! Ahmed souhaite nous interviewer. Différents points sont évoqués résumant en 4mn pour Didier et 7mn pour moi (dans un anglais qui a plus que besoin de se travailler),notre séjour ici .

Il est temps maintenant d'aller faire nos valises .La nuit va être courte ! Réveil à 4h45 pour être à 6h à l'aéroport .Notre vol est à 7h30 .

Nous faisons Lahore-Islamabad puis Islamabad-Paris avec une très longue attente entre les 2 vols.

Arrivée prévue à 19h30 ...

11

La nuit fut identique aux autres et quand le réveil a sonné à 4h45,ça piquait un peu comme on dit !

Nous quittons la maison à 5h45 ,l'aéroport est proche de Lahore (une vingtaine de minute quand il n'y a pas de circulation, ce qui est le cas ) .Seule la femme d'Ahmed s'est levée pour nous dire au revoir ,Ahmed nous téléphone avant d'entrer dans l'aéroport. Il a tellement été présent cette semaine avec nous qu'on ne peut lui en vouloir de ne pas être là pour notre départ .

C'est Bali qui nous accompagne à l'aéroport où nous arrivons effectivement pour 6h20 . C'est désert.

Notre avion pour Islamabad est à l'heure ,une petite heure de vol et hop !

C'est après que c'est va être plus long .A l'heure où je vous écris (midi à Islamabad et 8 h en France ),nous devons attendre dans un grand hall impersonnel et triste avec seulement 2 petits points de restauration avec un choix très limité. Pour notre petit déjeuner ce sera Hamburger/Frites. Finalement ce n'est pas trop mauvais car c'est du poulet épicé local. On ne parlera pas des frites !



Après une longue attente, nous pouvons passé en zone d'embarquement. Tout est ok, nous pouvons rentrer. J'ai quand même pu passer avec ma bouteille d'eau tous les contrôles depuis Lahore...pas vraiment rassurant !! Dans à peine 1h30 ,nous devrions être dans l'avion .

J'aimerais au terme de ce voyage et pour conclure ce carnet revenir sur cette semaine qui restera à jamais une semaine extraordinaire dans ma vie ,une semaine qui très certainement changera ma vision et ma conception de beaucoup de choses...Je pense en cet instant à notre soirée du nouvel an où j'avais organisé un jeu dans lequel chacun devait écrire une bonne résolution pour 2019.La mienne était à peu près celle ci : "prendre les choses comme elles viennent et arrêter de se poser trop de question ! "

Pour conclure donc,je me servirai des questions posées par Ahmed hier soir lors d'une petite interview enregistrée.

PLEASE TELL ME BRIEFLY ABOUT YOU AND YOUR INVOLVEMENT IN ROTARY?

Je passerais ma réponse sur ma présentation, mon nom ,mon métier. En tant que femme de rotarien je pense être très investie dans le club de Sablé et être une bonne ambassadrice des valeurs du Rotary dont la mission principale est de servir autrui, de promouvoir des normes éthiques élevées et de favoriser l'entente internationale, la bonne volonté et la paix au travers de son réseau .

Je soutiens les très nombreuses projets du club et participe à toutes les actions permettant de lever des fonds .

IS THIS YOUR FIRST TIME IN PAKISTAN? WHAT HAVE BEEN YOUR EXPERIENCES IN PAKISTAN?

C'était la première fois que je venais au Pakistan, la 1ére fois que je voyageais sans mon conjoint aussi loin de chez moi,aussi loin de ma zone de confort.

Cette semaine j'ai découvert un pays,une culture, une population bien loin de tout ce que je connais et bien loin de ce que je pouvais imaginer .

Les Pakistanais sont chaleureux et accueillants. Nous avons été reçu comme des rois et Ahmed nous a permis de passer par des portes dérobées où peu de touristes accèdent. Sa confiance et sa grande générosité sont sans égal.

Du Pakistan, je garderais l'image d'un pays aux deux visages. Celui de l'extrême pauvreté et celui d'un pays qui s'ouvre et se construit. Et dont sans aucun doute nous entendrons parlé dans l'avenir .

WHAT WAS THE PURPOSE OF YOUR VISIT? DO YOU THINK YOU ACHIEVED YOUR OBJECTIVES?

Ma venue au Pakistan n'était pas un voyage touristique. Nous en avons finalement découvert très peu sur la culture et l'histoire mais nous le savions. Ce que nous sommes venus chercher ,nous l'avons trouvé : voir le Rotary en action ,le Roatry au coeur de l'humain.

Mes objectifs personnels ?

Donner du sens à ce à quoi je crois.

Aller au bout de ce pourquoi j'agis régulièrement en faisant partie de la grande famille du Rotary.

Participer par mon action si petite soit elle à éradiquer la Polio.

Me prouver que je suis capable de m'adapter à des conditions de vie totalement différentes des miennes et que je suis capable de laisser derrière moi ce qui fait de ma vie ,une vie bien rangée .

IF OPPORTUNITY COMES, WILL YOU VISIT PAKISTAN AGAIN? WILL YOU RECOMMEND OTHERS TO VISIT PAKISTAN?

Bien sûr que je reviendrais. Je souhaiterais même pouvoir y rester un peu plus longtemps pour m'investir dans une mission loin des photographes. Montrer ce qu'on a fait cette semaine c'est bien et la photo permet de s'en rendre compte mais on aurait pu faire plus !

A mes amis, à ma famille à ceux avec qui je suis connectée, je dirais : "Come and see " .Venez et découvrez par vous même ! Venez découvrir le vrai visage du Pakistan, pas celui des médias et des croyances populaires !

POLIO ERADICATION IS THE FLAGSHIP PROJECT OF ROTARY INTERNATIONAL. WHAT MESSAGE WILL YOU LIKE TO GIVE TO THE PEOPLE OF PAKISTAN REGARDING POLIO?

Si je devais laisser un message au peuple Pakistanais à propos de la Polio ,je leur dirais : ne cessez jamais d'ouvrir vos portes aux équipes de vaccination du Rotary. Le Rotary agit pour votre futur, pour celui de vos enfants ,pour que celui-ci soit sans cas de polio .

Mes derniers mots seront des remerciements

Merci à Ahmed et sa famille ,à Bali et Alheem,à tous les Pakistanais croisées au cours de la semaine .Thank you, merci pour votre accueil,merci pour votre extrême générosité,merci pour toutes ces portes dérobées que vous nous avez ouvertes .Soyez sûre que je reviendrais.

Merci à toi Didier sans qui je n'aurais jamais imaginé faire un tel voyage, merci de m'avoir permis de vivre au coeur de l'action du Rotary, merci d'avoir partager avec moi, ton engouement et ton engagement sans limite pour une si noble cause .

Merci à toi Bertrand ,à vous 2 Florent et Marie-morgane de n'avoir pas souri quand je vous ai parlé de mon projet, de ne pas avoir imaginé un seul instant que je n'en étais pas capable (où alors,vous n'en avez rien dit ??)

Fin du voyage ...

Bien arrivée à Paris à 19h30 .Bien fatiguée mais tellement satisfaite !

END POLIO NOW