Carnet de voyage

Voyage en terres asiatiques

Dernière étape postée il y a 2230 jours
Vous trouverez ici les photos et l'itinéraire que nous tracerons au jour le jour en terre asiatique
Du 10 janvier au 21 septembre 2018
254 jours
Partager ce carnet de voyage
29
mars
29
mars
Publié le 9 avril 2018

Retrouvez nos nouvelles aventures sur notre tout nouveau blog de voyage :

A très bientôt !

Célia & David

26
mars

A 7h du matin, nous embarquons à bord d’un minibus « local ». Entendez par là qu’il s’agit d’un minibus transportant bien plus que sa capacité mais surtout qu’il transporte tout et n’importe quoi. Cela veut aussi dire qu’il s’arrêtera toutes les 20 minutes pour déposer passagers ou marchandises… Notre bus est chargé à bloc, le toit, l’intérieur du bus, tout l’espace possible est exploité. Notre voisin transporte même des canards sur le toit, directement attachés avec une cordelette, sans cage… Ils sont fous ici je vous le dis !

Nous partons pour un trajet initialement prévu de 8h, qui se révèlera en réalité en prendre 12 ! Local le bus… Un très long trajet dans les montagnes, enchaînant virage après virage, bosse après bosse et nous donnant le sentiment que cela est interminable. Nous comprenons mieux pourquoi les agences nous disaient « non, vous ne voulez pas aller là-bas » et pourquoi nous sommes les deux seuls touristes dans le bus.

Nous passons un premier poste de frontière, celui de la partie Vietnamienne, sans trop de difficultés (si on laisse de côté tous les vietnamiens qui nous poussent et nous doublent, apparemment ici faire la queue est un concept inconnu). Nous repartons après 40 minutes, et oui le chauffeur avait très faim ! Après plusieurs kilomètres et d’innombrables virages de montagnes nous arrivons au poste de frontière Laotien. Evidement il y a un poste pour les touristes et un poste pour les locaux. Devant celui qui nous concerne, des anglophones semblent avoir quelques soucis avec les douaniers. Apparemment, personne ne les avait prévenus qu’ils allaient se faire arnaquer et cela les énerve. Pour entrer au Laos vous devez non seulement payer votre visa, dont le prix dépend de votre pays d’origine ($30 pour les français, $50 pour les canadiens, oui ils ont leurs préférences !), mais aussi payer quelques dollars par ci par là pour chaque fonctionnaire présent. Dans la réalité cela donne : $2 pour les frais « administratifs » (allez savoir ce que cela veut dire) au premier guichet, $3 pour le « fond de tourisme » (pas la moindre idée non plus, cela veut probablement juste dire qu’en tant que touriste vous êtes un pigeon), et enfin $2 pour le tampon qui valide votre visa. Et une fois seulement que vous avez payer tout cela, ils vous rendent votre passeport. Comme l’a si bien dit un des anglophones, ils prennent ton passeport en otage, se le passent de guichet en guichet et toi tu payes pour le récupérer. Malins ces laotiens !

Nous payons en protestant un peu quand même, il ne faudrait pas cautionner non plus, en plus en tant que Français nous avons une réputation de râleurs à tenir ! Puis nous remontons dans le bus pour finir ce trajet inconfortable. Les chauffeurs alternent au fur et à mesure de leur fatigue et nous terminons ce trajet avec deux chauffeurs pressés d’arriver et qui ont décidé que transformer le minibus en discothèque techno serait un bon moyen de rester éveillé. David est ravi !

Nous arrivons à 19h à la station de bus qui se trouve à 10km de Luang Namtha, notre destination. Un local négocie pour nous avec les chauffeurs pour qu’ils nous rapprochent de la ville et houra ils acceptent. Il est 20h30 quand nous nous installons enfin à la Zuela Guesthouse. Nous filons au marché de nuit en face pour avaler un morceau et partons nous coucher pour un repos bien mérité !

Prix :

- Bus Dien Bien Phu – Luang Namtha : 350.000 VND par personne

- Visas : $30 + $7 de tips

- Nuit à la Zuela Guesthouse : 80.000 LAK avec salle de bain

Pour rappel

1$ = 23.000 VND

1$ = 8.000 LAK (kip laotien)

25
mars

Avant de rejoindre la frontière pour le Laos, nous devons régler quelques points administratifs à Hanoï. Notre premier objectif de la journée est de récupérer notre carte bleue de voyage, toujours bloquée dans le distributeur à la banque. De bon matin, nous voilà donc parti de l’hôtel et priant de tout cœur pour que les Vietnamiens ne soient, pour une fois, par trop procéduriers. Notre banque ayant refusé de fournir les documents qu’ils avaient demandé, nous n’avons que mon passeport en main et ne sommes pas très sereins quant à l’issue de cette histoire. Mais il semblerait que ce matin la chance soit avec nous car nous ressortons quelques minutes plus tard, carte en main, sans avoir eu la moindre question de la part de la banque Vietnamienne. Deuxième étape, faire des photos d’identité pour David pour le visa Laotien. En face de notre hôtel, un homme tient une boutique de photographie et nous propose un prix raisonnable. Il nous fait entrer chez lui et 30 minutes plus tard nous ressortons avec 8 photos. Pour la troisième étape, nous nous arrêtons dans un bureau de change et récupérons quelques dollars pour payer le visa à la frontière.

Une fois la partie administrative terminée, nous nous mettons en quête d’un transport pouvant nous emmener à Dien Bien Phu. Cette ville qui fut autrefois le lieu de la défaite française est aussi la ville la plus proche de la frontière Laotienne au Nord du pays. Peu de touristes emprunte cette frontière car la route est longue et le chemin peu confortable. Après consultation d’environs 6 agences, nous ne savons toujours pas comment nous y rendre. Tous, nous ont donnés des horaires de départs différents (malgré une heure arrivée similaire le lendemain matin ???) et des prix variants du simple au double. Nous décidons alors de faire appel à la maison d’hôtes qui nous avait accueilli lors de notre précédent séjour à Hanoï et qui nous avait proposé un prix plus acceptable. Nous récupérons nos sacs et partons en direction de l’auberge. Dire qu’elle est trop heureuse de nous revoir est un euphémisme. Elle réserve nos tickets, nous donne un sac rempli de provisions et quelques heures plus tard notre pick-up vient nous chercher. Il est 16h30 et l’aventure commence.

Le pick-up n’est autre qu’un scooter. Nous lui disons que cela ne tiendra jamais, nous trois sur le scooter plus nos deux gros sacs de voyage. Mais bon c’est l’Asie et ici c’est monnaie courante d’être à plusieurs sur le scooter et de les charger comme des mules. Il nous prouve donc que nous avons tord et nous partons. Il nous dépose dans une agence de voyage et oh surprise (ou malaise), il s’agit d’une de celle que nous avons interrogé ce matin. L’homme nous reconnait, il rit et nous demande combien nous avons payé : il tâte la concurrence. Nous patientons avec un québécois et un minibus local finit par venir nous chercher. Il est 18h passée et nous devons partir à 18h30 avec le bus couchette.

Le minibus prend la direction complètement opposée à celle de la gare, nous mène hors de la ville et nous nous demandons bien où nous allons. Il est 18h30 lorsqu’il s’arrête au milieu de nulle part et demande à certains d’entre nous de descendre de manière plutôt brutale, poussant certains d’entre nous. Il nous montre un bâtiment étrange et nous fait comprendre qu’il s’agit de la gare et que nous devons attendre 1h que notre bus arrive. Nous sommes 7, un Coréen s’inquiète, il doit sûrement penser (comme nous) qu’il s’agit d’une arnaque et que nous nous sommes fait avoir. La gare est juste une sorte de maison avec un grand parking. Le quartier n’est pas très rassurant mais au moins nous sommes plusieurs.

La fameuse "gare routière" 

Nous patientons plus d’une heure et demi, sans être vraiment sûrs qu’un bus arrivera mais finalement celui-ci arrive. Nous sautons de joie il est 20h et ils entament le nettoyage du bus. A 20h15 nous montons enfin dans ce bus tant espéré, il est bien trop grand pour nous 7 et nous changeons tous plusieurs fois de couchettes, jusqu’à trouver la position optimale pour les 10 prochaines heures. A 21h nous prenons enfin la route et très vite nous nous endormons. Le bus ne s’arrêtera pas pour dîner mais nous commençons à avoir l’habitude et nous grignotons quelques biscuits et bananes fournis par notre hôte.

Je dors mal, je ne suis pas sereine, j’ai peur que le bus oublie de s’arrêter à Dien Bien Phu pour nous déposer David et moi. Tous les autres vont directement au Laos. A 7h il s’arrête à 5km de la ville et nous demande de descendre, nous lui demandons d’aller jusqu’à la station de bus en plein centre-ville. Il refuse mais nous rapproche malgré tout. Tout cela renforce notre impression que ce bus, n’est pas très officiel et qu’il n’a donc pas la possibilité de se rendre dans les gares. Ce n’est pas grave nous sommes bien arrivés et c’est tout ce qui compte. Nous rejoignons la Tuan Minh Guesthouse et terminons notre nuit.

En début d’après-midi nous partons au musée de Dien Bien Phu. Il s’agit d’un musée dédié à la Bataille de Dien Bien Phu en 1954, opposant les vietnamiens aux français. C'est une bataille importante pour le Vietnam actuel, car cette victoire vietnamienne marqua le début de l’indépendance du pays. Le musée de Dien Bien Phu, que l’on pourrait également appeler musée de la propagande vietnamienne, relate donc le déroulement de la bataille. Bien évidemment, les photos et les commentaires ne sont pas tout à fait impartiaux, ce qui donne l’impression que cette bataille, qui a été un enfer pour les troupes françaises, n’a été qu’une simple ballade de santé pour les troupes vietnamiennes. Bien que la bataille en elle-même soit bien expliquée, nous avons regretté que le contexte géopolitique de l’époque ne soit pas dépeint lors de la visite.

Le musée et quelques exemples du "désespoir" des français 

Nous terminons la journée par une courte balade dans la ville, le long du fleuve tranquille qui la traverse. Nous traverserons un marché typiquement local en pleine effervescence. Les locaux viennent acheter les provisions pour le repas du soir. Sur notre chemin, les gens s’arrêtent, se retournent et nous dévisagent. Certains enfants ouvrent grand la bouche. Je ne serais même pas surprise d’y voir un filet de bave couler ! Ils se demandent sûrement ce que nous faisons ici et comment nous y avons atterri. D’autres nous parlent même en vietnamien. Ils s’imaginent sûrement que nous les comprenons. Nous échangeons de grands sourires et alors que nous continuons notre chemin, ils reprennent tranquillement leurs activités. Après un énième phô, nous rentrons à l’auberge nous coucher.

Prix :

- Bus Hanoï – Dien Bein Phu : 400.000 VND par personne

- Nuit à la Tuan Minh Guesthouse : $10

- Musée de Dien Bien Phu : 15.000 VND

Ce que nous avons pensé de la ville :

La ville de Dien Bien Phu est petite et les seules attractions touristiques tournent autour de la guerre contre la France et la victoire Vietnamienne. Cependant, la ville m’a semblée très agréable. La vie le long du fleuve y est calme et le paysage est plutôt joli. Cette courte étape avant le passage de la frontière permet de couper un long trajet de bus.

Ce que nous avons pensé de l’hôtel :

La Tuan Minh Guesthouse est propre, au calme et tout à fait correcte pour le prix que nous avons payé. Le personnel est peu avenant et le réceptionniste passe la journée à dormir sur le canapé de la réceptionniste. Bien pour un court séjour, d’autant que la Guesthouse est située juste à côté de la station de bus (pratique pour les bus matinaux !)

22
mars
22
mars
Publié le 28 mars 2018

A 6h du matin le train arrive en gare de Lao Cai. Nous avons réussi à dormir un peu malgré la conduite déplorable du conducteur du train et de ses coups de frein brutaux à chaque nouvelle entrée en gare. Le chauffeur de taxi nous attend avec un panneau de bienvenue et nous roulons pendant près d‘une heure pour rejoindre Sapa. En route nous rencontrons notre guide, Ly Lo Mai, une femme de 32 ans, originaire du village de Ta Phinn et faisant parti du groupe ethnique Dao.

Après une bonne douche et un petit déjeuner buffet à l’Hôtel Panorama (quel bonheur !), nous débutons notre marche. Nous traversons d’abord le centre-ville de Sapa puis continuons sur un chemin tranquille avant de rejoindre les rivières. Très vite, nous empruntons des chemins plus aléatoires (et oui, nous avions demandé un trek « hors des sentiers battus ») et le terrain devient glissant en raison des pluies intermittentes. Nous lançons les paris pour savoir qui tombera le premier.

En fin de matinée nous avons la chance de voir le brouillard se dissiper légèrement, nous laissant profiter du paysage pour un court moment. Mais bientôt nous montons plus en altitude et la visibilité se réduit à nouveau. Nous traversons les villages de Matra et de Lu Khau et nous arrêtons manger dans un restaurant en court de route.

Nous discutons avec notre guide qui nous apprend que son mari a été choisi par sa famille, qu’ils se sont mariés à 18 ans et qu’elle a dû le suivre dans son village. Ils ont trois enfants qui ont 14 ans, 10 ans et 2 ans. Elle a deux garçons et une petite fille. Dans son village, les enfants vont tous à l’école depuis leur 3 ans et jusqu’à 16 ans. Pour les Hmong Noirs qui cohabitent non loin, les choses sont différentes. Il n’y a pas d’enseignement et les enfants suivent les parents et travaillent dans les champs ou vendent sur les marchés. Concernant le mariage, les choses évoluent dans les ethnies en raison des nouvelles technologies. La nouvelle génération a désormais la possibilité de choisir son époux mais les mariages ont toujours lieu très jeunes : 18 ans pour les Dao et 16 ans pour les Hmong noirs.

Vers 15h nous arrivons au village de Ta Phinn, village de notre guide et là où nous passerons la nuit. Elle nous mène fièrement à travers celui-ci en nous expliquant l’artisanat local, les plantes cultivées et nous propose même de faire une halte à l’école pour rencontrer les enfants. Nous acceptons avec joie et observons les enfants jouer et chahuter dans la cour de récréation et les salles de classes. La surveillance est minime et ils ne semblent pas travailler beaucoup. Ici, les enfants apprennent uniquement le Vietnamien afin de communiquer les uns avec les autres ; chaque ethnie ayant son propre dialecte, cela facilite la cohabitation. Plus tard, ils apprendront également l’anglais, probablement pour vivre des activités touristiques. Mais pour le moment c’est la récréation et nous assistons à des parties de cartes, de football et même à des combats d’escrime avec des règles en plastiques. Les enfants sont intrigués de nous voir ici mais plutôt heureux d’avoir un public qui les regarde faire les pitres.

Ensuite, la guide nous emmène chez elle et nous présente sa famille. Nous terminons la journée à jouer aux cartes pendant que les enfants regardent la télévision et que notre guide s’attelle sur sa machine à coudre. Elle fabrique toute sorte de vêtements, sacs et foulards qu’elle revend, troc ou utilise pour sa propre famille. C’est un travail long et fastidieux nous explique-t-elle : alors qu’une ceinture lui prend 3 jours, un pantalon lui prendra 1 an…

Nous partageons ensuite un merveilleux dîner avec toute la famille, c’est excellent et la quantité est telle que nous n’arrivons pas à finir. Et parce que cette journée ne pouvait pas être plus merveilleuse, notre guide nous fait couler de bons bains chauds aux herbes médicinales pour nous détendre et nous réchauffer. Nous entrons dans les tonneaux en bois et ne voulons plus en sortir !

Le lendemain matin, notre guide et son mari nous ont préparé une pile de crêpes pour le petit déjeuner que nous engouffrons sans retenue. Un taxi vient nous chercher au village et nous rapproche du sentier que nous devons emprunter. Nous débutons alors une ascension de 2h30 dans un brouillard épais pour nous rendre à un point de vue sur toute la vallée de Muong Hoa. Il est magnifique, parait-il, mais nous n’en sauront rien car le brouillard ne désépaissit pas ; il est même rejoint par la pluie !

Nous nous arrêtons pour manger : une traditionnelle soupe de nouille, aussi appelée phô, pour nous réchauffer. En redescendant, nous traversons les villages de Sa Seng et de Hau Thao. La dernière descente est plutôt périlleuse : elle est entièrement boueuse. Nous descendons prudemment, dans l’espoir de ne pas chuter dans toute cette gadoue. Nous croisons les enfants qui rentrent de l’école. Notre guide nous explique qu’ils prennent cette route tous les jours et que parfois l’état est pire encore. Certains manquent de tomber et d’autres ont carrément ôté leurs tongs pour plus de simplicité. Julie manque de tomber mais nous nous en sortons tous plutôt indemnes. Nous nous arrêtons près d’un cours d’eau pour nettoyer nos chaussures pleines de boue et glissante et en 2 secondes je me retrouve les fesses dans l’eau. Tout le monde rigole et nous reprenons le chemin pour rejoindre le taxi qui nous ramène à Sapa.

Après une nouvelle douche à l’hôtel Panorama, nous prenons un bus couchette vers Hanoï. Nous avons la chance d’être surclassés dans un bus neuf et très confortable ! Autant vous dire qu’aucun de nous n’a pu lutter contre le sommeil à un moment ou à un autre du trajet. A 22h nous arrivons dans la capitale et rejoignons notre hôtel pour la nuit : le Golden Time Hostel 3.

Prix :

- Trek privatif à Sapa : 1.65.000 VND par personne (60€)

- Bus Sapa – Hanoï avec Queen Café : 190.000 VND par personne

- Nuit au Golden Time Hostel 3 : $20 la chambre double avec salle de bain

Ce que nous avons pensé du trek :

Ce trek, que nous avons trouvé par l’intermédiaire d’un blog de voyageurs français, a été totalement conforme à nos attentes. Nous voulions un itinéraire hors des sentiers battus et authentique pour aller à la rencontre des ethnies. Malheureusement en raison du mauvais temps nous n’avons pas pu profiter autant du paysage que nous le voulions et les villages étaient plutôt déserts. Cependant, cela a été une très belle expérience et notre guide nous a très bien accueilli. Nous sommes repartis tous très heureux et nous avons à nouveau eu le droit à un câlin d’au revoir !

Ce que nous avons pensé de l’hôtel à Hanoi :

Nous avons beaucoup apprécié cet hôtel un peu au-dessus de notre budget habituel. L’accueil et le personnel ont été à nos petits soins, les chambres sont belles, propres et modernes et la literie est très confortable. La différence de standing justifie la différence de prix et c’est exactement ce dont nous avions besoin après cette semaine mouvementée. L’emplacement en plein cœur du vieux quartier est idéal et en ce vendredi soir nous avons pu profiter de l’animation de la ville.

20
mars
20
mars

Après un nouveau trajet bus – bateau – bus, nous arrivons à Hanoï en début de soirée. Nous nous rendons directement à la maison d’hôtes que nous avons réservée, la Sweet Home Family Homestay : un trajet de 30 minutes à pied qui nous fait traverser de part en part le vieux quartier. Nous sommes fatigués alors nous décidons de trouver rapidement de la street food, à proximité de l’hébergement, puis nous filons au lit.

Le lendemain matin, nous partons à la découverte du centre-ville munit du guide Lonely Planet de Pierre et Julie. Celui-ci propose un itinéraire qui nous semble intéressant et nous décidons de le suivre. Ce trajet nous fera découvrir le lac Kiem avec sa fameuse tour de la Tortue et sa pagode Ngoc Son. Nous passerons ensuite à travers le quartier des 36 corporations pour découvrir les différents magasins où chaque rue à sa propre spécialité (fer blanc, miroirs, porcelaine, peinture, etc.). Nous passerons également par la Cathédrale et le temple Bac Ma.

Lac Kiem, Tour de la Tortue et la pagode Ngoc Son 
Balade dans les 36 corporation et la Cathédrale 

A la fin de cette balade de près de 3 heures et toujours en faisant confiance à notre guide papier, nous nous arrêtons au restaurant Banh Gôi. Il s’agit en réalité plutôt d’une street food, proposant diverses spécialités de nems et de fritures. Ne sachant pas quoi choisir, nous commandons un plateau à partager et nous régalons ! Nous profitons ensuite de la fin d’après-midi pour organiser nos prochaines étapes respectives, au Laos pour nous et au Vietnam pour Pierre et Julie.

Restaurant Banh Gôi 

Nous passerons notre deuxième jour à Hanoi à découvrir le musée d’ethnologie du Vietnam. Ce musée très intéressant présente les diverses ethnies du pays et leurs caractéristiques respectives. Chacune d’entre-elles est présentée individuellement. L’exposition est aussi complétée par une partie extérieure : des maisons traditionnelles ont été achetées par le musée et remontées dans l’enceinte de ce dernier. Ainsi, les visiteurs peuvent les visiter et se représenter les conditions de vie réelles des ethnies.

Nous passons 4 heures à découvrir les différentes cultures et profitons même d’un spectacle de marionnettes sur l’eau, un incontournable du Vietnam !

Spectacle de marionnettes sur l’eau 

Nous filons ensuite au mausolée d’Ho Chi Minh. Malheureusement, celui-ci n’est ouvert que le matin et nous pouvons seulement nous balader dans le parc qui l’entoure. Nous poussons la balade jusqu’au Lac de l’Ouest, puis vers le Temple de la Littérature, qui lui aussi est fermé lorsque nous arrivons. Tant pis, nous avons bien profité du musée de l’ethnologie et nous sommes heureux de cette entrée en matière avant de partir à Lao Cai, pour notre trek à la découverte des ethnies du Nord du Vietnam.

Mausolée d'Ho Chi Minh, Pagode au Pilier Unique et Lac de l'Ouest 
Pagode Tran Quoc 

Nous rentrons alors à l’auberge récupérer nos affaires pour prendre le train de nuit qui nous y mènera. En chemin, David et moi avons la malchance de faire la rencontre d’un distributeur défectueux. Notre carte bleue y est aspirée, il est 21h et la banque est fermée… Nous sommes obligés d’abandonner notre carte à Hanoï le temps du trek mais heureusement pour nous, nous avons décidé quelques heures auparavant que nous repasserions par la capitale avant de rejoindre le Laos.

A 21h30, nous montons à bord du train couchettes en direction de Lao Cai et après quelques parties de cartes, nous nous endormons.

Prix :

- Hanoi Sweet Family Homestay : $15 la nuit avec salle de bain commune, $17 la nuit avec salle de bain privative

- Musée de l’ethnologie du Vietnam : 40.000 VND

- Spectacle de marionnettes sur l’eau : 90.000 VND

- Train de nuit Hanoi – Lao Cai : 400.000 VND par personne

Ce que nous avons pensé de la ville :

Hanoï, comme toute grande ville d’Asie, est très bruyante et peu esthétique avec tous ces hauts bâtiments en béton. En comparaison avec Ho Chi Minh ville, je l’ai trouvée beaucoup plus oppressante en raison de sa forte circulation et ses rues plus étroites. Marcher dans la rue est vraiment peu agréable : les trottoirs sont peu accessibles, les klaxons retentissent en permanence et se frayer un chemin est un combat permanent. Cependant, la ville a de nombreux attrait touristiques et les visites y sont plus nombreuses que son équivalent sud vietnamien. Je dirais donc qu’il s’agit d’un arrêt incontournable dans une visite du Vietnam mais qu’il est agréable d’en partir !

Ce que nous avons pensé de la maison d’hôtes :

La Hanoi Sweet Family Homestay est d’un bon rapport qualité / prix pour une ville comme Hanoï où l’hébergement est plus cher qu’ailleurs. Les lits sont confortables, les chambres sont récentes et propres et les petits déjeuners sont bons. Etant une maison d’hôtes avec enfants en bas âge, les matins sont plutôt bruyants mais la famille est aux petits soins et répond à toutes vos demandes. La femme qui nous a reçu nous a proposé des transports à des prix battant toute concurrence et nous a à chaque fois donner un sac de petites provisions pour le trajet. Un geste que nous avons trouvé très agréable !

18
mars
18
mars

En début de matinée, nous quittons Tam Coc pour nous rendre sur l’île de Cat Ba par l’intermédiaire de la compagnie Ninh Binh Tourisme. En effet, depuis l'île de Cat Ba il est possible de réaliser des croisières privatives dans la baie de Lan Ha. Cette option est plus intéressante que la baie d'Halong car moins touristique. Les prix y sont donc plus chers mais la baie de Lan Ha est ainsi moins polluée et plus authentique. Les paysages y sont d'ailleurs tout à fait semblables.

Baie de Lan Ha 

Nous passons la journée dans les transports en enchaînant un bus de 5h, puis un bateau de 20 minutes et encore un bus de 1h. En fin de journée, nous arrivons finalement au petit village de Cat Ba et nous installons au Cat Ba Central. Nous partons alors à la recherche d’une croisière pour les deux prochains jours, dans l’espoir de trouver un bateau privatif à un prix raisonnable.

Après une heure de recherche, nous trouvons enfin notre bonheur auprès de la compagnie de bus Hoang Long. Nous réservons une croisière de 2 jours / 1 nuit, privative, avec 2 couchettes séparées et incluant repas, activités et transferts vers le port. Tout cela pour le prix de 30$ / jour / personne. Nous sommes très surpris de ce prix bas et nous demandons où se trouve l’arnaque. Nous cherchons des avis sur internet mais il semblerait que personne n’a jamais fait appel à cette compagnie. Nous prenons le risque et espérons que tout se passera pour le mieux. Au cas où et sur conseil de nombreux voyageurs, nous faisons signer un contrat à l’agence, récapitulant tout ce que nous avons convenu.

A 8h30 le lendemain matin un taxi passe nous chercher directement à l’hôtel et nous embarquons sur un bateau de pêche qui présente beaucoup mieux que ce que nous imaginions. Nous embarquons alors pour deux jours de croisière merveilleux, où tout se déroule comme convenu et avec un équipage très agréable, bien que discret.

Notre embarcation 

Le premier jour nous profitons d’une courte baignade avant un excellent déjeuner typiquement vietnamien, puis nous passons près de 2h en kayak dans la baie de Lan Ha. Nous passons à sous les formations karstiques grâce aux grottes qui se sont formées par l’érosion et nous arrêtons sur une plage pour faire quelques ricochets dans l’eau. Nous ne le saurons que plus tard, mais cet arrêt ne fut pas la plus brillante idée que nous ayons eu puisque nous avons tous attrapé des boutons dû aux puces de sables… Les démangeaisons ont été plutôt pénibles pendant plusieurs jours.

La magnifique Baie de Lan Ha 

En fin de journée, nous profitons à nouveau d’un délicieux repas préparé par nos 2 compagnons de voyage, puis nous buvons quelques verres en jouant aux cartes. Nous aurons même le droit à un spectacle plutôt inattendu : un orage éclate au loin et les éclairs illuminent la baie par intermittence. Le spectacle est à la fois beau et inquiétant. Malgré la pluie incessante nous arrivons à dormir et je suis soulagée que le bateau reste stable.

Après un bon petit déjeuner, nous repartons dans la baie de Lan Ha et profitons à nouveau des kayaks et des grottes pendant plus d’une heure. Le bateau s’arrête ensuite dans un coin plus calme et à la vue magnifique afin que nous puissions déjeuner.

Nous terminons par la touristique visite de la Monkey Island et rentrons au port pour prendre notre bus vers Hanoï que nous avons également réservé avec la compagnie Hoang Long.

Monkey Island 

Prix :

- Bus et bateau Tam Coc – Cat Ba : 225.000 VND tout inclus par personne

- Cat Ba Central Hotel : $12 la nuit

- Croisière de 2 jours / 1 nuit privative : 3.300.000 VND par personne

- Bus Cat Ba – Hanoi : 200.000 VND par personne

Pour rappel : $1 = 22.000 VND

Ce que nous avons pensé de la croisière :

Nous avons été vraiment très agréablement surpris par la croisière car nous avions lu énormément de mauvaises expériences et arnaques sur Internet à propos de la Baie d’Halong. Nous étions donc très méfiants en raison du prix proposé par la compagnie qui est largement inférieur aux autres agences. Nous nous demandions « mais où est le piège ? ». Nous ne comprenons toujours pas pourquoi nous sommes si peu à passer par leurs services car la croisière est raisonnable en prix, présente les mêmes prestations que les autres, et avec l’avantage de pouvoir privatiser le bateau ! Que demander de plus, nous sommes ravis !

Ce que nous avons pensé de l’hôtel :

Initialement, nous avons réservé le CatBa Central Hotel car nous avons lu qu’il propose des croisières intéressantes et abordables en prix. Lorsque nous sommes arrivés, leurs bateaux étaient tous complets et c’est pour cela que nous avons dû passer par un autre prestataire. L’hôtel est quant à lui tout à fait correct et le personnel très sympathique. Nous avons eu un très bon petit déjeuner, en revanche les lits mériteraient d’être un peu plus moelleux.

14
mars
14
mars
Publié le 18 mars 2018

Il est 4h30 du matin lorsque nous arrivons à Tam Coc. Étonnamment nous avons réussi à dormir un peu dans le bus et les 7h de trajet sont passées très vite. La ville est entièrement endormie, les auberges sont toutes fermées mais nous réussissons malgré tout à réveiller notre hôte, de Hung Anh Homestay, en secouant un peu la porte d’entrée. Elle nous a gentiment préparé un lit dans le dortoir pour que nous terminions notre nuit.

Tam Coc se trouve dans la région de la Baie d’Halong terrestre, au sud de la Baie d’Halong maritime. Nous pouvons y voir les mêmes formations karstiques à la différence près que celles-ci sont entourées de rizières et non formées au milieu de l’eau. La ville est petite et il est plaisant de la découvrir à vélo, en se baladant au milieu des rizières. Nous passons alors deux jours à vélos.

Le premier jour nous faisons une boucle au nord-ouest de la ville, de plus de 30km. Elle commence à l’embarcadère de Tam Coc et se dirige vers l’ancienne capitale de Hoa Lu, en passant par de magnifiques promenades à travers les rizières et les formations karstiques. C’est ici que nous voyons les plus beaux paysages !

Rizières de Tam Coc 

Le deuxième jour nous faisons une boucle au sud-ouest de la ville en direction du parc aux oiseaux et en passant par l’embarcadère de Sun Valley. Cela représente près de 20km. Nous passons près de 2h dans le parc aux oiseaux à nous balader avec nos vélos. La visite est agréable mais honnêtement elle apporte peu à la découverte de la ville.

Rizières de Tam Coc 
Parc aux oiseaux et sa grotte 
Rizières de Tam Coc  

Ce soir-là, nos amis Pierre et Julie arrivent à Tam Coc pour le début de leurs vacances. Nous allons partager près de 10 jours ensemble dans le Nord du Vietnam ! Nous sommes trop heureux de voir des visages familiers !

Avec Pierre et Julie au restaurant Family de Tam Coc 

Le lendemain matin, nous louons des scooters et partons à la recherche d’une balade en barque à un prix raisonnable. Nous débutons par l’embarcadère de Tam Coc qui propose des prix hallucinants : 120.000 par personnes pour les frais « d’entrée » puis 150.000 pour le bateau de deux personnes ; soit un total de 195.000 VND par personnes. Cet embarcadère étant contrôlé par une société, il s’agit d’une vraie usine et les rameuses ne reçoivent à peine 10% du prix que nous payons à la fin de la balade. Nous savons pertinemment qu’elles nous réclameront donc un pourboire à la fin que nous devrons payer en plus du prix du ticket. Nous préférons donc payer un peu moins cher et passer directement par une batelière afin que celle-ci conserve 100% du montant payé.

Embarcadère de Tam Coc

Nous nous rendons au second embarcadère, celui de Sun Valley 3 km plus loin et qui n’est pas contrôlé par une entreprise. Les batelières ne lâchent rien, elles nous réclament 600.000 VND au lieu des 400.000 VND généralement pratiqués. Alors que nous partons, un scooter s’arrête près de nous et une femme nous propose de la suivre chez elle pour réaliser une balade privée, le tout pour 300.000. Nous n’hésitons pas une seconde et la suivons chez elle sans trop savoir ce que nous avons accepté. Finalement la balade est très agréable et nous rions tout le trajet car le bateau n’est sûrement pas fait pour nous accueillir tous les cinq et nous avons peur de chavirer.

Balade en barque privée 

Une fois la balade terminée nous visitons la pagode de Bich Dong qui se situe juste à côté. Il s’agit d’un temple construit à flan de montagne et qui est très agréable. Nous reprenons ensuite les scooters et nous baladons dans les rizières tout en nous dirigeant vers l’ancienne capitale de Hoa Lu. La visite est courte, il n’y a qu’un seul temple, et peu intéressante. Nous terminons la journée au sommet de la montagne de Hang Mua pour contempler le panorama sur la ville de Tam Coc et son paysage si atypique. L’ascension de ces quelques 500 marches clôturent ainsi cette première journée en compagnie de Pierre et Julie et nous retournons tranquillement à l’auberge.

Pagode Bich Dong 
Ancienne capitale de Hoa Lu 
Balade dans les rizières 
Vue depuis Hang Mua 

Prix :

- Hung Anh Homestay : $12 la nuit avec petit déjeuner

- Location de vélo : entre 60.000 et 30.000 VND le vélo en fonction de l’heure de départ

- Location de scooter : 100.000 VND

- Parc aux oiseaux : 100.000 VND l’entrée

- Balade en barque privée : 300.000 VND le bateau (pour 4 personnes)

- Ancienne capitale de Hoa Lu : 40.000 VND l’entrée

Ce que nous avons pensé de la ville :

Il est très agréable de se balader à Tam Coc et de prendre le temps de se perdre dans les rizières, à admirer le paysage. Il y a peu de visites à faire et celles que nous avons faites ne présentaient que peu d’intérêt. Ici l’intérêt est dans le paysage et les balades se suffisent à elles-mêmes. Deux jours sont suffisants à la visite de la ville et le vélo est vraiment plus intéressant que le scooter car nous nous arrêtons très (trop ?) souvent pour faire des photos.

Ce que nous avons pensé de la maison d’hôte :

Malgré le fait que l’hôte ne parle pas un mot d’anglais, nous avons passé un séjour très agréable. Les chambres sont propres et suffisamment grande. La femme qui nous a accueilli est charmante et toujours prête à nous aider. Elle vous offre de l’eau le soir à la fin de votre journée de visite, prépare votre petit déjeuner à l’heure qui vous convient et répond à toutes vos demandes grâce à Google Traduction. Elle a même réparé mon jean troué ! Une adresse simple, qui se veut sans prétention, mais avec un accueil très chaleureux. On a même eu droit à un câlin en partant !

12
mars

Nous avons longuement hésité à réaliser cet arrêt en raison du coût pour un séjour. Peu de grottes sont accessibles en dehors d’un tour organisé et ceux-ci dépassent largement notre budget (comptez $50 pour une journée, près de $300 pour un trek de 2jours / 1nuit). Nous préférons consacrer ce budget pour une croisière sur la baie d’Halong ou encore un trek dans la région de Sapa, mais Phong Nha nous tient à cœur malgré tout et nous décidons de nous y rendre par nos propres moyens.

Nous prenons un bus à 6h30 du matin depuis Hue en direction de Phong Nha avec la compagnie Tan Nhat Travel et arrivons à Son Trach (village aux portes du parc national) en fin de matinée. Nous nous dépêchons de poser nos affaires au Thao Nguyen Hôtel et de déjeuner dans un petit restaurant avant de filer en scooter pour la Grotte du Paradis ou Thiên Duong cave. Il y a 23km entre l’entrée du parc et la grotte. Nous mettons près d’une heure à nous y rendre en passant d’un chemin de montagne à un autre, tout en subissant diverses averses. Le décor est incroyable. Les montagnes sont énormes de chaque côté de la route et la pluie nous donne l’impression d’être au milieu d’une forêt tropicale.

Parc national de Phong Nha-Ke Bang 
Route vers la Grotte du Paradis 

Nous arrivons enfin…au parking. Ensuite, nous marchons, longtemps, puis nous grimpons, longtemps, et finalement nous y arrivons : l’entrée de la grotte. Nous descendons à l’intérieur de la grotte et parcourons près d’1km à l’intérieur de celle-ci, sur les passerelles en bois installées pour la visite. Le spectacle est grandiose. Les couloirs sculptés par l’eau au fil des millénaires se succèdent ; parfois de plusieurs dizaines de mètres de longueur et de largeur. Nous sommes impressionnés par les formes incroyables que la nature dessine dans la roche, et ces paysages nous donnent l’impression d’être sur une autre planète. Deux heures, plus tard nous ressortons de la grotte, des étoiles pleins les yeux, et rentrons à l’auberge.

La Grotte du Paradis de Phong Nha-Ke Bang 

Le lendemain nous nous rendons à l’embarcadère du village après le petit-déjeuner. Nous souhaitons visiter la grotte Phong Nha et celle-ci est accessible uniquement en bateau. Il est possible de partager un bateau avec d’autres touristes afin de répartir le coût de celui-ci. Nous nous joignons alors au groupe en train de se former devant la billetterie et en 10 minutes nous sommes dans le bateau.

Balade sur le fleuve vers la Grotte de Phong Nha 

Après une courte balade sur le fleuve, nous arrivons à la grotte Phong Nha. La première partie de l’excursion se fait directement depuis le bateau ; nous entrons dans la grotte et nous enfonçons pendant près d’une demi-heure avant de faire demi-tour. Certains passages laissent juste de quoi passer le bateau en hauteur. La batelière nous dépose ensuite sur « la plage » à l’intérieur de la grotte et nous continuons la visite à pied.

La Grotte dePhong Nha 

Une série de marche nous mènent ensuite à une deuxième grotte : Tiên Son. Elle est encore bien différente des deux précédentes. Plus étroite et beaucoup plus fournie en stalactites et stalagmites, nous pouvons voir les formations rocheuses au plus près, passant parfois dans des passages très étroits. Nous sommes seuls dans la grotte, c’est extraordinaire. Nous redescendons les marches pour rejoindre le bateau et rentrer au village et aujourd’hui encore nous en avons pris plein les yeux !

La Grotte de Tiên Son 

Nous passons ensuite l’après-midi au village à patienter en attendant le bus de nuit qui nous mènera à notre prochaine étape.

Prix :

- Bus Hue – Son Trach : 200.000 VND pour 5 heures

- Thao Nguyen Hotel : $12 la nuit avec petit déjeuner inclus

- Scooter : 100.000 VND

- Grotte du Paradis : 250.000 VND l’entrée

- Grotte Phong Nha : 150.000 VND l’entrée

- Grotte Tiên Son : 80.000 VND l’entrée

- Bateau pour Phong Nha : 400.000 VND le bateau à partager entre tous (10 personnes maximum)

Ce que nous avons pensé du parc :

Le parc national de Phong Nha est extraordinaire ! Il n’y a pas d’autres mots. C’est le plus grand parc national du Vietnam et nous y trouvons 45% de la biodiversité du pays. C’est aussi ici que se situe la plus grande grotte du monde, Son Doong Cave, visitable par le biais d’un trek d’une semaine et pour la modique somme de $3000.

Un séjour au parc sera plus cher que n’importe où ailleurs dans le pays en raison du prix d’entrée des grottes et des tours organisés. Mais qu’on se le dise, c’est aussi une des choses les plus incroyables que vous verrez pendant votre séjour.

Il est possible de visiter certaines grottes par vous-même, telles que la Grotte de Phong Nha et de Tiên Son, la Grotte du Paradis, la Grotte de la Femme et la Grotte Sombre. Nous avons fait les trois premières, qui sont aussi les trois plus connues. La Grotte Sombre ou Dark cave est très chère (450.000 VND) et ressemble plus à un parc d’attraction puisque le ticket d’entrée inclus un tour en tyrolienne, une location de kayak, un bain de boue, etc.

Pour une expérience encore plus incroyable, il est possible de réaliser des treks de plusieurs jours dans le parc, de camper dans les grottes et de s’enfoncer toujours plus loin dans la végétation.

Pour dormir, vous avez le choix entre Dong Hoi, ville principale de dépose des bus touristiques, située à 1h30 du parc et sans réel intérêt ; Son Trach, village situé à l’entrée du parc où sont installées de nombreux hôtels et auberges ; ou encore dans le parc lui-même par le biais de quelques maisons d’hôtes. L’option la plus économique est évidement celle de Son Trach puisque les établissements y sont peu chers et que cela vous évite les déplacements depuis Dong Hoi. Le village est plutôt agréable et la restauration est assez raisonnable en prix. Nous y avons d’ailleurs mangé les meilleurs nems de notre vie et cela en street food !

Pour la petite anecdote, j’ai réalisé 500 photos en une journée et demie… David et moi avons l’habitude de dire que notre appréciation de la ville se mesure au nombre de photos que nous prenons. Je vous laisse imaginer mon appréciation de celle-ci.

Panorama depuis la Grotte de Tiên Son 

Ce que nous avons pensé de l’hôtel :

Nous avons passé une seule nuit à l’hôtel Thao Nguyen et cela s’est très bien passé. La chambre est confortable, le lit est grand et les deux couvertures fournies sont très appréciables. Le petit déjeuner fourni est bon et en quantité suffisante. Le personnel pourrait être plus agréable et plus arrangeant en revanche. Cet hôtel est d’un bon rapport qualité / prix mais n’a rien à offrir de plus que ses voisins.

10
mars

Après avoir faillit manquer notre bus pour un soucis de paiement avec l’auberge de Hoi An, nous arrivons quatre heures plus tard à Hue. Le bus nous dépose à 200m de l’hôtel, nous sommes les plus heureux du monde. Nous nous installons au Tran Ly Hotel et partons au marché central de Dong Ba pour manger un morceau.

Hue étant la capitale vietnamienne de la gastronomie, selon le même principe qu’Hoi An, elle dispose de ses propres spécialités. Nous testons alors la principale : le Bun Bo Hue. Similaire au Pho Bo vietnamien, il s’agit d’une soupe de nouille de riz cuite dans un bouillon, mélangeant du bœuf et des légumes. Ici, elle se différencie par les épices qu’elle contient et le résultat est plutôt épicé.

Ensuite, nous nous rendons à la citadelle pour visiter l’ancienne Cité Impériale, principal intérêt de la ville de Hue. En 1802 et sous le règne du 1er empereur de la dynastie Nguyen, Hue fut désignée capitale économique du Vietnam. Elle le resta jusqu’en 1945, date à laquelle le Vietnam fut divisé en deux parties en raison des guerres qui ont ravagées le pays. Le lieu a été massivement ravagé pendant les guerres contre la Chine (1885), la France (1947) et surtout les Etats-Unis (1968), notamment à cause des bombardements. Les vietnamiens tentent depuis de remettre en l’état les bâtiments restants et de reconstruire les monuments détruits.

Cité impériale de Hue 

La Citadelle Royale s’étend sur plus de 10km de long et de large et est entourée de douves et de murs de près de 6m de haut. A l’intérieur de cette enceinte se situe la Cité impériale et la Cité Pourpre, lieu où vivait l’empereur et sa famille. L’ensemble de ses monuments est désormais classé au patrimoine culturel de l’UNESCO (1993).

Cité Pourpre de Hue 

Cette visite se complète également de celle des tombeaux des rois Nguyen qui se trouvent au Sud-Ouest de la Citadelle. Il en existe 7 dont 3 très connus dont la visite peut être incluse dans les packages de la citadelle. Chaque tombeau reflète le point de vue de l’empereur, sa personnalité et ses goûts. Ils ont été construits à l’endroit où le roi aimait se promener de son vivant, afin que ce lieu devienne l’endroit de son repos éternel.

Le lendemain, nous louons un scooter à l’auberge pour réaliser cette balade d’une trentaine de kilomètres. Nous débutons avec la visite du tombeau du roi Khai Dinh, puis celui du roi Minh Mang et pour finir celui du roi Tu Duc.

Tombeau du roi Khai Dinh 
Tombeau du roi Minh Mang 
Tombeau du roi Tu Duc 

Lors de cette journée nous ferons également un arrêt au parc aquatique abandonné. Un lieu étrange où les habitants de Hue venait il y a encore peu s’amuser et se détendre. Mais en raison d’une faillite le propriétaire a fui les lieux en abandonnant même ses crocodiles.

Parc aquatique abandonné de Hué 

Pour finir, nous nous arrêtons à la pagode Thien Mu située au centre de Hue.

Mon coup de cœur de la journée : à quelques mètres de l’entrée de la tombe de Tu Duc se trouve un village local dont les habitants fabriquent des bâtons d’encens et des chapeaux vietnamiens. Il y a peu à faire mais nous y avons rencontré des vietnamiens souriants et avec un sens de l’hospitalité dépassant toutes nos espérances. Après nous être baladé dans le village et avoir rencontré une vieille femme adorable à la joie de vivre communicative, nous décidons d’y passer notre pause déjeuner. Nous repérons un stand ambulant de street food et commandons une spécialité de hue : les Banh Bôt Loc Trân. Il s’agit d’une recette de raviolis de tapioca aux crevettes. Le stand est situé devant une maison où le propriétaire et ses amis sont en train de déjeuner tout en participant au traditionnel « karaoké », grande tradition vietnamienne. Celui-ci nous invite alors à nous asseoir sur sa terrasse et nous offre même du thé ! Nous observons cet étrange et amusant spectacle tout en mangeant et sommes vraiment heureux d’avoir pu assister à cette scène de vie 100% locale.

Village d'encens de Hué

Prix :

- Bus Hoi An – Hus (compagnie The Sinh Tourist) : 99.000 VND pour 4 heures

- Tran Ly Hotel : $12 avec petit déjeuner

- Visites culturelles : 150.000 VND (citadelle), 280.000 VND (citadelle et les 2 tombeaux de Minh Mang et de Khai Dinh), 360.000 VND (citadelle et les 3 tombeaux)

- Scooter : 120.000 VND

Pour rappel : $1 = 22.000 VND

Ce que nous avons pensé de la ville :

Les monuments historiques sont très intéressants pour comprendre l’histoire du pays avant les guerres contre la France et les Etats-Unis. Il est cependant difficile d’imaginer la splendeur de la Citadelle tant elle a été détruite par les bombardements. Les tickets d’entrée sont plutôt élevés comparés aux standards du pays mais nous espérons que cet argent est utilisé afin de rendre à la Cité sa splendeur perdue et qu’un jour nous pourrons l’admirer à nouveau.

En dehors de ces visites, il n’y a très peu de choses à faire à Hue. La ville présente d’ailleurs que peu de charme, comme toutes les grandes villes du Vietnam.

La pagode Thien Mu et la rivière des parfums de Hué 

Ce que nous avons pensé de l’hôtel :

Le Tran Ly Hotel est de loin le meilleur hébergement que nous ayons eu au Vietnam. La chambre est grande, propre, et tout est fait pour que vous vous y sentiez bien. Un nécessaire de toilettes est fourni dans la salle de bain qui dispose même d’une baignoire ! Bon pas de quoi faire un vrai bain comme à la maison (rien pour boucher l’écoulement et eau chaude à durée limitée) c’est toujours l’Asie quand même… Le petit-déjeuner fournit est bon et la quantité est raisonnable. En revanche, le personnel est topissime ! Nous avons été très bien accueillis et conseillés pendant tout notre séjour, un vrai bonheur !

9
mars
9
mars
Publié le 12 mars 2018

Au départ de Hoi An, nous avons loué un scooter pour visiter Danang sur une journée. Après 40 minutes de route, nous arrivons aux Marble Mountains, principale attraction de cette ville. Ici, vous verrez cinq montagnes de marbre et de calcaire, situées en plein centre-ville de Danang. Elles représentent les 5 éléments et ont ainsi été nommées : Thuy Son (Eau), Moc Son (Bois), Hoa Son (Feu), Kim Son (Métal) et Tho Son (Terre). Seule la première est accessible à la visite.

 Marble Mountains

Pendant l’ascension nous visitons des grottes, des temples et observons de nombreuses statues. Un spectacle authentique aboutissant sur un panorama impressionnant de la ville de Danang, à 360°.

Panorama de Danang avec Lady Bouddha à l'horizon 
Am Phu Cave 
Temple Linh Ung 
Van Thong Cave 
Huyen Khong Cave 

Nous reprenons ensuite le scooter pour nous rendre à la statue de Lady Bouddha, haute de 67m, et du temple Linh Ung. Une visite intéressante malgré le froid et le mauvais temps.

Nous terminons par un rapide tour dans la ville de Danang, en passant par le pont dragon et le lac 29/3, et nous empressons de rentrer avant la nuit.

Prix :

- Location de scooter : 100.000 VND

- Marble Mountain : 60.000 VND (entrée + Am Phu Cave)

Pour rappel : $1 = 22.000 VND

Ce que nous avons pensé de la ville :

Danang est une grande ville du centre du Vietnam. Son centre-ville est constitué de buildings et la circulation est dense constamment ; l’air y est très pollué. La plage de Danang est plutôt jolie mais le remblai dénature complètement le paysage. Il est entièrement constitué de resorts sur la première partie, ce qui rend inaccessible la plage, puis de buildings et restaurants sur la deuxième partie. Sur la dernière partie, près de Lady Bouddha, vous trouverez un village de pêcheurs. Le spectacle de ses bateaux en bois peints en bleu avec en fond les buildings de Danang est très perturbant. Cela donne la sensation d’un Vietnam a deux vitesses : celui du tourisme, de la croissance et de l’ouverture sur le monde, en parallèle de celui, plus traditionnel, qui vit de la pêche, de l’agriculture et tente de survivre malgré une grande pauvreté.

C’est donc avec un sentiment partagé que nous quittons Danang. Les Marbles Mountains sont réellement magnifiques et nous avons adoré déambuler, grimper et nous y perdre. En revanche, la ville de Danang est sans charme. Nous sommes très heureux d’avoir choisit l’option de visiter en scooter sur une journée depuis Hoi An plutôt que de prendre un bus et d’y dormir une nuit.

7
mars
7
mars
Publié le 10 mars 2018

Le trajet en bus de nuit entre Dalat et Hoi An n’a pas été des plus agréables. Après un départ à 16h30, nous avons longuement attendu la pause dîner qui n’est arrivée qu’à 1h30 du matin… Autant vous dire que nous étions affamés, que nous avions eu beaucoup de mal à nous endormir, et quand finalement nous y sommes parvenus ils nous ont réveillés pour la pause. C’est donc tout endormis que nous avons pris notre dîner, sur le bord de la route et pour un prix peu raisonnable.

Nous arrivons à Hoi An à 5h30 du matin, en ayant dormi seulement 4 heures, du mieux que nous pouvions, et nous rendons au Hoa Binh hostel dans l’espoir que notre chambre sera prête et que nous pourrons terminer notre nuit. Malheureusement, la chance n’est pas de notre côté aujourd’hui et la réceptionniste nous annonce sans la moindre pitié que nous devons revenir à 14h ! Nous déchantons, littéralement. Nous déprimons. Bon tant pis, ce sont les joies du voyage et nous avons 8 heures devant nous, la journée est commencée et nous partons à la découverte de la ville.

La veille ville à Hoi An 

Nous achetons le ticket pour la vieille ville qui nous donne droit à 5 visites au choix, mangeons un morceau et prenons deux bons cafés. Nous nous baladons dans la vieille ville, de long en large et en travers, admirant au passage le pont couvert japonais, les maisons traditionnelles, les maisons communales et les temples. Nous passons aussi par le marché central et visitons le musée de la culture Folk. Et parce que 8 heures c’est quand même très long, nous prenons le temps de commencer notre shopping et nous renseignant sur les prix des vêtements sur-mesure.

Finalement 14h arrive et nous filons à la chambre, ou plutôt au lit ! Le soir nous allons manger au marché central pour goûter aux spécialités locales, puis nous nous baladons dans la ville illuminée de toutes ces lanternes.

Le lendemain nous louons un scooter pour nous balader dans les alentours de la ville. Une balade de 3 heures qui nous fait passer le long de rizières, du village de Tra Que qui cultive des salades, de la plage d’An Bang dont nous ne comprenons pas l’intérêt, puis d’un village de pêcheur. Nous faisons un arrêt au Coconut Village, réputé pour ces cocotiers poussant le long de l’eau. Cela ressemble beaucoup au tour en kayak que nous avons fait à Kampot mais nous payons quand même le tour car nous voulons monter à bord de ces fameux bateaux de pêcheurs ronds et en bambou. Quelle surprise de découvrir que le tour est simplement un attrape touriste ! Les bateaux emmènent les touristes sur le lac en apportant avec eux d’énormes enceintes. Ils mettent la musique à fond, dansent, font des shows avec leur bateau ou leur filet de pécheur, bref ils amusent la galerie. Nous sommes en plein milieu de groupes de touristes chinois et là on se rend compte qu’on s’est bien fait avoir. Mais nous ne regrettons pas car nous rigolons vraiment beaucoup. C’en est tellement ridicule comme spectacle que c’en est amusant.

Notre ultra-touristique tour de coconut village 
David aura même la chance de réaliser un lancé de filet !

Nous retournons à Hoi An, récupérons nos superbes vêtements sur mesure et nous baladons à nouveau dans le centre-ville de nuit.

Prix :

- Bus de nuit Dalat – Hoi An : 250.000 VND (13h)

- Auberge Hoa Binh : $15 la nuit avec petit déjeuner inclus

- Ticket pour la vieille ville : 120.000 VND

- Scooter : 50.000 VND la demi-journée

- Balade en bateau à coconut village : 100.000 VND par personne

- Street Food au marché : 20.000 VND

- Desserts de rue : 5.000 VND

Ce que nous avons pensé de la ville :

Hoi An est une très souvent citée comme la plus belle ville du Vietnam par les touristes. En effet, cette une ville très riche notamment au niveau de son artisanat. Historiquement parlant, Hoi An a été le premier port commercial du pays et ses marchandises ont été exportées dans le monde entier.

Ici vous trouverez de nombreux tailleurs proposant costumes et robes sur mesures à prix dérisoires (comptez entre 20$ et 25$ pour une chemise ou une robe en fonction du modèle et du tissu choisis, soit environ 15€). Mais il y a également un grand nombre d’artisans travaillant le cuir (chaussures et sacs font l’unanimité) ou encore la soie.

Hoi An c’est aussi la ville des lumières et plus précisément des lanternes. À la nuit tombée le charme de cette ville est à son apogée et toutes les rues s’illuminent pour le plus grand plaisir de nos yeux. C’est extraordinaire.

Mais Hoi An c’est surtout une ville classée au patrimoine de l’Unesco. En effet, la vieille ville a été préservée des bombardements américains lors de la guerre. C’est ainsi l’une des rares villes du Vietnam où vous pourrez voir des bâtiments anciens et visiter des maisons traditionnelles encore d’origine. Malgré l'évolution rapide du Vietnam ces dernières décennies, Hoi An semble avoir été épargnée par l'agitation et la pollution que l'on peu voir dans la majeure partie des villes. On y avons donc trouvé un côté authentiques que nous avons apprécié.

La vieille ville, son architecture et ses traditions, ont été influencés au cours de l’histoire par l’installation des chinois et des japonais.

Une autre particularité de cette charmante ville est qu’elle dispose de ses propres spécialités culinaires, vous ne les trouverez nulle part ailleurs. Parmi celles-ci nous pouvons citer le Cau Lao ou encore le Quang noodle, deux plats abordables et nourrissants.

Hoi An est une ville tout aussi agréable de jour comme de nuit, où il est bon de déambuler sans itinéraire précis.

Plat et desserts du marché 
"Restaurants" du marché central

Ce que nous avons pensé de l’auberge :

L’auberge Hoa Binh est très bien : un très bon emplacement à deux pas de la vieille ville, un déjeuner buffet extraordinaire et à volonté, et des chambres propres et confortable. Malgré un léger incident lors du paiement qui a failli nous faire manquer notre bus, cette auberge est tout à fait acceptable pour un séjour en sac à dos.

 Une activité à la limite entre la sieste et la surveillance animalière...
4
mars
4
mars
Publié le 10 mars 2018

Après une nouvelle journée passée dans les bus vietnamiens, nous arrivons à Da Lat (ou Dalat en français) en fin de journée. Cette ville me rappelle les vacances en famille à la montagne, lorsque nous nous baladions dans les villages d’altitude en regardant les échoppes locales, une polaire sur le dos. Déjà, je m’y sens bien et je suis heureuse que nous nous y soyons arrêtés. Le sac sur le dos, nous rejoignons le Alan’s Hostel à pied grâce à MapsMe, notre GPS hors connexion. Ça grimpe, il fait frais et nous sommes heureux d’arriver 30 minutes plus tard. Le dîner est presque prêt et après une douche rapide nous nous attablons et faisons la rencontre des autres voyageurs (l’auberge fournit le petit déjeuner et le dîner dans le prix de la chambre !).

Ce soir, ils ont décidé d’aller boire un verre au Maze Bar (le Bar Labyrinthe), autrement appelé le 100 rooftops. Ce bâtiment est une véritable attraction en soit et est connu mondialement. Nous n’en avions absolument pas entendu parler mais lorsque nous sommes à l’intérieur nous ne regrettons absolument pas d’avoir suivi le groupe ! Le bâtiment dispose de plusieurs étages et demi-étages (impossible de compter, il est trop difficile de se repérer à l‘intérieur), un jardin secret sur le toit, des dizaines de recoins secrets dans la pénombre, de nombreux sculptures et décors abracadabrants, 3 « cages » d’escaliers et j’en passe. C’est un réel labyrinthe et nous tentons d’en faire le tour sans nous perdre.

Le Maze Bar de Dalat 

Le lendemain, nous louons un scooter à l’auberge pour les trois prochains jours. Le premier jour nous décidons de visiter le centre-ville de Da Lat. Nous commençons par la Pagode Linh Son, tout près de l’auberge, puis nous nous rendons au Domaine de Marie que nous trouvons très agréable.

Domaine de Marie de Dalat 

Nous passons ensuite près d’une heure à visiter la Crazy House, cette maison d’un architecte plutôt étrange qui nous fait penser à Alice au Pays des Merveilles.

La Crazy House de Dalat 

Nous reprenons le scooter et nous baladons le long du lac de Da Lat et des bâtiments du Doha Café et du Lam Vien Square, un centre commercial plutôt atypique.

Ensuite, nous visitons l’ancienne gare de Da Lat et une plantation de café. Celui-ci est produit à l’aide de belettes (« weasels » en anglais). Ce café est très cher et plutôt rare. Le procédé est particulier puisque l’animal gobe la graine de café et après 4h de digestion-macération, les graines ressortent intactes mais avec un goût magnifié. Elles sont alors nettoyées, séchées puis torréfiées pour être ensuite vendues à près de 750€ le kilo !

Nous terminons cette journée par la visite de la pagode Linh Phuoc, dont les mosaïques sont extraordinaires, puis par le jardin aux fleurs. En effet, le climat plus doux de Da Lat en fait une ville réputée pour les fleurs et les fraises. Les campagnes alentours sont ainsi jonchées de serres agricoles.

Pagode Linh Phuoc 
Jardin de Fleurs du centre de Dalat 

Le deuxième jour nous partons plus au sud de Da Lat et réalisons une boucle de 80 km incluant : une fabrique de soie, la Cascade de l’Eléphant, le Grand Bouddha souriant, la Cascade de Prenn puis le téléphérique en direction de la pagode de Truc Lam Zen et du Lac Tuyen Lam.

Fabrique de soie 
Cascade de l'Eléphant et son grand bouddha 
Téléphérique vers la pagode de Truc Lam Zen et le Lac Tuyen Lam.

Cette deuxième journée est moins impressionnante de part ces visites mais la balade en scooter dans les montagnes est vraiment très agréable.

Le troisième jour nous voulions nous rendre à la Montagne Lang Biang et admirer le panorama de la ville depuis les 2167m d’altitude mais malheureusement nous sommes malades toute la matinée et nous contentons de petites visites. Nous allons donc au Golden Bouddha, la plus grande statue de la ville de Dalat, puis prenons le bus couchette en direction de Hoi An pour 13 heures de trajet.

Golden Bouddha Dalat 

Prix :

- Bus Hanh Café : 100.000 VND par personne (4h)

- Alan Hostel : $12 la nuit, petit déjeuner et dîner inclus

- Scooter : 100.000 VND par jour, 50.000 VND pour le plein

- Crazy House : 40.000 VND l’entrée

- Gare de Dalat : 5.000 VND l’entrée

- Cascade de l’Eléphant : 20.000 VND l’entrée

- Cascade de Prenn : 40.000 VND l’entrée

- Téléphérique : 80.000 VND l’aller - retour pour 1 personne

Pour rappel : 1$ = 22.000 VND

Ce que nous avons pensé de la ville :

Dalat est une ville très agréable de part son altitude, son climat plus doux et surtout grâce à son lac en plein centre-ville. Nous avons beaucoup apprécié passer ces trois jours à la visiter. Il y a beaucoup de visites disponibles et très peu sont payantes, ce qui rend le séjour d’autant plus agréable. Je recommande vivement la location d’un scooter à Dalat en raison des différences d’altitude notamment mais surtout parce que les visites sont très éloignées les unes des autres ; nombres d’entre-elles se situent entre 10 km et 30 km du centre-ville de Dalat.

Panoramas de Dalat 

Ce que nous avons pensé de l’auberge :

L’auberge Alan’s est vraiment super. Les chambres sont très agréables et l’eau chaude est très appréciable le soir. Le prix est dérisoire sachant que le repas du matin et du soir sont inclus. Cela donne une ambiance très sympa dans l’auberge puisque tous les voyageurs dînent ensemble à 18h. Cela permet de rencontrer d’autres personnes de nationalité différente et d’échanger sur leur culture ou encore sur les pays qu’ils ont visité. Le personnel de l’auberge est très bien, à l’écoute et souriant, c’est très agréable !

Alan's Hostel Dalat 
2
mars
2
mars
Publié le 4 mars 2018

En fin de journée nous arrivons au Delight hotel à Mui Ne. Nous partons en exploration de la rue afin de trouver un restaurant à prix abordable dans cette station balnéaire. Nous trouvons un petit restaurant local typique et faisons la rencontre d’Arnaud, un français originaire d’Annecy qui habite au Vietnam depuis 9 ans. Très gentiment il nous propose de nous prêter son scooter pour le lendemain afin que nous puissions visiter les environs.

Après le petit déjeuner à l’hôtel et le fameux café Sua Da (café glacé au lait concentré), nous partons à la découverte des trois incontournables de la ville : le Fairy Stream (cours d’eau), le village de pécheurs et les dunes rouges. Une très belle journée que nous concluons avec un nouveau repas partagé avec Arnaud.

Fairy Stream 
Village de pêcheurs de Mui Ne  
Les dunes rouges de Mui Ne 

Prix :

- Delight Hotel : $13 la nuit

- Scooter : gratuit (merci Arnaud !), 150.000 VND à l’hôtel

Pour rappel : $1 = 22.000 VND

Ce que nous avons pensé de la ville :

Mui Ne est une ville très agréable où il est facile d’être déçu si vous êtes mal renseignés. Les touristes viennent à Mui Ne pour visite le Fairy Stream, le Village de pêcheurs et les dunes blanches et rouges. Toutes ces visites sont gratuites et facilement accessibles en scooter. Cependant, un barrage de police est installé sur la route menant aux dunes blanches et tous les touristes venant en scooter sont arrêtés et doivent payer une amende d’environ $50. Les policiers disposent d’un cahier traduit dans presque toutes les langues et répertoriant toutes les « fautes » que vous pourriez commettre. Ne vous méprenez pas, ils en trouvent toujours vous ne pourrez rien y faire. Plusieurs choix s’offrent donc aux touristes : payer l’amende, ne pas visiter les dunes blanches ou bien réserver un tour en jeep ralliant les quatre attractions.

Je ne recommande absolument pas les tours qui pour moi sont beaucoup trop chers (25$ la jeep entre 2 et 4 personnes) et gâchent complètement l’expérience vécue. En effet, les tours sont tous identiques et aux mêmes horaires (un tour le matin au lever du soleil, un tour l’après-midi à 13h30 et jusqu’au coucher du soleil). Cela implique que tous les groupes sont au même endroit en même temps.

Nous avons donc réalisé le tour des 3 incontournables, en délaissant les dunes blanches, entre midi et deux et avons pu profiter des paysages en étant complètement seuls. L’expérience est incroyable et beaucoup plus authentique !

Pour ce qui est de la ville de Mui Ne, ne vous attendez pas à une magnifique station balnéaire où vous pourrez buller sur la plage ; celle-ci est jonchée de déchets. La ville de Mui Ne est peu attrayante en dehors des sites incontournables cités plus haut. Un séjour d’une journée suffit.

Ce que nous avons pensé de l’hôtel :

Le Delight Hotel est parfait. Les chambres sont grandes, propres, confortables et très jolies. Le personnel est agréable et les petits déjeuners sont très abordables. Nous avons passé un très bon séjour dans cet hôtel.

28
fév

Ho Chi Minh City est une très grande ville (13M d’hab avec l’agglomération). La compagnie de bus nous dépose à l’extérieur de la ville et nous sommes obligés de prendre un minibus de la compagnie puis un taxi pour rejoindre l’hôtel Nguyen Khang, situé dans le district 1 au cœur de la ville. Nous faisons alors la rencontre de Martin, un allemand en voyage depuis 3 mois en Asie et qui passe sa toute dernière soirée au Vietnam avant de rentrer au pays. Nous passons la soirée tous les trois autour d’une street food et d’une bière !

Notre ami Martin ! 

Le lendemain, nous chaussons nos baskets et partons à la découverte de la ville. Au programme, balade pédestre autour des monuments incontournables : la statue de Ho Chi Minh et le boulevard Nguyen Hue, la Poste Centrale construite par Mr Eiffel, la cathédrale de Notre-Dame de Saigon, le Palais de la Réunification et la Pagode de l’empereur de Jade.

La statue de Ho Chi Minh et le boulevard Nguyen Hue 
La Poste Centrale de Mr Eiffeil 
La Cathédrale Notre Dame de Saigon et l'intérieur de la Pagode

Nous ferons également un arrêt au marché central de Ben Thanh pour déjeuner. Une journée bien remplie et très agréable malgré la chaleur étouffante de la ville !

Nous aurons aussi découvert deux nouveaux moyens de transports : le pousse-pousse, David n’a pas trop apprécié le trajet avec moi sur ses genoux je crois, et le bus local, nous nous sommes vus refusés la première fois sans trop savoir pourquoi mais ensuite nous sommes devenus de vrais professionnels !

Notre ami le chauffeur de pousse-pousse et les rues décorées de la ville 

Le deuxième jour, nous visitons le musée des vestiges de la guerre afin de mieux comprendre l’histoire du pays. A Phnom Penh, cela nous avait beaucoup marqué et nous avions vraiment apprécié la visite du S-21. Ce musée vietnamien se compose essentiellement de photographies et de reliques (armes principalement) datant de la guerre du Vietnam contre les Français dans un premier temps, puis surtout contre les Américains. Une grande partie des expositions se concentre sur les effets néfastes de l’agent orange et autres bombes chimiques utilisées par les américains. On y voit les répercutions sur les naissances et différents handicaps révélés jusqu’à quatre générations plus tard ! En revanche, j’ai été déçue par le manque d’explications, de contextualisation, ou même de témoignages quant à la guerre en elle-même. Un audio guide, pour compléter toute ces images, apporterait beaucoup.

L'entrée du musée des vestiges de la guerre 

En début d’après-midi, nous partons pour Mui Ne avec la compagnie the Sinh Tourist.

Prix :

- Taxi entre le district 5 et le district 1 : 130.000 VND (Ouille ça pique !)

- Nguyen Khang Hotel : $15

- Bus locaux dans la ville : entre 4.000 et 6.000 VND pour un ticket

- Musée des vestiges de la guerre : 40.000 VND l’entrée

- Bus Ho Chi Minh ville – Mui Ne : 99.000 VND pour une personne, 5h de route

Pour rappel : $1 = 22.000 VND

Ce que nous avons pensé de la ville :

Ho Chi Minh ville nous a fait penser à une capitale européenne dans son fonctionnement : grande ville, beaucoup d’agitation, moderne, grandes enseignes, bus de ville, mais surtout le mélange de parcs, de musées et de bâtiments anciens. Cela nous a paru étrange et en même temps quelques peu réconfortant après ces deux mois de voyage, comme si nous étions dans un environnement connu où nous évoluons plus facilement.

Il y a de beaux bâtiments à voir à Ho Chi Minh Ville et tous sont accessibles à pied, proches les uns des autres. Une balade de deux heures est suffisante pour cette boucle pédestre. Ainsi, avec la visite du musée des vestiges de la guerre, deux jours sont amplement suffisant pour visiter Ho Chi Minh Ville, tout en prenant son temps.

Le centre-ville se situe au niveau du district 1. C’est ici que loge la plupart des voyageurs, afin d’être à proximité de tous les lieux d’intérêts. Le soir c’est aussi un quartier très animé avec bars et boites de nuit dont la musique est très forte. Prenez garde à trouver un logement légèrement à l’écart de la « rue piétonne » (qui n'a que le n'en a que le nom) si vous souhaitez dormir au calme. Les prix des bars et restaurant y sont également plus chers, prenez donc quelques minutes pour vous éloigner afin de trouver des prix plus bas.

La rue pietonne et la street food d'Ho Chi Minh 

Ce que nous avons pensé de l’hôtel :

Le Nguyen Khang Hotel est un très bon rapport qualité / prix pour une ville comme Ho Chi Minh où les prix sont forcément plus élevés que dans le reste du pays. Cet hôtel nous a séduit par son emplacement idéal – proche de tout, à deux pas de la rue piétonne et pourtant très au calme dans une petite rue – mais aussi par la décoration de sa chambre, comme si nous étions à la maison. Nous nous y sommes senti très à l’aise et avons beaucoup apprécié y séjourner.

27
fév

La compagnie Futa Bus, nous dépose à Can Tho après trois heures et demi de trajet. Un minibus nous dépose même directement à l’hôtel Bum Bum. Cette compagnie dessert uniquement le sud du Vietnam et vous offre Wi-Fi, bouteille d’eau et lingette nettoyante sur chacun de ses trajets. Et quelle agréable surprise de découvrir que les bus au Vietnam sont toujours à l’heure !

Il est déjà 21h quand nous arrivons à Can Tho, nous décidons de nous rendre au marché de nuit pour acheter de la street food et de rentrer nous coucher.

Can Tho de nuit 

En effet, le lendemain nous nous levons à 4h du matin pour rejoindre notre batelière locale pour une balade de 7h sur le Mékong, direction le marché de Cai Rang. Il s’agit du plus grand marché flottant du delta du Mékong. C’est un marché de gros, où les échanges se font de bateau à bateau. Les vendeurs plantent en haut d'une pique un échantillon de leur marchandise pour indiquer aux acheteurs ce qu'ils vendent. Nous partons ensuite visiter le marché de Phnong Dien, puis un jardin de fruits et une fabrique de noodles (pâtes de riz) ; tout cela accompagné d’un déjeuner dans une homestay (équivalent local d’une maison d’hôte). Une balade très agréable où vous pouvez observer la vie locale et les paysages bordant le Mékong.

Marché de Cai Rang 

Nous rentrons et prenons directement le bus de 13h30 vers Ho Chi Minh Ville.

Prix :

- Bus Chau Doc – Can Tho : 100.000 VND par personne

- Hôtel Bum Bum : $10 la nuit

- Balade en bateau local de 7h : 450.000 VND pour le bateau

- Bus Can Tho – Ho Chi Minh ville : 110.000 VND par personne

Pour rappel : $1 = 22.000 VND

Pont de Can Tho 

Ce que nous avons pensé de la ville :

Le principal attrait de Can Tho est son marché flottant. Il faut donc se lever très tôt et payer une croisière mais c’est une ville très agréable. Une ou deux journées sont suffisantes si vous souhaitez en plus explorer un peu la ville.

Nous avions déjà vu beaucoup de villages flottants au Cambodge et avions donc peur de la répétition, c’est pourquoi nous sommes restés peu de temps dans cette ville. Nous ne regrettons aucunement cet arrêt. En revanche, nous avons été surpris de découvrir que le marché est surtout peuplé de touristes et non de locaux venus échanger leurs marchandises. Il semblerait que ces marchés flottants deviennent de plus en plus une attraction touristique à part entière et non plus une manière de vivre locale. Je regrette de ne pas avoir pu assister réellement aux scènes de vie locales mais d’avoir été plutôt témoin de bateaux de chinois pris d’assaut par les barques locales.

La nourriture vietnamienne est vraiment extraordinaire ! 

Ce que nous avons pensé de l’hôtel :

Le Bum Bum hôtel est un hôtel sans prétention situé à 10 minutes à pied de l’embarcadère et du marché. Le prix de la chambre est tout à fait acceptable pour une chambre des plus simples mais tout de même équipée de la climatisation et de l’eau chaude. Le personnel de la réception est très agréable et très aidant pour vous conseiller et vous aider à la réservation de la balade en bateau. Nous avons d’ailleurs réservé notre propre balade auprès de l’hôtel. Ils ont également réservé notre bus vers Ho Chi Minh ville et un minibus est venu nous chercher directement à l’hôtel.

26
fév
26
fév

Après ces trois heures de bus couchettes nous arrivons finalement à Chau Doc à 21h30, il fait nuit, nous sommes déposés en dehors de la ville et il n’y a aucun tuk-tuk à l’horizon (nous comprendrons plus tard que les tuk-tuk n’existent pas au Vietnam !). Nous prenons nos sacs et marchons 30 minutes pour rejoindre l’hôtel Trang Nguyen. La journée à été très longue, nous sommes fatigués et quelle surprise de découvrir que notre chambre n’est pas prête lorsque nous arrivons. Nous allons faire un tour au marcher pour acheter quelque chose à manger pendant qu’ils la préparent. Il est presque minuit quand nous nous couchons enfin !

Le lendemain, nous louons un scooter auprès de l’auberge pour nous rendre à la forêt de Tra Su et à la célèbre montagne Sam. Nous débutons par la forêt qui se situe à 45 minutes de route de Chau Doc. Nous déposons le scooter à l’entrée et montons à bord de la barque à moteur pour débuter la visite de 2 heures de cette forêt inondée. C’est magnifique ! La faune et la flore de cette réserve ornithologique sont éblouissantes et vous ne verrez rien de semblable ailleurs. Après le bateau à moteur, vous montez à bord d’une petite barque menée par une vietnamienne. Elle vous prête des chapeaux vietnamiens et s’arrête régulièrement pour vous montrer les oiseaux cachés dans la végétation. Il est alors plus aisé de les observer de par l’absence de moteur, dont le bruit les effraye.

Forêt de Tra Su à Chau Doc 

Nous reprenons le scooter et nous arrêtons à la montagne Sam, célèbre lieu de pèlerinage vietnamien. Nous nous baladons dans le temple situé au pied de la montagne avec ses belles couleurs orangées et ses deux éléphants, blanc et noir, encadrant l’entrée. Malheureusement pour nous, il semblerait que nous ayons emprunté le mauvais chemin en scooter par la suite car nous nous sommes rendus au sommet mais n’avons absolument rien vu de la superbe de la montagne Sam. Un chemin rocailleux et des chantiers locaux au sommet. Apparemment, nous étions du mauvais côté de la montagne ! Nous avons donc manqué le superbe panorama sur la campagne vietnamienne et les nombreuses pagodes qui ponctuent l’ascension. Tant pis, il est tard et nous devons rentrer prendre notre bus.

La Montagne Sam à Chau Doc 

Prix :

- Visa vietnamien : $45 par personne

- Bus Sihanoukville – Chau Doc : $20 par personne, 7h de bus

- Trang Nguyen Hotel : $15 la nuit

- Scooter Chau Doc : $5 la demi-journée

- Visite de Tra Su : 130.000 VND pour 2

Pour rappel : $1 = 22.000 VND

Ce que nous avons pensé de la ville :

Chau Doc se visite aisément en une journée à l’aide du scooter. Partez le matin à la forêt de Tra Su et l’après midi à la montagne Sam. De cette manière, vous pourrez profitez de la vue dégagée du brouillard matinal au sommet de la montagne, voire même attendre le coucher de soleil.

Pour manger, rendez-vous sur le marché de Chau Doc qui est très agréable et achetez les gâteaux à la noix de coco ou encore cet étrange riz collant fourré à la banane et cuit au barbecue, un régal !

Marché de Chau Doc et ses fameuses pâtisseries 

Nous avions longuement hésité à faire la visite de Tra Su et donc à nous arrêter à Chau Doc. En effet, cela faisait un grand détour et nous n’étions pas certain qu’en période sèche la forêt serait visitable. Nous ne regrettons absolument pas cet arrêt qui était absolument fantastique. La Forêt de Tra Su est une merveille à faire sans hésitation. Même en période sèche, où le niveau de l’eau est à son plus bas, cela reste grandiose. Chau Doc a dépassé nos espérances et annonce un très beau voyage au Vietnam !

Ce que nous avons pensé de l’hôtel :

Nous n’avons passé qu’une nuit au Trang Nguyen Hotel et heureusement ! Le prix de la chambre est bien plus élevé que ce que nous avions l’habitude de payer au Cambodge mais en même temps il y a l’eau chaude et la climatisation. Nous n’avons besoin ni de l’un, ni de l’autre, mais au Vietnam ce sont les prestations minimums. Nous avons été largement déçus par le fait que notre chambre ne soit pas prête à notre arrivée à 22h et cela s’est empiré lorsque nous avons passé la porte de celle-ci : une horde de moucherons peuple déjà les lieux et vous assaille sans ménagement.

Trang Nguyen est un hôtel bien trop cher pour la qualité de ses prestations mais idéalement situé puisqu’il est en face du marché.

25
fév

Le 25 Février, après 45 jours au Cambodge et une dernière nuit à Sihanoukville, nous partons pour le Vietnam à 11h du matin. Nous avons réservé un bus auprès de la compagnie Champa Travel depuis Sihanoukville et jusqu’à Chau Doc au Vietnam. Nous passerons la frontière à Ha Tien.

Le trajet cambodgien se déroule sans encombre jusqu’à Ha Tien avec un stop à Kampot. Arrivés à la frontière, nous traversons à pied accompagnés d’une employée de la compagnie qui s’assure que nous traversons sans encombre.

Frontière de Ha Tien 

Nous voilà au Vietnam ! Nous attendons une petite demi-heure qu’un bus vietnamien vienne nous chercher. Il nous dépose quelques km plus loin pour que nous continuions notre trajet vers la ville de Chau Doc plus au Nord. Bien sûr, comme nous sommes en Asie, le trajet ne pouvait pas se dérouler à la perfection. Nous apprenons alors qu’il n’y aura pas de bus avant 3h, soit 19h, alors que nous devions arrivés à notre destination finale à 18h… Nous nous installons dans le café d’à côté, avec Wi-Fi et patientons tranquillement.

Le bus arrive enfin et nous sommes très agréablement surpris : il est propre, très confortable, les sièges sont des couchettes et il y a même la connexion Wi-Fi ! En revanche, la climatisation est beaucoup trop forte et nous notons d’emmener une polaire dans les prochains bus.

 Bus couchette vietnamien
21
fév
21
fév
Publié le 25 février 2018

Le reste de la semaine se déroule sur Koh Rong, l’île la plus connue du Cambodge. La plage principale se trouve au village de Koh Tuch, au sud de l’île. Vous y trouverez de nombreux hébergements, des bars, des restaurants, des superettes et même de la street food. Cet endroit est plus développé pour le tourisme et si vous souhaitez faire la fête c’est l’endroit idéal. Des soirées à thèmes sont organisées presque chaque soir. Les prix y sont plus élevés mais il est possible de dénicher quelques bonnes adresses lorsque vous vous éloignez du front de mer. Nous pouvons notamment citer le Nice Food qui propose des plats de très bonne qualité, à des prix tout à fait abordables. En revanche la plage est sale et beaucoup moins attrayante que les autres.

Nous passons quatre nuits à Koh Touch et séjournons à l’auberge Bong’s. Cette auberge est très agréable et propose de très bons services : petit déjeuner gratuit, thé / café / eau gratuits et à volonté, happy hours toute la journée pour les résidents. Aussi, le soir, l’auberge se transforme en scène ouverte, où qui souhaite peu emprunter la guitare pour faire une chanson. L’auberge œuvre également beaucoup pour la communauté locale et héberge notamment le service médical d’urgence de l’île.

Village de Koh Tuch 

Le premier jour nous décidons de nous rendre à Long Beach, à l’ouest de l’île. Cette plage est presque entièrement privatisée par le Royal Sands Luxury Hotel et sa beauté est incroyable. Le sable est blanc, et son aspect fait penser à de la farine. L’eau est transparente. Nous décidons de nous y rendre en traversant la forêt, par un chemin tracé pour les touristes. La balade est sympa mais je ne recommanderai pas cette option qui s’avère assez dangereuse finalement. La fin du trek est en réalité une descente abrupte et rocheuse, sur laquelle vous risquez de croiser des serpents. Plus tard nous apprendrons que Koh Rong veut dire « l’île aux serpents » et que la moitié des quinze espèces présentes sur l’île sont dangereuses pour l’homme.

Long Beach 

Pour vous rendre à Long Beach, favorisez les services d’un moto-dop ou d’un bateau-taxi. Nous passons l’après-midi à Long Beach et marchons jusqu’à l’autre extrémité pour nous balader dans le village de Sok San. Après ces 10 km de marche, nous décidons de rentrer en bateau-taxi. Mon mal de mer est mis à rude épreuve cette semaine, les vagues sont immenses et le bateau fait des bonds si grands qu’ils lui vaudraient une place chez Disneyland…

Long Beach 
Sok San Village sur Long Beach 

Après un jour de repos à l’auberge, nous décidons de nous rendre à la 4km beach, qui est la plage la plus connue de l’île. A seulement quelques minutes de marche à l’Est de Koh Tuch nous trouvons cette plage et sommes très déçus. Elle est beaucoup moins belle, le sable n’y est pas blanc et l’eau est très sale. Nous ne nous baignons même pas.

Il existe encore d’autres plages sur l’île, plus éloignées et plus calme. Plus à l’Est de 4km Beach vous trouverez Nature Beach et Coconut Beach. Tout au nord de l’île se trouve Lonely Beach.

Nos meilleures adresses sur l’île sont le Sky Bar avec sa vue magnifique sur la baie, le vendeur ambulant de kebab parce que bon sang ça nous a trop manqué, les quésadillas du Bong’s qui sont à tomber par terre, et les petits plats asiatiques du Nice Food parce qu’au bout d’un moment on a plus d’argent !

Prix :

- Bong’s : $14 la nuit

- Bateau vers Long Beach : entre $5 et $7 par personne pour un aller

Coucher de soleil sur Long Beach 

Ce que nous avons pensé de l’île :

Koh Rong est beaucoup plus sale à notre goût que Koh Rong Samloem. Cela est dû à son affluence touristique. Je trouve également qu’elle est moins authentique et elle semble avoir été construite pour les touristes. J’ai adoré Long Beach, qui est bien plus belle que M’Pai Bay et de loin, en revanche les autres plages que nous avons vues sur l’île ne faisaient absolument pas rêver. Koh Tuch est une destination qui me semble plutôt adaptée à des vacances de courtes durées, entre amis, et dans l’idée de faire la fête toute la nuit, sans compter son budget.

Il est plus facile de séjourner à Koh Rong, grâce à la diversité de choix de bars, de restaurants et d’hébergements, mais j’ai préféré le calme et l’authenticité de Koh Rong Samloem, qui reflétait plus à mon goût l’esprit du Cambodge.

17
fév

Après des heures d’attente sur le quai de l’embarcadère sud, nous sommes enfin sur le speed boat en direction de Koh Rong Samloem. Cette île est moins connue et moins fréquentée que sa jumelle Koh Rong. Elle dispose de trois baies. La principale est Saracen Bay, à l’est de l’île ; elle se compose principalement d’hôtels et de resorts et les prix y sont plus élevés qu’ailleurs sur l’île. La seconde est M’Pai Bay, au nord de l’île ; elle dispose d’un village local et de nombreuses auberges et s’adresse plutôt aux routards en recherche d’authenticité et de prix plus abordables. La dernière, situé à l’ouest de l’île, est Sunset Beach ; connue pour ses magnifiques couchers de soleil, seuls quelques établissements y sont présents. Il est possible de dormir uniquement en bungalow ou en tentes sur la plage.

Nous passons quatre nuits sur cette île, plus précisément à M’Pai Bay. Nous logeons dans une petite cahutte, ayant uniquement la place pour un lit double, au sein de l’auberge Yellow Moon. Cette auberge est idéalement située puisqu’elle est exactement entre le port et la plage. Cela signifie que tout est à proximité, pour seulement quelques minutes de marche, tout en étant légèrement en retrait dans la végétation. La vue depuis la chambre y est sublime.

L’auberge est plutôt festive et le bar propose des prix imbattables sur l’île. Nous rencontrons beaucoup de voyageurs venant de nationalités différentes. A minuit, lorsque le bar ferme et que la musique s’arrête, chacun se muni de son maillot de bain et de sa serviette et se rend sur la plage. Le plus grand intérêt de cette baie est ici : nager en pleine nuit avec le plancton phosphorescent. Cette expérience est incroyable ! Dans le noir complet, vous admirez le ciel étoilé au-dessus de votre tête, alors que dans l’eau chacun de vos mouvements est accompagné d’une autre multitude d’étoiles scintillantes et dansantes sur votre peau.

Yellow Moon Hostel 

Le reste du temps nous profitons de la plage et des restaurants disponibles sur l’île en savourant ces moments de calme et de repos.

Prix :

- Aller-retour en bateau sur les îles : $22 par personne

- Yellow Moon : $15

- Bateau entre Koh Rong Samloem et Koh Rong : $5 par personne, 30 minutes

Ce que nous avons pensé de l’île :

M’Pai Bay est très belle et très agréable à vivre. Il y a peu à faire en dehors des restaurants et de la plage. Il me semble donc agréable de passer un peu de temps au bar le soir et de discuter avec d’autres voyageurs. Cette baie est idéale si vous souhaitez combiner plage, rencontres, authenticité, tout en ayant des prix bas.

14
fév
14
fév

Après ces deux magnifiques journées passées à Kampot, nous reprenons la route en nous dirigeant toujours plus au sud, dernière région de notre périple cambodgien. Nous arrivons d’abord à Sihanoukville pour réaliser nos visas vietnamiens et prendre le bateau direction les îles !

Cette ville n’a que peu de charme et porte peu d’intérêt en dehors de la plage, de la fête et de l’embarcadère vers les iles. Elle est presque entièrement entre les mains des chinois qui ont racheté la plupart des commerces. Sihanoukville, c’est un peu le Ibiza chinois !

La plupart des panneaux sont traduits en chinois, parfois même au détriment de l’anglais. Dans cette ville, vous croiserez plus de casinos dans une rue qu’en une année entière et les prix des bars et restaurants seront bien au-dessus de tout ce que vous aurez vu au Cambodge.

En arrivant, nous confions nos passeports à l’agence Ana Travel, qui s’occupera de nos visas vietnamiens pendant notre séjour sur les îles, et dénichons quelques adresses abordables pour nos deux jours dans la ville.

Pour le petit déjeuner, la Smile Gesthouse propose des breakfasts à $2,5 boisson incluse, un prix imbattable ! Pour les plus gourmands, les petits déjeuners du restaurant Manaho sont excellents. Nous testons quelques adresses de burgers et nourritures occidentales et retenons sans hésitation le Big Easy. Cet établissement est en réalité une auberge proposant des chambres de bonne qualité, assez grande et au calme. Le bar-restaurant est super, avec un personnel attentif et amical et une carte bien fournie. Nous y dégustons les lasagnes du chef, un véritable baume au cœur après un mois et demi loin de la gastronomie française.

Nous logeons également au Monkey Republic, une auberge plutôt festive, bénéficiant d’une piscine et de chambres tout à fait agréables.

Prix :

- Minibus Kampot – Sihanoukville : $5, 2h de route

- Visa vietnamien : $45

- Auberge Monkey Republic : $14 la nuit

- Auberge Big Easy : $15 la nuit

11
fév

Kampot est une ville réputée dans le monde entier pour son poivre d'excellente qualité, qui se vend à près de $100 le Kg !

Après une première nuit à la Ta Eng Guesthouse, nous avons donc naturellement commencé nos deux jours de visite par une plantation de poivre. Nous avons loué un scooter, réalisé 16km sur des chemins de terres rouges cabossés, et après 1h30 de route et un mal de fesses incroyable, nous voilà arrivés à La Plantation ! Le site a été construit en 2013 par un couple Franco-Belge amoureux de Kampot. La visite est gratuite et peu être réalisée en Français ou en Anglais. Le site est incroyable, il est situé entre le Lac Secret et les montagnes. Nous y dégustons les différents types de poivres (vert, rouge, blanc, noir, fumé, long) et apprenons que les différentes couleurs sont obtenues d'un même pied, mais ne sont tout simplement pas récoltées au même moment.

La Plantation Kampot 

Après avoir dégusté une excellente glace au poivre et attrapé de beaux coups de soleil, nous reprenons le scooter pour aller voir les marais salants de Kampot, près du centre ville. Malheureusement pour nous, la récolte à été effectuée il y a peu et il n'y a donc plus de sel pour le moment. Nous avons malgré tout l'impression d'être à Guérande et cela nous rappelle un peu la maison...

Marais salants de Kampot 

Nous nous baladons ensuite sur les quais et dégustons un excellent barbecue Khmer très abordable. Ensuite, nous nous rendons à la guesthouse Les Manguiers, un peu en dehors de la ville pour prendre part à une balade en barque de nuit pour aller voir des lucioles. C'est un spectacle incroyable ! Je n'ai malheureusement pas réussi à prendre de photos pour immortaliser ce moment. Imaginez simplement un sapin de noël, dans la nuit, orné uniquement d'une guirlande lumineuse clignotante. Nous en avons même pris dans nos mains et les avons vu s'envoler depuis le bateau. Une expérience inoubliable.

Au retour, nous nous arrêtons au Bokor Night Market. Ce marché est à destination des cambodgiens et l'ambiance y est très étonnante. Une scène et un écran géant avec projecteur sont installés au centre du marché. Là, des clips de musiques cambodgiennes sont diffusés façon karaoké et le volume sonore est à son maximum. Les locaux sont installés calmement sur des chaises, face à l'écran et commandent la musique suivante tout en discutant ou en dégustant un repas de street food.

Ecstatic Pizza Restaurant Kampot 

Le lendemain, une deuxième grosse journée nous attend. Nous partons en scooter le matin pour visiter la station climatique de Bokor. 45 minutes de route vous attendent pour vous rendre au sommet, mais la route est simplement époustouflante. La vue est magnifique et les arbres qui bordent la route sont impressionnants.

Bokor Hill Station Kampot

Sur la route vous verrez une énorme statue de Bouddha, une cascade d'eau (très peu d'eau en saison sèche) et les nouveaux hébergements luxueux et casinos sans intérêts au sommet. Récemment, l'ancien Bokor Palace a été entièrement rénové. Il avait été abandonné pendant le régime des Khmers rouges et tombait entièrement en ruine. Il est désormais complètement réhabilité.

Bokor Hill Station Kampot 

En milieu d'après-midi, nous nous dirigeons à la Sabay Beach Guesthouse pour louer un kayak et nous balader dans la mangrove de Kampot. Nous réalisons la boucle nommée Green Cathédrale autour de l'auberge. C'est la boucle incontournable. Très peu connue et donc peu touristique, cette expérience est elle aussi incroyable. Nous avons passé près de 2h à nous balader dans les étroits chemins de la rivière. Enfin, nous avons admiré le coucher de soleil sur le ponton de la guesthouse.

Prix :

  • Bus Kep - Kampot : $3, 30 min de route
  • Ta Eng Guesthouse : $10 la nuit
  • Scooter : $4 la journée
  • Balade en barque pour voir les lucioles : $4 par personne
  • Location de kayak : $10 la journée

Ce que nous avons pensé de la ville :

Nous avons adoré Kampot ! Comme de nombreux voyageurs, cette ville est notre préférée au Cambodge. Le mélange mer et montagnes, lui donne un panorama incroyable. Il y a beaucoup de choses à voir et à faire, et nombreuses sont les expériences inoubliables dans cette ville. L'ambiance y est plutôt décontractée et paisible et cette ville ne vous ruinera pas.

Le petit plus de la ville : une boulangerie proposant pleins de pâtisseries !! Vous vous en doutez, nous n'avons pas pu résister à la tentation, le manque était trop important... Comptez entre $2 et $3 la part.

Ce que nous avons pensé de l'auberge :

La Ta Eng Guesthouse est très agréable. Le propriétaire parle français et est toujours près à vous aider. Figurant dans le guide du routard, vous y croiserez énormément de français, de tout âges. Les chambres sont grandes et propres. Le petit déjeuner est bien et surtout très peu cher, environ $1. L'auberge se situe à 10 minutes à pied des quais, ce qui permet de bénéficier d'un certain calme la nuit. Je recommande vivement.

10
fév
10
fév

Après un dernier petit déjeuner à la Longlin Guesthouse, nous montons dans un minibus à destination de Kep. Nous rencontrons Hugo et Hélène, deux voyageurs français qui parcourent l'Asie en solo depuis plusieurs mois. Nous discutons des différents pays, échangeons les bons plans et les curiosités que nous avons rencontrés.

A l'arrivée, nous nous installons au Khmer House Hotel et nous rendons au marché aux crabes pour déguster la spécialité de la ville. Nous nous attablons au Kimly Restaurant, très réputé, qui propose plus d'une douzaine de plats à base de crabe ainsi que d'autres produits de la mer. Nous partagons une grande assiette à deux pour le petit prix de $8. Le crabe y est bon bien que plutôt petit.

Le lendemain nous louons des vélos à l'auberge pour aller nous balader le long de la plage dans le centre de Kep. Nous allons voir la statue de Crabe qui accueille les visiteurs et marchons le long du remblais.

Prix :

  • Minibus Phom Penh - Kep : $6, 4h de route
  • Khmer House Hotel : $7 la nuit
  • Plat de crabe : $8
  • Vélos : $1,5

Ce que nous avons pensé de la ville :

Il y a peu de choses à voir ou à faire à Kep en dehors de la plage. La plupart des touristes viennent y passer une journée depuis Kampot en louant un scooter.

Après avoir passé une semaine dans une auberge de Phnom Penh, nous avons vraiment apprécié pouvoir voir la mer et faire un tour en vélo. Une journée est amplement suffisante !

Ce que nous avons pensé de l'auberge :

Le Khmer House Hotel est tout à fait agréable, la chambre y est propre et confortable. En revanche, le propriétaire y est plutôt désagréable.

La Wifi ne passe pas très bien dans la chambre et l'auberge est à 1h à pied de la plage et du centre de Kep. Il vous faudra donc prendre un tuk tuk ou un vélo pour les trajets.

Pour réserver votre hébergement à Kep, notamment le week-end et en haute saison, nous vous recommandons de vous y prendre au moins deux semaines à l'avance car les hébergements partent très vites.

4
fév

Après cette très belle boucle de 24 jours du Nord Est vers le Nord Ouest du Cambodge, nous voilà de retour dans la capitale pour renouveler notre visa Cambodgien afin de visiter le Sud du pays.

Nous avons donc passé la semaine à nous reposer et à chercher les bons plans bars / restaurants afin de limiter les dépenses.

Nos bons plans restaurants :

  • Longlin Guesthouse : de très bons petits déjeuners entre $1,5 et $3, des grandes pizzas à partager pour seulement $7.
  • David's Restaurant - Noodle & Dumpling : restaurant spécialisé dans les pâtes fraîches, elles sont réalisées sous vos yeux et sont excellentes ! Prix tout à fais abordables (environ $4).

Nos bons plans bars :

  • Tonle Khmer Guesthouse : hébergement proposant un happy hour très intéressant et disposant d'un bar rooftop avec une très belle vue sur les quais et sur le mékong. Notre QG pour la semaine !
  • Olala Café : cadre très sympa mais un peu plus cher que les autres bars aux alentours. Carte variée et intéressante.

Pendant cette semaine nous avons eu la chance de re-croiser par le plus grand des hasards Françoise et Gérard, que nous avions rencontrés dans le Mondolkiri et avec qui nous avions partagé un tk-tuk à Siem Reap. Nous avons alors partagé un dernier repas et leur avons souhaité un bon retour en France.

Nous avons logé dans deux guesthouses différentes pendant cette semaine en raison d'un incident plus que déplaisant avec la première.

Notre première guesthouse : Le Blues Hostel

Je ne recommande absolument pas cet hébergement. Nous avons payé $10 la nuit pour une chambre privative, ce qui est de loin ce que nous avons payé de plus cher jusqu'ici et de loin aussi la pire expérience de notre voyage.

La chambre ressemble à une prison : murs blancs, sol en béton comme dans un parking et aucune fenêtre. Les interrupteurs sont au plafond, il faut donc se mettre debout sur le lit pour les atteindre. Des fourmis dorment avec vous dans le lit. La douche ne s'écoule plus a cause de la crasse entassée dans le siphon et inondent toute la salle de bain. La porte ferme à peine à clés. Et j'en passe. Jusque-là ça nous a juste fait rire.

Si vous rentrez après 21h vous êtes enfermés dehors, beaucoup moins marrant. Ce qui veut aussi dire que si vous voulez sortir c'est impossible.

Pour couronner le tout les toilettes ont fini par se boucher à cause d'un reflux des autres chambres. Nous avons donc décidé d'en parler à la propriétaire qui nous a promptement envoyé nous faire voir, nous a à peine regardés, s'est contentée de pianoter sur son téléphone en nous parlant sèchement. Quelques heures plus tard, rien n'avait été fait, nous sommes donc retournés la voir pour changer de chambre ou bien être remboursés. Elle a refusé de nous trouver une solution, nous a ignoré et a fini par nous tourner le dos et s'en aller.

Nous avons donc quitté le lieu et pris une autre auberge dans une rue parallèle.

Notre deuxième guesthouse : GoodMorning Guesthouse

Cette deuxième guesthouse nous a beaucoup mieux réussi ! A $8 la nuit, les chambres étaient tout à fait décentes et le personnel était vraiment très agréable. La wifi ne passait pas au bout du couloir mais la terrasse du restaurant étant agréable nous y avons passé la plupart de notre temps. Cette hébergement se veut modeste et justifie tout à fait son prix. Je recommande absolument !

Habituellement réalisé en 3-4 jours ouvrés, notre visa sera finalement renouvelé en 9 jours... Nous sommes restés 6 jours à Phnom Penh et avons finalement perdu patience. Nous avons continué notre chemin vers le sud sans les passeports qui nous ont rejoints, comme des grands en prenant le bus, trois étapes plus loin à Sihanouk Ville.

3
fév

Avant de rejoindre Phnom Penh pour renouveler nos visas, nous avons décidé de réaliser une nouvelle étape : Kompong Chhnang. Cette petite ville abrite un village flottant Cham et présente l’intérêt d’être beaucoup moins touristiques que ceux que vous pourrez visiter près de Siem Reap. De plus, sa campagne est très agréable.

Nous avons donc loué des vélos pour la journée et sommes aller nous balader dans la campagne afin d’observer les villages de potiers, spécialité de la ville.

Nous nous sommes ensuite rendus à l’embarcadère et avons négocié une balade en barque avec une locale. Pendant une heure, celle-ci nous a fait visiter les villages flottants au plus près des maisons. Nous en avons profité pour admirer le coucher de soleil, rendant la vue encore plus magnifique.

Après une bonne nuit de sommeil à la Garden Guesthouse, nous prenons le bus pour Phnom Penh où nous attendrons sagement pendant une semaine le renouvellement de notre visa.

Petite anecdote : si vous vous rendez dans cette ville, assurez vous que le chauffeur le sache à l’avance et manifestez vous rapidement lorsqu’il arrive à destination. Notre chauffeur avait, semble-t-il, « oublié » de s’arrêter et nous a déposé sur le bord de la route 5km après être sortie de la ville. Une surprise dont nous nous serions bien passés mais qui s’est bien finie puisque nous avons croisé un tuk-tuk après 20 minutes de marche.

Prix :

- Bus Battambang – Kompong Chhnang : $5 pour 4h

- Location d’un vélo à la journée : $2

- Bateau local d’une heure : $8

- Auberge Garden Guesthouse : $8

Ce que nous avons pensé de la ville :

Kompong Chhnang est une petite ville très agréable où il est très intéressant de s’arrêter si vous avez le temps. Deux nuits et une journée de visite sont amplement suffisant pour s’y arrêter et tout peut se faire en vélo.

Ce que nous avons pensé de l’auberge :

La Garden Guesthouse est une auberge charmante, entourée de verdure, proposant des bungalows individuels pour $8 la nuit. Le restaurant était un peu au-dessus de notre budget en revanche. La chambre y est très confortable et colorée, bien qu’il n’y ai pas d’eau chaude mais nous commençons à nous y habituer.

30
janv
30
janv
Publié le 6 février 2018

Battambang est la seconde ville la plus peuplée du Cambodge et est réputée pour son architecture coloniale française. Nous avons décidé de nous y arrêter quelques jours pour nous reposer après notre semaine rythmée par les temples d’Angkor. La ville en elle-même présente peu de charme et il faut s’éloigner pour apprécier ses environs. Vous pourrez y voir des temples, des artisans, et aussi le bambou train, une attraction qui attire de nombreux touristes.

Nous avons pris le parti de ne pas faire toutes ses attractions et d’économiser notre budget et notre énergie en nous contentant de nous balader dans la ville. Nous avons alors télécharger les deux itinéraires pédestres de ka-tours et avons fait le tour de la ville au rythme de son histoire. De nombreux bâtiments ayant été détruits, nous devons avouer que ces visites ne présentaient que peu d’intérêt.

Nous avons cependant quelques bonnes adresses à recommander.

Pour l’auberge, nous avions choisi le Lucky Guesthouse pour $8 la nuit. Cette auberge ressemble surtout à un hôtel. Il est très récent, puisqu’il a ouvert l’année dernière et dispose d’une piscine intérieure et d’un billard. Le personnel y est très agréable. Les chambres sont grandes, propres et le wifi passe très bien. Le quartier est plutôt calme et les compagnies de bus sont au coin de la rue. Il s’agit d’une des meilleures auberges que nous ayons faites jusqu’ici.

Lors de notre premier déjeuner nous nous sommes rendus au Kinyei Café et avons mangé des burritos mexicains ($5,25) afin de changer de la nourriture khmère habituelle. Une très bonne adresse ! Les plats sont copieux, variés et peu excessifs en prix.

Pour les dîners, nous sommes allés le long du quai, au pied du marché, où de nombreux stands de street food sont installés chaque soir, tables et chaises compris. Le choix y est assez varié et les prix sont très bas : environ $1,25 le plat.

29
janv
29
janv
Publié le 1er février 2018

Après avoir passé une semaine entière aux Temples d'Angkor, nous nous rendons à Battambang et pour cela deux possibilités s'offrent à nous : le bus ou le bateau.

Le premier, plus rapide et plus économique (3h et environ $5), est un simple moyen de transport comme un autre. Le second en revanche, est une attraction touristique incontournable. Pour $20, vous traverserez le Tonlé Sap et admirerez des villages flottants tout le temps du trajet (9h...). C'est donc l'option que nous avons choisie.

Bien que très long ce trajet est vraiment intéressant, vous verrez différents types de villages : maisons flottantes, bateaux-maisons et maisons sur pilotis en fonction de la largueur du cours d'eau. Vous assisterez également à de belles scènes de vie : les enfants qui jouent dans l'eau, les hommes qui pèchent sur leurs installations précaires, les douches dans la rivière, l'heure du repas, etc. Et chaque fois que vous passerez devant un nouveau village, les enfants s'empresseront de venir vous saluer de grands signes de mains, un gigantesque sourire sur leur visage.

Si vous le souhaitez, vous pourrez même voyager sur le toit du bateau et profiter d'une vue magnifique à 360°, au plus près de la nature et des éléments.

Parfois, vous partagerez le trajet avec des locaux qui utilisent ce moyen de transport comme un bus entre les différents villages. D'autres s'en servent pour envoyer des vivres ou encore du courrier. Vous entendrez alors à l'entrée de chaque village le bateau klaxonner pour annoncer son arrivée. Alors les locaux prendront leurs barques et rejoindrons le centre de la rivière, apparenté à « l’arrêt de bus ».

C'est un trajet que j'ai beaucoup apprécié et que je recommande fortement malgré la durée du trajet et le prix qui peut s'avérer élevé.

22
janv

Après quelques changements dans le programme initial, nous avons décidé de partir pour Siem Reap et les fameux temples d’Angkor. Depuis Sen Monorom, nous avons pris un minibus à 7h30 le matin et 9 heures plus tard nous arrivions à destination. Un voyage long et très peu confortable.

Sur recommandation d’un couple français, nous nous dirigeons vers l’auberge Sweet Dreams et sa piscine afin de profiter de la fin de journée. Le lendemain, nous profitons d’une journée au calme pour nous reposer et visiter doucement le centre-ville de Siem Reap. Le soir venu nous découvrons la fameuse « Pub Street » et apprécions un verre au très connu « Tigre de Papier ».

Cette journée un peu plus calme est également l’occasion de planifier notre semaine et les visites des Temples d’Angkor de la meilleure façon qu’il soit. A travers nos lectures, nous notons quelques points essentiels :

- Prendre les billets des temples la vieille au soir pour éviter la queue le jour même. La billetterie se trouve sur la route menant aux temples et les billets pour le lendemain sont disponibles entre 17h et 17h30. Si vous le souhaitez, vous pouvez ensuite vous rendre gratuitement dans l’enceinte des temples pour assister au coucher du soleil. En tuk-tuk un aller/retour à la billetterie vous coutera $4, environ $8 si vous assistez au coucher de soleil.

- Il existe 3 pass pour la visite des temples : 1 jour à $37, 3 jours à $62 et 7 jours à $70. Le mieux étant de prendre le pass 3 jours.

- La visite des temples est divisée en deux circuits : un grand et un petit. Ils peuvent être réalisés en vélo ou à pieds pour les plus courageux (le grand fait 38km) ou bien en moto électrique ou en tuk-tuk. Une location à la journée de moto électrique coûte $10 ; pour le tuk-tuk, les prix seront de $15 pour le petit circuit et $20 pour le grand.

- Afin d’éviter les foules et les cars de touristes, levez-vous tôt. Le grand circuit peut être fait à l’envers mais pour le petit difficile d’éviter les foules étant donné qu’il regroupe les temples les plus connus. Entre midi et deux les groupes allant manger, les temples sont plus accessibles.

- N’hésitez pas à prendre des temps de repos et prévoyez d’autres activités afin de ne pas saturer face au nombre de temples visités.

Sachant tout cela, notre programme a donc été le suivant :

- Mercredi : visite du grand circuit dans le sens inverse et en moto électrique. Nous avons commencé à 8h30 et avons terminé en milieu d’après-midi. Nous avons visité les temples : Banteay Kdei, Srah Srang, Pr. Prerup, Eastern Mebon, Ta Som, Neak Pean, Prah Khan et la North Gate d’Angkor Thom.

Temples du Grand circuit d'Angkor 

- Jeudi : nous avons visité le temple Beng Mealea (qui ne fait pas parti du pass d’Angkor). Ce temple se situe à 2h de route (65km) en tuk-tuk. Nous sommes partis à 6h30 le matin et sommes revenus pour midi. Partez tôt le matin car de nombreux cars de touristes affluent toute la journée.

Temple de Beng Mealea 

- Vendredi : Visite d’une portion du petit circuit et du temple Bantey Srei à 18km au Nord de la ville en tuk-tuk. Le soir, nous avons dîné dans un restaurant avec un couple de français rencontrés au Mondolkiri (Françoise & Gérard) afin de tester le BBQ Khmer.

Temples de Ta Phrom et de Bantey Srei 
BBQ Khmer à Pub Street avec Gérard et Françoise

- Samedi : Journée repos à la piscine de l’auberge avec deux couples français et un couple belge, échanges de bons plans de voyage.

- Dimanche : visite du petit circuit avec Françoise et Gérard en tuk-tuk. Nous sommes partis à 5h30 afin d’assister au levé du soleil sur Angkor Vat. Nous avons visité les temples : Angkor Vat, Bayon, Baphuon, Phimeanakas, Terrasse du Roi Lépreux, Terrasse des Eléphants, Ta Phrom.

Temples du petit circuit d'Angkor 

Prix

- Minibus Sen Monorom – Siem Reap : $18

- Sweet Dreams Guesthouse : $7 la nuit, restaurant entre $2,5 et $5, $1 la bière et les sodas

- Pub Street : $0,50 la bière

- Pass 3 jours : $62

- Moto électrique : $10

- Tuk-tuk Beng Mealea : $25

- BBQ Khmer : $12 pour deux

- Tuk-Tuk Bantey Srei : $20

- Tuk-tuk petit circuit avec lever de soleil : $20

Ce que nous avons pensé de la ville :

Contrairement à ce que nous avions pu lire, la ville de Siem Reap est très agréable et très animée le soir. Le quartier de Pub Street est un véritable incontournable. Nous avons passé une agréable semaine à visiter les temples et avons beaucoup apprécié le sourire et la bienveillance de la population qui diffère de ce que nous avions connu à Phnom Penh. Il est important de rester une semaine complète pour visiter les temples tout en prenant son temps.

La street food est très bonne et bon marché, notamment le long du quai au pied du vieux marché. Le prix des auberges est également tout à fait abordable mais il semble plus judicieux de s’écarter du quartier animé si vous souhaitez du calme et des nuits reposantes.

Ce que nous avons pensé de l’auberge :

L’auberge Sweet Dreams correspondait tout à fait à nos critères : bon marché, possédant une chambre double avec salle de bain privative, un bar restaurant ainsi qu’une piscine. Le propriétaire est très accueillant et à l’écoute. Il vous propose les services de tuk-tuk, de location de vélo, de réservation de transport et aussi de lingerie. Nous avons passé un agréable séjour, dans un quartier calme, à 10 minutes à pied du quartier plus animé. Nous avons également rencontré beaucoup de touristes français au bord de la piscine qui nous ont donné de supers tuyaux de voyage !

20
janv
20
janv

Nous avons tous appris sur les bancs de l’école la triste histoire des guerres mondiales et du génocide des juifs. En revanche, tout un pan de l’histoire semble être manquant dans nos livres d’école. En effet, alors que la guerre du Vietnam faisait rage et que les américains bombardaient les terres asiatiques, les khmers rouges, mouvement militaire libérateur cambodgien ont pris possession de la capitale Phnom Penh afin de « libérer » le pays de l’invasion des pays frontaliers. Ils ont vidé la ville, ordonnant à hommes, femmes et enfants quelque soit leur âge de s’exiler en campagne. Les khmers rouges ont détruit les banques et tous ce qui se rapportait à la culture. Ils voulaient un nouveau départ, un retour aux sources, l’an « zéro ».

En quelques années, le pays entier était devenu un camp de travail forcé. Les cambodgiens décédaient de nombreuses maladies ou plus régulièrement de famine et de fatigue. Ils travaillaient près de 15 heures d’affilés avec une unique ration de riz par jour. Les khmers rouges ont mis en place des prisons pour les ennemis du régime. La plus connue se situe à Phnom Penh et se nomme S-21.

Bon nombre de personnes qu’ils envoyaient dans ces prisons ne savaient même pas de quoi elles étaient accusées. Mais le régime ne se trompait jamais et s’ils étaient ici c’est qu’ils avaient quelque chose à confesser. Alors ils les torturaient chaque jour, parfois plusieurs fois par jour, et ils tentaient tant bien que mal de les maintenir en vie jusqu’à ce qu’ils avouent (ou qu’ils inventent). Ensuite, ils les exécutaient et les balançaient dans une fosse commune. Après cela, leur famille entière était tuée pour conserver le secret de ces prisons. A cette époque, le simple fait de porter des lunettes (ce qui faisait de vous un intellectuel) ou d’être étranger, vous valait une place en prison.

De nombreux récits et témoignages sont racontés au musée du génocide de Phnom Penh. Il y est aussi décrit l’implication de la Suède dans l’extension des moyens financiers accordés à Pol Pot, leader du régime des Khmers Rouges, mais aussi l’inaction des autres pays Européens. Nous y sommes restés toute une après-midi et je suis encore émue et choquée par cette histoire et par la méconnaissance de cette dernière en France.

19
janv

Nous nous sommes rendus à Sen Monorom, dans la province du Mondolkiri, par le biais d’un minibus. Rien que ça, c’est une expérience en soit. 4 heures de trajet, 8$ et quelques fous rires. Dans l’allée centrale sont installées des petites chaises en plastique pour ajouter un siège passager. Le chauffeur tente chaque jour de battre son record de vitesse. Tel un conducteur de formule 1 vous pouvez le voir couper les virages à la corde (et donc en sens inverse) tout au long des routes de montagnes sinueuses de cette belle province cambodgienne.

Nous arrivons sans encombre à Sen Monorom mais sommes ravis de pouvoir sortir de ce minibus et profiter d’un peu d’air frais. Cette ville semble quelque peu « artificielle ». En effet, tout ici s’adresse aux touristes, vous y trouverez des auberges, des restaurants et des tours opérateurs. Tous sont regroupés sur l’unique rue de la ville. Contrairement à nos précédentes expériences, ici il est presque impossible de négocier. Ceux qui viennent là cherchent une expérience authentique, et même éthique, et pour cela ils mettent le prix.

Nous sommes venus pour réaliser un trek de 2 jours dans la jungle du Mondolkiri et passer un bon moment avec des éléphants protégés. Nous avons alors choisi le Mondolkiri Project, pour la modique somme de 80$ par personne pour les 2 jours, et avons logé au Tree Lodge, établissement du fondateur de cette ONG Mr Tree. L’objectif de cette dernière est d’utiliser l’argent récolté auprès des touristes afin d’aider la population locale, en leur permettant d’aller à l’hôpital ou encore de fonder des écoles, mais aussi de préserver la région en stoppant la déforestation et la maltraitance des éléphants qui viennent à disparaître.

Tôt le lendemain matin, nous sommes partis dans la jungle pour un trek de 18km, au cours duquel nous avons vu 3 cascades et avons pu nous baigner. Tous les repas étaient inclus et nous étions accompagnés d’un guide bunong (nom donné aux ethnies habitant le mondolkiri). En fin de journée, nous arrivons à la « jungle lodge ». Une cabane typiquement cambodgienne, donnant sur un magnifique paysage de montagne, et dans laquelle nous dormirons dans des hamacs avec moustiquaires intégrées. Nous apprécions un agréable dîner khmer réalisé au feu de bois et dans des morceaux de bambou et goûtons au fameux alcool de riz (« rice wine »).

Jungle Lodge Mondolkiri Project 

Après un nouveau réveil matinal, nous partons à la découverte des éléphants recueillis, ou plutôt sauvés, par l’association. Nous passerons la matinée à la nourrir de bananes et à écouter Mr Tree nous enseigner leurs histoires respectives. L’après-midi, nous aurons la chance de nous baigner avec eux et de leur frotter grossièrement le dos afin qu’ils « prennent leur bain ».

La tête pleine de souvenirs, nous rentrons à l’auberge pour une bonne nuit de sommeil avant de nous rendre dans la prochaine ville de notre itinéraire : Siem Reap.

Prix :

- Tree Lodge : $7 la nuit

- Mondolkiri Project : $80 par personne pour le trek de 2 jours, $35 pour la journée avec les éléphants sans trek

- Bus kratie – Sen Monorom : $8, compagnie Mékong express

Ce que nous avons pensé de la ville

Il n’y a rien à faire ou à voir à Sen Monorom en tant que tel. Tous les voyageurs viennent ici pour réaliser un trek dans la jungle ou bien passer une journée avec les éléphants. Malgré le budget plutôt élevé de cette activité, l’expérience était extraordinaire. D’autant plus que l’argent que vous dépenserez ici, si vous passez par une ONG, servira à développer et aider les populations locales. Aujourd’hui il n’y a toujours pas d’école pour les enfants des villages. Notre guide bunong a même réalisé le trek en tongs car il n’a pas les moyens d’acheter une autre paire de chaussures. Les curiosités d’arbres et les cascades sont très intéressantes et alimentent agréablement la journée de trek, qui peut s’avérer sportive par moment.

Auberge Tree Lodge, Sen Monorom 

Ce que nous avons pensé de l’auberge

Tree Lodge est une auberge proposant des petites cabanes individuelles à flanc de montagne. Le restaurant, tout en bois, offre une vue magnifique. Les prix des chambres et du restaurant sont tout à fait bon marché et le service y est très bon. Les chambres sont pourvues d’une moustiquaire et d’une salle de bain privative avec eau chaude. Les cabanes n’étant pas « hermétiques », il n’est pas rare d’avoir la visite d’insectes, de souris ou encore de geckos. La Wi-Fi est disponible uniquement dans le restaurant.

18
janv
18
janv
Publié le 19 janvier 2018

Pour notre troisième étape au Cambodge, nous arrivons en fin de journée à Kratie, après 4h de bus au départ de Kompong Cham. C’est un magnifique coucher de soleil aux reflets violets qui nous accueille à la descente du bus. Je tombe déjà sous le charme de la ville.

Nous marchons le long du quai jusqu’à l’auberge Silver Dolphin Guesthouse où nous dînons et réservons l’activité du lendemain matin… Kayak sur le Mékong pour aller voir les Dauphins Irrawaddy ! Nous prenons l’offre de l’auberge, moins chère que celle de Sorya Kayaking.

A 6h30, le réveil sonne pour le début d’une journée bien chargée. Nous prenons le petit-déjeuner et montons dans la camionnette avec les kayaks pour 20 minutes de route vers Kampi (au nord de Kratie), un des plus gros spot des dauphins du Mékong. Nous débutons 8km plus haut pour commencer par une balade en kayak à travers la végétation des cours d'eau du Mékong. Nous faisons même une pause pour nous baigner et déguster un snack local à base de riz et stocké dans un morceau de bambou. Étrange mais consistant, cela nous tiendra au corps jusqu’au soir.

Nous terminons la balade au niveau des dauphins. Nous nous arrêtons sur la plage pour les admirer et prendre des photos. C’est magique !

Nous rentrons à l’auberge pour planifier l’étape suivante et décidons ensuite de passer l’après midi sur l’île de Kaoh Trong. Nous prenons donc le bateau pour traverser le Mékong. Je vous laisse vous référer à la photo pour admirer la conception maison du moteur de ce bateau, unique moyen pour se rendre sur l’île. Nous réalisons alors les 10km de marche pour faire le tour de l’île et rentrons à Kratie en fin de journée. Nous profitons de celle-ci en terrasse sur la berge au Jasmine Boat Restaurant dont l’emplacement est superbe.

Après une bonne nuit de sommeil, nous prendrons un minibus pour nous rendre dans la province du Mondolkiri, dans la ville de Sen Monorom.

Prix :

- ½ journée Kayak & dauphins : $24

- Nuit à l’auberge : $5,5 au lieu de $9

- Traversée en bateau vers Kaoh Trong : $0,25

- Minibus vers Sen Monorom : $8


Ce que nous avons pensé de la ville

Kratie est elle aussi une très petite ville. Les touristes s’y arrêtent principalement pour les dauphins ; la ville en elle-même ne présente que peu d’intérêt. Cependant, j’ai beaucoup apprécié son remblai et ses couchers de soleil magnifiques. L’expérience des dauphins peut être réalisée en bateau pour ceux qui le souhaite et pour un moindre prix. Je recommande malgré tout le kayak car il est plus facile de les observer sans le bruit des moteurs. De plus la balade en kayak à travers la végétation du Mékong était extraordinaire, presque plus impressionnante que les dauphins eux-mêmes.

L’île de Kaoh Trong est calme et très sympathique pour s’y balader. Il est possible de louer des vélos à Kratie pour faire le tour plus rapidement pour $1. Impossible de s’y perdre, un chemin goudronné fait le tour de l’île, c’est plat et toujours tout droit !

Ce que nous avons pensé de l’auberge

Nous avons eu quelques soucis avec l’auberge à notre arrivée. Suite à une erreur informatique, elle n’avait plus de chambre privative et nous a donc placé dans un dortoir qu’elle a privatisé pour nous pour une nuit. Ce léger souci, nous a cependant bien arrangé car nous avons obtenu un excellent prix pour tout notre séjour. Le lendemain nous avons changé pour une chambre privative à prix mini, en contrepartie du dérangement. L’auberge a donc été très arrangeante et proposait tous les services dont nous avions besoin : kayak avec les dauphins, réservation de bus, bar/restaurant ; et d’autres que nous n’avons pas utilisés mais qui peuvent être très utiles : location de vélos et de scooters, réservation de trek dans le Mondolkiri.

Le confort des chambres était tout à fait acceptable et il y avait peu de bruit. En revanche, il ne faut pas être très regardant sur les salles de bains : pas de papier toilettes, ni de chasses d’eau (nettoyage uniquement à la douchette), peu de pression pour la douche et eau froide uniquement.

C’est une auberge que je recommanderai pour les voyageurs cherchant un prix bas, plus qu’une prestation hôtellière, et plutôt pour un séjour court (maximum 2 nuits).

16
janv
16
janv

Après 3h de bus depuis Phnom Penh, nous arrivons en début d’après-midi à Kompong Cham, deuxième étape de notre périple au Cambodge. Nous déposons les sacs à l’hôtel Leap Mong Kol et partons pour une balade pédestre le long du Mékong.

Le Mékong à Kompong Cham

Au premier abord, la ville semble petite, mais nous marchons près de 8km pour nous rendre au pont en bambou et revenir ensuite à l’auberge. Nous nous asseyons quelques minutes sur le remblai pour profiter d’un plat typique khmer en street food, tout en profitant de la vue. Nous descendons ensuite sur la berge pour découvrir le fameux pont en bambou, particularité de la ville de Kompong Cham. Chaque année la ville reconstruit celui-ci pour relier l’ile de Kaoh Pen puisqu’il est emporté systématiquement par les eaux turbulentes du Mékong. Nous n’avons malheureusement pas la chance de le traverser car celui-ci est en cours de reconstruction.

Nous terminons donc notre balade en ville et rencontrons un chauffeur de tuk tuk cambodgien parlant français et heureux propriétaire d’une écharpe du FC Nantes, souvenirs d’un match de foot à la Beaujoire lors d’une visite à sa fille qui habite en France. Nous réservons ses services pour le lendemain matin.

Mr Vannat à Kompong Cham 
Street Food Kompong Cham 

Nous terminons notre journée en profitant d’un happy hour très intéressant dans un bar sur le quai et nous admirons le coucher de soleil sur le Mékong.

A 8h30 le lendemain matin, Mr Vannat est donc en bas de l’hôtel pour nous emmener visiter les temples en dehors de la ville. Nous commençons par le Vat Nokor Hanchey et filons ensuite à la colline des femmes, Phnom Srei, et la colline des hommes, Phnom Pros.

Vat Nokor Hanchey 
Vat Nokor Hanchey 

En fin de matinée nous retournons à l’hôtel pour récupérer nos sacs et prenons le bus pour l’étape suivante : Kratie.


Prix :

- Bus Phnom Pen / Kompong Cham : $7, 3h de route

- Bus Kompong Cham / Kratie : $5, 4h de route

- Matinée de visite avec Mr Vannat : $10

- Nuit à l’hôtel Leap Mong Kol : $10


Kompong Cham 

Ce que nous avons pensé de la ville

Nous avons beaucoup apprécié Kompong Cham après l’effervescence de Phnom Penh. Une ville beaucoup plus calme, agréable par son remblai, une population plus souriante et accueillante. La ville est petite et il y a peu à faire, mais nous avons apprécié pouvoir nous balader dans le calme. Nous avons aussi noté une certaine baisse des prix par rapport à la capitale que nous avons accueillis avec grand plaisir.

Ce que nous avons pensé de l’hôtel

Le Leap Mong Kol est un très bon rapport qualité / prix pour une nuit à Kompong Cham. Le confort de notre chambre était très bien et l’emplacement de l’hôtel est tout à fait acceptable. Il n’y a en revanche ni bar, ni restaurant, ce qui peut incommoder lors de séjours plus longs.

12
janv

Nous venons de passer quatre jours entiers dans la capitale de Phnom Penh. Au cours de ces derniers, nous avons marché près de 26km et avons vu de nombreux monuments, tous visibles lors de visites pédestres (listés plus bas). Nous avons profité de quelques restaurants locaux le midi, quand la chaleur était intenable, et de street food le soir pour plus d’économies. Nous avons aussi apprécié les différentes animations proposées par l’auberge le soir telles que la piscine, la découverte de la cuisine khmère et des soirées à thème.

Musée national de Phnom Penh 

Visites :

· Le monument de l’indépendance

· La statue du Roi Norodom Sihanouk

· L’institut Bouddhiste

· Le monument de l’amitié entre le Vietnam et le Cambodge

· La Padogue d’argent

· Le palais Royal

· Le musée national : $10 l’entrée, $5 l’audio guide

· Le marché central

· Le Vat Phnom : $1 l’entrée

· Musée du Génocide de Tuol Sleng : $5 l’entrée, $3 l’audio guide

Palais Royal de Phnom Penh  

Restauration et bar :

· Anise Hotel & Restaurant : $22,25, pour 2 cocktails et 2 plats

· Feliz Hostel Cafe & Bar : $10,5, pour 2 plats

· FCC bar : $9, pour 1 pichet de cocktail en happy hour

Nos impressions sur la ville

Après ces quatre jours passés à Phnom Penh nous pouvons dire que la ville nous a peu emballée. Très bruyante, sale, polluée et peu attractive touristiquement parlant, nous avons hâte de passer à l’étape suivante.

Les chauffeurs de tuk tuk ne cessent de vous interpeler dès votre sortie de l’auberge, les routes sont très dangereuses à traverser (il faut réellement prendre son courage à deux mains pour oser), les klaxons résonnent à longueur de journée et les trottoirs gigantesques sont inutilisables car utilisés comme parking.

Pour ce qui est des attractions touristiques, elles sont peu nombreuses et coûtent très chers, certaines sont mêmes payantes uniquement pour les étrangers. De quoi vous donner l’impression d’être un portefeuille sur pattes. Le musée national est bien trop cher pour l’intérêt historique qu’il procure. En revanche, la visite du musée du génocide est très émouvante, voire même prenante et permet de mieux comprendre l’histoire du pays sous le pouvoir des Khmers Rouges. Une visite de quelques 3 heures pour une entrée à $8, et de loin l’attraction la plus intéressante que nous ayons faite dans cette ville.

Il semble que les cambodgiens parlent peu, voire très mal l’anglais. Nous avons souvent eu du mal à nous faire comprendre par les locaux, qui se contentent de vous répondre avec un grand sourire.

La street food est un bon compromis au niveau de la restauration : bon marché et agréable. L’hygiène de certaines baraques paraît quelques fois douteuse et le choix limité, mais lorsque vous trouvez le bon marchant vous appréciez de vous poser sur un des deux boulevards à admirer les monuments tout en dégustant votre plat.

Nous avons été agréablement surpris par l’ambiance de ces deux grands boulevards en fin de journée. En effet, à la tombée de la nuit, lorsque la chaleur se fait plus agréable, familles, enfants, adolescents, groupes de retraités, moines, tous sortent ici et se réunissent pour discuter, danser et jouer pendant des heures, donnant à ces lieux une chaleur bien différente de celle présente au cours de la journée.

Si vous visitez Phnom Penh, inutile de vous arrêter plus de trois jours. Epuisés par le décalage horaire, nous avons profité de ce surplus pour nous reposer et commencer ce périple tranquillement mais trois jours auraient amplement suffi dans d’autres conditions. Des visites sont disponibles en dehors de la ville telles que la visite de Tonlé Bati et ses Temples, Phnom Chisor ou bien les Killing Fields mais toutes sont à plus de 30 minutes de la ville. Il faut donc compter $30 de transport en plus de l’entrée et des audio guides.

Piscine de l’auberge de Phnom Penh  

Nos impressions sur l’auberge : Mad Monkey Hostel

Nous avons choisi cette auberge car elle figure à la fois dans notre guide Lonely Planet et à la fois dans le Top 3 des auberges de Phnom Penh sur le site Hostelworld. Nous avons énormément apprécié la piscine après de longues journées de marche et toutes les animations qui sont proposées le soir : pub quizz, diner khmer, beer pong, free punch etc. Un bar sur le toit, une super ambiance, et une population jeune et internationale.

La chambre que nous avons est tout ce qu’il y a de plus respectable avec sa salle de bain privative. En revanche, l’isolation lumineuse et acoustique est pour le moins à déplorer. Situés sous le bar et accolés à l’escalier y menant, nous entendons la musique à plein débit jusque minuit, suivis de toutes les âmes ébréchées qui rejoignent leurs chambres en hurlant. Une fenêtre en verre poli est également placée entre notre chambre et l’escalier, sans rideaux et sans possibilité d’occulter la lumière. Nous devons donc nous lever à minuit passer pour éteindre la lumière du couloir, sans quoi nous dormons en plein jour.

• • •

Prochaine étape : Kompong Cham

Nous prenons le bus pour Kompong Cham, 3 heures plus au Nord de Phnom Penh.

10
janv
10
janv
Publié le 11 janvier 2018

Après près de 4 mois d’organisation en passant par 4 rendez-vous de vaccinations, de nombreuses pharmacies, des heures chez décathlon, et de nombreuses formalités administratives, le jour j est enfin arrivé.

Le mercredi 10 janvier 2018, nous décollons de Paris Charles de Gaulle à 15h direction Phnom Penh (Cambodge), en passant par Doha (Quatar) et Ho Chi Minh Ville (Vietnam). Nous apprécions le confort de l’A380 et David réalisé son premier vol long courrier.

Le jeudi 11 janvier à 16h, nous arrivons enfin à destination. Le choc thermique est aussi impressionnant que celui culturel. Il faisait 5 degrés en France lorsque nous sommes parti la veille. À la sortie de l’aéroport une énorme bouffée de chaleur nous saisit... il fait 32 degrés. Un chauffeur de tuk tuk nous propose ses services et nous le suivons avec joie. Nous découvrons alors la folie de la conduite asiatique : des scooters partout, port du casque facultatif, parfois à 4 sur le deux roues, très peu de signalisation, des véhicules coupant la route sans prévenir. Bref, ici la règle c’est qu’il n’y en a pas.

Après un trajet qui nous a paru interminable dû à notre fatigue nous arrivons enfin à notre auberge : le Mad Monkey hostel de Phnom Penh. C’est très animé, il y a trois bars, une piscine et des animations tous les soirs. Mais là honnêtement, une sieste est de rigueur. Une douche aussi. Alors nous prenons possession de notre chambre pour nous reposer et « atterrir » tranquillement dans ce nouveau pays si différent du notre.

À la nuit tombée nous sortons quand meme nous promener dans le quartier alentours et trouvons un charmant restaurant : le Hanise hôtel et restaurant. La terrasse est entourée de lumières et de palmier, associant tranquillité, calme et une pointe de romantisme. Nous dégustons alors notre premier repas asiatique et nous laissons surprendre par son côté épicé ! Nous trinquons autour d’un cocktail et rentrons nous coucher pour être d’attaque pour les prochains jours de visite de la ville.

Hanise hôtel et restaurant Phnom Penh