× Chère communauté,
Suite à l’incendie au sein des bâtiments de notre hébergeur OVH, à Strasbourg mercredi 10 mars 2021, nous ne pouvions plus accéder au site ! L’accès a été rétabli par notre équipe mais nous n’avons pas accès aux photos pour le moment. Dans l’attente de réponses de la part d’OVH quant au devenir des photos mises en ligne avant le 10 mars 2021, vous pouvez de nouveau réutiliser le site sans risque et ajouter de nouvelles photos !
La Team MyAtlas
Un trip de trois semaines en Indonésie, entre les temples et volcans de Java et les richesses de Bali
Octobre 2015
23 jours
Partager ce carnet de voyage

Pour notre "grand voyage" de l'année, nous décidons de partir découvrir les charmes de l'Indonésie.

23 jours sur place, répartis entre Java (1 semaine) et Bali (2 semaines)... pas le temps d'aller plus loin, puisque nous prévoyons de plonger autour de Bali.La partie Java est faite en transports en commun (train, voiture avec chauffeur, bemo [minibus]), la partie Bali en voiture de location sans chauffeur... car oui, j'aime le risque :D

J1
soirée
J1
soirée

Arrivée à l'aéroport de Jakarta, il est 20h. Le temps de changer un peu d'euros et de récupérer une carte SIM locale, et nous prenons un taxi jusque notre hotel à quelques Km de là.

Jakarta est volontairement zappée : la ville est sale, polluée, et ne présente aucun intérêt touristique (ce qui nous sera confirmé pendant notre séjour par les retours des différents touristes croisés)

J2

Nous retournons a l'aéroport pour un vol intérieur jusque Yogyakarta, au Sud-Est, toujours sur l'île de Java. On y arrive vers midi.

Les affaires déposées à l’hôtel, nous sortons flâner en ville. Le quartier animé de Malioboro street est dépaysant : il y a une sorte de marché perpétuel sur les trottoirs, des tonnes de motos/scooters dans les rues. C'est un immense bazar organisé.

L'occasion de faire le tour de quelques agences touristiques locales en prévision de notre trip à travers les volcans. On fini par craquer pour un package de visite des temples de Borobudur et Prambanan le lendemain.

Le soir, les rues sont investies de cuisines ambulantes, éclairées par des lampes à huile, où les locaux viennent se restaurer.

J3
matin

Lever à 3h du matin : un chauffeur de l'agence vient nous récupérer à notre hôtel pour nous emmener à Borobudur, un trs grand temple bouddhiste.

L'ascension du temple (une énorme colline de pierres sur 7 niveaux, avec des statues de bouddha) se fait dans le noir complet, à la lueur des lampes torches et sous les étoiles bienveillantes.

Arrivé au sommet, nous patientons une dizaine de minutes... et les premiers rayons du soleil à l'horizon dévoilent un spectacle féérique...

Le site est vaste, et la lumière se diffuse dans toutes les directions avec des teintes et une atmosphère différentes.

Une fois le soleil bien levé, nous redescendons progressivement du temple. Il se dégage un sentiment indescriptible du site : on domine tous les environs du haut d'un immense temple artificiel, composé de millions de pierres uniques et parfaitement agencées

Sur le bas du site, nous faisons un tour dans un musée qui traite du temple, et de l'immense chantier de l'Unesco pour consolider le temple qui s'écroulait sous son propre poids. Chantier pharaonique... au sens propre : chaque pierre a été déposée, consignée, numérotée, dans un légo géant. Les fondations ont été consolidées avec des injections de béton.

J3
matin

Vers 8h du matin, on retrouve notre chauffeur qui nous emmène à Prambanan, des gros temples hindouistes situés à l'Est de Yogya.

Les bâtiments sont imposants, mais il fait une chaleur étouffante (plus de 36° à l'ombre) avec un soleil de plomb, et finalement il n'y a pas l'ambiance magique de Borobudur.


Les temples sont ouverts, et il est possible de rentrer à l'intérieur pour voir les statues des différentes divinités

J3
après-midi
J3
après-midi

Fin de journée à Yogyakarta. L'ambiance dans les rues est toujours aussi envoutante le soir

J4

Nous démarrons notre journée à Yogyakarta par la visite du grand marché de la ville. Il est très vaste et s'étend sur plusieurs niveaux. Chaque zone regroupe les commerçants par thème : la viande, les épices, les fruits, etc.


Un peu plus au sud, nous atteignons le Kraton : le palais du sultan. Le site est accessible aux visiteurs (attention : rentrer par l'entrée Ouest) et expose une multitude d'objets accumulés par la famille royale au fil des siècles et des rencontres diplomatiques avec les représentants des autres pays.

Nous avons de la chance : des démonstrations de danse javanaise ont lieu sur la scène dédiée, avec un orchestre complet pour accompagner les danseuses.

Après manger, nous négocions un taxi pour aller jusqu'au marché aux oiseaux, qui se tient plus au sud de la ville. Des centaines d'étales sur succèdent, et exposent une multitude d'oiseaux. C'est une passion (voire une obsession) partagée par beaucoup d'indonésiens, qui affectionnent particulièrement les chants colorés des espèces locales... en mettant certaines espèces en danger.

Nous nous décidons à prendre un tour pour rejoindre Bali dans les jours suivants, en passant par les volcans Bromo & Kawah Ijen.

J5

L'agence vient nous chercher à 8h et nous emmène à la gare. Nous embarquons dans un train "Bisnis class" (véridique) jusque la ville de Surabaya, où un chauffeur nous récupère pour nous emmener jusqu'à la caldeira du Bromo. Nous arrivons à notre hôtel vers 16h. Hotel rustique et basique (Café Lava View Lodge), mais qui fera l'affaire.

Cela nous laisse du temps pour marcher le long de la caldeira et de profiter du coucher de soleil dans la vallée lunaire

J6

Lever à 2h30 du matin. Nous attendons devant l’hôtel, avec une file continue de vieux 4x4 Toyota partent vers la caldeira... impression amère que c'est un peu "l'usine", et encore, on est en morte saison. Ca a l'air de se gripper un peu pour nous : on poireaute pendant bien 10min, personne pour nous prendre en charge. Après une longue discussion avec un des chauffeurs et quelques appels, on fini par nous faire monter dans un des véhicules, et on part du haut de la caldeira pour s'engouffrer dans l'immense cratère.

Il fait noir, on ne voit presque rien, on est secoués à l'arrière du petit 4x4 qui descend jusque dans la caldeira, traverse le désert de sable volcanique, et remonte sur le coté opposé, pour nous déposer à proximité d'un point de vue.

Nous montons dans le noir, il y a du monde mais chacun arrive à s'assoir sur le sol. La luminosité monte petit à petit, et fini par passer au dessus de l'horizon. Et là... c'est magique !

La mer de nuage recouvre toute la caldeira, offrant un paysage magnifique et surréaliste.

Vers 7h30, nous retournons à notre 4X4, qui nous fait redescendre dans la caldeira et traverser le désert pour nous amener à coté d'un temple, au pied du Bromo.

Là, il faut marcher pendant 10min dans une poussière fine qui s'infiltre partout, puis monter un escalier avant d'arriver au bord du cratère.

La vue du haut du Bromo se mérite et offre une vue imprenable sur son voisin, le Batok !

Nous redescendons vers 9h, et le 4x4 nous ramène à notre hotel pour une douche (bien méritée) : la poussière est très fine et s'infiltre PARTOUT  !

Notre chauffeur privé nous récupère et nous ramène dans la vallée, à Probolingo. Fin de la partie "privilégiée" de notre voyage (généralement ça se fait en Bemo : minibus local au confort sommaire). Là, on retrouve d'autres touristes, et nous embarquons tous dans un bemo avec un pilote local très funky... qui conduit au milieu de la route :D

Le groupement de volcans contenant le célèbre Kawah Ijen est en vue en fin de journée, après 5h de route cahotique et défoncée.

Nous passons la nuit dans un hôtel local très basique.

J7
matin

Lever à 1h30 du matin (c'est dur !). Nous embarquons dans notre minibus, direction le célèbre Kawah Ijen. 1h de route est nécessaire pour arriver sur le parking. L'ambiance et l'habillement des guides locaux me donnent l'impression d'être prêt à faire l'ascension des Andes...

Nous trouvons notre guide, un ancien mineur qui travaillait sur le volcan plus jeune. Une brève explication, et nous entamons l'ascension. C'est parti pour la phase la plus difficile : 1h d'ascension, 3Km, 20% de pente en moyenne, sur un sol terreux extrêmement sec. Autant dire qu'avec le nombre de personnes sur le chemin, on est dans un brouillard de poussière ! A mi chemin, nous récupérons des masques à gaz, indispensables pour pouvoir ensuite descendre dans le cratère.

Il fait encore totalement noir quand nous arrivons sur la caldeira du volcan et que nous entamons la descente dans le cratère. Là, le sol change radicalement, la terre fine et sèche laisse la place a des gros blocs de roche. L'air s'en un peu le souffre et la poussière, mais c'est tenable. Nous croisons quelques travailleurs locaux qui remontent les paniers chargés de plaques de souffre cristallisé... sans aucun équipement (certains sont... en tong !?!)

Arrivés en bas, le masque à gaz montre son utilité, l'air devient difficilement respirable, ça sent fort, ça brûle un peu la gorge. La chance est avec nous : il y a un ENORME brasier de flammes bleues... une dizaine de mètres de long, avec des bourrasques de flammes de plusieurs mètres de haut.

Nous passons facilement 15 minutes à observer la danse des flammes, dans un bruit omniprésent (c'est comme un bruleur à gaz... en plus gros ! ). Le guide reprend sa marche, et nous arrivons au pied du lac alors que la lumière émerge.

Là, nous prenons vite conscience de la nocivité du souffre : le vent pousse vers nous les nuages blancs opaques qui sortent du volcan... c'est l'effet d'une bombe lacrymo : irrespirable, ça prend la gorge et brule dans la bouche, même les yeux fermés on a l'impression de recevoir des aiguilles sur la rétine. Dire que les locaux bossent là sans aucune protection !

Nous remontons progressivement par un autre chemin jusqu'à la crête du volcan. Le soleil s'est levé, et nous laisse maintenant voir l'intérieur du cratère.

Quelques photos en haut, et notre guide nous ramène jusqu'à notre minibus. Nous sommes tous épuisés, sales, crasseux, les yeux brûlent encore. Nous avons juste envie de prendre une douche, mais ce n'est pas d'actualité : le bemo nous fait redescendre dans la vallée, et nous dépose à Ketapang, à l'extrémité Est de l'île de Java.

J7
après-midi

Notre package comprend le bus + ferry jusque Denpasar, la "capitale" de Bali... mais quand le bus arrive, on comprend que ça ne va pas le faire : un bus local, blindé, sans clim (il fait autour de 40° à l'ombre), avec des sièges minuscules sans place pour les jambes. Les 10min d'attente avant de monter sur le ferry sont déjà un calvaire... nous discutons avec une famille Suisse qui a fait une partie du trip avec nous et nous décidons d'agir : nous débarquons toutes nos affaires du bus tant que le ferry est en route pour Bali, et nous nous débrouillerons pour traverser l'île de Bali et rejoindre Denpasar.


Arrivés à Gilimanuk, je négocie une voiture avec chauffeur, pour qu'on embarque tous (nous + la famille suisse). Chauffeur calme + clim + sièges confortables + place pour les jambes, j'ai l'impression d'être en classe executive Air France, alors que c'est une banale voiture asiatique. :D


La famille suisse débarque à Kuta, cité balnéaire à l'ouest de Denpasar, et le chauffeur nous dépose à Sanur, située à l'est de Denpasar. La ville est sans intérêt, mais est située stratégiquement pour poursuivre notre périple. Nous avons ENFIN une douche !!!! L'eau qui touche le sol est noire...

J8

Nous quittons notre hôtel tôt le matins et montons dans un speedboat pour l'île de Nusa Lembongan. Une fois sur place, nous sommes directement pris en charge et emmenés jusqu'au centre de plongée (Dive Concepts Lembongan). Pas le temps de souffler, nous embarquons directement sur un petit bateau pour 3 plongées sur la journée, sur la côte nord de Nusa Penida. Deux plongées sur tombant/récif de corail, plus la dernière en dérive le long de la mangrove.

Manque de chance pour moi, l'alternance "clim polaire" des bus/voitures et les 40° dehors m'ont complètement retourné, et je me retrouve avec un beau rhume... il me faut 5 min pour réussir à équilibrer l'oreille droite sur la première plongée. Sur la seconde plongée, impossible d'équilibrer... je remonte après 10 min dans l'eau, à contre cœur.

Grosse lessive le soir pour nettoyer les vêtements mis au Bromo : tout pue horriblement. Ca sent la suie, la poussière... Même les chaussures y passent.

J9

2 plongées prévues la matinée : sur Mola point et Manta point, pour voir respectivement des Mola-Mola, et des raies Manta. Mon rhume a... bien empiré, je tousse, j'ai les bronches encombrées. Notre dive master me file des médocs "magiques", mais ça ne change rien. Après 2 min dans l'eau sans pouvoir équilibrer, je préfère remonter avec mes tympans...

Pas de Mola Mola ce jour... donc plongée dans le grand bleu sans grand intérêt d'après ma copine.

Mais plus de chances sur Manta point : une dizaine de raies manta dans la baie, entre 5 et 10m de profondeur. J'ai pu tout voir depuis la surface en snorkeling, mais c'est du fond que c'est vraiment impressionant !

Nous rentrons vers midi, j'ai trop les boules... j'ai rien fait, et pourtant je suis crevé.

Promenade sur la plage l'après midi, je trouve une pharmacie locale où je tente ma chance (nous avons d'autres plongées prévues quelques jours plus tard). Je ressors avec un stick de vicks pour dégager le nez (saveur eucalyptus)... j'ai fait le plus gros poker face de ma vie -_-'

J10
matin

Je passe à l’hôpital public, de Nusa Lembongan où j'ai droit à une véritable consultation. Bilan : rhume qui est parti dans une belle sinusite, et angine blanche qui est descendue en bronchite (je ne fais pas les choses à moitié).

Je pars chercher les médicaments dans un autre service... les médicaments sont stockés dans des grands bocaux en verre avec bouchon en liège, et l'infirmière me rempli des petits sachet de plastique transparent avec le nombre de comprimés indiqué sur l'ordonnance. C'est... original ! Mais finalement ça s'est révélé être "un traitement de cheval" (pour reprendre les termes de mon médecin traitant quand je lui ai montré l'ordonnance à mon retour) : je suis totalement guéri en 48h !

J10
J10

Nous reprenons le speedboat le matin pour revenir sur Sanur, puis un taxi pour remonter sur Ubud, qui est la ville "culturelle" de Bali. Assez fatigués de notre course, nous nous reposons l'après midi et nous contentons d'une promenade dans La forêt des singes au sud de la ville.

Les avis étaient assez mitigés sur TripAdvisor, mais nous trouvons ça amusant. Les singes ne sont pas spécialement agressifs (aucune attaque ou marque d'animosité gratuite), ils connaissent par contre bien le comportement des touristes, et arrivent par surprise sur les touristes qui viennent avec des bananes ou des noix de coco.

Le site héberge quelques temples, pris dans la forêt luxuriante. Par moment on se croirait dans Indiana Jones.

Le soir, un employé de notre agence de location nous ramène notre voiture, qui va nous permettre de poursuivre notre trip sur lîle.

J11
matin

Route vers le Nord, en passant par Tampak Siring.

Là, nous visitons les anciens tombeaux royaux taillés dans la roche de Gunnung Kawi, après avoir traversé quelques belles rizières en terrasse. Les routes traversent une végétation luxuriante, ça change beaucoup de Java qui était plus aride.

Les sources sacrées de Tirta Empul sont à 5 minutes en voiture. Les locaux viennent ici se purifier dans les bassinsen suivant un rituel bien précis.

Nous avons de la chance : Une grande cérémonie est en cours à notre passage dans le temple adjacent aux sources :

J11
après-midi
J11
après-midi

Nous reprenons la voiture vers le Nord jusque Kintamani, petit village perché sur la Caldeira du Mont Batur. Nous descendons en voiture dans la Caldeira par une petite route escapée, et longeons le lac.

La route est cahotique, n'arrête pas de monter/descendre en suivant les énormes blocs de roche volcanique.


Fin de journée, on pars vers le sud-est pour rejoindre Sidemen... où l'on arrive en pleine nuit après quelques déboires avec le GPS (le prochain qui conseille Nokia Here Drive comme GPS international, je le tue de mes propres mains ! )

J12
matin
J12
matin

Petit déjeuner sur la terrasse de notre bungalow, en face des rizières en terrasse.

Nous partons plein nord pour rejoindre le temple de Pura Agung, perché à 1700m sur le flanc du Mont Agung. C'est une petite route escarpée qui attaque l'ascension de manière frontale... certains passages se font en 1ière à 10Km/h, la voiture n'étant pas capable d'aller plus vite. Arrivés en haut, nous nous régalons : le temple est très beau, et surtout nous arrivons en pleine procession religieuse pour vénérer la divinité du Volcan, avec offrandes et orchestre

J12
midi

Nous remontons en voiture, et poursuivons vers l'est en contournant le mont Agung par le sud-est, en faisant un arrêt à Taman Tirta Gangga, le temple de l'eau.

Le lieu dégage de la sérénité. C'est assez inattendu de retrouver autant d'eau sous cette chaleur étouffante.

De là, nous partons plein nord vers Amed, et passons le long de paysages magnifiques.

Nous arrivons en milieu d'après midi à Tulamben, sur la côte Nord-Est, pas loin de Amed. Le temps de récupérer les clés de la chambre, et nous faisons le brief avec le centre de plongée Dive Concepts pour savoir comment s'organiser sur les jours à venir.

J13

La journée commence sur les chapeaux de roues !

Première bonne nouvelle : J'ai bien récupéré, et j'arrive à équilibrer sans trop de soucis.

Seconde bonne nouvelle : nous commençons avec l'épave de l'USAT Liberty. Une épave mondialement connue, facilement accessible, avec une faune et une flore abondantes.

Seconde plongée plus typée "bestioles". Nous décidons de louer un appareil photo pour tester et voir si nous nous débrouillons sous l'eau.

A la sortie, nous devons admettre que l'adage "le tester c'est l'adopter" n'existe pas pour rien : on s'est amusé comme des fous sous l'eau, à littéralement "chercher la petite bête"... et il y en a à foison sur les coraux ! Nos encadrants arrivent à nous dégoter des tonnes d'animaux minuscules (l’hippocampe fait 1cm de long )

J14

Seconde journée plongée sur Tulamben. 2 plongées le matin sur des sites typés photo sous marine. on sympathise avec un autre couple de Français qui plonge avec nous.

Et le soir, une troisième plongée de nuit sur l'USAT Liberty.

C'est probablement LA plongée que je retiens de ce séjour, même si malheureusement je n'ai aucune photo à montrer : une plongée mémorable, dans le noir, à la lueur des lampes torches... voir la silhouette de l'épave qui se dessine sous les phares, les bancs de poisson perroquets à bosse de plus de 1m qui longent la proue de l'épave, et la bataille de territoire entre des Merous et des Murènes à l'arrière du bateau.

Nous sommes remontés à la surface après 40min sous l'eau, en nous demandant si ce que nous venions de voir était vrai O_o

J15

Dernière journée de plongée sur Tulamben. Nous partons en voiture vers l'ouest pour faire une autre épave, Boga Wreck. Bien plus récente, cette épave a été coulée volontairement il y a quelques années pour servir de spot de plongée, mais elle a déjà été investie par la faune et la flore locale.

Suivi d'une seconde plongée sur un fond de coraux.

J16
J16

Nous quittons Tulamben dans la matinée, et roulons le long de la côte nord vers l'ouest jusque Pemuteran que l'on atteint après 2h30.

Prise de contact avec le centre Dive Concepts local, promenade dans le village, et randonnée le soir vers un temple sur les hauteurs pour profiter du coucher de soleil à l'horizon. Sur le retour, nous passons par le temple Pura Batu Kursa.

J17

RDV au centre de plongée, nous partons une quinzaine de minutes en minibus jusqu'à un petit port, où nous changeons de moyen de transport pour un bateau local, direction l'île de Menjangan pour plonger dans le parc Naturel.

Les plongées se font sur des tombants. Au programme : une belle tortue, et un gros requin de recif coté large, et une tonne de coraux.

Nous sommes de retour à Pemuteran vers 14, ce qui nous laisse le temps de profiter de la plage jusqu'au coucher de soleil.

J18

Seconde journée de plongée à Pemuteran, et dernière journée de notre voyage. Nous partons en bateau au large de la baie de Pemuteran. 3 plongées, la première sur un temple au fond de l'eau, puis sur des coraux.

J19

Départ de Pemuteran, nous filons vers l'est pour bifurquer à Singaraja, et rouler plein sud jusque Gitgit, réputé pour sa cascade... qui finalement nous laisse sur notre faim. Le chemin pour y arriver est bétonné, avec une file continue de boutique pour touristes. On est constamment sollicité "Mister, you want <truc pourri pour touriste> ?"

Nous continuons notre route vers le sud jusque le Pura Ulun Danu Beratan. Le temple les pieds dans l'eau du lac... enfin normalement, puisque là avec la sécheresse, l'eau du lac est 3m plus bas, et le temple est... dans l'herbe ! Il est même possible de faire le tour du temple !

Nous remontons sur les hauteurs de Munduk, au milieu de la forêt primaire. C'est plus haut, il fait plus frais, on est sur la crête, avec une vue imprenable depuis la terrasse de notre chambre.

Nous avons droit a une bonne pluie, bien franche, entre 14h30 et 15h30... l'averse est arrivée aussi vite qu'elle est partie !

J20

Objectif de la journée : randonnée jusqu'aux cascades de Munduk.Nous partons à pied de notre Guest House, longeons la rue principale du village pendant 200m, et descendons dans un petit sentier qui serpente au milieu de la forêt, des girofliers et des plants de café.

Après 40 minutes de marche, Nous arrivons au pied de la première cascade, Laggoon. Ca nous fait beaucoup plus d'effet que la cascade de Gitgit la veille. Le cadre est magnifique, nous sommes seuls, perdus dans cette vallée, avec la fraicheur dégagée par la cascade. La végétation est accrochée sur les roches autour...

Nous repartons sur le sentier et continuons jusque la seconde cascade. C'est un peu moins sauvage, il y a un Warung et quelques boutiques, le sentier est mieux aménagé, nous croisons une poignée de touristes Ceci dit, elle reste quand même sympa


Le sentier remonte et fini par nous ramener sur la route principale de Munduk. Nous repassons à notre hôtel pour une bonne douche, comme la veille une grosse averse nous tombe dessus. Heureusement que l'on est au sec ! Seule erreur : Nous avons laissé nos chaussures dehors, devant notre porte, protégé par un toit qui s'avance de 1.50m... mais ça n'a pas suffit : la pluie est tellement forte qu'elle a éclaboussé notre porte et détrempé les chaussures. Pas grave, second lavage depuis le Kawah Ijen. Nous ressortons vers 16h pour trouver les rizières dans les clairières...

Au passage, l'ambiance est toujours aussi magique, avec des clous de girofle qui sèchent dans les cours des maisons et dégagent une odeur délicieuse...

A la tombée du jour, nous avons droit à une belle lumière dans le ciel

J21

Nous quittons Munduk au matin, et on contournons le massif montagneux dans le sens des aiguilles d'une montre. Les paysages sont magnifiques des hauteurs de Munduk, avec une vue imprenable sur les lacs de la vallée.

Après 1h de route, nous nous retrouvons à Jatiluwih, qui veut dire "très beau" : Ce village possède les plus belles rizières de Bali. Malheureusement les précipitations sont exceptionnellement faibles cette année de ce coté de l'île, et les rizières étaient assez grillées/jaunies.

Il n'y a finalement qu'une seule vallée vraiment verte, grâce à quelques sources d'eau.

Nous finissons la journée sur Ubud, où nous comptons passer nos derniers jours avant le retour.

J22

Après un bon petit dej, nous partons en voiture vers l'est, à Goa Gajah : des vieux temples Hindous taillés dans la roche, avec deux grands bassins de purification devant.

Nous enchainons vers le sud : Mas et ses tailleurs de bois, Celuk et son artisanat d'argent. Nous visitons quelques ateliers et faisons quelques emplettes.

De retour sur Ubud, nous faisons le tour des antiquaires autour du musée Neka. Il y a quelques boutiques qui valent le détour : Ca change des vendeurs de bibelots "made in china" du centre d'Ubud.

J23
matin
J23
matin

Dernière matinée... une petite promenade le matin dans les rues d'Ubud, et nous allons a l'aéroport pour notre vol retour vers Paris...

Très différent du Sri Lanka et du Japon... mais tout aussi surprenant. Les paysages sont sublimes, et très différents d'une région à l'autre. Une bonne partie des touristes croisés venaient à Bali tous les ans, et je comprends bien l'engouement suscité.

= TRANSPORT =

Le Vol

Via Air France, 14h de vol à l'aller (vol direct), 17h de vol au retour avec escale technique à Singapore. En seconde classe assez classique : 23Kg de Bagage en soute + bagage à main, boeing 777 propre, nourriture très corecte à l'aller, très moyenne au retour

Les volcans

On est passés par une agence de Yogya pour négocier un "package" tout en un qui inclus transport + hébergement.

Bali

Voiture de location, sans chauffeur. La conduite est TRES funky, plus qu'au Sri Lanka ou à Cuba. Les routes sont étroites, les autres conducteurs ne font pas du tout gaffe. La voiture est très pratique, mais assez stressante au quotidien.


= HEBERGEMENT =

On a tout fait en Hotel / GuestHouse. Tout était réservé à l'avance, sauf les nuits pour faire les volcans de Java.

On peut tout à fait se pointer "à l'arrache" dans une ville/village, et faire le tour des hotels en négociant les tarifs, en tout cas en saison creuse. On est globalement satisfaits de la qualité des hébergements. On n'a rien eu de vraiment "craignos". Les logements au Bromo / Ijen sont bien plus cher et rustiques, forcément on n'a pas trop le choix, et il y a beaucoup d'affluence.


= LE BUDGET =

C'est bien plus abordable que le Japon l'année dernière , et autour des prix du Sri Lanka (repas et hébergement notamment).

Les hébergements sont abordables, on trouve des très bons logements pour 20€ la nuit : hotel avec piscine. Dans les 10€ pour un truc correct simple.

La nourriture ne coûte rien, on s'en tire sans souci pour moins de 5€ par personne et par repas. Les entrées des sites touristiques (temples, palais, etc.) sont là aussi très abordables : entre 1€ et 2€ l'entrée, 10 à 20€ pour les volcans.

Le carburant revient à moins d'1€/Litre

Vol : 650€ A/R par personne. On peut trouver moins cher via d'autres compagnies.

Plongées : 400€ par personne pour 17 plongées variées, incluant location de l'appareil + les "bonus" (bateau pour aller sur les sites de plongée).

Logement/Hébergement/Transport : 1000€ par personne

Bilan global pour 23j pour 2 personnes, tout inclus : 4100€


= LE PUBLIC =

On a croisé un peu tous les profils de voyageur pendant notre trip : famille avec ados, famille avec jeunes enfants, retraités. Clairement, il faut savoir parler anglais car c'est assez funky sinon.


= CONSEILS =

Argent

Faites le change minimal à l'aéroport, les taux ne sont pas spécialement intéressants. A Ubud, le taux de change varie selon les billets que l'on change. Les coupures de 100€ valent plus que celles de 20€. Evitez les petits buibuis, et préférez les vrais change office qui ont pignon sur rue.

Globalement, j'ai beaucoup utilisé ma CB : taux de change fixe de 2% quelque soit le montant, ça revient globalement à la même chose que les offices de change. On trouve des distributeurs partout, sauf au pied du Ijen / Bromo. Attention, certains distributeurs ne peuvent pas lacher plus de 1 250 000 IDR par transaction, soit environ 80€. C'est pas beaucoup.

Agence

Pour les volcans, ne pas hésiter à faire le tour des agences de voyage locales et de comparer les prix/prestations. J'ai payé plus pour faire une partie du trajet en train + voiture privée avec chauffeur. C'est plus cher, mais ça permet de :

- arriver au Bromo en milieu d'après midi, et profiter du coucher de soleil (en Bemo, il y en a pour 11h de trajet depuis Yogyakarta, et on arrive en pleine nuit)

- arriver en meilleure forme, le Bemo n'est pas le moyen de transport le plus tranquille/reposant J'ai payé aussi un petit plus pour avoir un hotel sur les hauteurs de la caldeira. Le package de base inclus un hotel dans la vallée, où il n'y a rien à faire...

Négocier pour se faire déposer au pied du ferry. Le bus prévu dans le package est une arnaque

Conduite

C'est chaud... les indonésiens conduisent mal. Queues de poisson, aucun contrôle avant de s'insérer sur une route (les scooters se mette sur notre voie, puis regardent si il y avait quelqu'un !). Et de temps en temps, un gus super mou qui conduit à 20Km/h sur les routes rectilignes sans personne à l'horizon.

J'ai l'impression d'avoir conduit au milieu d'un rassemblement de prétendants aux Darwin Awards

Navigation

Il y a peu de panneaux de signalisation, et ils sont parfois mal positionnés (peu visibles, masqués par la végétation ou des panneaux publicitaires). Un GPS est donc bienvenu.

Oubliez Here Drive, comme d'hab c'est à l'ouest. La carto est présente (quoi que light), la navigation est supportée, mais il n'y a aucune distinction entre les types de routes. Pour lui, une route secondaire (où deux camions peuvent se croiser) c'est la même chose qu'un sentier à peine empruntable par les scooters. Donc le GPS m'a planté dans des routes impraticables.

J'ai fini avec OsmAnd : en plus de la navigation voiture sur OsmAnd, il y a les sentiers de randonnée : on a donc pu tout faire sans se poser de question, en suivant le sentier présent sur le smartphone, alors que les autres devaient se farcir un guide.

SIM

On peut prendre une SIM locale avec numéro. Il y a des boutiques un peu partout. Telkomsel est le plus gros opérateur du pays, et celui avec le réseau le plus vaste. Ils propose une offre "SIMpati" de carte prépayée

Attention : les tarifs sont délirants à l'aéroport, c'est 3x moins cher en ville. Attention aussi à la data. Quand on vous vend un package de 2Go, c'est en fait 1.5Go en local (à utiliser dans la région d'activation) + 500Mo national !