Carnet de voyage

Sim et Caro au Maroc

14 étapes
3 commentaires
14 abonnés
Dernière étape postée il y a 912 jours
Nous sommes volontaires de solidarité international au Maroc pour une durée de deux ans. Voici notre histoire !
Du 18 février 2019 au 1er septembre 2020
561 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Holà la compagnie ! Comme vous le savez (presque tous), nous nous sommes lancés dans l'aventure du Volontariat de Solidarité International pour une durée d'environ deux ans.

Qu'est ce que le VSI ?

Le volontariat de solidarité internationale (VSI) est un dispositif encadré par la loi du 23 février 2005. Avant son départ, le volontaire signe un contrat écrit avec la DCC et le partenaire chez lequel il est envoyé. Cet engagement contractuel est dérogatoire au code du travail, à mi-chemin entre le bénévolat et le salariat.

Qui est la DCC ?

La Délégation Catholique pour la Coopération (DCC) est le service du volontariat international de l’Église en France. Elle envoie des volontaires de solidarité sur des missions de 3 mois à 2 ans. ( pour plus de renseignements => http://ladcc.org )

semaine de formation au départ en Volontariat à Jambville  

Après deux WE de préparation (interculturalité et recrutement), une proposition de mission pour le Maroc (que nous avons acceptée ) et une semaine de formation intensive et riche en émotions, nous voilà partis !(depuis presque un mois, désolé du retard ^^)

2

Monsieur Simon, Madame Caroline,

La DCC vous propose une mission au Maroc en tant que Coordinateur du Préscolaire au sein de l'Ecole Catholique au Maroc (ECAM). Vous devrez proposer des formations aux institutrices des classes de maternelles pour l'utilisation des pédagogies actives. L'enseignement catholique comprend une quinzaine d'établissements dont 13 de préscolaires.

Nous ne sommes pas instit' et nous n'avons jamais formé personne ... VENDU !

Qui veut un Chat ? Un appart ? Des meubles ? ... On part le 18 février au Maroc =)

Après quelques réglages d'ordre administratif et un déménagement fait un peu n'importe comment, nous nous sommes (difficilement) envolés pour Rabat. En effet, nous avons raté notre vol à Paris grâce à la SNCF qui nous a imposé un LYON-PARIS en 6h au lieu de 2h. Arrivée à Rabat à plus de minuit au lieu de 17h, ça commence bien ! Mais c'est sans compter sur Charlotte, volontaire déjà sur place qui a eu la gentillesse de nous récupérer a l'aéroport au milieu de la nuit et de nous hébergé chez elle deux nuits.

3
3
Publié le 17 mars 2019

Etape 1 : Rabat (logés chez Charlotte)

On profite de la présence de Charlotte pour acheté un puce marocaine et faire un saut à l’archevêché de Rabat, où se trouve le bureau pédagogique de l'ECAM mais aussi son secrétaire général, le père Marc (c'est un peu grâce à lui qu'on est là ! ). C'est également l'occasion de rencontrer l'équipe d'une première école située à Rabat. Nous ne sommes pas les premiers volontaires et nous ne serons pas les derniers à occuper ce poste ... et si on était pas à la hauteur ? et si ... on se lance, pas le choix !

Un accueil tellement chaleureux et souriant qu'on ne peut que se sentir bien. Et Charlotte n'est pas bien loin, de quoi nous rassurer ^^.

Rabat n'est pas notre lieu d'habitation, il va falloir aller à Casablanca ...

Après deux jours de découverte à Rabat, petite capitale propre, calme, jolie ... ( ville du Roi faut pas déconner !), le père Marc nous conduit à Casa !

Etape 2: Casablanca

Petite halte par Aïn Sebaâ, proche banlieue de Casa, dans une école. C'est l'occasion de se présenter au directeur. Toujours aussi impressionnant de se présenter en tant que coordinateur ... mais l'accueil chaleureux nous fait rapidement oublier nos angoisses.

C'est reparti pour Casa, quartier du Maârif, pour poser nos valises dans une maison qui sera la nôtre le temps de notre volontariat.

Nous partageons une maison des années 30 (précision inutile) avec toit terrasse (et ouais !!) située dans le quartier d'affaires du Maârif, avec trois étudiantes elles mêmes étrangères. La maison vit aux rythmes du Bénin, de la Côte d'Ivoire, de la France ... Au cœur de Casa ! C'est la toute la richesse du Volontariat ! =)

Je ne m'étendrais pas sur Casablanca qui n'est pas révélatrice du Maroc. C'est une capitale économique aux allures européennes, surpeuplée et plus que polluée ... c'est d'ailleurs la seule ville du pays qui porte un nom espagnol.

Je m'étends un peu quand même ^^ Casablanca doit son nom à un immeuble blanc situé au bord de l'océan Atlantique, seul repère des marins étrangers qui arrivaient au port. Cette ville a deux médinas (vieille ville où se trouvent les souks), l'ancienne près du port et la nouvelle dans la quartier des Habous. La nouvelle a été construite par les français pour offrir aux Casaouis un quartier neuf similaire à la vieille ville (chacun l'interprète comme il l'entend). La ville de Casa détient également la plus grande mosquée du Maroc, la mosquée Hassan II. Une avancée en béton a été faite sur l'océan pour ériger la mosquée ... démesurée mais magnifique !

Mosquée Hassan II  

Nous prenons nos marques progressivement, tant bien dans la ville que dans la maison.

Au boulot ! Nous prenons contact avec toutes les écoles et fixons un RV de rencontre. On est parti pour traverser le Maroc du nord au Sud. On commence par Casa qui comptabilise 5 écoles.


Nouvelle Médina, Quartier Habous 
4

Casablanca est à 3h de train de Marrakech et il se trouve qu'une des écoles se situe la bas.

Organisation oblige, nous avons rendez vous le lundi matin a 10h. Deux options s'offrent à nous, soit nous prenons le train aux aurores ( bof bof ), soit nous y passons le weekend. Nous réservons une chambre dans un petit riad de la médina pour deux nuits, on part le samedi matin !

Nous arrivons à la gare de Marrakech vers midi et demi. Nous avons réservé une table dans un petit resto que nous avons trouvé dans le guide du routard (indispensable petit bouquin). Coup de cœur !

AMAL est un restaurant solidaire offrant à des femmes en difficultés une formation dans la restauration. Le cadre est très agréable, la terrasse est ombragée et fleurie, la carte mêle cuisine marocaine et cuisine française (la tajine de légumes est excellent, la sourie d'agneau tient ses promesses). Pour clôturer cette jolie trouvaille, les prix sont très abordables pour la ville. En bref, nous vous le conseillons vivement !

restaurant Amal, quartier Guéliz 

Après s'être régalés, direction la médina (une bonne demie heure de marche). Le soleil est au rendez-vous, la chaleur aussi. Nous sommes dépaysés, Marrakech n'a rien à voir avec Casa. Les immeubles sont bas, tous couleur ocre, c'est arboré et plein de touristes ! Il n'y a pas de basse ni de haute saison à Marrakech, le tourisme c'est toute l'année. On pose nos sacs dans notre petite chambre sans fenêtre (enfin si, une qui donne sur le couloir) et allons sur la place Jemaal El Fna ... Nous nous baladons entre charmeurs de serpents, diseuses de bonne aventure, calèches brillantes, dresseurs de singes ... pour finir par nous perdre dans les méandres de la médina !

Place Jemaal El Fna  - Médina 

Le lendemain, direction les palais. Nous sommes dans une des villes impériales, palais oblige !

Visite du palais El Badi ! Tout le monde le connais sans le savoir. C'est ici qu'à lieu le Marrakech du rire. Palais en ruine mais on en prend quand même plein les mirettes !

Palais El Badii 

Parlons budget, chaque visite demande 70 dh par tête (environ 7€) que nous n'avions pas vraiment anticipé (on a surtout acheté un théière au prix touriste qui nous a ruiné le porte feuille !). Nous faisons le choix de ne pas aller voir les autres palais et de nous diriger vers les jardins Majorelle. Pour la petite histoire, ce parc abrite l'atelier du peintre Jacques Majorelle à partir de 1924. Il eu l'idée de peindre son atelier d'un bleu-mauve, appelé depuis le bleu "Majorelle" (audacieux comme idée non ?). Aujourd'hui, l'atelier abrite le musée de l'art berbère (bien qu'au cœur du jardin, l'entrée est payante).

jardin Majorelle - Musée de l'art Berbère

Yves Saint Laurent et son ami Pierre Bergé acquièrent l'endroit en 1980 et le restaurent. D'ailleurs, les cendres du couturier y ont été dispersées en 2008 à sa demande. La maison des deux compères (si je puis m'exprimer ainsi) se situe dans un jardin annexe dont l'accès ne se fait que jusqu'à 17h par le jardin Majorelle. C'est aujourd'hui le musée d'Yves Saint Laurent (logique ...).

Maison et Musée d'Yves Saint Laurent 

Il est impossible de se rendre à Marrakech sans flâner dans ces magnifiques jardins.

Lundi matin, nous allons à la rencontre de l'équipe pédagogique de l'école de Marrakech. Souvenez vous, nous sommes missionnés au sein de l'Ecole Catholique au Maroc. Cette école à la particularité d'être encore tenue par trois sœurs de nationalité libanaise. Maîtresses et enfants de l'école sont marocains musulmans, c'est ce qui rend cette mission atypique. Nous sommes très bien accueillis, l'école est splendide. La visite de l'école commence par le Primaire et le Collège pour se terminer avec les plus jeunes, les élèves de préscolaire. Les présentations sont faites avec chaque institutrice et leurs élèves, il faudra reprendre RV pour passer du temps avec chaque classe dans un second temps. Cerise sur le gâteau, nous avons le privilège d'être invités à manger pour le repas de midi. La cuisine libanaise est un délice ... Il est temps de rentrer à Casa sous le regard tendre de ce cher monsieur qui semble veiller sur la gare de Marrakech.

Nous l’appellerons Papi au regard bienveillant  
5

Après le Sud du Maroc, direction le nord et son ancienne capitale, Meknès. Nous intervenons dans une école située dans les hauteurs de la ville, profitons du Weekend pour en faire le tour !

Meknès est à 3h de Casa en train, elle fait parti des villes impériales que compte le Maroc. La ville est entourée de champs d'oliviers, le paysage est verdoyant contrairement à Marrakech ou on devine que le désert n'est pas bien loin. Nous arrivons à la grande gare en fin de matinée. Petite surprise, la ville est en "relief", un détail pour certain me direz vous, mais une demie heure pour atteindre la médina sous le soleil avec nos sacs sur le dos peut paraître un peu long =) ! Nous finissons par arriver dans notre petit Riad de la Médina, je le conseille vivement ! Riad Yanis offre le petit déjeuner, des chambres spacieuses, du CHAUFFAGE !!! et des sourires en continue!

Riad Yanis et fresque face au Riad (une partie seulement) 

Nous décidons de faire un tour dans la médina qui ne ressemble pas à celles que nous avons déjà vues. Petites rues qui n'apparaissent pas sur notre carte GPS ... faisons confiance à notre instinct. Nous arrivons à trouver le quartier des ferronniers, spécialité de la ville. Nous n'avons pas pris les artisans en photos de peur de déranger, personne ne me photographie quand je bosse après tout ... Un artisan nous explique comment est travailler le fer et nous demande " Vous connaissez la ville de Lyon ? C'est de là qu'est importé le fil d'argent que nous incrustons dans le métal." "Oui, nous connaissons bien Lyon ^^". C'est un art berbère propre à la région qui vaut le coup d’œil. Objet, lampes, bijoux ... Un vrai bonheur pour les yeux ...

Nous continuons notre balade a travers les ruelles et nous nous faisons interpellé par un homme, qui ne cesse de parler ... qui nous conduit de fil en aiguille au sein des tanneries. C'est assez impressionnant, les peaux de bêtes gisent au sol, il faut avoir le cœur bien accroché. Il connait la médina comme sa poche, et tout le monde le connait également ce qui aurait du nous mettre la puce à l'oreille.

Nous parvenons tout de même à visiter la Medersa Bou-Inania (ancienne école coranique) en plein cœur de la médina. Lieu riche en histoire et en architecture. Les sculptures dans le bois et dans la pierre sont impressionnantes de précision, une vraie dentelle. En revanche, les minuscules cellules de 3m² dédiées aux étudiants, sans porte et parfois sans fenêtres ne donnent pas vraiment envie d'étudier.

 Medersa Bou-Inania, fondée au XIVème siècle

Fin de la visite, notre "Guide" nous attend patiemment ... nous dirige vers la place principale et me demande 50 DH. Normal ! pas moyen de négocier, la tension est palpable, nous cédons avec cette belle impression de s'être fait voler notre après midi et une partie de notre porte monnaie ....

Nous ne nous décourageons pas (pour ma part j'étais au bout du bout) et allons nous promener au milieu de la place principale El Hedim. Une ambiance de petit Marrakech règne sur cette place, autruche, singe, serpents, stands de boisson, musiques diverses et variées ... L'animation durera une bonne partie de la nuit.

Place El Hedim et ses murailles 

Lendemain matin, après un petit déjeuné plus que copieux au Riad, direction la ville impériale et son histoire ! Cette partie de la ville est dotée d'une double enceinte permettant une protection supplémentaire lorsque des méchants vinrent à attaquer la ville. Ça donne ça, le couloir de la mort !

Couloir de la mort ...et des portes plus grandes et plus belles les une que les autres (la jaune donne accès au golf royal)

Mais c'est pas tout, on a vu du dessus les anciennes prisons, les anciens greniers (à grains), et les portes démesurées par centaines que compte la belle ville de Meknès !

Anciens greniers Greniers 

Cette journée nous a permis d'oublier la mésaventure de la veille, nous avons pu profiter de tout comme on le souhaitait ! Lundi, direction l'école Notre Dame de Meknès pour faire connaissance.

6
6
Publié le 3 avril 2019

1 - Rencontre avec nos chargés de mission et tous (ou presque) les volontaires présents au Maroc. En tout cas ceux envoyés par notre organisme : La DCC ( www.ladcc.org ). Nous sommes 8 si je ne me trompe pas dont trois depuis plus d'un an.

Qu'est ce qu'un chargé de mission ? Yannick et Jacques (absent lors de la rencontre) nous suivent tous depuis la France et s'assurent que notre volontariat se passe correctement, ils peuvent jouer également le rôle de médiateur entre nous et notre partenaire (celui auprès de qui nous intervenons). C'est un peu nos anges gardien ^^

Rendez vous à Meknès chez une volontaire qui travaille là bas. Elle intervient au sein d'un centre de langue tenu par la paroisse de la ville. Nous nous retrouvons chez elle pour faire un bilan (petit bilan pour nous fraîchement arrivés) puis repas dans la médina ! Une vraie régalade !

2 - Venue du Pape François à Rabat

Pris en charge par les diocèses du Maroc, nous avons le privilège de pouvoir assister à la rencontre du Roi Mohammed VI et du Pape François à Rabat le samedi 30/03/19. Sous la pluie, certes, mais quand même !!

Le Dimanche 31/03, une messe tenue par le Pape avait lieu dans un stade de Rabat à laquelle nous étions également conviés. Pour ma part, je n'y suis pas allée, ne faisant aucunement confiance à la météo (cf samedi pluie diluvienne). Les échos disent que l'ambiance était folle, entre chants et danses ! Un beau moment de partage ! Je vous invite tous à farfouiller les articles de presse concernant cet événement riche de sens (et d'espoir ).

Volontaires DCC et Yannick, notre chargée de Mission 
7
7
Publié le 22 avril 2019

Qui dit école, dit VACANCES !! Nous en avons profité pour vadrouiller une petite semaine.

Etape 1 : Tétouan.

Jolie petite ville, au nord du Maroc, où l'empreinte espagnole est encore très présente. Je m'explique, les noms de rues sont traduits en espagnol, les habitants parlent espagnol en plus du Darija, et l'institut français est tout petit à côté du centre Cerventes.

Casa => Tétouan c'est 7 petites heures de bus avec la CTM pour un tarif plus que raisonnable. Nous retrouvons Charlène, volontaire DCC au centre culturel et de langues de Tétouan. Nous sommes accueillis comme des princes et avons droit à une visite guidée de nuit de l'église de la ville. Un vrai bonheur pour les yeux, et le privilège d'avoir une guide qui connait la maison comme sa poche (3ème année de volontariat pour la petite dame). Particularité de cette église, c'est l'une des seules (peut-être même la seule) dont le clocher sonne (et toutes les heures en plus !).

comme le Port Salut, c'est écrit dessus ! et la belle église jaune de Tétouan (comme ses taxis ^^)

Pendant que Charlène se démène au travail, nous en avons profité pour flâner dans la ville. Sa médina Blanche grignote petit a petit la montagne qui entoure la ville, en fonction de l'endroit où nous sommes, on peut deviner la Méditerranée au loin.

Ville nouvelle et Médina  

Après avoir partagé un copieux et délicieux repas chez des amis marocains de Charlène (que nous remercions encore pour cet accueil merveilleux) , nous prenons la route direction Chefchaouen en Taxi Collectif (charmant moyen de transport typiquement marocain qui ne prend la route uniquement quand il est plein. Soit 3 devant et 4 à l'arrière dans une magnifique Mercedes 240 ! ). Enjoy !

Etape 2 : Chefchaouen, appelée également la ville bleue.

Cette petite ville au cœur des montagnes n'est touristique que depuis peu de temps. Croyez-moi, tout le monde connait l'adresse maintenant ! Chefchaouen a la particularité d'avoir ses maisons peintes (en grande majorité) en bleu, ce qui lui donne un petit air magique. Nous avons posé nos valises dans l'après-midi dans un petit hôtel super sympa : l'Hotel Anaia, que je conseille pour ceux qui seraient tentés de venir.

En route pour la médina, vêtue de son plus beau bleu et de ses boutiques colorées. La place principale "Outa el Hammam" est à voir, il y a de la vie en permanence et la Kasbah est à visiter (pour nous ce sera une autre fois).

Place Outa el Hammam et un aperçu des rues de la médina

Après une bonne nuit de sommeil, nous prenons un grand Taxi direction Akchour, connu pour ses cascades et sa nature. Le paysage est magnifique ! C'est parti pour deux bonnes heures de marche aller, idem pour le retour. Cette petite randonnée est une rando familiale ... Je suis une famille de 4 enfants à moi toute seule ! J'ai souffert, la reprise est dure mes petits chats ...

Surprise n°1 : des singes dans la montagne !

Un peu comme des marmottes mais en forme de singe 

Surprise n°2 : la beauté du lieu

Et la petite perle de traduction comme on les aime

Faut pas déconner ! 

ça valait le coup de souffrir un peu ! On rentre pour prendre un peu de hauteur sur la ville de Chaouen, histoire de s'en mettre encore plein les mirettes !

Etape 3 : Fès, Ville impériale !

Parce que la CTM est notre amie, nous prenons le bus direction Fès pour une durée de 4h30 (a peu près). Vu les drapeaux présents sur les bords de tous les grands axes, nous devinons que le roi est attendu dans les jours à venir ou qu'il est déjà passé.

Nous séjournons au Riad " L'artiste " (c'est mon cadeau d'anniversaire, et je dois dire que l'endroit est canon =) ) Le gérant, Youssef est adorable, la cuisine de Fatiha est un vrai délice ! La vue du toit est plutôt chouette.

Fès est reconnue comme capitale spirituelle du Maroc. Elle est également prisée pour ses thermes d'eau chaudes et pour sa médina assez gigantesque. L'une des seules médina ayant des quartiers, dotés chacun de ses propres latrines, son hammam, son four collectif et sa medersa (Ecole coranique). Tout est indiqué, des circuits touristiques ont même été pensés pour facilité la visite. Nous arrivons un jeudi soir, le vendredi, jour de prière, tout est fermé ! (contrairement a Casa).

Vendredi matin, nous prenons le temps de visiter un medersa avant de retrouver Doriane, étudiante sur Fès mais stagiaire à Casa et également coloc de maison.

medersa Acharatine

Il est temps de retrouver Doriane pour un petit tour des endroits à voir a Fès, à commencer par le Palais Royal, qui je dois l'avouer, est assez impressionnant !

Entrée du Palais Royal 

Ce n'est qu'en fin d'après midi que le jardin de la médina ouvre ses portes, petit moment de calme !

Jardins Jnan sbil 

Nous finissons la journée par la médina, du moins le secteur où les commerces et les restaurants sont ouverts le vendredi c'est à dire un petit tiers.

Une des entrée de la médina 

Et, l'incontournable thé a la menthe sur une terrasse offrant une vue panoramique sur les toits de Fès (sinon ça sert a rien de faire le touriste !)

Nous n'avons vu qu'une petite partie de cette ville, revenir est une nécessitée. Ce que nous retenons, c'est qu'il ne faut pas venir le vendredi, que le patrimoine de cette ville est préservé, que son histoire est riche et qu'il faut bien une semaine pour s’imprégner de l'histoire de Fès.

Les vacances sont terminées, 5h de bus nous attendent pour rejoindre la délicieuse Casablanca et ses doux klaxons de voiture.

8

Revenons à l'essentiel, notre mission de volontaire. Sur le papier, nous sommes "coordinateurs du préscolaire et membres du bureau pédagogique ". Pour ce faire, nous avons commencé par visiter les 12 écoles et leurs classes de maternelles pour enfin nous les départager de manière équitable. Soit 6 écoles chacun.

Pour Simon, les villes de Meknès (école Notre Dame de Meknès), Rabat (écoles Notre Dame de la Paix et l'institut Saint Gabriel), et Casablanca (écoles Maison d'Anfa et les instituts Charles de Foucault et Saint Dominique).

Pour Caro, les villes de Kénitra (institut Sainte Famille), Rabat (Intitution Jeanne D'Arc), Mohammedia (Institut le Nid Familial), Casablanca (écoles Notre Dame d'Aïn-Sebaâ et Carmel Saint Jospeh) et Marrakech (école la Saâdia).

Ces 4 premiers mois de volontariat nous ont permis de faire connaissance avec les équipes en passant du temps avec les enseignantes en classe. C'était aussi les 4 derniers mois de l'année, donc un dernier "trimestre" dédié à l'observation pour une meilleure compréhension du fonctionnement de chaque école.

Qui dit fin d'année, dit fêtes et événements à ne pas rater.

1. Célébrer les 90 ans des deux écoles de Mohammedia et inaugurer le nouveau collège : 

Institut le Nid Familial et le Collège Jacques Hersent

défilé des enfants des 2 écoles autour de la place principale de la ville au départ de l'école Jacques Hersent 


de gauche à droite : Directeur du Collège JH, Archevêque de Rabat, Directrice du NF, Adjointe à la direction du Collège, Soeur Pas...
danses traditionnelles, chorale, spectacles ... les enfants nous ont donné le meilleur d'eux même ! Journée inoubliable ! 
Pascal, Charlotte, Caro et Simon derrière l'objectif, les VSI sont là ! 

Afin de mener à bien notre mission, nous avons élaboré un questionnaire dédié aux enseignantes afin de repérer leurs besoins en formation (nous sommes là pour ça quand même).

Et BINGO !! besoin premier, le fil rouge de la formation continue de la rentrée prochaine portera sur "les enfants à besoins spécifiques" (soient les troubles du comportement, la trisomie, l'autisme ...). La bonne nouvelle est que c'est notre métier à tous les deux et que nous connaissons ce public.

Petit aparté, contrairement au système médico-social français, les instituts spécialisés pour la prise en charge du handicap n'existe pas en tant que tel au Maroc. Les enfants nécessitant une prise en charge spécifique sont soit en classe ordinaire, soit à la maison.

Nous allons donc essayé de donner le meilleur de nos connaissances à ce sujet pour permettre aux enfants de pouvoir accéder à une scolarité et aux enseignantes d'être équipées pour les accompagner dans les apprentissages du mieux possible.

2. Fêtes de fin d'année !

Kermesse de Saint Dominique

Mascottes, clowns, tombola, nombreux jeux pour amuser tout le monde ! Une journée sous le signe de la convivialité et du partage !

Sortie à la ferme pédagogique pour l'Institut sainte Famille de Kénitra

une journée à la campagne au milieu des animaux avec activités jardinage, confection de pain, peinture, jeux en forêt, poterie ...

D'autres événements ont eu lieu dans différentes écoles: fêtes sportives, chorale, fête de fin d'année ...

9
9
Publié le 24 août 2019

L'université d'été est un événement attendu de tous ! Pour sa deuxième édition, l'ECAM investi l’institut Charles de Foucauld de Casablanca. Pendant 3 jours, les enseignants du réseau bénéficient d'une formation continue abordant un thème précis. Cette année, 10 thèmes sont proposés aux enseignants, il ne leur reste plus qu'a s'inscrire sur le module de leur choix.

Nous voila pour la première fois de l'autre coté de la salle ... Panique à bord !!! 

Nous voila à la place de formateurs. Notre but est de sensibiliser les enseignants ayant choisi notre atelier aux enfants à besoins spécifiques. Nous aborderons les sujets suivants : les troubles du comportement et de l'apprentissage (TDAH), le handicap en milieu ordinaire (trisomie, autisme, troubles DYS), les outils pédagogiques et enfin quelques mises en situation (de handicap).

Trois jours, c'est court et interminable à la fois ! inutile de vous préciser que nous modifions nos plans et contenus de formation chaque soir jusque tard dans la nuit ...

C'est sans compter sur un groupe d'une vingtaine d'enseignants de primaire plus bienveillants les uns que les autres avec nous. Tous s'est très bien déroulé, nombreux sont ceux qui se sont prêtés aux jeux des enfants "différents", toujours dans une bonne ambiance bonne !

outils faits maison, gants de boxe pour simuler une dyspraxie , consignes vues par un dyslexique ... Au boulot !

C'est sans compter sur Simon qui se met dans la peau d'un enfant présentant des troubles de l'attention lors d'une dictée ... fous rires garantis !

Première expérience de formateur, riche en émotions (toutes mélangées !), forte de partages, constructive mais surtout inoubliable (et un peu épuisante ^^).

une vidéo faite par les journalistes de la chaîne marocaine 2M, une autre faite par l'ECAM =) 
10
10

Nous nous sommes accordés une semaine de vacances le long de la côte atlantique. C'est grâce a une petite voiture que nous avons loué pour la semaine, que Pascal, Simon et moi partons à l'aventure.

Jour 1 : Au départ de Rabat, nous nous dirigeons vers Azemmour, petite ville située a 75 km au Sud de Casablanca. Cette jolie petite ville est malheureusement laissée à son propre sort. Je m'explique, il n'y a pas si longtemps, un festival artistique avait lieu tous les ans au cœur de la petite médina d'Azemmour. Cela fait déjà plusieurs années que les fresques n'ont pas été renouvelées et que ces œuvres d'art se détériorent. La médina est entourée d'une belle muraille fraîchement rénovée (un vrai petit bijou). Contrairement à de nombreuses villes marocaines, l'effervescence est à l’extérieur de la médina et non à l’intérieur. Nous sommes donc surpris de trouver une médina calme. Nous passerons la nuit au Riad 7, que je conseille vivement.

Azemmour 

Azemmour est une toute petite ville, nous en faisons rapidement le tour. Direction El Jadida, a 16km au sud pour y passer la soirée. Nous ne sommes pas déçus. Ancienne cité Portugaise, la médina de El Jadida tient ses promesses.

El Jadida 

Jour 2 :Nous quittons Azemmour dans la matinée et prenons la route nationale direction Essaouira. La route côtière est très jolie, les paysages sont splendides. Nous croisons plusieurs stands de citrouilles très bien présentés, la nature sauvage tout au long de la côte ...


Route côtière entre Azemmour et Oualidia 

Petite pause repas sur la lagune de Oualidia. Cette ville est touristique en saison estivale. Elle est réputée pour sa lagune qui je l'avoue est assez canon. Je ne vous recommanderais pas le resto dans lequel nous avons mangé, bien que la vue soit très belle et qu'ils servent du vin, la cuisine laisse à désirer ( je retrouverais le nom ^^)

Oualidia 

Nous reprenons la route en direction d'Essaouira. Avec Sim, nous y avions été pour participer au Gnaoua Festival en juin et nous avions eu un coup de cœur pour cette petite ville de pêcheur. C'est après quelques heures de route que nous arrivons enfin. Notre Auberge de jeunesse se situe dans la médina, simple, propre, pas cher, petit dej compris, efficace (Hotel Sidi Magdoul). Nous déposons nos affaires et partons nous balader dans les rues de la médina. Nous décidons de prendre un peu de hauteur pour admirer le coucher du soleil. Les photos parlent d'elles-mêmes.

Essaouira  

Nous avons mangé dans un petit resto italien, un pur bonheur (chez Silvestro) ! La déco est atypique, l'ambiance chaleureuse et familiale, je vous le conseille vraiment !

Après une bonne nuit de sommeil et un petit dej beldi, nous nous mettons en route pour le port. Période de l'Aïd-el-Kébir oblige, le port est au repos, aucun bateau n'est parti en mer. Loin de l'effervescence habituelle de ce petit lieu magique, nous profitons du calme et du paysage toujours aussi beau.

Port d'Essaouira 

C'est en milieu d'après-midi que nous reprenons la route en direction de Taghazout. La côte entre Essaouira et Agadir est réputée pour ses spots de surf. Et comme nous sommes de grands surfers ... Ça tombe bien ^^ Taghazout ne sera pour nous qu'une étape pour dormir. Toujours par la nationale, nous rencontrons toute sorte de paysages. Sites industriels et côtes sauvages cohabitent, bien que ça soit difficile pour les yeux ... Les complexes hôteliers poussent comme des champignons, par endroit, cette belle côte est ravagée petit à petit. Nous avons quand même pu croiser de très jolis endroits.

Qui dit Arganiers dit biquettes ! 
Traversée de plusieurs petits villages 
entre désert et océan  

Nous arrivons à Taghazout près de 5h plus tard. Petite déception, la ville n'a rien de joli, nous constatons aussi que l'hostel que nous avions réservé abuse des filtres lorsqu'il publie les photos sur Booking ! La période de l'Aïd n'aide pas, c'est une ville fantôme dans laquelle nous atterrissons. Les rues sont désertes, les resto et boutiques fermés ... C'est en montant sur le toit de l'hostel que nous découvrons que chaque maison est fin prête pour la fête du mouton. En effet, il y a presque un mouton sur chaque terrasse. Nous finissons même par nous prendre d'affection pour le bouc qui loge sur la terrasse voisine. Il y a de la tension dans l'air, les animaux bêlent à tue tête, séparés de leur troupeau et de leur environnement, nous avons la sensation qu'ils comprennent que quelque chose va leur arriver.

Après avoir trouvé un endroit où manger, nous tentons tant bien que mal de dormir. Au petit matin, après un appel à la prière différent du quotidien, nous comprenons que c'est l'heure. Les rues sont en effervescence, les enfants courent, les portes des maisons sont ouvertes. Je monte sur la terrasse pour immortaliser quelques scènes de cette fête qui nous semble inconnue mais à laquelle nous participons à distance.

Nous allons quand même faire un saut sur la plage avant de repartir. Taghazout a son charme mais sur un périmètre bien précis, la plage.

Taghazout 

Nous reprenons la route direction Taroudant. Petite halte sur la route à Agadir pour boire un café dans un hôtel, il n'y a que ça d'ouvert, le reste de la ville est fermé. Comme le disent les marocains, Agadir rien à dire. En effet, station plus hôtelière que balnéaire, il n'y a que ça à perte de vue. Mais j'ai réussi à capturer quelques petites scènes qui m'ont fait beaucoup rire. Caro, moqueuse ? Non !

sac à main, chaussures ... oui oui je ne me sépare jamais de mes effets personnels. Et lui est TRES amoureux ou TRES bien payé !
Quand Pascal s'inquiète pour les chameaux 

Dernière étape du périple, Taroudant. Toujours dans notre petite Panda, nous reprenons la route. Nous arrivons à l’hôtel que nous avons réservé pour deux nuits, coup de cœur je ne peux pas ne pas en parler, c'est un pur bijoux. Au cœur de l'ancienne Kasbah se tient le Dar Tourkia ! Je vous laisse découvrir cet endroit magique en photos.

Dar Tourkia, repas, accueil, services, lieu ... Tout est parfait !  

Bien que semaine de fête, nous partons dans la médina faire une petite balade. Trois Francais dans la médina en plein Aïd, c'est bizarre quand même ! Mais certains ne perdent pas le sens des affaires et de l'accueil, Mohammed nous propose de nous conduire à la maison berbère, il n'y a que ça d'ouvert. Au moins, on ne se perdra pas.

Vous reprendrez bien un peu de mouton ? 

Nous n'avons rien acheté, Mohammed n'a pas eu sa commission, nous sommes de mauvais touristes.

Pendant que Pascal bullait au bord de la piscine, nous sommes partis sur un coup de tête voir la palmeraie de Tiout, à un quinzaine de Km de Taroudant. Ce petit Oasis aux pieds du Moyen Atlas est partagé en plusieurs parcelles entre les habitants du village. Chaque famille vient cultiver ses légumes, ses céréales au cœur de ce petit écrin de verdure. L'Oued a été dévié à l'entrée de la palmeraie pour remplir un bassin servant de piscine aux plus jeunes. Par 40°, le bassin était très convoité, et nous étions les seuls touristes. Sur une petite colline, l'ancienne Kasbah surplombe le village et la palmeraie.

sur la route de Tiout, l'air vient du désert, il fait chaud et les couleurs sont "sablées". 

Arrivés à la palmeraie, on ne passe pas inaperçus. Une guide de la palmeraie nous aborde et nous propose une petite visite de la palmeraie. On ne perd pas le sens des affaires et de l'accueil ^^. C'est parti pour un petit tour, il nous explique qu'en été tout est en jachère et qu'au printemps, c'est encore plus beau.

Palmeraie de Tiout

Nous rentrons gentiment à l’hôtel pour notre dernière soirée avant le retour à Rabat.

Fini les Vacances, près de 6h de route nous attendent. Merci le GPS, la route se transforme rapidement en piste. Nous traversons une rivière asséchée ... La route va être longue !

11
11
Publié le 23 octobre 2019

Les vacances ne sont pas terminées, direction la petite ville d'Asilah. Située à quelques km au Sud de Tanger, cette charmante petite ville côtière est très prisée des touristes espagnols. La médina est réputée pour son festival de Street art où chaque année, de nombreux artistes viennent déposer leur empreinte sur ses murs blancs. Un weekend pour découvrir cet endroit curieux s'impose.

Nous vous présenterons dans un premier temps les fresques toutes aussi belles les unes que les autres qui font toute l'authenticité de la médina. Voyez plutôt ...

et nous n'avons pas toutes les fresques en photo ...  

Mais les fresques ne sont pas les seules "beautés" d'Asilah, il se trouve que les portes des maisons sont pour certaines de vrais bijoux !

Et bien entendu, pas de ville côtière sans son port de pêche ...

sans sa plage et son couché du soleil ...

La médina d'Asilah est un réel petit coup de cœur, ne venez pas au Maroc sans découvrir cette petite perle! Les murailles qui l'entourent sont aussi impressionnantes de l’intérieur que de l’extérieur ! Cette petite ville est pleine de vie et ses habitants sont très accueillants (caractéristique Marocaine =) ). Une visite hors saison s'imposera.

12
12
Publié le 2 janvier 2020

Avec du retard (beaucoup de retard), je reprends les événements depuis la rentrée de septembre.

Nous avons commencer notre rentrée scolaire non sans stress, mais aussi avec une certaine excitation. Nous avons passé le mois de septembre à peaufiner nos futures interventions que nous allions donner aux enseignantes. L'université d'été avait été un bon entrainement, nous voila parti pour plusieurs heures de formation sur le thème de l'inclusion scolaire des enfants à besoins spécifiques.

Ce module de formation nous a occupé jusqu'en décembre. Nous avons présenté les spécificités des enfants dans un premier temps pour dans un second temps proposer des adaptations possibles à mettre en place en classe. Entre chaque journée de formation, nous essayons au mieux de nous rendre dans les classes afin de faire connaissance avec les enfants présentant une différence, qu'elle soit de l'ordre du comportement, de l'apprentissage ou des deux, mais aussi de rencontrer les parents. Notre objectif étant de faciliter l'inclusion scolaire des enfants en difficulté, nous tentons d'accompagner les enseignantes vers des adaptations pédagogiques adaptées. Cet accompagnement se fera tout au long de l'année, 6h de formation théorique ne sont pas suffisantes pour que le personnel éducatif soit à l'aise avec les outils proposés.

De plus, nous nous appuyons sur les textes de l'éducation nationale marocaine, qui demandent aux établissements scolaires de tendre de plus en plus vers une école inclusive. Deux guides officiels ont été rédigés puis distribués aux établissements, à nous de nous en saisir et de les mettre en pratique autant que possible. Challenge en cours !

13
13

Nous pouvons à présent accueillir du monde correctement (4 chambres, 6 couchages en plus), cette information a été entendue par la famille de Simon, ils s'en saisissent pour notre plus grand plaisir ! Les vendéens débarquent au Maroc pour une semaine !

Les premiers arrivés sont les parents de Simon. Vent, pluie, froid ... Quel accueil ^^ Les caprices de la côte atlantique ne leur font pas peur, hors de question de rester enfermés. Le Maroc sous la pluie présente un certain charme après tout. Première visite, direction Asilah, notre ville coup de cœur. Le ciel se dégage petit à petit, le soleil nous accompagne toute l'après midi. Nous avons même droit à un coucher du soleil magnifique !

Le lendemain, la météo n'est pas terrible, mais rien d'insurmontable. Nous partons direction Rabat pour présenter notre lieu de travail ainsi que nos "collègues". Thé à la menthe, pâtisseries, convivialité, le travail s'arrête le temps d'une rencontre, tradition marocaine oblige 😉

Nous nous dirigeons ensuite vers la cathédrale, aussi belle de l’intérieur que de l’extérieur. Nous rentrons par l'arrière du bâtiment et profitons d'être seuls à l’intérieur. Il y a certains avantages à travailler pour l'Eglise ^^

Cathédrale de Rabat  

Passage ensuite par le souk puis par le jardin andalous des Oudayas ... lieux incontournables de Rabat !

Nous avons été contraints de laisser nos convives visiter la ville de Meknès seuls le lendemain pour causes d'obligations professionnelles. Aucun problème à déclarer, tout s'est remarquablement bien passé =)

La deuxième vague arrive, nous voila au grand complet ! 8 à table ! Pas une minute à perdre, le beau temps pointe le bout de son nez, direction le Chellah !

Le Chellah, ou Chella, est le site d'une nécropole mérinide située sur l'emplacement d'une cité antique, 

Pour ensuite se diriger vers la médina de Rabat, les Oudayas, sa vue imprenable sur le Bouregreg et sa plage ... Pour finir la journée dans un restaurant marocain trop chouette le "Tajine wa Tanjia"

Rabat 

Après avoir raccompagné les parents de Simon à l'aéroport de Casa, nous poursuivons le séjour à 6 en direction de Meknès, ville impérial où les portes sont plus belles les unes que les autres. Pour respecter le rythme des petites gambettes de Malo, nous faisons le tour de la ville impériale en calèche 😀 ce qui nous permet de nous arrêter aux points stratégiques sans pour autant se fatiguer. Pour rappel, les murailles de Meknès entourent la médina plusieurs dizaines de Km. Merci Malo ! 😉

Meknès 

Nous passons la nuit à Meknès dans un Riad qui tient ses promesses : Décoration, infrastructures, toit terrasse, tout y est !

Nous prenons la route de Moulay Idriss. Ville fondée sur le mont de Zerhoun par Idriss I fondateur du ler état Islamique au Maroc à la fin du VIIème siècle. Elle revêt un caractère spirituel qui a permis l'établissement de plusieurs monuments et sanctuaires religieux dont le plus important est le mausolée Moulay Idriss. La ville se caractérise par une architecture Islamique élaborée et conçue selon un style parfaitement intégré à l'environnement culturel local. Elle est actuellement un lieu de pèlerinage pour les musulmans. Agrippée à sa montagne, la ville nous offre une vue panoramique remarquable.

Moulay idriss 

Impossible de ne pas se rendre ensuite à Volubilis, nous reprenons donc le taxi en direction de ce beau site antique. Pour info (d'après Wikipédia), Volubilis est une ville antique berbère puis romanisée, capitale du royaume de Maurétanie, située dans la plaine du Saiss au Maroc, sur les bords de l'oued Rhoumane, rivière de la banlieue de Meknès, non loin de la ville sainte de Moulay Idriss Zerhoun où repose Idriss Iᵉʳ, fondateur de la dynastie des Idrissides. Infos confirmées par les panneaux présents sur site ^^. Soleil, chaleur, tout pour profiter de ce bel endroit à ne pas rater !

Volubilis 

Retour à Kénitra, pour passer les trois derniers jours au calme et découvrir notre vie quotidienne. Détente, plage et balades au programme, toujours sous un soleil éclatant.

14
14
Publié le 3 janvier 2020

Après la famille, place aux copains ! Enfin à Carla ^^ C'est parti pour 5 jours dont il va falloir profiter à 200% !

Jour 1 : Rabat mon petit chat ! Médina, Tour Hassan, Oudayas ... Yallah !

La Tour Hassan est une tour emblématique de Rabat constituant le minaret d'une mosquée du XIIᵉ siècle inachevée, ainsi que le mausolée où reposent les rois marocains.

La Tour Hassan, son mausolée et son jardin  (photos de Carla)

La promenade le long du Bouregreg pour se faufiler ensuite au cœur de la médina.

 Bouregreg et médina (photos de Carla )

et terminer notre balade par l'incontournable Kasbah des Oudayas