Carnet de voyage

Enfin notre premier tour du monde

168 étapes
172 commentaires
26 abonnés
Dernière étape postée il y a 35 minutes
366 jours consacrés à graviter autour de la planète en backpacker: 12 pays, 20 vols, 6 croisières et du 4X4
1

Départ de Dunkerque très difficile ce samedi à 8h30, direction l'aéroport Roissy Charles de Gaulle, pour notre premier vol Paris/Doha(capitale du Qatar). C'est la première fois que nous prenons un airbus A380 de la compagnie Qatar Airways, et j'avoue, que ce paquebot des airs est impressionnant et plutôt confort pour des géants des Flandres. Après 6h de vol, nous avons juste 1 heure 30 d'escale afin d'attraper notre deuxième vol, à destination de Colombo. Et c'est enfin vers 9h du matin, heure Sri lankaise que nous foulons le sol du premier pays de notre TDM. Mais nous sommes loin d'être arrivés car nous préférons fuir la capitale, afin de nous plonger directement au coeur du pays et attrapons de justesse le seul train de la journée, pour la ville d'Anuradhapura. Afin de nous immerger dans la population locale, nous choisissons des billets 3ème classe, et à vrai dire nous sommes les seuls européens du train. Les vendeurs ambulants ne cessent de passer dans les wagons afin de nous vendre rafraichissements, fruits, cacahuètes et snacks. Et c'est enfin, après 4 heures de train, que nous finissons ces 24h de transports éprouvants. Le dépaysement est total à tous les niveaux, que ce soit la population, les odeurs, les paysages!!! Une sacrée entrée en matière! Nous pouvons enfin aller nous reposer et nous rafraichir à l'hôtel Lion rest, qui de façade ne paye pas de mine, mais qui je l'avoue est très propre à l'intérieur. Je présent déjà la gentillesse des Sri Lankais qui nous accueillent à bras ouverts avec thé, petits gâteaux et bananes.

2

Après une nuit difficile, peuplée de rêves, mais surtout très chaude et humide, nous prenons notre premier de sri lankais à l'hôtel avec crêpes de coco et confiture d'"apple wood". No comment!!!!

Nous louons des vélos (toujours à l'hôtel) et partons visiter à la fois les ruines de la cité ancienne (classé UNESCO) ainsi que tous les sites bouddhistes religieux de la ville. C'est ainsi que nous découvrons le dagoba(stupa) de Ruvanvelisaya, après avoir préalablement ôter nos chaussures et recouverts nos jambes de sarong (jupes). Ce site bouddhiste serait le berceau de cette religion notamment grâce au "figuier de bouddha" dont la première bouture fut apportée des la fondation de la ville par Sanghamitta, il y'a 2325 ans. D'ailleurs Anuradhapura, fut la première capitale du pays. Nous continuons ensuite notre visite dans les ruines de la cité ancienne, entre bassins d'eau de pluie, ruines du palais royal, et les anciens dagobas. Nous avons d'ailleurs découvert de nombreux bouddhas allongés; les sri lankais disposent à leur pieds, offrandes, riz et fleurs de lotus que les moines viennent retirer toutes les 30mn, vu la quantité!!! Aux pieds de l'arbre de bouddha, entretenu par des gardiens de père en fils depuis ses origines, nous demandons aux moines une petite prière pour notre PG, que je garderai secrète. Ils nous garantissent 95% de réussite. Après ces nombreuses heures de visite, de la ville, nous rentrons à l'hôtel, avec comme récompense notre première bière, "lion", très bonne. Petit repas dans un boui boui local, heureusement que j'avais demandé "no spicy please"!!!!! On ressort de là, la bouche en feu.

3
3

Réveil très matinal pour le départ à 5h du matin pour la réserve wilpattu afin de faire un safari à la decouverte de la faune Sri lankaise: éléphants, ours ou léopards... bon nous avons vu un ours et un éléphant au loin et beaucoup de paons et d'oiseaux. Un peu attrape et arnaque à touristes !!!! Nous consacrons la deuxième partie de la journée à la visite de Mihintale, le berceau du bouddhisme Sri lankais. Nous y sommes allés en bus afin de nous plonger encore davantage (si c'est possible) dans la culture du pays. Nous passons clairement pour des bêtes curieuses mais toujours avec gentillesse et bonne humeur. Mihintale est aussi appelée "la montagne de Mahinda", endroit où aurait eu lieu la rencontre entre Mahinda un disciple de bouddha , et le roi de l'époque. Séduit par les paroles de Mahinda, le roi s'est converti au bouddhisme. C'est ici que fut construit le premier temple. Situé en haut d'une colline, nous avons du gravir ses 1840 marches, sous un soleil de plomb, afin de pouvoir contempler le majestueux stupa ainsi que la gigantesque statue de Bouddha. En haut du mont, nous découvrons tout le site magnifique. Avant de repartir pour l'hôtel, petite halte dans un boui boui pour y manger (on ne sait pas quoi!!!) et y boire.

4
4
Publié le 3 juillet 2019

Je ne vais pas souvent écrire cette phrase, mais aujourd'hui c'est journée"off". Ce qui signifie pour Patrick, grasse matinée (réveil à 8h30) et pas de programme (on a trimé en vélo toute la journée). Nous voici donc à l'aventure partis faire du vélo, autour d'un lac que l'on avait repéré sur la carte; sous 40°, c'est très difficile, heureusement qu'il y avait du vent! On profite pour prendre des photos des stupas au loin dont la blancheur se détache dans la verdure de la jungle. Puis pour s'hydrater et manger un morceau, on s'arrête dans ce que l'on pourrait appeler boulangerie chez nous, pour gouter leurs pâtisseries et sucreries. Le patron nous prépare une assiette remplie de gâteaux, de toutes les formes et toutes les couleurs. Certains sont vraiment délicieux, et d'autres plus étonnants pour nos palais d'européens! Nous goutons également une salade de fruits et le milkshake local, délicieux, et le tout pour à peine 2€. PG au début, réticent pour manger dans les gargotes locales (sans hygiène bien sûr), commence à se lâcher. De toute façon, on mange tellement épicé, que toutes les bactéries doivent être détruites!!!

P.S. Patrick l'aventurier qui goute à tout, a testé la boisson EGB, qui en fait est un jus de gingembre. Dégueulasse, imbuvable.

5

Nous voici repartis tôt ce matin vers la ville de Dambulla. Après 1h de bus local, nous déposons nos bagages à l’hôtel et partons à la découverte du temple d’or et de ses grottes, classé UNESCO en 1991. Le temple porte bien son nom car son stupa est entièrement recouvert d’or et un bouddha géant en or le surplombe. De la route, on ne peut pas le rater tellement ça brille. Puis nous devons monter en haut d’une petite colline, afin de visiter les grottes troglodytiques datants du 7ème siècle. Un temple est construit à même la roche et dans les différentes salles se trouvent des dizaines de bouddhas imbriqués dans la roche, entièrement recouverte de fresques et peintures. Très impressionnant! Une fois la visite terminée, comme il est à peine midi, Patrick me propose d’aller faire un massage ayurvédique; Comme on ne sait pas où aller, on demande à un truc tuc de nous emmener dans un endroit sympa. C’est ce qu’il fait, car le centre de massage se situe dans un jardin ou les cabines sont sur pilotis. Je choisis un full body massage (massage intégral) et Patrick un Shiro Daro (massage de la nuque, tête, front, épaule te cuir chevelu par une technique ayurvédique d’huile coulant au goutte à goutte d’un pot placé au dessus du front). Une fois les massages réservés, le masseur m’annonce que je serai massé par un « boy » et devant ma mine déconfite, il me rassure « no problem, madam ». Je suis très embarrassée quand même! A 47 ans, c’est une première! Le massage est très agréable et les huiles sentent bon. J’ai choisis un massage pas trop fort, et je lui dit NON quand il me demande si je souhaite qu’il me masse la poitrine. Faut pas abuser quand même!!!!! Patrick a adoré aussi son massage, et après 1 heure, nous repartons en ville pour grignoter un peu; il faut dire qu’on est plus qu’à un repas par jour, et 4l d’eau par personne. J’oubliais, qu’en chemin, le tuc tuc nous dépose au « spicy garden » (jardin des épices) où le propriotaire pour nous vendre ses mixtures de plantes, nous fait découvrir toutes les vertus de ses arbres. Si j’ai bien compris, en achetant tout, je serai plus jeune, une peau botoxée, j’aurais perdu 10kg, ne devrais plus m’épiler et je n’aurais plus de cheveux blancs; sans compter que je n’aurais plus de soucis de santé! des plantes miraculeuses!

6

Réveil à 4h30 ce matin, pour admirer le lever du soleil sur le rocher du roi lion depuis le rocher de Pidurangala. En plus de l'heure matinale, il nous faut gravir (même escalader) le rocher pendant prés de 30mn. Une fois en haut, le paysage est spectaculaire, malgré les nuages qui nous cachent le soleil. Nous distinguons bien en face le rocher de Siriguya, autrefois ancienne capitale: un royaume aérien. C'est la deuxième étape de la matinée: la visite du palais ou ancienne résidence du roi parricide Kassyapa (15ème S), souverain mégalomane qui bâtit sa forteresse sur un gigantesque monolithe rouge, d'ailleurs considéré comme la 8ème merveille du monde moderne. Nous voila repartis pour une ascension de 370m ou 1200 marches. Durant la progression, nous pouvons admirer les peintures des 18 demoiselles de Sirigya, servantes, déesses ou concubines du tyran amateur d'art et de femmes. Au sommet du rocher, que l'on attend par des escaliers abruptes et à même le vide, une vue panoramique sur la jungle environnante, une scène d'Indiana Jones et le temple maudit a été tournée ici. De retour de nos visites, une surprise, ou plutôt un rêve devient réalité! Un cornac est en train de baigner et laver son éléphant dans une rivière. On s'arrête pour prendre des photos et il nous propose de brosser l'éléphant avec lui. Moi et PG n'hésitons pas et rentrons dans la rivière pour toucher l'éléphant. Sa peau est dure comme de la pierre et il a des poils durs comme un balai brosse, des petites oreilles, mais il est trop trop beau et à l'air tellement gentil!!!! Il nous laisse lui gratter le dos avec des écorces de coco. J'ai réalisé un REVE. Après une sieste réparatrice, nous décidons d'aller nous promener près d'un lac, puis dans les rizières alentours afin d'apercevoir les ramasseuses de riz; comme ce n'est pas la saison, elles cultivent les pommes de terre, qu'un paysan nous propose de gouter cru. Oups!!!! Il faut dire qu'on passe toujours pour des bêtes curieuses, mais ils sont heureux que l'on aille les voir. Ils sont vraiment tous gentils et bienveillants.

P.S. Une moto est tombée dans le fossé, tellement son conducteur était étonné de voir 3 européens dans ces lieux peu touristiques. Heureusement pas de bobo pour lui,mais un fou rire pour nous.

7
7
Publié le 6 juillet 2019

Changement de ville, direction Polonnaruwa. Nous prenons le bus local devant le logement et à cette heure matinale, il est bondé. Les gens rentrent et sortent du bus en sautant; un vrai capharnaum. Une fois la ville passée, on peut enfin s’assoir et profiter de la route, très jolie et de plus en plus verte. La ville de Polonnaruwa est beaucoup plus sympa que les précédentes. La guest house est super et son propriétaire adorable. C4est ainsi qu’il nous explique que le nouveau président du Sri Lanka possède une maison ici et que toute la ville est en cours de rénovation. Ca se voit!!! Nous louons des vélos et partons à la découverte des rizières. Comme nous sommes samedi, tous les sri lankais se baignent et lavent leur linge dans les canaux (larges comme des rivières), servant à l’irrigation du riz. On s’arrête déjeuner dans une gargote avec vue sur les rizières. Délicieux mais très épicé. On commence à s’y habituer! Au détour d’un chemin, nous voyons un hôtel de luxe avec piscine et décidons de nous y arrêter pour boire un jus de citron (on adore) avec vue sur le lac et la jungle. Nous sommes intrigués par les fils électriques qui entourent le lac, et le serveur nous explique que certains jours quelques éléphants s’aventurent en dehors de la jungle et viennent faire coucou aux touristes. Pas de chance pour aujourd’hui, mais demain nous partons en safari pour aller les rencontrer. J’ai trop hate!

8
8
Publié le 7 juillet 2019

Réveillés par un petit déj préparé par Smith (le proprio de la guest house), vraiment délicieux: crêpes au miel et coco, galettes de cocos, oeufs, jus de mangue frais, fruits exotiques frais et le tea (with milk and sugar), boisson préférée de PG. D’ailleurs Sumith appelle PG, mister tea et parfois petit boy (rapport à sa taille), et ne cesse de lui ramener du tea et des fruits. Puis petite balade matinale en vélo, avant de revenir pour 13h30 pour le départ du safari dans le parc Kandulla, afin d’aller découvrir les éléphants sauvages d’Asie. nous n’avons pas été déçus, nous en avons vu des dizaines! Difficile de décrire ce que j’ai ressenti. Tout le monde sait maintenant que je suis fan des éléphants, mais de les voir de tout prêt, en famille avec leurs bébés, sortir de la jungle pour aller boire et se baigner dans le lac, c’était juste magique et indescriptible. Nous avons même vu un énorme mâle, un vrai mastodonte, solitaire mais sans défenses. Il faut savoir qu’en Asie de nos jours, seuls 5% des éléphants mâles possèderaient encore des défenses. En effet, il existe une théorie selon laquelle, il y a un lien de causalité entre braconnage et évolution de l’espèce! Sachant cela, comment certains pays peuvent ils encore laisser tuer des éléphants pour l’ivoire????? A méditer!

9

Polonnaruwa a été la seconde capitale du Sri Lanka depuis la destruction d’Anuradhapura. Nous partons donc à sa découverte en vélo, après un passage obligatoire au musée pour payer les tickets d’entrée du parc, excessivement onéreux car faisant partie de l’UNESCO depuis 1982. Il s’agit de ruines hindous du 11ème et 12ème Siècle, plantées dans un luxuriant camaïeu végétal. Les temples et cultures sont très bien préservés et cela change des « simples Stupa ». Tout au long de notre trajet en vélo, nous pouvons découvrir les restes du palis royal, des stupas et surtout le clou de la visite: l’ensemble de bouddhas sculptés de Gal Vitara. Endroit incroyable qui justifie à lui seul une visite de ce site.

Après ces 5h de visite, sous une chaleur suffocante, petit repos mérité avant de repartir vers 16h, pour retrouver le petit resto sympa du 1er jour à Polonnoruwa. Hélas il est fermé! Comme PG commence à ne pas être très bien (il ne mange plus beaucoup), nous nous arrêtons finalement dans un resto plus touristique pour qu’il puisse manger ses premières pates bolo. Ca y est il se sent mieux, il est reparti pour plusieurs jours.

10
10
Publié le 9 juillet 2019

Départ de Polonnaruwa un peu triste car nous avons adoré la ville et surtout Sumith le gérant de la guesthouse. J’en profite pour faire une aparté sur la gentillesse extrême des Sri Lankais. Je n’ai jamais rencontré des gens aussi chaleureux. Aucune agressivité et aucune insécurité. Ils n’ont rien mais ont toujours un sourire jusqu’aux oreilles. Quelle leçon de vie!!! C’est donc après 4h de bus que nous arrivons à Kandy, 2ème grosse vile après Columbo. Nous avons réservé un appart pour les 3 jours, vraiment super. Nous décidons de visiter et la ville, et comme par ma magie, on tombe sur un Burger King. PG est comme un fou et on a pas la force de lui résister. Du coup il retrouve le moral culinaire! Passage par le marché couvert de Kandy ou vendeurs de fruits et légumes partagent les lieux avec les bouchers et les poissonniers: j’ai du sortir des lieux en vitesse tellement les odeurs de viande découpée, avec le boyaux jetés aux chiens et aux corbeaux, étaient insupportable! (speciale dédicace pour Martine). Puis nous faisons un petit tour du lac et prenons de la hauteur pour l’admirer de plus haut. Nous avons entre temps réservé un spectacle de danses traditionnelles, de cracheurs de feu qui marchent sur les braises. C’était très beau et les costumes des danseurs somptueux.

11
11

Dernière visite UNESCO du Sri Lanka, pour le temple de la dent. Il abrite une relique de la dent de Bouddha. La légende raconte que cette dent fut sauvée de la crémation du Bouddha au 6ème S avant JC, puis cachée par une indienne qui l'emmena au Sri Lanka, puis reprise par l'armée tamoule, puis par les portugais qui l'envoyèrent se faire réduire en cendre et jetées à la mer en Inde. Il faut dire que cette relique a longtemps joué un rôle politique important, car la posséder, c'était détenir le pouvoir sur le pays. Bon par miracle elle s'est régénérée pour revenir au Sri Lanka. Bref nous ne pourrons pas la voir, car elle est cachée sous 7 reliquaires successifs en forme de cloche, empilés et placés derrière une porte. 3 fois par jour, les moines ouvrent la porte afin de permettre aux pèlerins de s'y recueillir (non de la voir). Nous avons assisté à la cérémonie de 9h30 et la ferveur ambiante était très impressionnante. En plus comme nous sommes mercredi, la relique est lavée avec une préparation d'eau parfumée. Cette eau sacrée est ensuite distribuée parmi les fidèles, car elle est censée posséder des vertus guérissantes. La file est interminable et tous se bousculent afin de remplir leurs bouteilles. Nous restons en retrait et observons avec étonnement toute cette ferveur religieuse. Nous passons ensuite visiter le palais ainsi que l'elephant muséum, musée créé spécialement pour l'éléphant Raja, mort en 1988 à 75 ans. Né en 1913, il fut capturé à l'âge de 12 ans et offert au temple de la dent où il eut le suprême privilège de porter la dent sacrée lors des cérémonies annuelles. Il fut déclaré "Trésor National" en 1986 par le président, et a eu le droit à des funérailles officielles. Il fut embaumé, et c'est donc son imposante dépouille que nous pouvons voir dans ce musée.

Nous terminons notre journée par la visite du jardin botanique de Peradeniya. Il est renommé pour son impressionnante collection d'orchidées, sa majestueuse allée de palmiers royaux. Il présente un jardin d'épices et de plantes médicinales ainsi que divers arbres plantés par des personnalités qui ont visité le jardin. Une colonie de chauve-souris frugivores est installée partout dans le jardin. Cette visite ne démérite pas face aux temples; c'est 60 hectares d'havre de paix, dans cette ville bouillonnante et polluée!

12

Super journée en perspective car nous allons ce matin visiter l’orphelinat de Pinnawala, un orphelinat spécialement conçu pour les éléphants. J’avoue qu’à la lecture des commentaires sur les blogs, je suis sceptique: piège à touriste ou pas? Arrivés sur place on apprend que le centre recueille des éléphants (10 en ce moment) que leurs propriétaires ne peuvent garder, et soigne les éléphants malades de la jungle. L’endroit est très touristique et on doit payer pour donner le bain à un éléphant et pouvoir monter dessus. C’est tellement tentant et ça sera peut être la première et la dernière fois que je chevaucherai un éléphant, alors tant pis, je me lance. Je suis la première à monter, c’est très impressionnant mais son cornac le dirige rien qu’au son de sa voix; j’avoue que j’ai un peu peur de tomber, car ça balance pas mal! Puis c’est au tour de Pat et PG d’y aller à 2. Eux aussi trouvent cela très intimidant. Après un tour de 15mn, on accompagne l’éléphant pour un bain dans un cours d’eau. On s’amuse à le gratter avec une écorce de noix de coco et à le mouiller. L’éléphant aussi nous arrose avec sa trompe et sa queue. On passe un super moment. Pour le récompenser, on achète quelques fruits que PG donne à l’éléphant, qui l’attrape par la trompe, pour les mettre dans sa gueule.

Il est toujours délicat de se rendre dans un lieu touristique comme celui-là, car j’ai peur que les éléphants soient exploités ou maltraités, mais ici la démarche semble être sincère, ils sont presque tous détachés et déjà plus de 90 de ces pachydermes ont pu être sauvés. J’avoue avoir un véritable coup de coeur pour l’éléphant asiatique, complètement différent de son congénère d’Afrique: plus petit, plus petites oreilles et avec des taches de couleur sur la peau.

A coté du site, nous visitons une usine de recyclage de bouses d’éléphants. Et devinez en quoi elles terminent? En papier! Rien ne se perd, tout se recycle.

Nous terminons la journée par la visite d’une usine à thé: nous pouvons maintenant différencier les différents thés: blanc, vert ou noir (fermenté). Petit arrêt photo à la statue du bouddha géant qui domine la ville de Kandy. Beau point de vue en hauteur sur toute la ville.

13
Encore des épices pour PG!!!!! 

Nous quittons le triangle culturel du nord du Sri Lanka, pour les montagnes du centre. Nous avions réservé il y a 2 jours des billets de train pour la ville de Nuna Oya, gare la plus proche de notre point d'arrivée Nuwara Eliya. C'est le moyen de transport le plus adapté car nous allons traverser toutes les plantations de thé cultivées et récoltées par les Tamoul. Il faut au train 4h pour relier les 2 villes séparées seulement de 77km; soit 15km/h. Mais une fois n'est pas coutume, nous avons le temps d'admirer la montagne et les magnifiques paysages de culture du thé, dans notre wagon 3ème classe. Les autres touristes préférant la 1ère et 2ème classe! Nous arrivons dans l'après midi après que le train ait gravi 1900m d'altitude.

Autre lieu, autre décors, autre ambiance, autre météo. Nuwara est une petite bourgade anglaise avec ses vieilles demeures coloniales aux allures de terre promise. Nous avons du mal à reconnaitre le Sri Lanka que nous avions découvert ces derniers jours. Il pleut, et la température a baissé d'au moins 10 degrés, tout est aseptisé. Ici on ne passe plus du tout pour des extras terrestres, on fait partie du décors!!

14

Réveil encore très matinal, 4h30, pour se rendre à Horton Plains, parc UNESCO, pour la première Brando du voyage. Une boucle de 9km à + de 2000m d'altitude. Avant de commencer le trek, petit arrêt pour apprécier le lever du soleil. Le temps est incertain, la brume est de la partie. Nous débutons donc par un premier point de vue qui a comme un avant goût de fin du monde "little world's end" où nous prenons quelques photos juste avant que les nuages ne couvrent le paysage. Deuxième arrêt à "world's end" avec panorama sur la jungle et toute la vallée. Nous poursuivons ce trek sous le soleil avec la chute de "baker's falls", très belle. Nous finissons cette Brando très touristique avec quelques photos de "sambar", qui ne sont autres que les cerfs Sri Lankais, légions dans ce parc.

Avant de rentrer à la guesthouse, le chauffeur tient à nous faire visiter la "New Zealand farm", ferme de vaches à l'allure très européenne. PG et Pat se boivent un verre de lait frais tout chaud. IL y a une foule incroyable de Sri Lankais venus visiter ce lieu durant le week end. On a l'impression que c'est comme un parc d'attraction pour eux: ils photographient les vaches laitières, les taureaux, les chèvres et même les lapins. C'est très drôle!!!!

Après un petit repos (bien mérité), petite balade dans les plantations de thé, sous fond de petit manoir anglais. SO BRITISH!!!!!

15
                                                                             Crèpe chocolat cacahuète à la Sri lankaise pour PG 

Ce matin un petit dej typique Sri Lankais préparé par la cuisinière de la guesthouse nous attend: riz, pois cassés, légumes cuits,... Un peu dur pour PG, qui du coup se jette sur les toasts. La cuisinière a du en faire 2 tournées!!!

Aujourd'hui nous avons une journée transport qui nous attend. En effet, nous nous rendons à Nallathanniya, petite bourgade qui se situe au pied du pic d'Adam dont nous allons faire l'ascension demain. Comme nous sommes en montagne, les 70km de distance équivalent à 3H30 de trajet, soit un bus de Nuwara jusqu'à Hatton (environ 2h de bus pour 40km) et 2 bus de Hatton à Nallathanniya. On aurait pu choisir de prendre un taxi direct mais avec les moyens de transport en commun, on économise plus de 40€ sur le trajet. Budget non négligeable pour nourrir un ado de 15ans!!!!

Arrivés sur place, je contemple ce fameux pic avec effroi et appréhension, qui culmine à 2250m et que je vais devoir gravir (tout au moins essayer) demain à 2h du matin, afin d'être au sommet au monastère pour le lever du soleil. Soit 900m de dénivelé, un trajet de 14km A/R, et 5500marches. Cela équivaut à 275 étages; pour vous donner une idée de grandeur, la tour Eiffel compte 1665 marches et l'Empire State Building en compte 1860. Bref en une nuit, je suis sensée monter et descendre environ 3 x l'Empire State Building. Les guides touristiques annoncent une montée en 4-5 heures et pour les Sri lankais, c'est plutôt 2h.

Y arriverais-je? Rien n'est moins sur! En tout cas je me prépare au pire!!!

16
hôtel au milieu de la jungle: un petit coin de paradis mais pas beaucoup de wifi donc pas de photos

A 2h du matin, le pire est arrivé. Nous voila partis dans la nuit à la lampe torche pour l’ascension d’Adam’s peak. PG et Pat partent en avant et me laissent seule sur le chemin dans le noir, avec tous les bruits de la jungle. Je ne suis pas du tout rassurée, mais heureusement quelques touristes ont eu la même idée et je les croise sur le chemin. Après un check point à l’entrée, donation oblige, je reçois un bracelet de bénédiction et le bouddha fait une prière pour moi. Peut être pour que j’arrive au sommet! Je ne fais pas durer le suspense plus longtemps; PG et Pat ont atteint le sommet en 2h15, et moi en 3h. ça c’est fait!!! On attend le lever du soleil dans le froid, mais malheureusement il ne se montrera pas car le pic est dans les nuages et la brume. dire que j’ai fait tout cela pour ça!!!! j’ai un peu la haine. En plus le temple en haut est fermé et on ne peut pas le visiter car ce n’est plus la période des pèlerinages. Dommage, car j’aurais aimé voir la cavité au sommet du pic; les bouddhistes la considèrent comme une empreinte de pied de Bouddha, les hindouistes le pied de shiva, et les musulmans le pied d’Adam. Le mythe veut qu’Adam y posa son pied après avoir été chassé du paradis. Les chrétiens y voient la trace du pied de St Thomas. Presque toutes les religions réunies pour un pèlerinage dans un même endroit, j’aurai aimé voir ça! Enfin un message de tolérance.

La descente est plus rapide mais douloureuse, heureusement qu’un petit dej nous attend à l’hôtel à notre arrivée.

Le reste de la journée va se passer une nouvelle fois dans les transports: 2h de bus, puis 4h de train (126km au total) pour arriver à la petite ville d’Ella, où nous allons passer 4 jours. A notre arrivée, surprise! Des bars partout (vive les mojitos), une ambiance tropique baba cool, des touristes partout, des restos de burgers, … Le Sri Lanka authentique est resté dans le nord. Patrick n’est plus dans son élément. Trop aseptisé, dit-il en boudant!!!

P.S. connexion difficile!!!

17
17

Hier, c’était l’ascension d’Adam’s peak et aujourd’hui c’est celle de little Adam’s peak. Heureusement beaucoup plus simple, et cette fois le ciel est bleu et on peut admirer toute la vallée nichée entre les montagnes, ainsi que les plantations de thé sur les flancs. C’est une des plus belle vue des vacances. Nous continuons notre Brando jusqu’à un point de vue sur « nine arches bridge ». C’est un pont construit par les anglais en 1921, long de 92 m avec 9 arches, également appelé le pont dans le ciel. C’est un des meilleur exemple de construction de chemin de fer de l’époque coloniale dans le pays. Cerise sur le gâteau, nous attendons 15h30, afin que le train Ella:Kandy fasse son apparition à la sortie du tunnel. Photo mythique! Nous retournons en ville par la voie de chezin de fer, sur les rails: petit rappel d’un autre séjour!

18
18

5h30 du mat, nous voila partis pour prendre le train direction Haputale, pour visiter les plantations de thé, et l’usine de fabrication de thé la plus célèbre du Sri Lanka: la daubassent tea factory de Sir Thomas Lipton, construite en 1890. Il fut un des plus illustres personnage dans l’histoire du thé au Sri Lanka, car c’est grâce à lui que cette boisson fut démocratisée dans le monde.

A l’arrivée du train, nous prenons un tuk tuk qui va nous déposer 15km plus haut, jusqu’à « litons seat ». Considéré comme un des plus beau point de vue à 360° dans la montagne du Sri Lanka, d’où Sir Thomas Lipton contemplait ses plantations de thé. En effet, la vue est époustouflante, on peut presque voir toutes les villes que nous avons déjà visité. Puis nous descendons à pied jusqu’à son usine 7km plus bas. Afin de s’immerger dans la culture locale, nous descendons par les chemins empruntés par les cueilleuses de thé: les tamouls. C’est un choc culturel, car ces femmes sans âge travaillent de 8h à 16h tous les jours, courbées, à ramasser feuille par feuille le thé. Elles ont la peau brulée par lesoleil et portent sur leur tête jusqu’à 15kg de feuilles et tout cela pour 500 roupies par jour, soit environ 3€! C’est une leçon de vie car elles ne se plaignent pas, nous appelle pour les prendre en photo et ont toujours le sourire. Après ces magnifiques paysages que nous voyons, nous avons une pensée émue pour ces femmes courageuses, qui passeront leur vie à répéter les même gestes. Bien sur, nous avons gouté le black tea, tellement fort en gout, qu’on le boit avec du lait et des morceaux de sucres roux et pâteux à laisser fondre dans la bouche pendant la dégustation. Finalement je vais peut être m’y mettre!

19
19
Publié le 19 juillet 2019

Nouveau réveil matinal à 6H30, pour encore une ascension, cette fois Ella’s rock. Nous prenons un petit déj Sri lankais à la guesthouse et partons en tuk tuk jusqu’au début du parcours de rando. Nous avons lu que le sentier est très peu voir pas du tout balisé. Dés les premières minutes, on se perd et un Sri lankais nous prend en charge afin de nous faire parvenir au sommet, bien sur, nous le rémunérerons à la fin! Après une heure de montée (mes mollets n’ont vraiment pas le temps de se remettre des autres rands). Nous atteignons au but et la vue est magnifique. Le guide nous montre d’autres points de vue plus sauvages et encore plus beaux. Nous redescendons jusqu’à la voie ferrée et prenons un tuk tuk pour nous conduire aux chutes Rawana. Elles sont réputées pour son bassin, où l’on peut se baigner. Dommage je n’ai pas mon maillot de bain, et il serait inconvenant de se baigner en sous vêtements au Sri lanka car ils sont très pudiques. De toute façon, on se prend une averse qui nous contraint à repartir à la guesthouse, histoire de nous sécher car nous sommes trempés.

P.S. Nous avons gouté la veille le lambrais, plat typique de la région à base de riz, viande ou poisson, légumes, le tout cuit lentement dans une feuille de banane. Délicieux, mais trop épicé à mon gout!!!

20
20
Publié le 19 juillet 2019
                                                                                          Le bungalow vue mer 

Nous disons au revoir à la montagne, car nous partons pour le sud et ses plages, qui termineront notre séjour au Sri lanka. Cette fois c’est un bus direct qui nous amène vers Tangalle. C’est sur la plage de Marakolliya que nous allons dormir dans une cabane, les pieds dans l’eau. Quand nous arrivons le temps n’est pas au beau fixe et nous essuyons quelques averses, avant d’enfin apercevoir un coin de ciel bleu. Nous allons jouer à Robinson, car la cabane est assez sommaire: pas de fenêtres, nous dormons sous un toit en feuille de palmiers. PG et Patrick sont ravis. Comme il y a beaucoup de vent , l’océan (indien) est déchainé, et la baignade interdite. C’est comme si j’étais devant la meilleure boulangerie de France, avec les meilleurs gâteaux, mais que je ne puisse pas y toucher. Le cadre est paradisiaque. Je suis légèrement frustrée!! Bon, PG décide quand même de s’amuser avec les vagues au bord, et du coup Pat et moi le suivons.

Ce soir nous allons tenter d’aller voir les tortues vertes en train de pondre: si elles sont là. La suite au prochain épisode!

21

Donc, la veille au soir, nous avons été observer les tortues vertes en train de pondre. J’avoue j’étais sceptique sur notre réussite. Le tuk tuk nous a débarqué dans une association de protection des tortues vertes et de leurs oeufs. Le bénévole nous explique qu’ils sont plusieurs à scruter la plage à la recherche des tortues venues pondre; et que si elle sont là, on pourra les voir. Miracle! Au bout de 10mn, il nous dit que c’est ok. Et là, nous allons vivre un moment hors du temps et magique.

La première tortue que l’on voit est en train de repartir vers la mer après avoir pondu. Elle met beaucoup de temps à retourner dans l’eau car sa soirée a été dure, elle est épuisée.

Puis après un km de marche sur la plage, il y a une autre tortue en train de creuser son nid pour y déposer ses oeufs. Pendant cette étape, nous la laissons tranquille afin de ne pas la perturber et attendons le signal pour nous approcher. Pendant ce temps, un bénévole nous ramène un sac rempli de bébés tortues. On est tous ébahis, lorsqu’il les dépose sur le sable. Leur instinct les pousse directement à aller vers la mer. C’est trop mignon, toutes ces petites tortues qui rampent vers l’eau! On peut même les toucher au passage. Une fois à la mer, nous retournons voir la tortue qui a commencer à pondre. Moment incroyable, inoubliable car on voit parfaitement les oeufs tomber dans le nid. Puis au bout de plusieurs minutes, elle termine enfin son dur labeur, et se met à recouvrir ses oeufs avec toute son énergie. Cela peut prendre jusqu’à 1 heure. Nous la laissons finir son travail, heureux d’avoir pu voir ce spectacle unique. A tel point que PG en a oublié de faire des photos!!!

Aujourd’hui, c’est OFF!! Réveil pas trop matinal, tranquille. Nous partons sur la plage pour aller prendre notre petit déj dans un hôtel un peu plus loin. Dommage, plus de petit déj sri lankais, seulement continental. C’est PG qui est content! Puis nous louons des canoés pour aller visiter le lagon et sa mangrove. Ambiance lacustre. Il y a plein d’oiseaux, des hérons, des cigognes et nous avons même la chance d’apercevoir un varan en train de nager. Le reste de la journée se passe à flemmarder. Une fois n’est pas coutume!!!

P.S. La nuit dans la cabane en plein air était particulière: beaucoup de vent, de bruit, mais on s’y fait. Le matin c’est réveil les pieds dans l’eau avec les cocotiers et la mer en guise de fond d’écran.

22
22
                                                              les 2 shorts fluo, ce sont bien le père et le fils 

Nous continuons toujours notre tour des plages du Sud, et partons pour Mirissa, petite station balnéaire un peu baba cool, du fait essentiellement de ses spots de surf. Nous aurions du arriver à Matara, 1h après notre départ, mais je me rends compte que nous sommes partis du coté opposé! Le temps de rectifier la destination, de reprendre un bus dans l'autre sens, nous arrivons finalement après 2h de transport. On s'est vraiment relâché, la prochaine fois on ferra plus attention!

Comme le temps est au beau fixe, on décide d'aller se balader sur la plage, et on rencontre en route 3 transats qui nous font signe. On se mange donc un petit encas, les pieds dans l'eau. La plage a d'énormes vagues et PG meurt d'envie de se baigner, et nous y allons tous.

Normalement nous aurions du voir les fameux pêcheurs sur échasse. Les vagues de l’océan indien sont si puissantes qu’elles rendent impossible la pêche en bordure de plage, les pêcheurs Sri Lankais se sont adaptés. Ils ont planté des perches sur lesquelles ils peuvent s’asseoir et pêcher à une dizaine de mètres du rivage. Malheureusement, nous ne les avons pas trouvé, peut être était-il trop tard!

Puis en fin de journée, cap au Parrot Rock, un rocher où l'on peut voir les deux bassins de la baie de Mirissa, accolés l'un à l'autre - la fameuse twin beach. Avec ses kilomètres de sable fin, ses resto en bord de mer et son célèbre surf break, le lieu est certes très touristique mais le cadre est paradisiaque.

23
23
Publié le 22 juillet 2019
les pêcheurs sur échasses 

Après une nuit à Mirissa, nous allons passer 2 nuits à Unawatuna. Elle est connue pour son récif corallien et ses plages bordées de palmiers, comme la plage d'Unawatuna. Arrivés à la guesthouse, nous demandons si nous pouvons louer des vélos et à la place ils nous proposent des scooters. PG et Pat sont contents, mais pas rassurés pour moi! Je ne comprends pas pourquoi??? Bref, nous voila partis pour notre première étape: jungle beach. Très belle plage nichée au coeur de la jungle, mais assez difficile d'accès. Elle est magnifique et le sable est rempli de coraux. Ensuite nous nous dirigeons au "sea turtle conservation project", clinique destinée à protéger les espèces de tortues menacées. Nous y découvrons dans des bassins, des tortues en train d'être réhabilitées, afin d'être relâchées au plus vite. Pour certaines, il leur manque un membre, pour d'autres, elles ne savent plus se nourrir après avoir avalé du plastique. Nous pouvons en toucher certaines, et même porter quelques bébés tortues qui vont être relâché d'ici quelques jours.

Puis comme je suis obstinée, et qu'avec les scooters nous pouvons faire de la route, je décide de retourner voir les pêcheurs sur échasses. Cette fois ils sont là, et PG et Patrick sont même invités (moyennant roupies) à monter sur les perches.

Petite halte sur la route pour un resto qui propose le rice curry en buffet. Il s'agit d'une base de riz, blanc ou complet, accompagné de légumes, poisson ou poulet. C'est vraiment délicieux, mais un des plus piquant du séjour.

Au nord de la baie se dresse la ville de Galle, UNESCO 1988. Elle évoque l'Afrique noire. Elle est connue pour sa cité fortifiée construite au XVIe siècle par les colons portugais. Des remparts hollandais encerclent les rues piétonnes dont l'architecture témoigne de la présence des Portugais, Hollandais et Britanniques. Le phare de Galle se dresse sur la pointe sud-est du fort. Très jolie ville.

Nous repartons vers la guestouse, en pleine heure de pointe: ça klaxonne de partout, on double à droite, à gauche, j'avoue je suis un peu en panique, ce qui fait bien rire les mecs. Bon après cela, je peux conduire n'importe où dans le monde!!!

24

Au réveil, un ciel bleu sans nuages, c'est la première fois que ça nous arrive dans le sud. On va profiter des plages en scooter. On commence par la plage Mihiripenna, jolie avec ses bassins d'eau de mer, plus faciles pour se baigner sans les vagues de l'océan indien. Puis petite halte à mijapa beach, avec la photo mythique de la balançoire que l'on retrouve sur tous les blogs. Puis nous allons voir le "japonaise peace pagoda", temple bouddhiste à pagode, reconstruit après le tsunami de 2004 et offert par les japonais. Il domine en hauteur toute la baie, et sa blancheur se découpe dans le ciel bleu et la mer. En contrebas il y a une petite plage dans la jungle. Nous entamons notre descente et voyons sur le chemin des policiers qui observent la mer. En fait, il s'agit d'un bateau qui s'est échoué dans la mer il y a 5 jours et les Sri lankais sont en train de pomper l'essence des réservoirs. Apparemment pas de blessés, ni de pollution! Nous passons quelques heures sur cette plage paradisiaque ou nous nous sommes arrêtés. Un gros varan passe devant ma serviette, et devient l'attraction de tous les touristes sur la plage. De même pour les singes qui nous observent dans les arbres. Cette plage porte bien son nom "jungle beach". Comme les hommes ont faim, nous repartons vers la plage d'Unawatuna, immense plage de sable blanc bordée de dizaines de resto et de bars de plage. Un petit thon grillé fait notre bonheur. Puis petite balade dans la rue parallèle à la plage, où je trouve dans une petite échoppe, un pantalon un peu baba cool avec des éléphants. Au point où j'en suis!!!!!!

25
25
Publié le 24 juillet 2019

Avant dernier jour au Sri lanka. Nous nous rapprochons de l'aéroport de Colombo et nous arrêtons dans la ville de pêcheurs de Negombo, qui se situe à 10km de l'aéroport. On préfère passer ces 2 derniers jours en bord de mer, plutôt que dans une grosse ville polluée. Nous réservons un safari sur le lagon en bateau. Pas de doute, c'est bien une ville de pêcheurs car il y'a des bateaux de pêche garés à la queue leuleu tout au long des berges; et il y a une odeur de poisson qui flotte dans l'air ambiant. On voit aussi nettement les ravages du tsunami de 2004, car bon nombre de bateaux sont à moitié coulés et il reste necore énormément de déchets sur les berges. Le manque de moyens pour tout nettoyer, se fait cruellement sentir, et malheureusement certaines iles du lagon ont des aspects dépotoirs. Le pêcheur nous arrête sur un banc de sable te nous fait déguster des fruits frais et boire de l'eau de coco. Il laisse sur l'avant du bateau des morceaux de coco, de bananes et des graines de pastèque. Puis en s'arrêtant sur une autre petite île, on voit débarquer des singes qui viennent chiper les fruits à même le bateau. Leur façon de manger et d'agir sont troublantes et rappellent que l'on descend quand même du singe.

On termine l'après midi à la piscine et le manager de l'hôtel vient nous voire pour nous demander si le photographe peut prendre des photos de nous pour mettre sur les sites booking et TripAdvisor. Ca y est Pat se prend pour Tom Croute (Maverick a de la concurrence, à Dunkerque: il se reconnaitra!!!)

26
26
Publié le 25 juillet 2019

Dernier réveil au Sri Lanka, matinal pour changer. En effet, nous allons voir le fameux marché aux poissons de Negombo. Nous arrivons vers 6h, et les bateaux sont déjà en train de décharger leur pêche, qui vu d'ici nous parait miraculeuse. Il y a des milliers de poissons: des thons jaunes énormes, des requins, des sardines, crabes, crevettes, bonnettes, barracudas, et une multitude d'autres dont je ne connais même pas le nom. Ils sont entreposés par terre, vidés à même le sol, avec en fond de toile les cris des corbeaux déchainés, qui viennent faire un festin. Je ne vous explique même pas l'odeur! Une fois les poissons sortis des bateaux, certains sont envoyés au deuxième marché de poissons pour être vendus. C'est un balai incessant de pêcheurs en vélo, transportant leur cargaison. Certains de ces poissons ne sont pas vendus directement,mais mis à sécher sur la plage. de grandes vaches sont étendues sur le sable, puis les poissons vidés sont entreposés dessus et salés. Des Sri lankaises viennent les retourner de temps en temps, tout en marchant dessus. No comment!!! Ames sensibles s'abstenir.

Tous travaillent comme des forcenés, dans des conditions qui nous paraissent à nous européens, horribles. Ils sont tous burinés par le soleil et la mer, et malgré cela viennent nous parler avec de grands sourires, fiers de leur pêche.

Nous profitons de visiter un peu la ville, car PG a besoin d'un ravitaillement de caleçons!

Nous passerons le reste de la journée à préparer notre départ: sauvetage des photos, billets d'avion à gérer, et le blog. Nous prenons l'avion à 1h du matin, pour arriver à Kuala Lumpur (capitale de la Malaisie) à 7h20. Nous aurons donc 6h de décalage avec la France.

EPILOGUE:

Sri Lanka, signifie: l'île où l'on obtient le bonheur.

Visiblement cette définition colle parfaitement au peuple Sri Lankais, toujours de bonne humeur, serviable, attentif. C'est la vrai richesse et beauté de ce pays. Certes le dépaysement fut dés le départ total et je l'avoue un peu brutal, mais les rencontres que nous avons faites avec les locaux, dans les guesthouse, ou les tuk tuk, nous ont immédiatement mis en confiance et rassurés. Tout paraissait insurmontable: les transports en commun, les repas pris dans les boui boui, et finalement tout s'est révélé facile grâce à la gentillesse des Sri Lankais qui nous prennent en charge à tous les niveaux. Serions nous capables d'en faire autant?

27

C'est après une nuit passée à l'aéroport puis dans l'avion que nous arrivons à 7h20, en Malaisie. La aussi, choc culturel, mais dans un autre sens. L'aéroport de Kuala Lumpur est flambant neuf et ultra moderne. Tout est ordre et discipline! Comme d'habitude nous fuyons cette grosse mégalopole (que nous visiterons à notre départ de Malaisie), pour passer 2 jours dans la ville incroyable de Mallaca (Melaka en Malaisien). Nous trouvons facilement la gare routière qui se trouve dans l'aéroport et réservons 3 tickets. Quelle surprise, les bus sont luxueux avec fauteuil qui font couchette; ça tombe bien on sort d'une nuit blanche! Ici pas de klaxons, tout le monde est discipliné. Ces 2h de sommeil nous remettent un peu d'aplomb; nous sommes prêts à visiter cette ville complètement dingue!!! Elle est la plus ancienne ville portuaire de Malaisie, et se situe entre Kuala Lumpur et Singapour.Son centre-historique est classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 2008. Malacca a été colonisée successivement par les Portugais, les Hollandais puis par l’Empire Britannique. Ces 3 pays ont laissé des traces de leur colonisation dans la ville. Ajoutez à cela, les Chinois, les Indiens, les Musulmans, les Malais et vous avez un sacré mélange de cultures. Et bien c’est ce mélange de cultures qui caractérise Malacca. D’une rue à une autre, le décor change complètement, j'ai l’impression de voyager dans plusieurs pays à la fois.

D'abord visite de l'incontournable Jonker street et son quartier chinois. Les restos, les glaciers, les magasins se sont tous mis à l'heure chinoise; on a envie de tout gouter, même si certains plats semblent très curieux, de toutes les couleurs.

Puis quand se termine le quartier chinois, se profile des canaux et le dutch square (place rouge), on est littéralement dans un quartier Néerlandais datant de 1741, avec son église rouge Christ Church; il y a juste 20 degrés de plus. L’autre intérêt de Dutch Square, ce sont les nombreux rickshaw qui proposent de faire un tour en ville. Le concept : des genres de pousse pousse ou tricycles ultra kitch décorés par thèmes de prédilection: Pikachu, la reine des neige, hello kitty, j'en passe et des pires....avec comme fond sonore de la musique manga ou de dessins animés. Plus kitch, tu meurs !

Nous faisons un petit détour par la célèbre boutique Wak Aik Shoertmaker, la dernière à fabriquer les chaussures pour les chinoises qui se bandaient les pieds. Ce sont des pieds de bébé, et les chaussures tiennent dans ma main. Le propriétaire nous explique l'histoire de ces riches chinoises qui mutilaient leur pied, soi disant par signe extérieur de beauté. Avec mon 41, je ne devais pas représenter leur idéal féminin!!!! Il nous propose d'en acheter une paire en souvenir, dommage que l'on ne puisse rien ramener comme souvenirs.

Puis passage obligatoire par "Harmony street", dont le nom veut tout dire: Cette rue a la particularité d’abriter sur moins de 200 mètres : un temple chinois, un temple indien et une mosquée. Le Cheng Heng temple est du reste le plus vieux temple chinois de Malaisie.

Je ferai demain un paragraphe sur toutes les spécialités locales et étranges que nous avons gouté. PG est traumatisé à vie!!!

P.S. Photo de PG devant la statue d'un Sri Lankais hyper célèbre, car il a été, Mr Muscle Mallaca, malaisie, monde et univers! PG y est presque!!!!

28
pastel de nana pour PG, en Malaisie!!!! Merci les portugais

Pour cette deuxième journéee à malacca, nous allons nous consacrer à la visite des bords du fleuve. Première halte, nous sommes dans le quartier hollandais, ou nous prenons notre premier rickshaw (enfin 2) pour nous rendre au pied de la colline pour visiter l’église St Paul, très vieille église de 1521, qui n’a plus de toit, avec vue surplombant toute la ville. Gros fou rire sur les rickshaws avec musique picachu. Puis nous fanons le long des quais, vers la villa Sentosa, vieille maison typique malaisienne. On ressent vraiment le décalage entre modernité des tours d’immeubles et ces antiques maisons en bois. Le contraste est aussi frappant que majestueux. De retour vers la ville, nous croisons une multitude de varans dans la rivière et sur la mangrove; Ils sont énormes, et on pourrait les prendre pour des crocodiles de loin. Tout au long des bâtiments, plein de street art sur les façades. Cette ville est vraiment surprenante, et un petit coup de coeur pour moi.

Nous repartons en taxi, le soir, pour la mosquée « stait » flottante. Il faut dire que cette dernière ressemble à un palais des mille et une nuits ou pour certains le palis d’Aladin. Elle est tout simplement somptueuse. Vraiment toute les religions savent rivaliser de génie, pour construire les plus incroyables bâtiments en l’honneur de leur dieu. Nous ne pouvons pas y entrer, car nos tenues ne sont pas à adéquat. Il me faudrait couvrir mes jambes, mes bras et mes cheveux: Un peu trop pour moi! Le coucher de soleil est fabuleux, surtout lorsque la mosquée s’illumine en vert. Magnifique!!!

Nous retournons dans joker street pour diner, et au surprise la rue à pris des allures de marché chinois. En effet, tous les week end, se tient le marché nocturne de la ville. On ne sait plus ou regarder: les vendeurs de babioles, jouets, roulottes de nourriture, de glace, de jus, de thé, fringues, contrefaçons, … Le dilemme: quoi manger? Il y a les brochettes de viande, d’oeufs de caille, de poisson, des huitres chaudes, des St jacques, des plats chinois, des gâteaux de toutes les couleurs, des glaces étranges, des cocos coupées de façon à n’avoir qu’une boule avec l’eau dedans à boire à la paille, des barbes à papa stylisées (en forme de coeur, fleur, chat, …) et d’autres spécialités dont on ne sait même pas si elles sont salées ou sucrées. Bref on choisit chinois, en prenant plein de plats différents: des rice ball (boules de riz), des nouilles, des légumes, le reste mystère. C’est tout ou rien, soit on adore, soit on déteste. On finit par une glace au durian, qui est un fruit typique malaisien, et que tout le monde mange ici à longueur de journée. Niveau gout, on est plus sur de l’oignon pourri. Avec PG on l’a surnommé « le fruit tombé dans les égouts », déglue, même Pat ne sait pas le manger, c’est dire!!! Pour faire passer le gout, on se rabat sur l’autre spécialité de dessert: le cendol. C’est un granité de coco, sur lequel il rajoute un sirop brun, du lait, des haricots rouges et des vermicelles vertes (autre légume?), bon c’est vraiment pas la journée es desserts.

29

Aujourd’hui, c’est journée transport; nous partons pour l’île Tioman. C’est donc d’abord 4h de bus (climatisé), départ à 8h du mat et arrivée à Mersing à midi. Puis nous prenons nos billets pour le bateau qui part à 17h, pour arriver au port de tekek sur l’ile vers 19h. On finit par un taxi qui va nous amener sur la plage de Juara, ou nous avons réservé un bungalow, les pieds dans l’eau.

L’ile de Tioman est une ile volcanique recouverte à 99% de jungle et bordée de plages magnifiques. Posée en mer de Chine, c’est un véritable petit coin de paradis. Une des plage a été élue la plus belle du monde par Times magazine en 1970. Elle fut aussi un repère de pirates.

30
30
Publié le 29 juillet 2019
Vue de notre bungalow

Nous sommes arrivés tard la veille, dans le noir, c'est donc la surprise ce matin au réveil. Le bungalow est assez sommaire, mais la vue sur la plage est à tomber par terre. On se croirait sur l'île de King Kong car la jungle colonise toute l'île; ne reste que les plages de sable, dont la blancheur tranche avec le vert. Dès le matin, baignade et snorkelling, malgré les vagues, nous réussissons à voir quelques poissons, et PG passe des heures à les observer.

Sinon reste de l'après midi consacré au farniente: baignade, bronzette, lecture, balade sur la plage et sieste. Tout un programme!

31

Pour notre journée snorkeling, Pat a une idée bien précise des spots pour voir les poissons, après tous les blogs qu'il a consulté. Nous louons des scooters pour nous rendre au port de Tekek, à 10km de notre logement. Comme tous les charters sont loués, nous prenons un bateau privé qui va nous emmener vers les endroits de plongée.

1er arrêt: Coral Island qui porte bien son nom car ses fonds sont tapissés de corail. En plus avec ses énormes rochers surplombants la plage, on se croirait aux Seychelles. On se met à l'eau et une multitude de poissons vient tourner autour de nous; c'est magnifique. Il y en a de toutes les couleurs, on se croirait dans un véritable aquarium. Puis les plongées snorkeling se succèdent dans plusieurs endroits. Soit des ilots, soit des plages: Malang Rock, Shark point et Renggis Island. Ce dernier ilot nous donne la chance de voir quelques petits requins à pointe noire, qui sont plus effrayés par nous, que nous par eux. Les légendes ont vraiment la peau dure. Ce dernier spot est vraiment sensationnel, mais après ces 6h passés en mer, il nous faut rentrer. On termine la journée par un petit tour de scooter sur la seule et unique route de l'île.

32

Pour notre dernière journée à Juara beach, et comme le temps n'est pas au top, nous décidons de faire une petite rando dans la jungle jusqu'à une petite cascade. Petit trek de 2h, pour admirer la luxuriante végétation de l'île: palmiers, fougères, arbres géants, ... un écosystème bien différent de la forêt amazonienne.

Puis détente et baignade le reste de la journée.

33
petit chalet en bord de plage 

Aujourd’hui, nous quittons le côté Est de l’île de Tioman, pour le côté Ouest. Comme il n’y a pratiquement aucune route sur l’île (1 de Juara à Tekek), nous devons donc rejoindre notre destination, en prenant un bateau taxi du port de Tekek jusqu’à la jetée de Genting, et sa plage où se trouve notre logement.

Le côté Ouest de l’île et notamment cette plage sont encore plus sauvages et encore plus enchanteurs. Ici encore moins de touristes, et nous retrouvons un peu d’humanité de la part des locaux, que nous avions perdus depuis notre arrivée en Malaisie. Il faut dire qu’après le Sri lanka et leur gentillesse, nous avons été un peu refroidis par l’accueil malaisien. Est-ce à cause du tourisme déjà fort présent où est ce du fait de leur culture?

Quelques petits snorkeling, de la détente, des balades en vélo (gracieusement prêtés par le gérant de la gueshouse) et un coucher de soleil sur la mer, meublent tranquillement cette journée de repos.

34
34
Publié le 4 août 2019

Nous petit déjeunons à la guesthouse, vue imprenable sur la plage!

Puis nous partons découvrir la plage et ses petites criques.

Reste de la journée farniente, baignade et lecture.

Nous dinons le soir à la guesthouse avec BBQ sur la plage: poisson frais, poulet, accompagné de pommes de terre, riz et tomates. Ce premier BBQ simple et sans prétention, suffit à notre bonheur.

35
35
Publié le 4 août 2019

Et Re journée OFF. Juste une petite balade dans la jungle, de Genting à Paya, autre port sur la côte Ouest, à quelques kilomètres.

Puis reste de la journée à se baigner et à jouer aux cartes. Le temps passe tranquillement; ça fait aussi du bien parfois. Sauf peut être pour Pat, qui commencer à tourner comme un lion en cage.

36

Ce matin, nous prenons le ferry de Genting à 7h30, car nous quittons définitivement l'île de Tioman: nous y avons fait de belles rencontres. Stanley, l'anglais ancien air force qui a 86 ans passe seul 1 mois dans l'île et qui nous raconte qu'il a quitté son Angleterre natale, pour un nouveau continent et pays d'adoption où finir ses vieux jours: l'Australie et la ville de Perth. Il est intarissable sur ce continent que nous allons visiter très bientôt. Puis il y a le gérant de la guesthouse, toujours aux petits soins et attentionné qui va même jusqu'à se réveiller ce matin à 6h, pour nous déposer jusqu'à la jetée 1km plus loin, afin de nous éviter de porter nos sacs à dos. Epique, à 3 (moi et PG) sur sa mobylette avec chariot! Pat est parti en vélo.

Donc à 10h, nous mettons les pieds à Mersing sur le continent. Il nous reste à attraper un bus pour aller jusqu'à Cherating, 241km plus loin. Notre bus est à 11h45, mais ce n'est que vers 17h, pause des chauffeurs oblige, que nous arrivons à la guesthouse. Nous retrouvons un peu de civilisation, car dans l'ile de Tioman, les coupures de courant de plusieurs heures, voire une journée entière rendaient impossible la connexion internet.

Cheftaine est une petite ville en bord de mer qui ne paie pas de mine, et dont l'intérêt est d'aller observer le soir en bateau, les lucioles, qui pullulent dans les arbres de la mangrove. Le spectacle est très beau, et on peut même les toucher. Elles volent vers nous dés que le conducteur du bateau les éclairent avec une lumière rouge. Ca aussi, c'est une première! Mais malheureusement, comme on ne peut utiliser de flashs, pas de photos possibles.

37
37
Publié le 5 août 2019

Ce matin nous voulons louer des kayaks pour visiter la mangrove, mais manque de chance, les loueurs sont tous fermés! Du coup on fait une grande promenade sur la plage, pour admirer les surfeurs et kits-surfeurs. Je ne baigne pas car la mer est agitée,et à vrai dire maintenant je suis habituée aux eaux transparentes de la mer de Chine.

Comme Pat est frustré de ne pas avoir pu aller voir la mangrove, on réserve une visite en bateau et avec guide. Les palétuviers regorgent d'animaux, et nous pouvons apercevoir des serpents, des oiseaux de toutes les couleurs et même des loutres. Une belle petite activité!!

Demain, nous partons pour Kapas, autre petite ile paradisiaque ou nous allons séjourner 4 jours. On risque de ne plus avoir de wifi, ni d'électricité non plus d'ailleurs!

38
38
Publié le 9 août 2019

C’est reparti pour une nouvelle île: Kapas. Petite île de 2,5km de long sur 800M de large. Après 3h de bus et 30 mn de bateau, nous mettons les pieds sur cette petite île paradisiaque. Ici pas de villages, pas de routes, pas de boutiques, juste une poignée de bungalows disséminés sur un cordon de sable blanc. Nous mettons tous nos maillots de bain, afin d’aller tester une petite séance de snorkeling. Pour cela, nous passons du côté nord ouest de l’île réputé pour ses eaux riches en coraux et poissons. Nous ne sommes pas déçus! A peine mis les pieds dans l’eau et fait 2-3m, que les poissons viennent nous saluer. La plage et ses fonds regorgent de coraux magnifiques et de poissons de toutes les couleurs: un vrai aquarium. Le soir, petit resto à même la plage, avec pâtes au thon, un vrai délice. Ici que des choses simples: pas d’alcool, que des jus de fruits frais et des produits locaux, tout ce qu’on aime.

39
39
Publié le 9 août 2019

Le matin, nous louons un kayak de 2 pour nous « , économie oblige. Nous avons 2h pour visiter l’île de Pulau Gema, à 500m de notre île. C’est lus un îlot de 500M de long sur 100M de large, qui abrite un seul et unique hôtel et Spa très chic. Arrivés sur place, une surprise nous attend, ils sont en train de relâcher des bébés tortues. Cette fois, on les voit de jour, et je prend quelques photos dans l’eau quand ils font leur première nage afin de rejoindre le grand bleu. Elles sont vraiment trop mignonnes ces tortues.

Puis le reste de la journée: snorkeling et baignade.

Le soir, on a réservé pour un petit resto avec les tables à même le sable, dressées de nappes blanches, de bougies et de fleurs. On commande un BBQ avec poisson, calamars, crevettes et poulet. Un vrai régal, surtout que la cuisinière est réputée pour ses sauces délicieuses, épicées juste ce qu’il faut. Mon meilleur diner depuis le début de ce tour du monde, sur fond de clapotis; il manque juste mes 2 filles pour que mon bonheur soit parfait.

40
40
Publié le 9 août 2019

Pour boucler la découverte de Kapas, il ne manque plus qu’à faire la rando, dans la jungle, qui relie l’ouest de l’île au côté est. On se couvre les bras et les jambes, car c’est infesté de moustiques. Le trek n’est pas très long et tant mieux, car on doit passer sous les lianes, les branches, le tout sous 90% d’humidité. La galère, je déteste, surtout que je déchire mon pantalon éléphant. Il est irrécupérable! Le mecs, eux sont contents, surtout qu’ils voient des serpents, des scolopendres et des varans. Chacun son délire!!!!

Après l’effort, le réconfort, on file à la plage pour se baigner et refaire une séance de snorkeling. On y passe plus de 2h. On ne se lasse pas d’aller contempler les mémos, qui sont un peu menaçants, quand il s’agit de défendre leur anémone.

41

Je quitte avec regret la merveilleuse petite île de Kapas (mon coup de coeur) pour rejoindre les îles Perenthian, beaucoup plus grandes et donc beaucoup plus touristiques. Nous aurions du utiliser le bus comme moyen de transport mais comme nous avons peur de rater le dernier bateau pour Perenthian à 17h. Nous optons finalement pour un taxi. Après 130km et 2h de route avec un chauffeur adorable, n'arrêtant pas de parler et de nous montrer tous les points d'intérêt sur la route, nous arrivons bien en avance et nous pouvons même attraper le bateau de 14h30. Nous avons réservé sur Flora Bay, sur l'île Besar, un cabanon. C'est île la plus grande de Perenthian mais surtout la plus calme. Nous visiterons quand même Kecil dans 2 jours. Première petite baignade dans ce joyau des mers; demain nous partons pour une journée snorkeling à la recherche des tortues vertes.

42

C'est une journée snorkeling à la recherche de la tortue verte qui nous motive ce matin. Départ à 10h en bateau. 1er arrêt à Turtle point sur la plage de Perhentian Island resort, où apparemment quelques tortues ont élu domicile. Il y en a effectivement une sur le sable en train de brouter les algues, avec au moins 20 touristes tout autour excités, qui poussent et crient. En plus comme il y a des vagues, l'eau est trouble et il faut plonger pour essayer de la voir de plus prêt: nous sommes très déçus de voir notre première tortue dans ces conditions! Puis nous partons vers Coral view, spot de plongée avec de magnifiques coraux et poissons et une plage de rêve (encore). On termine par un snorkeling à Coral garden, aussi très beau.

De retour sur notre plage, nous repartons de l'autre côté de l'île vers la plage de Teluk KK et oral view, par un petit trek dans la jungle, puis longeons 3 plages, pour retourner finalement au spot des tortues.

Nous retournons en fin de journée à Flora bay, notre chalet, par un nouveau trek dan la jungle.

Le soir, pour le diner, nous rencontrons une famille de français que nous ne faisons que croiser depuis 1 semaine, et nous décidons donc de manger ensemble, afin de nous raconter nos aventures de voyage!

43

Aujourd'hui nous repartons pour une journée snorkeling et trek sur la 2ème île des perhentian: Kecil. Nous prenons un bateau taxi de notre chalet vers D lagoon, plage sur Kecil. Je me mets à l'eau et tombe nez à nez avec un petit requin pointe noire. Il me faudra 30 mn, pour oser retourner dans l'eau: petite frayeur!

De cette plage, nous commençons notre trek pour la traverser de l'île, jusqu'à Long beach, la plage la plus célèbre et touristique des Perhentian. On passe par de superbes petites criques:Turtle beach, puis Adam et Eve, petites plages au milieu de nul part, quasiment désertes, et accessibles que par le sentier dans la jungle. Nous grimpons ensuite jusqu'au belvédère de l'île, ou sont posées 2 éoliennes, attractions touristiques de Kecil! Bof, mais la vue sur toutes les îles alentour est superbe. Nous arrivons enfin à Long beach, décidément pas ma tasse de thé comme plage, plus usine à touristes avec ses restos et gros hôtels qui dénaturent la vue.

Nous y prenons un bateau taxi, pour retourner sur notre île. Il nous dépose à Turtle beach, où nous avions vu la tortue la veille. On retenté notre chance, car cette fois l'eau est transparente, et il n'y presque pas de nageurs dans l'eau. Gros coup de chance, PG en aperçoit une on est seuls avec elle. On la suit dans l'eau, PG prend même un selfie avec elle, on la regarde brouter le fond, remonter, respirer et replonger, pendant prés d'une heure. Cette fois, on a eu notre rencontre avec une tortue verte. On ne l'oubliera jamais.

Le soir, nous retrouvons les français pour un nouveau diner sur la plage.

44
44
Publié le 12 août 2019

Suite à notre repas de la veille avec la famille française, on décide de se louer un bateau à 7, afin d'aller faire du snorkeling à Rawa Island et Senengeh, petits îlots ressemblants aux Seychelles avec des eaux limpides et des extraordinaires fonds marins. Dés la première plongée, PG aperçoit une murène, bien cachée dans les rochers. Il la montre à tout le monde, il faut dire qu'on en a rarement vu une aussi énorme! De même pour un énorme poisson, qui selon le conducteur du bateau serait un Napoléon. Ironique pour nous français!!

Nous rentrons épuisés en fin de journée, après prés de 4h passés dans l'eau, mais nous sommes ravis surtout qu'il s'agit de notre dernière plongée et plage, car nous terminons notre périple des îles malaysiennes, et partons pour randonner dans la jungle.

45

Ce matin, départ à 8h pour prendre le bateau qui va nous ramener sur le continent. En hauteur, on remarque un petit drone qui nous fait coucou, c’est celui des français. Nous avons pris RV dans 4 jours à Kuala Lumpur, devant les tours Pétronas à 18h, si nos planning n’évoluent pas entre temps, bien sur.

Sinon après le bateau, c’est normalement 8h de bus qui nous attendent pour arriver à Kuala Tahan, la capitale du parc national de Taman Negara. Nous allons finalement mettre 10h, cause d’un bouchon énorme. Et oui, même en Malaisie, ça peut être saturé! Arrivés sur place le soir, nous réservons tout de suite le trek de 2 jours et demi dans la jungle. Malheureusement (ou heureusement pour moi), mon défit sur le pont suspendu au dessus de la canope, ne sera pas faisable, car il est fermé au public, à cause des eaux, trop ou pas assez profondes, je n’ai pas trop compris. Ouf!!!

46

Après les plages, la farniente, l'eau turquoise, vient le trek de 2 jours et 1 nuit dans la jungle. On arrive à l'agence pour qu'ils nous distribuent nos rations de survie, à savoir, 3 l d'eau, des biscuits, des nouilles en sachet, on se partage le reste de la nourriture à porter entre nous tous. Nous sommes un gros groupe de 20 personnes avec 40% de français, 40% d'espagnols puis des hollandais et un italien. Nous sommes les plus vieux! coup dur! On discute avec les jeunes qui ont entre 23 et 27 ans et qui sont tous comme nous des barouds. Certains voyagent 1 an en Australie, et tous ont au moins visité un pays de l'Asie du Sud Est. L'ambiance est sympa certes, mais je présume déjà que les conditions dans la jungle vont être difficiles. En effet, ça fait 1 mois qu'il n'avait pas plu, et La nuit avant notre départ, c'est le déluge: tout va être glissant et mouillé. Nous commençons par 1 h de pirogue à moteur sur la rivière Tembeling jusqu'à notre point de départ du trek; jusque là tout va bien. Nous avons ensuite 8km de marche pour arriver à notre bivouac. 8km dans la jungle équivalent à 5 h de marche. Je comprends tout de suite pourquoi. La chaleur est étouffante, l'humidité à son maximum, dés la première heure, je suis trempée des pieds à la tête. Je ne parle même pas des sangsues qui nous pompent le sang au niveau des jambes, et laissent des trainées sanguinolentes. Je dois même m'en arracher à même la peau. L'horreur!!!! Sans compter la boue et les ruisseaux que l'on doit traverser en se déchaussant. Je ne suis vraiment pas dans mon élément contrairement à mes 2 acolytes qui trouvent cela fantastique et amusant!!!!! Sur ce terrain là, pas de point d'accord. Bon le pire n'est pas encore arrivé, car vers 18h, on atteint le bivouac, à savoir une grotte où l'on va dormir. Une grotte avec des chauves souris, le comble du luxe. Des vaches sont installées par terre sur le sol très très très très dur. On a juste un matelas de 10mm pour nous protéger le dos et un sac de couchage. La nuit va être très longue....... On doit s'éclairer aux bougies et je ne vous raconte même pas le périple que l'on doit faire pour aller faire pipi. PG joue aux cartes avec tous les français. Il a été adopté par tout le monde. Le guide nous prépare un repas chaud car la nuit va être rude.

47
47
Publié le 16 août 2019

Réveil endolori, je suis de très mauvaise humeur. Le déluge est retombé encore cette nuit et tous mes habits sont encore trempés. Je vais devoir encore randonner 8km dans ces conditions. Bien sur, j'ai mal dormi, mon dos me fait souffrir et j'ai une tête affreuse. Ce matin pas de toilette, de toute façon avec mes habits moisis, je pus la mort! Après le petit déjeuner, c'est le départ. C'est encore plus glissant et les sangsues sont de retour. Maintenant pour traverser les rivières, je ne prend même plus la peine d'enlever mes chaussures. Avant le repas du midi, nous passons une ultime rivière avec cette fois de l'eau jusqu'à la taille. Koh Lanta à côté, c'est de l'amateurisme. PG est toujours aussi ravi, il a d'ailleurs très bien dormi et ne comprend pas mon état d'esprit, Patrick non plus d'ailleurs. Nous terminons le trek, je suis épuisée, sale et avec mes habits mouillés, j'ai attrapé des irritations aux cuisses, et je ne sais presque plus marcher. Nous reprenons la pirogue direction un village d'indigènes: les Patek. Il en reste encore environ 750 dans la jungle malaisienne, et descendraient des esclaves. Ils nous montre comment faire le feu et utiliser la sarbacane. En effet, c'est leur seul instrument de chasse, car ils ne mangent que des singes, des écureuils et des oiseaux.

Enfin rentrés à la Guesthouse, je peux profiter d'une bonne douche (froide) et essayer de faire sécher mes habits: tout sent le moisi!

Demain nous quittons la jungle, directionKuala Lumpur, la capitale de la Malaisie; La CIVILISATION en somme!

48

Je me réveille trop impatiente de retrouver la civilisation, les magasins, les lumières, ...

On arrive à Kuala Lumpur après 5h de bus, vers 14h30. On a réservé une chambre en plein coeur de Chinatown, dépaysement garanti. Par chance, la guesthouse possède une laverie et on va pouvoir se débarrasser de cette mauvaise odeur qui nous poursuit.

1ère étape: Little India, un quartier qui plairait à nos filles. Ici c'est version Bollywood, ça brille de partout et les odeurs d'épices et d'encens envahissent les rues. On visite un temple hindouiste, le Sri Maha Maraimman, le plus vieux, datant de 1873 et repérable au loin à son "gopuron".

Nous quittons ensuite l'Inde pour le Time Square malaisien avec son gigantesque centre commercial d'au moins 8 étages, abritant en son sein un parc d'attraction et un grand 8. Incroyable! Ici, tout n'est que gratte ciel et immeubles d'affaires.

Pour le repas du soir, nous choisissons la street food, rue consacrée entièrement aux restaurants, surtout chinois, et aux vendeurs de fruits. Le mangoustan que nous avait recommandé les français, est devenu notre fruit préféré: un bonbon acidulé.

Puis petit détour vers Bukit Bintang, quartier des bars, pubs et boites de nuit. Comme promis à PG, nous testons notre première shisha. A mourrir de rire, car Pat ne fait que tousser, et il n'aime pas ça du tout.

Avant de rentrer à la guesthouse, petite virée shopping dans Pettaling Street, encore nommé rue des contrefaçons. PG y trouve un tee shirt de foot avec écussons et marques, et moi je repère mon prochain pantalon éléphant!

49

Nous démarrons assez tôt notre visite de KL, car nous devons aller acheter des billets pour les fameuses tours Petronas, dont les tickets se vendent en 1h de temps. Hélas, malgré notre arrivée matinale, plus de place! Nous recommencerons demain encore plus tôt! pas de bol. Du coup nous partons visiter les Batus caves, un peu excentrées de la ville. C'est le plus grand sanctuaire hindou hors de l'Inde avec sa statue de 42m du dieu Murugan, et ses 272 marches, pour atteindre les magnifiques caves. Nous avons quelques fous rire avec les singes volant la nourriture des touristes.

Nous continuons par la visite de la mosquée et du palais du sultan Abdul Samad, magnifique.

Nous trouvons au détour d'un chemin, un musée consacré à la ville et expliquant son incroyable essor architectural. D'ailleurs en 2020, une nouvelle tour de 640m aura surgi du sol. Elle est en pleine construction, et parait déjà impressionnante.

Puis comme convenu à 18h, nous retournons au pied des tours Petronas, où nous avions donné RV aux français. Ils sont là et nous sommes heureux de partager nos dernières aventures. Nous revenions du roof top de l'hôtel en face, d'où depuis le sky bar avec piscine, nous avions pu les admirer.

Nous attendons assis près du lake Symphony, le démarrage son et lumière, des fontaines qui a lieu quotidiennement au coucher du soleil devant les tours. Toutes les lumières des gratte ciel créent un paysage fantastique. Les jumelles (tours) sont encore plus spectaculaires. Un coup de coeur architectural pour nous trois, car elles ressemblent dans la nuit à une cathédrale de verre.

Le soir nous partons tous diner au quartier chinois et faisons un petit détour par la rue des contrefaçons: nous avons remplacé nos vieux t shirts par des Gucci, Hugo Boss, Kenzo, Ackett, Adidas, ...

50

A 7h du mat, nous voila repartis aux Petronas pour essayer d'obtenir des tickets d'entrée. Cette fois on est dans les premiers, mais on va devoir attendre jusqu'à 8h30, l'ouverture du guichet, sans avoir mangé. Bon ça devient vraiment une habitude!

Cette fois, nous avons notre fameux sésame d'entrée. Tout est organisé militairement: fouille, portiques, ... Pour la petite info, les célèbres Petronas Towers ont vu le jour en 1996 (comme ma Fleu). Elles culminent à 452m avec 88 étages, et sont dotées de 32000 fenêtres. Elles sont l'icône de KL et le siège social de Petronas, créé en août 1974 par le gouvernement malaisien. Le décret sur le développement pétrolier lui confère le monopole de l'exploration, du développement et de la production de toutes les ressources pétrolière en Malaisie. Au fil des années, la société est devenue une multinationale ayant développé ses activités dans plus de trente pays. La société emploie 33 682 personnes à travers le monde. On comprend tout de suite la démesure et la beauté de ce gratte ciel. Elles sont à ce jour, les plus hautes tours jumelles du monde, reliées par le skybridge, une passerelle à 170m du sol, au niveau du 41ème étage. La vue à ce niveau est déjà impressionnante , mais nous montons ensuite à l'observation deck situé au 86ème étage, et là, c'est encore plus spectaculaire.

A 800m du quartier des affaires et des buildings, persiste encore le quartier de Kampung Baru, typiquement malais avec ses maisons en bois entourées de beaux jardins. le contraste est frappant entre ancien et moderne, et nous passons un moment agréable à y flâner, tout en buvant des jus de litchis.

Nous terminons notre découverte de la ville par KL forest eco park, mini jungle en plein coeur de la ville, avec une traversée de la canopy, sur un pont suspendu à 170m du sol. Même pas eu peur!!!

ce soir, dernier repas avec les français, et dernière soirée en malaisie. Nous partons tôt demain matin pour prendre l'avion pour l'Indonésie.

51
51
Publié le 19 août 2019

Après 51 jours, nous parvenons à notre 3ème pays du TDM: l'Indonésie.

3h de vol plus tard, nous mettons les pieds à Bali dans la petite ville de Kuta. Comme nous prenons un vol intérieur pour les iles flores demain nous avons pris un hôtel à 800m de l'aéroport. Ca grouille de monde partout et surtout de touristes. Les balinais semblent être un peu plus insistants pour nous proposer des taxis ou des locations de taxi.

Nous changeons tout de suite un peu d'argent afin de payer l'hôtel et nous devenons pour la première fois de notre vie, millionnaire; 1euro= 15 700 roupies indonésiennes!!!

Nous louons 2 scooters, pour le prix ridicule de 4 euros, et partons hors de la ville, pour profiter de la journée à Malangan beach. C'est une plage de surfer, les vagues sont énormes et partout de jeunes, beaux, bronzés et musclés surfer (surtout des australiens) se promènent planche sous le bras. Nous nous installons à un petit resto, afin de faire notre premier vrai repas de la journée.

Nous rentrons pas trop tard afin de profiter de l'hôtel avec piscine, clim et grande douche avec de l'eau chaude. Un vrai luxe pour moi!!!

52
52
Publié le 21 août 2019

C’est encore une journée transport qui nous attend aujourd’hui. En effet nous prenons un vol domestique de Bali vers les iles Flores. C’est un petit coucou à hélice qui nous transporte jusqu’à destination, en à peine 2h?

Nous arrivons donc à Maumere, capitale de Flores, et prenons un taxi qui doit nous conduire jusqu’à Moni 105km plus loin. La roue est sinueuse, et c’est donc après 3h de virages que nous arrivons au lodge. Moni s’avère être un petit village du bout du monde dont le principal attrait touristique, est le volcan Kelimutu, culminant à 1650m, et que nous allons découvrir demain pour le lever du soleil.

53
53
Publié le 21 août 2019

3h30, nous sommes tous levés pour aller admirer le lever du soleil sur le volcan Kelimutu. Un chauffeur nous dépose à 1300m d’altitude, il nous reste alors 350 à gravir. Du gâteau! Sauf que arrivés en haut, le volcan est sous un épais nuage de brume, et on ne distingue absolument rien! On doit nous avoir jeté un sort sur les levers de soleil, c’est pas possible!!!

Vers 7h30, pas de changement, et on doit redescendre, car le chauffeur va partir. On est dépités! Sur la route vers le lodge, le ciel commence à se dégager. On prend le petit déj en vitesse et on décide d’y retourner, mais en scooter cette fois. On pourra ainsi attendre autant de temps que nécessaire. Finalement après avoir tout recommencé la Brando, on aperçoit enfin le premier des 3 cratères (lacs) du volcan. leurs eaux sont de couleurs différentes et peuvent changer dans le temps. Le cratère bleu foncé représente l’âme des ancêtres, le bleu ciel, l’âme des plus jeunes et enfin le dernier vert foncé actuellement (parfois rouge), représente les mauvais esprits. Ils forment une ensemble de couleur, surprenant et magnifique.

Puis nous profitons des scooters pour aller visiter un village proposant de l’artisanat sarong: ce sont les jupes pour hommes et femmes que l’on portait pour visiter les temples au sri Lanka.

Nous terminons cette très longue et épuisante journée, par la visite de Murukeba watterfall, petite cascade dans la ville, où les enfants et ados se baignent. Quand ils nous aperçoivent, ils se mettent à sauter de très haut dans les bassins: ils font vraiment le show pour les touristes et demandent qu’on les prenne en photos.

54
54
Publié le 24 août 2019

Nous quittons la montagne, pour la côte, direction Riung, paisible petit village de pêcheur, sur les côtes Nord de flores. C’est encore une journée de transport qui nous attend. D’abord un bémol (bus) privé jusqu’à Ende. Puis comme le bus pour Riung est dans 2h, nous négocions un taxi qui nous emmène à l’hôtel 4 h plus tard; soit presque 6h de transport. dans la ville, rien d’autre à faire que de réserver un bateau afin d’aller visiter le parc marin des 17 iles qu’abrite la baie. C’est ce que nous allons faire demain: une journée entière de snorkelling. Je suis trop contente. Nous allons faire un petit tour sur la jetée, et nous arrêtons au bar Rico Rico, ou nous discutons avec un couple de franco-canadien et un Français, qui font le tour du monde en bateau. Ils sont partis (pour le couple) depuis 5 ans et pour le français, depuis 14 ans. Ils ont plus de 70 ans et ont une sacré pêche.

Puis coucher de soleil depuis la jetée. Ici tout est calme et sérénité.

55
55
Publié le 24 août 2019

Le capitaine vient nous chercher à 8h, pour démarrer notre croisière dans le parc marin des 17 îles. Super, on est que tous les 3.

Premier arret à Antonelo island. Petit îlot, dont l’intérêt principal est qu’il est entièrement habité par une gigantesque colonie de chauves souris, les roussettes, qui se mettent toutes à voler frénétiquement dés que le capitaine fait du bruit.

Puis un peu de snorkeling en mer, prés de Bacao island. Les coraux sont très différents, plus variés, mais il y a moins de poissons. On aperçoit quand même nos amis les mémos, et plein d’étoiles de mer de toutes les couleurs.

Le troisième arrêt se fait sur la plage de Tiga island, une étendue de sable blanc, posée sur une eau turquoise et verte. de toute beauté. Pat aperçoit 2 petits requins en snorkeling prés du bord.

Le capitaine nous prépare un barbecue et fait griller des poissons entiers et du thon, le tout accompagné de riz, de nouilles et d’aubergines grillées. Un vrai régal. On adore manger sur la plage, façon Robinson Crusoé! On profite quelques heures de cette plage, puis on reparle vers la dernière île de la croisière: Rutang Island. Le bateau nous dépose plus au large à quelques centaines de mètres de la plage, pour que l’on revienne en snorkeling. une fois arrivés nous montons sur le promontoire afin d’admirer les îles en hauteur. Le spectacle est magnifique et quel dégradé de couleur, entre le blanc du sable, les divers bleus de la mer. On a trouvé le paradis, peut-être? What else?

56
56
Publié le 27 août 2019

Je quitte avec regret les plages de Ring et ses iles, pour la ville de Bajawa: retour à la montagne et rendez vous en terre inconnue selon Patrick. Ca ne me rassure pas trop. Nous avons du quitter Ring à 6h du mat, pour arriver à Bajawa, 4h plus tard. Du coup nous sommes tous les 3 un peu fatigués, et une fois n'est pas coutume, nous faisons une méga sieste. Comme cela fait 3 jours que nous n'avons plus de wifi, nous profitons pour faire nos résas d'hôtel et vérifier nos email.

Nous visitons la ville et réservons la journée de demain, à savoir scooter et guide pour visiter les villages traditionnels, les sources chaudes et le volcan. Pat veut aller chez le coiffeur, mais au vue des échoppes, je le dissuade tant bien que mal.

57
57


RV a été pris ce matin à 9h avec Ignatius, guide qui va nous accompagner toute la journée. Nous n'allons pas être déçus car nous avons à faire à un guide super souriant et qui dit quelques phrases en français: " c'est parti mon quiqui, comme ci, comme ça, ...", fou rire garanti toute la journée.

PG monte derrière lui sur le scooter, et nous partons découvrir 3 villages traditionnels: Bela, Luba et Bena, avec en toile de fond le volcan Gunung Inerie, culminant à 2400m. Les villages sont construits en bambou et feuilles de palme avec plusieurs clans (familles) cohabitants. Ils ont chacun une petite cabane au milieu de la place, symbolisant leur clan. Le christianisme se mêle ici à d'ancestrales croyances animistes consistant à des cérémonies sacrificielles de buffles et cochons sur des autels, animant ainsi la place du village. Par exemple sacrifice d'un cochon en vue d'un éventuel mariage.

Le village Bena, plus touristique (ticket d'entrée) se trouve sur les pans du volcan, avec au fond du village un splendide panorama, sur des paysages totalement préservés. C'est le village le plus emblématique de la région.

Puis nous nous arrêtons aux sources chaudes, région volcanique oblige, au Malaxage hot springs. Nous nous baignons dans une eau très chaude avec les locaux qi sont eux tous venus se laver.

Ensuite arrêt lunch dans un cadre époustouflant, en hauteur,avec vue directe sur le volcan.

Nous terminons notre visite, par divers points de vue sur le deuxième volcan: le Volobobo, qui se fait désirer en se cachant derrière les nuages.

Ignatius, nous ramène chez lui, pour nous présenter sa famille, qui cultive le café: ils le récoltent le sèchent et trient les grains. Sa maison est spartiate, en terre battue, mais il en est très fier, et nous propose une tasse de son café. Un délice!

Puis nous rentrons à l'hôtel et Ignatius, nous propose de se rendre à la communion (c'est journée communion dans tout Bajawa) de la fille de son oncle, Rachel. Nous acceptons mais je ne me sens pas très à l'aise. La communiante est installée dans un canapé sur une estrade. On doit d'abord la saluer ainsi que sa famille, puis faire une donation. Ensuite ils nous présentent gâteaux et thé, on s'assoit et dés que l'on a finit de manger, on passe au deuxième buffet, le vrai repas. La Bitang (bière locale) coule à flot et ils sont aux petits soins pour nous. Puis on nous fait assoir devant la piste de danse. Tout le monde vient nous chercher pour danser, surtout les enfants, et PG et Pat font leur show, pour le plus grand plaisir des Indonésiens. Il faut dire que PG a toujours beaucoup de succès. Nous avons passé la plus belle soirée depuis le début de notre TDM: émouvante avec des gens authentiques et généreux. Merci IGNATIUS.

58

Un seul mot pour cette journée: Merdique, la galère!!!!

Sur le papier, on avait juste 265km à parcourir de Bajawa à Labuan bajo, port à l'extrême ouest de Florès. On part donc à 7h, du mat, pour arriver enfin 11h30 plus tard!!! l'horreur dans un petit bus crad, avec des scooters à l'interieur, des sacs de mais , de riz, et des locaux qui fument comme des pompiers: On a plus l'habitude.

Bref, on arrive à 19h30, juste le temps de faire les agences afin de connaitre la date de départ de notre future croisière.

59
59
Publié le 27 août 2019

Après la journée chaotique d'hier, une journée détente dans une ile paradisiaque est notre récompense. Ce paradis se mérite, comme dit toujours Patrick.

Nous avons louer un bateau pour nous 3, qui va nous déposer sur l'ile de Kanawa, et nous attendre jusqu'à ce que l'on reparte en fin de journée. L'ile est magnifique: quelques bungalows mais beaucoup de touristes. Petit snorkeling pour admirer les fonds marins riches en poissons et de toute beauté.

Après une petite sieste et comme la mer a reculé avec la marée, nous faisons le tour de l'ile entre plages de sable blanc et mangrove.

De retour sur la terre ferme, nous assistons au coucher de soleil sur les îles de la terrasse panoramique de l'hôtel.

60

Nous avons rendez vous ce matin à 7h30 à l'agence pour le départ de la croisière 4 jours 3 nuits, dans le parc marin de Komodo, classé UNESCO en 1991. Il est situé dans le fameux triangle de corail considéré par les biologistes marins comme l'épicentre de la vie sous marine sur notre planète.

Nous sommes une vingtaine de personnes à prendre la mer, de toutes les nationalités. On est encore les plus vieux! Après 2 h de navigation, nous atteignons Rinca, une des principale ile du parc national des Komodo. Accompagnés de Rangers, nous voyons enfin nos premiers dragons de Komodo. Le plus grand lézard de la planète, rescapé de la préhistoire. Ce sont des carnivores, prédateurs au somment de la chaine alimentaire. Ils sont très dangereux, c'est pourquoi nous sommes accompagnés de rangers équipés de perches, prés à les immobiliser en cas de problème. Nous faisons une petite rando d'1h et apercevons quelques spécimens pas très actifs, en train de se prélasser à l'ombre. Puis nous repartons pour 2h de trajet, jusqu'à Pink beach, dont le nom parle de lui-même. Le sable à par endroit des teintes de rose: magnifique. Mais le plus beau ce sont les fonds marins que nous découvrons en snorkeling; les plus beaux que j'ai jamais vu, avec une multitude de poissons multicolores et des coraux sublimes.

Puis nous accostons plus loin, sur l'île de Komodo, pour revoir encore d'autres dragons. Toujours accompagnés de rangers, nous en croisons plusieurs qui cette fois sont en mouvement. Ils sont vraiment impressionnants avec leur langue de serpent. Une morsure de leur part, c'est la mort assurée en moins de 2h, à cause des bactéries et venin présents dans leur salive.

Nous terminons la journée en mer et arrivons à notre lieu dé moulliage, à 19h dans le noir. L'ambiance à bord est super sympa, et les repas vraiment copieux et délicieux. Une super croisière qui s'annonce!

61
61
Publié le 2 septembre 2019

Nous sommes réveillés à 5h du mat, par le capitaine (cette fois ce n'est pas Patrick), pour aller admirer le lever du soleil à Padar, tout en haut de la colline. Après 30mn de montée, nous attendons que le soleil se lève sur les îles alentours. Le spectacle est de toute beauté. Puis nous découvrons le panorama de la baie et de ses îles incroyable, dont les 3 criques se découpent de part et d'autre à flanc de montagne. Tout le monde rivalise d'originalité afin de prendre le plus beau selfie.

Nous prenons ensuite notre petit déjeuner sur le bateau, banana pancake, et repartons pour 2h de navigation en mer, afin d'arriver à Manta point. Comme son nom l'indique, on est censé y voir des raies mandats. Bien sur, rien n'ai jamais acquis. Nous sautons donc tous du bateau en pleine mer, et nous voyons d'abord 2 petits requins, puis miracle, nous apercevons au loin une raie Manta. Magnifique, avec ses nageoires, on a l'impression qu'elle vole. Puis une deuxième et une troisième. Elles sont majestueuses et très impressionnantes, surtout quand elles nous frôlent. Il y en a partout. Un vrai moment de grâce, surtout pour Pat et PG, qui n'y croyaient pas! Le prix à payer, ce sont les brulures que nous auront tous, laissés par les méduses, dont se nourrissent les raies.

Puis, après encore plusieurs heures de bateau, nous accostons à Gili Laba, pour un nouveau snorkeling. Plutôt que de se rendre sur la plage en dingui, je préfère me jeter du bateau, et m'y rendre à la nage.

Une fois revenus au bateau, le capitaine nous annonce que nous allons naviguer jusqu'au lendemain matin. C'est donc 17h, en mer qui nous attendent, mais avec de la houle. Je vais en faire les frais, et être malade une bonne partie de la nuit et du lendemain. Le bateau tangue tellement, que tout se met à dégringoler dans le bateau; une nuit infernale!

62
62
Publié le 2 septembre 2019

Vers 7h, le bateau s’arrête enfin, pour me laisser une courte accalmie. Il y a eu de nombreux malades dans la nuit. Moi, je me sens nauséeuse depuis la veille, heureusement nous sortons du bateau pour aller sur l’île de Moyo, ou se trouvent de belles cascades d’eau douce. L’eau fraiche des bassins, me redonne un peu d’énergie, et l’équipage nous fait grimper la cascade, jusqu’à un bassin en hauteur, d’où ils font leur show. Ils grimpent tout en haut des arbres et sautent dans le bassin qui ne fait pas plus de 3m2, juste à l’endroit le plus profond.

Il est ensuite temps de retourner sur le bateau où je vais dormir une partie de la journée, car je ne me sens toujours pas très bien. C’est seulement vers 16h, que j’émerge enfin, pour la baignade sur la plage de l'île des pêcheurs.

Cette fois le bateau fait mouillage pour la nuit prés de l’ile de Kenawa, ou nous descendons vers 19h pour faire la fête. Au programme: feu de camp, musique et alcool. Nous passons un super moment, mais rentrons quand même nous coucher pas trop tard, car j’avoue, après la dernière nuit blanche je suis sur les rotules.

63
63
Publié le 2 septembre 2019

Et c’est reparti à 5h, le capitaine nous réveille pour un nouveau lever de soleil sur l’île de la veille, avec bien sur, une petite ascension de colline.

C’est notre dernière journée de croisière, et je suis un peu triste, car j’ai passé un de mes meilleurs moment depuis ces 2 mois de voyage. L’ Indonésie nous emerveille de jour en jour, que ce soit par ses paysages, ou la gentillesse des Indonésiens.

Nous repartons donc pour nos 2 dernières heures de navigation, pour arriver à Lombok, surnommée l’île piment. Elle est située entre les îles de Bali et Sumbawa. L’islam en est la première religion.

Après les adieux avec le capitaine et son équipage, nous partons tous vers des destinations différentes: pour nous et un certain nombre, ce sont les îles Gili. Nous avons donc 4h30 de taxi, soit 104km pour rejoindre le port de Bangsal, d’où nous prenons le bateau pour Gili Air, petit atoll corallien préservé, dont la particularité réside dans l’absence totale de voiture ou de moto, afin de préserver l’éco-système.

Après avoir trouvé un logement, nous partons prendre un apéro sur la plage pour admirer le coucher de soleil sur le volcan de Bali, et retrouvons une française rencontrée quelques jours plus tôt, avec qui nous passons la soirée. Elle voyage seule depuis 8 mois en Asie du Sud Est, et nous discutons toute la soirée en refaisant le monde.

64
64
Publié le 2 septembre 2019

Après une nuit réparatrice, nous décidons de louer des vélos, afin de visiter l’île. Tout d’abord nous faisons le tour de ses 6km2, par la côte et les plages, remplis de touristes, puis nous entrons au coeur de l’île ou résident les locaux. Nous croisons plusieurs cidomos, qui sont des charrettes, tractées par un cheval, seul moyen de transport véhiculé autorisé.

Nous nous arrêtons dans un petit resto très peu fréquenté ou nous mangeons une spécialité: le rendang. C’est un plat à base dépouiller, riz et coco: un vrai délice.

Nous terminons la journée à la plage, mais malheureusement les fonds marins sont en piteux étât: les coraux sont malades et il n’y a pas de poissons.

Encore un petit coucher de soleil, puis nous mangeons sur la plage, un barbecue de poisson. Que demander de plus.

P.S. Je me suis fait un petit plaisir égoiste en me faisant faire une pédicure.

65
65
Publié le 2 septembre 2019

Réveil tranquille pour une journée farniente, enfin presque, car aujourd'hui débutent les cours pour PG et je dois me familiariser avec la plateforme du CNED, et commencer à télécharger les cours, en prévision de jours sans connexion. On doit aussi gérer les mails, le linge et retirer de l'argent. Tout cela nous prend la matinée.

Vers 14h, il est temps d'aller faire un snorkeling afin de partir à la recherche de tortues, car l'est de l'ile en est apparement pourvu. On nage très loin, et avec beaucoup de chance nous en trouvons une, en train de brouter le sol. On prend plein de photos avec elle, surtout que l'on est que nous 3. Au bout d'1h d'observation, on la laisse tranquille.

Nous finissons notre journée farniente sur des transats sur le sable. Un thé glacé citron, et c'est le paradis!

66
66
Publié le 3 septembre 2019

Nous prenons le bateau ce matin, direction Meno, à quelques kms de Gili air. les 2 atolls sont quasiment de la même taille, mais meno est beaucoup moins touristique. Elle est la plus paisible, la plus authentique avec une grande partie quasi vierge de toute construction. Comme elle mesure seulement 1km de large pour 2km de long, on en fait le tour en moins d'1h en vélo, malgré que le sable rende vite la progression fastidieuse. On arrive sur une plage à l'Ouest de l'île, afin d'aller découvrir une culture sous marine de Jason De Caires Taylor (célèbre sculpteur sous marin) sensée aider à sauver les récifs coralliens. Elle représente un cercle de 48 personnages, debout et recroquevillés sur le sol. La pièce devrait se recouvrir de corail; Ca n'est vraiment pas le cas pour le moment, elle est plutôt recouverte de centaine de personnes venus tous prendre des photos tout en bousculant les autres. On essaie de prendre quelques photos, mais devant le nombre de plongeurs, on abandonne. On réssaira demain. Trop de touristes, tue le tourisme!!!!

On profite aussi des vélos, pour visiter le centre de l'île, essentiellement occupé par les locaux, mais qui a l'air d'avoir souffert d'un tsunami, car beaucoup de palmiers et de constructions sont détruits. Je ne parle même pas du cimetière de coraux, qui jonche ces magnifiques plages dont le sable est réputé pour être le plus fin des Gili.

67
67
Publié le 5 septembre 2019

A 7h, Pat et Pg sont réveilles car ils veulent tenter une nouvelle fois d’aller faire des photos des statues sous marine, sans que les touristes ne soient encore arrivés. La marée est basse et donc la culture est plus accessible et leurs photos sont très belles. Puis nous avons repéré un spot de tortues, où tous les bateaux s’arrêtent. C’est très éloigné du bord et on doit nager un bon moment. Les tortues sont bien là, au fond, et il faut plonger pour tenter de mieux les voir. Il n’y a que quand elles remontent qu’on les distingue. Malheureusement, pour changer, il y bien trop de monde sur le site et on préfère s’éloigner. PG et moi repartons à la plage, et Pat, lui, a la chance de voir une tortue dans les eaux moins profondes et de nager avec elle une bonne demi-heure. Il est super content et fier!

Nous passons le reste de la journée à lézarder et nous balader sur la plage. Puis nous nous installons sur une terrasse de plage afin d’observer le coucher du soleil, sur Gili T, Bali et son volcan. Magnifique coucher!

Le soir petit resto délicieux, découvert la veille avec au menu, rendang et curry au tempe (curry végétarien) que j’adore manger.

68
68
Publié le 5 septembre 2019

Nous terminons notre tour des Gili, par la plus grande et la plus développée: Gili T (trawangan). Elle n’est qu’à 10mn en bateau, mais ici l’ambiance est radicalement différente. Elle est réputée pour son détonant cocktail d’alcools, de champignons hallucinogènes et de boites de nuit. Nous n’en testerons aucun. Comme les autres Gili (île), nous louons des vélos afin d’en faire le tour. La côte Est et ses belles plages de sable, remplies de bars et restos, où le côté Ouest, plus tranquille, c’est au choix.

Nous commençons par la plage des tortues. On a juste à aller à quelques mètres du bord pour en voir. Elles sont très belles, plutôt de couleur marron rouge, et on peut les suivre dans l’eau rien qu’en marchant. D’ailleurs je les aperçois en train de nager de la plage. Incroyable!

Puis petit trek, pour prendre de la hauteur, sur une petite colline, pour apercevoir la vue des Gilis, de Lombok et Bali. En route nous trouvons un petit resto local qui nous conseille le soto ayam: c’est une soupe avec riz, nouilles, légumes, poulet, citron et plein d’herbes parfumées. Un vrai délice, mon coup de coeur.

Comme tous les soirs, pas de télé, pas d’infos, juste notre rendez vous avec le coucher de soleil sur la plage!!!!

69
69
Publié le 6 septembre 2019

C'est bientôt la fin de l'Indonésie, que nous allons conclure par la découverte de l'île de Bali. Après la catholique île flores, la musulmane île de Lombok, c'est la culture hindouiste que Bali va nous faire découvrir. Elle porte bien son nom, d'île des dieux.

C'est après 1h30 de fast boat (bateau ultra rapide à 5 ou 6 moteurs), que nous posons les pieds à Amed. C'est un petit village de pêcheur à l'extreme Est de l'île, qui se résume à un port, une rue principale avec un nombre impressionnant de clubs de plongée, et le volcan Agung, culminant à 2995m. Sachant que Bali est la principale destination touristique d'Indonésie, ce petit village est un bon compromis.

Nous louons des scooters et partons vers la plage de Jemeluk, où se trouve à quelques dizaines de mètres du bord, un petit temple enfoui sous l'eau, que nous allons découvrir en snorkeling.

De même à 15km plus loin, c'est l'épave du USS liberty que nous allons découvrir à 50m de la plage de Tulamben. C'est un cargo de 20m de long, qui repose à plusieurs mètres de profondeur, depuis qu'il a été coulé par les allemands pendant la seconde guerre mondiale. je ne m'y attarde pas, car cette carcasse au milieu de l'immensité de la mer m'angoisse. Il y a d'ailleurs sur place une dizaine de plongeurs, découvrant le bateau à son point le plus profond.

Puis petit apéro au sunset point Ahmed. Malheureusement les nuages, gâchent le coucher du soleil sur le volcan. Pas grave, on remettra ça demain!!!

70
70
Publié le 7 septembre 2019

Le petit dej avalé, nous partons à le découverte des temples hindous aux alentours de Amed. tout d'abord, visite du palais aquatique de Tirta Gangga, construit en 1947, par le dernier Raja de Karangasen. Les bains royaux s'étendent sur 12000 m2, divisés en 3 sections: l'étang et la fontaine de lotus, la piscine royale et le palais du roi. "Tirta" en indonésien veut dire "eau bénite" et "ganga" signifie "gange". C'est donc un lieu qui revêt une grande importance pour les hindouistes balinais. L'endroit est tout simplement magnifique, et les dalles de pierres au centre des bassins, donnent l'impression de marcher sur l'eau, parmi les poissons géants Koi.

Nous continuons par le temple Pura Lempuyang, l'un des temples les plus réputé de Bali, faisant parti des 6 lieux de culte les plus sacrés de Bali. C'est à cet endroit que l'on peut admirer le volcan sacré du mont Agung, encadré entre les portes du paradis. Photo souvenir assurée.

Nous terminons par la découverte du water palace d'Ujung, immense palais d'eau construit en 1919, durant le règne du dernier roi, afin d'en faire son palais d'été. Très beau et reposant.

Nous nous arrêtons aussi sur 2 belles plages, afin de faire quelques photos: la plage de galet noir et virgin beach.

Notre petit rituel du coucher de soleil, toujours sous les nuages: pas de chance.

P.S. PG a conduit un peu le scooter et il était très fier

71

Ce matin, un taxi nous attend pour nous conduire à Ubud, au centre de Bali dans la campagne. C’est pourtant une très grosse ville puisqu’elle est la capitale artistique et culturelle de l’île. Pour parcourir ces 70km, nous allons mettre prés de 4 heures, car notre chauffeur adorable, va nous ramener dans divers endroits touristiques.

Nous visitons d’abord les « tree house » avec un petit parcours d’acrobranche menant aux cabanes disséminées dans les arbres. Sur place on nous propose également de faire du quad. PG en a très envie, donc c’est lui qui s’y colle, seul sur un quad non automatique. C’est un mec, et il y arrive très facilement. Le parcours traverse une rivière, fait prendre des pentes et des descentes abruptes; il est aux anges.

La halte suivante est pour moi, avec la visite d’une plantation de café très particulière qui vend du « kopi luwak », c’est à dire un café digéré par les civettes dont le seul régime alimentaire réside dans les grains de café. C’est le café le meilleur du monde et le plus cher, parait-il! Je ne suis pas une grande experte en café, mais j’avoue qu’il est délicieux et subtilement amer. J’en achète donc un petit paquet, afin de faire gouter ce café à mon retour du TDM. Petitt bémol: certains blogs révèlent que les civettes seraient maltraités, enfermées et gavées de grains de café uniquement.

Nous arrivons enfin vers midi à Ubud et visitons la ville au hasard: le marché et le palais d’Ubud. Puis à 16h, nous nous rendons au parc « monkey forest » ou l’attraction principale réside dans les macaques évoluant partout. Ils attendent qu’un touriste peu informé ait de la nourriture dans son sac ou des lunettes de soleil. Le pauvre se fait alors détroussé en quelques minutes. Fou rire garanti.

Puis le soir, un spectacle de danse balinaise nous attend au palis d’Ubud. Alors là, je ne m’y attendais pas: les danses et danseurs sont magnifiques mais très particuliers. Tout réside dans un jeu de mains et d’expressions du visage. On dirait que les danseurs ont des visages de cire. C’est le spectacle de danse le plus incroyable que j’ai jamais vu, avec une petite inspiration bollywood, surtout dans les costumes et les bijoux clinquants!

72

Aujourd’hui c’est visite en vélo des plantations de riz de Tegallalang, avec, une fois n’est pas coutume, un guide. Nous voulions un circuit privé, mais pas de chance nous sommes avec d’autres touristes. Le van vient nous chercher à l’hôtel et nous dépose jusqu’aux rizières, et un point de vue sur les volcans Aung et Batur. De là, nous allons redescendre en vélo, 25km plus bas, avec une vue sur les rizières. Le guide s’arrête dans des villages afin de nous expliquer la vie des balinais, leurs croyances et leur spiritualité. J’avoue nous sommes déçus car nous préférons nous arrêter prendre des photos quand ça nous chante, et sans contraintes. Les visites organisées, ce n’est définitivement pas pour nous.

Vers 14h, il nous reste peu de temps pour visiter la ville. Nous faisons une halte au café lotus et son temple, où s’est déroulée la finale de pékin express en 2009.

73
73
Publié le 13 septembre 2019

Nous nous enfonçons encore plus au coeur de Bali, car nous partons de Ubud pour le village de Munduk, la perle de Bali au milieu des montagnes à 1000m d’altitude. 2 scooters nous attendent pour 4 jours de location. Nous laissons à l’hôtel nos sacs à dos et prenons le strict nécessaire pour 3 jours dans nos petits sacs. Strict minimum signifie pour Pat, 1 caleçon et 1 brosse à dents!!!!

1ère étape de notre périple, les rizières de Jatiluwih, classées Unesco. Un paysage de toute beauté avec des centaines de terrasses irriguées avec ingéniosité; le riz nécessitant de pousser dans l’eau. tout est vert, avec les volcans en toile de fond. Nous passons une bonne heure à y déambuler.

Le midi, nous avons repéré une cérémonie sur la route avec des warungs (resto de rue) proposant un plat typique des fêtes locales; le babi guling. C’est à dire un cochon grillé à la broche, servi avec du riz et des légumes mais malheureusement beaucoup trop épicé à mon gout.

Comme il nous reste encore beaucoup de route (1h en scooter, c’est très long), nous partons directement pour la guesthouse que j’ai réservé la veille, avec petite surprise pour Pat qui recherche l’authenticité.

Ma bonne humeur est un peu entaché par un accident impliquant 1 scooter et 1 voiture, à quelques mètres de moi. Grosse panique car Pat et PG sont devant moi, et je n’arrive pas à distinguer qui sont les accidentés. Ce sont 2 filles, des touristes, avec des gros sacs à dos, qui m’ont dépassé il y a quelques minutes avec rapidité. L’accident semble très grave et plombe un peu notre assurance habituelle. Ca n’arrive pas qu’aux autres!

Arrivés à Munduk, impossible de trouver la fameuse guesthouse. On passe plus d’1 h à demander notre chemin, et nous envoie de tous les côtés. Finalement on arrive à trouver la villa sangkih, retirée de la ville dans un petit village au milieu des rizières. Un petit havre de paix! C’est une vrai villa balinaise , dont le propriétaire, demi Mulia, de 70 ans, est un maitre dans le maniement des instruments balinais traditionnels, dont le rindic (xylophone balinais). Il nous explique qu’il s’est notamment produit en France, et dans le monde entier. C’est en plus une figure locale importante du village. Notre villa est magnifique, avec terrasse; le plus beau logement de notre séjour, et à un prix dérisoire!

74
74
Publié le 13 septembre 2019

Aujourd’hui, nous allons visiter les alentours de Munduk. Tout d’abord les 3 lacs: Tamblingen, Panau buyan et Beratan, dont nous prenons des photos sur les divers belvédères disséminés sur la route. En chemin, nous nous arrêtons à Banyumala waterfalls, belle petite cascade où l’on peut se baigner. Avis aux amateurs d’eau glacée.

Puis pour faire plaisir à PG, pause culinaire au KFC local, renommé en Indonésie JFC avec copie flagrante de l’enseigne.

Nous visitons ensuite le temple Ulun Danu Beratan, situé sur le lac Beratan. C’est un temple à pagode magnifique posé sur l’eau, mais pollué par la masse de visiteurs venus prendre des selfies tous plus imaginatifs les uns que les autres: pas merci à Instagram!!!!

Avant d’arriver à Munduk, nous allons faire une petite Brando de 2h30 afin de découvrir 3 cascades: golden valley waterfall, puis red oral waterfall, la plus belles, pour terminer par Malenting waterfall, la plus grande (70m). Puis retour par le même sentier, mais cette fois, on remonte tout. Dur dur!!!!!!

75
75
Publié le 13 septembre 2019

Pour conclure notre séjour dans la région de Munduk, nous visitons le nord de l’île jusqu’à Lovina beach, soit 65km en scooter A/R.

Tout d’abord, arrêt aux hot springs de Banjar, que l’on s’imaginait en pleine nature. C’est au contraire très touristique avec plusieurs piscines: de l’eau la plus chaude à la moins chaude. BOF!

Puis arrivés à Lovina beach, réputée pour ses dauphins, c’est la douche froide; la plage n’est pas belle, et bien sur pas de dauphins à l’horizon. Du coup Pat et PG profitent pour se faire couper les cheveux. Ca va pas trop de dégâts, et pour 5€!

On décide de rentrer plus tôt afin que PG puisse s’avancer pour ses cours du CNED.

Pas la meilleure journée du TDM!!!

76
76
Publié le 13 septembre 2019

Pour notre dernier jour de location de scooter, nous avons 72km de trajet pour revenir à Ubud, soit environ 2h. PG conduit une partie du trajet dont 5mn en centre ville. Juste assez pour que l'on se fasse arrêter par un policier car apparemment on a grillé un feu rouge: on est sur qu'il était orange, mais comme PG conduisait et que le policier commence à poser des questions, on préfère faire profil bas et payer l'amende directement, et en liquide bien sur! On a été très imprudents sur ce coup, ça nous apprendra!

De Ubud, nous faisons encore 22km pour aller visiter Klungkung, ancienne capitale et son palais royal du 18ème S. Nous flanons également dans son marché typique et atypique, digne de Runggis, avec fruits, légumes, épices et même volailles vivantes.

Puis à 15mn plus loin, arrêt à Pura Goa Luwah, le temple de la grotte aux chauve souris. Il y en a des milliers accrochées. Le bruit de leurs cris est assourdissant et l'odeur est prenante. Par chance on ne peut pas y pénétrer, afin de respecter leur environnement. C'est Pat qui est déçu!!!

77
77
Publié le 14 septembre 2019
Il est trop mignon 

Finalement nous gardons les scooters une journée de plus pour aller visiter Tirta Empul, source sacrée du village de Tampaksiring. Nous sommes samedi et c'est jour de pleine lune, donc le lieu est bondé. Les pèlerins font la queue dans les bassins habillés de sarong en ramenant des offrandes. Il leur faut au moins 1 heure pour faire le tour des 2 bassins. C'est très impressionnant à voir avec quelle ferveur, ils prient tout en faisant leurs ablutions.

Quelques centaines de mètres plus loin, nous arrivons au temple de Gunung Kawi, vieux de plus de 1000 ans. On y accède après une volée de marches, dans la jungle paris les lianes et les cascades. Le décors est époustouflant et le temple tout droit sortie d'un Indiana Jones. Ici aussi les pèlerins sont réunis pour fêter la pleine lune et le temple est rempli d'offrandes, toutes plus grandes les unes que les autres: des sculptures en cochon, en biscuit, fleurs ou fruits. C'est spectaculaire. On a même le droit à un spectacle de danses traditionnelles. Un des plus beau temple de Bali, pour nous en tout cas!

Comme nous avons passé beaucoup de temps, nous happons le temple de Besakih, le plus grand de Bali, mais aussi le plus touristique dans le mauvais sens du terme.

Pour notre dernier jour, Pat et moi allons tester un massage balinais. Je suis super contente et m'attends à un massage détente; loin de là!!! C'est un massage très tonique avec étirements et points de compressions! La masseuse nous grimpe dessus, et nous masse avec tout son poids, et avec les avents bras. C'est un peu douloureux sur certains muscles. Pat, lui, adore ça. Moi, je suis contente d'avoir essayer, mais je ne pense pas le refaire d'aussi tôt, car je ressors courbaturée. On verra demain, si le résultat est probant.

Le soir dernier repas Indonésien.

78
78

Ce matin, Patrick et PG se réveillent à 2h du matin, car ils vont faire le lever du soleil sur le volcan Batur. Ils ont réservé par une agence, un trek. Le chauffeur vient les chercher à 2h30 du mat pour les conduire au pied du volcan. Ils ont ensuite 2h30 de marche pour arriver au sommet et admirer le fameux sunrise au dessus du cratère avec des fumerolles. La récompense au sommet, un petit breakfast, puis c’est la redescende avec toujours unmonde de dingue, tout le monde à la queue leuleu. De retour au logement vers 10h30, il ne nous reste plus qu’à préparer nos sacs à dos, car c’est la fin du séjour en Indonésie. Nous avons réserver un taxi, afin de nous déposer à l’aéroport, mais après une dernière visite de temple en chemin: Tana Lot, qui signifie pays de la mer. Il a été érigé sur un gros rocher en plein océan, et n’est donc accessible qu’en marée basse. C’est le cas à notre arrivée. Afin de monter vers le temple, nous devons d’abord nous purifier à la source sacrée. On s’y lave le visage, puis un hindou nous colle du riz sur le front et nous met une fleur dans les cheveux. Il fait une petite prière et on lui fait une donation. Ce temple est aussi très beau et original; c’est le dernier de notre TDM. Puis vers 17h, Wayan, notre chauffeur nous dépose à l’aéroport, pour une destination importante et mythique de notre TDM: l’Australie.

L’Indonésie clôture en beauté notre passage asiatique. Je me rappellerai surtout de ses odeurs d’encens, de fleurs fraichement coupées pour les offrandes, des clous de girofles séchant sur la route. Il y a dans ces îles enchanteresses, tout pour plaire: la beauuté des paysages, des plages sublimes, une végétation luxuriante, une terre nourricière. Puis il y a les indonésiens, toujours avec leur sourire éclatant et leur joie de vivre. Nous, qui possédons tout, devrions en tirer des leçons, car, eux, qui ne possèdent pas grand chose, ont l’essentiel: le BONHEUR.

79
79
Publié le 22 septembre 2019

Nous sommes arrivés la veille à l’aéroport de Denpasar, pour prendre notre vol, direction l’Australie. D’abord une escale à Darwin, ou nous avons failli louper notre correspondance, car on avait gardé un coquillage en souvenir, ainsi qu’une sarbacane achetée en Malaisie. On se fait sévèrement sermonner, et on doit signer pleins de papiers, tout cela pour finalement tout laisser car on n’a plus de temps. On rattrape donc de justesse notre vol pour Alice Springs, et après une nuit blanche, on met finalement les pieds sur le continent australien, à 9h du matin. On est tout de suite dans l’ambiance: température écrasante et des australiens en mode crocodile Dundee. Par chance, arrivés à l’agence de location de voiture, on tombe sur une française, qui nous donne pleins de conseils. Notre 4x4 toyota Hilux a fier allure avec sa tente sur le toit.

On passe une bonne partie de la journée à préparer notre voiture qui va nous servir de maison pendant 3 mois: du gaz, des couverts, les courses et une tente pour PG.

On arrive à bien organiser notre petit 2m2, et on trouve une bonne boucherie, pour manger après 3 mois d’abstinence, notre première viande de boeuf marinée, que l’on va cuire au barbecue. Un vrai régal.

Avant de nous poser au camping, nous visitons la belle ville d’Alice Springs: d’abord les galeries d’art aborigène qui exposent leurs magnifiques toiles, puis petite rando au mémorial de l4anzac, en hauteur avec vue sur la ville.

Arrivés au camping, on essaie le montage de la roof tente et on prépare notre campement.

Après 14 ans et demi, l’Australie reste toujours magique et on commence à gouter à son petit gout d’aventure et de liberté. C’est les mecs qui sont contents!

80
80
Publié le 22 septembre 2019

Nous nous réveillons en Australie, après une bonne première nuit réparatrice au camping. On se paie même le luxe d’un petit déjeuner royal avec oeufs sur le plat, fromage et toasts au beurre de cacahuète. Puis départ pour l’aventure dans le bush pour une première étape: le parc West Mac Donnell surnommé l’oasis du désert.1er arrêt à Simpsons Gap, pour un retour dans le temps de 14 ans, avec la même photo du lac entre les canyons, mais sans les filles. Puis Ellery Creck Big Hole, trou d’eau, un arrêt aussi à Ochre Pits, qui veut dire en traduction française : les monts de couleurs ocre. C’est un lieu très important pour les aborigènes locaux qui viennent prélever des pigments d’ocre rouge, jaune, rose et orange depuis des milliers d’années. Après la pause déjeuner sandwich, je prends le volant direction Ormiston gorge. C’est un vrai plaisir de conduire une grosse 4x4 après trois de scooter. Nous faisons une petite rando dans les gorges avec point de vue sur le petit lac formé depuis des années, malgré que la rivière soit à sec e cette saison. On ne résiste pas à l’attrait de la fraicheur de l’eau et on fait une petite trempé. ça tombe bien, ce soir, pas de douche. C’est camping sauvage avec vue sur le mont Sonder.PG décide de faire un feu pour faire des chamallows grillés ce soir. Il ne faut vraiment pas grand chose aux mecs pour qu’ils soient contents: du feu, une tente et un gros 4x4!!!!

81

La nuit sous la tente a été difficile pour PG, car un animal (vraisemblablement un bovin) rodait prés de sa tente en beuglant. Il a eu peur et a fini par venir avec nous sous la roof tente. On a eu un sacré fou rire, et ça nous a rappelé une anecdote en Afrique avec Fleu!

Petit déj avalé, nous partons vers Kings Canyon, le roi du désert. C’est le sanctuaire des aborigènes depuis 20000 ans dans le parc national Wattarka. Nous y accédons par une route 4x4, la mereenie loop road, dont nous avons payé la veille le droit d’accés.

Arrivés sur place, nous entamons une rando de 6km, le « rim walk » pour une durée de 3h. Après 500 marches pour arriver au sommet du canyon, la vue est panoramique sur l’entaille profonde de 300m. Puis nous arrivons au « eden’s garden » ou jardin d’eden caché, avec ses arbres blancs sacrés. Normalement on pourrait se baigner dans le petit lac, mais comme c’est la période sèche, il n’y a presque plus d’eau. On est déçu car une baignade rafraichissante sous ces 36° aurait été bien appréciée.

Nous repartons pour un nouveau camping gratuit trouvé grâce à l’appli Wikicamps, qui localise tous les endroits payants ou non, où l’on peut camper. C’est une appli payante (5€) mais indispensable pour les backpackers.

82

Après les mises en bouche, nous attaquons l’emblématique Uluru (ayers rock). La magie opère directement dés qu’on aperçoit ce plus grand monolithe du monde. Il est l’emblème de l’Australie et on comprend pourquoi en le voyant. Sa couleur tantôt jaune, orange, rose ou violette contraste avec le désert alentour, les arbres et le ciel bleu azur. L’émotion me gagne et je me rappelle, il y’a 14 ans, mes enfants dont PG encore en poussette, posant devant. Il n’y a pas à dire, ce lieu mythique pour la culture aborigène est magnifique et magique. Il est évidemment classé Unesco et appartient désormais aux aborigènes qui se sont battus pour que ce symbole de leur croyance, leur soit rendu. On doit s’acquitter d’un droit d’entrée qui leur est reversé sous forme d’aides. Il faut quand même évoquer le fait que les aborigènes dont on a volé la terre, sont à présent un peuple sous tutelle et en grande précarité. Ceux que nous croisons sont sales, mal habillés, obèses et souvent alcoolisés. C’est malheureusement un fait indéniable, ils ne sont pas faits pour cette civilisation. Seules leurs toiles expliquant leur vie passée et leurs croyances sont des témoignages de leur grande sensibilité artistique.

Nous louons des vélos afin de faire le tour d’Uluru; soit une boucle de 10km que nous mettons 2h30 à terminer avec pause photo tous les 300m. En plus comme il fait 36°, beaucoup d’autres rando ne sont plus autorisées. Nous prenons ensuite 2 petites heures afin de nous installer à l’unique camping du parc (très cher), afin de brancher les appareils, et prendre nos douches. Puis départ à 18h afin d’aller admirer le coucher de soleil sur Uluru. Pas de chance les nuages s’amoncellent progressivement et nous bouchent la vue. Je suis très frustrée de louper encore un coucher de soleil.

83

Cette nuit la tempête a fait rage dans le bush et nouvelle déception, trop de nuages pour le lever du soleil, on ne prend même pas la peine de se lever. Pour couronner le tout, la température est passée de 36° à 15°, -20° en 1 nuit, du jamais vu pour les australiens. Mais ça ne nous décourage pas,nous allons visiter Kata tjuta à 40km d’Uluru. Elles sont prénommées les étoiles dans l’outback ou les 36 merveilles.

On commence par une rando de 16,4 km dans la « valley of the winds » que l’on boucle en 2h30 et qui nous donne un aperçu de la beauté de ces 36 domes. La aussi les paysages sont magnifiques et balayés par les vents.

Puis dernière rando pour aller voire la gorge de Walpa à 3km.

Nous faisons une dernière fois le tour d’Uluru, mais cette fois en voiture afin de lui faire un ultime adieu. PG n’est pas très bien depuis ce matin, peut être une tourista. Le comble dans un pays civilisé comme l’Australie.

Nous terminons notre journée par de la route afin de nous rapprocher d’Alice Springs. On s’arrête vers 16H dans notre premier roadhouse, qui n’est autres qu’un relais routier australien. On peut y camper, y dormir dans le motel, y manger, boire, laver son linge, faire ses courses, … L’ambiance est très cow boy australien; on adore!!!!

84
84
Publié le 23 septembre 2019

Nous reprenons la route toujours vers le nord après une nuit cauchemardesque. En effet, en plein désert les températures ont chuté pendant la nuit jusqu’à 0°, du jamais vu! Du coup mal préparés nous avons été morts de froid toute la nuit. Je me réveille donc de mauvaise, de très mauvaise humeur. Il est prévu que nous repassions par la grande ville d’Alice springs ou nous allons nous ravitailler en nourriture et acheter des couettes au cas où la froideur continue les autres nuits.

Depuis Alice, il nous reste maintenant encore 400km à parcourir pour atteindre Wauchope, notre destination de bivouac.

Sur la route, petite pause photo au niveau du tropique du capricorne, puis au fameux relais routier de l’aileron avec ses sculptures d’aborigènes géantes. Heureusement que nous avons ces pauses car la route est en ligne droite et très monotone avec un roadhouse tous les 100km. C’est pourtant la Stuart highway, une immense autoroute où on roule à 130km/h et qui coupe le pays en 2, de Darwin au Nord à Adelaide au Sud.

Dernier arrêt à Wycliff well, considéré, comme la capitale australienne des ovnis avec petits hommes verts en décoration et mini musée avec toutes les coupures de presse des apparitions. Il parait même que l’on peut voir des ovnis 2 fois par semaine! Dommage, nous on a rien vu!

Puis arrêt dans un petit camping bord de route avec arrivée d’une bande de bikers, blousons de cuir et Harley, très bruyante.

85
85
Publié le 23 septembre 2019

Aujourd’hui c’est « on the road again ». Nous avons 500km de bitume.

On commence par un arrêt photo dans les Devil’s marbres avec pauses insolites et humoristiques. Ce sont des blocs de granit, la plupart de formes rondes, entassés les uns sur les autres et tenant en équilibre précaire.

Puis arrêt pique- nique puis essence dans 2 roadhouse sur la route, avec ambiance rodéo et western.

Nous établissons notre campement dans un camping gratuit à Daly waters, après avoir visité son pub mythique. La déco plait énormément à Patrick: des soutiens gorges et des culottes qui pendent par centaine. Très atypique!!!! On y boit notre première bière pression australienne; la coopères, bière régionale, assez savoureuse et très légère.

86
86
Publié le 23 septembre 2019

Départ matinal de Daly Waters qui marque la fin du désert au climat tropical pour un plus humide. Tout au long de la route, nous voyons des multitudes de termitières, dont certaines cathédrales. Il fait maintenant très chaud, et nous nous arrêtons pour une petite baignade dans des sources chaudes dans le parc Elsey: C’est un endroit paradisiaque avec des sources à 34° et une eau limpide. De même quelques kilomètres plus loin à Bitter springs, une petite source au milieu de la nature. On ne peut se baigner que dans les endroits indiqués car ici, c’est le territoire de crocodile dundee, malgré que ces crocodiles d’eau douce soient supposés être inoffensifs,on se méfie quand même. On rencontre durant notre petite baignade, 2 jeunes françaises en Australie pour 1 an, qui nous suggèrent un parc national plus au nord, que l’on avait pas prévu. Du coup après renseignements pris à l’information de la ville de Katherine, nous décidons de changer nos plans pour les jours à venir.

87
87
Publié le 27 septembre 2019

On avait prévu 2 jours de canoë dans la fameuse Katherine gorge avec nuit dans un camping sauvage, mais nous allons monter plus haut dans le nord pour visiter le parc Kakadu, donc on se limite à 1 journée da canoë. Arrivés dans le parc national Nitmiluk dont le nom aborigène est la maison des cigales, un bateau nous dépose de la première à la deuxième gorge afin de récupérer nos canoes. En effet, il y a 13 gorges consécutives à traverser, non pas en canoë mais en le portant, car nous sommes à la saison sèche. On pagaie donc 1h dans la seconde gorge puis on traine notre canon jusqu’à la troisième en passant par des blocs de rochers. C’est déjà très difficile avec seulement 5 mn de marche. Les gorges sont magnifiques avec des petites plages, ou l’on ne peut pas toujours s’arreter car elles sont le territoire des crocodiles de rivières, dont nous avons vu un spécimen en bateau. Puis pour passer à la quatrième gorge, il faudrait marcher 40mn en trainant le canoë! Infaisable, pour moi en tout cas!! On y va donc à pied et on profite de lézarder sur une petite plage avec baignade tout en vérifiant qu’il n’y a pas de crocos. Je suis presque sure d’en apercevoir un quand je suis dans l’eau. Flippant!!!

Puis on doit tout refaire en sens inverse jusqu’au retour à la 2ème gorge.

Nous utilisons notre fin d’après midi à faire le ravitaillement, afin d’être autonome 3 jours dans le parc Kakadu.

Puis petit bivouac sauvage super sympa.

Sauvage, signifie, pas d’eau, ni toilettes, ni douches évidemment!!!

88
88
Publié le 27 septembre 2019

Nous arrivons au parc national Kakadu vers 9h du matin. Nous nous rendons au premier point d’intérêt nommé Gulum. Il s’agit de plusieurs bassins à débordement sur une colline, en hauteur. La vue est spectaculaire surtout sur le dernier bassin où on à l’impression d’être dans l’eau en hauteur surplombant la savane alentours. La baignade est super agréable et très rafraichissante, bien venue sous une température de 37°. Nous y passons un bon moment et redescendons vers midi pour un petit pique nique.

Pour accéder aux différents points d’intérêts,nous avons besoin d’un 4X4, car les routes ne sont pas toutes bitumées.

Nous nous arrêtons également à Maguk, pour une dernière baignade dans un immense bassin surplombé par une cascade dont l’eau est transparente.

Attention néanmoins aux crocos, la baignade est aux risques et périls!

le soir petit camping (encore sauvage) au pied de la rivière.

P.S. sur la route, nous rencontrons des termitières cathédrales géantes!

89
89
Publié le 30 septembre 2019

En se réveillant se matin, nous avons une petite visite de kangourous, qui ne sont pas loin de notre bivouac. Ce sont les premiers que nous voyons (enfin, vivants je veux dire)!

Puis nous partons pour visiter le nord du parc avec un petit arrêt au point de vue Mirray, pas terrible!

Nous continuons vers Nourlangie, ou une petite rando nous conduit vers des grottes remplies de fresques aborigènes, dont certaines datent de plus de 20000 ans. Elles sont d’ailleurs classées patrimoine mondial Unesco, comme le parc. Ce qui totalise 2 Unesco pour Kakadu.

Vers 14h, nous atteignons le point le plus haut du parc, à Ubirr. C’est ici l’ultime frontière avec le territoire aborigène. Pour continuer, il faudrait un Pass. Nous sommes à upstream boatcamp, où coule la south alligator river, provenant de l’océan indien, et où nous apercevons nos premiers crocodiles d’eau de mer. Ils sont énormes et paraissent tranquilles, et pourtant ils sont considérés comme extrêmement dangereux et on tués beaucoup de gens s’aventurant au bord du rivage. Ils sont eux aussi beaucoup chassés et tués. C’est le territoire de crocodile Dundee.

Puis dernier arrêt à Nadab lookout, d’où après un petit effort de montée, nous apercevons un paysage extraordinaire, digne de ceux d’Afrique. Les rochers sont également ornés de fresques. Dommage que nous ne puissions pas rester pour le coucher du soleil, car demain nous attend une longue route.

90
90
Publié le 2 octobre 2019


Ce matin Pat est réveillé très tôt car il fête aujourd’hui ses 52 ans, pour la première fois à l’étranger et en plus dans un des plus beau pays du monde.

C’est lui le king, et PG et moi, lui préparons un petit déj à l’anglaise avec oeufs, toasts et beans. Nous lui offrons ses cadeaux, t shirt et plaque de voiture de l’outback que nous avions acheté et caché depuis un moment.

Puis nous quittons le parc Kakadu direction l’ouest de l’Australie, territoire couvrant un tiers de l’Australie pour seulement une population de 10%.

Nous faisons une petite halte à Katherine pour les courses et un gâteau d’anniversaire: brownie caramel beurre salé, et des bougies. Nous ne pouvons néanmoins pas acheter ni fruits, ni légumes, ni miel, pour passer la frontière ouest du pays. Il y a un passage de douane avec des restrictions alimentaires.

Sur la route nous croisons une multitude de baobabs, dans un décors ressemblant étrangement à l’Afrique.

Vers 17h, nous atteignons la douane, et après fouille de la voiture, nous ressortons à 15h30!!! Et oui, nous passons la ligne de fuseau horaire, soit 1h30 en moins. Patrick pourra fêter son anniversaire, non pas 24h, mais 25h30. Pour l’occasion, Pat nous propose un petit détour pour s’arrêter dans un superbe camping (dont nous avait parlé un Français vivant en Australie, rencontré en Indonésie) au lac Argyle, avec piscine à débordement sur le lac. Superbe! En plus, Pat se lâche et nous offre un méga hamburger dans le resto du camping avec corona à volonté. En somme une journée de rêve pour tous les 3.

Un anniversaire inoubliable pour Patrick, je l’espère.

91
91
Publié le 2 octobre 2019

Après avoir fêter dignement l’anniversaire de Pat hier, nous nous réveillons tôt pour aller à la piscine afin de nous rafraichir de la nuit. Il fait 39° la journée, et au moins 30° la nuit. Dur dur!!!

Puis après la détente à la piscine, nous partons pour le parc Purnululu ou bungle bungle. C’est une longue route qui nous attend, environ 5h dont 2h de piste (le parc est réservé aux 4x4).

Vers 15h, nous atteignons le parc, classé Unesco en 2003, dont le nom vient d’un mot aborigène local qui signifie grès. La roche est orangée et l’ensemble forme la chaine des bungle bungle. Les aborigènes idolâtrent ce lieu depuis 40000 ans, et on peut même y observer des peintures rupestres et autres sites funéraires.

Nous allons y rester 2 jours. Nous avons acheter un pass valable 1 mois, pour tout le kimberley (ouest) et réglé les campings sur le site internet.

92

Réveil ultra matinal, soit 5h du mat, afin de partir en randonnée dans le parc tant qu’il ne fait pas encore trop chaud, c’est à dire 30°. En effet, nous avons 13,5km à parcourir dans les bungle bungle qui ont des allures de grand canyon australien. Cela ne parait pas compliqué, mais c’est sans compter sur la température extreme, le soleil de plomb, les 9l d’eau que Pat et moi devons porter, tout en marchant dans le sable! Nous le réalisons en 4h et revenons avant midi, moment où la température est maintenant à 41°. Nous avons vu des paysages magnifiques avec premier arrêt à « the dôme » avec vue sur le fameux dames du parc, puis « cathedral gorge », « the window » et enfin « whip snake gorge ». J’ai l’impression de marcher dans un paysage de bout du monde asséché et aride.

La température étant tellement extreme que nous faisons une après-midi off car PG ne va pas se sentir très bien pour le reste de la journée: sans doute un petit début d’insolation!

93

Dernier jour dans les bungle bungle. Nous avons dormi dans le seul camping (géré par les rangers) coté nord du parc. Nous commençons donc la matinée par une petite rando « mini palms gorge ». Comme son nom l’indique, nous nous promenons dans une gorge du canyon, remplie de palmiers, et dont le paysage contraste complètement avec le coté aride sud du parc.

Puis quelques kms plus loin, nous attaquons une 2ème rando « echidna chasm », dans un paysage de canyon américain. On apercoit que quelques brides de ciel durant notre progression dans la gorge!

Puis nous ressortons du parc et reprenons la great northern highway, jusqu’à Halls creek, petite ville aborigène où nous allons nous ravitailler. Très choquant, tout est barricadé avec des grilles de protection sur toutes boutiques et maison. Je me garderai de porter un jugement, mais à dire vrai, je ne me sens pas très en sécurité non plus. Nous faisons quelques courses, faisons le plein et repartons aussi vite.

Arrêt le soir dans une aire de repos, où l’on peut camper, et qui est gratuite.

94
94
Publié le 2 octobre 2019

Nouveau parc national à visiter aujourd’hui: Tunnel creek NP. Il s’agit d’une rando dans un tunnel de 750m de long et entre 3 à 15m de large creusé par un ruisseau à travers un contrefort de la Napier range. Il nous faut traverser une bonne partie du tunnel, les pieds dans l’eau, et dans le noir. Sauf, que arrivés à l’entrée de la grotte, une surprise nous attend: 1 croco puis un deuxième, qui se prélassent en plein milieu du chemin. Certains australiens qui arrivent en même temps que nous nous rassurent en disant qu’il s’agit de spécimens d’eau douce, pas agressifs! PG et Pat veulent les suivre, mais pas moi. Pour une fois, j’ai le dernier mot, et nous rebroussons chemin. 140km de route pour rien!!!

Le reste de la journée, c’est route jusqu’à 14h où l’on s’arrete à une roadhouse avec piscine, afin de profiter du reste de notre journée OFF!

95
95
Publié le 5 octobre 2019

Après 17 jours de bush, nous allons gouter à la beauté des plages coté ouest. 234km nous séparent de Broome, grande ville balnéaire avec son lot de centres commerciaux et magasins. Un retour à la civilisation, très appréciable pour ma part.

Nous visitons Cheeter’s jetty, ancien port d’amarage des bateau dont le commerce tournait autour de la culture perlière. C’est d’ailleurs toujours le cas, les ferme de culture de perles sont nombreuses tout le long de la côte, ainsi que les bijouteries spécialisées. La jetée traverse une mangrove remplie de crocos (les agressifs) jusqu’à la mer. Il y a également beaucoup ‘empreintes de dinosaures visibles uniquement à marée basse. Nous essaierons de les voir à notre retour dans la ville dans 3 jours. Petit lèche vitrine à chinatown, puis c’est le départ vers la côte vers le Nord, accessible uniquement en 4x4.

Nous faisons une halte à willie creek, ferme perliaire, puis remontons vers barred creek afin de nous trouver un petit spot sur la plage pour dormir et admirer le coucher du soleil. la hilux peine un peu dans le sable, car elle est très lourde. Nous trouvons finalement notre bonheur sur un petit promontoire avec accès direct à une plage vierge de toute beauté. le bonheur, surtout que l’eau est chaude dans l’océan indien.

96
96
Publié le 9 octobre 2019

Après cette nuit sur la plage en autosuffisance, nous décidons de continuer plus haut sur la côte, afin de nous dégoter de nouveaux spots. C’est sans compter sur un problème mécanique de la 4x4, qui nous signale un problème de frein. On s’arrête donc, mais ensuite, on ne peut plus redémarrer. La boite de vitesse automatique est bloquée. Heureusement que l’on peut compter sur la solidarité des australiens, qui viennent nous aider. Ils appellent notre assistance (on ne capte du réseau que sur le toit de la voiture; épique!) puis à force de regarder et de chercher sur google, ils finissent par trouver le problème: un fusible est grillé. On le remplace, et ça marche. L’assistance nous demande néanmoins de rebrousser chemin et de retourner en ville chez un garagiste afin de faire un check up. Après plusieurs heures d’attente, il nous donne le feu vert pour continuer.

Il ne nous reste plus qu’une heure pour trouver une plage ou dormir. Une fois arrivés, le problème recommence. On est fâchés et dégouttés; on décide donc de retourner à un camping sur Broome, sachant déjà, qu’une fois le moteur éteint, on ne pourra plus démarrer. On appelle l’assistance qui nous informe, qu’ils nous prendront en charge demain matin. Mauvaise nuit en perspective.

97
97
Publié le 9 octobre 2019

Pour la 2ème fois la 4x4, repart chez le garagiste mais cette fois spécialisé dans l’électronique et l’électrique. Vers 12h, il nous rappelle, il n’a rien trouvé. Il a juste remis tous les fusibles et testé les câbles. Je rappelle l’assistance pour leur dire que nous n’avons plus trop confiance en la voiture, mais malheureusement ils n’en ont pas d’autre dispo pour le moment. Il nous propose de repartir avec des fusibles de rechange et de voir ce qu’il se passe: Inch Allah. Inutile de dire que nous sommes très contrariés, mais il y a des choses plus graves dans la vie.

Donc nous repartons direction Middle lagoon, encore plus au nord sur la cote. Effectivement la plage a des petits airs de lagon, et l’eau est chaude et transparente. Un camping géré par les aborigènes y est installé, et nous y posons notre tente. Bien sur, la nuit est payante, mais de toute façon, on a pas le choix, car il n’y a que des campings payants dans cette réserve.

98
98
Publié le 9 octobre 2019

Ce matin, réveil avec des dauphins nageant juste en face de nous.

Puis nous repartons vers cape Leveque, point le plus au nord de la péninsule de Dampier. Ici, le lieu est géré aussi par les aborigènes et nous devons payer un droit d’entrée pour nous promener sur la plage. Nous faisons donc une petite balade sur la plage Ouest, jusqu’à celle de l’Est, pendant que la marée est basse. Les couleurs sont magnifiques, entre les roches noires et oranges et les divers bleus de la mer.

Nous repartons vers 11h, car il nous reste 3h de route, dont 2 de piste pour retourner à Broome. Nous allons nous ravitailler et faire une petite pause off, avant les 2 jours de route qui nous attendent. Piscine et coucher de soleil, concluent notre dernière journée à Broome.

99
99
Publié le 9 octobre 2019

Comme dit Patrick, le paradis se mérite!! Et pour visiter le parc Karijini, le joyau de l’Australie, nous avons beaucoup de route à faire. Une ligne droite avec des étendues désertiques autour.

Sur la route, arrêt à eighty miles beach, plage turquoise, parsemées de coquillages, qui s’étend sur 120km de sable blanc.

Après 759 km, nous nous arrêtons dans un petit camping sauvage, proche de la route. Il nous restera encore 200km demain, pour rentrer dans le parc national.

100
100
Publié le 9 octobre 2019

Ce matin, il ne nous reste plus que 200km pour arriver à Karijini national parc. La route change, nous passons du Kimberley avec ses baobabs, au pilbarra réputé pour son minerai de fer et se roches parmi les plus anciennes du globe. Nous croisons une multitude de road train, chargés de remorques (jusqu’à 6).

Enfin arrivés au parc, le 2ème plus grand de l’Ouest australien, nous nous rendons au visitor center afin de réserver les campings et se renseigner sur les randos. Ce parc est très populaire car les campings sont déjà presque tous remplis, et nous croisons beaucoup de voitures et vans.

Nous commençons donc par les randos coté Est dans Dales gorge. C’est une gorge abrupte qui compte 3 piscines naturelles: circular pool, fortescue falls et fern pool. L’eau est fraiche et les paysages idylliques. Des jardins d’éden en plein bush australien avec des petites cascades. De plus la rando le long de la rivière avec des arbres blancs sacrés est de toute beauté. Nous y passons plusieurs heures entre baignade et rando.

P.S. PG fait une petite chute, et se fait mal à la cheville. Heureusement, nous avons notre kiné perso!!

101

Pat fait un strap ce matin, sur la cheville de PG, car nous avons 3 bonnes heures de rando, du coté ouest du parc, ce sera moins douloureux pour marcher.

D’abord petite mise en bouche, avec marche dans Weano gorge jusqu’à Handrail pool; bassin d’eau douce niché entre les parois circulaires du canyon.

Puis nous entamons le trek le plus réputé du parc, dans hancock gorge. C’est une déambulation entre les parois de plus en plus étroites du canyon. Nous passons par spider walk qui comme son nom l’indique est un passage parmi les toiles d’araignées accrochées sur les parois. Nous devons passer par des parties immergées avec de l’eau parfois jusqu’à la taille. Sauf PG qui est directement tombé en entier dedans dés le départ!!!

Nous arrivons enfin à Kermits pool, petit bassin dont les eaux se déversent quelques mètres plus bas. On s’y baigne dans une eau glacée. Quel bonheur et quel bijou!!

Enfin nous quittons le parc, en déposant une dame âgée à l’hôtel le plus proche, car elle a crevé dans un parking au milieu du parc.

Il nous reste 2h, après les courses, à la sortie du parc, pour arriver au camping. On en mettera plus de 3, car sur la route, on explose un pneu. 2 français qui se sont arrêtés, nous aident à changer la roue, et on arrive finalement à notre spot, juste avant le coucher du soleil. On est un peu agacés et fatigués, mais C’EST RIGOLO!!!

102
102
Publié le 9 octobre 2019

La nuit a été très chaude et étouffante et nous avons très mal dormi!

Il nous reste encore 482km à parcourir pour arriver à la ville de Exmouth, porte d’entrée du parc nationall Cape range. Nous devons impérativement nous y arrêter pour remplacer notre pneu, non pas crevé mais éclaté de toutes part. Après un échec, nous trouvons un vendeur qui en a 1 en stock, mais ça nous coutera 300$. Pas de chance, mais pas le choix!!!

Nous allons ensuite au visiter center afin de se renseigner sur les activités marines. Nous réservons pour le lendemain une journée croisière snorkeling, afin de tenter de nager avec des requins baleines; Si la chance est avec nous.

Petite visite de Mauritius beach, réputée pour ses nids de tortues, et nous rendons au camping, pour une journée détente pour les mecs et intendance pour Frédo: blog, cahier de bord, photos, lessives et cours de PG, …

103
103
Publié le 10 octobre 2019

Nous sommes très excités ce matin, car nous faisons une journée croisière snorkeling pour aller découvrir la faune du parc marin Ningaloo. Nous espérons secrètement nager avec les requins baleines, mais ce n'est plus vraiment la saison; Ca serait un coup de chance.

Le tour opératoire vient nous chercher au camping vers 8h30 pour nous conduire jusqu'à la jetée ou un zodiaque nous amène vers le bateau. L'ambiance est super et nous faisons la connaissance d'une famille française avec 3 enfants de 3 à 8 ans qui font comme nous le tour du monde, mais pas le même périple, à cause de l'age des enfants.

Le bateau s'arrête pour un 1er snorkeling afin de tester les capacités de chacun.

Puis c'est la recherche des baleines et des requins baleines, aidés par leur avion qui sillonne le périmètre.

Nous voyons des baleines à bosse, des tortues, des requins marteaux. Ils nous proposent ensuite d'aller dans l'eau pour nager prés d'une baleine afin plutôt de l'observer quand elle passe devant nous car elle est très rapide. Nous faisons parti du 1er groupe à y aller; nous sautons du bateau et devons palmer pendant plus de 100m à toute vitesse afin de l'apercevoir. Un moment unique, intense mais très rapide!! Pat est un peu frustré car il croyait pouvoir prendre un selfie.

De retour sur le bateau, on nous sert un lunch et le staff nous annonce qu'il n'y aura pas de requins baleines aujourd'hui. Tant pis!!! Pat est super décu mais peut être aurons nous la chance de les voir en Polynésie lors de leur migration.

Nous voyons encore des tortues luth, en pleine procréation, car c'est la période des amours.

Puis dernier snorkeling sur la barrière de corail, pour refaire un petit coucou à Némo, que nous n'avons pas revu depuis l'Indonésie. Dommage, il y a beaucoup de houle et ce n'est pas évident de rester sur place.

Vers 16h, le van nous redépose au camping et nous quittons la famille française, après s'être échangés nos blogs.

Une super journée que je ne suis pas prête d'oublier: ce n'est pas tous les jours qu'on nage avec une baleine bosse!!!!!!

104
104
Publié le 15 octobre 2019

Nous avons réservé un camping dans le parc national pour ce soir et nous avons donc 120km pour profiter de Ningaloo reef, aussi appelé petite barrière de corail qui s’étend sur 300km de long. Le parc est d’ailleurs classé Unesco pour ses fonds marins.

D’abord petit rando à Mandu mande creek, petite gorge asséché offrant un point de vue sur la barrière.

Puis baignade et snorkeling à Turquoise bay, célèbre pour ses petits requins inoffensifs. Il y a beaucoup de vent et de vagues aujourd’hui, et le snorkeling sans palmes s’avère assez périlleux, surtout avec les courants nous tirant vers le large. Nous voyons quand même quelques beaux poissons. Nous nous baignons ensuite à Sandy bay, plage de sable blanc et à l’eau translucide. Petit avant gout de la Polynésie. Mais ici, l’eau de l’océan indien est beaucoup plus froide.

Arrivés au camping, nous faisons une dernière petite rando à Yardie creek, seule gorge encore remplie d’eau pendant la saison sèche. Nous apercevons au loin un wallabies des rochers. Nous commençons à entrer sur le territoire des kangourous.

Petite rencontre aussi sur la route avec un dingo, qui est un chien sauvage réputé très dangereux.

105
105
Publié le 15 octobre 2019

La nuit a été fraiche et venteuse, du coup pas de snorkeling ce matin, car il y a beaucoup trop de courant.

Nous partons donc direction Coral bay, situé toujours sur la barrière. Ici la faune est très riche: tortues, requins, baleines et raies mantas.

Nous commençons donc par une petite rando dans les dunes jusqu’à la plage reef shark nursery, afin de voir les bébés requins. Quand nous arrivons, on les voit tout de suite en train de nager en cercle. Ils sont unes petite quinzaine. Pat et PG se mettent à l’eau pour aller les filmer en gopro. Moi, je préfère rester prés du bord, même si je sais qu’en théorie, ces requins de récifs sont inoffensifs.

Puis nous nous posons sur la plage de Bill’s bay, malheureusement le vent rend encore le snorkeling difficile. On se met quand même à l’eau, mais on ne voit pas grand chose. Grosse déception pour moi, qui comptait passer ma journée dans l’eau!!

Nous devions dormir sur place, mais à vrai dire, il n’y a que 2 campings payants pas terribles et donc nous préférons faire 1h de route vers notre prochaine destination et dormir sur une aire de service très sympa et gratuite.

106
106

Nous avons décidé de faire une petite journée cool aujourd’hui. Au programme: visite de Quobba station au bord de mer, une côte sauvage aux couleurs de mars et des geysers maritimes (blow hole). C’est un endroit aux airs de bretagne avec un vent violent et d’énormes vagues.

Puis arrêt à la ville de Carnarvon pour le ravitaillement. Pour une fois, nous prenons le temps de faire un copieux repas du midi avec hamburgers maison. Nous nous arrêtons dans un parc ou l’on trouve toujours des barbecues gaz à disposition afin de faire cuire les steaks, et des tables de pique nique. Un vrai rituel pour les australiens et les voyageurs comme nous, car nous rencontrons depuis plus d’une semaine, toujours les même touristes français ou pas. C’est assez comique. J’ai vraiment l’impression parfois que l’Australie est remplie de français. On a jamais autant parlé français depuis le début du TDM.

107
107
Publié le 15 octobre 2019
le diable cornu                    

Nouveau parc qui nous attend aujourd’hui: shark bay marine parc, la baie des requins, merveille unesco 1991 avec ses plages grandioses bordées de roches rouges.

Sur la route arrêt à Hamelin pool, pour admirer ses étonnants stromatolithes, qui sont des roches calcaires construites par des colonies de bactéries et qui constituent la plus ancienne forme de vie sur terre (1,9 milliards d’années). On se sent humble face à ces sortes de champignons, baignés sur le bord de mer. Juste à coté nous découvrons une ancienne carrière de coquillages, ou les premiers colons découpaient des blocs de coquillages entassés afin de former des briques pour leurs futures maisons.

Arrêt ensuite à Denham, et surtout au visiter center, devenu fondamental pour nous en Australie, grâce à la Wifi gratuite et aux prises électriques. Renseignements pris, nous allons visiter le parc national François Péron, situé dans shark bay. Pour cela, seuls les 4x4 peuvent prétendre y accéder, mais il faut dégonfler les pneus à l’entrée (on passe de 35 psi à 18psi). Gros stress pour moi, finalement inconsidéré car Pat a géré tout cela de main de maître et nous passons sans encombre, même les endroits ou le sable est mou. Il faut dire que le jeu en vaut la chandelle car les paysages sont époustouflants et grandioses. Entre dunes rouges, sable blanc et les divers bleus de la mer; c’est un véritable coup de coeur. Pat dira même que cette journée est au de la de ses rêves.

Tout au bout de la baie, nous arrêtons à Skipjack point. A peine arrivés nous apercevons des dauphins, des tortues, des raies et une colonie d’oiseaux de mer. Nous faisons une petite marche jusqu’à cape péroné, afin d’admirer les paysages. Coup de chance, Pat tombe nez à nez avec un diable cornu (thorry devil), espèce de lézard à piques extrêmement difficile et rare à voir. PG et lui, sont comme des fous et le photographient sous toutes les coutures.

Puis nous finissons la journée dans un petit camping du parc en bord de mer avec juste à coté de la voiture, un arbre rempli de perroquets à tête rose. La nature nous a gâté!!!!!

108

2ème jour dans le parc Francois Peron en 4x4, mais cette fois nous terminons notre découverte par l'Est: Herald Bright, où l'on peut rouler un peu sur la plage.

Puis balade à Big Lagoon, toujours sans baignade à cause du vent qui souffle sans relâche.

Nous faisons ensuite un pique nique barbecue sur la plage de little lagoon, lac d'eau salée.

Puis c'est après midi off à Monkey mia et son complexe flambant neuf avec ses piscines et sa wifi.

C'est ici le point de ralliement des dauphins, que nous allons nourrir demain matin de bonne heure.

109
109
Publié le 16 octobre 2019

Ce matin, Pat est le premier sur la plage pour aller voir les dauphins sauvages qui depuis quelques années sont nourris tous les matins par les rangers.

Avant l'heure de RV, ils sont déjà 3 sur la plage à attendre. Ils viennent vraiment tout au bord, à tel point qu'on pourrait les toucher. C'est bien sur interdit. Nous avons d'abord le droit à un speech des rangers nous expliquant tout sur leur mode de vie et leurs traits de caractère. Ils les connaissent tous et ont chacun un prénom. Ce matin c'est picolo qui s'approche pour être nourri; parfois ils peuvent être jusqu'à 10 cela dépend d'eux. Puis les volontaires arrivent avec un saut de poissons (5) et choisissent au hasard des gens pour les donner. Pat, le chanceux, est choisi, il a le droit à sa minute d'émotion. Bref, tout cela fait quand même très show à l'américaine, surtout que les 200 personnes venus voir le nourrissage ont du s'acquitter d'un droit d'entrée. Mais c'est vrai qu'on ne reverra surement jamais des dauphins d'aussi prêt.

L'après midi nous partons visiter Eagle bluff, promontoire surplombant l'océan, d'où nous apercevons des requins. C'est magnifique!

Puis retour au camping de monkey mia, car nous avons réservé un spectacle de didgeridoo pour ce soir, en espérant avoir un peu de contact avec des aborigènes qui pour l'instant nous laisse un gout amer!!!

110

La soirée d’hier a été riche ne émotion, car nous avons passé 2h avec un aborigène autour d’un feu de camp. Il nous a parlé de la culture et des coutumes de son peuple (le plus ancien peuple vivant du monde), des croyances ancestrales qui régissent leur vie. Toutes leurs croyances sont reliées à la terre, aux océans, aux rivières et aux animaux qui peuplent ce continent. Malheureusement il nous a aussi avoué que les aborigènes commencent à se détourner petit à petit de leur nature profonde. Tout cela il nous l’a expliqué par la parole bien sur, mais aussi par le chant et le son fait par son didgeridoo. D’ailleurs tous les garçons ont eu droit à une initiation de cet incroyable instrument, difficile à dompter visiblement pour les novices. Puis en guise de bienvenu, il nous a fait cuire des poissons (mulets) dans les braises du feu de camp. Un très beau moment avec un personnage charismatique, sous la pleine lune et les étoiles.

Nous voici donc repartis, toujours plus vers le sud, en direction de Kalbarri, un nouveau parc national.

Sur la route, arrêt à shell beach, plage de coquillages (des trillons) sur 10m d’épaisseur. Une blancheur immaculée.

Puis arrêts à quelques petits points de vue sur le par: Ross Graham et Hawks head avec vue sur la rivière Murchinson.

Dernier stop sur la plage de red bluff avec photos sur le belvédères, avant de nous rendre au camping Big river, qui est un ranch avec chevaux: un bivouac original!!

111
111
Publié le 21 octobre 2019

Après une superbe nuit au ranch paris les chevaux, nous repartons pour une ultime rando dans le parc de Kalbarri. Nous sommes partis pour une boucle de 10km dans les gorges, après être passés par le célèbre nature’s window: ouverture sur la rivière comme une fenêtre sur la nature. Mais c’esy la suite du trek qui nous réserve des surprises car en chemin, nous tombons presque nez à nez avec une famille de kangourous gris: le mâle, la femelle et son bébé dans la poche. Ca faisait longtemps que j’attendais cette rencontre avec les plus nombreux habitants de l’Australie. Ils nous surveillent mais continuent de manger, avec une apparition de la tête du bébé de temps en temps. Un moment magique! Au bout de 15mn, ils décident de repartir, et les voir sauter, c’est vraiment trop mignon.

La rando achevée nous reprenons la route vers le sud et continuons la visite du parc coté côte avec des vues sur l’océan déchainé de toutes beautés et des formations rocheuses très surprenantes: natural bridge et island rock.

Nous nous arrêtons quelques kms plus loin, sur la plage de lucky bay, pour un camping sauvage géré par les rangers et pour une somme modique!!!

112

Une journée route nous attend, et c’est donc après un bon petit déj que nous levons le camp, direction, un nouveau petit parc national à 360km.

Sur la route, nous nous arrêtons à pink lake afin de prendre des photos de la magnifique couleur rose du lac.

Les paysages sur la route, changent littéralement et nous oscillons entre les cotes de l’océan indien et les terres agricoles avec des champs de blé et des oliviers à perte de vue. Les villes se font également de plus en plus nombreuses, la civilisation fait place au bush.

Nous faisons halte dans un camping dans la ville de Cervantes, dont la spécialité est le homard. D’ailleurs nous en achetons un spécimen à manger ce soir au barbecue. Pas parce qu’on est en camping, qu’on peut pas manger des fruits de mer!!!

Ce soir nous allons visiter les « pinnacles » dans le parc national Nambung pour le coucher de soleil. Ce sont des menhirs naturels de 300000 ans dressés vers le ciel.

113
113
Publié le 24 octobre 2019

Hier nous avons eu le droit à un coucher de soleil de toute beauté sur les pinnacles avec des dégradés de couleurs dans le ciel du rose au rouge, violet et orange. De toute beauté.

Ce matin, les mecs veulent aller s’amuser en 4x4 dans les dunes sur la plage de Lancelin. Je ne suis pas du tout partante car je les connais trop bien, ils vont vouloir repousser les limites. Je ne me trompe pas, ils veulent carrément monter des dunes énormes et redescendre presque à pic. Au bout d’un moment, je mets les ola, la récréation est terminée, sous peine de démission de ma part.

L’aprés midi cette fois sera pour moi, car nous nous rendons à Yanchep NP, afin d’aller rencontrer les koalas (spéciale dédicace pour ma fleufleu). Ils sont en semi-liberté, à savoir qu’ils sont dans un parc, mais sans grillage. Ils sont vraiment adorables accrochés à leur branche en train de somnoler. Le défi consiste avec eux, à réussir à prendre une photo, quand ils sont actifs. La tache n’est pas aisée, sachant que c’est un animal extrêmement lymphatique. La faute à son alimentation, réduite uniquement à l’ingestion de feuilles d’eucalyptus, très riche en fibres mais pauvre en énergie; ce qui rend la digestion extrêmement longue.

Nous rencontrons aussi un kangourou sur notre sentier de rando « caves walk trail » qui nous dévoile quelques caves et grottes naturelles dans un paysage de végétation luxuriante.

Le soir, nous dormons au camping du parc avec espoir d’apercevoir peut- être d’autres koalas.

114
114
Publié le 24 octobre 2019

La veille, les kangourous ont été au RV au camping et nous avons mangé entourés de ces marsupiaux.

Au réveil, après 35 jours de bush et de petits villages, nous allons retrouver, l’espace d’une journée, la civilisation,dans une des plus grande ville d’Australie: Perth. Elle est considérée comme la dallas australienne grâce à ses réserves d’hydrocarbures. Elle est aussi la plus isolée du monde et la plus ensoleillée.

Dans cette cité du futur, nous sommes un peu déboussolés au départ, et tout nous parait compliqué! Trouver un parking, se repérer parmi les immenses buildings. Nous reprenons vite nos marques et commencons par aller au visistor center afin de réserver pour le lendemain le ferry et des vélos afin de nous rendre sur l’île de rottnest.

Le midi, petit fast food pour PG avec méga menu hamburger. Il est aux anges.

Puis un peu de shopping dans les boutiques surf pour un short de bain pour PG.

Nous faisons ensuite un tour de la ville et tous ses points d’intérêts: La bell tower, tour emblématique, puis la rue london court, copie du Londres d’Henri 8.

En fin de journée, nous nous installons dans le kings park à l’extérieur de la ville, pour un coucher de soleil sur les buildings de Perth.

Il ne nous reste plus qu’à trouver un camping pour les 2 nuits à venir, et proches du ferry.

115
115
Publié le 24 octobre 2019

Après l’effervescence de Perth, nous retrouvons un peu de sérénité en nous rendant à Rottnest Island, petite île à 19km de perth, réputée pour ses plages sublimes et son animal emblématique et endetteique; le quokka. Le nom de île provient de ce petit animal trop mignon qu’un explorateur hollandais a confondu avec un rat (rat nest). Il a toujours l’air de sourire, c’est pourquoi il est célèbre et que tout australien veut prendre un selfie avec lui.

A la sortie du bateau, nous récupérons nos vélos, et c’est parti pour 22km à la découverte de île. Cela parait très facile mais c’est sans compter que l’île n’est pas du tout plate: c’est montées sur montées. J’ai les cuisses et les mollets en feu. Mais les paysages et les plagient valent ces efforts. C’est une succession de criquees aux eaux turquoises.

Arrivés à la pointe nord au cape Vlamingh, ce sont des paysages complètement différents avec des cotes abruptes et la mer déchainée. On aperçoit même au large, une baleine et des lions de mer sur les ilots alentours.

Quant aux quokkas, au début nous en croisons quelques sauvages, puis au fur et à mesure que nous nous approchons des lieux touristiques (avec de la nourriture) ils sont plus entreprenants et pas du tout farouches. Ils sont quand même très mignons même si ils quémandent de la nourriture! Je suis sure qu’ils auraient charmé ma nini, et seraient peut être devenus ses animaux préférés. Nous faisons plein de selfies (pour PG) et de photos avec eux: notre défi est réalisé.

Nous rentrons vers 17h30 par le dernier ferry après une superbe journée et épuisés (enfin moi).

116
116
Publié le 27 octobre 2019

Pour faire plaisir à PG, et à moi aussi je l’avoue, nous allons voir les animaux d’Australie, tous réunis dans un parc animalier, en semi liberté à Caversham wildlife park. On commence par la traditionnelle photo avec un koala, toujours aussi mignon! Puis nous découvrons le wombat, autre marsupial d’Australie ressemblant vaguement à un petit ours, et en voie de disparition, ainsi que des possums. Je fais une petite photo pour ma nini, dont c’était l’animal préféré lors de notre premier séjour en Australie. Pat et PG font même une photo avec un python.

Nous avons aussi le droit à un show de cow boy australien avec une démonstration de tonte de mouton et de maniement du lasseau.

Nous avons aussi la chance de pouvoir nourrir les kangourous qui déambulent dans la partie centrale du parc. Il y a les kangourous communs, les wallabies et les albinos. Ils sont super mignons et tout doux. On passe une bonne heure à faire des selfies avec eux. PG est aux anges de pouvoir les caresser et les nourrir. Bon, c’est vrai, c’est pas très naturel!!! on peut pas toujours être parfait.

Nous finissons le parc en début d’aprés midi, et après un bon pique nique nous repartons vers le sud et quittons définitivement Perth et ses alentours. Nous nous arrêtons à Yalgorup NP, plaine criblée de plans d’eau. Nous dormons dans le camping du parc en pleine nature.

117
117
Publié le 27 octobre 2019

Afin d’avoir un petit aperçu des trésors du parc, nous entamons un trek de 5km « headtlands walk trail ». En Australie c’est le printemps, et c’est parmi les arbres en fleurs et la végétation typique de l’australie, que nous déanbimons. Nous tombons nez à nez avec 2 gros serpents noirs (pythons?) et un kangourou. Les vues sur le lac sont très belles et toute cette flore nous change de l’aridité du désert.

Nous faisons ensuite cap vers Busselton, pour sa fameuse jetée de 1km840. C’est la plus grande jetée en bois de l’hémisphère sud, reposant sur une eau transparente. Tout au bout, un observatoire sous-marin de la faune marine à 8 m de profondeur.

Nous repartons ensuite pour le parc national Leeuwin-naturaliste que nous visiterons ces prochains jours.

118
118
Publié le 27 octobre 2019

C’est sur la route des baleines que nous voyageons aujourd’hui car c’est leur pleine période de migration. On peut les apercevoir au loin, sur toute la côte Ouest de cape naturaliste à cape Leeuwin.

Nous débutons par cape naturaliste où elles sont effectivement au RV. On en voit au moins 6 que l’on repère à leur jet d’eau et à leur claquement de nageoire. De même à Sugarloaf rock où l’on essaie de prendre en photo quand elle saute. C’est mission impossible!

Puis en descendant toujours plus bas sur la côte, petite pause à Smith’s beach, le paradis des surfeurs, et à canal rock où l’on franchit les rochers par des passerelles au dessus de la mer. Nouvel arrêt à nature spa, trou d’eau dans les roches ou les vagues viennent se jeter. Pat veut prendre une photo de moi dans ce spa naturel, juste au moment où une énorme vague manque de m’emporter. Je ressors de là trempée et un peu humiliée!

Nous visitons aussi les « mammoth caves » qui nous expliquent la formation des grottes ainsi que des stalactites et stalagmites. De plus elles ont contribué à la découverte de’animaux marsupiaux préhistoriques gigantesques sur le continent australien, grâce à la découverte d’ossements de wombats et kangourous géants.

Notre dernier arrêt pour cette journée chargée est la plage de Hamelin bay, ou les raies viennent caresser les pieds tout au bord de l’eau. Après les avoir cherchées, on finit par en voir 2, qui viennent frôler les pieds de Pat et PG. Ils font quand même attention, car il y a des vagues et il ne faudrait pas toucher leur dard. La nature nous a encore gaté aujourd’hui.

119
119
Publié le 31 octobre 2019

RV est pris ce matin pour le cape Leeuwin, où l’océan indien rencontre l’océan austral.

Nous pénétrons dans un nouveau parc national, d’Entrecasteaux avec balade sur la plage salon beach, interdite à la baignade pour cause de requins.

Puis pique nique à Mandalay beach, nommé ainsi suite à l’échouage d’un bateau norvégien au 20ème siècle. C’est une plage sauvage, irréelle et de toute beauté. Les grosses vagues ont fait place aux eaux tranquilles des lagons.

Puis en fin de journée nous arrivons à tree top walk, qui est une passerelle metalique suspendue à travers la foret à 40m au dessus de la canope et des eucalyptus géants. La plupart ont plus de 400m et peuvent mesurer jusqu’à 70m. C’est un défi pour moi qui ai le vertige. J’y arrive sans problème. Il faut dire que ce tour du monde me pousse au de la de mes limites.

Puis petite balade parmi ces géants avant de nous rendre dans un camping bord de plage.

120

Nous nous réveillons sous un ciel bleu ce matin et une température plus clémente. En effet depuis quelques jours des nuages s’immiscent dans le ciel et nous sommes passés de 30° à 20°. On est plus habitués . On va donc profiter des plages; La première green pools est paradisiaque avec ses lagons protégés des vagues de l’océan par des barres de rochers. On s’y baigne malgré l’eau glaciale. A quelques mètres de là, les rochers rappellent un troupeau d’éléphants « éléphants rocks ».

Puis passage à waterfall beach, magnifique plage dans laquelle coule une petite cascade d’eau douce, sur un sable aux reflets violets.

Nous entrons ensuite dans le parc national Torndirrup pour admirer « the gap », un point de vue dans le vide sur une passerelle au dessus de l’océan, et « natural bridge », pont naturel. Ce sont 2 formations rocheuses ou autrefois le continent antarctique était relié à l’Océanie il y a 45 millions d’années.

Passage à la grande ville d’Albany, mais tout est fermé, peut être une fête nationale?

Nous finissons notre visite des plages paradisiaques par « salmon holes », plage abritée ou plein de saumon viennent se reposer dans les eaux calmes, puis « frenchman bay » avec ses eaux transparentes.

Le soir, nous nous offrons un camping dans la ville au bord de la plage avec piscine et jacuzzi. What else!!!

121
121
Publié le 31 octobre 2019

Nous faisons un ravitaillement dans la ville d’Albany, avant de nous enfoncer plus dans les terres vers le parc national Porongurup. Il s’y trouve une rando « granit skywalk » ou dénommé le grand frisson. Après une montée de 2km, nous arrivons devant les domes de granit plantés au milieu du parc, et que l’on doit maintenant escalader pour arriver au point culminant sur une passerelle surplombant le vide. Ca rappelle aux garçons les via ferrata! Une fois redescendus il commence un peu à pleuvoir et nous décidons donc de continuer notre route vers le second parc « stirling range », le paradis du randonneur.

Nous ne nous arrêtons pas cette fois dans le camping du parc car on ne le trouve pas terrible, mais dans un ranch qui propose des emplacements. Très atypique donc le paradis pour pat. En plus nous passons la soirée au coin du feu à bavarder avec des australiens super sympas.

122
122

Paradis du randonneur, veut dire pour Patrick, ascension et pour moi, enfer de la montée. C’est 6,2km qui nous attendent, ça c’est ok mais pour 1095m de dénivelé, autant dire que ça va monter sec!! C’est le trail le plus populaire du parc stirling range et le sommet le plus haut du sud ouest de l’Australie. Tout en haut, c’est une vue à 360° sur tout le reste du parc et les pics alentours. Nous avons mis 3h aller/retour pour boucler le trek. Après l’effort, le réconfort, petite visite de la ville d’Albany, sans grand intérêt. Puis nous partons à 50km plus loin, pour un bivouac sur une plage au sable aussi blanc et fin que la farine. Cerise sur le gâteau: il est gratuit!

123

Réveil matinal car nous avons 503km à parcourir pour arriver à la ville d’espérance qui compte les plus belles plages du pays. En plus aujourd’hui il fait chaud, un temps idéal pour se baigner.

Arrivés à Espérance, nous empruntons la route du Great Ocean Drive et nous arrêtons à Eleven miles beach pour un pique nique les pieds dans l’eau, d’un bleu clair incroyable. Le contraste entre les vagues aux larges et le calme du lagon protégé par une barre de rochers, est de toute beauté.

Nous poursuivons notre route à la recherche de la plage parfaite pour se baigner: ten miles lagoon, observation beach, west beach, blue haven, salmon beach. Je tombe sous le charme de Twiilight beach, dont les gros rochers rappellent un peu les Seychelles. Elle est époustouflante et on se jette à l’eau. Enfin, juste une petite trempée car l’eau est toujours aussi gelée.

Nous finissons cette magnifique route de 40km longeant l’océan, par un arrêt dans la ville et un peu de shopping. Puis ce soir c’est camping payant pour la douche et la laverie.

124

La soirée au camping la veille fut sympa pour Patrick, qui sympathisa avec 2 jeunes français venus travailler en Australie pendant 1 an. Ils ont refait le monde (enfin surtout la France) en buvant du cidre jusqu’à tard dans la soirée (en Australie ça veut dire 9h!!!!).

Au réveil, le temps est maussade, il y a beaucoup de vent et la température a chuté à 15° (on se croirait à Dunkerque!!!). Dommage car nous visitons le parc national « cape le grand » dont la plage Lucky beach a le sable le plus blanc de toute l’Australie, en plus d’être visitée régulièrement par quelques kangourous. Mais pour y aller, les mecs ont décidé de prendre un chemin de traverse, à savoir 22km de piste sur la plage. Renseignement pris au Visitor center, la marée n’est pas encore trop haute, enfin il ne faut quand même pas trop tarder. Encore du stress pour moi!!! Nous voila donc partis en 4x4 sur la plage d’Esperance, seuls au monde, à rouler sur le sable blanc tout en frôlant dangereusement la mer et les vagues.

Cette fois encore, on s’en tire sans problème et nous arrivons à le grand beach dans le parc. Nous nous rendons directement à lucky beach que l’on repuère de loin tellement les couleurs du sable et de la mer sont incroyablement belles. Elle n’a pas volé sa réputation de plus belle plage d’Australie. Pour s’imprégner de ce joyau, nous nous y promenons pendant plus d’1h. Cerise sur le gâteau, à notre retour nous voyons 2 kangourous sauter vers nous, pour quémander un peu de nourriture. On en profite pour faire le plein de photos et PG des selfies. Ce sont d’ailleurs les photos mythiques que l’on retrouve sur les catalogues et prospectus de la région.

Puis vers 14h, petite rando avec l’ascension du pic « frenchman » culminant à 262m et dont le sommet ressemble à un béret. Tout en haut, la vue à 360° est imprenable sur toutes les sublimes plages alentours.

Puis nous retournons au camping de lucky bay sur la plage. Dommage que les nuages cachent le soleil, car le coucher aurait surement été magique.

125
125
Publié le 5 novembre 2019

Ce matin nous faisons une petite rando de Lucky bay à Thistle cove, autre plage magnifique, entre rochers et sable blanc. De retour au camping, j’apercois des kangourous au loin sur la plage, et nous profitons donc pour aller de nouveauu leur faire un petit coucou. Ils sont toujours aussi peu farouches. C’est définitivement notre animal préféré de l’Australie.

Le reste de la journée va être beaucoup moins sympathique car arrivés à Le grand beach et son camping, la pluie commence à tomber et nous n’avons aucun lieu pour nous réfugier. Du coup, c’est tous les 3 dans la « roof tent » pour regarder des séries sur Netflix.

Entre 2 accalmies, on profite pour jouer aux cartes et manger. Ce sont les joies ou désagréments du camping en tente et en pleine nature! C’est aussi notre premier jour de pluie depuis 3 mois!!!!

126
126
Publié le 5 novembre 2019
tel père, tel fils!!!!!! 

Le réveil est morose car la nuit a été difficile. La pluie n’a pas cessé de la nuit, un vrai déluge, et c’est PG qui en a payé le prix fort. Il est trempé, son sac de couchage et son matelas imprégnés d’eau et ses vêtements mouillés. Il se met au sec et on décide de partir sans prendre de petit déj que l’on mangera en ville car la pluie tombe toujours. On s’arrête à Espérance pour les courses de nos futurs 3 jours de route, prendre le petit déjeuner et acheter des chaussettes pour PG.

Une fois le plein de la voiture fait, nous nous mettons en route pour 3 jours de conduite non stop, car nous allons traverser la grande plaine aride de Nullarbor dont le nom signifie d’ailleurs « plaine sans arbres ».

C’est 1200 km sans la moindre ville, la distance Perth/ Adelaide représente Paris/ Moscou pour avoir une idée.

Aujourd’hui nous faisons 622 km et nous arrêtons à Cahiguna Blowhole pour un camping sauvage.

Sur la route nous avons traversé la plus grande ligne droite du monde, la « 90 miles straight », soit 146,5 km. Dingue!!!

127
127
Publié le 5 novembre 2019

Deuxième journée de route. Nous allons manger encore 618km de bitume. La monotonie est juste brisée par le passage de la frontière de l’état de l’Ouest à celui du Sud, et plus 2h30 de décalage horaire à rajouter sur nos montres.

Puis petit arrêt point de vue à Bunda cliffs, des falaises qui ressemblent au bout du monde.

Arrêt au bord de route, dans un camping free. De toute façon, on a pas d’autre choix!!

128

Troisième et dernier jour de route, encore 613km, mis cette fois avec des points d’intérêt en chemin.

Tout d’abord, passage à la quarantaine alimentaire entre l’Ouest et le Sud, on ne peut passer ni fruits, ni légumes.

Puis arrêt wifi et prise électrique au Visitor center de la première ville que nous rencontrons.

Nous arrivons enfin à Murphy’s haystacks, des rochers en forme de meules de foin posés sur des immenses champs de blé.

Nous faisons ensuite un petit détour à Point Labatt dans searcy bay afin d’aller découvrir une des plus grande colonie de lions de mer d’Australie. Ils sont bien là, affalés sur la plage ou les rochers, avec leurs bébé à leurs mamelles. Vraiment trompions, on adore!!!

Puis à baird bay, ce sont les pélicans qui se laissent photographier sur une plage. Un des seul oiseau dont je n’ai pas peur!

On clôture notre longue journée de route, par une vue sur les falaises de Helliston, au bord de l’océan.

Puis encore un camping sauvage, j’espère le dernier!!

129

Les journées de route étant finies nous allons pouvoir profiter de visiter coffin bay NP, yangie bay lookout et point avoid avec vue sur les falaises et la très belle plage Almonta beach composée de dunes et de sable blanc. De retour en ville à Coffin bay, nous cherchons une ferme d’huitres car c’est la spécialité de la région et de la ville. Nous en trouvons une en bord de mer avec vue sur les bancs d’huitres et superbe terrasse surplombant l’océan. En plus, le serveur étant belge, il nous conseille de gouter à la fois aux huitres froides et chaudes cuisinées de diverses façons: à la japonaise, française, chinoise, italienne et fitzpatrick. On les goute d’abord nature avec du citron. Elles sont délicieuses, charnues mais subtilement iodées. Un gout très délicat apprécié par nous 3. Puis on passe à la dégustation des huitres froides préparées à la japonaise avec gingembre, sésame et sauce soja, puis avec un sorbet au piment, aux oignons et sésame, c’est au tour des chaudes à l’italienne avec ail, herbe et épices, à la française avec fromage bien sur et la Fitzpatrick avec sauce barbecue, chorizo et lardons. Elles sont toutes à tomber par terre surtout accompagnées d’un chardonnay australien. La façon japonaise est gagnante pour moi et Pat, et les faveurs de PG vont à la française. Le chauvin!!!

Après cet intermède culinaire, nous partons vers la grande ville de Port lincoln afin de réserver un des rêves de patrick: observer le grand requin blanc dans une cage en pleine mer. Ce sont ici et en Afrique du sud, les 2 seuls endroits ou l’on peut le faire. RV est pris le lendemain à 6h30 du matin pour une croisière frisson qui va durer 12h. Espérons que nous aurons la chance de les voir. Ce soir nous dormons au camping de la ville, pour être prés du port demain.

130
130

Réveil à 5h, pour aller plonger avec le requin blanc, pat est super excités et moi j’éprouve un peu d’appréhension. Arrivés au port, nous sommes 32 à embarquer sur le bateau, ainsi que la cage qui sera immergée sur le spot de plongée. Mais d’abord 2h30 de navigation pour arriver en pleine mer entre 2 ilots, là où passent régulièrement les grands requins blancs. Et c’est l’attente qui commence car bien sur ce sont des animaux sauvages et nous ne sommes pas garantis de les voir. Dans le bateau, les hôtesses nous servent le petit déj, puis le lunch et nous avons à disposition boissons chauddes, biscuits salés et sucrés ainsi que des bonbons. Sur le pont, les skippers, eux sont occupés à essayer d’attirer les requins avec des appâts de viscères de poissons et des sauts de sang de poisson. Il y des milliers de poissons dont des gros thons, concentrés prés du pont ainsi que des oiseaux. Puis, tout s’accélère. Nous sommes divisés en 4 groupe, nous sommes du 1er er devons nous mettre en combinaison car le requin est enfin là.

La cage est immergée à 3m, et on doit respirer de l’oxygène par des détendeurs. C’est une première pour beaucoup ainsi que pour pat et PG. On se met à l’eau et on descend dans la cage par une échelle (certains n’arriveront même pas en bas!!), le froid et l’adrénaline nous coupe un peu la respiration. On essaie de repérer le grand blanc parmi les centaines de poissons gravitant autour de nous. Il passe furtivement plusieurs fois devant la cage. Après 45mn de plongée, nous devons laisser la place aux autres groupes. Je remonte complètement gelée. On a vu le grand blanc, c’est sur, mais on reste quand même un peu sur notre faim. PG est ravi de sa première expérience de plongée. Il adore ça et a hate de recommencer.

Nous repartons vers 17h et l’équipage nous annonce que la tempête s ‘est levée en mer et que ça va bien secouer. C’est peu de le dire, les vagues sont énormes et pour changer je suis de nouveau malade, les 2h30 que dure le retour.

Nous arrivons sur la terre ferme vers 20h et trouvons vite une aire de repos ou passer la nuit. Nous nous couchons tous les 3 sans manger, épuisés de cette journée en mer palpitante.

131
131
Publié le 7 novembre 2019

Après une journée chargée en émotion la veille, nous décidons de faire soft aujourd’hui. Nous faisons quelques kms pour arriver à Tumby bay, ou j’ai repéré une boulangerie pour le petit déjeuner. Ca sera salé pour Pat et PG et dont pour moi. Le tout arrosé de lait banane pour patrick, qui adore. Puis nous faisons un petit tour des rues de la ville réputées pour abriter des fresques de street art très belles.

Nous arrivons vers midi à Whyalla, une grande ville pour faire le plein de courses et d’essence. On pique nique prés de la marina où quelques dauphins habitués résident toute kl’année. La ville est aussi connue pour abriter des calamars géants de passage de mai à Aout. Tant pis pour nous!

Nous refaisons 80km en fin d’aprés midi pour dormir à Port Augusta dans un camping repéré sur l’appli wikicamps de mon téléphone.

132
132
Publié le 9 novembre 2019

Ce matin nous quittons Port Augusta pour nous rendre à Barossa valley, la région viticole réputée d’Australie. Nous faisons d ‘abord une pause testostérone avec la visite du National motor museum qui comme son nom l’indique est un musée sur l’histoire de la voiture et les premières traversées de l’Australie, motorisées, pour la distribution du courrier. Il y a aussi 400 sortes de voitures ainsi que la voiture du film Mad max, tourné en Australie. Pat, lui s’extasie devant les voitures tout terrain et PG rêve devant une pièce remplie des plus belles et mythiques motos.

Après la pause déjeuner, nous arrivons en début d’après midi, dans la ville d’Adélaide, surnommée la capitale du vin. Nous visitons en premier lieu la galerie d’art aborigène au South Australia museum dont les oeuvres sont de toute beauté.

Puis arrêt à la place incontournable « victoria square » après un passage par « rundle street », la rue des grandes enseignes de marques.

Nous faisons un arrêt au central market pour déguster des tapas, accompagnés d’un syrah de la mac larren valley (que nous visiterons demain) sous fond de jazz.

Puis retour au camping par le jardin botanique. Cette ville nous a beaucoup plu.

P.S. le soir, au camping, PG tombe nez à nez avec un opossum peu farouche. Il vient nous appeler pour le montrer. C’est le premier à l’état sauvage que nous rencontrons!! Grosse pensée pour ma nini!

133
133

Comme nous avons 5 jours d’avance sur notre programme, nous décidons de faire un bond dans le temps de 13 ans et de retourner sur l’ile des kangourous, endroit que nous avions adoré lors de notre premier road trip en Australie. Ce sera pour demain, le temps de descendre jusqu’à Cape Jervis, pour le ferry.

Nous profitons donc de la journée pour visiter la valley de Mac Larren. D’abord un petit marché local de fermiers, où nous trouvons du pain et de délicieux fromages (à la française). J’ai hate de les gouter car c’est un petit luxe après 4 mois sans!!! Ne reste plus qu’à trouver le vin pour l’accompagner. Nous choisissons, sur conseil du visitor center, la cave de d’Arenberg cube. C’est un endroit complètement atypique: moderne dans son architecture avec son bâtiment en forme de rubiscub et décalé dans sa déco très Dali. Il y a d’ailleurs une expo de scultpures de Dali, tout a fait à leur place dans ce lieu incroyable. Puis nous faisons la dégustation, du vin blanc, au rosé, rouge, jusqu’au vin à dessert. Certaines bouteilles goutées sont très chères. Il faut savoir que cette région viticole produit essentiellement du syrah, ce qui ravie Patrick dont c’est le cépage préféré. Nous jetons notre dévolu sur un cabernet sauvignon petit verdot merlot de 2014, vin plus léger à mon gout et un 90% syrah de 2016, très panique, pour Patrick.

Ensuite rando dans les vignes avant de reprendre la route. Direction le camping le plus proche du ferry, qui va nous emmener demain à 9h, sur l’ile kangourou.

134

A 8h30, nous sommes tous les 3 sur le pont du bateau qui va nous déposer 45mn plus tard à Kangaroos island. Cette ile de 157km de long sur 90km de large, sera-t’elle à nouveau un coup de coeur comme 13ans plus tôt? En tout cas, fini la « gravel road ». Nous commençons tout de suite par nous rendre de l’autre coté de l’ile, sud ouest, dans le « flinders chase NP ». Nous payons le droit d’entrée et filons à Admiral Arch, ou phare du « cape du couedic ». Ici une colonie de lions de mer a élu domicile. Ils sont presque une centaine à se prélasser sur les rochers. Et saison de reproduction oblige, on entend les cris des gros mails se battant pour obtenir un territoire te les femelles qui s’y trouvent. On ne se lasse pas de les observer et on en aperçoit un, à a peine 1m de nous. Magique! Puis nous retournons dans le passé en s’arrêtant à « Remarquable rock », pour la photo mythique de l’ile sur les formations rocheuses. Il nous manque que nos 2 filles pour que l’instant soit parfait.

De retour au visitor center du parc, un ranger nous conseille une rando afin d’aller observer des koalas, des kangourous, enfin toute la faune du parc. Et là, c’est un vrai jardin d’éden dans lequel on déambule parmi les wallabies, les kangourous et les koalas en toute liberté, sans crainte de nous qui passons à quelques mètres d’eux. On observe plein de koalas dans les eucalyptus et on a même la chance d’en voir un par terre en train de remonter sur son arbre. je pourrais le toucher car il est si proche et me regarde sans peur. Un moment inoubliable et magique! Cette ile, sanctuaire de la faune australienne a déjà tenu toutes ses promesses rien que le premier jour. Heureusement que nous sommes revenus la visiter.

P.S. Nous voyons pour la première fois un « échidna » sur la route. C’est le hérisson australien. Puis visite d’un wallabie tout mignon à notre emplacement de camping, visiblement amateur d’épluchures de pommes.

135
135
Publié le 12 novembre 2019

Deuxième jour sur l’ile et dés le matin, déjà une super surprise! Dans l’arbre eucalyptus en face de notre bivouac, Pat découvre un koala à 3m blotti sur une branche et tenant entre ses pates un tout petit bébé. C’est carrément incroyable, je suis aux anges!!

Puis nous continuons notre découverte de l’ile vers le Nord. D’abord arrêt à Little sahara dont les dunes contrastent avec la forêt alentour. On peut les descendre en luge mais nous avons d’autres endroits à visiter, beaucoup plus excitants. C’est seal bay, notre prochaine étape, avec une impressionnante colonie de lions de mer domiciliée sur la plage. On peut les contempler depuis une plateforme d’1 m de haut, soit allongés au soleil, ou les jeunes en train de surfer sur les vagues. Un super moment que nous ne nous lassons pas d’observer.

Nous allons ensuite visiter le KI wildlife park, sorte de zoo des animaux d’Australie avec possibilité de les nourrir et d’interagir avec eux. Malheureusement en 13 ans, tout est beaucoup plus touristique et aseptiseé, et tout est devenu payant. Dommage!!! Le point négatif de l’île. Heureusement qu’il y a nos amis les kangourous que l’on peut nourrir et caresser.

Comme la journée est très chaude et ensoleillée, nous profitons de la plage de « Stokes bay », accessible par un tunnel de 20m dans les falaises. Bon, pour la baignade, il manque encore quelques degrés.

Nous arrivons après 152km tout au nord de l’ile à « Emu bay », avec ses pélicans et sa magnifique plage de sable blanc.

Nous déposons ensuite PG au camping et Pat et moi, allons en ville boire un petit apéro dans un café en bord de mer avec verre de blanc pour moi et bière locale pour Pat, accompagné d’un pain à l’ail, spécialité que l’on trouve dans tous les restos.

136
136
Publié le 16 novembre 2019

Pour cette dernière journée, nous allons nous concentrer sur la partie Nord est de l’île.

Arrêt à Kingscote, la ville principale avec les pélicans et les cygnes noirs sur la plage de la baie.

Bref passage à American river, puis pause déjeuner sur la plage de Penneshaw.

Afin de terminer en beauté cette journée, nous faisons une dégustation dans une cave à vin à « Dudley wine celar door » avec une terrasse dont la vue idyllique donne sur l’océan et les champs de blé.

A 17h, nous sommes de retour au port pour embarquer sur le ferry vers Cape Jervis, où nous allons passer une nouvelle nuit dans le camping le plus proche du port.

137

Nous repartons pour une des dénière grosse journée de conduite. Il nous faut avaler 441km de bitume pour arriver à Naracoorte NP, toujours plus vers le Sud Est. Nous ne sommes maintenant plus très loin de Melbourne.

Afin de ne pas trouver la route trop monotone, nous faisons une halte à Hahndorf, le plus vieux village allemand d’Australie qui date de 1939. On se croirait à Munich avec toutes les tavernes proposant bière, saucisse et spécialités bavaroises. Dommage que c’est le matin, car les restos auraient valu le coup d’y faire une pause pour le diner. On achète quand même de la pâtisserie allemande ainsi que du fromage, et repartons afin d’arriver à Naracoorte caves, où nous avons juste le temps de rejoindre une visite guidée de « blanche cave » , une cave qui servait de lieu de rassemblement dans les années 1800 et de « bat cave ». Les chauves souris y sont filmées en temps réel grâce à des caméras thermiques, qui retransmettent les images et les sons dans une salle de visionnage quelques mètres plus loin. Le ranger nous explique leur vie et habitudes.

Le parc est également classé UNESCO, gràce à la découverte d’un marsupial préhistorique fossilisé dans les grottes calcaires. Comme il est trop tard, nous ne pourrons pas le voir.

Le soir, camping au parc avec dégustation de fromage accompagné d’un syrah. Les kangourous sont en train de manger à quelques pas de nous dans les champs, tout en nous observant de temps en temps.

138
138
Publié le 16 novembre 2019


La nuit a été pluvieuse. Les températures ne dépassent plus les 17° en journée et 10 la nuit. Les conditions de camping deviennent un peu difficiles pour moi!

Ce matin, nous repartons donc pour une matinée de route. Nous quittons l’état « south australia » pour rejoindre le « victoria », et plus 30 mns de décalage horaire. On a donc maintenant 10H d’écart avec la France. Quand vous vous réveillez, nous terminons notre journée!!!

Nous allons emprunter aujourd’hui une partie de la légendaire « great ocean road » de 253km, qui longe l’océan antarctique.

La route débute à Allansford.

Le premier point d’intérêt est « childers cove » où débutent les fameuses et atypiques formations rocheuses, sur une cote escarpée et sauvage.

Nous y faisons une petite pause pique nique sur la plage entre 2 rayons de soleil.

Puis c’est la magnifique « bay of islands » qui se trouve dans une embouchure avec vue à 360°, puis la « baie des martyrs », qui tient son nom de la difficulté d’y naviguer à l’époque des premiers conquérants.

Nous nous arrêtons à tous les points d’intérêts sur cette magnifique route qui nous offre un paysage magique à chaque virage: London bridge, loch tard gorge. On constate que l’endroit est très touristique avec un nombre impressionnant de bus, remplis de touristes chinois. Ca nous change de l’Australie sauvage que nous avons traversé jusqu’à présent.

Arrivés au point d’intérét emblématique de la cote, le « twelve apostles » (12 apôtres), le temps est à nouveau à la pluie, au vent et au ciel gris. Nous décidons donc d’aller nous mettre à l’abri dans un camping proche. Nous t’enterons notre chance demain, afin d’avoir de belles photos de ces formations rocheuses, beautés éphémères de la nature, car il n’en reste plus que 8 sur les 12, la dernière s’étant effondré en 2005.

139
139
Publié le 17 novembre 2019

Malgré la tempête et la pluie, nous ressentons notre chance et retournons sur nos pas, visiter « Loch ard gorge », bâclé la veille à cause du monde et des conditions climatiques. Par chance, nous descendons sur la plage voir la gorge et ses grottes entre 2 averses, le temps d’une photo. Pour les 12 apôtres, moins de chance!

Nous continuons notre visite de la « great ocean road » avec arrêt à tous les points d’intérêts. D’abord à Cape Otway avec la visite du plus beau et vieux phare d’Australie. Puis arrêt photo des plages d’Apollo bay. Nous pénétrons le territoire des surfeurs.

A kenneth river, nous nous arrêtons dans un parc peuplé quasiment que d’eucalyptus. Donc qui dit Eucalyptus dit koala. Ils sont bien là, mais la véritable attraction sera les perroquets, visiblement nourris par les touristes, qui s’amusent à voler de tête en tête pour le plus grand plaisir de Pat et PG. Moi, je reste en retrait car j’ai toujours peur des oiseaux, enfin moins qu’avant. Je les aime de loin! Chacun son territoire. Cet intermède terminé, nous arrêtons à la mythique « Bell’s beach » que les amateurs du film Point break avec Patrick Swayze, voient de quoi je parle. Ici, nous sommes dans la capitale mondiale du surf et dans la ville de Torquay on ne trouve que des magasins de vêtement de surf, toutes les plus grandes marques de sportswear et de randonnée. C’est la cool attitude partout et on ne croise que des crinières décolorées.

On se boit une petite Corona avec Pat, devant la torquay surf beach avec vue sur les surfeurs. Un autre monde!!

Puis camping aseptic pour la wifi et la laundry.

140
140
Publié le 17 novembre 2019

Comme nous sommes dans la capitale du surf, nous faisons un petit tour dans les boutiques sportswear type billabong ou oneill. PG se trouve un nouveau sweat d’une marque de skate, en remplaçant de son Hollister troué et Pat luis se trouve une chemise à fleurs, que portent tous les australiens.

Nous repassons à Bell’s beach pour regarder les surfeurs, très nombreux sur l’eau car c’est le week end. Après quelques courses nous partons en direction de Queenscliff pour prendre le ferry qui va nous emmener de l’autre coté de la baie de Port Phillip, à Sorrento.

Nous y arrivons vers 12h30 et embarquons dans le bateau de 14h après un déjeuner sur la jetée.

Après 40mn de traversée, nous sommes arrivés et nous dirigeons à London bridge lockout, formation rocheuse en forme de pont que nous découvrons depuis la plage.

De retour dans la très jolie ville de Sorrento, nous flanons en ville.

En fin de journée, nous nous arrêtons à Rosebud, ou nous avons repéré un camping. C’est justement un week end festif dans la ville avec exposition de vieilles voitures. Bien sur les mecs ne résistent pas à aller jeter un coup d’oeil!!

141
141

Aujourd’hui, c’est OFF!! En effet nous partons pour Phillip Island et comme la météo prévoit une belle journée ensoleillée à partir de demain, nous préférons attendre pour visiter cette ile qui recèle une faune et une flore ainsi que des paysages magnifiques et variés.

Ce matin petite rando à Cape Schanck avec une vue sur les fallaitses dentelées et le vieux phare.

La journée c’est repos, mais c’est CNED pour PG et moi qui devons taper les DS.

142
142
                                                                                      la plage des manchots avant leur arrivée

Ce matin, Patrick est sur le pied de guerre, une après-midi off, c’est trop pour lui.

D’abord petit trek matinal de 2h15, « le cape woolamai beacon walk » qui débute sur la plage jusqu’à aller observer les pinacles (formations rocheuses ressemblant à des menhirs). Puis nous montons jusqu’à la partie la plus élevée sur l’ile avec vue à 360° sur les 2 cotes du cap.

Vers 10h, nous nous rendons au visitor center afin d’acheter les pass pour les activités payantes de la journée. D’abord « koala réserve » où nous déambulons parmi les eucalyptus à la recherche des koalas, en train de dormir. Ce n’est pas pour rien, qu’on les surnomme les paresseux d’Australie. On a quand même la chance d’en voir un se mouvoir jusqu’à un autre arbre.

Après notre rituel pique nique, petite balade à « Rhyll onlet », les marécages et mangrove de l’ile avec les moustiques en accompagnants!!

Ensuite nous nous dirigeons tout au sud ouest de l’ile au « Noobies océan center » qui pour le plus grand bonheur de Patrick est une immersion interactive sur le continent le plus extreme du monde: l’Antarctique, qui se trouve à 3700 km à peine de l4australie. Peut être un signe pour dans quelques semaines quand nous serons à Ushuaia. En tout cas l’expo est ludique et intéressante avec l’utilisation de la technologie de réalité augmenté.

Avant de nous rendre au défilé crépusculaire des pingouins, petit trek vers la pointe Sud Ouest de l’île, prénommé « the nobbies » pour sa colonie de 25000 otaries disséminées sur « Seal rock ». Pour les voir, il faudrait réserver une excursion en bateau.

Par contre lors de notre promenade, nous apercevons quelques pingouins dissimulés dans leur terrier. Ce sont surement des bébés, attendant le retour de leur mère nourricière. C’est à ce rituel que nous allons assister.

A 20h 30, nous sommes installés sur des estrades devant l’océan afin de voir émerger de l’eau, le fameux manchot pygmée qui est le plus petit manchot du monde, à peine 33cm. On les voit arriver par groupes, traverser la plage, pour se rendre quelques mètres plus loin à leur terrier. C’est un rituel naturel qu’ils reproduisent de génération en génération. On entend leurs petits cris à la recherche de leur bébé, ou de leur maman. On peut les suivre en train de courir pour se mettre à l’abri, car c’est le momentt où ils sont le plus vulnérable pour les prédateurs. C’est d’ailleurs pouruoi, ils ne sortent de l’eau que la nuit venue. Ils sont vraiment super adorables et mignons quand ils nourrissent leur bébé, car ils ont péché toute la journée et emmagasiné de la nourriture dans leur estomac qu’ils régurgitent pout donner à leur petit. C’est un moment magique de la nature, auquel nous avons pu assister.

P.S. les photos des pingouins sont interdites!

143

Après la soirée magique de la veille, ce matin réveil tranquille car nous allons faire un musée de l’étrange avec plein d’attractions marrantes et originales: c’est « amaze’n things ». Par exemple des effets otiques, des tours de magie!

Vers midi, nous sommes de retour de l’autre coté du pont, à la sortie de l’ile pour aller voir les pélicans qui sont nourris tous les jours de l’année à cette heure. Sauf le jour de Noel, plaisante la ranger!! Je ne me lasse pas de les regarder, ils sont vraiment majestueux et quelle agilité pour attraper les poissons.

Puis nous voici partis pour Melbourne, réputée pour être la plus belle ville de l’Océanie. Mais c’est une énorme ville et nous mettons un temps fou à circuler jusqu’au centre, ainsi que pour trouver un parking.

Nous avons juste le temps de prendre de la doc au visitor, avant de repartir pour le camping situé à 15km de la ville, avant qu’il ne ferme.

144

Nous sommes impatients d'aller découvrir Melbourne ce matin, en plus la journée s'annonce chaude et ensoleillée. Melbourne est réputée pour être une des villes les plus cool du monde avec une architecture des plus diversifiée.

Nous nous garons donc au queen victoria market, le plus grand marché à ciel ouvert de l'hémisphère sud, comportant 7 hectares de nourriture essentiellement. Nous allons y manger ce soir car tous les mercredi, c'est le summer night market.

Nous empruntons ensuite, la Elisabeth street, la rue la plus vivante de la ville pour nous rendre jusqu'à "copp's shot tower". C'est le symbole de la ville, construite en 1888, mesurant 50m de haut, sous le dôme en verre de la gare centrale. Mélange de modernité et d'ancien, comme partout d'ailleurs dans la ville. C'est ce qui en fait son charme. Nous traversons ensuite, la "Hosier lane", rue remplie de street art avec des fresques toutes plus originales les unes que les autres.

Nouvel arrêt à "fédération square", un complexe moderne et culturel, lieu de rassemblement des melbourniens.

Nous traversons ensuite un des ponts enjambant la "yarra river" pour arriver sur ses quais et ses docks: nous trouvons une péniche amarée dont les fauteuils et les lits nous font de l'oeil, pour un petit apéro sympa. Nous flanons sur les quais toute la journée, sans oublier de faire un tour par l'immense centre commercial rempli de toutes les marques australiennes. Nous en profitons pour y déjeuner Thai et nous rhabiller. Pas du luxe!!!! Ce quartier des docks que l'on traverse au fil de l'eau, est vraiment un coup de coeur pour nous. Cette ville tient vraiment ses promesses. Il y fait bon vivre.

Le soir comme prévu, nous mangeons au market ou toutes les cuisines du monde sont représentées. Il ne reste plus qu’à choisir notre destination gastronomique! J’opte pour la cuisine chypriote qui me donne très envie. Cela s’avère être un excellent choix. Puis gaufre New Yorkaise en dessert. Ici, Fleurane serait au paradis!!!

145
145
Publié le 27 novembre 2019
                                                                                                                    Pas sage😛pas d...

Nous continuons notre découverte de Melbourne par le quartier « fitzroy » en banlieue proche. C’est le plus vieux quartier, très ambiance bobo chic avec ses friperies et ses bars originaux dans la célèbre « brunswick street ».

Puis nous nous garons au market où nous achetons un kilo de cerises pour notre pique nique. Et oui, ici dans quelques jours ce sera l’été.

Puis nous visitons Docklands, sans trop grand intérêt. Surtout qu’un vent venu du bush se met à souffler très fort, comme une mini tempête de sable. Nous allons nous mettre à l’abri sur les quais de la Yarra river.

Une fois la tempête passée, nous continuons jusqu’au centre ville et faisons quelques boutiques ainsi que les vitrines de Noel des grands magasins. Nous tombons sur un marchand de glace robotisé. Ici, pas d’humain, le robot s’occupe de tout: la commande, préparer la glace et servir! C’est carrément génial, futuriste et flippant pour l’avenir.

On termine par un roof top, dont la vue donne sur le centre ville, ce n’est pas pour rien que cette ville a été élue 5 fois de suite, la plus agréable à vivre au monde:la city zen. En tout cas, moi j’adore et je valide!

Le soir nous avons un petit logement réservé 10 mois plus tôt dans le quartier St Kilda, face au front de mer. La banlieue surf et cool de la ville. On se commande une pizza monster, afin de profiter de la soirée. Un vrai lit, le bonheur!!!

146
146
Publié le 27 novembre 2019

Après une nuit dans un vrai lit, on se réveille tous en forme. Comme c’est le départ pour la Tasmanie, la journée va être courte. En effet, nous allons naviguer de nuit. Le départ du bateau est prévu à 19h30, mais nous devons être à 17h au port pour l’embarquement. Nous faisons donc les courses à St Kilda, pour le repas sur le bateau, ainsi que pour les jours à venir et profitons de flâner dans la rue principale de ce joli quartier.

Nous retournons ensuite vers midi, sur les quais de Melbourne avec déjeuner dans un resto burger avec viande grillée de Tasmanie. Un régal!

Après avoir flans tout le reste de la journée sur les docks, nous sommes de retour au port vers 17h et embarquons dans le spirit of Tasmania. Nous devrions être arrivés demain matin à 5h30 en Tasmanie.

147
147
Publié le 27 novembre 2019

Nous débarquons à 6h du matin, après une nuit un peu difficile et sans sommeil, à Devonport en Tasmanie. Comme le temps est pluvieux, nous décidons de changer notre programme initial et allons plutôt visiter des villes que faire des rands, très prisées en Tasmanie car cette ile est préservée de l’agitation touristique et de l’empreinte de l’homme moderne. Elle est d’ailleurs classée UNESCO. Nous commençons par la visite de « Trowunna wildlife park » à Mole creek, afin de voir le fameux diable de Tasmanie qui est le premier carnivore marsupial du monde. Il est malheureusement en voie d’extinction à cause d’une maladie qui le décime, et que les australiens n’arrivent pas à stopper. Il est donc quasi impossible de le voir à l’etât sauvage, c’est pourquoi nous choisissons un parc très peu touristique et en pleine nature pour le découvrir. Il est tout noir et ses dents sont impressionnantes: il peut en effet manger des herbivores, tels les kangourous ou les poussums, en entier, os compris! PG retrouve avec plaisir ses kangourous qu’il peut nourrir. Nous voyons aussi des wombats, également en voie de disparition! Puis après ce parc magnifique nous nous rendons dans la plus grande ville de l’île, Launceston, ou nous faisons un pique nique dans un parc. Nous finissons la journée prés de St Helens ou nous avons trouvé un camping sauvage pour la nuit.