"Tout ce que vous avez à faire, c'est de décider de partir et le plus dur est fait" Virginie & Guy & Izzie (le toutou) et notre camping-car !

Carnet de voyage

Hongrie / Roumanie 2016

81 étapes
20 commentaires
2
Voyage de Moselle à la mer Noire en camping-car par Virginie &Guy (+ Izzie) de France en Allemagne, Autriche, Hongrie et Roumanie et retour ! 7500 km
Août 2016
25 jours
Partager ce carnet de voyage
1
le parcours de prévu, les cartes routières et les guides, on est prêt

pour mieux nous connaitre : cliquez ICI | pour voir tous les voyages de Virginie & Guy : cliquez ICI

2

Nous sommes impatients de prendre la route avec notre camping car qui n'est plus très jeune, comme nous d'ailleurs : un intégral Pilote 19 ans et 225 000 km au compteur.

Nous sommes bien chargé, nous avons fait des provisions pour les premiers jours de route.

Départ pour les vacances tant attendues, nous parcourons environ 400 kilomètres, pour passer la nuit sur un air de parking près de Munich

première vue sur les Alpes bavaroise, une mer de nuage au loin 
3

Samedi 13 août : Réveil 7h, il faut acheter la vignette pour l’AUTRICHE, 8,80 euros. Nous avons encore 400 kilomètres à parcourir avant le premier point de visite, la petite ville de GRAZ en Autriche et son château.

4

C’est reparti pour 300 kilomètres, passons en HONGRIE à nouveau il nous faut acheter une vignette, ne trouvons rien pour échanger nos euros en lé monnaie du pays à diviser à peu près par 4 pour avoir le prix en euros. Nous arrêtons à HEVIZ dans un camping, heureusement ils acceptent les chiens, c’est vrai Izzie notre chienne fait partie du voyage. Il se situe près d’une rivière aux eaux thermales. Pour l’instant après deux jours à conduire nous nous posons, décompressons, un bon repas, et au lit, bonne nuit.

Dimanche 14 août : A environ une centaine de mètres de camping se trouve une petite rivière thermale, au milieu des nénuphars, et de petits poissons mordeurs par endroits, oui oui Guy saigne aux mollets en sortant de l’eau, qui est naturellement chaude et agréable. Plus loin se trouve un immense complexe avec piscine payant pour un bain thermal. Nous nous contentons de notre petite rivière bien agréable. Nous payons 24 euros pour le camping.

la rivière gratuite, la piscine officielle 
5

C’est la visite du parc du château de KISKESZTELHY qui nous attend, nous ne visiterons que les jardins

6

Ensuite direction le lac de BALATON, le plus grand lac d’Europe, le guide nous avait bien prévenue : des dizaines de milliers de touristes Hongrois, germaniques, et nordiques y affluent. Nous avons bien tenté, les paysages désespérément plats, les campings qui se succèdent, pas d’accès ou peu aux plages et encore à condition de trouver une place de stationnement. La rive nord est plus vallonnée, verdoyante, mais tout aussi touristique. Nous essayons la presqu’île de TIHANY, regrettons de nous y être engagés, tellement de gens stationnés que nous avons du mal à faire un demi-tour pour en sortir. AU SECOURS.

c'est tout ce que nous verrons du village de Tihany  
7

Nous quittons le lac pour la petite ville de PECS, super c’est un accueil avec pleine d’animation, qui nous attend, nous stationnons facilement, et place au spectacle. Groupes folkloriques qui invitent les touristes à se joindre à leur danse, musique et chants entraînants, des stands avec les spécialités culinaires du pays, une superbe église surplombe la place, nous nous promenons volontiers jusqu’à une autre place très belle également. Ce n’est pas tout mais il est l’heure de chercher une place pour la soirée, que nous trouvons sur un sommet boisé, pas très loin, parking bien au calme. Bonne nuit.

8

Lundi 15 août

Départ de notre petit coin 7h30 il fait 17 degrés. Un arrêt au mémorial MOHACS, ouverture 9h nous sommes beaucoup trop tôt, quelques photos et nous continuons pour 140 kilomètres pour la prochaine étape, il faut compter environ 2h30 pour les parcourir. Nous prenons notre temps il fait beau et chaud.

9

Kecskemet jolie ville avec une très belle place centrale piétonne, hôtel de ville superbe, et des églises, nous y flânons une bonne heure, l’endroit est agréable.


Nous retournons au CC avec une petite faim, arrêt dans un resto pour déguster des Torokfai, plat à base d’escalopes panées et farcies avec une sauce au paprika, poivrons, tomates, oignons, très copieux et vraiment très bons, le tout pour 8 euros par personne boissons comprises.

10


sur la route nous faisons un détour par BUGAC : 7Flèches plantées dans le sol. Aucun intérêt pour nous car nous ne connaissons pas l'histoire du pays et ne lisons que ce qui se trouve dans le guide : pas grand chose

11

Pour ce soir nous nous arrêtons dans un camping en Hongrie le camping sauvage est interdit, et même bravant quelquefois ses règles nous avons des difficultés à trouver un emplacement.

Nous trouvons à SZEGED un camping dans la verdure au bord d’un lac, où nous nous rafraîchissons avec grand plaisir. Pas grand monde, de l’espace, parfait.


Mardi 16 août : Petit déjeuner et baignade prenons notre temps. Nous décidons de lever le camp pour 11h il faut de toute façon être sorti pour midi du camping. Il fait 31 degrés, mais ici le temps est lourd, pas de vent. Nous visitons SZEGED, tout prêt de la Serbie et de la Roumanie. Visite de la vieille ville, et sa superbe église.

12

Nous passons ensuite la frontière Roumaine, une longue file d’attente, ils vérifient les papiers à tous. Allez c’est passé sans encombre, nous décalons nos montres d’une heure en avance, ici décalage horaire. Et nous découvrirons par la suite un décalage dans les années, à travers la population, dépaysement assuré. Première étape ARAD, petit arrêt nous profitons néanmoins de ses très belles bâtisses.

13

Etape suivante TIMISOARA, nous y passons plus d’une heure dans les bouchons, le GPS nous fait tourner en rond, aucun panneau ne signale la vieille ville, après avoir fait le tour de tous les faubourgs. Nous sommes choqués par la vétusté des immeubles et par le luxe de certaines voitures. Nous commençons aussi à découvrir la circulation roumaine ... les piétons qui traversent n'importe où, les dépassement, ... Toute la ville semble en travaux, nous nous perdons ...

Les surprises sur la route, des chevaux, des piétons. Nous décidons de continuer prochain point, un monastère situé à 300 kilomètres, il est 19h et le GPS nous prévoit 5h40 pour les parcourir.une centaine pour ce soir, nous dormons dans un petit village, calme. Bonne nuit.

14

Mercredi 17 août : Nous démarrons relativement tôt, avons encore 200 kilomètres et sur les soit disant routes ; Nous traversons des villages ou de vieilles femmes avec leur foulard typique, marchant sur des kilomètres, nous en rencontrons au milieu de nulle part, des hommes cherchant de l’eau chargés de bidons vide à remplir, des charrettes tirées par des chevaux pour aller travailler au champ, devant leur maison des fruits disposés sur une assiette à vendre, ou des légumes de leur potager, ils sont assis là pendant des heures, et les chiens errants parfois seuls, d’autres fois en meutes de trois ou quatre, ils sont partout aucun n’a été agressif. Nous avons encore quelques heures avant d’atteindre le monastère de BARSANA. Environ à 6kilomètres de l’arrivée, la route se transforme quasiment en piste, nous continuons malgré les cailloux, et les ornières, ça monte bien, à 2,4 kilomètres de l’arrivée le camping car ne veut plus le témoin d’eau s’allume, il patine. Les manœuvres seront nombreuses et assez difficiles pour faire demi tour.


Retour au village précédant, où nous nous offrons un restaurant, oui oui c’est mon anniversaire. Un super plat du pays polenta avec viande sauce paprika, crème, très bien servi et surtout très bon, avec un pichet de vin le tout pour 12 euros. De quoi récupérer de nos émotions. Nous en profitons pour demander où se trouve le monastère, le point GPS est faux il est à 300 kilomètres du point où nous nous trouvons et le sentier que nous avons pris ne menait nulle part. Bien repus, nous reprenons le chemin pour la ville de SIBIU.

15

Nous y passons un bon moment, rues pavées, une superbe église Orthodoxe, , et la place mica, suivie de de la grande place entourée de très belles maisons rénovées aux tons pastels. Sans oublier le pont des mensonges, datant de 1859, pour certains ils servait de transactions commerciales, pour les plus romantiques, c’est ici que les jeunes hommes prétendaient leur amour éternel à leur fiancée…… toujours est t’il que qui franchit ce pont en proférant un mensonge, s’expose aux pire tourments… à bon entendeur .


Rejoignons le camping car. Le point suivant se trouve à 170 kilomètre, le temps est beau et chaud. le GPS, nous indique 2h43 pour l’atteindre. Nous arrêtons avant il est 19H et trouvons une place pas loin du monastère de TURNU que nous avions prévu de visiter, au bord d’une rivière bien au calme. Bonne nuit

16

Jeudi 18 août

La journée démarre par la visite du Monastère de TURNU, très bien entretenu avec ses géraniums, une grotte, deux églises orthodoxes avec des plafonds sublimement peints, des dorures, les femmes orthodoxes partout, mettent un foulard pour venir y prier. J’oubliais leur immense potager sans une mauvaise herbe. Un endroit paisible où l’on se sent bien.

17

Ensuite village hyper touristique d’HOREZU, connu pour ses céramiques artisanales. Des stands longe toute sa rue. Nous nous arrêtons visite pour voir leur artisanat. Bien à nous, nous n’en retrouverons nulle part d’autre en Roumanie. Dans la folie des achats, nous oublions de voir le monastère qui a 3 étoiles dans le guide ....

18

La route qui nous mène à BERESTI est en béton, avec ornières. Nous traversons des villages très différents entres maisons délabrées habitées, et d’autres bien rénovées, le tout se mélangeant, ici les habitants cherchent encore l’eau au puits, de nombreuses carrioles chargées avec toute la famille sur le foin qu’elles transportent et toujours ces pauvres chiens errants.

19

Nous passons toute l’après midi pour atteindre le col de TRANSFAGARASAN à 2040 mètres d’altitude. La route est longue cà monte !

sur la route ... 

Nous montons vers le barrage de Vidranu, la vallée est encaissée ... pour arriver au barrage de Vidranu

Au premier parking après le barrage, loin de la foule nous découvrons sur un petit parking ...

Lorsque IZZIE notre chienne se montre à la fenêtre du camping-car, l'ours se met debout ... superbe ... nous quittons les lieues en leur laissant leur liberté ... rencontre inattendue et inoubliable avec des ours sauvages ...

çà monte,  çà chauffe, le tunnel au sommet pour passer dans l'autre vallée ...

Le camping car n’aime pas trop, il fait chaud, nous sommes quitte de faire des arrêts pour refroidir l’eau, et nous ne sommes pas les seuls, nous croisons multitudes de voitures avec le capot ouvert. Au sommet un orage nous attend, nous trouvons un immense parking avec stands et spécialités culinaires du pays. Pas d’autre endroit pour s’arrêter, il pleut des cordes, nous payons environ 4,56 euros c’est précis, ici nous payons en leid il faut diviser par 4, la calculette nous donne la somme exacte………………… pour stationner avec le droit d’y dormir. Nous devinons un paysage superbe, une bonne soupe oui oui et au lit bonne nuit.

20

Vendredi 19 août : Au réveil un temps superbe, c’est encore plus beau, une petite promenade s’impose, vue sur la plaine au loin et sa route tout en lacet qui permet de rejoindre le plat pays.ici beaucoup de gens dorment en camping sauvage pour la randonnée.

21

Nous démarrons il n’est que 9h il fait 8 degrés, nous apprécions après les grosses chaleurs. Nous avons environ 200 kilomètres à parcourir pour l’étape suivante et plus de 3h de route. Nous arrivons à BRAN où se trouve le château de DRACULA ; pour midi, il fait jour nous n’avons pas peur, il dort. GROSSE DECEPTION, la petite ville est inaccessible, des centaines de touristes, nous prenons le château de loin du camping car, la folie, impossible de stationner. A des kilomètres nous trouvons une place elle sera pour un petit repas sur le pouce et dégager rapidement.


22

C’est reparti pour environ une centaine de kilomètres pour 2h40 de route, pas le temps de se reposer pour Guy. En compensassions nous passons de s paysages alpins vraiment superbes, avant de nous retrouver sur une interminables plaine. Nous arrivons à TARGOVISTE, petite promenade dans ses rues piétonnes. Rien de très particulier.

Malheureusement tous les parkings  ressemblent à des poubelles. Beaucoup de vendeuses de fruits et légumes au bord de la route
TARGOVISTE 
23

C’est parti pour NUCET et son monastère orthodoxe. Entrée gratuite, très mignon agréable de s’y promener. Nous stationnons près d’une rivière pas très loin, au milieu des champs au calme. Bonne nuit.

à gauche, chiens errants ... 
24

Samedi 20 août : Première étape, la capitale BUCAREST ; il est 8h il fait 20 degrés. Visite du Mogosoaia Palace au nord de la ville.

Nous en ferons le tour en camping car, pas d’embouteillages, nous stationnons à côté du superbe palais impérial. Nous faisons le tour de la ville relativement rapidement.

juste un petit aperçu de Bucarest, nous sillonnons les grands boulevard
25

Et c’est parti pour la mer Noire, située à environs 200 kilomètres, il fait 34 degrés, là encore c’est un paysage plat, de terres agricoles, interminable. Arrivons à CONSTANTA, ce n’est qu’une succession d’hôtels faisans barrière devant la mer et ses plages. Tout est pris d’assaut par des estivants, quasiment tous roumains, il est vrai que nous n’avons croisé que très peu d’étrangers depuis notre arrivée. Après une dizaine de kilomètres nous trouvons une place accéder au bord de mer, nous y trempons symboliquement les pieds. Nous pensions y sejourner pour se relaxer dans un camping, mais la harde de touriste nous en dissuade.

des champs à perte de vue sur 200 km depuis Bucarest ... 
 la mer presque inaccessible ... des murs de bétons ...
26

Remontons vers le nord pour HISTRIA visite d’un site archéologique, 7 kilomètres de route hyper cahoteuse pour l’atteindre. Repas dans un petit restaurant spécialité carpe et polenta, sauce paprika. Nous passons la nuit sur son parking. Bonne nuit.

27

Dimanche 21 août : Départ 9h avec 27 degrés. TULCEA à 1592 kilomètres à vol d’oiseau de la maison et 3000 kilomètres déjà effectué en camping car. Tulcea est la porte du Delta du Danube., après avoir parcouru 2850 kilomètres et traversé dix pays, il se disperse en bras majeurs avant de rencontrer la Mer Noire.


Nous nous arrêtons à ISSACEA pour l’approcher au plus près. Le temps de faire une ou deux photos, voilà deux douaniers qui viennent nous interdire de le photographier d’ici, l’Ukraine est en face a priori territoire de l’armée ? nous longeons la frontière avec l'Ukraine ...




Nous voilà repartis pour BRAILA, où nous prenons le ferry pour passer le Danube. Nous payons environs 12 euros la traversée de celui-ci ne dure pas dix minutes. Enfin , c’était le ferry ou 200 kilomètres de détour.


des venderus de fruits, des câbles électriques partout, des charrettes sur la route 
28

Un petit arrêt pour un repas sur le pouce, et c’est reparti pour BERCA site volcanique, se situant, à environ 114 kilomètres et il faut compter 1h56 pour les parcourir nous dit le GPS. Nous à atteignons le site de NOROIOSI, après une bonne galère pour le trouver, entrée 1 euro par personne. Situé au milieu de paysages verdoyants, nous voilà face à un paysage lunaire. Rien ne pousse sur cette terre salée de quelques hectares. Quelques petits volcans avec leur cratère laissant apparaître une boue argileuse, bouillante, grise et épaisse. Ses vertus sont à priori bonnes pour la peau, alors j’essaie. Un autre site existe à quelques kilomètres de là.

Nous nous arrêtons sur le tout petit parking gratuit pour ce soir les touristes s’en vont nous sortons, table et chaise, la vue sur les prairies avoisinantes est agréable, un bon repas bien au calme. Bonne nuit.

29

Lundi 22 août : Nous démarrons 8h direction SLANIC, pour la visite de la plus grande mine de sel d’Europe, très recommandée par les différents guides. Quel déception ouverte tous les jours sauf le lundi, dommage. Nous sommes d’autant plus déçus que la suite du circuit, ne nous fera pas retourner dans le coin.

toujours des marcheurs en bord de route ... 
30

Après quelques heures pour arriver au château de SINAIA , même chose fermé le lundi, nous aurions être dû être plus prévoyants, nous nous promenons néanmoins dans son joli parc.

toujours des vendeurs de broderie 
un hôtel entoure les deux chateaux
31

C’est à BRASOV, que nous prenons un petit peu de temps pour nous détendre, promenade dans la vieille ville, sa grande place avec sa superbe église orthodoxe, ses terrasses, c’est bien agréable. Nous essuyons plusieurs orages le temps est lourd.

32

Nous trouvons un parking à côté de notre prochain point, l’incroyable église forteresse évangélique saxonne à PREJMER. La nuit est quasiment tombé, lorsque nous entendons claqueter nous sortons et là un spectacle, un ballet, de cigognes nous entoure, ainsi que tous les toits avoisinants, c’est inattendu et superbe à la fois. L’orage gronde à nouveau, la pluie s’invite, il est temps d’aller au lit. Bonne nuit.

encore une église orthodoxe  et de belles fermes de village
l'église fortifiée , à droite l'entrée ...
des cigognes sur tous les toits ...

Mardi 23 août : Le temps est à la pluie. Nous débutons par la visite de la forteresse. Elle se présente dans une enceinte circulaire, une galerie en demi-lune donne accès à la cour centrale dans laquelle se trouve l’église, et tout autour ces sont 270 pièces aménagées dans les murs dans l’enceinte, pouvant atteindre 4 mètres d’épaisseur. Ici vivait tout un village.

l'épaisseur des murs impressionnantes 
33

après 7 km de routes chaotiques, nous arrivons au bout de monde : Viscri ! Ici tout respire le vieux ! les habitants essayent de retenir le touriste surtout sous la pluie comme aujourd'hui.

route du bout du monde ... 
l'église fortifiée 
petit aperçu de ce village 
34

SASCHITZ arrêt photo, il pleut des cordes, tant pis pour la visite du château, et l'église est fermée, dommage !

un panneau très instructif indique comment il faut rénover !!! 
35

SIGHISOARA, ville natale de Dracula. La pluie a cessé. Promenade dans ses ruelles, nous montons au sommet par des escaliers couvert en bois, la déception d’arrivée de une école, une église payante, et absolument aucune vue sur la ville ou ses environs. Retour vers notre camping car. Pour ce soir nous nous arrêtons dans un camping à SOVOTA, station thermale. Nous payons 12 euros, pas de confort particulier, bonne nuit.

avez vous le choix en carte postale ? les cimetière pas entretenus ! une miche de pain pour servir de la goulache  
36

SOVOTA très touristique, possède plusieurs lac salés, le plus important est le lac de l’Ours, que nous ne verrons que du haut de notre camping car, la ville étant embouteillé, le stationnement impossible, nous abandonnons.

37

Visite des mines de sel de PRAID, nous trouvons un parking qui n’est pas encore complet, 7 euros. Ici aussi c’est galère. Les mines ne sont accessibles qu’en bus 6 euros. Et là c’est l’inattendue l’incroyable, transformées en gigantesque parc, manèges, tables de pic nic, bar, terrain de jeux, magasins, et même une église, plutôt étranges ces mines de sel.

moi qui pensait visiter une mine, je visite un parc d’attraction  sous terre ...
38

C’est parti pour le Lac Rouge appelé ainsi par la couleur que lui donnent ses eaux ferrugineuses. Là encore, stands de tout et de rien, trampoline, location de barques, nous y faisons un petit tour jusqu’au petit lac, pour l’avoir vu. Il est vrai que depuis que nous sommes dans le Nord du pays tout est beaucoup plus touristique, toutes nationalités confondues ; nous n’étions pas habitués à cela depuis notre arrivée en Roumanie.

Des paysages verdoyants, puis montagneux nous emmènent à BICAZ, nous en faisons le tour, il est vraiment superbe, appelé également lac d’IZORUL. Nous trouvons un petit coin tranquille au bord de celui-ci, avec bien entendu des chiens errants, qui nous empêchent de promener Izzie qui ne demande pas mieux que de flirter avec eux. Il fait frais ce n’est désagréable. Bonne nuit.

 lac d’IZORUL 
39

Jeudi 25 août : Réveil au milieu d’un troupeau de mouton, la vue avec l’éclairage du matin est superbe. Nous continuons notre tour du lac.

40

Le premier est celui de SECU, ressemblant à une forteresse, avec dans la cour intérieure, son église, et les appartements.

41

Le superbe séminaire JACOB et ses façades peintes ;

fantastique  !!
42

celui de NEAMT le plus grand monastère pour hommes du pays, dans sa cour intérieur très simple, une église datant de 1497.

43

Nous faisons un petit détour pour visiter la forteresse de CETALEA NEAMT, dominant la vallée du Neamţ, il faut s’y rendre à pied. Entrée payante.

44

Le monastère suivant DRAGOMIRNA, visite 3 euros par personne, un surplus est demandé pour les photos. Il est tenue par des sœurs, c’est encore un autre style d’architecture, avec toujours la cour intérieure et l’église placée au centre. Un chemin de ronde autour des remparts et ses tours carrées, lui donnent un aspect de forteresse. Nous stationnons sur un grand parking, il n’y a personne, il n’est pas tard, nous profitons par nous relaxer. Bonne nuit.

45

Vendredi 26 août

Nous avons passé une nuit bien calme, départ 9h il fait déjà 19 degrés. RADAUTI, c’est là où se trouve la plus ancienne église de pierre de Moldavie. C’était sans compter une immense braderie, et une impossibilité de trouver une place de stationnement.

traditionnel et hyper moderne ... 
46

Nous passons dans région où les voïvodes ont laissé à la BUCOVINE, des monastères, avec leurs églises coiffées de toits démesurés et évasés. Sur leur façades, les artiste s ont peint la Bible, ainsi que leur monde familier.

47

Nous débutons par le monastère sera le premier de notre prodigieuse journée. SUCEVITA et ses façades peintes, MOLDOVITA dans son écrin de verdure, HUMORULUI au centre d’un charmant village, VORONET, situé au cœur du village, il est dit que son église à été construite en 3 mois et 3 semaines, quand à la couleur de fond de ses fresques est d’un bleu unique, dont la résistance au temps est une énigme………on l’appelle le BLEU DE VORONET. Autour du monastère une multitude de stands, à touristes.

SUCEVITA  
MOLDOVITA 
HUMORULUI  
48

Nous entamons la montée via le col de PRISLOP, nous apercevons quelques camps de roms dans les clairières, quand à la route, des ornières à n’en plus finir, le camping-car est balloté et nous avec, sans oublier les vaches, et les chiens errants qui se promènent partout, incroyable, et sans exagération.

nous n'avons pas photographié les enfants pieds nus ....  

Les paysages sont néanmoins jolis, montagneux, verdoyants, boisés. Nous atteignons enfin le col de PRISLOP à 1416 mètres d’altitude. La vue est superbe ; un temple récemment construit trône fièrement. Nous stationnons près de la pension Cabana Alpina ça peut intéresser les camping caristes. Nous profitons du coucher de soleil sur les sommets, bonne nuit.

49

Samedi 27 août : Réveil fastidieux, un car de touristes, c’est arrêté durant la nuit, pour faire refroidir son moteur ? En tout cas il est resté un bout de temps, avec des gens qui braillaient, riaient, et nous à l'affut derrière les fenêtres. Nous redescendons le col par une route bien plus entretenue, nous traversons des villages encore très typiques de par leurs habitations et leurs habitants. Nous atteignons BORSA station de ski où nous ne nous arrêtons pas RAS.

50

Le village de LEUD, bien connu pour ses beaux portails, il est tout en longueur, nous le parcourons en camping car et apprécions certains qui ressemblent à des œuvres d’art sculptées.

51

Monastère de BARSANA, un des rares où l’entrée et les photos sont gratuites. Situé sur une vaste pelouse susceptible de recevoir beaucoup de pèlerins, il excelle par la beauté de ses bâtiments et de son parc si bien fleuris, un entretien quasi parfait, moins rustique et plus tape à l’œil tout ceux que nous avons vu. Jusqu'à présent, mais vraiment très beau.

52

Nous nous arrêtons pour visiter le cimetière joyeux à SAPANTA. Il vaut le détour, c’est un artisan local, a sculpté, peint les croix des tombes du village. Ainsi, elles sont toutes personnalisés, par une représentation du défunt, de son métier, une épitaphe relate également ses traits de caractère qualités et défauts ; dommage que nous ne sachions traduire. Nous ne pouvons entrer dans l’église en pleine rénovation.

53

Dimanche 28 août : CERTEZE village de nouveaux riches, les maisons se succèdent à celui qui aura la plus vaste, la plus belle, tous styles confondus. A une centaine de kilomètres de là, nous passons la frontière où chaque voiture est contrôlée, pour nous le douanier entrera pour vérifier l’intérieur de notre camping-car, et nous voilà en HONGRIE.

Nous repartons pour quelques heures de route et une centaine de kilomètre, cherchons un endroit pour dormir, ne trouvant rien, pas même un camping c’est vrai que n’est pas la spécialité en Roumanie, nous décidons de se faire un petit restaurant et de dormir sur le parking. Nous trouvons ce qu’il nous faut entre deux, village. L’accueil très sympathique, nous sommes les seuls clients, demandons tout de suite si nous pouvons dormir sur le parking, pas de problème. Pour le repas le choix entre deux plats rien d’autre, le patron nous offre un petit verre d’alcool de prune à boire cul sec à ce qu’il parait ça ouvre l’appétit, ensuite demandons un dessert, il n’y en a pas. La musique se fait plus forte, le patron nous propose de danser, de nous prendre en photos, ce que nous ne faisons pas, nous ne plus trop à l’aise. Réglons la facture sans vraiment prêter attention. Retour au camping car, nous vérifions ça nous parait tout de même assez cher, cet usurpateur, nous à fait payer 16 euros pour la nuit sur son parking en gravier, avec un dépotoir de bouteilles plastiques, et ses chiens qui ont aboyés toute la nuit. C’est plus cher qu’un camping, et c’est bien la première fois que l’on nous facture la nuit sur un parking après avoir diné. En rogne de s’être fait avoir nous avons du mal a trouver le sommeil. Bonne nuit.


54


Passé la frontière après avoir parcouru quelques kilomètres, tout change.


Nous retrouvons le modernisme, fini les carrioles tirées par les chevaux, les vendeurs de fruits au bord des routes, les femmes à la peau ridée portant des foulards, les chiens errants etc. Terminé ce folklore si dépaysant. Décalage horaire il faut avancer nos montres. Visite de DEBRECEN et sa superbe place centrale.

55

Hortobagy grand plaine à perte de vue, où l'on ai sensé voir des animaux sauvages, mais il fait tellement chaud

56
Miskolc 

Nous à Miskolc, parkings complets, nous faisons le tour de la ville plusieurs fois, et abandonnons pour un parking en forêt, très animé la journée, un château pas très loin et de nombreux stands touristiques. Nous avons parcouru beaucoup de kilomètres aujourd’hui s’arrêtons la pour ce soir, Bonne nuit.

57

Lundi 29 août : Les immenses étendues de plaine, nous mènent jusqu’à AGGTELEK, où se trouvent les grottes de BARADLA. Immenses, plus de 24 kilomètres de galerie, se prolongeant jusqu’en Slovaquie. Des éclairages mettent bien en valeur les stalactites, des petits lacs que nous ne voyons qu’en partie voyageant sous les roches. Un très beau son et lumière dans une grotte où l’acoustique est parfaite. Il y a trois parcours différents, nous choisissons le plus court, durée de la visite guidée environ une heure. Nous avons un feuillet explicatif en français. Entrée 6 euros. Nous ressortons et apprécions la chaleur extérieure. Un petit repas dans l’un des snacks situé près du parking, deux bonnes assiettes frites, et une viande spécialité du pays, prenons deux boissons, le tout pour 9 euros, raisonnable.

58

C’est reparti pour une centaine de kilomètres via EGER, agréable à visiter, de jolies maisons, un château, un ancien minaret également, il de quoi s’occuper. Pour ce soir nous nous installons dans un camping pas très loin. Bonne nuit.

59

Mardi 30 août : Nous démarrons sous un ciel nuageux le temps est à l’orage. Première étape l’église des trois villages, GALYATETO. Après une heure d’une route sinueuse, pleine d’ornières, nous nous trouvons devant une église sans charme particulier, tiré d’un forum, elle ne valait absolument pas le détour.

60

Nous parcourons une quarantaine de kilomètres pour arriver au village d’HOLLOKO, célèbre pour ses maisons traditionnelles. Alors que la Hongrie devient de plus en plus moderne, ici le temps semble s’être arrêté, des artisans y exposent leurs œuvres, il est très agréable de s’y promener.

61

Nous continuons jusqu’au château de GODOLO que nous visitons, entrée 21 euros pour nous deux, audio guides compris. L’intérieur est superbe, seul le rez de chaussée se visite, cela représente quand même 20 pièces, le fait d’avoir des explications en français, ce qui est rare, rend la visite plus animée et très intéressante. Nous approchons de Budapest, avant nous décidons de faire une pause, nous trouvons un camping en pleine nature, avec un grand lac, très calme, nous nous sentons bien. Bonne nuit.

Mercredi 31 août : Temps superbe, nous décidons de rester, baignade, lecture, promenade.

62

Jeudi 1er septembre : Nous apprécions un petit peu de farniente et comme nous avons le droit de rester jusqu’à 16h, qu’il fait chaud nous profitons encore. Nous levons le camp avant dans l’après midi, via BUDAPEST. Nous trouvons une place au sommet de la ville, la vue est absolument superbe. Pour sur nous ne sommes pas super bien installé, près d’un carrefour, face à des immeubles, mais comparé aux immenses parkings que nous avons vu par la suite au centre ville, nous nous estimons heureux, et la cerise sur le gâteau, il y a un restaurant bien sympathique à côté. Nous craquons pour une délicieuse goulasch et un dessert fabuleux, certes pas très bon marché mais il faut bien se faire plaisir. Retour au camping car, et vue sur Budapest de nuit, splendide, très bonne soirée bonne nuit.

Mont Eggert 
63

Vendredi 02 septembre : Nous avons la chance d’être stationné pas très loin d’un arrêt de bus à toit ouvert, premier départ 9h30, nous l’attendons de pied ferme. Le temps est avec nous il fait très beau.

Nous payons 25 euros par personne, chien accepté, et pouvons monter et descendre où nous voulons, c’est parfait. Une virée en bateau sur le Danube est comprise dans le prix, mais là ils n’acceptent pas les chiens dommage. Il faut compter deux heures pour faire le tour de ville, avec des oreillettes explicatives, nous pouvons voir les nombreux monuments qu’elle possède.

Petit repas sur le pouce des langos spécialité du pays, genre de pâte à choux, nappée de crème, fromage, ou d’autres variantes. Nous montons au château en funiculaire, où là encore nous avons une très belle vue sur les rives du Danube. Petit promenade avant de reprendre le bus pour retourner au camping car, seulement vu le point où nous sommes arrêtés, il faut refaire tout le tour de la ville et c’est reparti pour deux heures, la ville ses places, ses maisons aux belles façades, nous ne nous en lassons pas et c’est avec plaisir que nous en refaisons le tour.

64

Retour au camping car il n’est que 16h30, nous partons à a recherche d’un camping à SZENTENDRE, notre prochaine étape. Nous en trouvons un à 19 euros la nuitée, calme à cet époque de l’année, une piscine vue sur le Danube, dont nous profitons bien après la chaleur de la journée, et de surcroît rien que pour nous. Un petit repas, table et banc sur notre emplacement et bonne nuit.

piscine avec Danube en arrière plan 

Samedi 03 septembre : Comme prévu nous débutons par la visite de SZENTENDRE, où des bateaux venant de Budapest déversent des centaines de touristes, à travers ses ruelles pavées, les boutiques se succèdent, c’est vraiment très animés, une fois de temps en temps, une boutique party c’est sympa.

65

Nous longeons le Danube, et montons à la forteresse de VISEGRAD, les parkings sont archis complets, nous ne ferons que des photos depuis le camping car.

66

En redescendant un beau panorama sur la courbe du Danube. Nous parcourons une vingtaine de kilomètre avant d’atteindre la basilique d’ESZTERGOM. La plus grande de Hongrie, longueur 118 mètres, largeur 49 mètres, hauteur 100 mètres, elle offre une très belle vue sur le Danube.

67

Une centaine de kilomètres et nous voici à l’abbaye de PANNONHALMA, le parking se situe environ à 600 mètres. Nous remontons toute la rue pour s’entendre dire que la visite est fermée pour une cérémonie, retour au parking un petit peu frustrés. Nous approchons lentement mais sûrement de la frontière autrichienne.

68

Encore une centaine de kilomètre avant d’atteindre FERTOD, nous stationnons sur un parking avec les traditionnels stands touristiques, tout à côté du château d’ESTERHAZY. L’air est pesant il fait chaud. Nous profitons encore des prix moyennement bas pour s’offrir un restaurant pour la dernière goulasch des vacances, le plat est bien servi, mais tout est superficiel, touristique, comme la Roumanie si typique nous parait loin…………… bonne nuit.

Dimanche 04 septembre : Nous débutons par la visite du palais baroque et son jardin français, entrée 8 euros par personne. La visite guidée est obligatoire en hongrois, pas d’audio guide, mais des fiches explicatives en français. Nous visitons 17 pièces, stucs, fresques dorées, puis décors chinois, porcelaines, mobilier précieux, le tout très instructif et très beau à voir

69

Promenade à SOPRON, seule la place principale a un véritable intérêt. Nous passons la frontière autrichienne

70

Klosterneuburg dans la banlieue de Vienne, on ne fait que passer

71

Abbaye de GOTTWEIG, superbe perchée sur un sommet, nous arrivons un petit peu tard pour visiter l’intérieur, nous faisons le tour extérieur de cette immense abbaye. Nous nous installons sur le parking pour la nuit. Le temps est à l’orage, le tonnerre gronde, les premières gouttes de pluie chantonnent sur le camping car. Un bon petit repas et au lit. Tiens, on toque à la porte, nous hésitons à ouvrir quand nous comprenons que c’est un gardien, nous ouvrons et nous faisons gentiment virer. On remballe, nous trouvons à plusieurs kilomètres un parking près du stade à KREMS, bonne nuit.

72

Lundi 05 septembre : Il pleut, 14 degrés, l’endroit était calme, bien dormis. La superbe abbaye de MELK nous attend. La porte extérieure donne accès à une cour, très bel ensemble de bâtiments ornés de statues représentant les prophètes. Entrée 11 euros par personne, très peu d’explication en français dans les différentes pièces.

Nous retiendrons la bibliothèque et ses 80 000 volumes, sur deux étages, son plafond peint et ses boiseries dorées et l’église abbatiale avec sa vaste coupole 60 mètres de haut ; l’intérieur d’une décoration somptueuse à vous couper le souffle, fresques, ornements d’or et de marbre, des personnages peints peuplent les voûtes, je suis émerveillée Guy a du mal à me faire sortir pour continuer la visite. Très belle vue.

73

Et pourquoi ne pas continuer par la basilique de Maria TAFERL, pleine de dorure. L’entrée est gratuite.

74

vue extérieur du château

75

Nous terminons par la visite du camp de concentration de MAUTHAUSEN, seuls des baraquements subsistent ainsi qu’un musée où nous consacrons pas mal de temps.

Nous longeons le Danube et nous arrêtons sur une aire de camping car, à PASSAU, endroit calme au bord du fleuve, hors de la ville. Bonne nuit.

76

il y a aussi de l'industrie en Autriche, exemple à Lintz.

cà fume ! 
77

Arrêt à l'improviste à Wilhering, nous sommes agréablement surpris par la beauté de l'abbaye

78

Mardi 06 septembre : nuit sur une aire de camping-car à Passau, un boulanger livre les croissant et le pain frais ! Promenade dans la vieille ville de PASSAU, longeons les quais avec tous ses bateaux d e croisières. Très agréable.

entre l'Inn et le Danube 
79

Nous terminons nos vacances par la ville de BLAUBEUREN, connu pour le BLAUTOPF, un tout petit lac d’une profondeur de 20 mètres et son eau si bleue si limpide. Ses maisons à colombages en font un endroit tout à fait charmant. Nous rejoignons l’air de camping car à un ou deux kilomètres. A peine stationné on vient nous demander 5 euros, alors qu’il n’y a absolument aucun service. Il est temps de se coucher demain nous avons du chemin à parcourir.

80

Mercredi 07 septembre : Nous terminons les vacances partons sous un ciel nuageux, pour un retour chez nous avec beaucoup de très bons souvenirs du voyage

81

il y a beaucoup de choses à dire sur les routes en Roumanie.

Plaque de béton, nid de poule, manque de macadam, on passe toujours les passages à niveau en 1ère au ralenti.

Chiens errants, piétons, charrettes on trouve de tout sur la route. On s'y gare n'importe comment. La vitesse moyenne est de 50 km/h guère plus.

Mais l'état général des routes s'améliorent grandement. Il y a des travaux partout pour améliorer le réseau ! Et cela fait partie du voyage de voir les mamies au bord de route, c'est le coté typique que nous avons adoré !

7500 km de route, voyage très typique, retour dans le passé, génial !