× Chère communauté,
Suite à l’incendie au sein des bâtiments de notre hébergeur OVH, à Strasbourg mercredi 10 mars 2021, nous ne pouvions plus accéder au site ! L’accès a été rétabli par notre équipe mais nous n’avons pas accès aux photos pour le moment. Dans l’attente de réponses de la part d’OVH quant au devenir des photos mises en ligne avant le 10 mars 2021, vous pouvez de nouveau réutiliser le site sans risque et ajouter de nouvelles photos !
La Team MyAtlas
"Tout ce que vous avez à faire, c'est de décider de partir et le plus dur est fait" Virginie & Guy & Izzie (le toutou) et notre camping-car !

Carnet de voyage

Aquitaine 4 : la Gironde (suite)

16 étapes
1 commentaire
1
Aquitaine 4 : découverte de la Gironde en camping-car par Virginie & Guy
Août 2012
23 jours
Partager ce carnet de voyage
1
2

Vendredi 24 aout : Nous commençons par une matinée plage, à quelques kilomètres à vélo de notre campement. Le temps est nuageux, mais il fait encore bien chaud. Les vagues font plus d’un mètre de hauteur, la baignade n’est surveillée qu’a partir de 11h, il faudrait être bien téméraire d’aller se jeter dans les vagues avant l’arrivée des maître nageurs………

nous nous promenons et nous asseyons tout au bord de la plage, là où les vagues terminent leur long voyage, et même là , fatiguées, épuisées, elles trouvent encore la force incroyable de nous entraîner, je me cramponne à Guy, il se cramponne à moi, nous nous retrouvons à plat à ventre tous les deux entraînés par leur force. Quand les maîtres-nageurs viennent enfin surveiller la plage, nous décidons de rentrer un petit peu frustrés par leurs horaires. Nous enfourchons nos vélos pour retrouver notre camping-car.


Repas sur le pouce et repartons pour le hameau de SINDERES où se trouve la fontaine de Sainte Madeline qui guérirait certaines maladies grâce à son eau emplie de souffre. Pas grand-chose à visiter mais nous constatons que l’eau sent vraiment mauvais. Direction Biscarosse c’est horriblement touristique, le seul parking ; près du port à 12 euros la nuit, serrés comme des harengs, nous dégageons vite fait.

Je commence à détester le bord de mer en été. C’est usant, stressant, payant. J’essaie de rester positive, mais même les paysages sont ennuyeux. Nous continuons, il fait chaud, il fait lourd, la mauvaise humeur commence à nous gagner. TIENS ? Un parking interdit aux campings cars uniquement pour la nuit ; si on allait voir ?Il y en a plusieurs de stationnés, ce n’est pas très loin de la plage. Nous demandons à l’un d’entre eux s’il y a possibilité d’y passer la nuit,

Ils nous répondent gentiment qu’ils sont là depuis plusieurs jours et que personnes ne les a chassé. On s’arrête là. Repas entre deux campings cars sur la table de camping. Ça devient une habitude et je me demande ce qu’on fout ici. En plus avec les grosses chaleurs nous nous rendons compte que le congélateur n’a plus tenu, tout est décongelé. Guy fait cuire toutes les réserves de viande au barbecue. Repas gigantesque, et une bonne nuit.

3

Samedi 25 août : Nuit calme, il a plus presque toute la nuit. Départ pour la Dune du Pilat, la plus haute d’Europe, 110 mètres d’altitude. Nous pouvons la conquérir soit par des marches, soit dans le sable.

Nous choisirons les marches pour la montée. La vue est fabuleuse, panoramique, d’un côté le bassin d’Arcachon et de l’autre la dune, et une immense forêt de pins. Pour la descente nous prendrons côté sable bien plus drôle. A notre plus grande surprise pour une bonne heure nous paierons 8h de parking c’est un petit peu exagéré.

4

Direction le bassin d’Arcachon, nous contournons la baie et voilà qu’à Andernors-les-Bains, le camping-car ne freine plus à nouveau. Mais là c’est la grosse trouille, heureusement nous sommes dans un bouchon et ça n’avance pas. Les freins crissent, nous avons repéré une station sur la route, essayons tant bien que mal de la retrouver. Ca y est nous y sommes OUF, nous stationnons comme nous pouvons sur leur parking, en espérant qu’ils ouvrent le samedi après-midi ce qui est rare pour un garage.

Nous mangeons un petit morceau pas de bon cœur, on se force et nous demandons si les vacances ne vont pas finir là. Finalement le garage ouvre à 14h, nous expliquons notre cas à la patronne, qui toc à notre porte en disant que c’est un endroit privé et que nous n’avons pas à stationner là, normal. Très gentiment elle comprend et dit que le mécanicien ne devrait pas tarder. A notre plus grand étonnement il prend notre véhicule de suite à son arrivée.


Il dévisse les plaquettes de freins, et voilà que rouillés elles tombent au sol avant qu’il n’ait fini son dévissement. Il dit que nous avons eu beaucoup de chance. Ils n’ont pas les pièces de rechange. Il téléphone à la grande surface du coin, ils ont la pièce, il nous prête une voiture de courtoisie pour aller les récupérer. A notre retour il nous les remplace de suite. Nous sommes ébahis par le service, la gentillesse et un tel professionnalisme.


Chapeau et MERCI aux stations ELAN et nous souhaitons qu’elles soient toutes à la hauteur de celle d’ANDERNOS.-LES-BAINS !

5

Les vacances peuvent continuer comme nous avions prévus direction le Cap Ferret. Petite déception, nous arrivons dans un parking bondé, et marchons quelques mètres pour arriver dans une impasse, normal c’est un cap, je sais…….. Mais il n’y a mis à part la vue sur la dune, qu’une petite place et des terrasses où les boules de glaces sont hors de prix.

Dune du Pylat à gauche 
6

Quelques photos et nous repartons, arrêt à LE CANON quelques cabanes de pêcheurs, pour faire la meilleure photo je m’avance dans le sable et je me retrouve dans une gadoue de chez gadoue, pas question de rentrer dans le camping-car j’en ai jusqu’aux chevilles.

Heureusement en passant devant un ostréiculteur, qui nettoie ses huîtres, je lui demande gentiment si je peux rincer mes pieds avec son tuyau d’arrosage, il regarde mes pieds, ça le fait bien rire, et bien sûr il m’invite à l’utiliser. Ça c’était pour la petite histoire.

Du coup nous n’avons pas dégusté une seule huître, comme j’avais traîné Guy m’attendait dans le camping-car prêt à démarrer. Dommage. Nous continuons jusqu’au parking de Montalivet pour la nuitée.

7

Dimanche 26 août : Départ pour Soulac sous un ciel nuageux, il pluviote.

Tiens c’est la braderie ça tombe bien contrairement à Guy et aux hommes en général, j’aime ça ; en plus il y a même une halle avec des produits de la région. Nous flânons le soleil essaie de se faire une place de plus en plus grande entre les nuages. Soulac est constitué de maisons en petites briquettes rouges ornées de bois ciselé, Et bien sur la basilique romande fondé par des moines bénédictins.

Une rue commerçante nous emmène aux grés des boutiques au bord d’une plage qui doit faire des kilomètres. Le soleil a repris sa place, mais de gros nuages grondent déjà au loin. Il faut savoir que SOULAC a été ensevelie sous les dunes en même temps que sa basilique pourtant très haute, et qu’elle ne fut désensablée qu’au XXème siècle. Incroyable nous avons du mal à l’imaginer.

8

Nous allons à Verdon sur Mer. Visite du phare de Cordouan construit sur un éperon rocheux au 16ème siècle, il se dresse majestueusement au loin sur l’océan, c’est le plus ancien de notre pays.


Je me fais une fête de le visiter, mais quand nous voyons les prix proposés nous rebroussons chemin. Un exemple ressemblant à la moyenne, croisière d’environ 4h, visite du phare, et ÉCOTAXE COMPRISE ; COMME ILS SONT GÉNÉREUX ; 39 euros par personne, ça laisse à réfléchir !

Ça ne fait rien nous y retournerons un jour peut être…….

9

Nous allons faire la route des châteaux, le premier château de LOUDENNE, chartreuse du XVII siècle, sa couleur rose et sa collection de roses anciennes lui donnent le nom de PINK CHATEAU, nous ne ferons que parcourir son parc, l’heure d’ouverture ne correspond absolument pas à notre itinéraire. Sympa quand même que le parc soit accessible.


Ensuite Saint Estephe bien connu, pas d’arrêt, quelques photos, on continue la virée par le château CLOS D'ESTROUNEL alors celui-là attire particulièrement notre attention, et c’est vraiment avec que regret que nous ne pouvons pas le visiter, c’est sur réservation avec des mois d’attente. Il s’agit d’un grand cru classé et je ne peux résister à son histoire : LOUIS JOSEPH GASPARD LACOSTE DE MANIBAN MARQUIS D’ESTOUREL……

Rien que ça n’a eu soit disant qu’une seule passion LE CLOS. Ayant hérité de quelques vignes, il reconnait en 1811 la qualité de ces vins. Il décide de les vinifier à part. Le vin de CLOS D'ESTOURNEL devient un vint très prestigieux et s’exporte jusqu’aux Indes. Louis devint le Maharadjah de st Estèphe. Pour célébrer toutes ses conquêtes lointaines, il surmonta ses chais de pagodes exotiques. C’est aux plus grands de ce monde qu’il offrit de prestigieuses de COS, intitulées RETOUR DES INDES. Depuis l’an 2000 il appartient à Monsieur Michel Reybier qui suit l’œuvre avant-gardiste de Monsieur Gaspard d'Etournel.

La route nous surprend de belles surprises, les vignes et les châteaux s’offrent à nous ; tous différents, tous superbes. Château ROTHSCHILD fermé, quelques photos à travers les grilles, ça ne me plait pas trop.

Arrêt à Pauillac port à l’office de tourisme, qui nous confirme que les visites ne se font que sur réservations à certains jours bien précis de la semaine. Dans ce cas nous n’en visiterons aucun, ils ne correspondent pas à notre itinéraire, même en le changeant, les plus précieux sont de toute façon déjà complet.

Photos du château de PICHON LONGUEVILLE et son petit lac, fermé à la visite, puis château LATOUR vue de loin ; et le château de BEYCHEVELLE et son superbe parc. Succède le château LABERGOCE ; château Margaux et nous poursuivons la route au beau milieu des vignes. C’est vraiment une superbe ballade, les châteaux se suivent et ne se ressemblent pas, les vignes, les collines…

10

Nous arrêtons notre périple pour retrouver ma cousine Christine, un super accueil nous attend, nous y passons une très bonne soirée après une bonne blanquette de veau bien arrosée , une tarte aux mirabelles, une bonne partie de la soirée à nous raconter nos souvenirs de jeunesse, nous retrouvons nos lits respectifs…… quelle bonne soirée.

11

Lundi 27 août : Lacanau : Après une bonne nuit au calme, nous partageons le petit déjeuner avec Christine, Roger, et tous leurs chiens et chiots que d’animation. Nous devons repartir à contre cœur, je n’avais pas réellement vu ma cousine depuis si longtemps……..

Nous prenons la direction de Lacanau où Françoise ma grande sœur nous attend ; nous arrivons pour l’apéritif, ensuite elle nous prépare un bon petit repas, pour Guy se sera déchargement des photos et pour nous une partie de boogle sur la terrasse en attendant que la chaleur passe. Une bonne baignade dans une mer étonnamment calme, pas une vague c’est la première fois qu’on voit ça. Soirée calme et agréable

12

Mardi 28 août : Nous partons pour la visite du château de SAUTERNES, mais changeons d'avis en cours de route. Arrêt pour des photos du château de POMEROL. Visite de la superbe ville de ST-EMILION, un véritable musée à ciel ouvert. Célèbre pour ses grands crus, nous y avons d’ailleurs acheté après dégustation un vin à laisser vieillir dans notre cave à vin.

Nous sommes tombés sous le charme de cette cité médiévale, elle a conservé son enceinte, une immense porte entourée de vignes, et d’une série de monuments datant de l’époque romane. Des maisons de vieilles pierres le long des quelles nous déambulons à travers les nombreuses ruelles. Encore beaucoup de touristes.

13

Le long de la route menant à SAINT FOY LA GRANDE la grande nous photographions les châteaux qui s’offrent généreusement à nous. Moins grandioses qu’en Gironde, mais avec un certain charme. Visite de de SAINT FOY LA GRANDE avec ses remparts médiévaux, sa place central à arcades et son église Notre Dame datant du XIIème siècle

14

Visite du château de MONTBAZILLAC ,Guy visite le château meublé, avec dégustation et reviens avec deux bonnes bouteille qui dit t’il nous dégusterons après la gastro ou l’indigestion qui m’a retenue au camping-car pendant qu’il visitait.

15

Pour ce soir nous avons envie de nous poser dans un camping, surtout que nous en avons repéré un à quelques kilomètres avec piscine, pizzeria, au milieu de la campagne de Dordogne. Beaucoup d’anglais et de hollandais, nous avons un endroit bien au calme avec notre camping-car, et terminons l’après-midi avec un bon roman au bord de la piscine. Guy aurait bien mangé une pizza mais mon estomac ne me le permet pas. Et ne veut pas en manger seul.

16