Carnet de voyage

America Latina

16 étapes
58 commentaires
43 abonnés
Dernière étape postée il y a 44 jours
Suivez nos aventures pittoresques au travers de notre périple sud-américain! Abre tus ojos y hasta pronto! M&M’s
Du 2 avril au 31 juillet 2019
121 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 1er avril 2019


Bon! la première difficulté avant le voyage c'est de ne rien zapper... Pas facile! Faut faire des choix!

Cela fait déjà plusieurs semaines que nous faisons des A-R chez Décathlon, donc normalement, on est au top!! Qu'en pensez vous?

le souk 

Voilà! Une fois tout rassemblé, ça donne ça :

  • le p'ti boudin bleu de Maxime (qui soit dit en passant pèse une brique)
  • et le joli sac pourpre de Mathilde, dont le look effilé est surprenant.

FORCLAZ 1 - QUECHUA 0

la Fierté de Mathilde 
2
Vue de l'appartement
Vue de l'appartement
Statue Simon Bolivar
Statue Simon Bolivar
Graff urbain
Graff urbain
La cathédrale
La cathédrale
Kiosque
Kiosque
Ça grimpe!
Ça grimpe!
Mercado Negro
Mercado Negro

Après un long voyage de 48h (au lieu de 24h initialement!), nous arrivons enfin à La Paz, capitale bolivienne. On ne nous a pas menti : Il faut prendre le temps de s'acclimater à l'altitude. Le cardio est mis tout de suite à rude épreuve... Le mate de coca s'impose!

La Paz est une fourmilière. Ses bruits, ses habitants, son trafic, ses odeurs en font un lieu surréaliste.

Les Boliviens sont surprenants de gentillesse et nous prenons plaisir à arpenter les rues (parfois abruptes) du centre ville.

Ça y est, le voyage commence 😀 !

3
3
Publié le 10 avril 2019
le choc des générations
Valle de la Luna
plat typique bolivien. El Chairo

Nos derniers jours à La Paz nous permettent de flâner encore un peu et surtout d'explorer ses alentours :

Nous prenons donc plusieurs combis pour nous acheminer vers El Valle de la Luna qui offre un paysage lunaire avec ses roches volcaniques et ses cactus caractéristiques.

Dans la foulée, nous enchaînons avec l'ascension de La Muela del Diablo où nous profitons d'une vue panoramique sur la Paz et de la Cordillère des Andes. Ici, nous faisons la jolie rencontre d'Edson, qui sera notre guide durant quelques heures. Avec lui, nous admirons le mont Illimani qui culmine à 6438 m d'altitude, ainsi que le mont Potosi (4070 m). Ce qui, pour nous, est une ascension relativement physique, est pour Edson son trajet quotidien. Il nous parlera ensuite des coutumes de sa communauté.

Pour notre dernière après midi à la capitale, nous jouons aux touristes en nous offrant un tour de la ville en téléphérique. Un régal pour la vue! Petit tour au coeur du marché coloré de l'Alto, où nous emportons nos dernières images de la Paz.

Prochaine étape : Rurrenabaque, aux portes de l'Amazonie.

4
4
Publié le 17 avril 2019

Changement de décor à notre arrivée à Rurrenabaque! +15 degrés dans la vue... Les buildings de La Paz font place à une immensité verdoyante. Dès notre arrivée, nous bookons notre excursion de 4 jours dans la Selva (Jungle) auprès de l'agence Mashaquipe, respectueuse de la faune et de la flore. Celle-ci à la particularité parmi d'autres, de faire travailler les communautés locales ! Cela nous plait d'un point de vue éthique.

Dès 8h le lendemain matin, nous faisons la connaissance de Juan, notre guide personnel (car oui, nous étions les seuls à prendre ce tour). Direction l'embarcadère où nous attend notre pirogue. C'est parti pour 1h30 de traversée avant d'atteindre notre premier point de chute.

Durant ces quelques jours en immersion, l'aventure est complète. Juan nous fait partager son savoir sur les plantes médicinales, les insectes, les animaux et l'importance de cet écosystème. Ce qui nous frappe le plus durant nos journées de randonnée, c'est la diversité de végétation que possède la forêt amazonienne. Ces nuances de vert sont incroyables.

Parmi tant de choses, nous faisons la rencontre d'une famille de singes araignées (spider monkey)! Ces singes sont capables de réaliser des sauts de plus de 7 mètres pour se déplacer d'arbres en arbres. Un moment génial! Petite anecdote : Juan nous fait tester la racine d'une plante, dont les vertus sont d’apaiser les maux de gencives et de dents, avec un fort pouvoir anesthésiant. Particularité : plus aucune sensibilité de la langue et salivation +++! Très drôle !

Deux de nos nuits se sont déroulées dans des campements très basiques! Nuits calmes sous la moustiquaire... Enfin presque! Drôle d'impression de s'endormir avec le bruit intense de la forêt!

Ce séjour est aussi notre première rencontre avec nos amis les moustiques...

Nous quittons Juan en gardant un souvenir impérissable de cette aventure!

5
Cathédrale de Santa Cruz
Nos sauveurs- bikers
Fatiguée mais heureuse

Après l'Amazonie, nous quittons Rurrenabaque pour nous diriger vers Santa Cruz de la Sierra en passant par la ville de Trinidad. Ce sera un trajet éprouvant : 8 h en taxi collectif, serrés comme des sardines, à manger de la poussière, des routes s'apparentant plus à des sentiers qu'autres choses... Juste le temps d'un transfert de 3 h à la gare routière, nous montons à bord de notre car-couchette pour un nouveau trajet de 12 h. Il ne faut pas l'oublier, c'est aussi ça le quotidien d'un routard.

Nous passons deux jours à Santa Cruz, ville la plus peuplée de Bolivie, sans grand intérêt. Nous en profitons pour nous reposer car la chaleur est écrasante et il nous faut recharger les batteries.

Puis, cap sur la petite ville de Buena Vista situé au nord de l'entrée du Parque Nacional y Area de Uso Multiple Amboro. Notre projet, ici, est de partir explorer par nous même la région et en profiter pour bivouaquer une nuit le long des cours d'eau. Nous partons donc pour une randonnée aux abords du Rio Surutu, qui doit initialement représenter 8 à 10 Kms. Ce qui devait être une partie de plaisir se transforme en une galère car les distances que nous donnent le lonely sont bien plus sous-estimées que ce que nous pensions. Nous arrivons, tant bien que mal, à l'aire de camping qui est totalement déserte. Pas de réception, ni un pélos pour nous accueillir. Plus suffisamment d'eau pour passer la nuit sous tente, nous prenons la décision de rebrousser chemin. Pour ne pas nous retrouver à marcher de nuit, nous ferons une partie du retour à pied et l'autre en moto-taxi (heureusement).

Bilan de la journée : 20 Kms de marche parcourus, 4 litres d'eau consommés, tente non déployée, quelques jolis coups de soleil, bref, une aventure comme on les aime!

Suite à notre petite mésaventure, nous prenons la direction de Tarija dans la région du Chaco, située au sud du pays, à seulement 4 h de la frontière argentine. Là-bas, des activités plutôt oenotouristiques nous attendent... Cela devrait être certainement moins physique.

6
Célébration pendant la Semana Santa

Nous arrivons à Tarija, capitale du vignoble bolivien. L'ambiance y est très décontractée, on y retrouve le style méditerranéen. Nous profitons de cette étape pour nous reposer et pour refaire nos papilles. Au menu, un bon petit tour dans les vignes et visite de domaines : Campos de Solana et Kohlberg pour le vin rouge et mousseux, Casa Real pour l'alcool national bolivien, le Singani (distillé dans des alambics de Cognac). Très bon en Sin Tonic 😀 !

Après quatre jours de farniente, nous réservons à Tupiza notre excursion de 4 jours / 3 nuits pour le Salar d'Uyuni. Nous prions pour tomber sur deux personnes sympathiques car nous partageons une jeep pendant tout le temps du voyage. Quel soulagement de tomber sur Florian, le Rennais, et Elodie de l’île d'Oléron, avec qui nous allons partager pleins de fou rires!! Un souvenir inoubliable pour nous quatre.

Sur la route, les paysages sont tous plus beaux les uns que les autres. L'inconnu se trouve derrière la moindre montagne, la moindre courbe. La diversité des couleurs et des reliefs nous subjugue.

Village fantôme, lagunes verte/noire/rouge/bleue, désert de Dali, formations rocheuses, geysers, sources chaudes, hôtel de sel. Que de merveilles! On observe également cette faune incroyable tels que les trois espèces de flamants roses, les lamas, les alpagas, les vigognes (espèce protégée ressemblant à une biche), les renards, les rapaces, etc.

Le moment magique arrive le troisième jour, lorsque notre guide, Nelson, nous annonce que nous allons assister au coucher de soleil sur le Salar. Viendra s'ajouter à la magie du lieu, la victoire de Rennes face au PSG en finale de la Coupe de France. Notre ami Florian est aux anges et complètement hystérique! Cocktail de fin de soirée pour arroser cet instant de bonheur éphémère.

Le dernier jour est tout aussi extraordinaire lorsque nous découvrons le lever du jour avec un panel de couleurs se reflétant sur son liseré d'eau. L'horizon se perd dans ce spectacle d'aquarelles. Quelques photos souvenirs sur l'immensité de ce désert de sel. Les idées fusent et les gadgets sont les bienvenus!

Nous terminons ces quatre jours épuisés mais ravis, les yeux remplis d'étincelles.

7

Nos derniers jours en Bolivie se sont terminés en beauté. A Copacabana, nous choisissons de dormir en camping pour nos dernières nuits. C'est ainsi que nous découvrons le camping de Suma Sumawi, où nous sommes accueillis par nos voisins hippies, jouant du banjo et de la flûte de pan. L'ambiance y est bucolique.

Nous avons le plaisir de faire de belles rencontres : Espagnoles, Finlandaises, Françaises et Argentines. En plus de cela, nous arrivons sur un weekend de fête traditionnelle (Fiesta del Agradecimiento del Senor de la Cruz de Colquepata), très attendue par tous les boliviens. Pendant 4 jours, nous vibrons au rythme des bandas, des danses, des chants. La bière coule à flots pour les riverains qui s’enivrent du matin au soir.

La Bolivie est décidément le pays de la fête dans toute sa simplicité et sa joie de vivre ! C'est, comblés, que nous quittons la Bolivie avec le cœur rempli.

Pérou, nous voilà !

8

Nous voici arrivés au Pérou après de longues heures de bus.

Arequipa est notre premier point de chute. Ville dynamique et créative, Arequipa se trouve au pied du Mont Misti qui se dresse à 5822 m d'altitude. Nous prenons le temps de nous acclimater a ce nouveau pays et c'est avec joie que nous découvrons la gastronomie péruvienne (soit dit en passant, la seconde meilleure au monde, après la France bien évidemment!). Premier petit resto oriental, où nous pouvons déguster un plat de falafels (Mathilde) et de keftas (Maxime). Miam!

Nous flânons dans cette magnifique ville qui renferme un patrimoine colonial exceptionnel. Visite du monastère de Santa Catalina, une pépite architecturale composée de splendides cloîtres et de jardins bucoliques. La ville, en elle même, n'est pas vraiment reposante, de par son trafic, mais nous apprécions quelques jours de repos avant notre premier trek de 3 jours dans le Canyon de Colca. Celui-ci est connu pour être le second Canyon le plus profond au monde.

C'est pour Mathilde son premier trek et ce n'est pas sans une légère appréhension qu'elle découvre le programme qui nous attend...

Premier jour : 5h30 de marche, 900 m de dénivelé négatif, puis 700 m de dénivelé positif pour arriver au village de Tapay. Tout ceci en plein cagnard, Mathilde tire la langue...

Deuxième jour : Plus cool (de la descente et du plat), au total 6h de marche, 15 kms parcourus. Un joli pique-nique avec vue à 360° sur le Canyon.

Troisième jour : Départ à 5h du matin après avoir plié la tente de nuit. Et c'est parti pour une ascension de 1200 m bouclée en 2h20. Je suis fier de ma chérie, car elle ne m'a pas hurlé dessus une seule fois durant la montée.

Décidément, le Pérou est le pays de la randonnée. Les paysages sont époustouflants et malgré nos mollets un peu raides, nous repartons galvanisés! Voici une belle préparation pour le trek du Salkantay (5 jours de marche menant au Machu Picchu) que nous envisageons d'ici une semaine.

Nous laissons le Sud du Pérou et sautons dans un car-couchettes de luxe ("faut pas déconner après l'effort quand même!") en direction de la ville, dont le nom fait rêver beaucoup de gens, CUZCO!

To be continued...

9

Nous arrivons dans le vif du sujet à la moitié de notre séjour au Pérou. C'est avec plaisir que nous découvrons la ville de Cuzco, ville emblématique. Quelle beauté, quelle richesse mais quel attrape-touristes...

Les premiers jours dans Cuzco sont faits de balades dans la ville, de moments de repos et de petits restos.

Nous visitons, quand même, le fameux Museo del Inka, au sein duquel reposent toutes les merveilles de l'histoire de cette civilisation perdue. Poteries, bijoux, peintures, costumes, amulettes et quelques momies dont l'état de "bonne" conservation nous laissent un peu perplexe...

Il ne se passe pas un jour sans qu'il y ait un événement sur la Plaza de Armas (place centrale). Cuzco est un vrai lieu de célébration pour les Péruviens !

Nous fuyons ensuite, pour 2 jours, l’effervescence de Cuzco pour la Vallée Sacrée. Première nuit à Pisac, dans notre auberge aux couleurs intenses. C'est l'anniversaire du propriétaire de l'hôtel, des artistes en tout genre sont conviés et nous aussi. Spectacle de feu, concert de boléro Argentin et pichets de Pisco sont au programme!

Passage, le deuxième jour, à Ollantaytambo où nous découvrons un des plus beau site Inca de la région.

Retour à Cuzco pour la préparation de notre trek pour le Salkantay. Achat d'un réchaud, d'une casserole, de nourriture pour les 5 jours (pâtes, riz, thon et bananes). Et oui quand on randonne, il faut être pragmatique et faire une croix sur la gastronomie !!

1er jour : Départ en bus à 5h du matin, en direction de Mollepata (2900 m alt), point de départ de l'aventure : 20kms - 7h de marche et nous arrivons à Soraypampa (3900 m alt). La nuit va être froide !

2ème jour : Départ de Soraypampa à 7h du matin et une ascension de 3h (hard!!!) pour franchir le col situé au pied du Salkantay à 4600 m alt. Mathilde a envie de pleurer... S'en suit, une descente de 4h (1700 m de dénivelé négatif). Et nous arrivons à Chaullay, les genoux en compote... 24kms - 8h de marche. Mâcher de la Coca nous aura vraiment aider durant cette journée. N.B : Dès cette étape nous formons un petit groupe motivant avec Paul (le Toulousain), Augustin (l'Argentin) et Hanna et Thomas (les Germaniques). Nous nous croiserons pendant tout le trek !

3ème jour : Cette journée était sensée être la plus facile et la plus courte. Ce fut en réalité la plus éprouvante... Nous renonçons à monter, les deux dernières heures, au Mirador de Llactapata, car les batteries sont à plat (Mathilde a des ampoules qui nous obligent à calmer le jeu pour l'après-midi). Repos, bien mérité, en compagnie de Paul et Augustin, qui sont dans le même état. 15kms - 5h de marche.

4ème jour : Grosse étape. Départ à 7h30 du camping avec Paul et Augustin. Nous achevons l'ascension à Llactapata en 2h30 et quel régal, une fois en haut, d’apercevoir une partie du Machu Picchu !! Le trek c'est aussi cela, tu souffres, mais tu es récompensé à un moment donné ! Ensuite, descente de 2h jusqu'à Hidroélectrica où nous retrouvons pour manger nos amis Allemands. Les 2h30 qu'il nous reste pour atteindre Aguas Calientes semblent peu comparées à la distance parcourue, mais elles n'en sont pas moins dures... Fin du trek, arrivée à Aguas Calientes. Hourra ! 22kms - 8h de marche. Nous fêtons ça tous ensemble, autour de bonnes bières et d'énormes pizzas!

5ème (et dernier) jour : Réveil à 4h30 pour l'ascension des 1600 marches jusqu'au site du Machu Picchu (l'effort n'est pas encore terminé...). Arrivée à l'entrée après 1h15 de marches. C'est avec émotion que nous admirons le lever du jour sur l'une des plus belles merveilles du monde ! Après 3h passées sur le site, il faut redescendre les marches... Le bus est trop cher (11€ pour 20min de bus...). Après un petit en-cas, retour a Hidroélectrica (2h de marche pour Maxime / Mathilde a abandonné et préféré prendre le train).

L'aventure du Machu Picchu se termine ainsi, mais il nous faudra passer 6h dans un bus pourri pour retourner à Cuzco !!

C'est en compagnie d'Hanna et de Thomas que nous terminerons notre séjour à Cuzco. Nos chemins se séparent ici. Mais nous nous recroiserons un jour, c'est sûr!

Fini la Montagne, Bonjour Ica et la Côte Pacifique !!! Mathilde est aux anges !!!

10
Les dunes de Huacachina
Vue nocturne sur la ville de Paracas
Le Candelario

C'est sur la côte péruvienne que nous nous échouons pour notre dernière semaine.

Changement complet de décor : les montagnes andines font place au désert et à la houle marine.

Nous passons par Huacachina, oasis perdue, encerclée de dunes de sable sur lesquelles on peut admirer un magnifique coucher de soleil ou tout simplement contempler l'horizon. Le climat y est très différent, mais la chaleur est appréciable ! Ces dunes sont connues pour y pratiquer des descentes en sandboard, à ski et faire des excursions en buggy (pas très écologiques...).

Direction Paracas, petit port touristique situé à 4 heures au sud de Lima. L'ambiance y est décontractée et on y savoure les fameux ceviches! L'endroit est connu pour se balader en bateau autour des Islas Ballestas (surnommées également "les Galapagos des pauvres"...). Durant ce tour, nous avons la chance d'observer de nombreuses espèces d'oiseaux : pélicans, guanos, pingouins, etc. Ainsi que des otaries. Le "Candelario", géoglyphe gravé à flanc de désert, s'observe également sur les berges de la péninsule.

La réserve abrite un centre d'interprétation (office de musée) au sein duquel on peut découvrir la cartographie des multiples réserves naturelles du Pérou. La diversité des types de sol, de la flore aquatique, et des espèces animales marines est incroyable (tortues, cétacés, oiseaux, mammifères). Ce centre dresse également un état des lieux assez alarmant sur l'écosystème marin et de ses espèces menacées. Le réchauffement climatique n'est pas un mythe mais une réalité à laquelle nous devons faire face.

Nous continuons ce tour dans la Réserve Nationale de Paracas, où les falaises sont vertigineuses et la mer façonne la roche. Les nuances de couleurs des strates et celles de l'océan offrent un tableau unique. Une petite pause déjeuner (et Pisco) à Salinas, charmant petit port de pêche qui vit au rythme du vol des pélicans et des allées et venues des bateaux chargés de poissons frais.

Après ce court repos, c'est un long voyage (de 40h de bus) qui nous attend pour rallier Quito, en Equateur. Un nouvel aventurier se joint à nous pour les 3 semaines à venir : Mimi !

11
11
Publié le 13 juin 2019

L'Equateur est notre 3ème pays et celui-ci contraste avec les deux premiers. Le climat est changeant avec des températures très froides dans les hauts et des températures plus tropicales au fur et à mesure que nous descendons dans les plaines. Les Equatoriens semblent moins habitués au tourisme et le regard des locaux se fait, par moment, plus insistant. Côté monnaie, ici c'est le dollar, ce qui fait monter les dépenses, car l'économie n'est pas bon marché. Le coût de la vie en Equateur est élevé, à se demander comment font les gens pour vivre décemment.

Ici, nous retrouvons un bon copain : Mimi. Cela nous rebooste, car en ce milieu de voyage, la fatigue commence a se faire ressentir légèrement. Malgré cela, notre première semaine est assez rythmée. Nous attaquons avec la visite de Quito, son centre historique, sa splendide cathédrale, son marché et ses quartiers aux ambiances diverses.

On enchaîne les jours suivants avec une descente en VTT ("aux enfers" pour Mathilde) depuis la base du Mont Cotopaxi (4500 m d'alt). La végétation et les paysages environnants sont spectaculaires. Si marcher en altitude est difficile de part le manque d'oxygène , faire du vélo l'est encore plus...

Après un bref repos à Latacunga, nous partons à la découverte du cratère de Quilotoa. Une randonnée de 12 kms est réalisable autour de celui-ci. En son centre, on peut admirer une magnifique lagune, aux eaux bleues turquoises. D'après certains géologues, les fonds de la lagune atteindraient 240 m.

Après la route des volcans, nous nous dirigeons un peu plus au sud en direction de la ville de Baños.

12
12
Publié le 26 juin 2019

Après la région des volcans, nous atterrissons dans la ville de Baños, située à moins de deux heures de l'Amazonie équatorienne. Le climat y est très humide et nous ne verrons que très peu la lumière du soleil pendant nos trois jours passés là-bas. Ceci s'explique par le fait que la ville est littéralement encerclée par un cirque montagneux qui retient les nuages. A cela s'ajoutent de fortes pluies tout au long de l'année, créant de nombreuses cascades comme el Peñon del Diablo (80 mètres de hauteur).

En bons bretons que nous sommes, la pluie ne nous effraie pas et c'est l'occasion de faire la fête un samedi soir, de "tâter" l'ambiance dans les bars et de danser sur de la cumbia!

La région est propice pour la pratique du canyoning et du rafting. Nous optons donc pour une sortie canyoning, dans le site de Rio Blanco, où nous découvrons les sensations fortes du rappel... Nous en ressortons tous les trois avec quelques ecchymoses mais "valio la pena!" (Nous attendons toujours les photos prises par le guide pendant cette sortie...).

Nous poursuivons notre route en direction de Cuenca située plus au sud et en altitude. L'air y est plus sec et le soleil est de retour, nous permettant de faire sécher quelques affaires. Cette ville est un petit bijou au patrimoine colonial riche et où respire une ambiance décontractée. Ici, nos journées sont rythmées par des petites visites de la ville, de pots en terrasse, de petits plaisirs gourmands (gastronomie locale, pâtisseries et bières Belges) et bien sûr quelques matchs de la Copa America (pour les garçons) !

Il est temps de quitter le milieu urbain pour retrouver l'air marin de la côte. Direction Puerto Lopez, pour aller y observer les Baleines !

13
13
Publié le 26 juin 2019

Nous voilà enfin sur la côte ! Nous apprécions un peu d'air marin après avoir passer plus de 2 mois et demi en milieu montagneux. Il va être le temps pour nous de prendre quelques couleurs...

Visite de L'Isla de la Plata depuis Puerto Lopez : découverte de la faune locale avec cet oiseau si mythique, le Fou à pieds bleus, ainsi que les Frégates. Deux espèces protégées sur cette île. Session snorkeling où nous observons des tortues vertes, des poissons trompette et beaucoup (trop) de Jelly Fish, sorte de petites méduses dont les piqûres peuvent être très douloureuses. Enfin, pour clore cette excursion, nous avons la chance d'assister de près au passage des baleines durant leur migration vers les eaux chaudes du Pacifique. C'est ici qu'elles se reproduisent et donnent naissance à leurs progénitures. Désolé, nous avons pas pris de photos car la mer était trop agitée ! Mais quel plaisir de découvrir ces gigantesques mammifères pouvant mesurer jusqu'à 18 m de long.

Dernière étape à Mompiche en la compagnie de notre ami Mimi. Semaine de plage et de farniente ! Les photos parlent d'elles-mêmes !

14
14
Publié le 18 juillet 2019

CALI

Malgré tout ce que nous avions entendu sur Cali (ville dangereuse et insécuritaire), ce sont dès les premières secondes que nous tombons sous le charme de cette ville.

A Cali, ça vibre!! L'ambiance est chaude, palpitante. La chaleur écrasante n'enlève rien aux sourires des Caleños, qui sont des personnes enjouées et toujours prêtes à rendre service.

Pendant nos 4 jours passés au sein du quartier San Antonio (soit dit en passant, le meilleur quartier de Cali), nous découvrons les rues colorées, les marchés servant du poisson frais quotidiennement, les clubs de salsa et L'Aqua Park. Je sais, vous me direz que c'est jouer un peu les touristes de faire un Aqua Park, mais la chaleur était telle, que quelques heures passées dans les piscines et les toboggans, ça ne fait pas de mal!!

Petit Bonus de notre séjour à Cali : nous tombons en plein 1/4 de finale de la Copa America, COLOMBIE - CHILI, donc nous revêtons nos maillots achetés 5000 pesos colombiens (soit 1,50 euros) et direction la fan zone pour aller supporter la "tricolor". Défaite de la Colombie aux tirs au but mais nous poursuivons la soirée gaiement, car c'est aussi l'anniversaire de Maxime. Fêter ses 36 ans à Cali, y'a vraiment pire comme endroit!

FILANDIA et La ZONA CAFETERA

Nous quittons Cali pour prendre un peu de hauteur et découvrir la superbe région du café.

C'est à Filandia que nous décidons de poser nos valises. Dès notre arrivée, nous palpons l'ambiance décontractée de ce petit village perché à 1900 mètres d'altitude. L'air y est frais et la riche végétation nous rappelle, par moments, certains paysages verdoyants de France.

C'est l'endroit idéal pour aller découvrir une plantation de café et connaitre mieux le processus minutieux de maturation des grains d'or noir. En effet, nous allons le temps d'une matinée, accompagnés de notre guide, suivre les différentes étapes du processus d'élaboration du café.

Tout d'abord, nous nous attardons dans les plantations pour connaitre les étapes de croissance et les différentes maladies des plantes. Nous apprenons à repérer les bons des mauvais grains à récolter. Une fois notre récolte achevée, nous passons dans une petite salle où l'on procède au "dépulpage", c'est à dire dissocier la pulpe du grain de café. Dès ce stade, il y a déjà une sélection des petits grains (haute qualité) avec les plus gros grains (moindre qualité).

Le grain, recouvert de sa peau beige, est alors mis à sécher. Sa fine peau, une fois très sèche, est enlevée en pilonnant les grains.

L'étape qui suit est primordiale et donnera la véritable force au café, c'est la torréfaction. Les grains sont donc chauffés à la poêle et le mouvement de remuage ne doit jamais être interrompu pour ne pas qu'ils grillent, ce qui donnerait un goût trop toasté au café.

Dans cette ferme, tout est réalisé à la main et à l'aide de machines artisanales, ce qui permet de nous rendre compte du travail fastidieux qu'accomplissent chaque jour les employés de la ferme.

Les grains, une fois torréfiés, n'ont plus qu'à être moulus pour être finis. Nous dégustons finalement, une tasse de café que nous avons nous même récoltés depuis les plantations. Un régal, rien à voir avec le café Grand Mère...

MEDELLIN

La route nous emmène ensuite, à Medellin. Un lieu souvent associé à son histoire de violence et de drogue mais qui a pourtant tant d'autres attraits. C'est une grosse ville où le trafic est très dense, mais nous séjournerons dans le quartier très bohème (et un peu bobo) d'El Poblado.

C'est malheureusement pour moi (Maxime) un moment délicat car je tombe malade (Grosse Bronchite) pendant tout notre passage à Medellin. Je me soigne donc avec quelques médicaments et surtout avec toutes les vitamines que contiennent les fruits exotiques d'Amérique du Sud.

Visite du centre vile avec la fameuse Plaza Botero et ses nombreuses statues sculptées.

Visite du Musée de la Mémoire et de la Violence, qui retrace toutes les grandes époques qu'a traversé la Colombie et surtout la ville de Medellin. Emouvant!

Visite enfin de la Comuna 13, considéré comme l'un des quartiers les plus dangereux du monde. Ce qui n'est plus vrai aujourd'hui car de nombreux groupes de touristes viennent visiter cette énorme cité, rappelant un peu les favelas de Rio. Le quartier est décoré d'innombrables graffitis, ce qui lui confère un caractère très ensoleillé et vivant.


Nous sommes autour du 7 Juillet et nous décidons de nous diriger vers la côte Caraïbe pour finir notre dernier mois au soleil. Fini les montagnes, place aux plages d'eau turquoise à 30°C, aux cocotiers, et à la plongée!!!! Cartagena nous voilà!

15
15
Publié le 3 août 2019

Carthagène

C'est sous une chaleur écrasante que nous arrivons à Carthagène, première ville de notre étape dans les caraïbes. Comme on nous l'avait décrit, cette ville est colorée, vivante et très très touristique. Notre hôtel est situé dans la rue des bars, la nuit s'annonce animée!!

Dès le premier soir, nous découvrons une placette où nous nous délectons des spectacles de rue et de l'ambiance bon enfant qui y règne. Quelques bières bien sûr pour lutter contre la chaleur. L'hydratation c'est primordial. Nous faisons également la connaissance d'Alex, un vénézuélien de 24 ans, vendeur de bières (et également de produits magiques). Nous sympathisons avec lui et il nous explique la difficulté de sa situation et que la Colombie est , pour lui, un moyen de fuir la misère dans son pays. Il est très drôle mais aussi touchant de par son histoire. Il nous invitera le dernier soir dans un club très branché avec vue imprenable sur la ville. Un bon moment !

Nous visitons le cœur historique de Carthagène et malgré la chaleur, nous sommes envoûtés par ses façades colorées et son architecture coloniale préservées.


Rincon Del Mar, autrement dit un petit paradis sur terre !

Les bons cotés d'être routard, c'est de profiter des bons plans. Nous avons connu l'existence de Rincon Del Mar grâce à la rencontre d'un français en Equateur - " vous verrez, c'est un petit village de pêcheurs encore méconnu des guides touristiques, vous aimerez ". Il ne nous a pas menti.

Nous devons faire 2h de bus au sud de Carthagène, puis une demi-heure de trajet en moto-taxi, avec le gros sac à dos sur le guidon. C'est alors un émerveillement quand nous découvrons enfin un paysage digne de carte postale.

Nous avons réservé pour 1 semaine dans un Ecolodge nommé "Dos Aguas". Cet hôtel récent de 4 mois est géré par un couple Italo-Colombien qui attache beaucoup d'importance au respect de l'environnement. Ce lieu n'est composé que de matériaux de base, à savoir : bois, bambou, toit en feuilles de palmier séchées, murs peints à la chaux,etc.

Cette semaine est pour nous l'occasion de réellement poser les valises (enfin nos sacs de 18kgs...) et de vivre en maillot de bain toute la journée ! Baignade, bronzette, jus de fruits frais ou cocktails au coucher de soleil, excursions sur les îles environnantes et snorkeling sont notre quotidien. Que c'est dur !! C'est également l'occasion de prendre quelques couleurs car jusque là nos fesses sont bien pâles...

Deux superbes rencontres avec Ben et Maude (amis anglais de Leeds) et de Rebecca et Jean-Damien (couple parisien fraîchement mariés, en Lune de Miel, que nous espérons revoir très bientôt).


Capurgana

Point le plus à l'ouest de la cote Caraïbe, Capurgana vaut véritablement la peine de s'envoyer 8h de bus + 1h30 de traversée en bateau. Le charme agit de nouveau quand nous découvrons la beauté des plages et la transparence de l'eau. Ce village est réputé pour faire partie des plus beaux sites de plongées en Colombie.

Nous avons le plaisir d'arriver à notre hôtel "Dive and Green" et de prendre place dans notre ravissante petite chambre. L'hôtel est également un centre de plongée et nous prenons les informations. Mathilde se laisse convaincre pour un baptême de plongée (Maxime est très content) ! Dès le lendemain, cours de préparation en piscine pour Mathilde, puis première plongée en mer à 12 mètres de profondeur. Une si belle expérience qu'elle décide de passer son Open Water, niveau 1 du PADI. C'est parti pour 5 autres plongées mais également 3h de visionnage de vidéos. Et oui, c'est ça de vouloir devenir une apprentie plongeuse ! Maxime, de son côté, fera ses 4 plongées et sa dernière en compagnie de sa chérie fraîchement diplômée. Quand on s'engueule sous l'eau, c'est très drôle !

Le récif est d'une beauté incroyable, la faune marine est au rendez-vous : coraux multicolores, langoustes, raies, tortues, némo et dorie, poissons perroquets, poissons anges, étoiles de mer, poissons boules, lion fish,etc. Et tout ça, dans une eau à 30°C.

L'idée était de passer 5 jours à Capurgana, nous y resterons plus de 10 jours tellement l'endroit est paradisiaque. Nous retrouvons avec surprise, Robin et Selena, que nous avions croiser à Copacabana en Bolivie et à Cali en Colombie (que le monde est petit!). C'est avec plaisir que nous passons nos soirées a débattre de sujets divers en leur compagnie.

Vers la fin, nous décidons de partir passer la nuit en tente, sur une plage située à 8 kms du village. Au programme, 3h de rando sous une chaleur tropicale et nous passerons la nuit sous une paillote car les orages sont fréquents dans la région. C'est une belle soirée arrosée, dans tous les sens du terme.

Petit bonus de ce séjour, il était possible de se rendre sur une plage au Panama, Plage La Miel, ce qui comptabilise pour nous un 5ème pays visité ! Anecdotique !

Plus que 10 jours avant la fin de notre Aventure ! Tic tac ! Tic tac !

Bonne lecture les amis ! Bises

16
16
Publié le 7 août 2019

Pour cette dernière semaine, nous passons quelques jours à Taganga, petit village situé à 20 minutes de Santa Marta. Nous profitons à fond de nos dernières baignades en eau chaude. C'est l'occasion de fêter les 28 ans de Mathilde dans un cadre splendide. Rhum je t'aime <3 !!

Nous quittons ensuite le bord de mer et sa chaleur pour retrouver les vallées fraîches de Minca. Cette ville est connue pour son café biologique, ses randonnées et son cadre décontracté. Nous chaussons nos chaussures de rando pour la dernière fois lors d'une balade dans les hauteurs. Nous apercevons (et entendons) les singes hurleurs, que nous n'avions pas vu jusque-là. Jolie petite pause déjeuner dans les hamacs géants suspendus depuis les collines à Casa Elemento. La vue est imprenable.

Après deux jours reposants, c'est déjà l'heure de nous diriger à Bogota pour nos derniers jours en Colombie (et sur le continent sud-américain). Free Walking Tour dans les différents quartiers de Bogota  : La Candelaria, Plaza Simon Bolivar, Teatro Colon, Fundacion Cultural Gabriel Garcia