Carnet de voyage

Découverte de l'Australie

55 étapes
33 commentaires
5 abonnés
Dernière étape postée il y a 1390 jours
55 jours et 12.000 km en voiture pour découvrir l'Australie. Au programme : Darwin, Kakadu, Katherine Gorge, Ayers Rock, Flinder Ranges, Kangaroo Island, Thredbo, Sydney, Côte Est, Cap Tribulation...
Du 6 juillet au 31 août 2017
57 jours
Partager ce carnet de voyage
6
juil
6
juil
Publié le 21 juin 2017

Ca y est on est l'aéroport, les bagages sont enregistrés et on attend le premier vol pour Munoch. Billets d'avion, passeports, permis international, visas électroniques : rien ne manquait. On a bouclé les valises bouclées à minuit pour un départ de la maison à 4h45, juste un peu de stress !

Trajet environ 20 heures : Marseille - Munich - Singapour - Darwin

Départ de Marignane

Les escales ont été courtes (2 heures maxi) mais sans problème : sushi dans un bar sympa et calme de l'aéroport de Munich, puis un vol de 13 heures vers Singapour.

Singapour Airlines est confortable, le service est bien et le repas relativement correct. Les hôtesses ont des tenues élégantes en robe longue. Pas beaucoup dormi, mais heureusement il y avait un grand choix de films ("Dalida" pour moi et un film avec le fils Bedos pour Christophe).

7
juil
7
juil
Publié le 9 juillet 2017

A Singapour, pour se dégourdir les jambes, on n'a pas pris la navette mais traversé tous les terminaux à pieds. C'est un immense centre commercial !!!

Puis dernier vol de 5 heures sous-traité à SilkAir (charter ???) dans un avion pas très récent et la nourriture pas terrible. On a dormi un peu car nous étions crevés. Pas de photos, inutile de montrer des poches sous les yeux et des coiffures hirsutes !

Débarqués enfin sur le sol australien, nous avons récupéré tous nos bagages et passé la douane sans problème malgré qu'on nous ait demandé avec insistance si nous n'avions pas de produits comestibles (les Français seraient-ils ciblés ?)

30 degrés minimum, chaleur lourde mais un petit air marin néanmoins. Taxi jusqu'à Darwin City.

Ensuite on est allé marcher sur l'Esplanade, promenade dans un parc qui longe la côte (belles couleurs mais pas de plages... et de toute manière il n'est pas conseillé de se baigner en raison des crocos).

Mathilde a apprécié l'immense aire de jeu mais quelque peu envahie par les enfants qui sortaient de l'école.

Chose absolument impensable en France, j'ai oublié mon téléphone sur un banc dans le parc, on s'en est rendu compte 2 heures après et en appelant mon numéro c'est la Police qui a répondu : on leur avait déposé le téléphone. Grosse panique pour le début des vacances !!!

Pour le repas du soir, on a marché jusqu'à la marina et dîné dans un très bon restaurant sur les quais : barramundi macéré en entrée et snapper grillé en plat principal (deux poissons locaux délicieux).

La marina de Darwin by night

Novotel au centre-ville pas super : très belle vue sur la mer mais pas de lit prévu pour Mathilde. Comme ils n'y avait pas de lit pliant disponible, ils nous ont offert une deuxième chambre en attendant de changer le lendemain.

Vue de la fenêtre de notre chambre, effet de style par Mathilde
8
juil
8
juil
Publié le 9 juillet 2017

Lever à 10H, mais comme nous devons changer de chambre il nous faut ranger toutes les affaires que j'avais sorties pour les regrouper de manière plus cohérente : affaires pour le ski, vestes et kway ne sont pas nécessaires dans l'immédiat.

On a donc fait un gros-déjeuner à 12H, bon choix pour le restaurant : produits frais, cadre et service sympa.

Dans l'après-midi nous avons rejoint la marina pour aller nous détendre au Wave Lagoon. Comme la mer est déconseillée, nous avons choisi l'option piscine à vagues. Sinon il y a une plage-bassin avec de l'eau de mer filtrée (méduses et crocos).

Wave Lagoon à Darwin Waterfront

A l'hôtel, notre nouvelle chambre a toujours la vue sur mer, un lit pour Mathilde cette fois mais également une odeur de moisi !

C'est Samedi et les gens du coin font la fête et sont très bruyants : cela n'arrange pas nos problèmes de sommeil très léger à cause du décalage horaire.

9
juil

270km 2h50 de route

Après avoir récupéré notre 4x4, un Mitsubishi Pajero, correct mais pas tout neuf car il doit être réservé pour ceux qui vont sur les pistes : quelques éraflures, de la poussière rouge incrustée un peu de partout !

Bon ce n'est pas très important, l'essentiel étant : LA CONDUITE A GAUCHE. Le loueur nous l'a souligné sur les consignes du contrat !!!

Après avoir fait quelques courses et déjeuner, nous voici en route pour notre première étape : le Parc National de Kakadu, territoire aborigène.

C'est un paysage qui alterne entre la savane et les marécages semblables à ceux de Floride. Il y a des termitières géantes (plus de 4 mètres de haut). On a croisé plusieurs road-trains avec 4 remorques (bennes ou citernes). Ils sont sacrément impressionnants.

Nous avons vu nos premiers kangourous au bord de la route mais impossible de s'arrêter. La vitesse étant limitée à 130 km/h sur la route à 2 voies, le temps de ralentir et de faire demi-tour les animaux s'étaient enfoncés dans la végétation. Il y a également beaucoup de kangourous écrasés au bord de la route. Vu la vitesse et les road-trains, on comprend pourquoi ! Un peu plus loin on a vu aussi des émeus (sorte d'autruche locale).

Pour l'hébergement, ce soir c'est Crocodile Hôtel : en forme de croco. Hôtel Mercure qui a dû être très bien il y a quelques années, il commence a être un peu vieillissant mais les tarifs ne s'en ressentent pas ! La piscine est agréable et recouverte de bâches pour le soleil. Pour le repas, on a choisi la formule buffet pour avoir plus de choix en légumes : sinon c'est beaucoup de fritures.

Crocodile Hotel à Jabiru

On a réussi a faire quelques photos mais cela prend énormément de temps pour les télécharger sur le blog (10 à 15 mn par image). Ici au fin fond du bush, internet est limité et il est presque impossible de se connecter le soir quand tout le monde est à l'hôtel. J'essaierais d'en ajouter demain.

Demain, une longue balade est prévue à Nourlangie, un site avec des peintures rupestres et si on a de la chance il y a la possibilité de voir des petits kangourous noirs endémiques de la région.

10
juil

Toujours des difficultés avec le décalage horaire donc on a eu du mal à se lever à 7h comme prévu pour être en route de bonne heure pour la randonnée : Barrk walk (barrk c'est le nom du male wallaroo noir, très rare kangourou endémique de la région de Kakadu)

Impossible de retrouver les casquettes à part celle de Mathilde. On a tout de même prévu beaucoup d'eau et un petit casse-croûte au cas où.

On pensait faire la boucle de 12 km mais la grimpette était plus difficile que prévu et nous avons fait demi-tour après la partie la plus intéressante. On a eu beaucoup de chance car nous avons aperçu le fameux barrk dans la végétation. Malheureusement, le temps de sortir les appareils photos, le kangourou noir avait disparu en quelques bonds !

Nourlangie, sentier Barrk walk et peintures rupestres

Accessibles facilement à quelques pas du parking, il y a plusieurs peintures rupestres représentant des animaux et notamment des kangourous. Ce site est moins touristique et moins fréquenté que celui d'Ubirr.

On avait envisagé de faire une autre ballade près d'un billabong (étang en Aborigène) mais on était crevés, dégoulinants de transpiration et affamés. On est donc rentrés à l'hôtel pour se rafraîchir dans la piscine et manger un morceau. Nous n'avons pas eu la force de ressortir au coucher du soleil. L'idée d'affronter une cohorte de moustiques ne nous y a pas aidés non plus.

11
juil

307 km 3h30 Jabiru - Yellow Waters - Maguk - Katherine

Départ tardif, toujours dur de se lever le matin !

Nous nous sommes arrêtés à Yellow Waters pour une très courte balade de long des étangs mais il n'y a pas grand chose à voir. Tout est fait pour inciter à prendre le bateau pour une croisière de 2 heures !

Yellow Waters

Idem pour la seule alimentation du coin, il ne reste que 2 sandwichs type SNCF. On est donc allés au restaurant juste à côté, Christophe a goûté du crocodile fumé : un peu gras mais difficile de définir le goût sous la sauce !

Encore 50 km pour arriver à l'embranchement pour Maguk. Là une piste genre tôle ondulée rouge de 12 km nous attend. Mais franchement c'est dépaysant !

Piste vers Maguk

Un peu inquiétant parfois lorsqu'on voit les panneaux mais le contraste avec le bush est saisissant.

Environ 1 heure de marche, bien chaussés c'est mieux mais il faut parfois patauger dans les flaques !

Après une heure de marche nous sommes arrivés au bord d'un immense trou d'eau bleu foncé. S'il n'y avait pas eu du monde aux alentours, je ne pense pas que nous aurions eu le courage de nous baigner. La température de l'eau est exceptionnelle malgré la profondeur, même pour moi ! On a nagé jusqu'à la cascade et Mathilde et Christophe ont sauté depuis des rochers.

Cascade de Maguk

Encore 2 heures de route avant d'arriver à Katherine. Pour le repas, nous sommes allés au Knott's Crossing Resort conseillé par le guide Lonely Planet et c'était très bon mais pour le vin ce n'est pas çà ! Hôtel Ibis sans charme mais la literie est bonne.

12
juil

Après avoir pris des renseignements à l'office de tourisme, nous n'avons pas voulu faire du canoë dans les gorges (trop touristique) mais plutôt une randonnée vers les cascades d'Edith Falls. Et on ne l'a pas regretté : une marche d'une heure seulement pour arriver à plusieurs bassins et cascades. Une eau à 25° environ, même moi je l'ai trouvé chaude ! Surtout après la ballade, on a apprécié. Pique-nique au bord de l'eau pour se sustenter, et lors de notre 2ème baignade nous avons rencontré un beau lézard de 1m de long. A priori inoffensif d'après les gens du coin.

Randonnée à Edith Falls

Pour finir la journée, nous sommes allés à Katherine Gorge. Encore une ballade avec quelques 160 marches pour accéder au point de vue sur les gorges et admirer le coucher de soleil.

Point de vue et Coucher de soleil sur Katherine Gorge

Sur le chemin, nous avons vu des arbres recouverts de grosses chauve-souris... et pas des petites ! En discutant avec une personne du parc, il nous a dit qu'il y en avait entre 10.000 et 12.000 mais qu'elles étaient frugivores.

Des milliers de chauve-souris à Katherine Gorge

Sur le chemin du retour nous avons vu de nombreux kangourous au bord de la route mais il faisait trop nuit pour les prendre en photo.

Dodo de bonne heure car demain une très longue journée de route s'annonce.

13
juil
13
juil

800 km de Katherine à Wauchope proche de Devils' Marbles

Départ vers 8H et après quelques dizaines de kilomètres un kangourou a surgit sur la route mais il est passé juste derrière la voiture. Inutile de préciser que je n'ai pas eu le temps de le photographier ! Nous en avons vu de nombreux écrasés sur la route. Egalement de nombreuses vaches percutées par les road-trains.

Plus de 800 km entre Katherine et Devils' Marbles

Sur le trajet nous avons fait différentes pauses sans grand intérêt, un café au Pub de Daly Waters, un pique-nique en bord de route, et nous sommes arrivés juste avant le coucher de soleil à Devils' Marbles (les rochers du diable).

Devils' Marbles

Nuit au Devils Marbles Hotel : un restaurant, quelques bungalows et emplacements de camping et une pompe à essence. Le restaurant est réputé notamment pour son choix de vins. Le patron, très sympathique, nous a gentiment conseillé un rouge de la Barrossa Valley : le meilleur vin depuis notre arrivée !

En rentrant dans le bungalow, une surprise nous attendait dans les toilettes : une jolie grenouille brune. Nous l'avons récupérée et mise à l'extérieur. Mais rétrospectivement nous avons eu une certaine appréhension car nous avions déjà utilisé les toilettes !!!

Devils' Marbles Hotel
14
juil

350 km sur la Stuart Highway et environ 200 km de piste sur la Garden road (ou Tourist Drive)

La boucle est bien plus longue que les 70 km que l'on aurait pu prendre pour rejoindre Alice mais cela nous a permis de tester le Pajero. Des bosses, des trous, des ondulations de type tôle ondulée, des cailloux, du sable, des virages, des vaches... de quoi nous secouer un peu !

Sur la Garden Road

Arrivée à Arltunga, ville fantôme dont il ne reste plus qu'une partie de maison. Elle a connu des jours meilleurs lors de la ruée vers l'or entre 1887 et 1930.

Arltunga, 173 km par la Garden Road et 115 km jusqu'à Alice Springs

Puis 50 km de route jusqu'à Alice Springs. Sur une partie une seule voie est goudronnée, lorsqu'on croise un véhicule il faut mordre le bas-côté ! Malheureusement il est trop tard pour s'arrêter à Trephina Gorge.

East Macdonnels

Nous arrivons à Alice Springs de jour ce qui nous a permis de trouver notre hôtel sans trop de difficultés. On a sorti les vestes et la valise avec les affaires d'hiver car la température a nettement chuté. Il fait environ 19° avec un petit air frais. Hôtel Ibis Styles avec 2 piscines mais je ne pense pas que nous aurons l'occasion de les utiliser. Repas rapide à l'hôtel (très bruyant car il y avait un groupe et bien gras à l'Australienne). Nous avons ce soir aussi de la compagnie dans la chambre; quelques blattes traînent derrière le frigo. Moins charmantes que la grenouille d'hier !

15
juil

On a beaucoup de chance car aujourd'hui il y a la course de dromadaires. La Camel Race Cup a lieu qu'une seule fois par an vers la mi-juillet. Cette année c'est la 47ème édition. Cela ressemble à une grande kermesse pour adultes et pour enfants : jeux gonflables, maquillages, stands de nourriture et quelques marchands ambulants. C'est aussi a but caritatif.

Alice Springs, Camel Cup 15 juillet 2017

Après avoir grignoté des hot dogs et des frites nous sommes allés dans le centre d'Alice Springs. Une seule rue piétonne avec plusieurs galeries d'art aborigène, quelques bars et restaurants et l'office de tourisme. Le samedi, les magasins sont ouverts seulement jusqu'à 14H.

Puis direction l'ouest vers les West Macdonnels que nous devons découvrir plus complètement demain. Aujourd'hui, nous nous arrêtons à une vingtaine de kilomètres au Simpsons Gap. Le Guide du routard nous indique que l'on peut voir des Rock Wallabies tôt le matin ou en fin d'après-midi.

Après un premier coup d'œil à la fameuse brèche, 15 mn AR, nous décidons de faire une ballade un peu plus longue (45 mn environ) pour nous donner accès à un point de vue.

Retour vers l'entrée du parc pour une autre boucle de 10 mn où l'on peut apercevoir des varans (jusqu'à 2,50 m toujours d'après le Routard !).

Au coucher du soleil, comme aucun animal n'a daigné se montrer, nous retournons vers le Gap (brèche en anglais). Et quelle chance, le rare et craintif Rock Wallaby est là malgré une famille australienne très bruyante. Après que ceux-ci soient partis, nous sommes restés un bon moment à observer le jeune wallaby des rochers qui n'avait pas du tout peur de nous. Mathilde était à 3-4 mètres de lui. La luminosité était très faible et les photos ne rendent pas grand chose. Mais Christophe a fait quelques vidéos qui sont pas mal.

Rock Wallaby à Simpsons Gap

Demain, direction les West Macdonnels, la piste de 155 km du Mereenie Loop vers Kings Canyon

16
juil

Ce matin départ d'Alice Springs en direction de l'ouest vers les West MacDonnel.

Vers les West MacDonnel

Sur la route, nous faisons quelques arrêts pour se détendre et notamment Ochre Pits, un lieu de récolte des ocres pour les aborigènes.

Ochre Pits

Plus loin, nous sommes allés marcher d'un peu plus d'1 heure (au pas de course) à Orminston Gorge. Après une grimpette soutenue, le paysage est magnifique et les couleurs flamboyantes. Puis descente dans le lit de la rivière en partie asséchée.

Ormiston Gorge

Déjeuner à Glen Helen Gorge et achat du Pass pour être autorisés à circuler en territoire aborigène et prendre la piste du Mereenie Loop. C'est là que débute la piste de 155 km de tôle ondulée. Heureusement la piste est large, cela nous permet de rouler entre 80 et 100 km/h pour ne pas trop ressentir les ondulations et pour croiser sans problème quelques véhicules. Notre Pajero n'est pas très étanche à la poussière !

Piste Mereenie Loop vers Kings Canyon

Nous arrivons en vue de Kings Canyon mais nous avons encore quelques kilomètres de piste avant de pouvoir admirer le coucher de soleil.

Kings Canyon en vue
17
juil

Après une nuit au Kings Canyon Resort, très confortable mais hors de prix (on est au lieu du désert mais quand même !), départ vers 10 heures pour une marche de 3-4 heures au-dessus du canyon. La montée est très raide mais surtout envahie par un groupe d'Asiatiques. On a traversé la moitié de la Terre pour les grands espaces australiens mais on se retrouve un peu comme sur les Champs Elysée !

Heureusement nous arrivons à éviter le gros de la foule et pouvons profiter pleinement des paysages. Ici il y avait la mer il y a bien longtemps. Mais plus de 400 millions d'années d'érosion ont façonné des reliefs extraordinaires. Les couleurs sont magiques, contraste de bleu, rouge, vert et jaune (les acacias sont en fleur)

Rim Walk à Kings Canyon

Salade et burger à Kings Creek un peu plus loin et ensuite encore 260 km de route pour rejoindre notre hôtel à proximité du gros rocher rouge perdu au milieu du désert.

Le mont Conner (tout plat) et les monts Olgas au loin

Demain, nous allons randonner au pied d'Uluru (Ayers Rock en Aborigène) et dans les monts Olgas. Christophe et Mathilde voudraient aussi faire une ballade à dos de dromadaire.

18
juil

PAS DE PHOTOS, ON EN A TROP A TRIER et PAS ASSEZ DE TEMPS POUR LES TELECHARGER.

Ce matin nous nous sommes laissés tenter par une ballade à dos de dromadaire. La ferme et l'organisation étaient au top bien que ce soit une activité trop touristique à notre goût. Néanmoins nous avons passés un très bon moment et nous avons appris beaucoup de choses sur ces drôles de bêtes.

Uluru Camel tours

Après un repas rapide, nous avons pris la direction d'Uluru, le rocher rouge, et nous en avons fait le tour en voiture. De nombreuses personnes en faisaient l'escalade mais cela ne nous semblait pas d'un grand intérêt et les Aborigènes ne souhaitent pas qu'on y monte car c'est un lieu sacré pour eux. Vu le nombre de personnes qui en redescendaient sur les fesses, on n'a pas insisté !

Uluru ou Ayers Rock

Nous avons préféré nous rendre 50 km plus loin vers les monts Olgas ou Kata Kjuta en aborigène. L'endroit est encore plus impressionnant qu'Uluru. Nous avons fait une randonnée de 2h30 environ entre les différents monts, en passant par des vallées et des gorges escarpées. C'est vraiment magnifique.

Kata Tjuta ou les Monts Olgas


Comme on n'avait pas le courage d'attendre plus d'une heure encore le coucher de soleil, nous avons repris la route vers l'hôtel en espérant arriver à temps pour le voir sur Uluru. Malheureusement, on a fait quelques courses pour le lendemain et nous avons vu seulement le crépuscule. Le soleil avait disparu juste avant notre arrivée mais on a pu faire quelques photos.

19
juil

Grosse journée de route et un départ vers 9h00 de l'hôtel. 250 km avant de rejoindre la route principale, la Stuart Highway. Le paysage devient de plus en plus désertique et plat.

La Stuart Highway  vers Erdlunda

Il est plus de 17h00 quand nous prenons la piste en direction de notre hébergement de la nuit. Là c'est encore 70 km de piste alternant grandes lignes droites, bosses et creux, traversées de torrents asséchés... Puis nous arrivons dans le Painted Desert (désert peint). Plus de relief mais toujours d'immenses étendues de terres sèches et quelques têtes de bétail.

Painted desert road

C'est à 5-6 km d'Ackaringa, notre lieu d'hébergement, que nous voyons nos 2 kangourous de la journée. Belle récompense après toutes ces heures de route.

Arrivés à la ferme, le coucher de soleil nous accueille et la beauté des couleurs nous fait oublié un moment le côté spartiate de notre chambre. Comble du hazard, des Marseillais (du Rove exactement) campent à côté de nous. Des Néo-zélandais ont préparé un feu de camp et nous en profitons pour prendre l'apéritif et nous réchauffer. La température doit approcher les 4 ou 5 degrés. On a sorti les polaires ! Après un repas grignoté dans la chambre, nous rejoignons le feu de camp et Mathilde discute avec les enfants français. La famille a émigré à Adélaïde, et des amis sont venus leur rendre visite. Toilettes et douches étant à l'extérieur, la toilette se réduit au brossage de dents !

Arckaringa Homestead dans le Painted Desert
20
juil

Dans la nuit, il a fait tellement froid que Mathilde n'est pas arrivée pas à dormir malgré la couette épaisse. Tous réveillés de très bonne heure, nous partons avant le lever du soleil. Cela nous permet de l'admirer du point de vue du Painted Desert. La température est proche de 0° et nous avalons quelques biscuits avant de reprendre la route.

Lever de soleil sur Painted Desert

95 km de piste assez accidentée avant de rejoindre Oodnadatta et sa célèbre Pink Roadhouse pour un bon petit déjeuner au chaud.

The Pink Roadhouse à Oodnadatta

Nous prenons maintenant les 400 km de piste de l'Oodnadatta Track en direction de Marree. Il n'y a qu'un hameau-motel-épicerie-station-service tous les 200 km. Cela correspond à la distance entre les stations de télégraphe qui longeaient l'ancienne voie de chemin de fer. On roule entre 80 et 100 km/h mais cela demande beaucoup de concentration au conducteur. Stop à William Creek, quelques photos d'un lac salé immense, une pause déjeuner sur le pouce et on a fait seulement la moitié du parcours.

Lacs salés sur l'Oodnadatta Track

Repartis un peu tendus à cause de la distance qui reste à faire, une agréable surprise nous attend : une vingtaine de kangourous broutent et sautent sur les collines à notre gauche.

Arrivés à Marree sans encombres, nous faisons une courte pause avant de prendre la route vers les Flinder Ranges où nous devons passer la nuit. On fait le plein à Leigh Creek et la personne de la station-service n'est pas très rassurante. Pas de carte détaillée du coin à acheter, la route est encore longue et le soleil baisse très rapidement. A ce qu'il paraît il faut faire très attention car il y a beaucoup d'accident à cause des kangourous. En roulant vers le Sud, nous assistons à un splendide coucher de soleil.

Effectivement les cadavres de kangourous jonchent la route. Nous sommes tous les 3 aux aguets car il y a aussi de nombreux moutons et il n'y a aucune clôture le long de la route. Nous comptons les kangourous chaque fois que nous en voyons un, deux, trois ou plus !

Vers 18H, la tension monte dans la voiture avec la fatigue, l'itinéraire incertain restant à faire, la réception de l'hôtel fermant à 19h30 et le restaurant vers 20h30 pour la dernière commande. Nous prenons néanmoins le temps de nous arrêter à Parachilna (on a enfin du réseau) pour rappeler l'hôtel et nous faire confirmer l'itinéraire. Il nous reste encore 100 km de piste et route à faire ! Direction Blinman, la piste n'est pas de tout repos : montées, descentes, virages, torrents asséchés ou pas, la nuit ne facilite pas les choses. Heureusement, pour nous faire passer le temps, nous sommes obligés d'être très attentifs tous les 3. Il y a des kangourous de tous les côtés, à gauche, à droite, au milieu de la route... Cela bondit de partout. Extraordinaire ! Nous en sommes à 282 kangourous lorsque nous arrivons à destination !!!

Sur la route entre Blinman et Wilpena Pound

Il est 20h et on se détend enfin : le complexe hôtelier a l'air très bien, le cadre est splendide. Nous récupérons la clé de notre chambre et mangeons un bon repas. Ouf !

21
juil
21
juil

Un bon petit déjeuner nous permet d'attaquer en forme une belle ballade vers un belvédère de Wilpena Pound. On longe une gorge bordée d'eucalyptus centenaires avant d'arriver à une grande clairière et de grimper vers les différents points de vue.

Ballade à Wilpena Pound

En descendant, nous nous arrêtons pour pique-niquer à la clairière. Bonne idée, car Mathilde aperçoit un kangourou tranquillement installé un peu plus loin dans les bois. En regardant de plus près, ils sont plusieurs en train de manger, allongés pour dormir ou assis à nous regarder. On a fait quelques photos mais on les a laissés tranquilles.

Pique-nique avec des invités surprise

De retour à l'hôtel, nous avons pris la voiture pour découvrir les paysages que nous avions traversés la veille. Dès la sortie de l'hôtel il a fallut faire attention aux kangourous. Nous avons décidé d'arrêter de les compter, il y avait trop ! La route panoramique est exceptionnelle tant pour les paysages que pour la faune.

Scénic drive et kangourous à profusion

Passage par Brachina Gorge et encore d'autres kangourous : cette fois c'est les Rock wallaby à pieds jaunes (différents de ceux que nous avions vu près d'Alice Springs).

Rock wallaby à pieds jaunes dans Brachina Gorge

Juste avant de regagner la route goudronnée, nous avons eu droit à un groupe d'émeus et à quelques kangourous devant le coucher de soleil.

Mais on a perdu beaucoup de temps pour photographier les animaux et on va encore rentrer de nuit. On a pris la piste du retour dans le noir à nouveau, dommage elle devait être belle.

Sur Moralana Scenic Drive
22
juil

Partis vers 9h30 de Wilpena Pound, il nous a fallut rouler pendant 1h30 pour trouver un endroit pour prendre un café.

Entre Flinders Ranges et Clare

Puis encore une centaine de kilomètres de belles routes jusqu'à Clare, région de vignobles. Arrêt au Visitor Center pour prendre quelques cartes et informations. On a profité des conseils pour acheter quelques bouteilles de blanc local. Repas dans un bon petit restau dans un petit hameau "héritage", c'est à dire qui a conservé quelques maisons en pierre datant de près de 100 ans !

Vignobles de Clare et hameau de Mintaro

Puis on a roulé vers les vignobles de la Barrossa Vallée, les domaines sont très gros et très tapageurs au niveau du look. Un peu à l'américaine ! On s'est arrêté chez un distributeur pour acheter des vins rouges de la vallée car il était trop tard pour visiter un domaine et déguster : dommage !

Barrossa Vallée

Ensuite route de nuit vers Adélaïde.

23
juil
23
juil
Publié le 27 juillet 2017

Repos et détente, malgré que ce soit dimanche les boutiques du centre ville sont ouvertes et nous avons fait quelques emplettes. Une bonne averse nous a fait nous réfugier dans un snack de la galerie marchande. Puis ballade le long de la rivière pour retourner à l'hôtel.

Adélaïde

Quelques lessives pour partir demain matin sur Kangaroo Island avec du linge propre.

24
juil

Debout à 6H afin d'essayer d'avoir le ferry de 9H pour Kangaroo Island. J'ai réservé un gîte sur l'île et la propriétaire m'avait dit qu'en cette saison ce n'était pas nécessaire de réserver. Ici c'est l'hiver mais apparemment les touristes ne le savent pas. J'ai voulu vérifier hier soir mais tout est complet pour aujourd'hui ! Heureusement, j'ai prévenu le propriétaire qui a joint la compagnie afin de nous trouver une place. On va essayer au forcing !!!

Après être sortis de la ville, nous longeons la côte qui ressemble beaucoup à l'Irlande ou la Bretagne. Arrivés à l'embarcadère, Christophe se met dans la file et je vais négocier pour les billets : YES c'est tout bon, on peut monter de justesse !

Ferry vers Kangaroo Island

Nous débarquons après 45 mn de trajet. Sur l'île il y a quelques routes principales qui sont goudronnées mais sinon il y a beaucoup de pistes. Les paysages sont très verts, avec beaucoup de moutons et des allées d'eucalyptus. Nous allons vers le phare de Willoughby.

Vue du phare de Willoughby

On se dirige ensuite par les pistes vers American River réputé pour ses huîtres. Petite gargote bien sympathique où Christophe s'en donne à cœur joie avec un plateau d'huîtres ouvertes d'avance (c'est pas comme chez nous) et un autre d'huîtres cuites avec différents assaisonnements.

Pâturages et hameau d'American River

Comme il n'y a pas de restaurant à proximité du gîte, on décide d'aller faire quelques courses dans la ville principale (2.000 habitants soit près de la moitié de la population de l'île). Mathilde toussant beaucoup, petit arrêt à la pharmacie pour acheter du sirop. Détente en bord de mer avec un café pour nous et à l'aire de jeux pour Mathilde.

Puis on prend la piste de la côte nord pour rejoindre Stokes Bay où se situe Waves and Wildlife, notre cottage. Et après environ 1 heure de route on arrive en haut d'une baie et on devine les cottages sur la gauche. En roulant à 15km/h on accède aux gîtes mais surtout on est accueillis par une douzaine de kangourous tranquillement installés dans la propriété. On se gare et en découvre d'autres devant le cottage et dans tout le champ qui domine la baie : ABSOLUMENT FANTASTIQUE !!!

Le comité d'accueil devant notre cottage à Waves and Wildlife

Balade près le la falaise en compagnie des kangourous, apéro et coucher de soleil avec les animaux en premier plan : que demander de plus ? Mathilde est enchantée, cela va de soit !

Plage et falaise de Stokes Bay et kangourous devant notre cottage

Pendant le repas, on aperçoit un petit animal qui gambade sur la terrasse, c'est un possum. Il est très rigolo et pas du tout craintif. Il monte sur la table, sur les chaises, sur le balcon... On sort pour le voir de plus près et le possum n'est pas du tout effarouché, il cherche si on aurait pas quelque chose d'intéressant à lui donner à manger. Comme il a aussi soif, on lui met de l'eau qu'il apprécie grandement. Il a confondu l'orteil de Mathilde avec une friandise, heureusement sans grand mal pour l'orteil !

Visite du possum sur la terrasse

Voilà encore une journée d'extraordinaire, on envisage déjà de prolonger notre séjour sur l'île.

25
juil
25
juil

Après un petit déjeuner au cottage et avoir préparé le pique-nique nous nous dirigeons vers l'Est de l'île par les pistes. Little Sahara est notre premier arrêt. C'est un emble de grandes dunes sur plusieurs kilomètres carrés. Impossible d'aller jusqu'à l'océan sans prendre le risque d'une belle averse. On se laisse tenter par la location de luges et surf pour dévaler les dunes : chutes et rigolades de rigueur !

Little Sahara

Direction la plage suivante, Vivonne Bay, absolument somptueuse, avec des couleurs magnifiques par temps orageux. On est allé un peu plus loin en espérant manger sur les rochers avant la pluie mais on a mangé dans la voiture.

Vivvone Bay

C'est seulement après avoir fini que le ciel s'est dégagé et que nous avons fait une balade près du phare.

Phare près de Vivonne Bay

En arrivant à l'entrée du parc Flinders Chase, nous avons consulté la météo pour le lendemain et nous avons décidé de partir jeudi matin plutôt que mercredi. Pour cet après-midi, on va se contenter d'aller à la pointe vers Admirable Arch car il y a une colonie d'otaries près du phare.

Phare près d'Admirable Arch, quelques îlets et bien plus loin l'Antartique

Effectivement les otaries sont bien là, on les a d'abord vues de loin mais il faut descendre vers l'arche pour les voir de très près. Elles sont très nombreuses, c'est magique de les voir de si près. Par contre, on a vite compris d'où venait l'expression "sentir le phoque" !!!

Colonie de New-Zealand Fur Seals à Admirable Arch dans Flinder Chase NP
26
juil

Aujourd'hui nous partons à la recherche des koalas, seuls animaux manquant à l'appel dans notre liste. Le propriétaire des gîtes nous a dit qu'il y en avait partout à Stokes Bay et sur la route de la côte nord en allant vers le parc de Flinders Chase. Nous voilà donc partis, roulant à 20 km/h, tous les trois les yeux en l'air. On ne sait pas exactement où chercher et on a pas eu de succès. On arrive ensuite à une jolie plage sur laquelle nous restons un moment.

Repas de midi au Visitor Center du parc. Et en allant mettre les chaussures de marche, Christophe voit le premier koala. Pas besoin de chercher bien loin; il nous a suffit de lever la tête au-dessus du parking !

Koalas dans Flinder Chase National Park

La ballade dans le parc nous a permis d'en voir 4 autres mais ils ne sont pas faciles à photographier et on attrape le torticolis. Ils sont trop beaux !

Retour de bonne heure au cottage pour arriver à temps pour notre dernier apéro au coucher de soleil avec les kangourous. Comme le propriétaire nous a laissé des graines, on leur en a donné devant notre terrasse. Trop rigolo, et on a pu voir de plus près les bébés dans la poche des mamans.

Waves and Wildlife cottages à Stokes Bay

Notre possum est venu comme tous les soirs nous dire bonjour, pour le grand plaisir de Mathilde.

27
juil
27
juil

Départ à 8h30 du cottage après avoir donné à manger aux kangourous.

Départ à regret de Stokes Bay

1h30 de route pour rejoindre l'embarcadère du ferry. La mer est démontée et il pluviote mais on reste à l'extérieur car nos estomacs préfèrent.

Le ferry, le bac et les grandes étendues des Coorong

Comme on a perdu une journée dans notre planning, mais on ne le regrette absolument pas, on va profiter de la pluie pour avancer au maximum. On a mangé un morceau et pris des informations à Strathabyn, puis la route et le bac vers la côte Limestone et le parc national de Coorong. Autant de vaches et de marécages qu'en Camargue ! Et aussi plat !

Stop à Mount Gambier pour la nuit. En espérant que demain il fasse meilleur pour profiter des paysages de la Great Ocean Road.

28
juil

Malgré un départ matinal, nous devons ajouter une 1/2 heure à nos pendules car il y a un décalage horaire en changeant d'état : nous sommes maintenant dans le Victoria. Les paysages sont verdoyants et les routes bordées d'eucalyptus (gum tree en anglais). On lève la tête en espérant voir un koala !

Nous faisons une halte pour un café à Port Fairy où nous récupérons de la documentation sur le trajet à venir. La dame nous conseille une halte à Tower Hill, un ancien volcan, et ensuite à Warrambool. Très bonne idée car le parc national de Tower Hill est superbe malgré le temps gris.

Ancien volcan de Tower Hill

A peine garés, on aperçoit un koala dans un arbre tout près de nous. Il y a aussi plusieurs émeus et notamment un qui essaie de rentrer dans la voiture pour chiper la banane de Mathilde !

Près du Visitor Center

Bientôt l'heure du déjeuner et nous nous arrêtons à Warrnambool. On trouve un super restaurant qui est en fait celui du club des maîtres nageurs. Le cadre et la vue sont magiques et la nourriture excellente.

Warrnambool

On serait bien restés plus longtemps car il y a un immense parc avec des étangs, des aires de jeux avec un labyrinthe géant et des tyroliennes.

Et pour couronner le tout, de l'autre côté de la baie on peut observer les baleines entre mai et septembre. C'est une nurserie où elles viennent élever leurs petits. On n'a pas patienté assez longtemps car on a encore beaucoup de route et les photos ne rendent pas très bien.

Observation des baleines

Puis on attaque la Great Ocean Road. Premier arrêt sur les falaises à la Grotto.

The Grotto sur Great Ocean Road

Il est déjà tard mais nous nous arrêtons pour balader aux 12 apôtres. Les rochers ne sont plus que 7 car les autres se sont effondrés suite à l'érosion. Le site est envahi de cars de touristes et d'asiatiques. Même si cela nous gêne un peu, on est tout de même impressionnés par la puissance et la majesté du lieu. Le temps orageux, les vagues et les embruns ajoutent un côté théâtral. On s'attendrait à voir surgir un bateau de pirates ou des pilleurs d'épaves.

Les 12 apôtres sur Great Ocean Road

En regagnant le parking on rencontre un kangourou qui mange tranquillement au bord du sentier. Puis on longe encore la côte mais on se retrouve dans le parc national Otway qui est immense et recouvert d'eucalyptus gigantesques. La route est sinueuse et on passe un col à 550 m d'altitude alors que l'on est seulement à quelques kilomètres de la mer. La nuit tombant on décide de couper vers l'intérieur pour regagner plus vite Melbourne. Mais le raccourci est néanmoins très long et tortueux. On doit toujours être attentifs aux animaux !

Comme on a prolongé notre séjour sur Kangaroo Island, nous n'avons pas le temps de terminer la route côtière. Il aurait fallu 2 jours de plus minimum pour tout voir.

Arrivés à Melbourne vers 20H sans souci grâce au GPS, une douche et nous voilà à la recherche d'un restaurant. Il est plus de 21h30 et nous n'avons pas pris la direction du quartier des restaurants. Le hasard faisant bien les choses, alors que nous regardons la carte, des gens du coin nous disent qu'on y mange très bien. Sans cette info on ne s'y serait pas risqué car l'entrée est au fond d'une impasse lugubre. Le restaurant sert des spécialités arméniennes délicieuses et l'accueil et le service sont irréprochables.

29
juil
29
juil
Publié le 1er août 2017

Melbourne est la 2ème plus grande ville d'Australie avec plus de 4 millions d'habitants. Et elle est aussi très étalée ! Nous sommes restés dans l'hyper centre-ville où était notre hôtel et cela nous avait faire quelques kilomètres à pied. Nous avons pris des ruelles entre les immeubles. Elles sont connues pour leur graffitis artistiques. Puis nous sommes allés au marché couvert, grandes halles tant pour l'alimentation que pour l'habillement et les gadgets. Collation copieuse dans le Food Court : tapas espagnoles pour Matilde et Christophe, fougasse ricotta-épinards + salade pour moi.

Ruelle et graffitis - Panneau d'avertissement pour le tram !

Le soir nous avons marché encore jusqu'à la rivière et nous sommes montés dans l'Eureka Tower pour voir la ville de nuit.

Melbourne by night

Le contraste est saisissant avec les contrées désertiques que nous avons traversées !

30
juil

Le temps est bien nuageux mais pas de pluie. 6h30 de route d'après Googlemap et le GPS, mais certainement sans prendre en compte certaines données ? L'autoroute est limitée à 110 km/h alors que sur les nationales à double sens dans les Territoires du Nord on pouvait conduire à 130 km/h. On a vu de nombreux panneaux pour faire attention aux koalas et quelques voitures avec des skis dur le toit. C'est bon signe !

M31 entre Melbourne et Wodongo

Pause déjeuner à Wodongo + détente et aire de jeux dans un parc. La route est belle et les paysages deviennent plus vallonnés. De nombreux moutons, chevaux et vaches dans les champs bien clôturés maintenant.

Près de 2 heures pour arriver à l'entrée du parc national du Mont Kosciusko. Impossible d'acheter le pass car le Visitor center est fermé et le distributeur ne fonctionne pas.

Route vers le parc national du Mont Kosciusko

La route est maintenant très étroite et sur certains passages la vitesse conseillée est de 15 km/h. La nuit qui tombe, sommes-nous perdus ? Des daims, un possum, des kangourous gris le long de la route. La station est à 1365m d'altitude mais nous sommes à 1600 m et toujours rien en vue. Enfin on aperçoit des lumières au loin et 2 camping-cars (certainement pour du ski de randonnée).

Arrivés au Candlelight Lodge, notre chambre est grande mais elle a conservée le charme désuet des années 70-80. Malgré la pénombre on aperçoit par nos fenêtres les ratracks qui travaillent la neige sur les pistes. Par contre il y a une super ambiance avec 2 musiciens qui jouent un bon répertoire : de notre génération quoi ! Le patron est très sympa et nous discutons pas mal. Un des musiciens est écossais et aime bien parler français car il est aussi pisteur à Val d'Isère en hiver.

Concert au Candlelight Logde

Nous voilà installés pour 5 nuits au même endroit. Après plus de 7.000 km, le conducteur va pouvoir souffler un peu.

31
juil

Pour notre première journée à Thredbo la météo prévoyait pluie et neige. Donc on l'a pris cool : bon petit déjeuner, location du matériel et achat des forfaits. En France on se plaint du prix des remontées mécaniques !!!

On fait les boutiques pour essayer de trouver un nouveau pantalon de ski et une veste de pluie pour Mathilde. Ok pour l'imper mais aucun pantalon ne convient à Mademoiselle. C'est pas grave, elle a le sien, et il ira ensuite directement à la poubelle car ça fait 4 saisons qu'elle a le même et il ne lui couvre bientôt plus les chevilles. Achat des masques pour Christophe et moi car vu la pluie et le brouillard les lunettes de soleil ne sont pas de rigueur. On avait emmené seulement celui de Mathilde. Retour à l'hôtel pour se changer et une pause déjeuner, nous sommes prêts pour affronter les frimas des Snowy Mountains.

Matos loué et forfaits en main, nous prenons le télésiège 4 places qui nous rapproche le plus du sommet. On essaie de monter plus haut mais on se retrouve dans le brouillard. Un peu plus bas, la neige est bonne et le temps s'éclairci, on descend quelques pistes avant d'aller boire un thé dans un restaurant d'altitude. L'endroit est chaleureux et nous donne l'envie d'y venir manger le lendemain.

Encore 2 descentes et nous regagnons l'hôtel pour une bonne douche et quelques parties de UNO. Très bon repas au Black Bear Inn mitoyen au Candlelight Lodge.

J'en profite pour trier les photos de nos 3 téléphones, du réflex et de la caméra. Heureusement que nous avons pris un disque dur en plus car mon ordinateur n'a pas assez de mémoire pour tout stocker ! Mettre à jour le blog prend beaucoup de temps mais le plus difficile est de choisir les photos.

MERCI A TOUS POUR VOS COMMENTAIRES, ON VOUS EMBRASSE BIEN FORT.

Concernant les bestioles, pour le moment on n'a rien vu de redoutable, mais ici c'est l'hiver et serpents et araignées n'aiment pas froid. On est tranquille mais en remontant la côte on va retrouver des températures plus élevées et on aura peut-être des surprises !

1
août

Réveil sous le soleil ce matin. Nous découvrons les pistes de nos fenêtres. Le domaine a l'air pas mal ! Les remontées sont archaïques mais hors de prix. Il y a 2 télésièges 4 places assez récents et d'autres 2 places très vieux et sans sécurité pour le garde-corps (et un où on est tenu par des tendeurs !)

Une partie du domaine vue depuis notre chambre

Cette fois nous montons jusqu'au plus haut point d'Australie accessible par remontées mécaniques, ce n'est pas les Alpes mais la vue est superbe.

Sommet des pistes

Repas sur les pistes au Kareela Hutte, un restaurant qui sert des spécialités allemandes et autrichiennes. Tout est excellent et le service super même si on est un peu étriqués. C'est certainement la meilleure adresse car le patron de notre hôtel y déjeune aussi. La neige est moins bonne que ce matin mais c'est pas mal néanmoins. Encore quelques pistes et on termine par une noire bien verglacée et avec des murs étroits et raides. Bonjour les guibolles !

La noire à l'extrême gauche du domaine

Etirements de rigueur en rentrant à l'hôtel. Christophe et Mathilde sont allés faire un tour dans le village. Repas de bonne heure car on est cuits. A 21H on étaient rentrés à l'hôtel.

2
août
2
août

Vu la température, on va skier seulement vers 10h30. La neige est excellente et on découvre une autre partie du domaine. On descend aussi des pistes qu'on avait bien aimées la veille. Slalom dans les eucalyptus, piste de border...

Encore une journée magnifique !

Il y a un entrainement du club local, le TSRC (Thredbo Ski Racing Club). On profite aussi du champ de bosses. Il y a la possibilité de se chronométrer en fonction du temps de l'ouvreur, un peu comme les flèches chez nous, cela s'appelle le classement Nastar. Mais vu la qualité des skis loués et l'affûtage peu adapté à l'état de la neige, on a préféré ne pas se ridiculiser !

Les pistes sont assez pentues et les noires pas damées mais la neige est meilleure. Encore quelques slaloms entre les eucalyptus, on aime bien !

On rejoint vers 14H notre restau favori. Comme il est plein à craquer, on prend l'apéro sur la terrasse en attendant que notre place se libère. C'est bruyant, on est serrés comme des sardines mais cela nous rappelle un peu Costebelle et les repas entre amis !

Kareela Hutte

Plus de 15H lorsque nous sortons de table ! Quelques descentes supplémentaires mais on est à l'ombre et on se gèle. Retour à l'hôtel et ensuite une promenade dans le village.

Ce soir c'est fondue savoyarde au menu. Ici ils la servent avec des brocolis, du chou-fleur et des patates sautées à tremper dans le fromage, en plus du pain bien évidemment. En France c'est la canicule, 36 à 40° prévus pour la semaine !

3
août

La neige était prévue (70 cm d'après le patron de l'hôtel) mais on a eu des nuages assez hauts toute la matinée. Cest seulement vers 12h que le brouillard est arrivé.

Même endroit qu'il y a 2 jours mais dans le brouillard cette fois

On a suivi un moniteur ce qui nous a emmené en hors piste dans le brouillard et en haut d'une corniche ! Entre caresser une grosse araignée venimeuse ou me jeter dans le vide, j'aurais peut-être choisi l'araignée ! Mais plus de peur que de mal heureusement !!!

Ils m'ont assuré qu'il suffisait de se laisser glisser !
40 secondes pour gérer le stress et se lancer... Finalement arrivée sans souci !!!

Encore quelques bosses, slaloms entre les eucalyptus (on adoooore !) et on a rendu notre matériel. Lunch au Central Road, excellent.

Jolie architecture et pas mal d'activités extra-ski

Puis sieste pour Christophe et centre aquatique pour Mathilde.

4
août
4
août
Publié le 6 août 2017

Il a neigé dans la nuit mais en altitude seulement. On quitte les Snowy Mountains après un bon petit déjeuner. Il tombe quelques flocons mais cela ne nous empêche pas de charger la voiture et de regagner la route principale. Les montagnes sont enveloppées de brouillard mais nous nous dirigeons vers le soleil.

Nous longeons un lac près de Jindabyne.

Jindabyne et son lac

Puis 2 heures de route pour arriver à Canberra la capitale de l'Australie.

Entrée dans Canberra
Le ciel a un aspect spectaculaire

On récupère l'autoroute sur 200 km environ avant de se diriger vers la mer, pardon l'océan ! Cela devient plus vert et on voit qu'on arrive dans un secteur plus chic ; belles demeures, parcs à chevaux, clôtures et pelouses taillées au cordeau... Puis on descend vers Wollongong, notre destination du soir, par une route en lacets étroits. La végétation est tropicale avec des fougères arborescentes.

Descente vers Wollongong

Avant d'arriver à l'océan, nous suivons un étang salé, l'Illawara. La température est remontée à 14°, fantastique par rapport aux derniers jours !

Le long de l'Illawara

Le temps de monter à notre chambre le soleil s'était couché. Mais la plage a l'air magnifique.

5
août

Ballade sur la plage le matin avant que Mathilde ne se lève. Elle préfère rester dans le lit douillet. La température est de 19° et le soleil brille. Il y a déjà pas mal de monde aux terrasses de café.

North Beach à Wollongong : on aperçoit nos premiers surfeurs

Petit-déjeuner brunch vers 11 heures et on prend la Grand Pacific Drive en direction de Sydney. La route longe la côte d'assez loin mais passe entre de belles maisons. Il vaut mieux la prendre dans l'autre sens pour accéder plus facilement aux différents points de vues. Le Cliff Bridge est spectaculaire mais les photos prises de l'intérieur de la voiture ne rendent pas grand chose. Arrêt café et photos à Bald Hill.

Grand Pacific Drive et le Cliff Bridge

On a continué vers le Royal National Park. Il est immense et va jusqu'à l'entrée de Sydney. Il y a beaucoup de balades à faire, en bord de mer notamment, mais le temps manque.

Royal National Park

On a ensuite récupéré la route principale. La banlieue de Sydney commence à plus de 30 km du centre-ville où nous allons.

Installés à l'hôtel vers 14H, nous profitons de l'après-midi pour faire un tour dans le quartier The Rocks. C'est là que les premiers colons arrivèrent en 1788. On découvre aussi le célèbre Harbour Bridge construit entre 1924 et 1931 et l'incontournable opéra de Sydney.

Pour les photos, il faudra patienter un peu car je doit faire le tri : on doit bien en avoir 200 à tous les trois !

6
août

Donc hier après-midi nous sommes partis à la découverte du quartier The Rocks. Ensuite nous sommes montés dans un des piliers du Harbour Bridge pour avoir une vue dominante sur le port. Si on avait 378 dollars australiens à dépenser par personne, il y a l'ascension du pont avec une ligne de vie. Robert de Niro, Will Smith, Katy Perry et d'autres l'ont fait. Pas de regret il n'y a pas de place de disponible avant lundi !

Vue du haut du pilier du Harbour Bridge
Ballade au pied du Habour Bridge
Quartier The Rocks

Balade autour de l'Opéra et apéritif à proximité.

Apéro près de l'Opéra de Sydney. Il est somptueux et on ne s'en lasse pas.
Sydney by night

Le lendemain matin, petit déjeuner dans la chambre, café dans The Rocks. Mathilde a flashé sur des colliers pour chats et chiens avec des nœuds papillons ! On a ensuite pris le ferry vers Kiribilli et balade le long des berges. Halte au LunaPark local pour le plus grand plaisir de Mathilde. Sans avoir de plan, on a eu la chance de tomber sur des endroits peu fréquentés et avec une vue magnifique sur le pont et l'opéra.

Quartier de Kiribilli

On a pris un autre ferry en direction de Darling Harbour. Quartier très touristique avec la marina (il y avait le salon nautique), le musée maritime, l'aquarium, des restaurants, une galerie commerciale... Après avoir mangé au Blackbird café nous avons pris nos billets pour l'aquarium, absolument magique !

Darling Harbour
Aquarium de Sydney
Le top c'est de voir requins, raies et dugongs passés au-dessus de nous !

Retour par le ferry. De nuit, la vue sur le Harbour Bridge et l'opéra est extraordinaire.

Ferry pour le retour sur Circular Quay

On avait prévu de mangé au restaurant de l'opéra car aujourd'hui c'est notre anniversaire de mariage. Mais après un bain dans la piscine on était cuits... et le restaurant ne prenait plus de réservation ! On verra demain ? On a fini par un plat de pâtes au beurre dans l'appart !

7
août
7
août
Publié le 10 août 2017

Aujourd'hui nous avons pris le bus pour découvrir les extérieurs de Sydney. Après être passés dans des rues bordées de petites maisons anciennes, on arrive à la plage de Bondi Beach (prononcer Bondaï pour faire local !) Petit café au Pavillon sur la plage puis balade les pieds dans l'eau.

La célèbre plage de Bondi Beach

On a repris le bus vers Rose Bay en traversant des quartiers avec de belles maisons. Malheureusement il y a des fils électriques partout et cela gâche un peu le paysage.

Entre Bondi Beach et Rose Bay

Il y a beaucoup de vent et la baie n'est pas abritée. On a cherché un endroit pour déjeuner mais on a dû partir dans la mauvaise direction car il y avait seulement le club d'hydravion et le club de yachting et nous étions pas assez bien habillés ! On a donc longé la baie et fait le tour d'une presqu'île mais toujours pas de restaurant. Mais une succession de résidences et demeures très chic et dont on aperçoit que le toit. Ou parfois la porte de l'ascenseur pour le garage ! Comme il était 15H, on s'est contentés d'un snack en bord de plage. C'est une plage entourée de barrières anti-requins !!!Rose Bay

On a repris le bus pour rejoindre le centre-ville. Arrêt à l'angle de Pitts et Market Street pour faire les boutiques et profiter des soldes pour acheter pantoufles et bottes UGG (marque australienne). Ce sera très bien pour Pra-Loup car le carrelage est froid.

Mathilde fait des blagues à un monsieur....statufié mais on s'y tromperait !

Retour à l'appartement pour une séance de gym et un bain rapide avant d'aller dîner. Oui, oui, j'ai pu réserver au restaurant de l'opéra !

Bennelong Restaurant
8
août

Départ de Sydney par le Harbour Bridge puis on récupère la Pacific Highway.

Impressionnant aussi quand n roule dessus !

On a du mal à doubler les camions qui ne semblent pas avoir de limitation de vitesse différente de celle des voitures. Qu'en penses-tu Jean-Luc ?

Pacific Highway

On sort pour longer la côte et manger un morceau. Arrêt au Visitor Center de The Entrance et lunch près du phare de Norah Head.

Phare de Norah Head

On a continué la route qui est la plus près de l'océan mais sans intérêt car on est loin de l'eau. A Newcastle, on a repris la Pacific Highway jusqu'à notre destination Port Macquarie, station balnéaire familiale et sympathique mais peu fréquentée en cette saison. C'est la première fois que nous n'avions pas réservé d'hôtel, cela a été un peu galère mais on a finalement trouvé au Mantra. Pour les repas, c'est galère aussi car ils mangent vers 18h30 comme les Anglo-Saxons et nous plutôt à l'heure espagnole ! A 21H c'est l'extinction des feux et on fait la fermeture de chez Hogs après avoir mangé un bon steak.

9
août
9
août

Balade en bord de mer pour Christophe et moi, Mathilde fait la grasse matinée. Puis baignade à la piscine de l'hôtel et petit déjeuner au club des sauveteurs en mer.

Port Macquarie

Longue journée de route et pas très agréable à cause des travaux. Ils construisent l'autoroute entre Sydney et Brisbane car pour le moment il n'y a que quelques portions à 4 voies. Quant on dit autoroute, cela n'a pas grand chose à voir avec nous car il n'y a que très peu d'échangeurs et il y a des entrées et sorties à angle droit voire des carrefours assez dangereux.

La Pacific Highway, la plus grande route entre Sydney et Brisbane

Avant Coffs Harbour nous avons pris une route secondaire recommandée par l'office de tourisme mais surtout pour éviter une portion avec beaucoup de travaux. Bien nous en a pris car le paysage est plus vallonné, des bananeraies, des chevaux dans les prés et un bon restaurant authentique pour le repas de midi.

Après les bananes, les champs de cannes à sucre mais à priori pas de production de rhum ! On doit être dans une région où il y a beaucoup de koalas car il y a de nombreux panneaux de signalisation et même des affichages lumineux. Pour éviter que les koalas traversent la route, ils ont installé des grillages mais aussi des filets aériens.

Attention : Traversée de koalas !

Vers 16h30 on a réservé un appart car plus d'hôtel de disponible. Heureusement car toutes les réceptions ferment vers 17H. On a juste eu le temps de longer la côte entre Ballina et Byron Bay avant le crépuscule. Le soleil se couche de plus en plus tôt car nous sommes au point le plus à l'est de l'Australie. Après la douche nous sommes sortis pour aller dîner et nous avons trouvé un bon restaurant en bord de mer qui sert du poisson. Grilled Fish Mix pour Christophe et moi, c'est un assortiment de poissons et crustacés grillés. Très bon !

Byron Bay au crépuscule
10
août

Un bon petit déjeuner au restaurant de la veille, le Fish Head, nous a permis d'attaquer l'ascension du phare de Byron Bay de pied ferme. En fait, on s'est garés sur un parking plus proche et la balade longe l'océan. Le sentier longe plusieurs plages magnifiques et on a passé beaucoup de temps à observer les baleines et les dauphins.

Balade pour rejoindre le phare de Byron Bay
Observation des baleines

Petit raidillon jusqu'au phare et ensuite la vue plonge sur l'autre côté avec une autre plage sublime.

Route 38 pour essayer de longer la côte mais ce n'est pas évident d'apercevoir la mer. Finalement on essaie une perpendiculaire et on trouve un bon restaurant, une aire de jeux et une plage. Les panneaux ne sont pas très engageants et on pense avoir vu des méduses sur le sable mais elles ressemblaient à des billes transparentes sans filaments. Comme les plus petites sont à priori les plus dangereuses on les a laisser tranquilles.

Plage de Kingscliff

Après un court passage sur la Pacific Highway, on a bifurqué vers la côte à nouveau pour rejoindre Surfers Paradise. En fait c'est comme à Miami, une plage à perte de vue à l'est et des canaux à l'ouest, et des gratte-ciels partout. C'est assez photogénique car les couleurs sont superbes mais ce n'est pas ce qu'on préfère.

Surfers Paradise

Le soleil se couchant déjà, on repart vers Brisbane. Arrivée by night bien sûr. Pour le repas, après avoir errer dans une direction hasardeuse, nous sommes tombés sur un restaurant grec qui était presque plein malgré l'heure tardive. Excellent hasard. Pour le vin par contre il a fallu que Christophe aille l'acheter dans la boutique en face car le restaurant n'a pas de licence pour vendre de l'alcool !

Quartier de South Bank à Brisbane
11
août

Départ prévu après le petit déjeuner car Brisbane ne nous a pas plus séduit que çà. Les villes ce n'est pas trop notre tasse de thé à part Sydney qui était vraiment sublime. On a voulu aller au plus vite à Noosa Heads par la voie rapide qui s'appelle désormais la Bruce Highway. Quelques ralentissements, le stress de la panne d'essence mais finalement nous sommes arrivés sans encombres à Noosa Heads et nous avons mangé au club des surfeurs. Noosa longe aussi un bras de mer avec une longue promenade et de belles maisons de type hollywoodien.

Après la ville, Noosa Heads offre un aspect vacances qui nous convient bien !

Après avoir pris infos et cartes au Visitor Center du coin, on a suivi les indications de Google Map pour rejoindre notre hôtel du soir. La route indiquée ne figurait pas sur les cartes touristiques peu précises mais cela a été vraiment une agréable découverte : peu de fréquentation, quelques parties non goudronnées, paysages bucoliques... On a même vu 3 kangourous et 1 koala. Nous nous sommes arrêtés acheter des légumes chez un petit producteur bio et des fraises un peu plus loin.

Talgigan road entre Noosa et Hervey Bay

Encore une centaine de kilomètres avant d'atteindre Hervey Bay pendant le coucher de soleil et arrivée de nuit à destination. Quelques achats pour se préparer le repas car nous avons à nouveau un appartement. Chic, nos estomacs et intestins vont se reposer de la nourriture un peu trop riche des restaurants !

12
août

Un réveil de bonne heure nous permet de marcher avant que Mathilde ne se lève. Bain dans la piscine et on ne traîne pas trop pour se préparer et petit-déjeuner-lunch. Il faut avoir le ventre plein mais pas trop pour les sorties en mer ! Et là c'est magique : pendant 3 heures on a observé des baleines sous toutes les coutures. L'espèce que l'on trouve le plus dans la baie c'est la Humpback Whale ou baleine à bosse. Elles mesurent généralement 13 à 14 m de long et pèsent dans les 25 tonnes. Comme il n'y a peu de bateaux et que ceux-ci sont très respectueux, les baleines ne sont pas du tout effrayées mais plutôt attirées par notre bateau. Elles s'approchent, tournent autour du bateau et viennent même nous dire bonjour. On a dû en voir une vingtaine de très très près. Absolument incroyable et très émouvant. Je pense à Odile avec qui j'avais fait ma première observation de baleines dans la baie du St Laurent au Québec il y a quelquessss années de çà : on n'avait pas eu la chance de les voir d'aussi près et aussi nombreuses !

On a fait plus de 500 photos et au moins 1h30 de vidéo; trop dur de faire le tri. On vous en met juste quelques unes pour vous donner une idée.

Quand on dit qu'on les a vu de très près , on n'exagère pas !
Bouches, nageoires, ailerons, queues, ventres...
Le graal de l'observation c'est le "breach" (ou back-flip pour les skieurs et autres sportifs !)

A notre retour, il y avait des centaines de personnes pour nous accueillir et même un prêtre ! En effet, notre bateau a participé à la bénédiction pour les baleines et leur observation. Et pour couronner le tout, nous avons même eu droit à un feu d'artifice ! What a wonderful day.

La marina d'Urangan à côté d'Hervey Bay
13
août

Ce week-end c'est le sea-food festival, très typique avec des stands pour les associations locales, quelques souvenirs mais surtout pour mange et boire. Les gens viennent avec leur siège pliant et il y a des musiciens. Dégustation de vin possible mais dans de minuscules verres en plastique. Comme il y avait la queue partout, on a préféré aller manger à River Heads où on devait prendre le ferry pour aller sur l'île de Fraser Island. Il n'y a qu'un seul petit café mais avec une jolie terrasse qui domine un bras de mer. On se croyait dans une volière : beaucoup d'oiseaux, de perroquets, de pies... Par contre, ils viennent picorer dans les assiettes et on a des vaporisateurs pour les éloigner : très drôle !

Vue de la terrasse du River Heads Café

Départ du ferry à 15h30 et il faut embarquer en marche arrière. A l'arrivée on comprend mieux pourquoi : on débarque sur une jetée en bois à une seule voie !

La barge-ferry pour Fraser Island

Juste le temps de décharger les bagages et on a eu le temps d'aller boire un verre au coucher du soleil.

La plage de Kingfisher Bay
14
août

Départ dans la brume vers 7h45 car nous espérons précéder les cars 4x4 touristiques peu nombreux néanmoins. Le goudron s'arrête dès la sortie de l'hôtel et on fait immédiatement connaissance avec les conditions de route. En fait ce n'est que du sable; ou plutôt une succession de creux et de bosses avec des ornières redoutables. Pour corser la chose, il n'y a qu'une seule voie et c'est à double sens ! La limitation de vitesse est de 30 km/h.

Les photos ne rendent pas bien le relief réel.

Devant nous un petit Vitara, il n'a pas vu une souche qui dépassait et a crevé. Christophe a laissé passer 3 gros 4x4 dont un avec une remorque-caravane qui étaient derrière nous. Mais on les a retrouvés en arrivant en bord de mer car la remorque s'est enlisée. Vu qu'il nous a fallu freiner, nous nous sommes aussi enlisés ! Heureusement les occupants d'un bus 4x4 sont venus nous pousser. Bien obligés sinon ils étaient coincés derrière pendant un moment.

Arrivée sur la plage

La veille, nous avons rencontré un Canadien qui nous a conseillé de partir très tôt car la marée monte rapidement et surtout de ne pas rouler trop vite sur la plage. Il a abîmé son véhicule en traversant trop vite un ruisseau qui se jette à la mer ! On s'en est rendu compte lors du premier kilomètre.

Pause café à Happy Valley où une dame nous a très gentiment conseillé sur l'itinéraire en fonction de la marée. La plage fait 75 miles soit plus de 120 km de long. Comme nous n'étions sur l'île qu'une seule journée il n'aurait pas été raisonnable de dépasser Eli Creek sans être coincés par la marée au retour ou alors on aurait pas eu le temps de voir autre chose que la plage. S'arrêter à Eli Creek était une une bonne idée car un ruisseau sablonneux serpente dans les dunes avant de se jeter dans l'océan. L'endroit est bien aménagé et marcher dans le courant rafraichissant.

Happy Valley et Eli Creek

Trajet en sens inverse puis nous sommes descendus plus bas jusqu'à Eurong. Nous avons vu 2 baleines qui longeaient la plage à 100m de la cõte et une ribambelle de mouettes alignées comme sur une brochette. La conduite sur la plage n'est pas de tout repos car il y a pas mal de trafic, des ornières, des flaques d'eau salée, parfois des rochers et même des avions... mais surtout des ruisseaux à traverser. Suivant l'importance du cours d'eau le décroché dépasse les 50 cm de haut, il faut être attentif et chercher le passage le plus adapté. Mathilde en a fait les frais lors d'une secousse impromptue : sa valise est passée par dessus l'appui-tête et lui est tombée sur le dos puis a atterrie sur ses genoux !!! Quelques contusions mais rien de grave heureusement.

Trafic chargé même en semaine
Et la mer monte vite !

Il est bientôt 11h30 lorsque nous reprenons une piste en direction du Lac MacKenzie. Arrêt à Central Station et balade dans la Rainforest avec arbres gigantesques et plantes parasites.

Forêt tropicale à Central Station

Nous continuons ensuite jusqu'au Lac MacKenzie. Le pique-nique est réglementé et on ne peut manger que dans les aires spécifiques clôturées. Consignes de sécurité obligatoires car il y a des dingos dans les parages. On en a pas vu mais un beau lézard d'un mètre environ et des martins-pêcheurs.

Pas de dingos mais nous ne sommes pas seuls

Le petit sentier qui rejoint le lac maintient le suspens. Mais dès qu'on aperçoit la vue est magnifique. La température est fraîche mais l'eau si limpide que même moi je me suis laissée tentée ! Les tortues d'eau douce fréquentent le lac. J'ai vu une tête dépassée mais de loin.

Lake MacKenzie, un lagon d'eau douce, pas de méduses ni de requins. Le paradis s'il y avait eu quelques degrés de plus.

Puis encore 45 mn pour faire les 14 km jusqu'à Kingfisher et sans trainer ! Ouf, on retrouve le goudron avec un certain soulagement. On avait réservé le ferry de 20h30 en cas de difficulté, mais comme tout s'est bien déroulé nous avons eu le temps de prendre un bain à l'hôtel et de négocier une place sur le ferry de 17h00.

Dernier passage délicat avant de retrouver le goudron

Bye bye Fraser Island. C'était super mais 2 ou 3 jours sur l'île nous aurait permis de monter plus au nord, rencontre avec les raies manta et les requins à ce qui parait. Ou de descendre prendre la barge qui mène à Rainbow Beach.

15
août
15
août
Publié le 23 août 2017

Bon, voilà des nouvelles. Quand ce n'est pas la connexion internet qui est désastreuse c'est le clavier tactile de mon ordinateur qui débloque. La souris joue aux 4 coins à une vitesse folle et pas moyen de solutionner le problème ! Et comme sur cette partie de notre voyage nous n'avons pas réservé les hôtels à l'avance, cela prend aussi pas de temps de trouver quelque chose de correct.

Christophe s'est levé de bonne heure et est allé marcher. L'ambiance était assez irréelle car il y avait un brouillard à couper au couteau et il ne voyait pas le bout de la jetée.

Hervey Bay : marée basse et brouillard

Avant de reprendre la route il a fallu passer au karcher la voiture et donner un coup d'aspirateur. Notre prochaine étape sera les îles Whitsundays mais comme il y a près de 880 km nous allons faire un arrêt à Rockhampton qui est à mi-chemin. La route principale est assez fréquentée, il y a aussi des travaux et on croise de nombreux convois exceptionnels. On a vu aussi 3 kangourous au bord de la route. Ils commençaient à nous manquer !

Big Giraffe Café et arrêt au Visitor Center de Rockhampton au Tropique du Capricorne

Comme nous n'avions pas réservé d'hébergement, nous avons cherché un hôtel près de la rivière. On s'est fait escroquer sur la chambre car on avait demandé avec vue sur la rivière mais on a eu la seule qui restait et qui était au 2ème étage; donc on a eu la vue sur les toits du restaurant ! On s'en est contenté car ce n'est que pour une nuit. L'hôtel est bien situé à proximité des restaurants et d'une immense aire de jeux. Balade le long de la rivière et très bons morceaux de bœuf pour le dîner. Capitale australienne de l'élevage de bovins oblige !

16
août
16
août
Publié le 23 août 2017

3h30 de route pour aller jusqu'à Mackay. La route est assez monotone et de nombreux panneaux sont présents pour maintenir le chauffeur éveillé: avertissements et énigmes !

Repas de midi à la marina de Mackay : poisson au menu. Puis encore 1h45 de route parsemée de champs de canne à sucre, de rails pour le transport de la canne, et de panneaux signalant les trains. Et finalement nous arrivons à Airlie Beach.

Canne à sucre à perte de vue avant d'arriver à Airlie Beach

Arrivés à Airlie Beach, on se croyait à Bandol en plein mois d'août. Comme les plages ne sont pas terribles et qu'il faut compter sur la compagnie des méduses, un lagon artificiel sert de plage principale. Malheureusement, un cyclone est passé par là au mois de mars et toutes les installations sont en cours de rénovation. Quant à l'hôtel, grosse déception ! On se retrouve dans une chambre en rez-de-chaussée avec une seule baie vitrée qui donne directement sur le parking. Cela fait penser à un garage aménagé... et moi qui ai réservé pour 4 nuits ! J'essaie de négocier pour annuler les jours suivants mais on passe la première nuit ici car tous les hébergements sont pleins : semaine de régates dans la baie !!! Finalement je trouve un appartement pour 2 autres nuits mais rien pour le samedi, on verra bien pour la suite. Quelques peu soulagés, nous cherchons un restaurant et on choisit un italien. On prend le poisson du jour : un nom imprononçable mais un goût délicieux et très bien préparé. Petite balade digestive le long de la plage.

17
août

Nous avons bien dormi malgré le cadre peu enchanteur. C'est l'essentiel mais on se s'éternise pas. Une fois le petit-déjeuner pris au Deck à côté, on se renseigne sur les activités à faire. On avait pensé prendre un bateau pour aller sur une île avec une plage superbe mais tout est complet jusqu'au samedi, jour de notre départ.

Nous chargeons nos valises pour garer la voiture dans notre nouvel hôtel. Cà à l'air très bien et on décide donc d'aller faire une marche le long de la mer avant de pouvoir disposer de notre appartement. En fait de marche, la balade s'est prolongée jusqu'à l'autre village pour essayer de trouver une plage. Mais Airlie Beach est surtout une base pour partir visiter les îles alentours et avec la marée basse, les quelques plages sont bien tristounettes et les panneaux signalant les méduses mortelles ne sont pas engageants.

Airlie Bay : idéal pour la voile mais pas pour la baignade

Ne trouvant pas de taxi pour le retour, nous retournons sur nos pas pour aller manger près de la marina. Le cadre est magnifique et le repas délicieux. Nouvel arrêt au Visitor center pour chercher quelque chose à faire pour le lendemain et on réserve nos places pour une promenade en mer jusqu'à la fameuse plage avec un gros bateau (type promène-couillons !). Nous regagnons l'hôtel et après avoir décharger les affaires nous plongeons dans la piscine chauffée à 30° environ. Presque trop chaude ! En tous les cas, on a trempé près d'une heure tellement on a apprécié.

Une bonne douche et nous sommes retournés manger au restaurant italien de la veille : une valeur sûre.

18
août

Matinée cool à l'hôtel avant de prendre le bateau qui se trouve à 5 mn à pied en dessous de l'hôtel.

La mer est calme et le ciel dégagé mais on a néanmoins besoin d'un lainage pour rester sur le pont du bateau. Il y a de nombreux voiliers et on passe entre différentes îles et on a aussi aperçu 2 baleines au loin. Stop à Hamilton Island pour changer de bateau. Dans le port il y a plusieurs voiliers qui ont dû participer aux régates et d'autres venus y assister. L'ambiance parait très chic et de premier abord l'île semble être assez préservée mais quelques énormes verrues immobilières gâchent le paysage.

Hamilton Island

Finalement nous arrivons à proximité de la plage et oh surprise nous ne débarquons pas directement avec une passerelle sur la plage comme sur la brochure mais un bateau passerelle vient nous chercher en faisant des allers retours ! La plage est belle et le sable est très fin mais on est un peu déçus. L'eau n'est pas chaude et la distribution de combinaison anti-méduses ne nous incite pas à une très longue baignade. Bronzette, balade le long de la plage et frisbee.

Whitehaven Beach

Retour à Airlie Beach par la même route.

Retour au coucher du soleil
19
août

Départ vers 10H d'Airlie Beach en direction de Townsville. 276 km et 2h40 de route sans compter les stops.

Ferry vers 15h30 sans la voiture car l'île n'est pas très grande et il y a des bus qui desservent tous les points de l'île.

Ferry pour Magnetic Island

A peine débarqués nous gagnons notre hôtel à pied (juste à côté). Mais là on a la mauvaise surprise d'apprendre que notre chambre n'est pas disponible. Ils nous demandent de patienter plus d'une heure, heureusement dans la piscine chauffée !

Mais il doit y avoir un souci avec la chambre car ils nous proposent pour s'excuser le seul appartement de disponible : un grand appart les pieds dans l'eau avec un immense séjour et 3 chambres dont la notre qui donne directement sur l'océan. On n'est pas perdants !!!

On a gagné au change !

Un petit plouf à l'autre piscine, non chauffée celle-ci mais à débordement sur l'océan, et on s'aperçoit que nous avons de la compagnie : des rock wallabies nous observent d'un œil curieux.

Piscine à débordement et wallabies

Et pour couronner le tout, les wallabies viennent devant notre logement pendant que nous prenons l'apéritif. Absolument magnifique !

Pas moyen de prendre un bain tranquille : les wallabies sont devant notre appart !

Dîner en terrasse d'un café sans licence pour l'alcool mais avec une ambiance particulière, très cool. Une belle bâche tendue, des tables et chaises disparates mais un ensemble propre et chaleureux. Et on a très bien mangé.

20
août

Petit-déjeuner en compagnie des rocks wallabies pour notre plus grand bonheur. Au menu : épluchures de carottes et de concombres et lamelles de pommes, sur les conseils de l'hôtelière.

Vraiment craquants, surtout la maman avec son petit.

Comme nous pouvons prolonger notre séjour, nous partons pour une longue randonnée. On prend un des bus de l'île afin de gagner le départ du circuit des forts. On espère voir des koalas car le lieu y est propice d'après les informations sur le parc. La montée se fait sans problème mais sans koalas. Juste au détour du chemin, on aperçoit un petit koala tranquillement en train de dormir au creux d'une branche.

Sentier montant vers les forts de la 2ème guerre mondiale

On continue notre balade vers les différents points stratégiques du site de la 2ème guerre mondiale. Même s'il ne reste pas grand chose à part quelques blockhaus, la vue à 360° est magnifique.

Puis on descend pique-niquer près du koala. Pour lui c'est l'heure de la sieste car il n'a presque pas bougé pendant toute la durée de notre repas. Afin d'éviter de revenir par le même chemin, on décide de prendre un sentier interdit mais bien indiqué sur Google-map. En fait ce devait être la route d'accès au fort car il reste des morceaux de béton et de goudron. Cela nous permet de rejoindre la piste qui mène à Radical Bay une belle plage avec des cocotiers.

Radical Bay

De là nous avons poursuivi notre randonnée jusqu'à Horseshoe Bay. Même en téléphonant plusieurs jours à l'avance, il n'y avait plus de place disponibles pour faire une balade à cheval sur la plage et notamment se baigner avec le cheval. Mathilde aurait beaucoup aimer ! Dégustation de glace en attendant le bus pour rentrer.

Horseshoe Bay

Baignade rapide dans la piscine de l'hôtel et bain à remous devant le coucher de soleil mais sans les wallabies cette fois. Repas à la marina et dodo direct car on est cuits.

21
août

Petite balade matinale et rencontre avec des perroquets pour Christophe et un plouf dans la piscine.


Nouveau petit-déjeuner avec les wallabies, on ne s'en lasse pas. Il va falloir faire un sacré tri dans les photos !!!

Départ par le ferry de 11h10 à regret car on aurait bien aimé visiter l'autre partie de l'île.

Arrivés à Townsville, nous avons récupérés la voiture et on a décidé de faire un petit détour pour voir un centre de formation. La secrétaire est très sympathique et nous discutons avec elle un moment avant de rencontrer le boss. Celui n'est pas très communiquant et on se contentent donc de quelques brochures et on a pris quelques photos de loin car on avait pas de chaussures de sécurité !

ITQ - Industrial Training Queensland

Puis route vers Mission Beach avec une halte repas à Frosty Mango : les spécialistes de la mangue. Ce n'est pas la saison de la mangue mais ils font de bons sandwichs et de bonnes glaces.

Toujours les cannes à sucre comme décor mais avec de belles montagnes bleutées en fond. La température est moins élevée, seulement 25° et un peu de brume. La végétation est de plus en plus dense et luxuriante.

A partir de Tully, on bifurque vers Mission Beach et la Cassowary Road. Le cassoard est un très gros oiseau (taille de l'autruche) avec une crête bleue. Il n'y en a plus que 300 en Australie et on aura beaucoup de chance si on en voit. Par contre on a vu beaucoup de panneaux les signalant !!!

Au cas où on n'aurait pas bien compris qu'il fallait faire attention !

Balade les pieds dans l'eau en arrivant sur la plage de Mission Beach. En tout 14 km de plage.

Mission Beach à marrée basse et Dunk Island en arrière plan
22
août

Après un bon petit-déjeuner nous avons loué des vélos, pas rutilants car ils sont bien rouillés par l'eau salée. Et nous voilà partis vers le nord par un joli sentier qui loge la plage, entre cocotiers et forêt tropicale.

Sur les conseils de la loueuse, nous nous sommes arrêtés sur la jetée où nous avons vu plusieurs tortues vertes de mer. On aurait bien aimé aller nager avec elles mais l'eau était trouble car le courant brasse le sable très fin. La présence potentielle de croco a mis fin à nos envies de baignade !

Présence de tortues mais aussi de crocodiles

On a continué vers le nord jusqu'à une jolie plage avec quelques emplacements de camping et des douches. On a essayé d'aller à la plage suivante en escaladant les rochers mais elle semblait pareille à la première donc pas d'intérêt particulier et la première était plus rassurante pour se baigner !!!

Nous sommes ensuite montés jusqu'au Bingil Café pour un repas bien mérité. L'endroit est très fréquenté par les Français car il est dans le Guide du Routard. Puis retour sur nos pas avec un nouvel arrêt sur la jetée mais les tortues n'étaient plus là (marée basse). Et j'ai failli perdre les pédales en passant tout près d'énormes toiles d'araignées.

Pas vu les occupantes des lieux car on ne s'est pas attardé !

Arrivés à l'hôtel, nous avions encore des forces et nous avons continué la ballade en passant par la plage à marée basse. Très rigolo mais sportif car il faut beaucoup plus forcer. Surtout au retour avec le vent en face.

Mathilde n'a pas de garde-boue sur son vélo, le résultat nécessite un bon rinçage à l'eau de mer !
23
août

Nous avons fait un petit détour par Etty Bay pour essayer de voir des casoars. Pas de casoars mais nous en avons appris un peu plus sur cet animal en voie de disparition : il peut mesurer jusqu'à 1,80m et peser 75kg. Il est aussi considéré comme l'oiseau le plus dangereux du monde. Ses pattes sont dotées de puissantes griffes longues de 12 cm. L'animal est capable de sauter en l'air et de blesser mortellement son adversaire. Il peut parcourir jusqu'à 100 km par jour, mais plutôt à l'aube ou au crépuscule. Nous avons aussi appris la différence entre les crocos d'eau douce et d'eau salée. A ce qui parait, les crocos d'eau douce ne mordent pas. Néanmoins on ne va pas chercher à vérifier.

Etty Bay, pas de cassoars mais une forte probabilité de rencontrer des crocos

Puis route vers les plateaux fertiles de l'Atherton : bananeraies, plantations de thé, pâturages...

Le long de Palmerston Highway (road 25)

Il y a aussi des lacs et cascades. La saison sèche n'est pas la meilleure saison mais il y avait pas mal d'eau tout de même.

Circuit des cascades près de Millaa Millaa et Cratere Lakes National Park

En étant très chanceux, nous aurions également pu voir un kangourou des arbres (tree kangaroo)

Comme nous ne l'avons pas vu, nous l'avons pris en photo sur une affiche !

Puis pour regagner Cairns nous sommes passés par une route qui traverse la Rainforest avec de nombreux virages. La végétation varie en fonction du versant mais comme on voit peu l'horizon les virages nous donnent un peu mal au cœur. Nous nous sommes arrêtés près d'un arbre (cathedral fig-tree) de plus de 72m de haut et je ne me souviens plus de la circonférence.

Gillies Range Road (road 52)

Retour dans la vallée et direction Cairns où nous ne passerons qu'une nuit avant d'aller encore plus au nord.

24
août

Ce matin il y a une légère brume mais il fait déjà chaud. Nous sommes allés prendre le petit-déjeuner le long de la promenade. Mathilde a profité de l'immense aire de jeux et nous avons admiré un groupe de pélicans.

Cairns le long de l'Esplanade

Juste une heure de route pour rejoindre Port Douglas. Et là, heureuse surprise, nous longeons réellement la côte. C'est peut-être la seconde fois depuis le début du voyage. En principe la route longe la côte mais à 10 ou 20 km du littoral !

Cook Highway entre Palm Cove et Port Douglas

Déjeuner à la brasserie (véritable brasseur de bière) de la Marina : salade très originale pour moi avec des courgettes en lamelles, de la mozzarella di buffala, des pois frais et quelques feuilles non identifiées. On en a profité pour essayer de trouver un bateau à taille humaine pour faire une sortie snorkeling. Pas facile d'éviter les monstres accueillants entre 65 et 85 personnes ! Finalement nous avons réservé avec Wavelenght qui prend à bord maximum 30 personnes. Et réservation pour une balade à cheval sur la plage pour lundi.

On est allé décharger nos affaires dans l'appartement et fainéanter dans la piscine chauffée à une température tout à fait correcte. Rien d'exceptionnel pour la résidence mais il ne restait presque plus rien de dispo et le logement est grand et propre.

25
août

Réveil matinal pour embarquer à bord du Wavelenght 4. On aurait espérer que le bateau ne soit pas rempli mais on est 28 en plus de l'équipage. Accueil avec thé ou café puis briefing sur le trajet (1h45 avant la 1ère trempette) et sur les consignes de sécurité et manœuvres en cas d'urgence. Puis Paul, biologiste marin très expérimenté, nous informe sur les espèces que nous avons des chances de rencontrer et sur le comportement à adopter pour les approcher sans les effrayer, notamment pour les tortues. Autres explications un peu plus angoissantes sur les requins mais finalement assez rassurantes si on n'est pas un surfeur (le requin nous prendrait pour une otarie), ni un chasseur sous-marin avec une brochette de poissons accrochés autour de la ceinture (il ne faut pas trop les tenter néanmoins) et ni si on ne gesticule pas trop (nos jambes, bras et doigts ressemblent à un gros poulpe ou une méduse pour la vision du requin). Puis distribution des combinaisons, palmes et masques. L'équipe a beaucoup d'humour et le trajet passe assez vite.

On s'équipe, le lycra ne met pas nos formes rebondies en valeur ! Paul saute à l'eau et nous informe de la présence de la animal redouté ; petit spécimen de 2 m de long à peu près et d'une tortue. On laisse partir le gros de la troupe avant de se laisser glisser dans l'eau à 24°.

Apparemment le requin s'est enfui, grand bien lui fasse. C'est absolument magnifique car on est au milieu d'un aquarium, des poissons de toutes les couleurs et de toutes tailles (mais plutôt petits et cela nous convient bien).

La fille de l'équipage nous emmène rejoindre la tortue pour la voir de près. Avec 30 personnes dans l'eau, il y a quelques embouteillages. Je n'ose même pas imaginer si nous avions été 80 !!! Mathilde a froid (et un peu peur aussi) et préfère retourner au bateau avec Christophe. Je continue de suivre le groupe avec les explications de Paul. On retrouve le requin mais je n'ai pas eu le temps de l'apercevoir avant qu'il ne se réfugie dans une grosse cavité. Retour à bord avec un petit en-cas et le bateau se déplace vers un autre site.

Mathilde est réchauffée et motivée pour retourner à l'eau. Tant mieux car cette fois le bateau nous dépose le long d'un récif que nous allons longé et nous récupèrera un peu plus loin. Les fonds sont encore plus beaux et en meilleure santé (moins de corail mort). Outre la multitude de poissons, nous avons observé une belle raie et une autre tortue. Mathilde est maintenant aussi à l'aise qu'un poisson dans l'eau et plonge mais sans le tuba car elle n'arrive pas à cracher l'eau.

Mathilde est reconnaissable à sa combinaison aux manches jaunes

Lunch avec des explications sur l'effet du réchauffement climatique sur la barrière de corail. C'est un peu long et assez technique. Paul parle vite et on ne capte pas toutes le subtilités du problème même si on comprend bien le sens général. Le discours est tout de même assez politisé, il est vrai que les Australiens sont moins sensibilisés que nous sur le développement durable.

Dernière plongée libre pour profiter du 3ème site. Toutes les photos ont été prises par Paul et son super appareil-photo : clé USB Némo avec 300 photos de la journée + un bonus des 100 meilleures de la saison.

Super expérience et très bonne compagnie pour découvrir la barrière de corail avec masque et tuba

Pendant le trajet retour vers la marina Mathilde a dormi presque tout le long. On n'aura pas besoin d'être bercés pour s'endormir ce soir. Des poissons plein la tête et plein les rêves à coup sûr !

26
août
26
août

Etape dédiée à ma cousine Marie-Annick.

On voulait partir de bonne heure pour tenter, une dernière fois, de voir des casoars mais malgré un réveil vers 6h30 nous avons pris la route seulement à 8h30. Un peu moins d'une heure après nous nous sommes arrêtés pour nous renseigner sur les disponibilités des croisières de découverte sur la Daintree River. Comme nous n'avons pas vu de crocos depuis le début de notre séjour, c'est la meilleure manière de les observer dans leur milieu naturel. Effectivement nous avons fait la connaissance de Scarface, le mâle qui est sur cette portion de la rivière, et d'Elisabeth, sa copine. Outre les crocos, nous avons aussi vu de nombreux oiseaux et un serpent qui devait mesurer 2,5 à 3m.

Bain de soleil pour Scarface et Elisabeth

Puis nous avons pris le bac qui permet de traverser la Daintree River, d'accéder à Cape Tribulation et plus loin au territoire presque inoccupé de la Rainforest sur des milliers de km² jusqu'au Cap York. La route goudronnée et tortueuse sur laquelle nous arrivons passe dans un tunnel de végétation. Il y a encore quelques habitations mais surtout des hébergements touristiques au milieu de la nature.

Le bac, la route qui mène à Cap Tribulation

Petit arrêt sur une jolie plage avec un point de vue sur le fameux cap.

Cap Tribulation est très petit avec seulement quelques hébergements, restaurants et boutiques de départ d'excursion 4x4 dans la Rainforest. Nous nous sommes arrêtés pour déjeuner au Whet Café. Puis, comme nous avons un 4x4, nous avons pris la dernière piste de notre voyage, histoire de salir encore un peu la voiture ! La piste est en graviers est en bon état sur la première partie mais passé le premier guet il y a de nombreuses ornières mais surtout des montées et descentes avec une forte déclivité. La verdure cachant le paysage, on allait faire demi-tour lorsque nous avons vu la pancarte qui annonçait le hameau aborigène proche de la cascade de Bloomfield. Effectivement la route s'élargit un peu plus loin et on aperçoit la rivière qui forme presque un lac. On retrouve 1 ou 2 km de goudron avant de bifurquer à gauche vers la cascade.

Cape Tribulation Bloomfield Road

Garés sur le petit parking de la cascade, nous avons quitté nos tongs pour les chaussures de marche. Pas d'info sur la longueur du chemin mais les pancartes "attention crocos" nous incitent à une certaine prudence. Une autre voiture se gare près de nous et nous sommes plus à l'aise pour tenter l'aventure. En fait la cascade était seulement à 150m !

Bloomfield Falls près du village aborigène de Wajul Wajul

Le trajet retour nous laisse découvrir un point de vue sur le cap que nous n'avions pas eu l'occasion de voir à l'aller.

Cape Tribulation vu de la Bloomfield Road
27
août
27
août

Aujourd'hui c'est relax. Balade au marché pour quelques emplettes et déjeuner à la Marina. Puis après avoir déposer aux achats à l'appartement et mis nos maillots, direction la plage de Four miles Beach. Qui, comme son l'indique, fait 4 miles mais tout le monde reste à proximité de l'emplacement surveillé par les maîtres-nageurs. Pas de filets anti-méduses mais le risque potentiel est affiché. C'est la haute-saison mais cela ne ressemble pas à la plage des Lecques au mois d'août ! 200m de balade pour accéder à un point de vue qui domine la baie.

28
août

Debout de bonne heure ce lundi matin pour être à 8h30 à Rocky Point près de Wonga Beach. Les chevaux sont déjà sellés et ont l'air en bonne santé. Ils ont plusieurs hectares de pâturages juste à côté de la plage. Très axé sécurité, on doit signer une décharge et port du casque obligatoire. Comme il y a une dame et sa fille de 7 ans avec nous et qu'elles n'ont jamais monté à cheval, on est resté au pas. Mais le ciel plein de nuages est magnifique et donne à mer une luminosité particulière.

Ride the beach

A priori il y a des crocos vers l'estuaire et parfois ils longent la plage. Comme les chevaux n'aiment pas spécialement l'eau salée, nous sommes restés sur le sable. Mathilde aurait bien aimé galoper ou trotter mais elle était néanmoins ravie de la balade.

On a continué en voiture jusqu'à Daintree Village mais rien d'extraordinaire. Pas de crocos en vue malgré que la rivière soit bien large.

Au retour nous nous sommes arrêtés dans un zoo pour voir le fameux casoar, dingos et autres animaux que nous n'avons pas eu l'occasion de voir pendant tout notre voyage. Nous avons été déçus bien entendu car on ne peut pas comparer avec les animaux que nous avons observés en liberté. Mathilde a pu donner quelques graines à des kangourous.

Zoo près de Mossman

Presque arrivés à Cairns, dans des terrains de sport, il y en avait tout plein. Assez surprenant mais un peu triste car ils reviennent toujours à l'endroit où ils sont nés et que maintenant leur habitat est occupé par des habitations et zones commerciales ! L'approche du départ me rendrait-elle mélancolique ?

Baignade à la piscine de l'hôtel. Restaurant ThaFish le soir.

29
août
29
août
Publié le 30 août 2017

Après un bon petit-déjeuner balade et aire de jeux pour Mathilde et coiffeur pour Christophe. On est ensuite allé chez Adorabeanbags au 383 Lake Street pour acheter des accessoires de piscine faits localement. Le mari faisait des compétitions de moto et s'est reconverti pendant 20 ans dans la fabrication de combinaisons de course. Puis il y a quelques années dans la fabrication de poufs pour piscine. Lui est anglais mais né en Australie et elle hollandaise. Très sympas !

Repas de midi chez Perrotta's : des produits frais d'excellente qualité et bien préparés. Un peu épicé tout de même !

Quelques boutiques l'après-midi pour trouver un sac de voyage supplémentaire pour y mettre nos achats. On a pesé les bagages et on est déjà limite ! Puis baignade dans la piscine et rédaction du blog pour moi.

Repas chez Water Grill Steakhouse à la marina. Grosse brochette de boeuf pour moi et steak pour Mathilde et Christophe.