Carnet de voyage

Un cycliste au Japon

19 étapes
33 commentaires
17 abonnés
Dernière étape postée il y a 1545 jours
Cycliste et élève ingénieur, j'intègre cet été une équipe de vélo japonaise pour valider mon diplôme qui oblige à un long séjour. 74 jours pour pédaler et vivre en immersion à 60 km de Tokyo.
Du 26 juin au 7 septembre 2017
74 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 20 juin 2017

J'ai profité de ces derniers moments en France pour passer voir la famille, effectuer une dernière course avec l'équipe et prendre un grand bol d'air à l'océan avec les amis.

Ma dernière course avec La Bande était le Tour du Béarn. J'effectue une très belle étape samedi : présent dans toutes les échappées et récompensé par un prix au km64. Malheureusement, des crampes dans le dernier kilomètre me gênent au sprint et je ne termine que 9ème.

Prix du km64.

Le dimanche, je me retrouve également devant avec les meilleurs et prends la deuxième place du classement des points chauds. Malheureusement, je craque dans le deuxième col après avoir aidé mon coéquipier. Je termine 23ème et 20ème au classement général.

La chaleur était écrasante ! Merci à la famille Lavigne pour le ravitaillement.

La reprise de la compétition en France se fera le 10 septembre pour la dernière Coupe de France DN3 avec La Bande à Marmande (Grand Prix de la Tomate). La Bande est actuellement 7ème/28 équipes et nous comptons bien profiter de cette manche vallonnée pour revenir sur le podium.

2
2
Publié le 26 juin 2017

Avant de m'envoler pour 10 semaines, j'ai beaucoup profité des proches. Tout d'abord avec un dernier au revoir aux différents membres de la famille, notamment mes deux grands-mères qui s'inquiètent beaucoup. J'ai également profité de ces derniers jours pour partir en vacances à l'océan avec 3 amis pendant 2 jours.

Soirée sur la plage des Estagnots (Seignosse).

Pour la fête de la musique, nous sommes tombés par hasard sur une bonne adresse : un bar rempli de surfers locaux avec un très bon DJ. La soirée fut bien arrosée, les photos ne sont pas très exploitables !

L'avant veille du départ, j'ai pu profiter une dernière fois des amis lors d'une belle soirée à la fête du Mojito ! Beaucoup de rires et de souvenirs avant de partir.

Dernière soirée toulousaine bien arrosée ! 

Le dernier jour fut pour les proches avant un décollage à Blagnac à 9h55 ! Valises bouclées à minuit toujours prévoyant dans l'organisation... En avaaaaant !!

3
3
Publié le 26 juin 2017

Ça y est, c'est le grand jour ! 7h à l'aéroport de Blagnac pour un départ à 9h55. Petite surprise avec l'enregistrement du bagage hors format pour le vélo : pas de franchise supplémentaire ! Vais-je le récupérer entier au Japon, réponse dans le prochain épisode...

Voyager léger on avait dit..

En tout cas, je remercie vraiment Lisa de m'avoir accompagné ce matin et pour toute son aide lors des préparatifs !

Fin des valises à H-9, on est large !

Bien arrivé à 11h50 à Frankfurt en Allemagne ! Escale jusqu'à 18h, c'est long...

On s'acclimate ! 

Konnichiwa ! Après un long vol de 11h où j'ai pu expérimenter les sushis et la salade de fruits de Lufthansa, j'arrive enfin à destination !

11h de vol, et seulement 3h de sommeil 😵

Bagages récupérés après une bonne heure de queue ! Encore 2h d'attente puis 2h de bus pour rejoindre mon logement. Vite la douche et le repos 😴. J'ai réussi à acheter un ticket de bus et une carte 3G, c'est pas si dur le Japon !

4
4
Publié le 28 juin 2017

Enfin arrivé à la gare de Shinrinkoen, mon contact japonais Mr. Asada vient me chercher. Il est francophone ce qui simplifie la chose ! Il me présente les locaux de son club qui sont à 2kms de mon logement. Je peux alors remonter mon vélo qui est en pièces détachées après le transport.

Atelier du club Cyclo Passion 

Ensuite le logement est dans un quartier tranquille d'une petite ville. Il y a deux studios mitoyens de 30m carrés qui appartiennent à l'équipe.

Mon logement très sympa, largement suffisant. Merci à Mr. Asada !

Nous sommes actuellement 3 coureurs, j'ai donc un colocataire japonais de 18 ans très gentil ! Il parle un petit peu anglais et apprend le français depuis une semaine. Il m'a même cuisiné un très bon premier repas.

Riz, poisson, soupe miso et sauce soja! 

À partir de la semaine prochaine, un des deux coureurs japonais rentre dans sa région et j'aurais donc un studio à moi tout seul ! 😍. Après l'apprentissage des baguettes pour manger le poisson (avec petite aide des doigts pour moi 😂), j'ai surtout très bien dormi !

Ici, c'est la période des moussons pendant encore deux semaines. Il pleut donc pas mal et il fait chaud/humide. J'attends que la pluie s'arrête pour aller m'entraîner 3 heures cette après-midi avec Yudai, le coureur du studio voisin.

En attendant, j'en profite pour me balader le matin et découvrir un peu la ville où je suis. Tout d'abord, les maisons sont très différentes ! Toutes carrées et collées les unes aux autres. Les jardins sont petits et très bien entretenus. Chaque maison à sa/ses place(s) de parking perso : comme un garage sans mur, avec quand même souvent un abri en verre pour le toit. Il n'y a pas d'allées, les maisons sont en bord de route.

Maisons du quartier. 

Ensuite, les magasins et les publicités sont beaucoup plus colorés que chez nous. Il en va de même pour les émissions de télé, qui sont très flash ! Ici, on sent que les japonais dessinent beaucoup plus facilement que nous.

Je crois qu'on a changé de continent ! 
Petite zone verte à côté d'un golf.
5
5
Publié le 30 juin 2017

Le premier entraînement japonais avec mon coloc Taiga et mon voisin Yudai : 90kms à 33km/h de moyenne ! Ici on respecte le code de la route, on roule souvent un par un et on s'arrête aux nombreux feux. Pas de rond point mais des routes rectilignes avec des feux.

Yudai à gauche et Taiga à droite. Pause energy drink à un distributeur automatique ! Tu m'étonnes qu'on roule vite 😅.
Taiga mon coloc et un passage en forêt. 

Le soir j'ai fait mes premières courses aidé par Taiga. C'est pas simple de se retrouver car les aliments sont différents. Mais j'ai réussi à trouver du lait et du muesli ! Je vais même faire goûter à mon coloc qui ne connaît pas. Par contre il m'a fait goûter un truc qui ressemble à des œufs avec de la bave et de la moutarde. Ça l'a bien fait rire mais mon palais n'est pas encore prêt !Bon appétit 😨

Bon appétit surtout ! 

Ensuite Mr. Asada m'a amené à un cours de japonais particulier effectué dans mon village par des bénévoles. Je suis tombé sur une femme très sympa, et je sais compter, lire les prix, dire la date ! Les couleurs et les jours de la semaine faut encore que je l'intègre. Elle m'a offert une prune de son sac pour me féliciter de mes efforts, qu'elle a placé dans une assiette 'pasta box' créée en 30 secondes en origami. Sont adroits ! En tout cas, le japonais version alphabet c'est simple à lire pour nous car c'est les mêmes sons, alors qu'eux ont un langage plus restreint donc ils galèrent avec certains sons du style ´ve ´ ou ´ re ´ ou ´f ´. France s'écrit hu ra nn su (ce qui fait 4 symboles puisqu'une syllabe est un son), ce qui donne un son à peu près de hulansou. Ils n'ont ni F ni V dans leur alphabet et les deux seules différences sont que le e se dit é, le r se dit l. C'est donc très simple à lire, mais eux galerent vraiment à lire le français et c'est très drôle !

J'apprends ! 

Le soleil se couche à 19h30 et se lève à 4h30 ! Heureusement que je suis claqué et que je m'endors tôt car dès le matin le soleil perce les rideaux ! Pas de grasse mat ici... par contre j'ai les cervicales en bouillie à force de dormir sur un très fin matelas par terre 😥. Il va falloir s'y habituer !

Jeudi je suis parti de bonne heure à l'aventure seul pour 4h de vélo dans la montagne. Après 30' de nationale avec des feux tous les 300m, on rejoint des routes plus sympas et le début du col est à 45'/1h. Dans la forêt, les routes sont très étroites et sinueuses ! C'est très vert et boisé. De l'autre côté j'arrive à Chichibu, une ville réputée pour son parc et son lac.

Je suis parti visiter le lac, donc un col de 12kms le long pour remonter la rivière. Ici j'ai vu des panneaux attention aux ours, aux singes et aux sangliers ! Le bord du lac est vraiment très joli ! Au retour j'ai tenté de prendre l'autre flanc de la rivière sur une route secondaire : erreur... Un tunnel long de 300 mètres avec un virage non éclairé ! Bizarre de rouler dans l'obscurité totale éclairé par le téléphone. Surtout si je croisais un singe dans le tunnel ahah. Pas très serein !

Plein les yeux ! 

J'ai ensuite voulu aller voir le Miyuzu Park, un parc national classé dans les hauteurs de Chichibu. J'ai malheureusement crevé dans la montée... cest là que débute la galère ! J'avais une chambre à air mais pas de pompe. J'étais à 2h de la maison. J'ai d'abord songé à rouler crevé car je ne croisais personne puis dans la ville je me suis arrêté à une boutique. Le vendeur ne parlait ni anglais ni français, mais il m'a amené une pompe et des embouts. Malheureusement les embouts n'étaient pas les bons, il m'a demandé d'attendre en language des signes. Il m'a ramené un plan imprimé de la ville avec 3 noms soulignés. Il m'a dit shop en me montrant mon vélo ! J'ai finalement trouvé un magasin de vélo de ville et j'ai réussi à gonfler mon vélo \0/. Merci à la très gentille dame du magasin, qui a été paniquée à l'idée de changer ma chambre à air elle-même. Pas de soucis madame, je gère ahah.

J'avais déjà mes 4h de vélo car le détour au fond du lac n'était pas prévu et celui vers le parc non plus. J'ai voulu passer par un col qui coupait directement. Ah ben mon con, 6kms avec des passages à 15-20% c'était pas la joie. Il faut préciser que je Taiga m'a fait acheter des barres 'low calories'. 50cal c'est cool pour mincir mais avec 2 petites barres et une banane je commençais à l'avoir dur dans le col ! Les descentes sont hyper techniques, je n'en ai jamais faite d'aussi dure en France! Trop bien :D. Ensuite pour rentrer, je me suis perdu et j'ai donc fait... 6h pour 150kms et 3100D+. Quand je suis rentré, j'étais complètement sec !

Dernier col difficile mais très joli ! 
Sans oublier les nombreux signes locaux un peu partout ! 

En rentrant, Taiga m'avait laissé des restes. Par contre, ça se voyait que je tremblais lorsque j'ai dû remplir un truc avec de l'eau ! Il a du me prendre pour un taré 😅.

Le soir, on a beaucoup parlé et je lui ai fait goûter un repas fajitas ! Low calories and very good.

Repas mexicain  

Le vendredi, j'ai fait une petite recup le matin sous la flotte. J'essaie ensuite de trouver de la wifi au mcdo mais elle coupe sans arrêt ! Je suis donc obligé d'utiliser ma 3G du jour (200Mo/jour) pour rédiger l'article. Il n'y a qu'une photo sur deux qui est passée. Dommage... Ce soir je vais essayer d'aller en ville pendant que mon coloc travaille (serveur dans un restaurant en petit boulot). Va falloir goûter la bière, heureusement j'ai 21ans qui est l'âge légal ici pour alcool et tabac ! Si consommation plus jeune c'est très grave et passible d'amende/prison. Mon coloc ne connaît donc pas le goût de la bière 😱.

6
6
Publié le 1er juillet 2017

En me baladant dans ma ville, qui est de la taille de Muret, je n'ai pas trouvé de grande zone commerciale mais j'ai réussi à localiser les bars ! En rentrant je suis tombé par hasard sur un temple :0. Il y avait beaucoup de monde et je ne savais pas vraiment si j'étais à ma place, si l'entrée était gratuite etc. C'était un lieu religieux et la plupart des visiteurs plongeaient une cuillère en bois dans une rivière artificielle à l'entrée. Ils passaient ensuite au travers d'un grand cerceau en corde. Il y avait également un lieu d'offrande où les gens donnaient une pièce avant de dire une prière devant un autel. C'était vraiment très typique.

Temple en plein centre ville. 
La place prépondérante des animaux dans les croyances japonaises. 

Le temple avait beaucoup de sculptures et un écriteau traduit en anglais expliquant les croyances locales.

Sennin no Uro. 

Cette scène représente deux mages immortels (Sennin) jouant une partie de go, le jeu semblable aux dames propre aux japonais. La partie est interminable et les deux êtres immortels prennent leur temps. Le terme Uro vient de U qui est le corbeau et Ro qui est l'aigrette. Les pierres noires et blanches du jeu de Go symbolisent en effet ces deux oiseaux. D'où le titre Sinnen no Uro. À côté des deux sorciers, un bûcheron mortel regarde la partie et sa hâche commence à pourrir car la partie est très longue. Cela symbolise la notion de temps et la signification de la vie pour de simples mortels face au monde (et aux sorciers) immortel(s).

Dès mon arrivée, j'avais remarqué beaucoup de gens en costards en retrait des touristes. Lorsque j'ai fini ma découverte des lieux, je suis revenu à l'entrée et je suis tombé sur une cérémonie. Il y avait quelques confettis par terre. Devant la foule, des hommes déguisés en kimono effectuaient une mise en scène. J'ai pensé à un spectacle. J'ai donc fait le tour et pris des photos. Jusqu'au moment où les mecs en kimono ont attrapés une boîte en bois d'environ 50cm et de le porter comme on porte un cercueil. Au premier rang, il y avait uniquement les gens en costards. Je crois que c'était un enterrement ! Ils ont ensuite entrepri une marche avec la boîte et toute la foule ont suivi les kimonos... dans ma direction ! J'ai vite rebroussé chemin avant de me retrouver au mauvais endroit !

Finalement, j'ai montré les photos à Taiga et ce n'était qu'un rituel de croyants ahah.

Rituel religieux 

Je suis ensuite passé devant l'auto-école où va Taiga quotidiennement. Quelle surprise ! Derrière l'auto-école il y a une grande imitation de ville fermée à la circulation. Ils ont des feux, un passage à niveau et même une côte pour apprendre les démarrages. Tout ça en circuit fermé avec 5-6 voitures auto-école qui tournent, de même pour les motos école. Très drôle, et pas bête ! Taiga m'a expliqué que c'était la première étape avant de les amener sur la vraie route. C'est bien son auto-école et il est à la phase de la conduite en ville.

Auto-école japonaise  

Ensuite, avec mon coloc, nous sommes allés acheter un adapteur pour pouvoir utiliser mon ordinateur ainsi que des barres pour la randonnée cycliste de dimanche. Le magasin est très spécial ! Beaucoup de musiques et de voix différentes, beaucoup de couleurs et une zone spéciale non présente en France ... -18 Ne laissez pas traîner vos enfants !

Ah ben là, on est pas à Carrefour ! 
Ça fait rire Taiga car les tubes Tenga sur l'image sont aux couleurs de son équipe ! 
Barres énergétiques du coin et montage avec 3 adaptateurs pour l'ordi ! 

Le soir, je me suis dirigé vers un bar : blue lagoon. Très petit et très tranquille. J'ai demandé birū kudasai (=beer please) et j'ai eu une Heineken ! Déçu ! Mais le patron était sympa et il m'a donné le code wifi. J'ai pu rajouter des images à l'étape précédente !

Première bière au Japon ici ! 

J'ai un peu discuté avec le patron en anglais puis avec deux habitués qui nous ont rejoint ensuite. Ils étaient très sympas ! J'ai goûté une bière belge Blue Moon : blanche avec des notes d'orange. Vraiment trop bonne ! Mais 6€ la bière on s'arrête à deux... Les habitués m'ont indiqué un joli coin valloné pour rouler à seulement 15kms de mon appartement. J'y suis allé ce matin sous la flotte, cest effectivement très sympa ! Pas de photo pour préserver mon téléphone de la pluie mais j'en ferais plus tard. Un des japonais était allé à Paris 2 semaines, à Barcelone et avait vécu 2 ans en Allemagne. Il a été surpris quand j'ai dis que les japonais etaoent vraiment très gentils et il trouve les allemands plus gentils. Comme quoi, il suffit juste d'être étranger pour être bien accueilli ! Ils avaient 34 et 30 ans et furent très surpris quand je leur ai dis que je n'avais que 21 ans. J'ai du les quitter et ils ont exprimé un peu de regret mais je devais me lever tôt et Taiga allait rentrer du boulot.

Après mon entraînement, je suis allé avec Mr. Asada au magasin de vélo qu'il possède (Cyclo Pavillon). Demain, une randonnée avec des clients est organisée et nous partons donc pour 230kms !!! Le niveau est faible car ce ne sont pas des compétiteurs mais la distance m'effraie un peu car nous empruntons 4 cols. Mr. Asada m'a présenté au gérant du magasin et aux différents mécano. Le gérant, Sho, a 31 ans et parle un peu français car il y a vécu 4 ans en tant que coureur. Il a aimé que je sois de Toulouse car il a été ... 2 ans au club de Venerque et habitait à Labarthe sur Leze ! Le monde est petit ! Et encore plus de coïncidence, il y était de 2005 à 2006, et j'y étais de 2004 à 2005 ! J'ai donc été dans le meme club que lui sans le savoir.

Ensuite, rasage de jambes avec des rasoirs pourris, lavage du vélo pour bien présenter et courses pour un repas français. Alors ici, pas de veau, pas de dinde, pas de blé. Dur dur. De bonnes pâtes tomate oignons fromage râpé avec des saucisses ! Et demain matin je prépare à Taiga un petit déjeuner biscottes, beurre, confiture et muesli.

Réveil au lever du soleil à 4h15 pour un rendez-vous au magasin à 5h. Nous ne rentrons pas avant 17-18h. Ça promet d'être une belle aventure mais je pense que je vais en chier sur la fin ! En tout cas j'ai pris de quoi bouffer, mon sac est plein de trucs sucrés 😂. Je ferais un article spécialement pour le jour de demain puisque mon coloc m'amène aussi dans un sushi shop après la randonnée et puis dans un sauna pour digérer : je vais bien dormir !

7
7
Publié le 3 juillet 2017

La journée de dimanche commence donc tôt : réveil 4h15 et départ au magasin de vélo à 4h50.. ici il fait jour car le soleil se lève très tôt mais quand même ! Je découvre donc les clients du magasin qui rouleront aujourd'hui avec nous à la randonnée. Ils paient 70000¥ soit environ 60€ pour participer !! Hé ben, 2500€ pour le magasin, belle journée pour eux. Nous partons seulement à 6h30 et le début est très fastidieux, je suis endormi, le rythme est rapide et nous faisons 2h de ville... Toute la journée, il y a des arrêts à des supermarchés toutes les heures ce qui est très chiant de s'arrêter 20 Minutes à chaque fois... Ensuite nous prenons un col et après un arrêt photo (le seul) à un pont, j'ai pour consigne d'accélérer le rythme pendant les 10 derniers km. J'y vais progressivement et à la fin nous ne sommes plus que deux jusqu'à 1km du sommet, c'est un très bon entraînement pour moi ! J'ai fait à peu près pareil les 4 cols de la journée donc 4 cols quasiment à fond, dur ! Nous avons également eu un passage dans un tunnel de 3,5kms. Les descentes sont très pénibles car très très lentes et je partais devant. Sur le plat nous roulons vraiment bon train donc 29 de moyenne pour un total de 230kms en 8h de roulage mais 13 heures en comptant les arrêts ! Mon record était de 6h, donc je l'ai largement battu. Mais c'était pas très dur car je ne suis jamais tombé en manque de sucre, j'ai mangé 15 barres. Dans l'ensemble c'est une très bonne expérience malgré les arrêts !

Journée rando avec le Cyclo Pavillon.  

Celui qui me suit dans les cols est le seul bilingue anglais et nous avons beaucoup parlé. Il a 40 ans et a étudié 3 ans à Paris pour obtenir un doctorat de biologie. J'ai pris son Facebook pour rouler à l'occasion. Il a pu m'expliquer mieux certaines manières de faire ici.

Les japonais ne prêtaient pas forcément attention au paysage, malgré les très nombreux cours d'eau présent dans la montagne. Un peu comme nous en France, on roule et on fait pas gaffe! Les paysages sont différents bien sûr mais ils ne sont pas plus beau qu'en France. J'ai de très belles photos de la Lèze ou de l'Ariège qui sont des endroits tout bêtes à 3km de chez moi. C'est juste qu'en position de touriste, on regarde plus attentivement. Ici je peux m'erveiller devant un temple, mais je ne vais pas au musée en France etc.

Paysages de la randonnée. 

Ensuite, je suis allé au Sushi Shop avec Taiga ! Au début, on prends un ticket et on attends un quart d'heure dans une salle d'attente. Je tombé sur ma prof de japonais avec son mari, sa fille de 21 ans et son fils de 18 ans, toujours très très gentille !

Le sushi shop est vraiment génial ! Il y a une rivière sur laquelle défile les plats et nous avons un écran tactile devant chaque chaise. Lorsqu'un plat est commandé, il passe sur la rivière 5 minutes après et l'écran sonne pour nous annoncer que notre plat est là. Chaque assiette (2 sushi ou 4-6 makis) ne coûte que 100¥ soit 90ct !! Il y a énormément de choix et de trucs délicieux. Sushi omelette, sushi saumon avocat mayo, sushi steak fromage, sushi saumon soja fromage etc. Je prends également un Ramen à 3€, une bière à 2,5€, une glace à 1€ et une part de gâteau au thé à 2€. 20€ pour un petage de bide avec entrée dessert et bière ! Et les produits sont vraiment meilleurs que ceux vendus en France déjà bons.

Sushi shop ! 

Pour finir cette longue journée, nous allons au sauna japonais. C'est un espace de détente et il y a beaucoup de monde et... nus ! Je ne suis pas friand de ça en France, et j'ai vraiment du mal avec les températures extrêmes. Taiga adore ça et j'ai eu du mal à le suivre surtout après cette journée chargée. Bain à 40 degrés pour commencer puis bain à 17 degrés. Ensuite 6 minutes de sauna dans une pièce à 80 degrés équipée d'une télé. Derrière 5 Minutes de bain glacé ! J'avais quand même du mal à respirer et dans le sauna j'avais la tête qui tournait un peu. Nous avons fait ça deux fois puis testé les jacuzzi chauds et les jets d'eau. Une petite pause dehors dans un bain à 35 avant de repartir pour un test : massage japonais très très désagréable, je n'ai pas pu y rester ! Il m'a dit : assis toi ici (dans l'eau) et soudain des décharges électriques ! C'est un banc avec des électrodes sur les côtés qui envoies des décharges (magnétiques ?). Et pour finir un événement à 23h dans le sauna : ils mettent de l'eau brûlante sur des pierres, cela provoque de la fumée et ensuite avec de grands paravent ils envoient la fumée sur les gens. Cela dure cinq minutes et Taiga m'a challengé de rester jusqu'au bout, je n'ai pas tenu jusqu'à l'étape des paravents ! Vraiment trop dur, rien que l'eau sur les pierres, ça envoyait une vague de chaleur brûlante horrible je me sentais trop mal ! C'est quand même une très bonne expérience que je n'aurais jamais découverte seul. Il m'a vraiment bien tout expliqué et c'était très sympa, même si je ne le referais pas demain ;).

Lundi matin, ça part pour une petite récupération avec Taiga.

Récupération du jour, 45kms.

Le coureur de l'appartement voisin, Yudai, rentre aujourd'hui dans sa famille en juillet puis en France en août. Je vais donc récupérer mon studio ! Il m'a laissé les clefs de son vélo de ville pour que je puisse me déplacer 😀.

8
8
Publié le 7 juillet 2017

Au sauna dimanche soir, au moment de se doucher après les différents bains, Taiga m'a précisé hand wash et m'a bien expliqué avec des gestes qu'on se mettait le savon avec les mains. Jusque là je devrais m'en tirer ! Et en fait ils utilisent normalement une serviette fine et rugueuse pour étaler le savon. Je n'avais jamais essayé et Taiga est revenu des courses avec un 'present for you' : une petite serviette de bain. Après essai, c'est effectivement mieux qu'avec les mains à la française !

Petite serviette en cadeau! 

L'après-midi, il m'a fallu trouver une carte 3G (afin d'avoir accès à internet) car ma première ne durait qu'une semaine. Ici les prix sont exorbitants : 35€ le mois pour 5Go est le moins cher que nous ayons trouvé ! En france j'ai la même chose avec appel illimité pour 16€... Taiga paie 70€ par mois pour 20Go et appels illimités. Ce n'est donc pas une arnaque à touriste mais bien le prix réel.

Nous avons donc du partir pour une ville à 45' de train nommée Shiki. J'ai donc pris le train japonais pour la première fois ! Cela ressemble plus ou moins à notre métro. Le principe de ticket ici est beaucoup mieux au Japon : l'achat du ticket se passe avec une borne avec le prix correspondant à la station d'arrêt (470¥ pour Shiki et 650¥ pour le terminus). Pour aller sur le quai, il faut passer le ticket et donc le composter. Lorsqu'on a effectué le trajet, il faut repasser le ticket pour sortir du quai. Si on descend à un arrêt trop loin et donc pas payé le bon prix, les portes ne s'ouvrent pas. Pas de fraude possible et donc pas de contrôleurs à payer. Dans le train, il y avait beaucoup d'étudiants en uniforme.

Train japonais quasiment vide. 

Arrivés à Shiki, nous avons fait le tour des échoppes de la gare avec beaucoup d'artisans locaux et de boutiques avec des produits de tous les pays. Les prix étaient bien sûr très hauts et nous n'avons rien acheté. Nous avons cependant eu droit à des échantillons gratuits de diverses choses : calamar cru, patate douce enrobée de sucre, camembert (on me la fait pas à moi, ça je connais!) ou encore beignet de viande hachée.

Calamar cru et part de gâteau alléchante ! 

Ensuite, nous sommes allés au centre commercial où se trouvait le magasin de téléphonie. Le centre commercial ressemble à un en France excepté une partie dédiée aux jeux électroniques en tout genre ! Simulateur de course, machines à sous, jeu du palet ou encore machine à grappin. Nous avons testé un coup de grappin et un coup de machine poussoir pour gagner des chocolats. Yata ! I win ! 4 chocolats chacuns :).

Salle de jeu du centre commercial. 

Au magasin de téléphone, beaucoup moins de réjouissance avec des démarches pour faire fonctionner la carte. Cela nécessite en effet une connection wifi et un appel à un numéro pour activation. Heureusement que je n'étais pas seul... Nous sommes donc allés au Starbucks pour avoir la connection WiFi et prendre un petit rafraîchissement.

Pause Starbucks  

Avant de partir, nous avons fait un tour dans une galerie marchande semblable aux galeries Lafayette. J'ai pu faire quelques petits essais, on a bien rigolé !

Essayage des kimonos ahah. 

Au dernier étage du magasin se trouvent plusieurs restaurant avec la particularité d'avoir les produits de la carte affichés en vitrine (bon en plastiques ceux-là du coup). C'est très alléchant !

Vitrines des restaurants. 

Le Japon est un pays riche et la publicité, les marques et autres produits du capitalisme sont partout et très semblables à la France. Dans ces magasins, pas de fantaisie ni de bruits. Les produits sont les mêmes et on peut retrouver Nike, Adidas, New Balance etc aussi facilement que chez nous. Les magasins sont peut être un poil moins cher, environ -10 ou -20% par rapport à chez nous.

Je trouve que les gens dans ma ville ne font pas forcément attention à comment ils s'habillent. C'est le côté pratique qui prime. Dans les centres commerciaux ou à la fin du trajet de train, les gens sont plus apprêtés. Côté fille, il est vraiment difficile de déterminer l'âge. Elles font en effet toutes très jeunes. Ici, pas de mini jupe ou de jean moulant ! Par contre, la plupart des jeunes ont un uniforme puisqu'ils vont à l'école. Côté garçon un pantalon de costume et une chemise. Côté fille c'est beaucoup moins sexy : jupe à carreaux, chaussettes, mocassins, polo et pull par dessus le polo ! Chaque école a son propre uniforme avec souvent un pin's ou un blason brodé pour déterminer l'école d'appartenance. Junior School se termine à 15 ans, comme notre collège puis High School se termine à 18 ans, comme notre lycée. Ensuite ils vont dans des universités.

Je n'ai croisé que très peu d'étranger : 2 blacks et 1 européen dans la journée seulement ! Pas d'arabe et pas de latino je pense. Par contre il m'est difficile de différencier chinois, coréen, thaï ou japonais. Comme pour Taiga qui m'a demandé si j'arrivais à différencier un américain d'un français. Ils sont plus gros c'est une bonne réponse ? 😂

Le soir, langue de bœuf au menu : vraiment pas terrible !


Mercredi, nous allons rouler 3h avec Taiga. Je découvre de nouvelles montées et de nouveaux endroits très joli, dont notamment un barrage et un lac spécial pour la pêche mais il faut payer pour pouvoir pêcher !

Jolis paysages du jour. 

Le soir, je me rends à mon cours hebdomadaire de japonais d'1h15. Ces cours sont données par des bénévoles et sont des cours particuliers. Cette fois-ci, ma prof était une jeune de 25ans bilingue anglais : j'ai enfin pu comprendre les structures de phrase et les différents codes. La communication est beaucoup plus simple en anglais qu'avec le language des signes ! J'apprends petit à petit quelques mots (déjà une cinquantaine). Bientôt, je me pencherais sur les verbes et faire des phrases construites. Cela est difficile à cause des prépositions. À la fin du cours, j'ai échangé avec un guinéen d'origine (donc francophone) et il m'a donné son numéro au cas où.


Jeudi, je suis allé rouler 4h seul et j'ai tenté mon premier record sur Strava (une application GPS qui répertorie les différents temps de passages dans les montées et effectue un classement des meilleurs temps). J'ai explosé le record de 3' sur 6,5kms et de 1' sur la partie raide ! Dans la descente très très sinueuse j'ai pris beaucoup de risque car le meilleur temps était très rapide. Je n'obtient que la 2ème place sur 700 cyclistes à 7secondes du meilleur temps. Dommage ! De quoi frimer auprès de mes followers français avec des nouveaux King Of Mountain.

Temple perdu dans la montagne. 

Jeudi après-midi, session apprentissage du japonais et jeudi soir nous avons achetés un peu d'alcool. Taiga qui n'a quasiment jamais vu à cause de son âge (18) n'a pas le droit de consommer de l'alcool mais il a quand même pris une canette. Ici, l'alcool n'est pas cher ! 6,5€ la bouteille de whisky la moins chère par exemple ou 10€ l'absolut vodka contre au moins 15-18€ en France. Nous avons pris des canettes et c'était en fait des mélanges déjà fait et non des bières ! Whisky coca ou vodka Schweppes. Très drôle car avec une canette il avait la tête qui tournait un peu !

Repas du soir, avec un peu d'alcool. 

Vendredi, jour de repos sans vélo, nous partons pour visiter Tokyo ! Taiga ne l'a visité que très brièvement une fois et ne connaît pas la plupart des lieux célèbres. C'est parti ce matin !

9
9
Publié le 8 juillet 2017

Tokyo a vraiment été une expérience géniale ! J'ai l'impression d'avoir vécu plusieurs journées en une seule tellement nous avons vu de choses. Je remercie vraiment mon guide Taiga qui découvrait lui aussi Tokyo, mais pour qui la langue n'est pas un problème.

Nous voilà donc partis pour Tokyo, lever 7h départ 8h. 2h de train pour commencer ! Le prix est d'environ 1€ toutes les 10 minutes de trajet ici. Donc environ 8€ seulement pour arriver au Nord de Tokyo ! :). Beaucoup plus de monde que dans le train pour Shiki et plus nous nous rapprochons de Tokyo, plus nous rencontrons des gens en costards ou des gens habillés à la mode occidentale. Il y a toujours des sandales/chaussettes qui traînent mais en beaucoup moins grand nombre.

Le train n'est pas bien compliqué à prendre puisqu'il n'y a qu'une seule ligne et tous les trains s'arrêtent à notre ville. Cependant, le metro japonais est une réelle galère ! Parfois il y a 14 ou 16 sorties sur 16 rues différentes à la sortie du métro :o. C'est pas Jean Jaurès côté boulevard ou côté Wilson là ! Heureusement que Taiga était là.

Métro de Tokyo, un vrai casse-tête. 

Le premier aperçu en sortant de la gare est celle d'une grande ville avec beaucoup de monde, mais pas impressionnant non plus. Pas plus qu'à Matabiau en tout cas. C'est parce que nous ne sommes pas en centre ville, mais dans le quartier de Ueno où il y a un grand parc et le zoo de Tokyo. Nous faisons donc le tour du parc avec quelques photos.

Grand parc d'Ueno avec quelques temples. 

Nous nous dirigeons ensuite vers le zoo qui ne coûte que 600¥ soit 5€ ! Vraiment très très sympa en plus : nous avons vus lions, tigres, ours polaires, crocodiles, serpents, tortues, girafes, rhinocéros, gorilles et bien sûr le fameux panda mais ce dernier de très loin...

Zoo de Tokyo ! 

Avant d'aller manger, nous sommes allés à une rue marchande très très connue ici. Cela ressemble à un marché de plein air ou aux galeries commerçantes au bord de l'océan. Il y a de tout et c'est bondé de touristes. Le grand jeu était d'identifier des français, mais nous avons croisé peu. Nous avons joué à un grappin pour avoir un petit souvenir, j'ai donc gagné un sushi en plastique offert par Taiga ahah.

Rue marchande très connue. 

Ensuite, nous sommes allés manger à un magasin de Ramen. Ce fut très bon mais très spécial : menu unique et on remplit une fiche pendant que l'on fait la queue pour indiquer la cuisson des nouilles, épicé ou non, oignons ou non etc. On paie ensuite à une machine automatique avant d'aller s'asseoir. Toujours à la japonaise, nous sommes côte à côte et avons très peu de place pour manger. À chaque table, il y a un robinet pour l'eau. Les cuisines sont devant nous mais un rideau de bois nous empêche de les voir. Lorsque le rideau se lève, on nous donne le plat et nous pouvons utiliser une sonnette si nous voulons un extra. 7,5€ le plat avec 1,5€ par supplément de nouille ! Je m'en tire à 10,5€ nickel.

Ramen (soupe de nouilles).

Après le repas copieux, direction le train pour aller visiter une autre partie de la ville : les plus grands temples de Tokyo. Sur la route, rencontre avec un pousse pousse qui parlait un peu français.

Tireur de pousse pousse. 

Deux énormes temples étaient reliés par une rue marchande de 500m et vraiment très typique. Pas mal d'échoppes avec des produits atypiques. J'ai mangé des gâteaux fourré avec ... de la citrouille violette ? En tout cas ça avait ce goût là ! Les temples sont vraiment immenses et c'est un endroit très touristique, c'est donc bondé de monde. C'est en tout cas un endroit à voir.

Très grands temples de Asakusa.

Devant le temple, j'ai demandé une photo avec deux jeunes en kimonos. Ici, c'est une mode et non pas un signe religieux quelconque. C'est vraiment une tenue à part entière très à la mode.

Femmes en kimonos. 

À l'entrée d'un lieu de culte, la coutume est de se laver les mains avec de l'eau. Chose faite, je me suis ensuite pris au jeu en faisant une offrande avec une pièce de 10ct. Sur ce grand temple, nous pouvions brûler un encens puis le planter dans une coupole avec d'autres et le but et de prendre la fumée d'encens dans la tête. Ça pique les yeux ! J'ai également demandé mon horoscope dans de grandes boîtes à lettres. On prends un bâton avec un numéro au hasard qui nous indique la boîte aux lettres à choisir. On prend ensuite une lettre. Mon avenir n'avait pas l'air mauvais si j'ai bien compris !

Rituels religieux ou coutumes locales. 

Il est maintenant 14h et nous nous dirigeons vers la deuxième plus grande tour du monde avec la tour radio de SkyTree qui fait 634 mètres de haut. Sur le chemin, on nous accoste en japonais et je ne comprends bien sûr rien. Taiga me dis que c'est pour un temple juste là, est ce que ça te dit ? Oui, pourquoi pas ! Après avoir parlé de la France avec ces gens, ils nous ont amenés à l'étage dans une reproduction de lieu de culte et chose bizarre... des chaises disposées devant l'autel mais personne dans la salle ! Nous avons eu droit à une vidéo de 10 minutes sur la vie de Bodddha en anglais. Encore moi ça allait je comprenait mais Taiga qui est plus faible en anglais n'a rien compris ahah. Nous nous étions fait embarqués par une secte, une des quatre pratiques du culte de bouddha ! Ils nous invitaient vivement à visiter la capitale du culte perdue dans les montagnes à 200kms. Nous nous sommes éclipsés dès que nous avons pu et en avons beaucoup rigolé !

La tour était effectivement très haute et c'est un point de repère dans la ville. Nous n'y sommes pas monté pour admirer le point de vue car c'est 30€ la montée ! Une des seules montées gratuites de la ville et à la mairie avec moitié moins de hauteur. Nous nous étions renseignés avant !

Y'a plus de 5 étages là ! 

Un petit tour dans la galerie commerciale de la tour avec une boutique Pokémon immense et d'autres boutiques de produits très connues en France comme Hello Kitty.

Boutiques de la SkyTree Tower. 

Après un autre tour de métro, nous voilà arrivés à Shinjuku. Après un passage express dans les boutiques du métro nous sommes arrivés à l'une des places japonaises les plus connues notamment avec le plus grand carrefour piéton du monde. On le voit dans beaucoup de film notamment Fast and Furious Tokyo Drift lors de la poursuite nocturne de fin. Il y a effectivement beaucoup beaucoup de monde c'est impressionnant !

Passage piéton le plus grand du monde.  

Cette partie de la ville fait très américaine avec de grand buildings, des affichages lumineux, de la musique dans les rues sur haut parleurs. Très too much.

Écrans géants, musiques sur hauts parleurs, foule. Vraiment différent de ma petite ville. 

Que des gens à la pointe de la mode, et beaucoup plus excentrique que chez nous ! Moi qui trouvait qu'ils étaient tous habillés en claquette, c'est que je n'avais pas vu le quartier de Shinjoku, qui est le plus branché de la ville. Nous avons fait le tour des boutiques (même Zara et H&M ici). Je n'achète rien pour l'instant car j'attends de voir combien me coûte le séjour mais c'est un peu moins cher que chez nous donc autant en profiter !

Très classe. 

Nous avons également visité un énorme centre de jeu à quatre étages avec même un jeu de course hippique (dédicace à Papa !) et un dernier étage de réalité virtuelle ... à 30€ l'heure dommage.

Jeu de course hippique. 

Ensuite, direction les endroits vraiment très jeunes de la ville : des bars, des jeunes avec des styles de plus en plus décalés : cheveux teints, vêtements atypiques et dépareillés... enfin bref, un peu comme les clichés des jeunes yakuzas à la télé ! Nous sommes d'ailleurs passés devant quelques sex shop, club de strip tease et autres.

Rue très fréquentée, surtout par les jeunes de 25-30 ans.

Nous avons marché jusqu'à un parc en attendant que la nuit tombe afin de finir la visite de Tokyo par un point de vue aérien.

Petit tour en attendant que la nuit tombe. 

La montée en haut de la mairie était gratuite et nous avons pu profiter d'une vue de 200-300 mètres ce qui est déjà pas mal !

Vue magnifique depuis le haut de la mairie. 

Éreintés, nous avons pris une glace et fait une heure de queue pour un restaurant que Taiga voulait vraiment faire car il ne l'avait jamais fait. Ici, tout à 280¥ soit 2,5€. Pareil que d'habitude, un écran pour commander et en avant ! Brochettes de poulets curry ou légumes ou soja, nuggets, salade de riz, beignets, ramen, salade de chou été. Et bien sûr... une chope de bière à 2,5€ ! Ou un très bon cocktail pêche. Vraiment une bonne adresse, très bien mangé et bu pour 19€ !

Repas du soir, vraiment top ! 

Avant de rentrer, un petit arrêt à un stand de magicien de rue qui rata son tour de 10 minutes...

Au final, 70€ la journée avec 2 repas pour 30€, les trajets 20€, le zoo 5€ et 15€ de snacks, glaces, boissons. Rentable par rapport à la découverte ! Je ferais pas ça tous les jours mais c'est vraiment jouable. La prochaine fois, des sandwichs, 3L d'eau et en avant ! Maintenant métro, train, vélo, douche et DODO.

Ce qui frappe le plus c'est la hauteur des buildings et la foule présente partout. Pas de collisions, chacun fait attention. Les bâtiments sont tous en hauteur et un panneau en bas de chaque bâtiment indique ce qu'il y a à chaque étage. Dans l'immeuble du restaurant où nous avons mangé, un ascenseur amenait aux restaurants. Chaque étage était un restaurant et l'ascenseur s'ouvrait directement sur l'accueil.

En rentrant dans notre petite ville, ça faisait vraiment très vide et très plat ! Très bizarre comme sensation.

J'ai beaucoup aimé cette première visite, et je pense que c'est vraiment un endroit à voir. Par contre je pense qu'y vivre serait vraiment très pénible. Je n'ai pas particulièrement senti les effets de la pollution, mais il y fait très chaud et c'est très bruyant.

10
10
Publié le 11 juillet 2017


Aujourd'hui, je continue le récit chronologique de mon quotidien, puis je vous fait également part de quelques coutumes et mode de vie des japonais.

Samedi, pendant l'entraînement, j'ai découvert trois cascades et un lac à une trentaine de kilomètres. Les routes étaient étroites et très très pentues, mais ça valait le détour. La première cascade était vraiment très jolie et surtout, l'endroit était calme. Les cascades suivantes étaient des lieux connus des randonneurs et étaient donc fréquentées. Je me suis quand même régalé. 2h30 de selle et des montées difficiles

Cascades et lac. 

Le dimanche, le manager de l'équipe japonaise qui me loge (Mr. Asada) m'a récupéré à 5h du matin pour aller faire une course sur circuit automobile. C'était a deux heures de voiture de chez nous et j'ai emprunté un très long pont au-dessus de la baie de Tokyo, et donc au-dessus de l'eau !

Pont au dessus de la baie de Tokyo. 

C'était un événement organisé par la marque Matrix et l'équipe professionnelle éponyme devait encadrer la course. Avec Taiga, nous devions leur prêter main forte. En effet, ce n'était pas que des compétiteurs qui courraient le circuit et il y avait énormément de participants. Notre but était de maintenir un rythme élevé et régulier afin de limiter les chutes et de maintenir le spectacle. Les participants payaient tout de même 50€ par courses effectuées... À 8h départ de la course endurance qui dura 2h. Mon rôle était clair : rouler en tête de peloton et accélérer vraiment sur les vingt derniers minutes. Ce fut dur mais à la fin j'ai su tenir bon et effectuer les derniers km très fort. Nous n'étions plus que 15 devant et seulement 3 des 'organisateurs'. Avec moi restaient donc le champion du Japon élite il y a deux ans et l'actuel leader du Japan Pro Tour : bon signe pour les courses à venir! À partir de midi j'ai ensuite enchaîné les minis-courses avec un niveau de plus en plus élevé. Je n'avais pas le droit de gagner mais nous devions organiser la course en roulant de plus en plus fort jusqu'à que nous ne retrouvions plus que 4-5 pour la victoire. J'ai donc enchaîné les courses de 10,15,20 et 25 minutes en étant toujours le seul organisateur à résister jusqu'au bout. Vraiment très en forme ! À la dernière course de 35 minutes, le leader du Japan Pro Tour s'est joint à nous et je ne l'ai pas trouvé si fort que ça. Affaire à suivre dimanche pour la première vraie course. En tout cas ils m'ont tous félicité.

Courses sur circuit automobile. 

Lundi, j'ai demandé à Mr. Asada de récupérer les clefs de l'appartement voisin. Il était en effet inoccupé depuis quelques jours et la vie à deux dans un 30 mètres carrés est parfois contraignante. J'ai donc déménagé mes affaires, mais nous continuons de manger ensemble avec Taiga. Chacun son tour pour la cuisine ! Purée saucisse lundi soir pour moi lundi soir et riz porc soja avec des espèces de nouilles japonaises (soba) pour lui mardi soir.


Après une petite récupération lundi, j'ai bu un peu l'apéro avec Taiga. Au Japon on peut boire pour pas cher avec des mélanges déjà préparés en canette. Whisky coca, vodka Schweppes etc. C'est bon et pas cher ! J'ai essayé un bar en centre ville, mais c'était assez chic et assez vide (on était lundi soir aussi). Seulement deux collègues de boulot en after work (62 et 38 ans). Ils m'ont payé une bière sans rien me dire et j'ai beaucoup parlé avec les serveurs qui étaient plus jeunes. J'ai joué contre eux aux fléchettes, mais j'ai essuyé deux défaites. Faut dire que ça tournait un peu aussi ! Ils m'ont offerts des tapas et je me suis brûlé le palais avec les patates ahah. Rentré à la maison toujours sans avoir trouvé de groupe jeune...

Spot WiFi gratuit devant un magasin très utile ! 

Le mardi, j'ai fait un tour de la ville en vélo ville. J'ai fait pas mal de boutiques et il y a pas mal de magasins avec de tout dedans et pas cher. Mais il faut avoir du temps pour chercher la bonne affaire ! Une coque d'iPhone à 0,80€ alors que c'est 10-15€ normalement par exemple. Il y a pas mal d'électronique d'occasion ou d'invendus. À côté de ça, il y a des magasins qui ressemblent à Darty ou à la Fnac où les prix sont identiques à ceux chez nous. Il y a également des magasins tout à 1€ ou tout à 10€ et là cest le grand fouilli mais il y a des choses intéressantes. Je vais regarder comment faire pour envoyer des cadeaux ahah.


Ensuite, j'ai fait le tour des parcs et des lacs en périphérie de la ville. Je me suis également fait une randonnée de 30-45 minutes sur une colline pour voir les vestiges d'un château. Il y avait trois cailloux par terre avec un panneau et ça faisait un peu glauque comme colline, des chemins pas vraiment empruntés et un lieu très isolé. J'ai croisé beaucoup de corbeaux (c'est gros ces trucs!) et des libellules énormes. C'était un peu l'aventure du jour, perdu en pleine forêt ahah.

Balade du jour ! 

Maintenant que je suis ici depuis deux semaines, j'aimerais vous faire part des quelques différences que j'ai noté entre la culture japonaise et la notre :

  • Le sens pour tourner le verrou des portes est inversé.
  • Il y a un robinet au-dessus de la cuvette des toilettes qui s'active automatiquement lorsque que l'on tire la chasse, pour se laver les mains.
  • Le calendrier de la semaine commence à dimanche et non pas à lundi.
  • Tôt et rapide sont un même mot, pareil pour tard et lent.
  • Des bénévoles ont une voiture à girophares pour patrouille afin de retrouver les enfants kidnappés.
  • On doit marquer un stop à chaque passage à niveau.
  • Les automobilistes sont très respectueux du code de la route et roulent tous droits. Ils ne respectent pas les cyclistes et n'hésitent pas à doubler à 50cm. Mais ce n'est pas particulièrement dangereux car leur conduite est propre.
  • Il y a beaucoup de voitures de sport, surtout le soir ! Il y a des voitures tuning à l'extrême, du genre dernier niveau dans les jeux avec jantes chromées, spoilers, prise d'air de toit etc. Même les voitures d'origine ont des jantes chromées/alus.
J'en croise partout ! 
  • J'ai l'impression qu'ils ont les dents qui partent souvent de travers, il ne doit pas y avoir beaucoup d'appareil dentaire chez les jeunes !
  • Pour les courses de proximité, ils utilisent un velo qui ressemble à un vélib. Très pratique.
  • Une mode est de porter un kimono. Ce n'est pas religieux mais seulement une tenue vestimentaire à la mode chez les jeunes.
Femmes en kimonos. 
  • Avant de rentrer dans un temple, on se lave les mains. Dans les lieux religieux, on fait beaucoup d'offrandes (souvent 0,10€).
  • Il y a une personne sur 10 qui porte un masque dans la rue à cause de la pollution.
  • Ni rond-point, ni ralentisseur : seulement d'innombrables feux.
  • Les limitations de vitesse sont très basses (et ils ont tous des Subaru ou Toyota Supra...). 40 en ville, 50 en semi-ville. 60 s'il n'y a rien d'indiqué et 100 sur l'autoroute ! Il y a des contrôles sur l'autoroute, mais pas ailleurs. Il n'y a pas de problème si l'on dépasse en campagne. En effet, de longues portions à 40 ou à 50 sont présentes au beau milieu de nulle part juste parce qu'il y a des virages ou autres.
  • Une sonnerie indique aux piétons quand le feu piéton passé au vert. Tout le monde respecte les feux piétons.
  • Les pompiers et ambulanciers ont un haut parleurs très puissant pour dire aux automobilistes de se pousser, en plus de la sirène.
  • Il y a parfois de la musique sur haut parleur en ville. Des annonces sont faites de temps en temps, mais je ne comprends rien à ce qui est dit !
  • Les tatouages ne sont pas aussi répandus que chez nous ! J'en ai croisé très peu. On ne peut d'ailleurs pas se rendre aux thermes si l'on est tatoué.
  • Certaines personnes ont une serviette pour s'éponger en cas de grosse chaleur.
  • Le style sandales chaussettes ne choque personne, et c'est normal pour une fille d'avoir des chaussures ouvertes avec des chaussettes kakis.
  • Les couvertures de DVD, libres ou jeux sont très kitchs, un peu style mangas.
  • La télévision est très différente, avec un carré en bas de l'écran où l'on voit les réactions de gens connus qui regardent l'émission. C'est souvent les personnes qui jouent dans le film ou dans la télé réalité qui se regadent eux-mêmes et qui commentent. Tout est sous titré avec des dessins, des couleurs et caractères différents selon ce qui est dit et même des emoticones. Le père de Taiga est mal entendant, c'est peut être pour ça qu'il met les sous titres, par habitude. Je ne sais pas si c'est commun à tous les postes de télévisions japonais.

Voila voila, à bientôt !

11
11
Publié le 17 juillet 2017

Mercredi, on a fait un fractionné avec Taiga. Je lui ai appris le 8x (4' 170puls 1' 185puls) il a trouvé ça dur ahah ! Heureusement je supporte bien la chaleur car ici il fait très chaud. Entre 30 et 35 degrés et il ne fait pas forcément soleil. La nuit la température ne change quasiment pas. Le temps est parfois très humide et il fait très lourd : en 30 secondes on est tout collant.

L'après midi, le cours de japonais hebdomadaire qui était cette fois-ci spécial. Les jours précédents, il y avait un jour férié qui célébrait les femmes et les enfants. Je n'ai pas tout compris mais nous avons fait un vœu à la manière japonaise : écrire sur une feuille de couleur et l'accrocher à une plante. J'ai donc écrit en japonais (verticalement) mon prénom et mon vœu sur une feuille. Le vœu est de gagner la course de dimanche, on verra bien s'il se réalise !

Vœu  

Ensuite, nous avons joué au jeu du juste poids avec du riz. Nous devions remplir un sachet de riz et s'approcher le plus possible d'1kg. Raté 1,3kg pour moi ! Mais nous pouvions repartir avec notre sachet de riz donc j'ai à manger pour un moment ahah. J'ai également gagné des pommes de terres à un Pierre feuille ciseaux collectif.

Cours de japonais spécial

À ce cours, un groupe d'européen effectuaient leur premier cours. Une portugaise, deux allemands et une française ! Ils étaient venus sur conseil de ma prof chinoise de la semaine passée. Il y a une grande entreprise BOSCH juste à côté de chez moi qui embauche (embosch ?) beaucoup de stagiaires. Malheureusement ils n'habitent pas sur place et effectuent le trajet en train depuis Tokyo tous les matins. Je les reverrais la semaine prochaine au cours.


Jeudi, 4h d'entraînement avec Taiga. 2 cols dont un que je connaissais bien. Heureusement j'ai insisté pour descendre de l'autre côté et découvrir un autre col. Il voulait faire le même deux fois en aller retour ! C'est vraiment chiant, 7 ou 8eme fois que je roule avec lui et à chaque fois les 45 premières minutes sont identiques alors qu'il y a des centaines de routes. Nous avons quand même fait la même descente deux fois et la deuxième fois je prends le 2ème temps sur 2500 sur Strava. Je comprends pas bien comment car il pleuvait et je suis descendu normalement. Ils sont vraiment arrêtés en descente ces japonais. Taiga me prends pour un fou, mais en France je ne suis pas particulièrement bon descendeur...

Pas d'arrêt photo aujourd'hui, avec Taiga on roule! 

Je suis ensuite aller un peu chiner dans les magasins et j'ai trouvé pas mal de petits cadeaux. Je continue à en accumuler pour chacun avant d'envoyer un gros colis groupé. Je me suis aussi acheté une petite peluche pikachu ahah.

Hyper content ahah ! 

Le soir, je suis allé me promener de nuit au bord de lacs pour passer des appels. Les photos ne rendent pas très bien mais c'était vraiment sympa. Sur le retour, je me suis fait arrêté par la police. Je n'avais pas de lumière sur mon velo de ville et les écouteurs. Apparemment c'est interdit ! La communication n'était pas facile et ils ont relevé le numéro de série du vélo, ils ont vérifié qu'il n'était pas volé ! J'ai du indiquer son propriétaire et ça a été assez long. Au final je n'ai pas payé d'amende mais ils ont enregistré mon nom ' Vivian Christian ' ahah.

Promenade du soir pas comme les autres... 

Vendredi, je voulais prendre le train et faire une journée parc national/temple/cafés dans la montagne. Un orage impressionnant m'a fait faire demi-tour... J'ai donc mangé à la maison.

Repas du midi ! 

Pour m'occuper en cette journée de pluie, j'ai acheté un cahier de coloriage ! J'avais essayé il y a très longtemps et ça m'avait bien occupé une heure. Je me suis découvert une occupation, j'y ai passé la journée !

Journée coloriage ! 

Dimanche première course ! Réveil 4h encore :(. C'est Mr. Asada qui m'amène avec Taiga car il y a plusieurs courses de chaque catégorie dans la journée. L'équipe qui m'accueille est l'équipe Igname, une équipe amateur qui fait partie du Japan Pro Tour, la première division japonaise. Dans cette division il y a beaucoup d'écart de niveau car les professionnels (équipes continentales) courent face aux amateurs locaux. J'ai donc eu ma nouvelle panoplie avant la course, et ils étaient très gentils.

Nouvelle tenue ! 

La course faisait 102kms (7 tours de circuit avec une belle montée de 5kms). Le début est assez lent, je m'ennuie un peu et les seules attaques sont des pétards mouillés. C'est vraiment spécial, les équipes pro imposent le respect et contrôlent facilement. J'arrête donc de suivre les coups inutilement et je piste le leader du Japan Pro Tour, un espagnol ancien pro chez Caja Rural et qui a fait plusieurs fois le Tour d'Espagne. Il voit bien que je saute dans sa roue quand il attaque et ça l'énerve rapidement. Le problème c'est qu'ils sont 8 dans son équipe et peuvent attaquer chacun leurs tours, je dépense un peu trop d'énergie... à trois tours de l'arrivée la course se durcit vraiment avec de grosses attaques des pros. Je les suis et je sens bien que le peloton se morcèle ! Et puis soudain temps mort ils s'arrêtent... c'est le moment je suis parti seul devant à mon rythme pendant les deux derniers kms de montée. Lorsque le peloton me rattrape ils ne sont plus que 12 contre 60 avant que j'accélère. Ça a du envoyer derrière, je suis bien content d'avoir anticipé ahah. On est 13 devant et nous ne sommes que 3 amateurs. Ça roule bien et je commence à accuser le coup. Dans le dernier tour j'ai un peu craqué et je ne finis que 11eme.

Première course, 11ème 😀

Ma nouvelle équipe m'a chaleureusement félicité, nous ne sommes que 3 sur 8 de l'équipe à finir la course et je leur ai marqué de gros points pour le classement par équipe. Ils veulent donc que je vienne la semaine prochaine alors que ce n'était pas prévu ! Tant mieux, ils me logent vendredi et samedi et je cours samedi/dimanche. J'irais en train avec une fille de l'équipe féminine qui parle anglais (elle est australienne).


Taiga qui vient de quitter la fédération universitaire courait dans une catégorie très faible et il s'est imposé vraiment facilement. Il montera donc de catégorie pour la prochaine fois.

Deux heures d'attente pour les podiums ! 

Lundi matin, je suis allé rouler seul pour une fois ! J'ai pu donc découvrir de nouvelles routes. Avec Taiga on roule pour rouler et c'est pire qu'en France ! Là je me suis perdu avant de tomber sur une piste cyclable d'une centaine de km. Elle longe une rivière jusqu'à la baie de Tokyo et donc l'océan. C'est bon à savoir !

Sortie récup 2h30. 

Sans oublier que samedi je suis tombé amoureux du McDo japonais avec une glace édition spéciale Pikachu (chocolat banane). Coup de foudre (comprendront qui pourront).

Miaaaaaam 
12
12
Publié le 20 juillet 2017

Voici le lien d'une interview de Dico du Sport que j'ai faite à propos de ma première course au Japon : http://dicodusport.fr/blog/vivian-born-decouvrir-cyclisme-japonais/

Une plus longue devrait sortir sur velo-club.net dans la semaine.

Voici le lien de la vidéo très bien montée de la course. J'y apparais a beaucoup d'endroits : https://m.youtube.com/watch?feature=share&v=INivlMjrSqA


Vendredi dernier j'avais annulé ma visite de Chichibu à cause des orages. Ce mardi, le temps était au beau fixe mais je n'y suis pas allé en train comme prévu. Je suis parti en vélo histoire de faire une pierre deux coups, et avoir un bon entraînement. J'ai découvert une nouvelle partie de la montagne et suis arrivé à Chichibu par le pied du Mont Buko, une petite montagne aux parois verticales et rocheuses par endroits.

Nouvelles routes et Mont Buko. 

Ensuite, je me suis dirigé vers le parc en centre-ville. Il est très connu pour ses parterres de fleurs roses. C'est l'une des grosses attractions de la ville. Cependant la saison de fleuraison est très courte et c'était il y a deux mois... J'ai donc admiré de l'herbe ahah. Mais le cadre était très beau et la prairie qui était censée être en fleur est entourée de bancs pour que les gens l'admirent.

Cadre du parc.
Prairie que je n'ai malheureusement pas vu en rose... 
Point de vue sur la ville 

Pas loin de là se tenait le grand temple de Chichibu. Vraiment grand et joli, mais je commence à avoir ma dose de temple. Il y a beaucoup d'effigies ou de petites structures religieuses un peu partout dans les villes et la campagne, je ne m'arrête plus systématiquement.

Temple de Chichibu. 

Je suis monté vers le Chichibu Muse Park, qui m'avait donné du fil à retordre il y a trois semaines puisque j'avais crevé à deux kms du but. C'est immense et il y a un tas d'activités possibles. Piscines, jeux gonflables, terrain de karting, scène de concert, point de vue, jeux pour enfants etc...

Activités au Muse Park. 
Toboggan géant pour enfants. 
Points de vue. 

Le soir, nous avons mangé avec Taiga pâtes et porc curry + 2 yaourt. Plus forcément très faim. Et là il reçoit un appel et me demande si ça m'intéresse de goûter la spécialité de sa ville natale au restaurant avec un ami du travail. Il me parle depuis un moment de cette spécialité (okonomiaki si je l'écris bien) donc j'accepte mais lui dis bien que je n'ai plus très faim. Il précise qu'on ne fait que goûter.

On se rends dans le restaurant où il travaille un soir sur deux, et on s'asseoit avec une mère et sa fille. La fille travaille elle aussi dans le restaurant et la mère est une cycliste cliente de Cyclo Pavillon, où travaille également Taiga. C'est drôle mais je ne comprends pas tout ! Je trouve la fille très belle et elle regarde pas mal Taiga. Je l'ai questionné ce matin mais il m'a dit que ce n'était pas son style. On a donc pas les mêmes goûts avec les japonais.

Le restaurant est comme toujours équipé d'un écran pour commander à chaque table. Il y a des cloisons très hautes entre les tables, nous mangeons donc 'en privé'. Cette fois-ci la table est carrée, ce qui permet d'avoir une personne en face. Au milieu de la table il y a une grande plaque de cuisson, un peu semblable à une grosse raclette. On commande donc des aliments à faire cuire, et on cuisine soit même. Le concept est très sympa pour des amis mais j'y vois mal Maman ahah. C'est sympa de cuisiner chacun son tour et ça allonge le repas. Mais il fait très chaud et ça fait un peu chier de payer pour cuisiner. Chacun son avis, moi je me plains rarement quand il s'agit de bouffe 😉.

Les plats étaient très différents et nous avons finalement beaucoup mangé car il fallait tout goûter... je suis sorti avec 6kg en plus.

Okonomiaki 

Alors okonomiaki c'est en fait un mélange de pleins de trucs servis dans un bol. Il y a du fromage, de la viande et des légumes. Et un peu d'œuf pour le liant. Après il y en avait différent sur la carte mais l'idée reste la même. Porc, poulet différents légumes etc. On le mélange pour faire une pâté et on le fait cuire. Une fois que ca fait une galette on le recouvre d'une sauce (sauce barbecue?) puis on met de la mayonnaise pour que ça fasse joli et une petite herbe grise par dessus.

Omelettes au porc.

Il y avait pas mal de tortillas/omelettes. C'est très bon !

Plat en forme de flaque ahah. 

Et j'ai aussi mangé ça qui était très spécial. Un mélange de choux, de légumes et de sauce bizarre. Mélangé et découpé avec les spatules ça fait une grande flaque et on en mange des petits bouts avec une spatule. C'est bon !

J'ai aussi eu une glace comme ils travaillaient là. Ils ont utilisé tous les coupons de réduction qu'ils avaient et le repas est revenu à 60 centimes au lieu de 55€ !! Génial ahah.


Mercredi, vélo mais pas de découverte. J'ai fait un col avec un exo 7x(4' 160 puls / 1' 180 puls). J'ai fini mort, j'avais jamais pu le faire dans un col ! Et j'ai pris le record de la descente. Je pouvais pas rester second après ma sortie de la semaine dernière, il fallait y retourner ahah. 50km/h au lieu de 46 avant. Je vais quand même me calmer sur ce genre de records parce que je me suis fait de belles frayeurs. Les routes de montagnes au Japon n'ont rien à voir avec les belles routes en ligne droite de France. Y a la place d'une voiture et demie et énormément de virages super serrés. C'est en plus très raide. Je me régale en descente !

Il y a d'ailleurs parfois des traces de pneus très longues et prononcées. Le drift japonais en montagne n'est pas une légende. Taiga m'a dit qu'à Osaka il y en avait en effet pas mal qui y jouait. Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est un style de conduite qui consiste à rester en dérapage le plus longtemps possible. On prends donc les virages en dérapant et on joue avec le moteur d'une voiture puissante ou avec le frein à main. J'aimerais bien en voir une course !

J'ai demandé à Mr. Asada si le prix des voitures était vraiment plus bas au Japon car ici il y a énormément de voitures de sport ou de voitures chères. Le prix est identique mais les gens y accordent une très grande importance. Toutes les voitures sont propres et brillent. Le prix des voitures d'occasion est de moitié par rapport à la France, il n'y a donc pas de voitures vraiment vieilles comme en France. J'ai pas vu de voiture abimés ou très sales, même dans la campagne.

Après l'entraînement, Taiga voulait boire et nous avons essayé un truc bizarre très à la manière japonaise : ils vendent de l'alcool sans goût par bonbonne de 2-3-5-10L. Nous avons pris une 2L à 20% et des sodas. On aurait dit un enfant, il nous a fait tous les cocktails possibles. Sucre en poudre, sodas, sirops, morceaux de pêche et boules de pêches glacées. Il trouve ça bon, mais forcément quand tu noies un truc qui a pas de goût dans 3/4 de Fanta ou de Sprite ça peut pas être mauvais.

Glaces en boule à la pêche. 

Donc à force de tout goûter ça commencer à faire pas mal effet et je suis arrivé en retard à mon cours de japonais. Cette fois-ci, j'ai eu un cours avec ma première professeur (celle très gentille qui n'a que des bribes d'anglais). J'ai effectué mon cours avec un jeune allemand comme deuxième élève. J'apprends maintenant à construire des phrases. Mon vocabulaire s'est un peu étoffé et je peux dire quelques choses très simples. J'arrive à demander à quelle heure on mange aujourd'hui ou combien de temps on roule demain. Je sais aussi dire sugoku atze qui veux dire beaucoup chaud, car c'est un four ce pays !

Jeudi matin j'ai aidé Mr. Asada à déplacer la voiture qui est devant le magasin Cyclo Pavillon. Elle n'a ni moteur ni direction. Il faut donc tourner les roues à la main et c'est pas facile !

Voiture de course sans moteur. 
Boite de vitesse de la Subaru de Mr. Asada.  

Il nous a offert un fast food pour nous remercier. Commande au drive mais pas de frites, ici ça existe les fast food avec du riz ou des nouilles !

Bol de riz au fast food. 

J'ai décidé de vous mettre une photo des gens avec qui je suis en relation, histoire que vous mettiez des images sur les multiples prénoms.

Taiga mon ami et voisin 
Mr. Asada : Sélectionneur national du Japon. Dirigeant du magasin Cyclo Pavillon. Manager de l'équipe EQADS & ancien coureur.
Cho : gérant du magasin Cyclo Pavillon. Ancien coureur à Venerque. 
Le manager de l'équipe Igname et Yukinori Kitano (coureur) avec qui je m'entends bien.
Kate, la féminine de l'équipe Igname qui est australienne.

Demain j'ai rendez-vous avec Kate à la gare de Shinjuku en plein Tokyo. Ça va pas être simple tout seul, mais mon portable est là pour m'aider ! Nous nous dirigeons ensuite vers la région de Miyada au Nord-Ouest. Là-bas, nous sommes hébergés chez le manager du team Igname pour le weekend. Samedi la course est une montée de col de 10.7kms à 8.6% de moyenne (départ 13h25). Dimanche un circuit de 3.2kms avec 4 tours le matin en qualifications. Les 25 premiers participent à la finale l'après midi avec 15 tours. Y a plus qu'à !

13
13
Publié le 24 juillet 2017

C'est donc parti pour un week-end cycliste avec ma nouvelle équipe Igname. Je suis hébergé par le manager de l'équipe à quelques centaines de kms de chez moi. Il me faut donc prendre le train avec mon vélo... Heureusement, la féminine de l'équipe, Kate, part de Tokyo et je l'ai donc rejoint à la gare de Shinjuku. Le trajet a été sportif : un sac à dos, une poche d'habits et un velo dans une grosse housse. Pour aller d'une gare à l'autre je remontais mon vélo et portais tout mon bordel. Pour prendre le bon train je demandais Ikebukuro ?? (Le terminus du train) et si on me disait non je sortais du train. Ensuite Ikebukuro c'est une station immense et ça m'a découragé de prendre le métro, j'ai fait 5kms en plein centre de Tokyo avec mon barda en une demie heure. Puis 3h de train avant d'arriver à destination vers minuit.

Trajet et maison de Nakahata-San 

Samedi matin, réveillé à 5h du matin par des chats puis à 6h30 par le soleil. C'est vraiment un pays pourri : le soleil se lève à 4h30 et il n'y a jamais de volet. Je comprends pas, personne n'en a. Samedi la course était une montée de col sèche : départ en bas et arrivée en haut. 10kms à 8,6% de moyenne. C'est affreux ça démarre à fond et j'ai pas pu suivre. Je termine 21eme.

Hill Climb et paysages au départ. 

Ensuite nous sommes allés aux thermes avec 3 coureurs de l'équipe. Cette fois-ci rien à voir, c'était un seul bassin à 39 degrés et en fait c'était plus une douche qu'autre chose puisqu'il y a des douches avec du savon et qu'ils se lavent pendant 20 minutes montre en main. Ensuite direction le restaurant offert par le manager. Petit restaurant de campagne, on mange par terre sur une table très basse et on enlève ses chaussures. Très typique et le plat était très bon !

Adopté ! 

Dimanche, réveil 5h (encore !!!!) pour un critérium. Très bizarre, le matin il y a des qualifs sur une course de 20 minutes. Deux séries et les 25 premiers qualifiés pour la finale de l'après-midi. Facile, même si j'étais totalement endormi. Nous étions 4 de l'équipe en finale.


Ce fut très bizarre, seulement 1h15 sur un circuit plat et dangereux sous la pluie (angles droits, plaques d'égouts et rigoles). Il y a les 3 équipes professionnelles qui étaient au-dessus des autres et qui ont monopolisé la course. Chacun en file, les 20 premières places du peloton leur était réservées. Derrière c'est horrible car les relances en 30eme position sont très dures, alors qu'eux ne forçaient pas énormément. Des virages tous les 300 mètres donc rien à faire. Ils tournent comme des bouses ces japonais, si on prends intérieur et qu'on freine à la limite on double dix mecs. J'allais donc les faire chier devant, mais ils ne voulaient pas que je sois devant. Je me suis fritté avec les bleus de Shimano toute la course. You have no team get out (t'as pas d'équipe, dégage) qu'ils disaient. Serré contre le fossé et poussé pendant une demie heure j'ai arrêté. Quelle bande de cons, c'était un entraînement, une mascarade. Bon j'en ai grave chié parce que je suis très nul sur les critériums tout plat mais c'était ridicule. Du coup forcément aucune attaque, juste un rythme soutenu pendant 45kms et sprint à la fin. Y a tellement pas de niveau qu'à la fin on était plus que 22 encore en course. Bon OK ça roulait fort mais faut pas deconner en France j'aurais pris une branlee sur un circuit comme ça. Pas d'attaque juste 6 mecs de l'équipe Matrix qui se sont mis à fond pendant une heure pour leur deux sprinters. Dans le dernier km, je remonte à hauteur du train de Matrix et le mec qui gagne me pousse avec sa main sur ma hanche et m'éjecte. Je me classe huitième. Je suis allé le voir à la fin de la course en lui faisant de grands gestes énervés mais bon. Fait chier.

Miyada Critérium  

En tout cas l'équipe était satisfaite et un coéquipier fait septième donc c'était bien. Je marque de gros points pour l'équipe et je les aide à ranger etc. Le manager aime beaucoup la France en plus. Mon coéquipier qui fait 7 est très sympa et je m'entends super bien avec les gars de l'équipe. Le week-end prochain, vengeance ! En rentrant re-thermes et repas. Je commence à connaître le photographe, un mec est venu me proposer de laver mon vélo entre les courses, les gens qui sont allés en France dans les autres équipes viennent me parler. C'est cool comme ambiance !

Équipe et concert entre midi et deux. 

Lundi, récup pour aller voir le plus ancien arbre de Saitama (ma région). Il a plus de 1000 ans ! Immense en largeur mais pas si haut. En tout cas très joli dans un beau cadre au milieu d'une forêt de bambous et de petits arbres.

Large kusu of Kamiya. 

Le soir Okonomiaki maison fait par Taiga, très bon ! C'est en fait un mélange de choux, œufs, levure à Okonomiaki, un peu de fromage et de jambon avec du porc grillé dessus et de la sauce.

Repas du jour. 

J'ai reçu un mail d'une équipe professionnelle mi-française mi-japonaise. Le manager veut me rencontré en fin de semaine à Tokyo. Je ne sais pas encore de quoi il s'agit, mais c'est encourageant !

J'ai également gagné une place pour un match de baseball mercredi soir. C'est le sport numéro 1 ici ! C'est Taiga qui l'a gagné à une loterie en faisant les courses, et il n'aime pas ce sport. Je vais donc aller seul à 50kms flick en train et essayer de comprendre comment rejoindre ma place dans le stade ahah. Y a plus qu'à !

14
14
Publié le 31 juillet 2017

Mardi nous avons fait une sortie de 4h avec Taiga. Bon rythme, j'étais bien. On est passé devant un château et j'essaierais d'y revenir la semaine prochaine.

4h endurance. 

Mercredi il pleuvait beaucoup, j'ai fait qu'une heure sans grande conviction pendant une accalmie. J'ai donc pu m'arrêter au hasard dans un très beau temple caché au milieu de nulle part. Très pittoresque !

Temple caché ! 

Taiga a gagné une place pour un match de baseball a une loterie. Comme il n'aime pas ce sport, il m'a donné la place. C'est le sport numero 1 ici, c'est très populaire. J'ai donc appris les règles et je suis parti pour le match des Saitama Lions à 18h ! Trois changements de trains pour y aller, et ça a été compliqué. Il y a parfois plusieurs lignes qui ont le même terminus, et certains trains ne s'arrêtent pas à tous les arrêts. Un vrai casse-tête... Évidemment je me suis trompé de sens au premier changement, puis en faisant demi-tour le train a sauté ma station. Au final j'aurais pris 11 trains dans la journée, 6 à l'aller et 5 au retour !

La galère ! 

Le stade était immense, 35000 places ! Tout autour des places il y a que des snacks et ça pousse à la consommation. Les places les moins chères sont sans chaises : les gens étalent leur serviette sur le plan incliné. C'est là qu'étaient les vrais fans avec les drapeaux, les tambours etc. Je me suis incrusté un peu au milieu, mais je connaissais pas les chansons... Je suis content de savoir à quoi ressemble un match de baseball, je mourrais moins bête. Mais je ferais pas ça régulièrement, c'est très long et il y a beaucoup de temps morts... Je suis parti à la 6ème manche sur 9 et j'étais déjà là depuis 2h15 !

Le stade est immense ! 
Match de base-ball. 

Avant de rentrer, j'ai fait un tour autour du stade car il y avait d'immenses lacs.

Lacs à proximité du stade. 

Jeudi je suis allé à Tokyo pour un rendez-vous avec le manager d'une équipe professionnelle mi-japonaise, mi-française. C'était très intéressant ! J'ai vu avec lui pour faire une course au mois d'août avec quelques-uns de ses coureurs, et pourquoi pas rejoindre leur camp d'entraînement en montagne à la fin du mois.


En effet, il n'y a pas plus de courses Japan Pro Tour en août à cause des trop grosses chaleurs... Je suis donc parti vendredi matin pour mon dernier week-end de course !

Il y a eu un gros quiproquo vendredi, je suis parti à la course avec Taiga et un encadrant de son équipe mais je devais dormir avec mon équipe à moi. Sauf que mon équipe n'était pas au courant que j'arrivais le vendredi ! Ça a été compliqué mais on a finalement trouvé une solution. J'ai été hébergé par un coureur de l'équipe, que je remercie.

Reconnaissance du parcours le vendredi. 

Samedi, critérium : un carré de 2,5kms tout plat et large... Comme les japonais ne sont pas très adroits sur un vélo (ils commencent tous très tard car il n'y a pas d'école de cyclisme), il y a des qualifications le matin et une finale l'après-midi pour diminuer la taille du peloton. 2 poules de 62 coureurs et les 50 premiers de chaque course qualifiés. Sauf qu'il y avait des non-partants de dernière minutes. Nous avons donc paradé sous la pluie puisque nous étions 48 pour 50 places ... et la deuxième poule ils étaient 52 donc ils sont allés à fond pour en éliminer 2. 48+52=100, mais bon... En France on aurait fait grève ahah.

Avant-course ! 

L'après-midi la course a été stoppée à cause d'une grosse chute. C'est tombé à 3 places devant moi à droite, et le gars juste devant moi a eu peur et a pilé de l'avant sur une ligne blanche et est tombé à gauche ! Un sacré bordel en plein virage ahah. J'ai réussi à me faufiler à 40km/h, j'ai eu de la chance.

Repartis, il y a eu quelques rares attaques mais les pros ont vite décidés d'attendre le sprint. J'avais choisi de me sacrifier pour un nouvel ami de mon équipe qui est meilleur sprinter que moi. Je l'ai amené la dernière demie heure et il m'a chaleureusement remercié. Il m'a dit qu'il avait beaucoup appris en me regardant faire. Faut dire que je me place assez bien, et je tourne mieux qu'eux. Impossible de rivaliser contre les trains des pros qui étaient 5-6 en file indienne, mais en frottant bien j'arrivais à leur piquer la place. J'ai déboité contre le vent à la fin mais seul sur le plat je suis très mauvais. Je finis 7eme et lui 6eme. 46 de moyenne sur 60kms. Ça roule bien, mais sans à coups et dans les roues c'est très facile toute la course ! Et à la fin par contre, ils donnent tout forcément et ça va vite ! Au cœur, j'ai fait 196 de moyenne sur les deux dernières minutes et 199 quand je déboite avant le dernier virage. Mon record c'était 196 en max que j'ai atteint que 3 fois cette année.

Tous les tours à 43-45km/h et les deux derniers à plus de 50. On voit la différence sur la courbe cardiaque (en rouge) ahah. 
Ryutano Nakamura, mon coéquipier, oujours bien calé dans la roue ! 

Après la course, Onsen (thermes) et restaurant. Menu à 7€, y avait juste une petite photo : je me suis retrouvé avec à manger pour un régiment ! Enooooorme mais très bon. On a bien rigolé, j'ai appris quelques mots en japonais et ils m'ont briefé pour parler au micro le lendemain ahah.

Repas et onsen ! 

Je commence à être un peu connu. J'ai signé un autographe dès mon arrivée dimanche matin. J'ai pris des photos avec des japonais(es). L'aire de départ était pleine de monde, ça faisait très village départ. Y avait des tentes des équipes pro qui distribuaient des goodies, un grand car podium au centre de la place etc.

Les adversaires ! 

Le speaker a vécu en France et on peut donc parler, je lui ai dis samedi que j'allais amener Ryutano car je n'aimais pas les critériums plats. Cette fois-ci, j'ai dis au micro : Konnichiwa, watashi wa up and down ga ski, watashi wa kyo kashitai (Bonjour, j'aime les circuits vallonnés. Aujourd'hui, je veux gagner). Sur le podium, on a lancé au public des goodies de notre sponsor et paradé avec la mascotte de l'équipe. Très drôle ! Avant le départ, les gens dans le public me criaient Gambare Vivian (bonne chance Vivian). Très cool !

Présentation des équipes ! 

Ryutano devait aller dans les échappées dès le début, et moi je pistais les trois meilleurs du peloton. Il a très bien rempli son rôle, je le remercie. J'ai pu attendre la mi-course avant de forcer. Lorsque ça attaquait vraiment, nous nous retrouvions les 3-4 meilleurs. Je leur disais de poursuivre l'effort et qu'on s'entende. Rien à faire, ils se marquent et coupent leur effort. En fait c'était très bizarre, tout le long de la course les seules 4 équipes pros faisaient la course seules. Elles attaquaient puis se chassaient eux-mêmes. Tant qu'ils sont pas en surnombre devant, ils condamnent l'échappée. Et comme ils peuvent pas être les 4 équipes en surnombre, on en finit jamais. Donc des fois on voit une échappée de 4 avec un bleu qui roule à fond, et derrière tous les bleus qui roulent à fond pour ramener le peloton. Tu fais ça en France, ton coéquipier t'attrapes le guidon est t'envoie dans le fossé ahah. Après 70kms de sketch, une échappée est enfin partie dans la descente et j'avais Ryutano donc j'étais serein. Malheureusement, il craque à la fin à cause des efforts qu'il a fait pour moi au début. J'ai tout mis pour sortir dans les deux dernières montées mais dans la descente j'avais une armada de pro qui me roulait dessus. C'est un peu un jeu de théâtre organisé j'ai l'impression. Ils avaient peur de moi. La règle numero 1 dans le vélo c'est que c'est pas toi qui t'échappe, mais le peloton qui te laisse partir. En France, ça roule fort donc au bout d'un moment le peloton n'a plus de force et abdique. Là les pros sont bons et c'est eux qui décident le rythme donc ils ont toujours la ressource de venir te rattraper. Surtout que la course fait que 2h10 et pas 3h30... Et quand t'as 20 pros contre toi, tu vas pas loin. Un enfer, je finis 12ème. Frustré car dans la montée j'ai fait exploser le peloton, on était plus que 4 et ils voulaient pas rouler ! Le leader du Japan Pro Tour a même essayé de me mettre en difficulté avec des attaques pas très fair-play, mais il était pas près de me décrocher. Dans la descente 10 mecs qui rentrent avec 2-3 coureurs de chaque équipe je croyais que c'était bon ! Et ben non, on s'est mystérieusement touché la nouille.

Dommage.... 

J'ai vivement remercié mon équipe d'accueil pour ces trois week-end de course au plus haut niveau japonais. J'ai été très bien reçu et ils sont tous très gentils ! J'espère les revoir avant de repartir. Le manager m'a dit que je serais toujours la bienvenue si je voulais revenir au Japon.

Une belle aventure ! 

En rentrant pizza et bière après une overdose de riz et de nouilles !

Enfin du fromage ! 

À bientôt pour la suite, le mois d'août promet d'être riche en aventures !

15
15
Publié le 5 août 2017

Lundi on est allé à Shiki avec Taiga, une ville un peu plus grande que la mienne. J'avais besoin d'une nouvelle carte 3G puisque la mienne arrivait à expiration. On s'est fait un petit restau de pâtes (cyclistes, on ne se refait pas..).

Panorama du restaurant 

Le soir, il est rentré chez lui à Osaka puisqu'il n'y a pas plus de courses au mois d'Août. Je suis donc seul pendant plus de deux semaines.


À cause de la pluie, j'ai profité de la journée de mardi pour me rendre au Nord de Tokyo (Ikebukuro). C'est le terminus de ma ligne de train. Il y a un grand centre commercial avec un des plus grand Pokémon Store du Japon ! J'étais comme un enfant, un vrai régal !

Pokemon Store ! 
Figurines 
Goodies 

Il y avait de tout, cartes, jeux, vêtements, peluches, figurines, porte clefs, boucles d'oreilles. Même des spatules de cuisine à l'effigie de Pikachu !

Sans oublier la photo souvenir 😉

À chaque étage il y avait un musée/parc d'attraction ! Ninjatown puis Dragon Ball Z et Megaman ou je sais pas quoi. Je connais pas donc je n'y suis pas allé, dommage qu'il y en ait pas eu un Pokémon...

Parcs d'attractions / musées  (20€ l'entrée !)

Ensuite, je suis allé à l'aquarium sur le toit du building ! Génial mais bondé... Pas pu pleinement en profiter à cause des cris des enfants et de la foule, mais c'était quand même super. Je crois que j'avais jamais vu d'aquarium géant et c'était une bonne expérience ! Parce que dans un zoo, on connaît toutes les espèces avant d'y aller. Là y a une multitude de poissons et de bestioles que j'imaginais pas !

Aquarium de la Sunshine City Ikebukuro  

Avant de partir, un spectacle d'otarie d'un quart d'heure. Très sympa 😀

Spectacle d'otaries. 

En rentrant, j'ai réussi à télécharger un émulateur de GameBoy sur mon ordi et je peux donc jouer à Pokémon et Zelda ! Ça va m'occuper comme il fait pas très beau et que je commence à avoir fait le tour de la plupart des choses.


Mercredi, le grand jour ! Ça m'a pris, je suis parti vers le Sud avec la carte sur mon téléphone. Après 100kms je suis arrivé à l'océan :D


Direction une presqu'île, reliée par un pont à la côte. Il y avait beaucoup de monde au début car il y avait un grand temple pourtant pas très beau, juste grand. J'ai fait le tour de l'île pour arriver dans des rochers et un endroit très beau ! Il a quand même fallu faire 500 marches d'escaliers vélo sur le dos mais ça valait le coup !

Presqu'île très jolie ! 

Ensuite, direction le village à côté et pause repas 😀

Pause repas et café 😍

On m'avait conseillé cette ville, Kamakura, apparemment l'un des villages côtiers les plus connus à proximité de Tokyo. La côte n'a rien d'exceptionnelle, c'est même plutôt très moyen pour un bord de mer. C'est plus connu pour ses temples, donc j'ai essayé d'y aller. Un immense sur une colline dans une forêt m'a été refusé à cause du velo. Dommage... J'ai quand même pu accéder au deuxième monument grâce à un gentil touriste qui m'a gardé mon vélo à l'entrée. Ces monuments là sont touristiques et l'entrée est payante, il y avait vraiment beaucoup de touristes ! J'ai donc ma photo avec une statue géante de Bouddha, top 😀

Statue de Bouddha  

Ensuite, je suis allé au bout de la ville dans un bar côtier pour profiter une dernière fois de la mer. Le temps était pluvieux et c'était pas le meilleur jour, mais cette semaine c'est pas la joie niveau météo..

Dernière vue de la mer avant de repartir 

Dernier détour jusqu'au temple bamboo qui est très petit mais particulier : une forêt de bambous immenses au milieu de nulle part. C'était plus calme et j'ai plus apprécié.

Temple Bambou 

Ensuite retour par le Nord et par la ville. 100kms tout droit sur des nationales avec des feux tous les 500m. Une zone urbaine continue, pas un mètre sans bâtiment pendant 3h c'est un peu long...

Mais ça valait le coup, je me suis régalé et c'était aussi une expérience, 225kms tout seul j'avais jamais fait ! Ça fait mal aux jambes, en plus avec la fine pluie toute la journée. Mais quand j'ai un truc en tête je réfléchis pas ahah. C'est surtout le lendemain que ça fait mal. Je me suis fait une contracture au mollet...

Retour maison, 7h45 de vélo !

Le lendemain déprime, mauvais temps et panne de téléphone. Vraiment une sale journée! 1h de velo difficile pour essayer de récupérer. C'est comme le lendemain d'une cuite, plus d'énergie, mal partout, et pas la pêche.

Donc repos jeudi et vendredi : gameboy, abdos, ordi. Samedi j'ai voulu régler le mal par le mal en roulant pour faire passer la contracture et c'est plus efficace que pommade et massage. Comme quoi, ma méthode bourrin porte encore ses fruits. Direction un château qui était finalement fermé pour rénovation (et merd*). Donc quelques photos d'une rivière mais pas plus pour aujourd'hui ! Et un événement au bord d'une rivière. J'ai pas compris ce qu'ils faisaient dans des capsules géantes roses...

Sortie château... sans château ! 

Je me console avec du saumon comme c'est pas cher ici, faut bien profiter du poisson !

Aller plus qu'un mois !

16
16
Publié le 12 août 2017

Une belle semaine avec beaucoup de vélo mais aussi la découverte des boîtes tokyoites !

Dans ma ville il n'y a pas de bar comme on pourrait le trouver chez nous, avec beaucoup d'ambiance. J'ai cherché sur internet des bars d'étrangers car ils sont réputés plus festifs. Le Speak Easy avait l'air d'être connu. J'étais sur Tokyo mercredi donc j'ai fait un petit repérage entre 21h et 22h30 car le dernier train pour rentrer chez moi est à 23h. Galère pour trouver l'entrée, c'est au troisième étage et le bar est très petit (20m carré). Il n'y avait que cinq personnes dans le bar, ambiance pas du tout en adéquation avec les photos d'internet. J'ai parlé beaucoup avec un belge qui m'a expliqué que le patron avait changé il y a 3 mois et que plus personne ne venait. Il m'a plutôt conseillé d'aller à Roppongi (quartier branché) et d'aller dans les pubs anglais.

Entrée du bar pas très engageante 

Vendredi soir, je suis donc allé à Roppongi dans un Hub. C'est une chaîne de bars anglais. Pas déçu ! Beaucoup de monde et l'ambiance des pubs anglais en France. J'ai repéré un japonais seul et j'ai engagé la conversation. Il m'a payé un ou deux vodka gin tonic et on a partagé du poulpe pané et épicé, c'était comme du calamar en plus gros finalement. Quand j'ai payé ma tournée il a du partir, j'ai du tout boire ! J'ai parlé avec d'autres japonais en leur proposant de les prendre en photo (ils essayaient de prendre un selfie), donc ils m'ont offert du bacon et on a parlé aussi. J'ai rencontré un chinois également.

Début de soirée au Hub 

Finalement je suis tombé sur des français, je me suis donc incrusté avec un groupe de jeunes parisiens. Ils étaient 3 amis d'enfance en vacances ici pour deux semaines. La veille, ils avaient rencontré une fille dans un bar qui était là depuis plus longtemps. La fille connaissait la photographe d'une boîte de nuit à Shibuya. Je les connaissais donc depuis un quart d'heure quand ils sont partis pour se rendre dans la boite. Comme quoi ça va vite, je les ai suivi ! Sympas car sans moi ils n'auraient pu prendre qu'un seul taxi (ils étaient 4), on s'est donc divisé en deux groupes et on s'est retrouvés devant un immeuble et un FamilyMart (convenience store).

Ce qui est très pratique au Japon c'est les conveniences stores qui sont vraiment très très nombreux. C'est une sorte de carrefour City en fait et certains sont ouverts 24h/24. Des boissons et des plateaux repas ou sushis sont vendus pour pas cher. Ça m'a permis de boire 1L de vodka kas pour 3€ avant d'aller au bar puis une autre grosse canette avant de rentrer dans la boite. Ça permet de pas se ruiner ! C'est aussi très pratique quand je m'entraîne, on peut s'arrêter remplir les bidons aux toilettes de ces magasins et acheter une boule de riz ou une pâtisserie.

La boite était pour initiés, c'était au troisième étage avec un grand escalier extérieur en colimaçon, pas vraiment le genre d'endroit que tu peux trouver seul. 3500¥ (28€) l'entrée, pas vraiment le choix ! À l'intérieur les DJ (que des filles) se sont succédés et la musique était très bien ! On a beaucoup dansé. Dans tous les cas je n'ai pas de train entre 23h et 5h donc il fallait pas s'endormir !

Boîte de nuit à Shibuya ! 

Ce fut une très bonne soirée, j'ai bien rigolé ! J'ai le numéro des parisiens si jamais j'y monte un jour. Je dirais que les japonais sont festifs mais quand même un peu plus réservés que nous (ils dansaient moins). Je dirais que les fetards japonais sont habillés très jeunes et assez extravagants (cheveux teints, plein de piercing aux oreilles, vêtements qu'on porterait pas en France : soit très ample, soit avec des trous partout !). Alors qu'en France on croise de tout dans les bars, y a pas une telle distinction entre une personne 'branchée' qui suit la mode et un jeune lambda.

Retour en train, je me suis endormi une heure et je me suis réveillé 3 minutes avant mon arrêt : le timing !

Retour en train (oui il faut que j'aille chez le coiffeur !)

Sinon j'ai encore eu quelques soucis avec la police cette semaine ! Une fois j'allais faire mes courses de nuit et je suis passé au orange avec les écouteurs et toujours pas de lumière sur mon vélo : ils étaient en voiture au croisement et ils m'ont bien vu. J'ai sprinté jusqu'à un parking, je l'ai traversé puis monté une petite murette avec le vélib et je suis parti dans les lotissements ! Ils ont pas tentés de me suivre ahah.

Et hier soir devant le garage à velo de la gare un flic qui m'arrête pour la lumière du vélo. Ils ont que ça à faire ! J'ai fait l'innocent qui parlait que anglais et il comprenait pas l'anglais. Il m'a demandé la carte d'identité j'ai dis que j'avais pas mes papiers que je me promenais et il a pas bataillé il m'a fait signe de me casser.

Sinon toujours beaucoup de velo malgré le temps pourri ! Dimanche 5h seul dans la montagne jusqu'à un lac MA-GNI-FI-QUE.

Lac de Chichibu  
Cascades à proximité  

Lundi récupération et visite du temple Seitenkyu. C'est le plus grand temple taoïste du Japon, immense et très beau ! Il n'y a personne car cette religion chinoise n'intéresse que très peu les japonais.

Temple taoïste  
Extérieur du temple  
Intérieur du temple 

Le mardi j'ai roulé 6h avec Tom Bossis, un coureur français de 23 ans qui vit à Tokyo depuis un an. C'est un ancien très bon coureur et il fait ça plus à la légère maintenant. Il est tout de même dans une équipe professionnelle mi-française, mi-japonaise. Ça fait du bien de parler français ! Il est vraiment très sympa et on a beaucoup d'avis en commun. J'ai découvert une super crête dans les sapins. Tu vois pas le ciel pendant un moment et on s'est retrouvés en plein brouillard au mois d'août. Comme il dit, c'est le côté mystique du Japon avec des temples perdus en pleine montagne et tu peux te retrouver dans le brouillard en plein mois d'août.

Sortie avec Tom Bossis 

Vendredi j'ai roulé 5h30 avec un jeune japonais de 18 ans qui m'a proposé d'aller s'entraîner. Il m'avait ajouté sur Facebook suite aux courses Japan Pro Tour que j'avais faite. On est monté super haut dans le brouillard et j'ai pas pu profiter de la belle vue qu'il était censé y avoir. Mais c'était super beau car les cols japonais longent toujours des rivières. C'est très raide, étroit, et hyper boisé. J'ai pas de photos des nombreuses cascades et des dalles ruisselantes qui ramène des lits de pierres sur la chaussée, dommage.

Sortie dans le brouillard 

Et si vous en avez pas encore assez des temples, voici celui de Meiji Jingu en plein Tokyo. Très visité, il offre une ambiance particulière. C'est une grande forêt en plein milieu de la ville (entre Shibuya et Shinjuku). C'est un peu comme si on mettait la forêt de Bouconne entre le Capitole et la gare Matabiau.

Route goudronnée qui traverse la forêt jusqu'au temple. 
Temple Meiji jingu  

C'est un article assez long, mais j'ai fait pas mal de choses cette semaine ! J'essaie de m'occuper car le temps devient long. Un peu le mal du pays, surtout les jours de pluie qui ne motivent pas...

J'attends qu'il arrête de pleuvoir pour monter en haut du Mont Fuji !

17
17
Publié le 23 août 2017

Enfin du soleil après 3 semaines de pluie quotidienne ! C'était donc le moment de se lancer dans l’ascension du Mont Fuji, la montagne la plus haute du Japon, dont le sommet culmine à 3776m d'altitude. C'est un lieu sacré et très folklore, le Fuji-San (MONSIEUR Fuji) est très présent dans la culture japonaise. Il y a même une fête dédiée à la montagne ici. De plus, on peut en voir le sommet enneigé (sauf l'été) depuis Tokyo et depuis la mer quand le ciel est dégagé. C'est un emblème ici !

En aaavant.

C'est parti pour 5-6h de transport... J'ai choisi de le monter de nuit car c'est la coutume au Japon. Étant le pays du soleil levant, le soleil s'y lève à 5h du matin et le but est d'admirer le lever du soleil et toutes les déclinaisons de couleurs qui en résultent. Il y a plusieurs sentiers de randonnée, mais le plus emprunté est celui de 'Yoshida' que j'ai donc pris. Il y a 10 'stations' qui sont des refuges ou de simples restaurants/snacks qui longent le sentier (tous les 1-2kms). Donc pas beaucoup de risques, même seul et de nuit.

Le bus m'a déposé à la 5ème station (plus haut ce n'est plus goudronné) à 2300m d'altitude à 22h. Le temps prévu par des 'sportifs' d'après les sites est de 5h. J'ai donc prévu de la marge en partant tout de suite, 7h avant le lever du soleil. La vue valait déjà le coup, même si ça ne rends pas en photo.

Le départ !

Pas du tout stressé comme toujours, j'ai pas été fabuleux dans l'organisation... Heureusement que mon ami Taiga m'a prêté un bon sac à dos et une veste coupe vent ! Mais la frontale que j'avais n'éclairais pas grand chose (achetée une heure avant de partir à 1,50€). Mais ça suffisait largement ! Par contre, j'avais vu sur internet qu'il y avait un supermarché à la 5ème station, mais finalement il n'y avait que des boutiques de souvenirs... Donc je n'ai pas pu manger avant de partir et je n'avais qu'1L d'eau, 3 gâteaux et 4 bananes ahah.

Ma loupiote dérisoire et un aperçu des passages pentus.

Perso je trouve que le sentier est une formalité pour un randonneur. Je me ferais incendier par les sites de tourisme, mais c'est juste que les gens qui s'y attaquent ne sont pas des sportifs ou des randonneurs. C'est le périple obligatoire pour tout touriste. Je le compare à la montée du Lac d'Espingo depuis les granges d'Asteau. Sauf que c'est de nuit, voilà... 7kms, dont le premier plat, et 1400m de D+ : de 2250 à 3650m. N'importe qui peut le faire, sauf problème de santé, en ayant un peu de volonté. Il y a souvent des marches aménagées et des cordes auxquelles se tenir si besoin.

C'est un endroit TRES touristique. Il y a eu des bouchons monstres ! Plus on monte et plus il y a de monde. C'est un enfer, il faut faire la queue comme au supermarché sur tout le dernier km.

Le troupeau de mouton. 

Il y a même des bergers en uniforme sur les 500 derniers mètres qui font la circulation... Un peu de déception : je partais à l'aventure moi, pas en camp de scouts ! Mais j'ai quand même pris beaucoup de plaisir au début, en marchant à mon rythme avant que je ne rattrape tous les touristes. Le problème c'est que j'avais fait 40% du chemin entre 22h et 23h et que plus on monte et plus il fait froid... Je me suis donc arrêté plusieurs fois et fait des abris maisons entre les rochers. Je ne voulais pas arriver trop haut trop tôt à cause du froid que je supporte mal.. Les canalisations chaudes d'un refuge m'auront sauvé !

Ça m'aura sauvé, je tremblais de froid : j'étais équipé pour marcher pas pour attendre !

Enfin au sommet ! Je pensais avoir des soucis d'oxygène, mais ça a été. On s’essouffle beaucoup plus vite, et la tête tourne à peine un peu sur les passages très raides, mais pas plus qu'un manque de sucre en fin d'entraînement. L'air est bon à respirer en tout cas ! C'est le moment de manger un coup, parce qu'effectivement je devais manquer un peu de sucre.

Enfin en haut (3h de marche et 4h d'attente au milieu...) 

Mais ça valait VRAIMENT le coup ! C'est somptueux. Au fur et à mesure des minutes on peut distinguer de plus en plus le paysage : toutes les cinq minutes une nouvelle montagne apparaissait au loin. Les couleurs changent aussi un peu, même si mon appareil photo n'est pas assez puissant face au soleil.

Avant le lever du soleil.
Le soleil ! A 5h10 on a entendu plein de cris dans la montagne pour avertir ! 

Le Mont Fuji est avant tout un volcan, d'où sa montée rocailleuse et sableuse. J'ai donc fait quasiment le tour du sommet du volcan pour admirer les différents angles.

Le cratère du volcan.

Dès que je me suis éloigné de la fin du chemin, et donc de la foule, j'ai retrouvé le calme et des personnes plus randonneuses et sportives. L'esprit est donc plus sympa et ça m'a permis de demander quelques photos !

J'adore ! 
Et même avec un chapeau chinois ! 
Une porte japonaise typique. 
Autres points de vue.
Vraiment trop beau !

Ensuite c'est parti pour la descente : longue et par un autre chemin en piste damée par des machines. Elle longe plus ou moins l'autre mais il n'y a pas de rocher, juste du sable et des pierres. Très traumatisant pour moi car pousser pour monter c'est comme le vélo, mais retenir pour descendre c'est l'inverse et j'ai mal partout !

La descente. 
Et des paysages plus verts et ensoleillés. 

Donc environ 3h de montée et 2h30 de descente pour faire l'aller-retour de la 5ème station au Fuji-san. C'est le moment de visiter la 5ème station en attendant le bus.

5ème station : point de départ et d'arrivée. 

Retour en bus à 10h, arrivée chez moi à 14h. Il est actuellement 16h22, heure à laquelle je termine cet article. Le bilan à chaud est très très positif. J'ai adoré : la vue magnifique, le côté challenge et aventure, le dépassement de soi. J'aimerais le refaire, mais dans un endroit moins touristique et en ne partant pas 4h trop tôt. Et avec un vrai manteau, des vrais chaussures et pas en jean comme deuxième couche aussi ! Pourquoi pas le pic du midi avec des potes ou ce genre de choses ? Mais il faut que je fasse plus d'une randonnée tous les quatre ans et plus d'un footing tous les six mois : j'ai mal aux muscles !

C'est vraiment une expérience exceptionnelle, et je suis heureux d'avoir pu la faire. 3700m, ce n'est pas tous les jours ! Je le recommande vraiment de nuit, car on peut profiter de la vue de jour aussi en haut et en descendant. Et puis c'est plus folklo ahah.

Une trentaine d'heures sans dormir et pas beaucoup mangé/bu. Il y a aussi quelques bons moments que j'aimerais vous partager, notamment le retour de Taiga après 2 semaines dans sa famille (restaurant et vélo), mais l'article est déjà assez long... ou c'est la journée qui est trop longue ? En tout cas, je m'échappe !

18
18
Publié le 1er septembre 2017

L'un des derniers posts de ma vie japonaise puisque mon séjour se termine dans 5 jours. Je suis actuellement dans le sud du Japon pour un événement cyclosportif qui vise à promouvoir le cyclisme dans la ville de Masuda (sud du Japon). J'y consacrerais un article à mon retour car c'est une expérience très riche.

Ce post-ci est donc le dernier de mon quotidien japonais et c'est l'occasion de mettre en avant des petits événements divers.

Pour commencer, hier soir j'ai fait une soirée feu d'artifice avec Taiga. Je lui ai dis que je ne connaissais pas les feux d'artifice qu'on tenait à la main et effectivement c'est différent de chez nous. À l'image des japonais, pas de bruit et ça demande même patience et adresse. Les feux les plus répandus sont des fumigènes qu'on tient à la main et qui s'enflamment en faisant des étincelles : comme des feux de détresse ! De plus, certains petits bâtons de poudre doivent être tenus à la verticale sans bouger et le but est qu'ils se consument un maximum en faisant des étincelles. Si l'on bouge la flamme s'éteint.

Feux d'artifice japonais. 

C'est aussi l'occasion de manger tout ce que je n'ai pas encore goûté !

Navet et bouillie de poisson. 
Glaces super bonnes ! 
Beignet de porc et saucisse enrobée de pancake 
Entraînement aux nouilles sautées pour vous faire goûter en France ! 
Les boissons japonaises. 
Nourriture japonaise en vrac. 

J'ai aussi fait un restaurant d'au revoir avec les coureurs de l'équipe Igname (qui m'a accueilli pour le Japan pro tour). J'ai eu droit à mes premiers verres de Saké ! J'ai aussi goûté le whisky gin tonic au gingembre, les nouilles au wasabi, le tofu bien cuisiné, du poisson blanc et violet cru. On a bien rigolé et j'aimerais les revoir un jour !

Soirée avec Igname. 

Je suis allé à un feu d'artifice à côté de ma ville. Des milliers de gens bien installés dans un grand champ avec des buvettes et des snacks tout autour. Beaucoup de gens en kimonos et habits traditionnelles. Le feu d'artifice a duré 3h et était très beau.

Feu d'artifice. 
Public pour le feu d'artifice. 

Ça a été également mes derniers entraînements au Japon et j'en ai profité pour faire découvrir la région à Taiga (oui oui pas l'inverse !). Le pauvre qui roulait tous les jours sur la même route par peur de se perdre en a pris plein les yeux, et moi aussi encore.

Ordre chronologique, de plus en plus beau ! 

Mercredi, l'artiste a crevé trois fois sous la pluie avec son pneu pourri, et il est rentré en stop avec les garde forestier me laissant seul. J'étais plus inquiet pour lui que pour moi, un vrai enfant déboussolé !

Crevaisons de Taiga. 
Origami 

J'ai eu droit à un cours d'ormigami. Il m'a dit que le cygne c'était très simple et que tous les japonais l'apprenaient à l'école !

J'ai aussi perdu mon portefeuille (tombé de ma poche quand j'étais en vélib). Par chance je l'ai retrouvé au commissariat le lendemain apres quelques aventures. Sans liquide mais avec toutes les cartes : ouf ! Les japonais ne volent pas, ils sont très gentils. Il y a des étalages de fruits sans surveillance et pas de portiques au métro ! J'ai pas essayé mais ça se fraude très facilement..

Visite du commissariat ! 

J'ai également fait une deuxieme sortie avec le français Tom Bossis. Il m'a dit t'es prêt à faire la montée la plus dure de ta vie, les piétons y montent par le téléphérique normalement. Ouais ouais pas de soucis ! 4kms à 20% de moyenne avec la fin à 30%. C'est un combat une demie heure pour ne pas poser pied. Le record est à 8km/h. J'ai fait 7,5km/h mais je me suis arrêté prendre des photos, donc ça peut peter facilement mais je suis pas prêt d'y retourner ! Au sommet un très beau temple dans le brouillard.

Montée HYPER raide ! 

Taiga était parti du 1er au 17 août dans sa famille à Osaka. Quand il est revenu on a fait un bon restau (dans l'enseigne où il travaille à mi-temps). On a beaucoup mangé et notamment du calamar !

Restaurant avec Taiga. 

Bon repas qui a été là récompense d'un entraînement particulier car en pleine brume pendant des heures ! Fallait pas me laisser choisir le parcours, avec moi c'est montagne et chemin de chèvre 😉

Dans la brume et la bonne humeur ! 

J'ai fait un tour chez le coiffeur et l'anecdote est assez drôle à mes dépends ... Je suis allé chez le coiffeur le plus proche. En rentrant j'ai vu une vieille dame à moitié endormie dans la salle d'attente. Je me suis dis mince je vais devoir attendre. Ben non pas du tout, c'était elle ma coiffeuse ! 70 ans, des lunettes énormes et le pas chancelant. Pas un mot d'anglais, je lui montre une photo comme modèle. Rien à faire elle a voulu me coiffer comme un japonais ! Avec le feuilleton amour gloire et beauté version japonais sur une petite télé. Un œil sur le feuilleton l'autre sur le ciseau, je vous laisse imaginer la coupe. Elle a essayé de me coiffer au sèche cheveux comme un japonais avec les cheveux comme si on avait mis les doigts dans une prise très fins et vers le ciel. Elle a semblé être désemparé face à ses cheveux européens. Elle m'a rasé les cheveux de la nuque avec une lame comme dans les westerns ! C'était assez drôle mais j'ai du retailler moi même les imperfections. Elle a insisté pour la barbe mais à 10€ c'est bon merci. J'ai payé assez cher la coupe en plus de ça : 24€. C'était quand même assez drôle et on a beaucoup ri au téléphone avec les amis.

Un tour chez le coiffeur ! 

Et pour finir des photos en vrac :

Chute, paysages, belle femme au supermarché et panneaux des toilettes. 

Je prévois donc un article sur le weekend qui m'attends ainsi qu'un article plus 'littéraire'. J'aimerais partager un bilan personnel de ce voyage, avec des réflexions que j'ai pu écrire au fil du séjour.

L'une des motivations de ce blog est également de faire découvrir la culture japonaise à mes proches et j'en profiterais donc pour partager ma vision des coutumes japonaises. Je vous expliquerais pourquoi ce n'est pas du tout mon mode de vie et que je ne comptes pas m'y installer un jour ! Même si en tant que touriste c'est un endroit à visiter car très riche en culture et paysages et très différent de chez nous.

Et pourquoi pas un article sur le retour en France ? On verra si c'est intéressant, en tout cas ce le seras pour moi car il me tarde beaucoup !

Un aperçu du premier moment de ce week-end cyclosportif avant de vous laisser :

Welcome in Masuda !! 
19
19
Publié le 6 septembre 2017

Mon dernier week-end s'est passé à Masuda dans la préfecture de Shimane (campagne dans l'Ouest du Japon, en bord de mer). C'est une ville de 50 000 habitants qui a la particularité d'avoir un très petit aéroport. La politique de la ville est dynamique et ils montent un camp d'entraînement cycliste en prévision des JO de 2020. De ce fait, ils ont invités des cyclistes étrangers (3 français et un danois). L'accueil a de suite été chaleureux. Tour le week-end nous avons été l'attraction et tout le monde était énormément accueillant ! C'était fou !

Accueil à l'aéroport  

Nous avons mangé avec le maire le premier soir dans un restaurant succulent ! Il y avait les personnalités importantes de la ville et nous avons fait un petit discours de présentation. C'était sympa. L'hôtel était vraiment d'un très bon standing. Je précise que je n'ai pas déboursé un seul euro du week-end, donc je remercie vraiment la ville de Masuda !

Repas de roi ! 
Tablée du vendredi soir. 

Nous avions même notre article dans le journal local. Le titre : top Europeans cyclists are coming in Masuda.

Article de journal. 
On fait que manger ! 

Vendredi matin on est allés à l'inauguration d'un vestiaire réservé aux cyclistes à l'aéroport. Petit discours de chaque participant. Taiga était là également comme invité et il a du faire un discours. Il tremblait au micro c'était trop drôle !

L'après-midi on a aidé l'organisation et j'ai joué au Sumo contre Taiga encouragés par le staff. Défaite, comme quoi c'est dans le sang !

J'ai joué, j'ai perdu ! 

Ça aurait été dommage de pas faire un tour à l'océan, vraiment magnifique !

Plage de Masuda. 

Le samedi soir, nous sommes allés dans un petit restaurant typique, noté dans les meilleurs du Japon ! En effet, le cuisiner fait partie du comité très restreint des cuisiniers autorisés à cuire le Fugu (poisson-globe mortellement venimeux). Les poissons et calamars étaient sortis des aquariums sous nos yeux. J'ai donc mangé du calamar cru et très fraîchement tué ! C'est très caoutchouteux mais c'est pas mauvais ! Plus il est transparent et plus il est frais.

Calamar 
Petit restaurant très connu. 

Le dimanche c'était fou ! 600 participants et notre rôle était de gérer l'allure et de faire le show. Toutes les heures on s'arrêtait pour manger des mets locaux à des ravitaillements. J'avais la nausée à force de bouffer mais c'était bon !

600 participants ! 
Ravitaillement avec aubergine bleue. 

Partout il y avait des gens qui applaudissaient sur le bord de la route c'était fou, devant les maisons et j'ai même signé plein d'autographes. Les paysages étaient aussi magnifiques.

Paysages magnifiques. 
Public nombreux. 

J'ai aussi fait des interviews à la tele japonaise ! J'en ai fait une en japonais avec les mots que je connaissais c'était drole. J'espère que je pourrais trouver le lien. Et une autre traduit par le staff de Cyclo Pavillon (Kenichi que j'ai découvert ce weekend, Bras droit de Mr. Asada) : un homme de 45 ans hyper drôle et sérieux à la fois, c'était super. Il est trilingue anglais français japonais.

Interviews télé japonaise. 

Le soir repas chinois, très épicé ! J'ai appris la coutume japonaise pour l'alcool. Ils m'ont fait boire tout les soirs car c'est malpoli de refuser une proposition de verres en une personne plus âgée. Je bois vite, donc dès que j'avais fini on m'en reproposais un. Bières, saké de riz, whisky gingembre et alcool de patate à 25% dans un grand verre. Et le dimanche soir une bouteille à partager dans des shooters (un espace de vin à 16% un peu épicé). Quand on sert quelqu'un c'est comme un défi, il te rends ce que tu lui as servi. Donc j'ai rempli à ras bord pour rigoler aux personnes à qui j'ai donné, ça faisait bien rire les japonais!

Restau chinois. 

Lundi on a fait une présentation de la France et du cyclisme dans une école à une classe de 6ème. Les élèves étaient très timide car il y avait les journalistes et la télé.

École japonaise. 

Le midi on est allés dans un sushi shop renommé. J'ai goute sushi de : crabe, gambas, anguille (le meilleur), maquerau, saumon, coquillage (?), sèche et autres poissons. Et aussi un maki aux œufs de poisson orange et un au oursin (c'est un plat rare et très apprécié des japonais, perso c'est pas fracassant).

Sushi shop. 

L'après-midi on a fait un rituel dans un temple bouddhiste avec un moine. En tailleur le regard dans le vide, il faut se vider l'esprit. Si le moine sent qu'on est pas concentré il nous met des coups de bâtons dans le dos et il faut le remercier. Très très dur de ne pas éclater de rire en regardant l'autre français en face de moi! Mais l'expérience était unique, par terre dans un temple calme et beau, dans les odeurs d'encens.

Temple bouddhiste. 

Et pour finir, la visite du grand toit. C'est un nom français donné par une personne importante de la ville, l'architecture était impressionnante. Nous avons visité la salle de concert neuve et High tech ainsi que le musée.

Salle de concert. 
Musée du Grand Toit. 

On a aussi eu plein de cadeaux : tasse à thé, gâteaux, jolies pierres avec des vélos gravés et une belle nappe du temple. C'était vraiment un événement exceptionnel et nous avons été accueillis comme des princes. Les gens étaient vraiment émerveillés que nous soyons là et tout le monde était heureux. C'était très très touchant. J'aimerais le refaire si possible, je pense que c'est possible de faire l'aller retour tout frais payés pour une semaine france-Japon comme les autres français.

Voici les différentes photos de groupe :

Photos de groupe. 

Le dernier jour à Tokyo on est allés au stand de tir de baseball : j'étais très nul mais c'était très drole ! Nous étions avec Taiga et l'autre français.

Stand de baseball 
Photomaton 

Ils ont des photomatons avec des filtres snapchats ! On peut modifier les photos, écrire des conneries, mettre du rouge à lèvre ou des oreilles de Mickey. C'est très drole et c'est le jouet des filles de 15 ans.

Gros repas et puis retour très fatiguant en france !

Plusieurs heures de galère avec mes 51kg de bagages 😭 mercredi minuit à la maison 🙏🇫🇷😴