Retour en Turquie avec les enfants : la mégapole Istanbul, la magique Cappadoce et les eaux chaudes de la côte Sud
Du 24 juillet au 7 août 2013
15 jours
Partager ce carnet de voyage

En 1997, nous avions passé 17 jours en Turquie en couple, en ne réservant à l'avance que les nuits d'hôtel à Istanbul, et en réalisant les trajets intérieurs en bus.

Nous avions fait étape à Istanbul, Avanos en Cappadoce, Antalya dans le sud (pour la vieille ville et les sites archéologiques à proximité, comme Termessos), Kalkan (petite cité balnéaire), et Selçuk (bon point de chute pour visiter Ephèse, Priène, Milet, Dydimes), avant de repasser à Istanbul.

Nous avions aimé le pays, contrasté et attachant, l'accueil des habitants, la gastronomie locale, et avions très envie d'en faire profiter nos enfants (13 et 8 ans). Le pays a séduit toute la famille.

En 2013 nous y retournons donc, avec un programme plus tranquille (des étapes plus longues et moins de visites) :

- Istanbul (4 nuits)

- trajet par avion Istanbul-Kayseri

- Uchisar (Cappadoce) 4 nuits

- Trajet en bus de nuit de Uchisar à Antalya puis navette hôtel jusqu'à Kas.

- Kas 5 nuits

- retour à Istanbul par avion (Dalaman-Istanbul), pour 2 nuits.

Les vols intérieurs sont une bonne solution pour aller d'Istanbul à la Cappadoce par exemple. Istanbul-Kayseri par Turkish Airlines: 130€ pour 4, puis 20€ de navette Kayseri-Uchisar. Dalaman-Istanbul 185€. En s'y prenant suffisamment tôt on peut avoir des promotions et tarifs intéressants.

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires

Nous atterrissons le soir à Istanbul, et prenons un taxi pour le centre ville historique.

Les mosquées illuminées pour le ramadan nous plongent tout de suite dans l'ambiance.

Les enfants sont séduits par ces monuments imposants et inhabituels pour eux.

Nous logeons à l'hôtel Erboy, très bien placé, à environ 10 minutes à pied de Sainte-Sophie. La chambre familiale est confortable et le petit-déjeuner correct.

Nous visitons bien sûr les deux monuments emblématiques de la ville : la mosquée Bleue et Sainte-Sophie.

L'intérieur de Sainte-Sophie me paraît aussi magique que la première fois : la taille et la hauteur de l'édifice, les mosaïques, l'histoire...

Et l'intérieur aérien de la mosquée bleue, les rituels de se déchausser, se couvrir, ... Le dépaysement est bien au rendez-vous.

Nous visitons aussi la citerne Basilique à quelque pas de là, avec son ambiance particulière.

Mosquée bleue 
Sainte Sophie, Mosquée Bleue 
Sainte Sophie, Citerne Basilique 
• • •

La visite du palais de Topkapi est également au programme. Nous nous y rendons à pied de notre hôtel. Un retour à l'époque de la dynastie ottomane.

• • •

Et un tour en bateau sur le Bosphore (petite croisière d'une heure) pour admirer les palais et belles demeures qui bordent le détroit.

Une magnifique visite faite lors de notre premier séjour, celle de l'église de Saint-Sauveur in Chora, une église byzantine aux splendides fresques et mosaïques.

La situation de l'hôtel nous permet de passer nos soirées à Sultanahmet, le quartier historique.

Les rues sont envahies par la foule le soir : en effet nous sommes en pleine période de Ramadan, tout le monde vient en centre ville pour pique-niquer dans les parcs au coucher du soleil, des tables sont installées sur l'Hippodrome.

Nous nous mêlons à la population, assis sur des bancs devant la mosquée bleue. L'ambiance est familiale et festive.

ruelle derrière la mosquée bleue 
Le Ramadan à Sultanahmet 
• • •

Marcher dans les rues autour du Grand Bazar permet également d'être transporté bien loin de nos villes occidentales.

L'activité commerçante, Les vitrines des magasins, les livreurs pressés et chargés, la foule de passants, ... Le quartier Mahmutpasa en particulier, qui descend jusqu'au bazar égyptien et Eminonu.

A Eminonu nous restons un long moment, assis devant la Yeni Camii (mosquée neuve), à observer les passants, le pont, les vendeurs de rue, ...

Nous ne pourrons pas visiter la Mosquée de Rüstem Pacha, en travaux.

Non loin nous achetons des loukoums à la boutique Haci Bekir, institution d'Istanbul.

Eminonu 
• • •

Nous nous promenons également dans le quartier de Beyoglu: la célèbre Istiklal caddesi et son tramway, jusqu'à la place Taksim, et autour de la tour de Galata.

Vers Istiklal l'ambiance est plus jeune, moderne, à l'occidentale. Rien à voir avec les ruelles du grand bazar.

La place Taksim est calme, pas de trace des manifestations qui ont eu lieu 2 mois plus tôt (pour protester initialement contre la destruction du parc Gezi),... à part la présence de véhicules militaires.

Dans les rues autour d'Istiklal Caddesi , de la tour de Galata
• • •

Nous visitons aussi le musée d'Art Moderne, à Karakoy, climatisé et au calme.

La terrasse de son restaurant (un peu cher), offre une vue magnifique sur le Bosphore.

Au musée d'art moderne 
A vendre à proximité de notre hôtel 

Nous arrivons à Uchisar, après un vol jusqu'à Kaiseri et un trajet en navette.

Nous voilà dans un tout autre environnement, en Anatolie centrale...

Nous avons réservé une chambre familiale à la Kilim pansyon, appelée aussi 'la maison de Sisik'. Sisik, le patron, est une figure du coin. Les tarifs sont proches de ceux d'Istanbul (100€ la nuit, repas du soir 12€), on peut sans doute trouver moins cher en Cappadoce, mais le charme de la pension opère.

Notre chambre familiale (la n°18) est troglodyte, les murs s'effritent un peu (de temps en temps du sable tombe sur le lit !), cela amuse beaucoup les enfants.

Nous gardons de très bons souvenirs de l'accueil, des rencontres avec les autres pensionnaires, des terrasses avec vue magnifique, des repas du soir conviviaux, simples et délicieux.

Uchisar est un village calme, dominé par son imposant 'château', avec vue sur la vallée des pigeons.

L'ambiance est très détendue. Nous sommes étonnés de ne pas trouver plus de touristes: peut-être restent-ils concentrés à Göreme, à côté ?

Nous avons déjeuné 2 fois au restaurant 'le mouton rouge', encore une fois un bon accueil et de bons repas. Comme partout pendant notre voyage, on adore les mezze (entrées).

Un après-midi, nous allons nous baigner à la piscine de l'hôtel Kaya, accessible moyennant un droit d'entrée.


Au château d'Uchisar
Une des terrasses de la pension, et le chien de la maison 

L'hôtel propose à ses pensionnaires des randonnées matinales, avec accompagnateur et transport.

Nous en ferons deux, et pourrons ainsi profiter des paysages exceptionnels sans avoir à se préoccuper de l'itinéraire.

Étonnamment, nos enfants apprécient ces balades, parfois un peu sportives, sur des chemins glissants. Cela reste même, avec la totalité de ce séjour en Cappadoce, leur meilleur souvenir de voyage à ce jour...

Notre petit groupe sur le sentier. En tête le guide et le chien de la pension 
Vallée rose (ou rouge?) 
Vallée de l'amour 
Visite d'églises sur notre parcours  

Autre excellent souvenir : l'excursion dans la vallée d'Ihlara, proposée également par l'hôtel (à environ 75€ pour 4), avec encore une fois l'avantage de se faire conduire sur les sites (le chauffeur est le père du patron). Nous sommes 2 familles à partir.

Au programme, la cité souterraine de Derinkuyu: couloirs étroits, puits d'aération, meules pour bloquer le passage aux ennemis...

La randonnée dans la vallée, ponctuée par la visite de nombreuses églises :

Une pause déjeuner sur l'eau, assis sur des coussins, un repas simple et bon de légumes et grillades...

Puis la visite du monastère de Selime, son site superbe et les recoins de ses constructions et églises troglodytes:

Pour finir, arrêt au lac de cratère Narligol pour une petite baignade.

Une belle journée !

Lors de notre premier séjour en Cappadoce, nous avions loué une moto (une antiquité...) pour explorer la région autour d'Avanos, par exemple le caravansérail de Sarihan. On se souvient du gardien qui nous avait offert des fruits, ou encore de celui qui s'était improvisé guide pour nous montrer une église au milieu de nulle part...

Nous quittons Uchisar en bus, via Nevsehir, direction Antalya.

Le trajet en bus de nuit se passe bien, le bus est confortable, on s'arrête toutes les deux heures (ah les arrêts au milieu de la nuit sur les aires d'autoroute, à acheter des figues ou des souvenirs...). De là à dire qu'on dort bien, non.

Une chaleur humide nous accueille dès notre arrivée vers 6h à Antalya. Nous avons réservé une navette par l'intermédiaire de notre hôtel à Kas. Le chauffeur tarde à arriver, on commence à s'inquiéter. C'est parti enfin pour environ 2 heures de route, la conduite sportive du chauffeur nous fait un peu peur...

Nous arrivons enfin à l'hôtel Hideaway à Kas, où les propriétaires nous proposent de prendre le petit-déjeuner (excellent!) sur la terrasse (magnifique!).

Nous passerons le reste de notre première journée à nous reposer, sur la terrasse ou dans nos chambres.

Encore une bonne adresse, cette fois-ci en bord de mer. L'hôtel Hideaway propose des chambres simples, confortables, avec climatisation, des petit-déjeuners délicieux, et une petite piscine où notre fils va apprendre à nager...

Sur la terrasse de l'hôtel 
La piscine, le Théâtre à côté de l'hôtel

Nous voulions éviter les stations balnéaires bondées et bétonnées (type Kusadasi, entrevue en 97, qui ne nous a pas laissé un souvenir impérissable).

Kas s'avère être un bon choix. Relativement préservée des constructions, avec de l'animation et du monde le soir dans les rues, sans excès. Essentiellement des touristes turcs.

Le soir, quand les températures sont plus agréables, on apprécie les bons restaurants, les boutiques et stands dans les ruelles typiques.

A l'heure du déjeuner les rues sont désertes, il fait très chaud.

Nous allons 2 fois au restaurant Sempati : un accueil discret et sympathique, et de bonnes spécialités. La nourriture turque remporte toujours un franc succès dans la famille...

Avec la chaleur écrasante régnant sur la côte, le mieux est de profiter de la mer.

A proximité de Kas se trouvent deux des plus belles plages de Turquie : Patara et Kaputas.

Nous testerons les 2, en utilisant les transports en dolmus.

Le trajet vers Patara est long, pas loin d'une heure trente.

Nous arrivons alors que l'après-midi est bien avancé. La plage est immense, avec des dunes. Lors de notre premier séjour nous avions visité le site archéologique à proximité, nous nous limitons cette fois à la baignade.

L'eau est chaude ! Les frileux de la famille n'ont aucun mal à y entrer.

On profite de la mer, puis c'est reparti pour le périple en bus, et une soirée à Kas dans la fraîcheur relative de la nuit.

Patara 
• • •

Kaputas est à environ 30 minutes de bus. Les vagues sont plus fortes qu'à Patara, la plage est magnifique.

Des jeunes s'amusent à plonger de la falaise, c'est impressionnant.

On profite de la mer, et on rentre pour un restau et un tour dans les ruelles animées de Kas.

Kaputas 
• • •

En nous promenant le soir dans les rues de Kas, où les multiples agences de tourisme essaient d'attirer les passants, nous nous laissons tenter, une fois n'est pas coutume, par la réservation d'une journée en bateau pour 80€ environ pour 4. Le prix comprend le trajet en bus jusqu'à Üçagiz, la promenade en bateau vers les ruines englouties de Kekova, le repas et le thé de l'après-midi à bord, l'arrêt à Simena pour la visite.

C'est l'excursion phare de Kas. Nous sommes une bonne trentaine de personnes sur le bateau.

Le bateau fait plusieurs arrêts baignade : l'eau est bonne et la côte est superbe.

les bateaux de tourisme sont nombreux ...
et les coins de baignade aussi... 

A Simena (appelée désormais Kaleköy), nous nous baladons dans les ruelles, montons jusqu'à la citadelle et découvrons les tombes lyciennes disséminées dans la nature.

L'excursion, même si très touristique, nous laisse le souvenir d'une journée de détente parfaite dans un cadre idyllique...

Après ces quelques jours agréables en bord de mer (un peu trop chauds tout de même), nous repartons pour Istanbul par avion (de Dalaman), où nous passons 2 jours avant de terminer notre voyage.