J’en avais tant rêvé… Etant programmé à l'aube de ma retraite, ce voyage était pour moi celui de fin de carrière. Comme un cadeau. Il fût reporté de 2 ans pour cause de pandémie, mais un jour...
Du 18 février au 16 mars 2022
27 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Dylan, mon coiffeur préféré en métropole, est venu s’installer sur le caillou il y a un peu plus de deux ans. Comme je le comprends !!! Aujourd’hui, il a ouvert son propre salon à Nouméa et s’est fait une belle renommée. «bio-concept » 89 Route Du Port Despointes Faubourg Blanchot. Je voulais prendre rendez-vous, mais il aurait fallu repousser mon départ. Son sérieux, son professionnalisme et sa gentillesse on fait de lui un coiffeur qui cartonne.

Roland se rend chaque année à Nouméa pour y passer quelques mois, il fut mon accompagnateur et mon guide pour la plupart des excursions.

2

L’îlot du phare Amédée, en compagnie d’une équipe fort sympathique. Roland et ses amis jouent de l’ukulélé, une sortie avait été organisée par leur association.

Départ en bateau depuis la baie de la Moselle. Un trajet de 40 minutes environ. Au cours d'un bon repas, les danseuses et danseurs tahitiens nous ont enchantés. Nous sommes montés au dessus du phare (247 marches) pour découvrir une vue absolument sublime. Nous avons également pu parcourir un sentier découverte. La faune et la flore y sont protégés. Le site est inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2009. j'ai fait connaissance avec un tricot rayé (un serpent), il semblait intrigué par mon sac de plage. le sachant venimeux il n'était pas forcément mon pote, mais ce sont des serpents qui n'attaquent pas, paraît-il. J'ai préféré attendre qu'il aille voir ailleurs.


3

Nous avions loué un Duster 4*2, il fallait bien cela vu l'état des pistes. Une côte sauvage et authentique. A chaque fois que nous croisions une voiture, nous étions salués, bien sûr nous faisions de même.

Nous avons dormi une nuit à Hienghène à l'hôtel Koulnoué (je le recommande). Les bungalows sont sur la plage. La nuit, je n'entendais que le clapotis des vagues et je n'ai pas tardé à retrouver les bras de Morphée.

coût pour une nuitée et un dîner : 12500+2950 CFP (129 €)

location de la voiture, kilométrage illimité du 04 au 06 mars : 32697 CFP (274 €)

Plus au nord nous avons pris le bac de la Ouaième. il est situé au nord de Hienghène, un peu avant d'arriver à la cascade de Tao. On y embarquent voitures et autocars, son installation date de 2010. À cet endroit, les bords de la Ouaième offrent une végétation luxuriante et enchanteresse. Il est le dernier bac en Nouvelle Calédonie, bientôt il pourrait bien être supplanté par un pont.

Dans l'esprit du peuple Kanak, les lieux demeurent tabous. Les légendes ancestrales disent, que c’est ici que se trouve l'entrée du pays des morts.

 Le bac de la Ouaième
4

Après avoir traversé l'île d'Est en Ouest, nous sommes redescendus sur Voh, nous n'avons pas vu l'incontournable cœur de Voh, il aurait fallu le faire en ULM, ou faire 2 h 30 de marche pour l'ascension du mont Kathépaïk (ce sera pour une prochaine fois). Nous avons passé la nuit au gîte du Koniambo. L'on aurait pu se croire en pleine nature, sauf que la route et sa circulation n'était pas loin, dommage. Ceci dit l'hébergement est très agréable.

Coût d'une nuitée par personne 6000 CFP(50 €)

5
Arrêt à la distillerie de Boularis

J'y ai acheté un produit bio très efficace pour éloigner les moustiques.

6
7
Une balade d'une heure et demie au milieu de la forêt des grandes fougères 

J'aurais tant aimé y rencontrer un cagou.

8

3 jours au paradis du paradis

Pour y aller, j'ai préféré l'avion, question de temps (l'avion 20 mn de vol, tous les jours et plusieurs vols par jour. Le bateau, le Betico, moins cher mais 2 h 15 de traversée et pas tous les jours). le coût de l'avion A/R 21068 CFP (176 €)

J'ai séjourné à l'hôtel Kou-Bugny à Kuto. Coût du séjour pour 2 nuits, repas, boissons et excursions 50789 CFP(424 €)

Je savais que je ne pourrais pas tout visiter sur l'île (il aurait fallu au moins quelques jours de plus), j'ai fait le choix de prendre les excursions de l'hôtel.

Une sortie en pirogue dans la baie d'Upi pour accéder à la piscine naturelle d'Oro. En semaine il n'y a pas foule, du coup j'ai eu droit à une pirogue pour moi toute seule. Un pur moment de bonheur, prés de deux heures de traversée, la pirogue avançait au gré d'un faible vent. Quelques dauphins chassant les poissons pour leur repas, s'amusaient proche de l'embarcation. Ce sera toujours un émerveillement.

Pour accéder à la piscine naturelle, j'ai du emprunter un petit sentier, puis traverser une rivière.

45 mn de sentier avant d'arriver à la rivière 
 Une journée snorkeling 

Pour se rafraîchir rien de mieux qu'une noix de coco servie bien fraîche, au terrain de camping "Kougny" le long de la piscine naturelle, ce sont à priori, de nouveaux propriétaires, ils ont rouvert depuis la mi-janvier 2022 . Si vous aimez ce style de camping très nature, je le recommande. L'accueil y est chaleureux, au dire de ceux qui l'ont dégustée, la langouste y est cuisinée comme personne. Vous y dormirez dans une case, dans un hamac ou sous une tente. Et surtout le cadre y est idyllique. une page Facebook : https://kougny.com/


9

Une balade en bateau à la rencontre des tortues, des raies, même des raies Manta et des dauphins. Puis direction sur l'îlot pour un déjeuner, langoustes et poissons grillés au menu.

Arrivée sur l’îlot

10

De retour sur le caillou, nous avons passé une journée dans le grand Sud. Un univers bien différent du sable blanc. Une palette de couleurs surprenante.

Des pistes très chaotiques pour traverser un décor à couper le souffle.

le Grand Kaori 

Nous avons parcouru une petite partie du parc provincial de la Rivière Bleue. Nous y avons admiré le grand Kaori, la forêt noyée. Les adeptes du VTT, de la randonnée ou du Kayak y sont les bienvenus, ils seront dans leur univers, tout y est prévu. Les eaux limpides de la Rivière Bleue nous incitent à la baignade. Mais toujours pas de cagou. Suzanne, nous y a conduit en minibus, bien que ça ne soit pas dans ses attributions, elle a été une guide parfaite. Elle transmet sa connaissance du parc avec beaucoup d'enthousiasme.

11
12

Le centre Jean-Marie Djibaou. Ce jour là, il tombait des pluies diluviennes mais qu'à cela ne tienne je ne serais pas repartie sans l'avoir visité. Le centre promeut la culture Kanak. Comment ne pas être subjugué par l'architecture de Renzo Piano. J'espère avoir l'occasion de le revisiter sans la pluie.

13

Une sortie bucolique au cœur de la vile de Nouméa.

C'est la zone tampon entre la terre et la mer. La mangrove protège la côte de l’érosion marine, filtre les eaux de rivière, empêche les sédiments d’étouffer les coraux et sert de nurserie et de garde-manger à de nombreuses espèces d’oiseaux et d’organismes marins (crabes, mulets…). Sa conservation est donc primordiale, tant en termes écologiques qu’économiques.

Un parcours très intéressant. L'endroit est riche en découverte et permet une prise de conscience, respectons la nature , l'écosystème est à préserver.

14

Au cœur de la ville, la place couvre une surface d'environ 4 hectares. Cocotiers et flamboyants ombragent la place. C'est surtout un lieu de rencontre et de manifestations. Un véritable métissage de cultures et de générations. Les nouméens aiment s'y retrouver.

Même à Nouméa, Gustave Courbet y a sa place 
15


Plage de Nouville                                                                                                Kuendu-Beach

La plage de MA. Avant d'y arriver ce sera 7 à 8 km de piste. Ce n'était plus des petits nids de poule mais de gros trous qu'il fallait éviter, un véritable slalom. Au bout d'un long sentier, une plage qui se mérite.

Une plage qui se mérite, loin de la foule 
16

Le soir, lorsque la fraîcheur permettait la balade, en passant par la baie des citrons, j'allais jusqu'à l'anse Vata. Je m'arrêtais boire un galopin à la terrasse d'un café, toujours le même. Les fins de semaine, les mélanésiens envahissaient les plages. Il m'arrivait d'aller m'installer au milieu d'eux pour papoter un peu. j'évitais les spécimens en état d'ébriété, à la fin du week-end, ils étaient quelques uns. Le dimanche matin, quand je le pouvais, j'allais jusqu'au marché de la Moselle. J'y achetais mes fruits et légumes, sans oublier le poisson tout frais. le sourire des gens quand je croisais leur regard m'incitait à discuter avec eux et c'était toujours très agréable de se sentir la bienvenue.

17

Pour séjourner sur le caillou j’avais fait le choix d’une location en Airbnb. Je l’ai véritablement regretté. Je pensais que le fait de passer par Airbnb pouvait être un gage de sérieux.

Au prime abord, je découvre un studio charmant, spacieux et bien situé, à proximité des commerces, d’un arrêt de bus, la plage de la baie des citrons à 5 mn à pied. Ce qui aurait pu présager un bon séjour. Pour entrer il fallait passer par le garage ce qui n’est pas forcément agréable mais pourquoi pas. Ce qui m’a véritablement irritée c’est avant tout le manque de propreté.

A priori, elle fait appel à une société de nettoyage. Sur la facture, 4770 CFP (40 €) pour le ménage.

J'aurais encore pas mal de choses à dire mais je m'arrêterai là.

En détail, la location pour 24 nuits 177285 CFP, (1486,55 €) soit : 5% de réduction, 25682 CFP, (215.35 €) de frais de service et 4770 CFP, (40 € ) de ménage.

1 bis rue Catalan Nouméa 

Si j’avais séjourné à l’hôtel Nouvata sur la baie de l’anse Vata cela m’aurait coûté 161835 CFP, (1357 €) tout frais compris (ménage fait tous les jours, changement de serviettes et draps fait régulièrement, chambre et salle de bain très spacieuses, propreté impeccable, cafetière, frigidaire, micro-onde, climatisation, balcon et piscine) J’ai pu comparer vu que j’y ai séjourné une nuit, une journée à cause d’une annulation de vol au retour. Le petit bémol c’est que je n'aurais pas pu faire à manger, juste réchauffer.

18

De retour à l'aéroport de la Tontouta. Nous étions déjà en salle d'embarquement, quand nous entendons une annonce nous avertissant que le vol était reporté ultérieurement, sans plus d'information. Quelque temps après, nous avons été invités à reprendre nos bagages. La compagnie aérienne a affrété des bus pour nous ramener sur Nouméa. Pour ceux qui, comme moi, n'avaient plus d'hébergement, nous avons été relogés à l'hôtel. Ceux qui avaient la possibilité d'être hébergés sur place, ont été déposés à la baie de la Moselle. Une nuit et une journée de plus à Nouméa dans un hôtel très agréable je n'allais pas m'en plaindre. La compagnie a tout pris en charge. Ce fût plus compliqué pour ceux qui pouvaient être hébergés sur place. Il était déjà 2 h du matin. Difficile de réveiller leur proche et les taxis n'ont pas voulu assurer. Mais tout est bien qui finit bien nous avons pu repartir un jour plus tard. Le voyage fût long, mais l'essentiel c'est d'arriver.

19

Je n'ai qu'un souhait, c'est de retourner sur le caillou. sans doute un peu plus longtemps et avec une organisation anticipée.

Un grand regret, ne pas être allée dans une tribu. C'était important pour moi. J'aurais, également, voulu visiter une exploitation broussarde.

J'ai été agréablement surprise par la propreté de l'île. J'ai eu le sentiment que le respect de l'environnement devenait important pour eux. De nombreuses associations œuvrent pour la préservation de l'écosystème.

• • •

Mon séjour a coûté un peu plus de 5100 €.

Il y a 2 ans, j'ai payé mes vols Aller/Retour : 2339 €. Il y a certainement moins cher. Je ne sais pas ce qu'il en est des autres compagnies, mais Air France a assuré durant la période de pandémie, plusieurs reports de vol avant de pouvoir enfin partir, je n'ai rien perdu.

L'hébergement pour 24 nuits: 1486 €

Mes courses : 250 €. La vie est un peu plus chère qu'en métropole. Dans la mesure du possible j'achetais des produits locaux, mais beaucoup sont bien évidement importés.

Mes circuits tout compris environ 1100€.

Il est bien sur tout à fait possible de réduire le coût en prenant un vol moins cher et choisir des hébergements moins coûteux. Vu mon hébergement à Nouméa, j'avais besoin de confort 😀.

Tata