deux jours à Affiniam, en Casamance, au cours d'une découverte du Sénégal :
Février 2017
2 jours
Partager ce carnet de voyage
1

pour arriver à Ziguenchor : le bateau depuis Dakar, l'avion, ou bien en voiture, en traversant la Gambie.

nous avons opté pour ce mode de déplacement, un "7 places", taxi collectif. Nous voyageons ainsi depuis notre arrivée au Sénégal


un "7" places en gare routière : tout un poème 

petit conseil pour les "7 places" : les places les plus confortables sont : les places 1 et 2 (soit la place de devant et celle juste derrière). Croyez en mon expérience 😉 . Si vous n'êtes pas trop pressés : vous annoncez aux taximen que vous désirez les place 1 et 2, vous ne les aurez pas sur le premier taxi en partance (sauf hasard), mais sur le suivant en général (personne ne vous laissera ces places, elles sont convoitées par tout le monde, elles sont attribuées par le placeur-encaisseur à la gare routière, dans l'ordre d'arrivée, pas de resquille possible).

vous voyagerez donc sans avoir les genoux sous le menton et sans avoir les fesses douloureuses ou en balance sur la barre du milieu.

et insistez, le jeu étant de voir les voitures partir le plus vite possible, votre résistance à ne pas vouloir vous entasser n'importe comment dans le taxi ne sera pas bien perçu de prime abord.

perso je fais toujours cela, ma carcasse me dit merci.

n'oubliez pas d'avoir avec vous : de l'eau, quelque chose à grignoter. (nous c'était petits gateaux et fruits): en cas de panne (ça nous est arrivé) dans le désert ou d'immobilisation une nuit par l'armée (ça nous est arrivé aussi, hé oui)










2

nous prendrons place dans une grande pirogue villageoise : renseignées par l'Office du tourisme de Zinguenchor, nous attendons à l'embarcadère;

des femmes sont rassemblées là, avec des produits à vendre : fruits, légumes

c'est haut en couleur

vendeuses de l'embarcadère 
embarcadère et installation dans la grande pirogue. Au loin sur le fleuve Casamance se croisent les deux ferry qui font la navette...

nous allons naviguer près d'une heure, traverser le fleuve et nous enfoncer dans les "bolongs", chemins d'eau dans la mangrove. 'est très beau. calme, et l'on croise plein d'oiseaux.

nous arrivons bientôt à l'embarcadère du village d'Affiniam. situé à environ 800 mètres du village et du campement villageois ou nous passerons deux jours.

embarcadère d'Affiniam

peu de monde à cet embarcadère. Quelques villageois sont attendus par des membres de leur famille et partent rapidement. Nous cherchons des mototaxis pour nous rendre au campement villageois, en quelques coups de téléphone, en voici : en route !

prochaine étape : le cqmpement Diaméor Diamé

3

c'est un campement villageois, géré par la communauté, et dont les bénéfices sont utilisés pour la communauté.

on y accède donc par le sud en bateau, ce qui donne à voir les bolongs, mais aussi par la route, plus au nord.

Nous y avons été très bien reçues, nous y sommes restées deux jours en pension complète. repas sympathiques avec des produits locaux. La salade de salicorne du jardin me fait découvrir cette plante délicieuse.

les chambres sont roots, les sanitaires communs sont parfaitement propres, bien entretenus.

tous les renseignement sur ce campement

http://www.au-senegal.com/campement-villageois-d-affiniam,085.html









4

ce village est un verger. Ses ruelles sableuses serpentent dans une forêt de manguiers, de citronniers, d'orangers, de pamplemoussiers. Un rêve. N 'oublions pas les cocotiers ni les papayers.

Les sacs de fruits partent chaque jour à Ziguenchor pour être vendus au marché

les maisons aux toits à quatre pans sont construites à peu près toutes sur le même modèle : une vaste véranda aux murs en banco épais donne accès aux pièces de vie du fond, les protégeant du soleil et de la chaleur

elles sont bâties sur un terrain plus ou moins grand ceints d'une clôture de bois aux branches fixées entte elles par des lianes.

c'est très joli. C'est paisible, les petits enfants jouent peinards dans les enclos et les vérandas, les plus grands sont à l'école.

les animaux errent dans le village et rentrent seuls le soir chez leurs propriétaires. Il y a quelques grands troupeaux qui se déplacent avec leurs bergers, beaucoup d’animaux sont libres de leurs mouvements. moutons, bœufs (zébus), porcs et volailles.

Affiniam est un village ou trois religions coexistent en harmonie : chrétiens, musulmans, animistes : on ne différencie personne (d'ailleurs comme partout au Sénégal, pays laïque quoique 95% musulman)


5

tout autour de ce village-verger, on trouve des cultures : les rizières (mais la récolte est déja faite, on ne voit que les chaumes dans les parcelles), les arachides (la récolte est encours), les ignames, les fleurs de bissap, mil, sorgho, mais ... surement j'en publie, que j'ai du mal à identifier, ou bien dont la récolté est passée, ne laissant que peu de traces.


6

un artiste sénégalais s'est "lâche" dans sa maison : une case à 1 étage entièrement sculptée. c'est très surprenant qui n'est pas sans faire penser à notre Facteur Cheval.

certains motifs ne son t pas du tout "traditionnels"' et même un peu coquins

on y voit la vie du village, les occupations, les animaux, les cultures, avec parfois un grain"d'autre chose"

nous y sommes allées avec deux jeunes du village, en moto.

une occasion aussi de longer des rizières.

deux jours pleins dans ce joli village : je ne peux que vous recommander.