Carnet de voyage

2 semaines au Costa Rica

4 étapes
1 commentaire
1 abonné
Dernière étape postée il y a 15 jours
Nouveau pays. Nouvelle aventure....
Février 2019
2 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 21 février 2019

Deux semaines au Costa Rica. 12 jours / 13 nuits.


Comment commencer? Mon ressenti en ce premier jour. Je n avais pas vraiment envie de partir. Le travail se passe très bien. Bonne équipe et bonne ambiance. Et pas envie de quitter les miens.


Toujours à la dernière minute, j ai prepare mon sac hier. Train jusque Charles de Gaulle. 13h d avion jusque Mexico. 2 films et quelques heures de sommeil à me tortiller dans tous les sens. Douane mexicaine ok. 4h30 d escale puis un autre vol de 3h jusque San José. Capitale du Costa Rica. Il est 10h du matin. Le ciel bleu, tapis de nuages et sous mes pieds le Mexique, le Guatemala puis le Nicaragua à perte de vue. J ai une grosse appréhension. Mon passeport arrive à expiration. J ai pourtant fait la demande de mon nouveau. Mais l’ administration française a pris du retard. L hôtesse d air France m a dit que ce ne poserait pas de problème. A voir dans quelques heures. Avoir fait tout ce chemin! Et se faire refouler aux douanes . Ça serait dommage!


Quel sera le programme de mon voyage? Pour tout vous dire, je n ai encore rien réservé, ni planifié. J ai bien acheté le guide du Costa Rica. Mais je viens seulement de l ouvrir. Le Costa Rica est un petit pays, 420 km de long sur 130 de large. Taille de la Normandie et Bretagne réunie. On se dit que c est petit et qu on peut réussir à tout faire. Mais les transports la bas, ne sont pas des plus efficaces. Alors je préfère m’arrêter à 3 ou 4 destinations. Et prendre le temps. Cette escale m a permise de prendre le temps de feuilleter mon guide et quelques conseils d amis, mon choix est fait. Ça sera : quelques jours, côté pacifique, plage, plongée détente et surf. Puis direction Monteverde, forêt tropicale, canyonning et trek. Puis ensuite la Fortuna avec son volcan culminant. Puis faune et flore à apprécier. Retour San José.


Avant tout Je dois trouver un hébergement pour ce soir, j ai pris l habitude de ne plus réserver à l avance. Je verrais sur place, les prix sont souvent meilleurs en y allant directement. Au risque que ce soit complet.

Sayez atterrissage réussi. Les portes de l avion s ouvre. Et la chaleur se fait sentir! 28 degrés !! La queue pour les douanes commencent. J appréhende. Ma voisine de file, canadienne me rassure : “ ça va le faire”, me dit elle. Stress, petite palpitation et jolie sourire à la douanière. Et boom, sayez je suis de l autre côté. Quelle joie!


Récupération de mon sac à dos. Et direction le centre ville. Accosté par des dizaines de taxi, 40 euros la course puis 30 puis finalement 20 dernier prix. Pas pour moi, je prends le bus. Imprégné des locaux, des odeurs et de la chaleur du trafic. 1 euros jusqu au centre ville. Sacré économie. Encore 2 km à pied et j arrive à l auberge. Un lit dispo en dortoir pour 11 euros. Parfait!


Maintenant il faut que je trouve la gare routière. Comment expliquer cette ville? San José. Ville qui mérite d au moins y passer une journée! Pas plus. Quelques bâtiments coloniaux Et ses jolies maisons en bois colorés. Mais le reste, un dédale de magasins de tout genre, les rues sont sales et les odeurs particulières. Building et HLM. La population très pauvre. Hélas, me suis je égarée dans les mauvais quartiers. Probablement!


Bus réservé! 6 heures de trajet dont une heure en ferry afin de traverser la péninsule ! L auberge me proposait un mini van à 55 dollars. J opte pour les bus nationaux à 15 dollars. Sûrement plus long. Mais plus vivant!


1ere nuit habituelle dans une auberge! Personne ronflant, lit qui craque, allez et venus des mes 7 autres colocs! Décalage horaire me réveille à 2h30 du matin.

Il est maintenant 7h22 à l heure ou je vous écris. Il est temps de commencer l exploration.... 😀


2
2
Publié le 22 février 2019


Ce matin, tour de la ville avec Nacho, guide du jour. Accompagné de quelques touristes, on ne peut pas les manquer, via leur look. Américains et anglais pour la plupart. 2h à suivre Nacho, qui nous raconte l histoire de sa ville et nous montre ses richesses. Pas beaucoup d histoire ici. Avant il y avait les tribus. Puis 1830, l arrivée des colonisateurs qui amène christianisme, éducation et maladie. Et bien sûr, la plupart de la population disparaît. Quelques bâtiments sont construits avec des matériaux venant d Europe, dans le style neo classique. Mais rien d extraordinaire si l on compare à notre patrimoine européen.

On passe par le marché, les odeurs envahissent mes narines. On y goute la glace traditionnelle : “Sorbetera”. Mélange de lait et d épices (vanille, cannelle, girofle et muscade). Puis je quitte la troupe afin de retourner à l auberge pour récupérer mon sac. Direction la station de bus.


J embarque dans ce bus des années 90! Pas d air conditionné. Carreaux grands ouverts ! On traverse la périphérie de San José. Mini favelas! Maison faites de tôles et barricadées. Ce pays est supposé être de toute sécurité. Alors pourquoi autant de grillagés. Puis vient la verdure. Montagnes à l horizon, champs et forêts s enchaînent. Palmiers, cocotiers, plantations de café, bananeraies.. Les 2 ressources principales du pays sont l'agriculture et le tourisme. Le CR est reconnu pour être le meilleur niveau écologique. 92 % de leur énergie produit est renouvable. Plutôt cool et en avance comparé à nous. Projet du gouvernement mis en olace en 2010.


2h30 de trajet. L air est humide! Nous approchons la mer, nous voici arrivé au port de Puntarenas. Les véhicules attendent un par un avant d embarquer. Pas très rapide ces Costa ricains. Finalement 30 min plus tard, le ferry se met en route. Soleil à l horizon. Musique latine. C est l ambiance ici! 1h30 de traversée. Retour dans le bus. Encore 50km qui prendra deux bonnes heures. Route sinueuse, chemin poussiereux. Santa Teresa me voici! Il fait nuit ! J attendrai demain avant de voir la côte Pacifique...

3
3
Publié le 1er mars 2019


La vie à Santa Teresa. Pura vida comme on dit au Costa Rica. Ca se résume assez facilement. Cela signifie «en pleine forme», les Ticos utilisent la phrase "Pura Vida" quotidiennement dans leur conversation, mais c'est plus qu'une expression verbale, c'est aussi un mode de vie : c'est la jouissance, c'est le bonheur, la famille, l'amour et l'amitié.

Santa Teresa, c est en quelques mots : soleil, chaleur, détente et océan mouvementée.

Je profite. Un peu de surf pour ma part. Le reste n est que pure relaxation. Marcher sur le sable blanc. Essayer de trouver l ombre sous un cocotier. Se baigner. Sécher en 5 min. Se rebaigner. Regarder le coucher du soleil. Se poser dans un hamac . Lire. Méditer. Se baigner. À marée haute quand les vagues sont les plus hautes. A marée basse quand la mer est plus calme. Des petites baignoires d eau chaude se forment entre les rochers. Apprécier le temps qui s écoule.. les vacances, c est pas facile.


Et manger aussi. J oubliais. Qui dit amerique centrale, dit forcement riz, haricots rouges, galette de mais. Beaucoup de fruits d une saveur extrême. Avocats, papaye, ananas...on y trouve de tout: pizza, pas ta, kebab ... trop varié à mon goût.


3 jours à Santa teresa se sont écoulées . J y serais encore bien restée mais bon j ai la bougeotte. Alors j ai pris un bus pour Tamarindo. Toujours côté pacifique proche du Nicaragua. 6h de trajet.


Mon premier ressenti. La plage est toujours aussi belle et sauvage. Mais la ville est bondée de touristes de tous genres. Mélange de riches américains, jeunes backpackers comme moi et surfeurs. Peu de population locale. Et bien sûr, tous les équipements qui vont avec : fast food, magasins, restaurants et hôtels branchés….. le calme de santa teresa me manque deja.


Toujours 3 jours ici. Je change d avis sur mon premier ressenti. Tamarindo est vraiment chouette et relaxant malgré ce côté trop américanisé. En chemin, je croise Arbin, potier costa ricain . Je m'initie à la poterie traditionnelle. Le resultat est pas trop mal pour une première.


J en profite pour y faire deux plongées sous marine à 18m de profondeur. J ai pu croiser beaucoup de poissons colorés, des murenes ainsi que des raies mantas immenses. L eau, la en dessous est à 18C. De quoi grelotter tout le long de la plongée. Au loin, une baleine, juste entendu son chant. Ce sera pour une prochaine! Rencontre d’un couple de parisiens sur le bateau. Apéro et dernier coucher de soleil en leur compagnie. Demain direction Monteverde dans les terres. C est reparti pour 5 h de bus!

4
4
Publié le 6 mars 2019

Monteverde.


Cet endroit est plutôt magique. La route pour y arriver est sinueuse, poussiéreuse et pleine de bosses. Mais les paysages y sont époustouflants. De la sécheresse de la côte, je passe à cet écrin de verdure. Vallées, sommets apparents. Arbres gigantesques. La région y cache cette réserve appelé “la forêt aux nuages” . Les vents qui viennent du Pacifique se transforment en nuages à l approche de ses sommets. Ils stagnent et donnent une atmosphere tres particuliere. Le taux d humidité est à son maximum. Faune et flore très variés.


A l auberge, par hasard, je retrouve mes 2 amies canadiennes. Le soir, un trek nocturne à la lampe torche : je découvre : serpent venimeux, tarentule, paresseux, dizaine d'oiseaux endormis, tête sous l aile … et bien d’autres.


Lendemain matin, activité tyrolienne, armés de nos baudriers et casque, on passe d'arbres en arbres. Le plus impressionnant , cette tyrolienne de 2000m à voler au dessus des arbres. Suis je superwomen pour un instant?

Ou bien Jane, saut de tarzan à 45 m de hauteur, accrochée à ma liane?


Nouvelle journee, 7h du matin, muni de mon petit sac à dos, je pars découvrir la forêt aux nuages. Le choix entre le faire solo ou accompagné d un guide qui dégaine ses jumelles à chaque passage d'oiseaux?

Je décide d y aller seule. Très bon choix, je m'embarque sur ces chemins où il y règne une atmosphère des plus magique. Humidité se fait sentir, multiples chants d'oiseaux, végétation abondante… 2h30 de marche et j en ressors bien plus heureuse.


Je quitte Monteverde l'après midi pour 3h de bus et une traversée en bateau de 30 min sur le lac Arenal. Toujours sur des routes caillouteuses et que de virages. Mais les paysages sont toujours aussi magiques. Très très vert, je passe par des vallées où les Costa ricains cultivent ananas, bananes, papayes, café, cacao…. Beaucoup de fermes laitières. L'agriculture, deuxième source économique ici.


Arrivé à ma dernière destination, la Fortuna, petite ville animée au pied du volcan, sommet qui culmine à 1700 m de hauteur. Hélas sur les 2 jours, je ne verrais pas son sommet, entouré de nuages. Je pars pour la journée en compagnie de Miguel, notre guide et une dizaine de backpackers, mélange de hollandais, allemands, français et canadiens… on s'aventure dans une forêt toujours aussi dense, puis on empreinte une ancienne coulée de lave. Dernière éruption en 1968. Qui hélas à engloutit 3 villages et ses habitants au petit matin. Depuis quelques petites fumées et crachat de cendres. Mais il semble que ce volcan se soit endormi. Costa Rica, petit pays, pas plus grand que la suisse, est formé sur 3 plaques tectoniques. 200 volcans répertoriés dont une vingtaine toujour actifs. De quoi avoir la chair de poule. On y croise, une cascade à laquelle je me fais un petit plaisir d ' y plonger. Assez froide. Puis deux averses torrentielles. Chemin boueux et difficile. Pour le déjeuner, on s'arrête manger un casado, plat typique. Un Des meilleurs repas de mon séjour. En dessert, petit shooter de rhum local et son jus de canne à sucre. Pour finir la journée, dernière baignade, cette fois ci dans les sources d'eau chaude à 38 degrés!


Retour à la Fortuna. Je retrouve quelques acolytes de la journée pour un dernier dîner. On assiste au festival de la semaine, une corrida où quelques cavaliers grimpent et virevoltent au dos des buffles . Puis les cowboys locales l attrapent au lasso. Enfin, quelque chose de local. Ce qui m'avait manqué durant mon voyage!


Sayez, c est la fin! Je suis dans l avion , vol vers Mexico. Encore 16h et je serais de retour sur le sol français. Contente de rentrer!


Merci Costa Rica, merci pour tous ces jolis moments et mercià tous ceux que j ai croisé pendant ce voyage.


PURA VIDA!!!!

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires