Carnet de voyage

THE BANANA REVIVAL

22 étapes
60 commentaires
39 abonnés
Dernière étape postée il y a 10 jours
Le banana revival est en marche.
Octobre 2017
55 semaines
Partager ce carnet de voyage
22
22
Publié le 15 septembre 2018
Leticia - Bogota - Cali 

Nous faisons nos premiers pas en Colombie dans la ville amazonienne de Leticia à la frontière entre le Pérou, le Brésil et la Colombie. On monte à Bogota en avion, car il n'y a aucune route traversant toute cette partie de l'amazonie. Et on s'essaye au stop avec un grand sourire pour rejoindre Cali ! De bons échanges avec les gens qui nous offrent systématiquement des empanadas et des jus de fruits frais. Le rapport avec les locaux est bien plus sympathique ici qu'au Pérou, on se fait aider dans la rue, à la gare, ... Les gens ont l'air d'apprécier une petite discussion, d'échanger des sourires et ça on aime !!!

Cali

Visite succincte de la ville, car la vraie raison de notre venue ici est plus bas ! Par ailleurs, Cali est considérée comme la capitale de la salsa, on s'est donc fait proposer une initiation par un copain de l'auberge. Pour vous la faire courte, c'était long et gênant...

Petronio Alvarez Festival 

Un festival haut en couleur dédié à la culture afro-colombienne de la côte pacifique de la Colombie. 4 jours dans une super ambiance, rythmés par les percu, xylophones et chants, la cuisine de la mer et différentes variétés d'alcool de canne à sucre pour lesquels même les autorités locales se sont laissées tenter !

Eje Cafetero - Salento

Fini la fête, on remonte dans les hauteurs pour la région du café et la ville de Salento, pleine de couleurs sur les façades des maisons et dans la nature environnante. On en a également profité pour visiter une petite ferme à café, suivi d'une dégustation. Contrairement à ce qu'on pourrait penser le café ici n'est pas exceptionnel : le savoir faire est gardé par les italien.ne.s et les français.e.s. En tout cas c'est calme, c'est beau, on est bien ! On reste quand même toujours perturbé par notre cher Jesus qui nous poursuit jusque dans le bus... Confirmation, la religion est HYPER PRESSANTE en Amérique Latine.

Eje Cafetero - Parque Cocora

Une des nombreuses attractions de la région est le parc de Cocora, où l'on traverse un champ de palmiers les plus hauts du monde, 60m, effectivement c'est haut, très haut !

Eje Cafetero - Otun Quimbaya - Thermales de Santa Rosa

Pour son anniversaire, Romain a choisi de passer la journée dans un parc national avec des singes, et le lendemain dans des thermes au pied d'une cascade ! L'émerveillement ne lui a pas fait oublier la délicieuse tarte aux pommes de sa mère à laquelle il aura droit pour son anniversaire prochain !!

Eje Cafetero - Filandia

Village similaire à Salento et une petite balade dans la campagne colombienne, et une énième sieste dans un hamac...

Volontariat El Colmenar

On poursuit chez Leopoldo, un apiculteur qui a un projet de reforestation d'une forêt tropicale sèche (oui ça existe!). Pour la petite histoire, la déforestation de 90% de la région a par la suite générée un changement climatique localisé, il ne pleut maintenant plus que très peu ici et la température avoisine les 40 degrés toute l'année. Leopoldo est donc un hyperactif, qui en parallèle de ses abeilles et son projet est consultant en tri pour la ville de Bogota, traiteur certains weekends pour divers événements, et qui accueille sur son terrain des enfants des écoles de Bogota pour leur présenter la biodiversité de la région. On aura appris quelques trucs chouettes tout au long de la semaine, un bon moment !

Villa de Leyva

On monte vers la côte caribéenne en s'arrêtant dans un charmant village colonial.

Santander - Barichara 

En poursuivant par un autre petit village colonial, Barichara, qui fut un lieu clé de la lutte pour l'indépendance de la Colombie menée, entre autre, par le père Simon Bolivar.

Santander - Guadalupé - Las Gachas 

Et pour finir : le village de Guadalupé et le phénomène de Las Gachas, des trous dans un cours d'eau pour faire office de piscines naturelles CLASSE ! On se sera aussi donné droit à une matinée d'hydrospeed, une planche en mousse avec des palmes, une sorte de body-board des rivières !

Créez votre road trip sur mesure en Australie, sans frais d'agence !

Des circuits personnalisables directement inspirés des blogs MyAtlas
Itinéraire détaillé jour par jour, voyage individuel en toute liberté
Réservation en direct des hébergements, vols et locations de voiture
21
21
Publié le 14 août 2018
Wwoofing à Ica

Partis pour 3 semaines, on raccourcit à 1 semaine cette expérience qui est bien différente de ce qui était prévu. Ça reste quand même une semaine sympa dans un quartier et une ville que ni l'un ni l'autre n'aurions visité autrement, avec une vie propre et différente de ce qu'on avait pu voir jusqu'à présent.

Vignoble de Tacama 

Visite du plus vieux vignoble du Pérou et dont on peut trouver certaines bouteilles en France ! En espérant que ce ne soit pas le vin qu'on nous a fait déguster à la fin de la visite...

Oasis de Huacachina

Tout proche d'Ica se trouve un véritable désert de sable et un oasis, aujourd'hui artificiel. La vue est magnifique. On s'enchante de la variété des paysages et découvertes dont regorge ce pays !

Lima 

Quelques jours à Lima qui se transforment en une semaine, bloqués et sans transport à cause du week-end de fête national ! On constate que la calor de la danse sud américaine commence à être de la partie, pour autant on ne se laisse pas tenter par l'appel de la danse, il s'agit de pas griller tous nos jokers à la 1ère occasion ! Sinon en saison d'hiver Lima est connue pour sa grisaille pendant 3 mois, sans qu'il ne fasse froid, il fait juste gris tout le temps, étrange...

Temple de la Huaca de la Luna à Trujillo

Construit par les Moches en 100 après JC, un temple plein de couleurs et de gravures ! Du grand art ! Impressionnant ! Bon bien sur, il faut passer sur le fait qu'un paquet de gamin ont été sacrifiés en ces lieux...

Chan Chan à Trujillo

Ici aucune couleur, mais que des gravures et des motifs ! On se croirait en pleine Egypte antique, mais on est bien toujours au Pérou. Construit cette fois ci en 1400 après JC par les Chimu, qui ont été défait 70 ans plus tard par les Incas. Les Incas ont régné sur un immense empire et se sont étendus, étendus et étendus car ils étaient basés dans les andes et qu'ils ont pu contrôler les accès à l'eau de tous les autres peuples qui s'étaient développés dans les zones basses alentours. Cependant, ils ont ainsi couru à leur perte puisque quand les colons sont arrivés, c'est tout naturellement que tout ces peuples se sont unis avec les colons pour défaire les vilains incas privatiseurs d'eau !

Cascade de Gocta à Chachapoyas

On repart dans les montagnes direction Chachapoyas. L coin nous a été conseillé par pas mal de gens et on commence à découvrir les environs direct en sortie du bus de nuit pour la 3ème plus haute cascade du monde !! 771m s'il vous plaît, mesdames, messieurs !

Forteresse de Kuélap à Chachapoyas

Celle -ci date de 400 après JC par les Chachapoyas. Kuélap a été nommée le "Machu Pichu du Nord" pour donner un coup de boost au tourisme local. En tous cas, nous, on a fait les gros feignants et on est montés en téléphérique et c'était SUPER !

Sarcophages de Karajia à Chachapoyas

Enfin les sarcophages de Karajia ! Des momies, dans des sarcophages, avec des crânes plantés dessus, à flanc de falaises. C'est surprenant, on est comme vous, on sait plus quoi en dire ou en penser...

Ferry Yurimaguas - Iquitos 

Nous voilà transformés en pirates amazoniens !! Avec un hamac et une douzaine d'oeufs on part sur l'Amazonie pour 2j et 2n !! On traverse les villages, et les habitants chargent leurs lots de bananes au fur et à mesure ou échangent des poissons avec l'équipage du bateau contre des paquets de gâteaux. L'ambiance à bord est chouette, détendue, qui nous laisse le temps de discuter avec nos voisins de hamacs ! L'apprentissage de l'espagnol se fait parfois dans la douleur notamment avec le changement d'accent perpétuel en passant d'une région à une autre. Un super sentiment que de se retrouver au milieu de ce gigantesque fleuve en plein coeur d'une si grande forêt 😀 On a même eu droit à une surprise de taille un matin en voyant sauter des dauphins roses !! Non non, pas de blague !! Il y a même des vaches marines dans l'amazonie !


Jungle trip amazonien 

3j et 2n en pleine jungle amazonienne !!! On pourrait vous faire un long texte et vous dire au combien on s'est éclaté et décrire tout ce qu'on a fait et toutes les bêtes qu'on a vu mais on pourrait aussi se dire que les photos sont amplement suffisantes et devinez quoi?! On fait le pari des photos !!!

Iquitos

Plus grande ville de la forêt amazonienne, chaleur étouffante et le quartier Bélen peu commun avec des maisons flottantes et sur pilotis pour s'adapter à la saison des pluies et son marché où il est possible d'acheter des singes et perroquets de compagnie mais aussi d'acheter de la viande de caïmans et de tortues, ainsi que plein de fruits exotiques et de potions que nous n'avons pas osé goûter...

20
20
Publié le 15 juillet 2018
Sur la route du Pérou 

Changement de continent !! On se l'est gagné celui-ci : 3 vols dont 1 annulé, 29h de bus pour traverser le désertique nord du Chili, 2h de taxi pour passer la frontière et 6h de bus pour bien se finir !

Arequipa

Le trajet en valait la peine, on est accueilli à Arequipa par une bonne assiette de pâtes d'Hélène et Quentin des copains de France qui sont eux en voyage depuis 10 mois. Départ pour 3 semaines avec eux à Arequipa, une ville très sympa perché à 2300m d'altitude et bordée de volcans à 5000m pour l'un d'entre eux. On récupère un peu en se baladant dans les rues de la ville et nous faisons nos 1ères découvertes de plats locaux.

Couvent de Santa Catalina 

Mais surtout en découvrant le plus grand et coloré couvent du monde !! Espérant que tous nos lecteurs auront noté l'implication de Romain pendant qu'Emilia s'appliquait à un photobombage en règle !

Molino de Sabandia 

Accompagné par un copain péruvien de nos amis, on passe un dimanche dans un parc en périphérie d'Arequipa très apprécié des locaux qui viennent passer la journée du dimanche et surtout prendre des photos de mariage !! On s'est délecté des poses incongrues de tous ces futurs mariés, un super moment !!

Puno et Lac Titicaca 

On monte sur la ville de Puno, une ville sans aucun intérêt à 3800m d'altitude si ce n'est qu'elle borde le célèbre lac Titicaca, le plus haut lac du monde !! La ville de Puno et hyper polluée et se déplacer à pied dans les rues est un supplice. On imagine qu'à une telle altitude le peu d'oxygène présent dans l'air ne permet pas d'évacuer la pollution des voitures et autre. Bref, n'ayant pas encore récupéré du décalage horaire et contraints par l'altitude, Puno est un cauchemar pour Emilia et Romain qui passent consécutivement 2 journées avec le sentiment qu'ils finiront inéluctablement par mourir dans ce pays, pas drama du tout... La visite des îles du lac Titicaca était tout de même chouette, avec la visite de tribus qui auraient fui les incas il y a de nombreuses années, et qui se seraient construits des îles flottantes en paille et en terre. Les habitants de ces îles ne vivent aujourd'hui plus que du tourisme.

Le Treck des familles 

Mais le vrai défi des vacances se trouvait dans ce qu'on a appelé le treck des familles ! 9 jours en autonomie, sans guide, sans bourrique porteuse, nous et nos vies ! Appréciez les dénivelés et altitudes c'est bijou !

Jour 1 

Lâcher les fauves, armez d'1kg de cacahuètes, 2kg de flocon d'avoine et autres victuailles !! 25km, 1600m de dénivelés négatifs pour reprendre avec 550m positif avant le dodo. On a rencontré un sympathique monsieur qui nous a proposé une carte on s'est dit chouette pourquoi pas lui en prendre une au cas ou (même si ne vous inquiétez pas on s'était bien renseigné et il n'y avait aucun moyen de se tromper pendant le trajet), en le voyant revenir avec une carte 3D on a vite compris que dans le doute on utiliserait nos GPS ! La descente fut longue et rude en plein soleil et Hélène et Romain on comme qui dirait explosés comme des pop corns sur la montée finale ! On aura tous fini à la frontale avec une pause à quasi chaque lacet, ça nous aura au moins permis d'admirer les étoiles...

Jour 2

Journée sur le papier plus tranquille, mais les restes de cette terrible 1ère journée sont encore présents. Avant d'arriver au camping, on aperçoit les terrasses du Choquequirao dont nous réservons la visite le lendemain.

Jour 3 : Site du Choquequirao 

Les ruines du Choquequirao sont moins célèbres que celles du Machu Pichu car moins accessibles (obligé de marcher 2j pour y arriver et 2j pour en repartir), mais elles sont plus grandes et tout aussi impressionnantes ! Une part de mystère réside ici , car il n'y a que 60% du site qui a été rendu accessible, les 40% restants sont encore sous les arbres et fourrés. Le site s'étend sur 400m de dénivelés, et les terrasses servaient à l'agriculture (ceux qui travaillent tout en bas et qui devaient monter les marches à pic sur la falaise étaient les pauvres et les parias bien entendu). On aura même vu passé un immense condor au point le plus haut de notre visite !!

Jour 4 

On part tôt ce matin, très tôt, pour ce qui est annoncé comme la journée la plus dur de ce trek. Et bien on nous avait pas menti... 400m positif, 1000m négatif et de nouveau 1000m positif. C'est une véritable torture de descendre tous ces mètres en regardant les immenses lacets qui nous attendent sur le flanc d'en face. Les vues sont quand même magnifiques et à un jour prés on a manqué de croiser un petit ours dans la vallée, dommage !

Jour 5 

Pour aujourd'hui on grimpe encore de 1000m pour atteindre un col à 4100m d'altitude ! puis nous redescendons au village de Yanama pour un peu de confort ! Sur la route on croise quelques marcheurs qui nous disent que ce trek est maxi dur, ça nous rassure et nous inquiète en même temps car il nous reste 4j !!

Jour 6

C'est tout fier de nos 5j qu'on jette nos sacs sur le toit d'un collectivos (sorte de taxi / bus non officiel) pour s'avancer de 2 étapes !! Le conducteur s'arrête tout le long pour déposer des locaux dans des villages environnants et même récupérer des listes de courses pour d'autres. Après 6h de route on file aux bains thermales de Santa Teresa !!!

Jour 7 

On refait trempette dans les bains toute la matinée avant de longer les rails qui mènent au village d'accès pour le Machu Pichu ! Sur la route, on sent toute l'affluence du Machu Pichu, et on se doute rapidement qu'on ne sera pas aussi privilégiés qu'au Choquequirao et qu'on aura pas le site quasi juste pour nous ! On en profite pour manger au marché, où les senoras nous préparent une soupe de blé et quinoa et un plat pour 1,25€, on serait presque tenté d'en prendre un 2ème !!

Jour 8 Machu Pichu 

Désolé pas beaucoup de photos, mais on vous confirme que c'est magnifique !! Le site est bien restauré, et vraiment niveau architecture c'est top ! les pierres sont taillées à la perfection et s’emboîtent comme des légos, on plaint les "artisans", mais d'après notre copain argentin Federico ceci est l’œuvre des extraterrestres !

Cusco

On passe une dernière journée avec Quentin et Hélène, avant de tristement leur dire au revoir !! Nous on décide de passer quelques jours de repos bien mérités à Cusco, qui a été la capitale des incas, avant de devenir un bastion hispanique pour aujourd'hui être la capitale touristique des gringos du monde entier !! Elle regorge de musée, de monuments, de marchés, de petites ruelles, de cours intérieures, de boutiques d'artisans de tissage (magnifique on a envie de se couvrir de cadeaux ici !!), et de resto ! Parenthèse mondial : On aura vécu ces 3 premières semaines au rythme de la coupe du monde en témoigne ce temple mobile à l'effigie de l'équipe du Pérou, les gardiens de musée avaient leur radio portative enclenchée pour ne rater aucune mi-temps du mondial, au marché les stands étaient tous équipés d'une mini tv ! Parenthèse gustative : la nourriture péruvienne est très bonne, variée et peu chère. Ils ont des terres riches et produisent plein de fruits exotiques et de légumineuses. D'ailleurs le quinoa (aliment normalement de base des sud américains) est devenu tellement à la mode en occident qu'il est plus rentable pour eux de l'exporter que de le consommer. Un autre aspect est qu'ils mangent du cochon d'inde...

Montana Colores 

Incroyable !! Cela fait 3 ans que ce site est devenu accessible, car la neige a fondu laissant visible ces supers couleurs !! On dit merci le réchauffement climatique, le genre d'événement qui te fait changer ton fusil d'épaule par rapport à tes principes écolo ! Et qui donne encore plus hâte que les autres espèces humaines soient disparues pour nous laisser ces sites disponibles rien qu'à nous !!

Cusco

Un dernier tour dans Cusco, d'où sont visibles encore beaucoup de fondations incas qui ont été préservées et utilisées comme base pour les constructions d'aujourd'hui. A noter que les péruvien.ne.s des andes sont de très petites tailles et ce phénomène est due à la pression atmosphérique qui ne permet pas à leur corps de grandir comme plus bas !

C'est donc sur un titre de champion du monde qu'on quitte Cusco, comme des seigneurs !

19
19
Publié le 23 juin 2018
Perth : Heirrison Island

Arrivés en cours de nuit à l'aéroport, on a passé un bout de nuit dans nos duvets avant de prendre un bus direction le parc d'Heirrison Island dès l'aube. Un petit parc aménagé sur une île au cœur de la ville de Perth, où ont été introduits quelques kangourous !! Et oui, nous on perd pas de temps en futilité, ce qu'on veut c'est nos amis Kangou !!!

Fremantle 

On enchaîne dés l'après-midi avec un tour dans la petite ville charmante et pleine de bonnes énergies de Fremantle , où Romain avait vécu quelques mois lors de son 1er passage en Australie !

Rottnest Island 

Puis 2 jours sur une sublime petite île au large de Fremantle dont 1 journée en vélo et puisque la sécurité avant tout sont les mots clés de notre voyage, on vous dévoile nos belles têtes de vainqueurs !! Mais les casques ne nous auront pas empêcher de voir passer au large des baleines en pleine migration et une 20aine de dauphins jouer dans les vagues !

Quokkas attaque !!

Mais regardez nous ces petites boules d'amour !!! Parce qu'en plus d'être magnifique, l'île de Rottnest Island a une surprise qui s'appelle Quokka ! Ces petits bêtes curieuses et attachantes sont des cousins des Kangourous et n'ont leur présence dans ce monde que sur cette île ! Croyez-nous on en aurait bien embarqué avec nous ...

Perth - Adelaide : 6j, 3000km

C'est sûrement ce qu'on peut appeler une fausse bonne idée ! La relocation consiste pour les entreprises de location à se faire ramener, d'un point B à un point A, leurs vans et motorhomes pour un prix dérisoire. Sauf que 3000km en 6j jours ça pique ! D'autant que les 2 premiers jours où on avait prévu de visiter et se la faire plus cool on a eu droit à une tempête ... Ça reste quand même une sacrée sensation de traverser un désert plat, avec la terre rouge autour, et de voir traverser des kangourous et des autruches par ci par là ! On s'est également arrêté une nuit dormir sur le parking d'une Roadhouse et regarder un match de rugby à 13 et là changement de décor, on se retrouve dans un film de Tarantino, le patron de la Roadhouse au physique disgracieux et à la voix cassée nous sert une bière en cannette, et on se retrouve rapidement à côté de camionneurs tatoués s’enchaînant des bières dans un angle et de pans de murs décorés de blagues de mauvais goûts à souhait ! Une expérience de vie quoi !

Art aborigène au musée d'Adelaide

Au passage un film et un docu sur la vie contemporaine des aborigènes en Australie qui sont supers !!! Charlie's Country et Another Country tous deux avec David Gulpilil.

Great Ocean Road

De jolis décors et plein d'animaux, que demander de plus ...

Melbourne

Gros coup de cœur pour la ville de Melbourne ! On s'est fait héberger par Agathe une copine installée à Melbourne depuis quelques mois ! On a pu se ressourcer dans son appartement (bouilloire, grille-pain et vidéoprojecteur : grand luxe !!) et profiter de cette super ville !

18
18
Publié le 12 juin 2018
Suva 

Et nous voilà aux Fidjis ! Une bien belle étape qui nous attend les amis !! Voilà la raison pour laquelle on a travaillé plus longtemps que prévu en NZ, ça aurait quand même été dommage d'être si prés et de ne pas venir faire un tour ici... Pour vous la faire courte on a eu le sourire scotché pendant toute notre première semaine fidjienne ! Ça a commencé illico en sortie d'aéroport avec un 1er trajet de 4h en bus, les gens qui sourient et nous accueillent par des "Bula" (salutation en fidjien), qui nous parlent (au bout de 30min de conversation un mec nous propose de prendre un ferry avec lui et de nous faire visiter son île), les maisons violettes, bleues, roses, vertes..., les gens dans la rue, qui jouent au rugby, la musique, ça bouge, ça vit, quel plaisir !! Changement complet avec la NZ !

Coral Coast au sud de l'île principale Viti Levu

On atterrit dans un camping familial un peu par hasard et on se retrouve avec un bungalow face à l'océan pour 3€. Il s'est trouvé que les moustiques étaient bien trop agressifs et qu'on a dû monter la toile de tente à l'intérieur la 2ème nuit ! Un peu ridicule on sait, mais le cadre était trop beau pour fuir lâchement ! Quoi qu'il en soit en discutant avec Jon (un membre de la famille propriétaire du camping), on se renseigne sur les récifs environnants, et ni une ni deux il nous propose qu'en échange de l'essence on embarque sur son bateau pour une journée. Ca lui permet de pêcher plein de poissons au harpon et d'en donner à toute sa famille et à nous de voir coraux, poissons de toutes les couleurs, tortue, murène, requin de récif, poissons volants (et ça vole vraiment sur plus de 20m, c'est incroyable !!)... Et de se faire préparer un poisson frit et un bénitier cru sur la plage en rentrant. Bon on vous avouera que sur les 1ères minutes c'était compliqué de voir Jon massacrer le poisson bleu et rose avec les bandes vertes qu'on venait d'admirer quelques secondes plus tôt...

On vous confirme que le rugby est roi au Fidji. Tellement, qu'il n'y a pas si longtemps ils ont gagné la médaille d'or aux JO en rugby à 7, et après 1 mois de fête dans les plus de 300 îles de l'archipel il a été décidé que ce jour deviendrait férié et que le billet de 7 dollars devait être créé !

Ferry Viti Levu - Taveuni

24h de ferry, c'est pas cher et c'est long !

Dolphin Bay Retreat

Dès notre sortie du ferry, on part s'isoler dans un micro camping sur une petite crique au sable blanc bordée de cocotier, avec un récif accessible à la nage, des tortues géantes, et des bébés requins qui viennent se nourrir tous les soirs au coucher du soleil ! Le Fidji carte postale comme on pourrait dire ! Après une 1ère journée de masque et tubas avec nos copains sous-marins et détente, le lendemain est consacré à la plongée en bouteille. Malgré ses 5 plongées d'expérience Romain n'aura pas su trouver les mots pour rassurer Emilia mais heureusement Zoé, une anglaise ayant abandonné sa vie londonienne pour devenir instructrice de plongée, a maîtrisé la situation façon Fidjian Style, à savoir TRANQUILLEMENT !! Faire partie intégrante de l'océan et de sa vie pendant plus de 40min est une sensation extra et d'autant plus avec toutes ces couleurs environnantes !! On aurait aimé vous partager quelques photos de tout cet univers mais pas l'équipement pour ça. Cela dit si vous y tenez vraiment vous pouvez toujours organiser une cagnotte en ligne et nous permettre de retourner pour vous aux Fidjis, de replonger pour vous et de prendre des photos avec l'appareil sous-marin venant de cette cotisation ! C'est une idée, pas de pression...

Rahiman et sa famille 

Suite à un 1er essai d'auto-stop très concluant sur l'île principale, on retente le coup. On rencontre donc Rahiman. Si ce nom ne sonne pas vraiment fidjien à vos oreilles c'est normal : pendant la colonisation, beaucoup d'indiens ont été envoyés aux îles Fidji pour travailler dans les champs, ce qui fait qu'aujourd'hui 50% de la population est d'origine indienne et que l'autre partie est fidjienne d'origine. Après nous avoir conduit à un camping, puis un autre et encore un autre (ça commence à devenir gênant quand à la base tu voulais juste un coup de stop et que le mec se met à prendre les choses en main pour toi) et finalement te propose de venir manger et dormir chez lui ! On a eu droit à une soirée hyper chaleureuse et un excellent poulet curry des familles ! Encore une fois situation gênante quand on s'aperçoit que Rahiman nous a mis dans le lit de l'ado et qu'elle se retrouve à passer la nuit à même le sol.

Village de Lavena

En bus pour le village de Lavena ! Un point sur les trajets en bus, qui à chaque fois permettent de se rendre compte du bien être ambiant au Fidji. Si le bus est plein les jeunes se lèvent pour laisser leur place aux anciens (jusque là rien d'anormal) mais les anciens s'emparent des affaires des jeunes pour les poser sur leur genoux, les gens se regardent, se parlent et nous parlent, les bâches ouvertes permettent d'admirer la vue, et la musique reggae / reggaeton rythme le tout (absolument tout est remixé façon reggaeton, même du Maria Carey version reggaeton, une vraie expérience de vie !). On passe donc 3j dans ce village, entre balade et cascade, masque et tubas, expérimentation de la nourriture locale. On a pu entendre les chants fidjiens à l'heure de la prière et assister à un entraînement de rugby des gamins après l'école. On s'est aussi fait inviter à partager le kava (boisson traditionnelle issue de la poudre de racine de kava mélangée à de l'eau, ça donne l'impression de boire de la terre et ça endort). On commence à comprendre le mode de vie des villages, et on aurait aimé rester plus longtemps et pouvoir participer à la vie du village, pêcher le poulpe avec les femmes, aller à la ferme avec les hommes (chacun sa tâche apparemment).

La temporalité est complètement différente ici, puisque la terre est riche et les ressources abondantes, personne ne semble mourir de faim. Du coup le rythme d'une journée semble appartenir à tout un chacun et à des paramètres comme le temps, le besoin du jour, ou la quantité de kava bue la veille... On échange avec deux diététiciens en volontariat pendant 1 mois aux Fidjis qui nous expliquent que le taux de mortalité est de 55 ans pour les hommes et 65 ans pour les femmes du fait d'une alimentation riche basée sur une sorte de manioc. Pour résumer, les gens ne meurent pas de faim mais de leur alimentation.

Bienvenue chez Zoé et Wilson

Lors de notre passage au Dolphin Bay, on a pas mal échangé avec Zoé et son compagnon Wilson (le cueilleur de coco) et ils nous ont invité à visiter leur chez eux avant de partir. Et encore une fois accueil incroyable ! En plus on est tombé en plein week-end du coup de nombreux membres de la famille sont passés partager le kava avec nous, l'occasion pour Uncle Joe de raconter les grands moments du village ces 60 dernières années. Les moments sont à chaque fois sympas mais la boisson de plus en plus rude ! Même eux avouent que ce n'est pas bon et on se rend bien compte que l'alcool étant trop cher ici, le kava semble être un substitut accessible et traditionnel. Au fil des discussions, nous notons que nos interlocuteurs semblent peu s'intéresser à notre mode de vie occidental que nous leur décrivons. Ils semblent cultiver une temporalité différente, et l'idée d'avoir du temps pour soi et pour les autres nous paraît intéressante et inspirante.

Viti Levu

Retour par le ferry dans l'île principale où il nous reste 4 jours avant la fin des vacances aux Fidjis. Le beau temps n'est pas vraiment au rdv, du coup on se pose dans une sorte d'auberge à l'ambiance club med pas dérangeante pour Romain qui suit avec assiduité le planning d'animation (pêche le matin, séance de beach volley à 16h, concert le soir). Beaucoup de choses à dire pour seulement 2 semaines de vacances, on regrette que les îles du pacifique ne soient pas plus proches de la France !!

17
17
Publié le 3 juin 2018
Tongariro Crossing

On espère que vous êtes prêt pour la dernière étape en NZ?! On cherchait à faire cette randonnée pendant les 2 semaines de notre trip mais la neige au départ de l'étape nous a démotivée... Mais en arrivant pour notre semaine de Wwoofing, Lisa nous a invité à se joindre aux autres qui partaient la faire dés le lendemain ! Pour info, le Tongariro est la montagne dans laquelle le Seigneur des Anneaux a été tourné pour la fameuse Montagne du Destin, celle permettant de détruire l'anneau unique, bref on vous refait pas l'histoire... Beaucoup, beaucoup de monde au départ mais une fois le wagon lancé et éparpillé les vues sont incroyables !

Awhi Farm 

Kia Ora (Bonjour) d'Awhi Farm !! A la rencontre de Lisa, une activiste très impliquée dans la permaculture et dans la reconnaissance de la culture maorie en NZ, que ce soit par son projet Awhi Farm, par les liens qu'elle entretient avec sa tribu ou encore ses passages 2 fois par semaine dans l'école maorie de sa fille pour s'occuper d'un potager et apprendre aux enfants à en prendre soin et cuisiner avec eux. De ce qu'on a pu en retenir, le fonctionnement de la tribu de Lisa consiste à une base de soutien et de solidarité entre les membres, leur permettant d'échanger des produits entres eux (nourriture essentiellement), se retrouver pour une journée et couper du bois ensemble et le partager entre eux, ou encore s'associer financièrement pour récupérer des terres qui étaient anciennement (avant l'arrivée des colons) les leurs. Parlons d'Awhi Farm, outre la nourriture abondante, ce lieu utilise un système électrique solaire, des douches solaires avec des conduits de réchauffement en cuivre, pour le reste de l'eau chaude c'est au bois ! Nous étions près de 10 wwoofeurs, chacun à sa tâche pendant 4h / jour. La nôtre a consisté à l'agrandissement de l'enclos à cochons sauvages, avant de partager de bons repas, des balades, et des soirées au coin du feu. Emilia est littéralement tombée amoureuse de ces 2 cochons, elle était même prête à tourner végétarienne avant de se rappeler son attachement à la charcuterie... Un lieu super qui nous aura bien changé de nos longs mois de travail dans les champs et qui aurait mérité d'y passer un bon mois !!

Séparation de Dolly 

La fin approche et Dolly a trouvé de nouveaux compagnons de route !! C'était pas gagné pour la vente car l'hiver étant arrivé, les backpackers fuient le pays et cherchent à se débarrasser de leurs vans tous en même temps, du coup le court du van dégringole ! Mais on est plein de ressources et on a su vanter les mérites de Dolly à nos copains italiens de Napier Fabio et Mauro !

Te Puke 

On ne s'attardera pas sur cette dernière étape d'une semaine désastreuse. Le principal étant qu'on a bien assez de sandwichs pour l'aéroport d'Auckland !!!

Aéroport d'Auckland 

Gros campement à l'aéroport avant de quitté le territoire pour de bon. Ce que les photos ne montrent pas, c'est qu'on est une bonne quinzaine en ligne dans nos duvets priant pour ne pas se faire réveiller en pleine nuit !

16
16
Publié le 1er mai 2018
Kawhai

On fait le plein gastronomique avant d'entamer notre tour de l'île du Nord ! A vrai dire, on est tellement impatients qu'on en oublie de nourrir la copine Dolly et on a faillit passer notre 1ère étape à faire du stop sur le bord de la route... C'est l'hiver chez nous, oui oui, et le temps n'est clairement pas favorable aux étapes de montagne qu'on avait planifié, du coup on coupe directement sur la côte Ouest. Constatant par là même qu'on devient des pros de l'impro, car croyez-nous, il y a 6 mois on n'aurait pas vérifié la météo et on aurait foncé faire des randos sous la neige et le blizzard au seul motif qu'on s'était dit "le planning, c'est le planning!". On atterrit donc sur une super plage au sable noir volcanique, qui à marée basse réserve la surprise de pouvoir prospecter pour une zone chaude, creuser son trou, et barboter dans sa piscine chaude !! En démontre les photos, notre réaction fut tout à fait modérée... D'autant plus qu'un des avantages de voyager en hiver c'est qu'il y a personne !!!

Raglan / Pancake Rocks

On remonte par Raglan, petite bourgade fréquentée par des surfeurs "cool"s et bordée de belles plages !

Waipu Cave / Abbey Cave / Mt Manaia / Ocean Beach 

On poursuit notre montée au dessus d'Auckland pour visiter les grottes à Gloworms de Waipu et Abbey Cave et ça valait carrément la peine de monter si haut !! Au delà du fait que faire un coup de spéléo c'est toujours sympa, ces lucioles sont décidément magiques à observer. Il suffit de s'enfoncer dans les grottes, d'éteindre sa frontale et de lever la tête !! On vous a sorti une photo de google pour que vous puissiez vous rendre compte de l'effet !! Ensuite vient la 1ère marche des vacances : le Mt Manaia et ses 1093 marches pour 450m de dénivelé, ça paraît pas grand chose comme ça mais quand vous avez la condition physique d'un phasme, c'est une autre histoire !

Coromandel 

Ne vous laissez pas tromper par les poissons, ils viennent bien du pêcheur à côté de nous qui fait un carton pendant que Romain peine à sortir 2 pauvres poissons de 25cm... Le bougre est un passionné mais bien trop feignant pour cuisiner ses prises nous signifiant qu'il passera au Fish and Chips en rentrant chez lui. En attendant on se régale !

Rotorua / Wai O Tapu Park

On revient au centre de l'île dans la région volcanique et géothermique de NZ, l'odeur de souffre environnante ne vient pas à bout de toutes ces couleurs, fumées et bubulles qui sortent du sol !

Turangi 

La météo ne nous permettant toujours pas de randonner en montagne, on passe la journée à la librairie pour s'informer sur une étape qui se promet ensoleillée, les FIDJI !!! C'est là bas même que nous rencontrons Mister Graham qui nous propose rapidement de passer la soirée au pub pour le rugby et la nuit chez lui pour un peu de confort et une douche chaude ! Le monsieur est passionné de pêche à la mouche, il nous propose au petit matin un atelier de fabrication de mouche et de lancer dans le parc d'à côté avant de faire un tour au Centre de la Truite dont il a contribué à la fondation et à la construction. On sent clairement plus de sympathie sur l'île du Nord que dans le Sud, et c'est un bien bon moment que nous a offert ce cher Graham !

15
15
Publié le 23 avril 2018

Petit retour sur l’étape de Wellington et notamment sur les maoris en Nouvelle Zélande. Les maoris ne sont quasiment pas présents sur l’île du Sud mais le sont beaucoup plus sur l’île du Nord, on espère donc pouvoir en apprendre plus sur cette culture et sur leur présence dans la société Néo-Zélandaise. Le musée de Te Papa est déjà beaucoup plus critique que tout ce qu’on a pu voir jusqu’à présent sur la colonisation de la NZ, en nous apprenant que le traité de Waitangi de 1840 (souveraineté à la couronne du Royaume Unis, répartition et possession des terres, égalité des droits entre maoris et colons) a connu des interférences de traduction en grande défaveur des maoris entraînant une perte considérable de leurs terres au fil du temps. Quoi qu’il en soit, il est visible qu’aujourd’hui les cultures maorie et européenne se sont entrecroisées sur le territoire insulaire (comparativement aux aborigènes d’Australie ou aux indiens d’Amérique). On pensait également que les artefacts culturels maoris étaient utilisés à des fins commerciales et de communication, mais on a pu assister à l’inauguration d’une école de création avec la présence de la 1ère ministre, et le début de la cérémonie était constituée d’un Haka, de chants, et de début de discours en maori. A creuser donc……

L'extrême violence du soleil NZ, aura même dépigmenté nos T-Shirt

Pour cette nouvelle période de travail, on choisit de s’installer en auberge de jeunesse pour les semaines à venir. Après une brève initiation à la cueillette des pommes, on se tourne vers les vendanges ! Les vendanges se font dans la joie et la bonne humeur avec un vrai brassage culturel : backpackers du monde entier, maoris, habitants des îles du pacifique et de l’asie du sud-est... Cela nous rappelle le but 1er de notre voyage qui est à fortiori et de fait « vivre avant tout une vraie aventure humaine » (désolés on s’était promis de ne pas employer ce cliché mais la tentation était trop grande !!!)

En travaillant par le biais d’un contracteur qui nous dispatche en fonction du besoin de ses clients nous avons vécu une véritable immersion dans le monde de la précarité au travail, et croyez-nous c’est pas bien valorisant ! On vous liste quelques situations : faire déplacer 70 personnes dans une vigne à 1h de route pour 4h de boulot, recevoir un coup de pression pour travailler le dimanche (sans revalorisation du salaire bien entendu) sous peine de ne pas travailler la semaine suivante, rompre le contrat de 15 personnes la veille d’un jour férié pour ne pas avoir à les payer ce jour-là, travailler seulement 25h par semaine, cueillette des myrtilles pour Emilia où elle se fait scanner (et donc payer!) que sur le temps où elle est dans les rangés d’arbres mais pas pour les trajets qui mènent d’une rangée à une autre (ni pour les pauses… d’ailleurs c’est quoi une pause?), faire une formation d’une heure pour mettre des myrtilles dans une barquette et ne pas être payé, être payé au minimum sans revalorisation de salaire pour le travail de nuit, enregistrer ses empreintes digitales soit-disant pour ouvrir le portail du champ de myrtilles (mais Emilia n’a finalement jamais ouvert de porte avec ses doigts), suivre le rythme d’une machine qui veut que tu mettes un cubi de 10L d’eau dans un carton et ce toutes les 6 secondes… pendant 10 heures d’affilée, faire des journées de vendange de 12h avec un vietnamien de 83 ans qui travaille depuis plus de 30 ans en NZ, discuter avec des gens des îles du Vanuatu et comprendre que depuis 4 mois et demi ils n’ont pas eu un jour de repos, qu’on leur retire leur passeport à leur entrée sur le territoire et qu’ils sont moins bien payés que toi qui est déjà au salaire minimum (tout ça dans la légalité grâce à des « accords entres les pays »), qu’ils sont logés dans des bungalows et qu’ils ont un couvre-feu à 21h. Ça aurait bien besoin d’une petite révision du code du travail par ici et si possible pas par copain Macron !


Mais (il y en a quand même un !!!) L’ambiance au Kiwi Keith’s Hostel est vraiment chouette et ça nous fait un bien fou de passer du temps ici, avec plein de gens de partout dont des ptits jeunes allemands tout fous, des italiens qui savent apprécier un thé au soleil pendant 1h, des alcooliques fauchés qui n’ont rien visité de la NZ et qui se sont perdus dans la vie en auberge pendant plusieurs mois, des bosseurs acharnés enchaînent les jobs de jours de nuit ou les deux en même temps, des rigolos, des gens qui passent plus de temps sur leur téléphone qu’à s’emmerder à faire du social, des gens qui parlent fort très fort, ceux qui dise que ton repas est sain à partir du moment où un bout de légume traîne dans ton assiette, des gens complètement décalés, des cons, mais surtout pleins de gens attachants ! En auberge y’a toujours quelqu’un qui a la même envie que toi, du coup tu fais des choses différentes avec des gens différents tout le temps : Un film dans le canapé ? Un repas partagé ? Une bière dans le jacuzzi de l’auberge après le boulot ? Une partie de billard ? Aprem kayak ? Concert de John Butler Trio ? Un match de Rugby au stade ? Bref, 5 semaines bien remplies et de bons copains/copines rencontrés !! Romain aura même eu le temps de finir de tailler sa branche, pour devenir une belle plume, pendant qu’Emilia s’amusait à chasser les fantômes dans la chambre !

14
14
Publié le 8 mars 2018
Stargazer 

Une belle nuit étoilée dans un "Stargazer" pour l'anniversaire d'Emilia !! Si vous avez des envies de faire du AirbnB chez vous, et que vous avez accessoirement un jardin, foncez c'est génial !!!

Banks Peninsula 

Arckangel Project : Une semaine de repos, bien méritée, en Wwoofing dans la péninsule proche de Christchurch. 2h par jour à vernir l'Arckangel pendant 1 semaine en échange du logement dans un cottage face à la mer avec à disposition des vélos, des kayaks et une barque, ça semble tout à fait intéressant !! Les propriétaires souhaitent pouvoir un jour emménager ce bateau, mais la maladie de Parkinson s'est emparée du mari rendant le projet plus proche d'un rêve que d'un avenir proche et notre échange avec eux plus bref que prévu... On a pu bien profiter du coin et aussi beaucoup d'outils de la vie de tous les jours qu'on commençait à oublier : un grille pain, une bouilloir, une douche chaude tous les jours, être à l'abri du vent en soirée... la vie moderne quoi !

Picton - Ferry

On vous partage quelques rayons de soleil, on sait que l'hiver est long de votre côté !!! Après près de 4 mois et demi, on quitte l'île du Sud par le ferry.

Wellington

Ahhhh voilà une super ville !! De la vie, des gens dehors, de la musique, un festival, une gay pride, des cafés, pubs, un marché, l'incroyable musée Te Papa, un cabaret draqueen, les studio Weta (qui ont grandement participés à la réalisation du Seigneur des Anneaux), du street art de nouveau, des gens chaleureux au contact facile !! On a même hésité à prolonger nos 3 jours, mais ça ne nous aurait sûrement pas permis de mettre de l'argent de côté...

13
13
Publié le 14 février 2018
Monkey Island 

On quitte les Fjordlands, direction la cote Sud et le soleil !! Dolly ne se laisse même pas impressionner par ce géant bus à étage, nous si ! D'autant plus que pendant que Romain et Matthieu s'essayaient à la pêche pendant 2h, le propriétaire du bus était sorti avec un filet de 10m et après 2 allers-retours dans l'eau avait sorti 3 soles géantes (le tout en 30min...). On rencontre beaucoup de locaux qui se déplacent en bus de ce genre, certains vivent dedans mais la plupart s'en servent pour leurs vacances !

Curio Bay 

4 jours passés à Curio Bay la magnifique, d'un côté une belle plage et de l'autre des roches, le tout a un petit goût de Bretagne. Et une vie marine de haut vol ! 3 après-midi de baignade avec nos copines les dauphines. Le 1er jour ces petits êtres curieux s'approchaient mais partaient aussi vite, mais le 2ème jour on a appris qu'ils étaient attirés par la musique. On s'est donc emparés de coquillage en guise de maracas et on a glougloutés dans l'eau, et la magie a opéré : ils se sont mis à tourbillonner autour de nous, sauter, s'approcher à toute vitesse ! On aurait aimé partager les vidéos qu'Elise avait pris mais le blog ne le permet pas... Dans le même temps des otaries et lions de mer dormaient sur la plage, les cormorans et albatros volaient, et en fin de journée on pouvait apercevoir de petits pingouins jaunes et bleus marcher péniblement pour nourrir leurs petits sur la plage ! Évidemment 4 jours n'étaient pas assez pour Emilia, qui à quelques jours de ses 25 ans n'a jamais été aussi proche de ses 10 ans ! Une pluie intense nous a malheureusement coupé de ce paradis...

Catlins National Park : Cathedral Caves, The Lost Gypsy Caravan, Nugget Point

On remonte le long de la côte dans les Catlins en traversant de géantes grottes, un fun musée d'automates et une balade le long d'un phare et d'une réserve à otaries ! Il pleut pas mal et la nostalgie nous prend, VOUS NOUS MANQUEZ !

Dunedin & Otago Peninsula

Désolés, on a de plus en plus de mal à s'enthousiasmer de la culture NZ et de leurs villes. Donc pas de photos de Dunedin qui est à vrai dire une ville plutôt sympa, avec quelques cafés et boutiques mignonnes et pas mal de Street Art. On a passé quelques jours autour, à pêcher avec Vincent (toujours pas de poisson à la clé), ramasser des coques, et on ne s'est toujours pas lassés des otaries et des pingouins qui nagent autour de nous !

Pukaki / Mt Cook / Tekapo

On a rencontré Christophe, Fabienne et Mathieu avec qui on a partagé deux supers soirées dans un free camp magnifique avec vue sur le lac bleu turquoise de Pukaki et en fond le Mt Cook, Mont le plus haut de NZ (3724m d'altitude) et qui porte le nom du 1er explorateur (ou potentiel colon ?) européen de l'île. Découverte de glaciers et d'Icebergs !

UN JOYEUX ANNIVERSAIRE EMILIA !!! 
12
12
Publié le 3 février 2018
Arrivée dans les Fjordlands

Enfin venu le temps deeeees : VACANCES !!! On récupère Amandine et Matthieu, les copains de la librairie de Motueka, et on se lance pour un trip à travers les Fjord, la côte Sud, et Dunedin.

Marian Lake

Et comme vous commencez sans doute à le comprendre, l'activité principale en NZ est la rando ! Un superbe lac en haut d'une belle grimpade dans la jungle. En se préparant, on avait pas bien compris pourquoi tout le monde rentrait trempé de cette rando. Mais l'humidité étouffante de cette jungle nous a vite fait comprendre...

Une journée entière passée dans le van, à bouquiner et regarder un film, c'est bien dommage de faire ça ici mais on était tellement content qu'il pleuve toute la journée pour pouvoir se permettre un tel acte sans culpabiliser ! On aura passé nos 4 nuits dans les Fjordlands à se planquer des Rangers le soir et se à se lever tôt le matin pour éviter de payer des camps à 13 dollars la nuitée, et on s'en est plutôt bien tiré !

Gertrude Valley

Un nom bien old school pour une si belle randonnée ! On commence dans une vallée entourée de montagnes abruptes, pour ensuite rapidement grimper dans des rochers, et découvrir une vue splendide sur le Fjord du Milford Sound ! Les montagnes sont tellement à pic que certaines cascades se déversent sur des centaines de mètres avant de toucher le sol. On a vraiment été scotché et on a vite regretté de ne pas avoir emporté la tente avec nous pour admirer le soleil se coucher et se lever. On est accueilli à notre retour par un Kéa, perroquet alpin aux reflets verts, bleus et orange et au caractère bien trempé qui détruit selles de vélos, tentes, joints de voiture... Malgré toute la pédagogie d'Emilia, l'odieux personnage ne voulait rien entendre....

Croisière dans les Fjord du Milford Sound

Sans doute la croisière la plus prisée de NZ, et ça valait bien le coup d'oeil ! On a pu voir des dauphins, de belles et grandes cascades, des otaries, et même apercevoir le pic de Gertrude. Mais surtout on a eu droit à un cake au bacon et un jus d'orange offerts par la compagnie maritime !

Key Summit

On finit notre excursion dans les Fjordlands par l'ascension du Key Summit, cette marche nous avait été recommandée par une américaine de Cromwell qui avait parait-il pleuré en haut du mont ! On se devait bien de constater de nous même. Effectivement la vue était belle. Pour autant, on se demande encore si l'extrême enthousiasme américain ni était pas pour quelque chose...

11
11
Publié le 3 février 2018

C’est avec une épaisse couche de corne et une sensibilité amoindrie au bout des doigts que nous achevons cette saison de cueillette des cerises, mais au-delà de ça un compte en banque bien rempli même plus que nos prévisions. Nous sommes donc prêts pour une fin de saison en boulet de canon. En commençant notre dernier jour de cueillette encore éméchés de la soirée de pré-fin de saison de la veille, on est vite rassuré en croisant quelqu’un en visio-conférence avec ses parents, son portable calé dans des branches. D’autres n'ont pas dormi et n’ont rien trouvé de mieux que d’avaler du LSD au petit matin, et un des superviseurs Argentins boit son maté dans les rangées de cerises. Bref, il est temps que cette saison se termine… La soirée d’adieux peut commencer, suivie par une 3ème soirée improvisée en bord de lac avec nos copains tchèques ! Que d’émotions ! On profite des derniers jours par une balade dans un canyon et une aprem initiation escalade, avant d’affronter le Mt Pisa !

L'effroyable Mt Pisa

18km, dont 1500m de dénivelé! Heureusement qu’on était une bonne quinzaine pour s’encourager. C’est une fois en haut qu’on découvre les environs du Central Otago, un désert aride à la végétation jaunâtre.

Dernier jour à Cromwell, on avait coché ce jour comme étant celui de la mise à jour du blog en utilisant le wifi du pub de la ville. Après que tous les clients (même ceux arrivés après nous) soient servis, le serveur daigne prendre la commande de nos 2 pintes. Il nous informe que si on veut le wifi, il faut commander à manger. Très bien, 5min plus tard on commande un bol de frites, et on demande où l'on peut brancher notre ordinateur. "Dans le fumoir et vous ne pouvez brancher qu'un seul appareil". Après avoir supplié de s'installer ailleurs, on s’aperçoit que le wifi n'est valable que 30min ! Lourd, lourd, lourd l'histoire... Romain s’empare d'un stylo et écrit une lettre à la mairie expliquant les conditions déplorables pour les backpackers durant cette saison. Le maire de Cromwell nous a répondu il y a quelques jours : il souhaite faire suivre ce courrier au journal local. Une petite victoire en somme !

10
10
Publié le 22 janvier 2018

Le banana est de retour !! Peu de connexion et peu de temps pour satisfaire les fidèles lecteurs que vous êtes... C’est avec un petit pincement au coeur que nous quittons notre cher logement, en découvrant le matin de notre départ un mot d’Anne et Thomas (nos colocs allemands) avec un jeu de dés en souvenir de parties enflammées et un brin de lavande et une carte de notre chère Glenda ! Un kiwi avec qui nous avions bossé nous avait offert un ballon de rugby pour nous consoler de nos 2 défaites face aux All Blacks et nous avons récolté de bons conseils d’étapes sur la route du sud dont des glaciers et des sources chaudes. Morten nous avait quant à lui proposé de venir une journée pêcher sur son bateau. Alors qu’on aurait pu penser que le trop plein de backpackers aurait pu les agacer, les gens sont vraiment sympathiques et bienveillants.



On re-longe la magnifique cote Ouest où on nous annonce une mort certaine en cas de pluie, heureusement pour nous juste une demi journée de pluie et des paysages extra ! Les vagues de l’océan venant se briser sur des falaises aux roches saillantes et à la végétation tropicales nous surprennent une 2ème fois.

Nous avons pu voir des glow-worms de petites larves luminescentes qui s’illuminent la nuit pour attirer leur proie, le spectacle ressemble à un ciel étoilé sauf qu’il n’y a pas besoin de se faire de torticolis pour admirer, et ça on aime ! On s’endormira derrière la carrière d’une petite bourgade avant de se frotter aux eaux bleues pâles d’une rivière le lendemain. On ne sait pas à quoi est due la couleur de ces eaux mais on en aura retrouvé beaucoup tout le long de notre trip.


Aujourd’hui une grosse journée nous attend, au programme admirer les Franz Josef et Fox glacier, un lac reflétant les glaciers, bain dans des sources chaudes, colonie de phoques et glow worms. Finalement les glaciers sont couverts de nuages, il y a trop de vents pour que l’effet miroir du lac opère, le bain est avorté car il nécessite une rando de 18km pour atteindre les sources, la route d’accès aux phoques est fermée… Malgré qu’on se soit bien troué, il nous reste quand même les glow-worms et nous ne sommes pas déçus de cette féérique balade en pleine forêt bordée par un courant d’eau où les larves se regroupent dans les souches et les arbres. Et un des glaciers était finalement visible en fin de journée pendant que nous préparions nos Noodles sur un parking, oui la gitanerie reprend vite son court.


Copland Track



Nous n’avons pas le temps de réaliser les 2 jours de rando car nous devons bosser dès lundi aux cerises, mais nous nous lançons tout de même à l’assaut d’une partie de cette rando qui suit une belle rivière bleue. 20km plus tard, nous sommes exténués et nous décidons de partir camper en bord de mer avec notre copine Dolly, nous rencontrons un couple de pêcheurs qui, venant de ramener 2 requins, nous encouragent à pêcher avec eux. On discute essentiellement de pêche, du grand requin et des deux dauphins que nous avons aperçu au loin. Sentant que l’attention n’est plus porté sur lui, Romain décide de s’évanouir la tête la 1ère dans les galets, la technique marche à merveille et tout le monde court à son secours ! Heureusement rien de grave ! Leçon : Bien manger et bien boire à la fin d’une si longue rando, à 27 et 24 ans il n'est jamais trop tard pour apprendre...


Comme peut en témoigner ce panneau, la délation semble encouragée dans ce pays mais ça ne nous arrêtera pas, de toutes façons Dolly est bien trop vieille pour dépasser les 100km/h. Nous arrivons donc à Cromwell après avoir profité pendant 2h du passage de nombreux dauphins longeant une plage, et de plusieurs cascades.



Cromwell… le mieux est sûrement de ne rien dire mise à part que les gigantesques fruits à l’entrée de la ville ont été désignés comme l’attraction la plus moche de Nouvelle-Zélande et on apprend que nos débuts au boulot sont décalés d’un jour (On aurait donc pu faire la rando des sources chaudes jusqu’au bout et le visage de Romain serait encore intact)… Quoi qu’il en soit on retrouve nos colocs toulousains dans un camping gratuit aux abords de la ville, avec qui on partagera essentiellement des bières, des aprem en bord de lac, des poissons fraîchements péchés, et la recette de la confiture à la cerise !! Nous aurons donc alterner jour de repos et travail jusqu’à après noël, ce qui était relativement frustrant puisque tout les copains du camp travaillaient d’arrache pied et faisaient plein de pépettes ! Mais, étant plein de ressources, on décide de partir explorer les environs et on est vraiment pas déçu du trajet !



On fait chauffer la poêle et on se met à poil pour un clafouti à la cerise de toute beauté !! Une rando de 3h cette fois ci nous permet de nous rassurer suite aux émotions suscitées par la dernière en date d’autant plus qu’elle nous offre un magnifique panorama sur un des mont les plus hauts de la région et le lac de Wanaka.

Cueilleurs de cerises pro 



Après avoir fêté noël en short avec un menu fajitas / bières fraîches, il est grand temps de se mettre au boulot et on est servi !! Un seul jour repos entre le 27 décembre et le 17 janvier, avec des journées de 11h parfois, et un réveil qui tous les jours sonne à 5h, du jamais vu ! On avait entendu de mauvaises histoires dans d’autres fermes (des managers à cran lançant des sceaux de cerises, menaçant de ne pas payer le sceau, de virer les backpackers, et un big boss déclarant que c’est normal d’être traité comme de la merde car nous ne sommes que des backpackers), mais rien de tout ça chez nous et une ambiance tout à fait bonne ! Pour une saison de cueillette des cerises il vous faut donc imaginer une équipe de 60 backpackers mâchouillant des cerises toutes la journée, criant tels des animaux entraînés par de la musique électro, parfois même dès 6h du matin, pendant 5 semaines. Il est évident que la scène est enjolivée et que Romain n’a pas apprécié du tout ce boulot au rendement passant même une journée à déchirer des feuilles et des cerises pour exprimer son mécontentement, Emilia a su rester calme face à temps de haine, chapeau bas ! Ne vous fiez pas aux apparences, les tâches blanches ne seraient que du calcium selon le boss à la tête américaine et à la veste frappé du logo d'une marque de pesticide ! Ça nous a bien rassuré car on commençait à s'inquiéter quand le visage nous brûlait après s'être frotté de trop prés à une branche...

Une pensée particulière pour Aurore, le bob a fait fureur pendant toute la saison, offrant un bonus charisme non négligeable à Romain !

La difficulté de la saison a été soulignée par un mode de vie nomade et sans confort puisque nous n’avons pas souhaité participer au business de backpacker proposé. La population de la ville de Cromwell quadruple chaque année lors de la saison des cerises qui se trouve en même temps que les grandes vacances d’été en NZ. Toutes les fermes de cerises sont relativement récentes dans la région et rien n’est prévu pour accueillir autant de personne et encore moins des (sales) backpackers. Les fermes prévoient bien un logement à 85 dollars / semaine mais il s’agit d’un camp de 50 personne sans ombre, avec seulement 2 douches et sans accès à internet. Les seuls accès internet sont donc la librairie qui ferme tôt et le supermarché, et nous retrouvons donc une quinzaine de backpackers systématiquement assis par terre devant le supermarché pour capter du wifi sous le regard fatigué des habitants de la ville. Durant cette saison, le verbe FAIRE a pris tout son sens puisque le moindre besoin nécessite un déplacement, ex : faire de l’eau (remplir les bouteilles et la bonbonne pour les 3 prochains jours au robinet d’un parc), faire du wifi (s’asseoir devant le supermarché), faire un brin de toilette (se jeter rapidement dans le lac pour se rafraîchir après une journée de boulot ou se doucher à la station service ou à la piscine), faire des bières (boire des bières quasiment tous les soirs pour oublier).

9
9
Publié le 12 décembre 2017

Il existe trois type de kiwi en Nouvelle-Zélande:

- Animal chétif ne possédant plus d’aile lui permettant de s’envoler car avant l’arrivée des polynésiens amenant avec eux des chiens et rats, il se trouvait donc sans prédateur. Le bougre ne se nourrissant que de nuit et n’étant plus que peu présent sur les îles de Nouvelle Zélande, il est donc une chance d’en voir. Pour le moment nous n’avons rencontré personne qui n’en ait vu, ni touristes, ni locaux...


- Fruit exotique essentiellement connu en Europe de couleur verte et au goût tonique et acidulé. Mais c’est le Golden Kiwi qui est à la mode ici, un kiwi plus jaunâtre au goût plus doux sans être trop sucré. C’est doux et bon!


- Habitant.e de la Nouvelle Zélande aux origines européennes, au mode de vie fortement américanisé ayant toutefois élu au pouvoir le parti des travailleurs aux dernières élections.


Le kiwi est très accueillant, il est toujours près pour une petite discussion ou une blagounette dans n’importe quel endroit où cela lui est possible.


Victime d’un complexe d’infériorité avec son « voisin » australien, pour des raisons de taille du pays, historiques (les kiwis étaient ralliés à l’armée anglaise alors que les australiens avaient leur propre corps d’armée pendant les guerres mondiales et autres guerres plus récentes) et pécuniaire (les australiens sont bien plus indépendants financièrement, du fait des mines et du gaz qu’ils exploitent intensivement, tandis que les néo-zélandais tiennent entre autre grâce aux subventions de la reine). Le rugby ne fait bien évidemment pas parti du complexe d’infériorité exprimé.


Le kiwi mange à l’anglo-saxonne et il est difficile pour lui de se nourrir en bio car ces produits ne sont ni présents au marché et encore moins en supermaché. Et cela ne parait pas prêt de changé étant donné que l'économie du pays est basé sur l'exportation de produits agricoles (fruit / légume / 1er exportateur mondial de lait / viande). On peut tout de même noter un intérêt général sur les produits faits maison et il semblerait que beaucoup d’entre eux produisent leur alimentation bio chez eux.


Il vend toutes sortes de produits devant chez lui à l’aide d’une pancarte. Il est donc possible de trouver sur le bord de la route des œufs, des fruits et légumes et leurs graines, mais aussi des vélos, machines à laver, …

Vous l'avez attendu et la voici, notre douce Glenda ! On l'a invité à partager une tarte tatin pour notre dernier jour de boulot ! Ce dessert met tout le monde d'accord et on commence à maîtriser la recette, il est fort probable qu'on la fasse découvrir aux sud américains !! Elle ne se fait pas prier pour nous conter les ragots de l'entreprise AB Wood, en partageant le fait que les patrons se sont rencontrés dans une secte amish, qu'ils ont par la suite quitté car l'un de leur fils est homosexuel, et que l'autre a viré dans la drogue et la prison. Une dernière recommandation Glenda? "Faites attention sur la route de la côte Ouest, ils conduisent comme des têtes de bites par là bas".

Il est temps pour nous de quitter Motueka. Dolly est propre et sa rouille nettoyée et Romain se sent imprégné par le lifestyle kiwi en faisant les courses pieds nus ! Il est pour autant difficile de s'imprégner de la magie de noël avec l'été qui est maintenant bien en place, les locaux eux ne se découragent pas et organisent une parade de noël avec déguisements en tous genres et chars à fausse neige ! Côté boulot, on a été rejoint par une équipe de Tongien qui viennent chaque années pour la saison des pommes en NZ. Ils chantent et se marrent toute la journée, ça nous donne des envies d'allé découvrir cette culture en Wwoofing. Après tout on est pas loin de ce côté de la planète, à suivre donc !

Cette 1ère partie de voyage nous a fait le plus grand bien. On a pu prendre le temps de se poser, se remettre à l'anglais malgré l'accent prononcé des locaux, et de découvrir les magnifiques environs de la région ! On s'est même permis de réaliser notre projet tournée des brasseries à Nelson (la plus grande ville voisine réputée pour ses bières et cidres locaux), avec un couple franco-belge rencontré le vendredi après midi à la librairie (le repère à backpackers) ! La soirée se sera traduit par un bar en terrasse et plusieurs pintes venant de l’île Nord, dodo à minuit sur le parking d'une église et réveil à 7h pour éviter une amende de 200 dollars par la police. Un café et une tourte au marché de Nelson et c'est le combo gagnant !! Nos colocs allemands se sont débridés la dernière semaine et on passe de bons moments jeux avec eux !

8
8
Publié le 1er décembre 2017

Nelson's lake : Terminant à 12h30 le samedi, on file camper au Nelson's Lake pour se faire une randonette (Randonette : petite rando de 3h, coupée par une sieste, repas, lecture... ce qui fait en tout une rando de 6h !) qui nous était conseillée par plusieurs locaux.

On profite d'un weekend complet pour monter faire un tour de la Golden Bay. On commence le weekend par fêter la 1ère publication d'Emilia en tant que Psychologue dans une revue par un burger et une pinte ! On restera malgré tout dans le gaz tout le weekend, et oui en ce moment c'est boulot, boulot, boulot pour nous... Mais on profite quand même bien de magnifiques plages désertes, d'une nouvelle rencontre avec nos amis les phoques (Après avoir attendu la marée basse on se ballade sur la plage et on tombe sur une grotte, rentrant courageusement dedans on sortira après quelques mètres seulement suite au grognement sourd d'un phoque mâle avoisinant les 250kg), de coucher de soleil... Le coin est magnifique, les photos parlent d'elles mêmes !

La vie reprend son court à Motueka, on passe sur un fonctionnement payé à l'arbre et non plus à l'heure ! Ce qui est excessivement énervant pour Romain, la légende dira qu'il en a gros sur la patate car Emilia est bien bien plus rapide que lui ! Il nous faut donc étayer les branches du surplus de pommes pour permettre aux autres de grandir convenablement, il n'y a donc plus de place pour le blabla ! Toutefois on se prépare à bientôt quitter les lieux, nous avons bien profité de nos weekend pour faire le tour des environs et la saison de ramassage des cerises va bientôt commencer au sud ! De toute façon, on se retrouve chassé du confort solitaire que nous offre ce logement, puisqu'un couple d'allemand ingenieur et portant la croix du petit Jésus sur leur pare brise nous y rejoint (Ayant pris nos aises, il est tout naturel pour nous de se lever nu à 4h du matin pour regarder les étoiles, sans se douter qu'un de nos nouveaux coloc passerait dans la pénombre pour allé aux toilettes... Un accueil plein de panache à la française). On profite donc de nos dernières jours au logement pour se faire des crêpes, améliorer notre recette de pain, se marrer du franc parler de Glenda qui nous aura finalement bien surpris sur cette fin de séjour est qui se trouve être une nana attachante (Anecdote du franc parlé : On croise depuis plusieurs jours un van de 3 frenchies arrivant dans notre section à l'heure où nous partons le matin, on demande à Glenda si y'a du boulot à côté du logement. «Oui traiter le cancer des arbres, boulot de merde, vous ne voulez pas faire ça. Je mets tout les ans un groupe de tête de bite sur le coup»). On souhaitait également participer à des matchs de touch rugby, mais la compet' semble bien huilé et les équipes se connaitre, on pense joindre une équipe mixte dans le sud pour les quelques semaines où nous y serons !

7
7
Publié le 18 novembre 2017

Et voici notre petit coin de paradis !! Bon bien sur il arrive que le boss déboule à 19h30 pour balancer des insecticides dans le coin alors que notre linge sèche tranquillement. Mais la vue est magnifique, lac à côté et vue sur les étangs et la mer, le top pour une petite sieste après une journée de boulot ! Nous bénéficions donc d'une douche CHAUDE (les précédentes étaient froides à la douche de la plage), machine à laver, une méga cuisine avec four, et des canapés ! On profite donc du cadre pour bouquiner, faire du pain, boire du vin blanc pas cher et pas bon en cubi, tenir à jour nos carnets de voyages respectifs, apprendre l'espagnol, se reposer, réfléchir, bref, tout pleins de choses qu'on avait plus le temps de faire depuis un moment... On regrette presque de pas être plus nombreux ici mais finalement on est si bien, on aura le temps de rencontrer des gens plus tard !

• • •
Se nourrir en Nouvelle Zélande 

Vous comprendrez que vu les prix, on ne boit pas beaucoup et on a mis 1 mois à manger notre premier bout de viande ! Ne vous laissez pas tromper par ce qui ressemble être du camembert, ils pèsent 80g.

• • •
Vie de tous les jours, ou presque 

On occupe plutôt bien notre temps de repos, avec une sortie au cosy cinéma indépendant de Motueka, une pinte et un café à 9h du matin le dimanche pour France / All Blacks dans un pub miteux où sa clientèle est perdue entre courses de chevaux et machines à sous mais peu d'intérêt pour le rugby, une rando du Mt Arthur de 6h dont 3h sous la neige, le vent, la pluie et sans aucune vue une fois au sommet (sans citer de nom un des deux a pris beaucoup de plaisir et l'autre absolument pas, on vous laisse choisir). Soirée feux / bières à la plage, un tour au Harwood Hole un trou dans le sol de 178m de profondeur mais qui est d'autant plus impressionnant qu'une fois arrivé aux abords on fait déjà face à une paroi de 50m !

6
6
Publié le 3 novembre 2017

Après notre trek à Abel Tasman on retourne au centre d'information de la ville pour se renseigner sur les opportunités boulot. 1er coup de fil => 1er boulot, on commence le lendemain à 6h50, l'entretien téléphonique n'aura duré qu'1min. Armés de nos casquettes et bobs respectifs, on est en charge de couper les fleurs de tout ces petits arbres naissants. Le travail serait même agréable si le sol n'était pas dur et sans vie, si ils ne vendaient pas toutes leurs productions à l'international, si on ne retrouvait pas d'abeilles mortes dans les fleurs, si la cime des arbres n'était pas blanche cristallisée et si en présentant le job la douce Glenda (la superviseuse) ne nous avait pas dit "Ce ne sont pas des arbres, nous les faisons devenir des arbres". Une succincte présentation de Glenda, une petite femme qui arbore fièrement une casquette d'une marque d'insecticide, elle achève d'un grand coup de chaussure de sécu les petites plantes qui survivent dans ce désastre, et qui a bossé pendant 10 ans dans une ville minière d'Australie. On s'amuse à penser qu'une fois à la maison elle nettoie son petit caniche dans un bain de Glyphosate et qu'en Australie elle a travaillé 1 mois dans un hôtel de passe avant d'en devenir la gérante, mais cela ne nous regarde pas. On dit que son père spirituel est le Sergent Hartman de Full Metal Jacket. #AgricultureIntensive #Immersion #AuSecoursSupagro #OnAPasd'Excuses

• • •

Quelques jours après nos débuts on parvient à se faire idolâtrer par la douce Glenda, qui nous propose par le biais des patrons un logement avec vu sur la mer, de travailler les samedis, et ce qu'on a cru pendant quelques instants être une promotion. Changement de boulot donc, on va accompagner pendant quelques jours des greffiers, puisque le cours de la Pink Lady n'est plus aussi bon il faut bien se mettre à la page. On a donc rencontré Morten, un sympathique Danois (Danish en anglais). Romain a dans un premier temps compris le prénom comme étant Denish, style anglosaxonnisé de Denis... On était tout excités d'apprendre à "greffer des arbres", pour vite découvrir qu'il s'agissait en fait d'entourer de scotch la greffe sur un tronc entaillé (Romain) et de cirer les zones vives (Emilia), et ceux sur 12000 arbres !! Sympa la greffe !! Le deuxième acolyte Mike, est génial également, et on apprend beaucoup sur le fonctionnement du pays mais aussi sur celui du Danemark de fait ! On se propose même de leur faire découvrir la tarte tatin, soyons très clair sur ce point, on est très content de faire découvrir des spécialités culinaires aux locaux d'autant plus que niveau nourriture c'est vraiment pas ça (un mix américain et anglosaxon de la cuisine pour situer), mais le réel plaisir était bel et bien pour nous !

5
5
Publié le 3 novembre 2017

West Coast : La côte Ouest commence par une soirée film & pop corn, oui après une semaine on commence vraiment à prendre nos repères dans le van !! S'ensuit une ballade sur les Pancakes Rocks, les scientifiques ne savent toujours pas expliquer ce phénomène, mais tout le monde est d'accord pour dire que c'est magnifique ! Puis une rando dans les forêts tropicales et les fougères arborescentes. Avant de monter voir nos potes et potesses les phoques, nous ne commenterons pas la beauté de cette scène d’accouplement d'autant que selon Emilia la femelle n'était pas consentante...

Abel Tasman National Parc : 2 jours de trek + retour en bateau le 3ème jour dans ce parc à l'eau turquoise, sable blanc orangé, végétation tropicale, roche, couchés de soleil au coin du feu, oiseaux chanteurs et phoques : LE PARADIS ! On s'est même aventuré dans une très rapide baignade mais ce n'est que le début du printemps ici. Le trek est sympa mais implique de porter son très gros sac et ça en monté on aime pas ! On rencontre plusieurs backpacker expérimenté en Nouvelle Zélande, et comme on le sait tous le voyage c'est sympa mais le coeur du problème est son financement... Et d'après nos calcul, il nous faut 9500 dollars pour rembourser les 1ères semaines et les 2 mois de voyage qu'on envisage, soit économiser 800 dollars par semaines pendant 3 mois. On envisage donc de vendre des crèpes sur les marchés, servir des bières, agent d'entretien, bosser dans les lodges du parc, etc...

La vie est douce en tant que backpacker à Motueka : Ramassage de coques et de pipi à marée basse, douches froides à la sauvage, remplissage des réserves d'eau au skate parc, bouquinage dans le hamac, marché hippie le dimanche matin, choisir des tasses à Emmaus, bouquinage à la plage, et surtout bain de 2h au couché du soleil dans une baignoire sur la plage chauffée par un feu de bois !!! Jugez par vous-même.

4
Et c'est parti pour le show ! Dolly est en place, nous on est shlag à mort, merci les plaids Quantas !! 

Nous rencontrons nos premiers vrais décors Néo Zélandais et animaux locaux. Un mode de vie également différent, à noter une honesty box en bord de route qui soyons honnête ne fonctionnerait pas 1 jour en France. On entame une rando de 2 jours qui nous a été fortement conseillée par le centre d'information local, mais on est loin d'être emballé et pour le coup notre rando dans les Alpes était bien plus surprenante ! On campe dans un marécage, on se fait une petite soupe pour se réchauffer car il fait bien trop froid en haut de cette montagne ! Ce n'est finalement qu'une fois passé le parc que l'on se rend compte qu'on est bien à l'autre bout du monde, on découvre une végétation tropicale et riche.

3
3
Publié le 17 septembre 2017

Christchurch, ville détruite par un séisme en 2011, est en reconstruction intense. La ville est toutefois égayée par du Street Art, un centre regroupant foodtruck, banque, poste, magasins de produits locaux en container et bien sur par nos amis les dinosaures !! (à noter que ces essais ne font pas oublier l'horrible architecture environnante). On a essentiellement récupéré du "jetlag" et de la fièvre infligée par notre vaccin, mais surtout réglé tout l'administratif chose plutôt facile dans ce pays (banque, téléphone, N° de travailleur,...).


Mais surtout acquisition de notre magnifique Dolly, une petite merveille de MasterAce Surf de 1990 ! 
2
2
Publié le 17 septembre 2017
• • •
Première rando en Isère, des courbatures pendant 2 jours... C'est inquiétant. 

Tout est packé on est ready ! Ceux qui nous connaissent ne seront pas étonnés, mais nous avons failli ne pas réaliser ce voyage... En effet, nous étions pourtant allé jusqu'à scanner des ordonnances médicales, mais avions oublié d'imprimer notre visa. Il s'en est fallu de 10min pour pouvoir nous enregistrer dans l'avion !

1
1
Publié le 17 septembre 2017