Carnet de voyage

THE BANANA REVIVAL

13 étapes
40 commentaires
35 abonnés
Dernière étape postée il y a 10 jours
Le banana revival est en marche.
Octobre 2017
55 semaines
Partager ce carnet de voyage
13
13
Publié le 14 février 2018
Monkey Island 

On quitte les Fjordlands, direction la cote Sud et le soleil !! Dolly ne se laisse même pas impressionner par ce géant bus à étage, nous si ! D'autant plus que pendant que Romain et Matthieu s'essayaient à la pêche pendant 2h, le propriétaire du bus était sorti avec un filet de 10m et après 2 allers-retours dans l'eau avait sorti 3 soles géantes (le tout en 30min...). On rencontre beaucoup de locaux qui se déplacent en bus de ce genre, certains vivent dedans mais la plupart s'en servent pour leurs vacances !

Curio Bay 

4 jours passés à Curio Bay la magnifique, d'un côté une belle plage et de l'autre des roches, le tout a un petit goût de Bretagne. Et une vie marine de haut vol ! 3 après-midi de baignade avec nos copines les dauphines. Le 1er jour ces petits êtres curieux s'approchaient mais partaient aussi vite, mais le 2ème jour on a appris qu'ils étaient attirés par la musique. On s'est donc emparés de coquillage en guise de maracas et on a glougloutés dans l'eau, et la magie a opéré : ils se sont mis à tourbillonner autour de nous, sauter, s'approcher à toute vitesse ! On aurait aimé partager les vidéos qu'Elise avait pris mais le blog ne le permet pas... Dans le même temps des otaries et lions de mer dormaient sur la plage, les cormorans et albatros volaient, et en fin de journée on pouvait apercevoir de petits pingouins jaunes et bleus marcher péniblement pour nourrir leurs petits sur la plage ! Évidemment 4 jours n'étaient pas assez pour Emilia, qui à quelques jours de ses 25 ans n'a jamais été aussi proche de ses 10 ans ! Une pluie intense nous a malheureusement coupé de ce paradis...

Catlins National Park : Cathedral Caves, The Lost Gypsy Caravan, Nugget Point

On remonte le long de la côte dans les Catlins en traversant de géantes grottes, un fun musée d'automates et une balade le long d'un phare et d'une réserve à otaries ! Il pleut pas mal et la nostalgie nous prend, VOUS NOUS MANQUEZ !

Dunedin & Otago Peninsula

Désolés, on a de plus en plus de mal à s'enthousiasmer de la culture NZ et de leurs villes. Donc pas de photos de Dunedin qui est à vrai dire une ville plutôt sympa, avec quelques cafés et boutiques mignonnes et pas mal de Street Art. On a passé quelques jours autour, à pêcher avec Vincent (toujours pas de poisson à la clé), ramasser des coques, et on ne s'est toujours pas lassés des otaries et des pingouins qui nagent autour de nous !

Pukaki / Mt Cook / Tekapo

On a rencontré Christophe, Fabienne et Mathieu avec qui on a partagé deux supers soirées dans un free camp magnifique avec vue sur le lac bleu turquoise de Pukaki et en fond le Mt Cook, Mont le plus haut de NZ (3724m d'altitude) et qui porte le nom du 1er explorateur (ou potentiel colon ?) européen de l'île. Découverte de glaciers et d'Icebergs !

UN JOYEUX ANNIVERSAIRE EMILIA !!! 

Envie de prolonger votre lecture ?

Découvrez ces carnets de voyage de la sélection MyAtlas ou cherchez une destination.

12
12
Publié le 3 février 2018
Arrivée dans les Fjordlands

Enfin venu le temps deeeees : VACANCES !!! On récupère Amandine et Matthieu, les copains de la librairie de Motueka, et on se lance pour un trip à travers les Fjord, la côte Sud, et Dunedin.

Marian Lake

Et comme vous commencez sans doute à le comprendre, l'activité principale en NZ est la rando ! Un superbe lac en haut d'une belle grimpade dans la jungle. En se préparant, on avait pas bien compris pourquoi tout le monde rentrait trempé de cette rando. Mais l'humidité étouffante de cette jungle nous a vite fait comprendre...

Une journée entière passée dans le van, à bouquiner et regarder un film, c'est bien dommage de faire ça ici mais on était tellement content qu'il pleuve toute la journée pour pouvoir se permettre un tel acte sans culpabiliser ! On aura passé nos 4 nuits dans les Fjordlands à se planquer des Rangers le soir et se à se lever tôt le matin pour éviter de payer des camps à 13 dollars la nuitée, et on s'en est plutôt bien tiré !

Gertrude Valley

Un nom bien old school pour une si belle randonnée ! On commence dans une vallée entourée de montagnes abruptes, pour ensuite rapidement grimper dans des rochers, et découvrir une vue splendide sur le Fjord du Milford Sound ! Les montagnes sont tellement à pic que certaines cascades se déversent sur des centaines de mètres avant de toucher le sol. On a vraiment été scotché et on a vite regretté de ne pas avoir emporté la tente avec nous pour admirer le soleil se coucher et se lever. On est accueilli à notre retour par un Kéa, perroquet alpin aux reflets verts, bleus et orange et au caractère bien trempé qui détruit selles de vélos, tentes, joints de voiture... Malgré toute la pédagogie d'Emilia, l'odieux personnage ne voulait rien entendre....

Croisière dans les Fjord du Milford Sound

Sans doute la croisière la plus prisée de NZ, et ça valait bien le coup d'oeil ! On a pu voir des dauphins, de belles et grandes cascades, des otaries, et même apercevoir le pic de Gertrude. Mais surtout on a eu droit à un cake au bacon et un jus d'orange offerts par la compagnie maritime !

Key Summit

On finit notre excursion dans les Fjordlands par l'ascension du Key Summit, cette marche nous avait été recommandée par une américaine de Cromwell qui avait parait-il pleuré en haut du mont ! On se devait bien de constater de nous même. Effectivement la vue était belle. Pour autant, on se demande encore si l'extrême enthousiasme américain ni était pas pour quelque chose...

11
11
Publié le 3 février 2018

C’est avec une épaisse couche de corne et une sensibilité amoindrie au bout des doigts que nous achevons cette saison de cueillette des cerises, mais au-delà de ça un compte en banque bien rempli même plus que nos prévisions. Nous sommes donc prêts pour une fin de saison en boulet de canon. En commençant notre dernier jour de cueillette encore éméchés de la soirée de pré-fin de saison de la veille, on est vite rassuré en croisant quelqu’un en visio-conférence avec ses parents, son portable calé dans des branches. D’autres n'ont pas dormi et n’ont rien trouvé de mieux que d’avaler du LSD au petit matin, et un des superviseurs Argentins boit son maté dans les rangées de cerises. Bref, il est temps que cette saison se termine… La soirée d’adieux peut commencer, suivie par une 3ème soirée improvisée en bord de lac avec nos copains tchèques ! Que d’émotions ! On profite des derniers jours par une balade dans un canyon et une aprem initiation escalade, avant d’affronter le Mt Pisa !

L'effroyable Mt Pisa

18km, dont 1500m de dénivelé! Heureusement qu’on était une bonne quinzaine pour s’encourager. C’est une fois en haut qu’on découvre les environs du Central Otago, un désert aride à la végétation jaunâtre.

Dernier jour à Cromwell, on avait coché ce jour comme étant celui de la mise à jour du blog en utilisant le wifi du pub de la ville. Après que tous les clients (même ceux arrivés après nous) soient servis, le serveur daigne prendre la commande de nos 2 pintes. Il nous informe que si on veut le wifi, il faut commander à manger. Très bien, 5min plus tard on commande un bol de frites, et on demande où l'on peut brancher notre ordinateur. "Dans le fumoir et vous ne pouvez brancher qu'un seul appareil". Après avoir supplié de s'installer ailleurs, on s’aperçoit que le wifi n'est valable que 30min ! Lourd, lourd, lourd l'histoire... Romain s’empare d'un stylo et écrit une lettre à la mairie expliquant les conditions déplorables pour les backpackers durant cette saison. Le maire de Cromwell nous a répondu il y a quelques jours : il souhaite faire suivre ce courrier au journal local. Une petite victoire en somme !

10
10
Publié le 22 janvier 2018

Le banana est de retour !! Peu de connexion et peu de temps pour satisfaire les fidèles lecteurs que vous êtes... C’est avec un petit pincement au coeur que nous quittons notre cher logement, en découvrant le matin de notre départ un mot d’Anne et Thomas (nos colocs allemands) avec un jeu de dés en souvenir de parties enflammées et un brin de lavande et une carte de notre chère Glenda ! Un kiwi avec qui nous avions bossé nous avait offert un ballon de rugby pour nous consoler de nos 2 défaites face aux All Blacks et nous avons récolté de bons conseils d’étapes sur la route du sud dont des glaciers et des sources chaudes. Morten nous avait quant à lui proposé de venir une journée pêcher sur son bateau. Alors qu’on aurait pu penser que le trop plein de backpackers aurait pu les agacer, les gens sont vraiment sympathiques et bienveillants.



On re-longe la magnifique cote Ouest où on nous annonce une mort certaine en cas de pluie, heureusement pour nous juste une demi journée de pluie et des paysages extra ! Les vagues de l’océan venant se briser sur des falaises aux roches saillantes et à la végétation tropicales nous surprennent une 2ème fois.

Nous avons pu voir des glow-worms de petites larves luminescentes qui s’illuminent la nuit pour attirer leur proie, le spectacle ressemble à un ciel étoilé sauf qu’il n’y a pas besoin de se faire de torticolis pour admirer, et ça on aime ! On s’endormira derrière la carrière d’une petite bourgade avant de se frotter aux eaux bleues pâles d’une rivière le lendemain. On ne sait pas à quoi est due la couleur de ces eaux mais on en aura retrouvé beaucoup tout le long de notre trip.


Aujourd’hui une grosse journée nous attend, au programme admirer les Franz Josef et Fox glacier, un lac reflétant les glaciers, bain dans des sources chaudes, colonie de phoques et glow worms. Finalement les glaciers sont couverts de nuages, il y a trop de vents pour que l’effet miroir du lac opère, le bain est avorté car il nécessite une rando de 18km pour atteindre les sources, la route d’accès aux phoques est fermée… Malgré qu’on se soit bien troué, il nous reste quand même les glow-worms et nous ne sommes pas déçus de cette féérique balade en pleine forêt bordée par un courant d’eau où les larves se regroupent dans les souches et les arbres. Et un des glaciers était finalement visible en fin de journée pendant que nous préparions nos Noodles sur un parking, oui la gitanerie reprend vite son court.


Copland Track



Nous n’avons pas le temps de réaliser les 2 jours de rando car nous devons bosser dès lundi aux cerises, mais nous nous lançons tout de même à l’assaut d’une partie de cette rando qui suit une belle rivière bleue. 20km plus tard, nous sommes exténués et nous décidons de partir camper en bord de mer avec notre copine Dolly, nous rencontrons un couple de pêcheurs qui, venant de ramener 2 requins, nous encouragent à pêcher avec eux. On discute essentiellement de pêche, du grand requin et des deux dauphins que nous avons aperçu au loin. Sentant que l’attention n’est plus porté sur lui, Romain décide de s’évanouir la tête la 1ère dans les galets, la technique marche à merveille et tout le monde court à son secours ! Heureusement rien de grave ! Leçon : Bien manger et bien boire à la fin d’une si longue rando, à 27 et 24 ans il n'est jamais trop tard pour apprendre...


Comme peut en témoigner ce panneau, la délation semble encouragée dans ce pays mais ça ne nous arrêtera pas, de toutes façons Dolly est bien trop vieille pour dépasser les 100km/h. Nous arrivons donc à Cromwell après avoir profité pendant 2h du passage de nombreux dauphins longeant une plage, et de plusieurs cascades.



Cromwell… le mieux est sûrement de ne rien dire mise à part que les gigantesques fruits à l’entrée de la ville ont été désignés comme l’attraction la plus moche de Nouvelle-Zélande et on apprend que nos débuts au boulot sont décalés d’un jour (On aurait donc pu faire la rando des sources chaudes jusqu’au bout et le visage de Romain serait encore intact)… Quoi qu’il en soit on retrouve nos colocs toulousains dans un camping gratuit aux abords de la ville, avec qui on partagera essentiellement des bières, des aprem en bord de lac, des poissons fraîchements péchés, et la recette de la confiture à la cerise !! Nous aurons donc alterner jour de repos et travail jusqu’à après noël, ce qui était relativement frustrant puisque tout les copains du camp travaillaient d’arrache pied et faisaient plein de pépettes ! Mais, étant plein de ressources, on décide de partir explorer les environs et on est vraiment pas déçu du trajet !



On fait chauffer la poêle et on se met à poil pour un clafouti à la cerise de toute beauté !! Une rando de 3h cette fois ci nous permet de nous rassurer suite aux émotions suscitées par la dernière en date d’autant plus qu’elle nous offre un magnifique panorama sur un des mont les plus hauts de la région et le lac de Wanaka.

Cueilleurs de cerises pro 



Après avoir fêté noël en short avec un menu fajitas / bières fraîches, il est grand temps de se mettre au boulot et on est servi !! Un seul jour repos entre le 27 décembre et le 17 janvier, avec des journées de 11h parfois, et un réveil qui tous les jours sonne à 5h, du jamais vu ! On avait entendu de mauvaises histoires dans d’autres fermes (des managers à cran lançant des sceaux de cerises, menaçant de ne pas payer le sceau, de virer les backpackers, et un big boss déclarant que c’est normal d’être traité comme de la merde car nous ne sommes que des backpackers), mais rien de tout ça chez nous et une ambiance tout à fait bonne ! Pour une saison de cueillette des cerises il vous faut donc imaginer une équipe de 60 backpackers mâchouillant des cerises toutes la journée, criant tels des animaux entraînés par de la musique électro, parfois même dès 6h du matin, pendant 5 semaines. Il est évident que la scène est enjolivée et que Romain n’a pas apprécié du tout ce boulot au rendement passant même une journée à déchirer des feuilles et des cerises pour exprimer son mécontentement, Emilia a su rester calme face à temps de haine, chapeau bas ! Ne vous fiez pas aux apparences, les tâches blanches ne seraient que du calcium selon le boss à la tête américaine et à la veste frappé du logo d'une marque de pesticide ! Ça nous a bien rassuré car on commençait à s'inquiéter quand le visage nous brûlait après s'être frotté de trop prés à une branche...

Une pensée particulière pour Aurore, le bob a fait fureur pendant toute la saison, offrant un bonus charisme non négligeable à Romain !

La difficulté de la saison a été soulignée par un mode de vie nomade et sans confort puisque nous n’avons pas souhaité participer au business de backpacker proposé. La population de la ville de Cromwell quadruple chaque année lors de la saison des cerises qui se trouve en même temps que les grandes vacances d’été en NZ. Toutes les fermes de cerises sont relativement récentes dans la région et rien n’est prévu pour accueillir autant de personne et encore moins des (sales) backpackers. Les fermes prévoient bien un logement à 85 dollars / semaine mais il s’agit d’un camp de 50 personne sans ombre, avec seulement 2 douches et sans accès à internet. Les seuls accès internet sont donc la librairie qui ferme tôt et le supermarché, et nous retrouvons donc une quinzaine de backpackers systématiquement assis par terre devant le supermarché pour capter du wifi sous le regard fatigué des habitants de la ville. Durant cette saison, le verbe FAIRE a pris tout son sens puisque le moindre besoin nécessite un déplacement, ex : faire de l’eau (remplir les bouteilles et la bonbonne pour les 3 prochains jours au robinet d’un parc), faire du wifi (s’asseoir devant le supermarché), faire un brin de toilette (se jeter rapidement dans le lac pour se rafraîchir après une journée de boulot ou se doucher à la station service ou à la piscine), faire des bières (boire des bières quasiment tous les soirs pour oublier).

9
9
Publié le 12 décembre 2017

Il existe trois type de kiwi en Nouvelle-Zélande:

- Animal chétif ne possédant plus d’aile lui permettant de s’envoler car avant l’arrivée des polynésiens amenant avec eux des chiens et rats, il se trouvait donc sans prédateur. Le bougre ne se nourrissant que de nuit et n’étant plus que peu présent sur les îles de Nouvelle Zélande, il est donc une chance d’en voir. Pour le moment nous n’avons rencontré personne qui n’en ait vu, ni touristes, ni locaux...


- Fruit exotique essentiellement connu en Europe de couleur verte et au goût tonique et acidulé. Mais c’est le Golden Kiwi qui est à la mode ici, un kiwi plus jaunâtre au goût plus doux sans être trop sucré. C’est doux et bon!


- Habitant.e de la Nouvelle Zélande aux origines européennes, au mode de vie fortement américanisé ayant toutefois élu au pouvoir le parti des travailleurs aux dernières élections.


Le kiwi est très accueillant, il est toujours près pour une petite discussion ou une blagounette dans n’importe quel endroit où cela lui est possible.


Victime d’un complexe d’infériorité avec son « voisin » australien, pour des raisons de taille du pays, historiques (les kiwis étaient ralliés à l’armée anglaise alors que les australiens avaient leur propre corps d’armée pendant les guerres mondiales et autres guerres plus récentes) et pécuniaire (les australiens sont bien plus indépendants financièrement, du fait des mines et du gaz qu’ils exploitent intensivement, tandis que les néo-zélandais tiennent entre autre grâce aux subventions de la reine). Le rugby ne fait bien évidemment pas parti du complexe d’infériorité exprimé.


Le kiwi mange à l’anglo-saxonne et il est difficile pour lui de se nourrir en bio car ces produits ne sont ni présents au marché et encore moins en supermaché. Et cela ne parait pas prêt de changé étant donné que l'économie du pays est basé sur l'exportation de produits agricoles (fruit / légume / 1er exportateur mondial de lait / viande). On peut tout de même noter un intérêt général sur les produits faits maison et il semblerait que beaucoup d’entre eux produisent leur alimentation bio chez eux.


Il vend toutes sortes de produits devant chez lui à l’aide d’une pancarte. Il est donc possible de trouver sur le bord de la route des œufs, des fruits et légumes et leurs graines, mais aussi des vélos, machines à laver, …

Vous l'avez attendu et la voici, notre douce Glenda ! On l'a invité à partager une tarte tatin pour notre dernier jour de boulot ! Ce dessert met tout le monde d'accord et on commence à maîtriser la recette, il est fort probable qu'on la fasse découvrir aux sud américains !! Elle ne se fait pas prier pour nous conter les ragots de l'entreprise AB Wood, en partageant le fait que les patrons se sont rencontrés dans une secte amish, qu'ils ont par la suite quitté car l'un de leur fils est homosexuel, et que l'autre a viré dans la drogue et la prison. Une dernière recommandation Glenda? "Faites attention sur la route de la côte Ouest, ils conduisent comme des têtes de bites par là bas".

Il est temps pour nous de quitter Motueka. Dolly est propre et sa rouille nettoyée et Romain se sent imprégné par le lifestyle kiwi en faisant les courses pieds nus ! Il est pour autant difficile de s'imprégner de la magie de noël avec l'été qui est maintenant bien en place, les locaux eux ne se découragent pas et organisent une parade de noël avec déguisements en tous genres et chars à fausse neige ! Côté boulot, on a été rejoint par une équipe de Tongien qui viennent chaque années pour la saison des pommes en NZ. Ils chantent et se marrent toute la journée, ça nous donne des envies d'allé découvrir cette culture en Wwoofing. Après tout on est pas loin de ce côté de la planète, à suivre donc !

Cette 1ère partie de voyage nous a fait le plus grand bien. On a pu prendre le temps de se poser, se remettre à l'anglais malgré l'accent prononcé des locaux, et de découvrir les magnifiques environs de la région ! On s'est même permis de réaliser notre projet tournée des brasseries à Nelson (la plus grande ville voisine réputée pour ses bières et cidres locaux), avec un couple franco-belge rencontré le vendredi après midi à la librairie (le repère à backpackers) ! La soirée se sera traduit par un bar en terrasse et plusieurs pintes venant de l’île Nord, dodo à minuit sur le parking d'une église et réveil à 7h pour éviter une amende de 200 dollars par la police. Un café et une tourte au marché de Nelson et c'est le combo gagnant !! Nos colocs allemands se sont débridés la dernière semaine et on passe de bons moments jeux avec eux !

8
8
Publié le 1er décembre 2017

Nelson's lake : Terminant à 12h30 le samedi, on file camper au Nelson's Lake pour se faire une randonette (Randonette : petite rando de 3h, coupée par une sieste, repas, lecture... ce qui fait en tout une rando de 6h !) qui nous était conseillée par plusieurs locaux.

On profite d'un weekend complet pour monter faire un tour de la Golden Bay. On commence le weekend par fêter la 1ère publication d'Emilia en tant que Psychologue dans une revue par un burger et une pinte ! On restera malgré tout dans le gaz tout le weekend, et oui en ce moment c'est boulot, boulot, boulot pour nous... Mais on profite quand même bien de magnifiques plages désertes, d'une nouvelle rencontre avec nos amis les phoques (Après avoir attendu la marée basse on se ballade sur la plage et on tombe sur une grotte, rentrant courageusement dedans on sortira après quelques mètres seulement suite au grognement sourd d'un phoque mâle avoisinant les 250kg), de coucher de soleil... Le coin est magnifique, les photos parlent d'elles mêmes !

La vie reprend son court à Motueka, on passe sur un fonctionnement payé à l'arbre et non plus à l'heure ! Ce qui est excessivement énervant pour Romain, la légende dira qu'il en a gros sur la patate car Emilia est bien bien plus rapide que lui ! Il nous faut donc étayer les branches du surplus de pommes pour permettre aux autres de grandir convenablement, il n'y a donc plus de place pour le blabla ! Toutefois on se prépare à bientôt quitter les lieux, nous avons bien profité de nos weekend pour faire le tour des environs et la saison de ramassage des cerises va bientôt commencer au sud ! De toute façon, on se retrouve chassé du confort solitaire que nous offre ce logement, puisqu'un couple d'allemand ingenieur et portant la croix du petit Jésus sur leur pare brise nous y rejoint (Ayant pris nos aises, il est tout naturel pour nous de se lever nu à 4h du matin pour regarder les étoiles, sans se douter qu'un de nos nouveaux coloc passerait dans la pénombre pour allé aux toilettes... Un accueil plein de panache à la française). On profite donc de nos dernières jours au logement pour se faire des crêpes, améliorer notre recette de pain, se marrer du franc parler de Glenda qui nous aura finalement bien surpris sur cette fin de séjour est qui se trouve être une nana attachante (Anecdote du franc parlé : On croise depuis plusieurs jours un van de 3 frenchies arrivant dans notre section à l'heure où nous partons le matin, on demande à Glenda si y'a du boulot à côté du logement. «Oui traiter le cancer des arbres, boulot de merde, vous ne voulez pas faire ça. Je mets tout les ans un groupe de tête de bite sur le coup»). On souhaitait également participer à des matchs de touch rugby, mais la compet' semble bien huilé et les équipes se connaitre, on pense joindre une équipe mixte dans le sud pour les quelques semaines où nous y serons !

7
7
Publié le 18 novembre 2017

Et voici notre petit coin de paradis !! Bon bien sur il arrive que le boss déboule à 19h30 pour balancer des insecticides dans le coin alors que notre linge sèche tranquillement. Mais la vue est magnifique, lac à côté et vue sur les étangs et la mer, le top pour une petite sieste après une journée de boulot ! Nous bénéficions donc d'une douche CHAUDE (les précédentes étaient froides à la douche de la plage), machine à laver, une méga cuisine avec four, et des canapés ! On profite donc du cadre pour bouquiner, faire du pain, boire du vin blanc pas cher et pas bon en cubi, tenir à jour nos carnets de voyages respectifs, apprendre l'espagnol, se reposer, réfléchir, bref, tout pleins de choses qu'on avait plus le temps de faire depuis un moment... On regrette presque de pas être plus nombreux ici mais finalement on est si bien, on aura le temps de rencontrer des gens plus tard !

• • •
Se nourrir en Nouvelle Zélande 

Vous comprendrez que vu les prix, on ne boit pas beaucoup et on a mis 1 mois à manger notre premier bout de viande ! Ne vous laissez pas tromper par ce qui ressemble être du camembert, ils pèsent 80g.

• • •
Vie de tous les jours, ou presque 

On occupe plutôt bien notre temps de repos, avec une sortie au cosy cinéma indépendant de Motueka, une pinte et un café à 9h du matin le dimanche pour France / All Blacks dans un pub miteux où sa clientèle est perdue entre courses de chevaux et machines à sous mais peu d'intérêt pour le rugby, une rando du Mt Arthur de 6h dont 3h sous la neige, le vent, la pluie et sans aucune vue une fois au sommet (sans citer de nom un des deux a pris beaucoup de plaisir et l'autre absolument pas, on vous laisse choisir). Soirée feux / bières à la plage, un tour au Harwood Hole un trou dans le sol de 178m de profondeur mais qui est d'autant plus impressionnant qu'une fois arrivé aux abords on fait déjà face à une paroi de 50m !

6
6
Publié le 3 novembre 2017

Après notre trek à Abel Tasman on retourne au centre d'information de la ville pour se renseigner sur les opportunités boulot. 1er coup de fil => 1er boulot, on commence le lendemain à 6h50, l'entretien téléphonique n'aura duré qu'1min. Armés de nos casquettes et bobs respectifs, on est en charge de couper les fleurs de tout ces petits arbres naissants. Le travail serait même agréable si le sol n'était pas dur et sans vie, si ils ne vendaient pas toutes leurs productions à l'international, si on ne retrouvait pas d'abeilles mortes dans les fleurs, si la cime des arbres n'était pas blanche cristallisée et si en présentant le job la douce Glenda (la superviseuse) ne nous avait pas dit "Ce ne sont pas des arbres, nous les faisons devenir des arbres". Une succincte présentation de Glenda, une petite femme qui arbore fièrement une casquette d'une marque d'insecticide, elle achève d'un grand coup de chaussure de sécu les petites plantes qui survivent dans ce désastre, et qui a bossé pendant 10 ans dans une ville minière d'Australie. On s'amuse à penser qu'une fois à la maison elle nettoie son petit caniche dans un bain de Glyphosate et qu'en Australie elle a travaillé 1 mois dans un hôtel de passe avant d'en devenir la gérante, mais cela ne nous regarde pas. On dit que son père spirituel est le Sergent Hartman de Full Metal Jacket. #AgricultureIntensive #Immersion #AuSecoursSupagro #OnAPasd'Excuses

• • •

Quelques jours après nos débuts on parvient à se faire idolâtrer par la douce Glenda, qui nous propose par le biais des patrons un logement avec vu sur la mer, de travailler les samedis, et ce qu'on a cru pendant quelques instants être une promotion. Changement de boulot donc, on va accompagner pendant quelques jours des greffiers, puisque le cours de la Pink Lady n'est plus aussi bon il faut bien se mettre à la page. On a donc rencontré Morten, un sympathique Danois (Danish en anglais). Romain a dans un premier temps compris le prénom comme étant Denish, style anglosaxonnisé de Denis... On était tout excités d'apprendre à "greffer des arbres", pour vite découvrir qu'il s'agissait en fait d'entourer de scotch la greffe sur un tronc entaillé (Romain) et de cirer les zones vives (Emilia), et ceux sur 12000 arbres !! Sympa la greffe !! Le deuxième acolyte Mike, est génial également, et on apprend beaucoup sur le fonctionnement du pays mais aussi sur celui du Danemark de fait ! On se propose même de leur faire découvrir la tarte tatin, soyons très clair sur ce point, on est très content de faire découvrir des spécialités culinaires aux locaux d'autant plus que niveau nourriture c'est vraiment pas ça (un mix américain et anglosaxon de la cuisine pour situer), mais le réel plaisir était bel et bien pour nous !

5
5
Publié le 3 novembre 2017

West Coast : La côte Ouest commence par une soirée film & pop corn, oui après une semaine on commence vraiment à prendre nos repères dans le van !! S'ensuit une ballade sur les Pancakes Rocks, les scientifiques ne savent toujours pas expliquer ce phénomène, mais tout le monde est d'accord pour dire que c'est magnifique ! Puis une rando dans les forêts tropicales et les fougères arborescentes. Avant de monter voir nos potes et potesses les phoques, nous ne commenterons pas la beauté de cette scène d’accouplement d'autant que selon Emilia la femelle n'était pas consentante...

Abel Tasman National Parc : 2 jours de trek + retour en bateau le 3ème jour dans ce parc à l'eau turquoise, sable blanc orangé, végétation tropicale, roche, couchés de soleil au coin du feu, oiseaux chanteurs et phoques : LE PARADIS ! On s'est même aventuré dans une très rapide baignade mais ce n'est que le début du printemps ici. Le trek est sympa mais implique de porter son très gros sac et ça en monté on aime pas ! On rencontre plusieurs backpacker expérimenté en Nouvelle Zélande, et comme on le sait tous le voyage c'est sympa mais le coeur du problème est son financement... Et d'après nos calcul, il nous faut 9500 dollars pour rembourser les 1ères semaines et les 2 mois de voyage qu'on envisage, soit économiser 800 dollars par semaines pendant 3 mois. On envisage donc de vendre des crèpes sur les marchés, servir des bières, agent d'entretien, bosser dans les lodges du parc, etc...

La vie est douce en tant que backpacker à Motueka : Ramassage de coques et de pipi à marée basse, douches froides à la sauvage, remplissage des réserves d'eau au skate parc, bouquinage dans le hamac, marché hippie le dimanche matin, choisir des tasses à Emmaus, bouquinage à la plage, et surtout bain de 2h au couché du soleil dans une baignoire sur la plage chauffée par un feu de bois !!! Jugez par vous-même.

4
Et c'est parti pour le show ! Dolly est en place, nous on est shlag à mort, merci les plaids Quantas !! 

Nous rencontrons nos premiers vrais décors Néo Zélandais et animaux locaux. Un mode de vie également différent, à noter une honesty box en bord de route qui soyons honnête ne fonctionnerait pas 1 jour en France. On entame une rando de 2 jours qui nous a été fortement conseillée par le centre d'information local, mais on est loin d'être emballé et pour le coup notre rando dans les Alpes était bien plus surprenante ! On campe dans un marécage, on se fait une petite soupe pour se réchauffer car il fait bien trop froid en haut de cette montagne ! Ce n'est finalement qu'une fois passé le parc que l'on se rend compte qu'on est bien à l'autre bout du monde, on découvre une végétation tropicale et riche.

3
3
Publié le 17 septembre 2017

Christchurch, ville détruite par un séisme en 2011, est en reconstruction intense. La ville est toutefois égayée par du Street Art, un centre regroupant foodtruck, banque, poste, magasins de produits locaux en container et bien sur par nos amis les dinosaures !! (à noter que ces essais ne font pas oublier l'horrible architecture environnante). On a essentiellement récupéré du "jetlag" et de la fièvre infligée par notre vaccin, mais surtout réglé tout l'administratif chose plutôt facile dans ce pays (banque, téléphone, N° de travailleur,...).


Mais surtout acquisition de notre magnifique Dolly, une petite merveille de MasterAce Surf de 1990 ! 
2
2
Publié le 17 septembre 2017
• • •
Première rando en Isère, des courbatures pendant 2 jours... C'est inquiétant. 

Tout est packé on est ready ! Ceux qui nous connaissent ne seront pas étonnés, mais nous avons failli ne pas réaliser ce voyage... En effet, nous étions pourtant allé jusqu'à scanner des ordonnances médicales, mais avions oublié d'imprimer notre visa. Il s'en est fallu de 10min pour pouvoir nous enregistrer dans l'avion !

1
1
Publié le 17 septembre 2017