Comment faire son sac à dos pour une itinérance ?

Le sac à dos est le compagnon du marcheur, quel que soit la durée du périple : de quelques jours à plusieurs mois. Un sac à dos bien pensé participe au plaisir de la marche.

Adepte des marches au longs cours, je vous propose un retour d'expérience et de découvrir le contenu de mon sac à dos.

D’abord, quel type de randonnée prévoyez-vous ? Quelques jours, 2 semaines, plusieurs mois ? Avec hébergement, en autonomie ? À quelle saison ? En solo, en groupe ? Quel budget ?

La réponse va influencer le choix du sac à dos ainsi que son contenu.

- Pour quelques jours avec nuits en hébergement, un sac de 30 litres est suffisant.

- A partir d’une semaine, un sac de 40 litres fera l’affaire si les nuits sont en hébergement et que c’est la belle saison. Sinon, un litrage supérieur sera à envisager pour contenir les vêtements chauds.

- De plus, le contenu sera à peu près identique pour une semaine ou pour 1 mois.

- Partir en autonomie et emporter la tente, le matelas et le matériel de cuisine vous obligeront à aller vers un sac à dos de 50 à 70 litres.

Plus le sac est grand, plus on a tendance à le remplir .

A gauche, mon sac à dos pour Compostelle en 2018 (2400 km à pied); à droite, sur la voie de Soulac, au bassin d'Arcachon.


• • •

Le poids du sac à dos :

Penser à peser le sac en lui-même : son poids peut varier de 850g à près de 3 kg, cela va influencer le choix.

Le mythe des 10% : le sac à dos ne devrait pas peser plus que 10% du poids du randonneur. Si je suivais cet adage, cela me ferait un sac pesant un peu plus de 5Kg ce qui est impossible en itinérance avec tente et matériel. Je suis plus proche des 10Kg soit 18% de mon poids. C'est la limite que je me suis fixée, hors eau.

Je pense qu’une réflexion bien menée sur la durée, la saison, l’essentiel à emmener permet de faire un sac qui correspondra à sa marche.

Attention, certains sacs à dos légers et sans armature ont un poids limite de charge.

Il sera nécessaire de peser tout ce que vous souhaitez emporter, du savon au duvet.

• • •

Le contenu du sac :

J’ai l’habitude de répartir le contenu de mon sac en plusieurs parties :

- Ce que je vais porter sur moi

- Les vêtements

- Le couchage

- Le matériel de camping

- Trousse à pharmacie

- Hygiène

- Petit matériel

- Papiers

- Fond d'intendance :

- Le luxe : ce que je vais prendre ou pas ( liseuse, bâtons de marche, Power Bank, cartes, TopoGuide)

Je fais mon sac, le pèse puis je revois chaque catégorie sous le prisme « essentiel, confort, luxe ». Et là, je garde ou j’élimine. Il s’agit de faire un compromis entre l’essentiel, la sécurité et un peu de confort, surtout pour la marche au long cours.

Contenu de mon sac pour la Voie Francigena août 2019 (1000km à pied)
• • •

Nourriture et eau :

C’est le nerf de la guerre ! C’est du poids ! Un habile compromis est donc à trouver.

Il est nécessaire d’avoir toujours un fond d’intendance, par sécurité. La longueur des étapes est souvent conditionnée au ravitaillement et à l’hébergement si on ne bivouaque pas.

L’eau est essentielle. Ne pas hésiter à demander de l’eau sur le chemin, à ravitailler dans les cimetières. Lors de certaines marches, il peut être primordial de purifier l’eau. Prévoir alors des comprimés ou un filtre gravitaire.


Poche à eau versus bouteille d’eau :

La poche à eau se glisse dans le compartiment prévu à cet effet. Il faut donc commencer par mettre la poche à eau avant de faire son sac. L’eau reste plus fraiche, on peut boire quand on veut, pas besoin de s’arrêter et d’enlever le sac à dos. Les poches à eau ont un litrage de 1 à 3L. Il existe différents types ouvertures. Il faudra veiller à l’hygiène de la poche et du tuyau.

La bouteille d’eau en plastique est plus légère. Le ravitaillement est plus pratique. Pas besoin de retirer le contenu de son sac. On peut aussi mieux surveiller sa consommation d’eau.

Pour ma part, j’ai trouvé un compromis : une poche à eau d’1,5 L et une bouteille en plastique de 0,75L pour ravitailler. Je jongle avec les deux en fonction des étapes et la possibilité de me ravitailler en eau.


• • •

Alléger le sacà dos :

Il sera parfois nécessaire de trouver des alternatives plus légères. Il existe aujourd’hui des vêtements techniques légers, des tentes de moins d’1 kg, des micro-réchauds à gaz, … J'ai ainsi troqué ma popote de 220g que je balade depuis Saint Jacques pour une autre en titane de 144g mais qui coûte le triple ! De même pour mon matelas isolant, remplacé par un matelas gonflable : 50g plus 50g ... Et je gagne aussi en confort !

Bien souvent, plus c’est léger plus c’est cher !

• • •

Comment ranger son sac à dos ?

Un sac à dos bien rangé va permettre de rester équilibré et d’éviter les douleurs. Le sac doit être porté sur les hanches et non sur les épaules. Les choses les plus lourdes seront donc mises contre le dos, au milieu. J’ai l’habitude de séparer ma tente dans deux sacs étanches, la charge est plus facile à répartir. La poche à eau sera placée dans le logement prévu à cet effet. Les sacs à dos ont souvent un compartiment au-dessous pour le duvet.

Le reste est à répartir pour équilibrer le sac. Tout doit être bien calé. Il faut aussi penser à avoir sous la main ce dont on a besoin pour la journée (trousse à pharmacie, vêtement de pluie, de quoi manger, …). Attention aux objets accrochées à l’extérieur, cela à tendance à déséquilibrer le sac, à bouger, à se prendre dans les branches.

• • •

Quelques conseils :

Partez tester votre sac à dos lors d’un week-end de marche. Vous pourrez vous rendre compte de l’essentiel et du futile. Ce test vous permettra aussi de trouver la meilleure manière pour vous de ranger votre sac. De toute façon, le chemin se chargera d'alléger le sac, surtout sur du long cours !

Bivouac afin de tester mon nouveau sac à dos (avril 2019) 

Sortez du trip "et si, et si, et si… " sinon, le sac à dos va devenir vraiment très lourd. On met ses angoisses dans le sac : peur d’avoir froid, d’avoir faim, peur de la pluie, … et se dire que l’on peut toujours acheter en route si nécessaire.

La randonnée à plusieurs permet de se répartir le matériel collectif (tente, matériel de cuisine, trousse à pharmacie) et par là-même, d'alléger le sac à dos.

De retour de randonnée, faites l’état des lieux de votre sac et observer ce qui a servi, peu ou pas servi et ce qui a manqué. Le noter en vu de la prochaine itinérance.

Profitez des soldes, de Noël ou votre anniversaire pour vous équiper en matériel plus léger, plus technique.

Il existe sur certains GR et tronçons du chemin de Compostelle ce qu’on appelle la malle postale : un service de transport de vos affaires jusqu’à l’étape suivante.

• • •

Contenu de mon sac à dos pour la voie des Plantagenêts en Juillet 2020 (600 km avec la tente, du Mont Saint Michel à Aulnay de Saintonge)

J’ai fait le pari du beau temps. Je n’ai pas pris mes bâtons de marche. Voici ce que j’avais dans mon sac à dos pour un poids de 10,4 Kg hors eau :

Sur moi : T-Shirt, jupe short, foulard en soie, sous-vêtements, un mouchoir en tissu, chaussettes de marche, chaussures de marche, chapeau de soleil, lunettes de soleil.

Dans mon sac à dos de 50 L :

- Les vêtements : 1 chemise, 1T-Shirt à manche longue en mérinos, une Jupe short, une robe (60g), 2 paires de chaussettes, 2 slips, 1 soutien-gorge, 1 micro- polaire, un caleçon long, le tout mis dans un sac en maille pour faire oreiller, une cape de pluie, 1 paire de tongs pour soulager les pieds le soir.

- Le couchage : un duvet en plume, un matelas gonflant, un drap de sac.

- Le matériel de camping : une tente répartie dans 2 sacs étanches, un réchaud à gaz, une cartouche de gaz, une popote, un opinel, une cuillère, un chiffon en microfibre. Une poche à eau d’1,5 L, une bouteille vide de 0,75 L dans une housse isotherme.

- Fond d’intendance : 2 sachets de soupe déshydratées, 50 g de semoule, sel à l’ail le tout dans un sac étanche, quelques dosettes de café, sachets de thé dans un second sac étanche, mélange d’oléagineux, chocolat noir, une petite boite hermétique, le tout mis dans un micro sac à dos qui me servira pour ravitailler, me promener.

- Trousse à pharmacie : 1 tube de pommade arnica/gaulthérie, quelques pansements, 2 Compeed, un tire-tiques, une pince à écharde, 2 paracétamols, 1 petite bande, 2 tubes d'homéopathie (Arnica, Rhus Toxi) , un petit flacon de Tégarome, un masque lavable, 50ml de gel hydroalcoolique, crème soleil, stick pour lèvres, une aiguille et du fil.

- Hygiène : une serviette de toilette, boite à savon avec savon d’Alep (qui sert aussi pour la lessive et comme shampooing), brosse à dents et dentifrice, un tube de crème hydratante, un petit peigne dans un sac Ziploc, PQ (dans un sac Ziploc).

- Petit matériel : briquet, corde à linge, 4 pinces à linge, lampe frontale, téléphone, cordon d'alimentation, 1 stylo, un petit carnet, micro-flacon de liquide vaisselle, monoculaire, une poche poche étanche pour le téléphone.

- Papiers : passeport, Crédential, carte bleue, monnaie, carte vitale, N° Assurances mis dans un petit sac.

Contenu de mon sac à dos, Voie des Plantagenêts Juillet 2020 

Ceci n'est qu'un exemple. Le contenu de mon sac à dos m'est propre, fait en fonction de la saison, de mon idée du confort, de l'itinérance prévue, ici un chemin secondaire de Saint Jacques de Compostelle, facile, avec de nombreuses possibilités de campings et un ravitaillement quotidien. Il pourrait certainement être encore alléger, mais je me suis servie de tout. En fait, que je marche quelques jours ou des mois, le contenu est sensiblement le même.

Cela donne des idées. A chacun de faire son expérience.

PS : Pour mon itinérance de juillet-août 2021, le contenu de mon sac à dos sera certainement différent. Je prévois de traverser les Vosges et le Jura en autonomie. Je prendrai mes bâtons de marche (0,400g), une micro doudoune, un PowerBank, peut être la liseuse. Oh, mais le compteur du poids s'affole !