Quelques unes des plus belles randonnées accessibles a tout le monde dans mon Beaujolais natal... a la découverte de lieux enchanteurs... dignes de paysages de l'autre bout du monde...
Partager ce carnet de voyage

Au départ de L'Arbresle, a moins de 20 minutes, vous vous retrouverez en pleine campagne loin de toute agitation... et avec juste le silence, les oiseaux, et le bruissement des arbres comme compagnons de chemin...

Vous êtes bien chaussés ? alors c'est parti pour découvrir mes randonnées coup de cœur...


Eveux : Le château de la Tourette et le couvent

Au départ du Val des Chenevières à L'Arbresle, il vous sera possible d'aller découvrir le château et le couvent de la Tourette situés dans le beau village d'Eveux situé juste au dessus de cet espace de verdure : attention, petite grimpette mais je vous rassure, le dénivelé est tout léger...

Le château de la Tourette  

Le nom « La Tourette » proviendrait du patronyme du propriétaire de la maison forte qui se dressait içi au 16e siècle.

En 1681, la maison passera aux mains des Claret qui se transmettra le domaine de génération en génération jusqu'en 1801.

La propriété qui n'était que leur « maison des champs » comprenait alors 80 hectares à l'intérieur des murs ainsi qu'une vingtaine d'hectares à l'extérieur.

En 1943, La Tourette sera vendue par son héritière aux Dominicains qui en sont toujours propriétaires, cependant, il ne se visite pas.

Le couvent de la Tourette  

Le couvent de la Tourette classé Monument Historique a été édifié par l'architecte Le Corbusier de 1956 à 1960 dans le but de devenir le Centre d’Études des Dominicains de la province de Lyon avec une capacité d'accueil de

100 frères.

Ce caractère austère et se dépouillement des lieux soulignait le silence et la paix car selon Le Corbusier « c'est un lieu ou l'utile est beau et le superflu exclut ».

Ce couvent représente la synthèse des trois principes fondamentaux de l'urbanisme selon l'architecte à savoir le Soleil, L'Espace et la Verdure et fût bâti en fonction du paysage et non de la voirie.

Aujourd'hui, ne reste seulement qu'une quinzaine de dominicains et le couvent s'ouvre désormais sur l'extérieur en accueillant des étudiants, des architectes et des touristes du monde entier !

Des colloques, des conférences et expositions sont régulièrement organisées et des cellules sont également disponibles pour les visiteurs souhaitant s'imprégner de l'atmosphère des lieux.

Après avoir admiré ces magnifiques bâtiments, laissez vous emporter dans la forêt du domaine qui s'étend sur environ 70 hectares ouverte au public en déambulant sur les innombrables chemins qu'elle comporte.

Vous vous laisserez surprendre au détour de chemins par des merveilles comme la fameuse glacière ou la chouette..

La chouette et la glacière de la Tourette  

La glacière de la Tourette fut construite en 1750, et témoignait du style de vie de la noblesse du 18e siècle et d'un phénomène de mode un peu particulier : il était inconvenant à l'époque pour une famille de haut rang, de ne pouvoir offrir de boissons fraîches à ses hôtes en été.

En hiver donc, la glace était prélevée dans le bassin voisin et stockée dans la glacière, puis, elle était récupérée en été, par le sas à l'arrière et ainsi, on pouvait faire des sorbets ou présenter la glace dans des rafraîchissoirs.

Mais, en 1914, avec l'arrivée des réfrigérateurs, la glacière était tombée dans l'oubli.

C'est alors qu'en 1998, une équipe de bénévoles passionnés décidait de la restaurer, et c'est grâce a leur travail qui a nécessité plus de 500heures de travail que l'on peut de nouveau aujourd'hui retrouver et apprécier la

construction telle qu'elle se présentait au 18e siècle.

En 2003, cette belle initiative fut même récompensée par le prix de la Fondation du Patrimoine.

D'ici, il vous sera possible de découvrir deux autres merveilles restaurées :

Le four a pain du Morillon : 

Le four a pain du Morillon  

Ce four construit au milieu du 18e siècle servait à un nombre important de familles qui venaient régulièrement y cuire leur pain.

Au début du 20e siècle, les boulangers commencèrent à faire la tournée des villages en carriole et les nombreux fours de village, abandonnés, tombèrent en ruine comme celui ci.

Il fût également restauré par une petite équipe de bénévoles et cette restauration fût également récompensé par le 1e prix du Patrimoine du Conseil général du Rhône.


Le lavoir de Lévy : 

En face du four a pain :

 Le lavoir de Lévy 

Datant du 19e siècle, ce lavoir ruiné a été restauré de 2009 à 2012, par un groupe de bénévoles. Il a retrouvé ses escaliers, son portillon, et ses pierres a laver. Il offre aujourd'hui un havre de fraîcheur et de quiétude aux promeneurs.

Depuis le four a pain, un chemin sur votre droite vous mènera sur le plateau

du Morillon avec les vignes du vigneron Jomard réputé pour son coteau du Lyonnais d'ou vous aurez une vue panoramique et si le temps le permet une magnifique et splendide vue sur les Alpes et apercevoir le Mont Blanc.

 Vigneron Jomard 

Toujours au départ de la Tourette : la chapelle de Fouillet 

la chapelle de Fouillet  

Cette chapelle a été édifiée au XIXe siècle. Suite à un ouragan qui dévasta la région en épargnant une statuette de la Vierge qui se trouvait en ces lieux, les habitants de Sourcieux-les-Mines firent le vœu d'élever une chapelle.


Au départ de Saint Germain sur L'Arbresle : les Carrières de Glay 

Plateforme des carrières 

De nombreux sentiers et chemins avec la aussi des paysages admirables vous mèneront au cœur de ce magnifique site faisant partie du Géopark Beaujolais attribué par L'Unesco.

Vous arriverez sur une belle plateforme ou une table de lecture vous commentera ce vaste panorama sur les Monts du Beaujolais et les Monts de Tarare, la vallée d’Azergues et les villages des Pierres Dorées.


Panorama depuis la plateforme 

Tout en bas, vous apercevrez le hameau de Glay ou vivaient les tailleurs de pierre que vous pourrez aller découvrir en repartant.

Cet ancien site d’extraction de pierre calcaire d’une belle couleur dorée caractéristique du Sud-Beaujolais, a fourni toute la région lyonnaise en matériaux de construction du XVème au milieu du XXème siècle. C’est la seule

carrière du Rhône aménagée pour la visite. D'une grande valeur historique et patrimoniale, c’est aussi une zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique.

Tout au long d’un parcours jalonné de panneaux pédagogiques, vous aurez des informations sur la géologie locale, les techniques d’extraction de la pierre jaune, le travail des tailleurs de pierre, ainsi que la faune et la flore de cet Espace Naturel Sensible...

Vue du sentier en hauteur 

Découvrez également la « loge des tailleurs de pierre », récemment rebâtie.

Loge des tailleurs de pierre  

Une belle association des carrières de Glay est présente régulièrement sur le site, et propose des visites commentées très enrichissantes.

Carrières  

Une fois par an sur ce merveilleux site, il ne faut pas manquer soit la fête de la Pierre avec l'association des carrières ou alors la nuit du Conte ou toute la nuit de nombreux conteurs répartis sur tout le site vous raconteront des histoires au clair de lune... une parenthèse enchanteresse...

Affiches nuit du Conte et fête de la pierre