Depuis plus de 20 ans, nous voyageons en indépendant autour de notre belle planète et nous avons le plaisir de vous faire partager quelques unes de nos échappées belles ...
A
Voici un partage de photos prises lors de nos étapes dans les pays d'ex Yougoslavie, patrie de Toma, que nous avons sillonnés pendant de nombreuses années.
Mai 2024
999 jours
Partager ce carnet de voyage
1


La Yougoslavie, ce pays qui n’existe plus…

C était en fait la « République socialiste fédérative de Yougoslavie » jusqu’en juin 1991. Cette fédération était constituée de six républiques peuplée de slaves du sud pour leur immense majorité : la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, la Macédoine, le Monténégro, la Serbie (comprenant les régions serbes du Kosovo et de la Voïvodine) et la Slovénie.


Les diverses déclarations d’indépendance de ces républiques ont réduit la fédération à la Serbie et au Monténégro un an plus tard. Celle-ci a finalement disparu suite à la déclaration officielle d’indépendance du Monténégro le 3 juin 2006 et de la Serbie le 5 juin 2006.

La république a donc été graduellement et rapidement fractionnée en 7 pays, qui pour deux d’entre eux sont divisés administrativement. La Bosnie-Herzégovine est, quant à elle, découpée en 2 parties, la république Serbe et la fédération de Bosnie-Herzégovine…

Petite précision...

Je tiens à préciser que ce carnet n’a pas la prétention d’être un pamphlet géopolitique, tout d’abord parce que la situation de ce pays est particulièrement complexe et difficile à cerner et ensuite parce qu’il a pour unique but celui de partager les photos d’un pays où nous nous rendons très régulièrement. C’est donc une « compilation » de différents voyages que nous vous présentons ici dans cette ancienne Yougoslavie : la Serbie, le Monténégro, la Bosnie-Herzégovine et enfin la Croatie.

2

Belgrade

Il est très facile de se rendre à Belgrade, située à environ deux heures d'avion de Paris. Le centre se parcourt aisément à pied et il y règne une ambiance des plus sympathiques. Que de changement depuis l' "ère Tito" ... Des magasins partout, des galeries d'art à profusions, un nombre incalculable de cafés et pubs à la décoration soignée... Ajoutés à cela de nombreux parcs, des spectacles à moindre coût comme les meilleures places d'opéra à 15 euros, Belgrade est devenue une ville particulièrement attractive. Je conseille d'y aller au printemps ou à l'automne car il y fait souvent très chaud l'été et très froid l'hiver.

On y trouve de nombreux hôtels et pléthore de logements sur air b&b ou sur Booking à des tarifs souvent attractifs.

La vieille ville et la Save
Au centre, l'ambassade de France
L'ancien marché à gauche
De gauche à droite: l'opéra, Knez Mihailova et le légendaire hôtel Moscou à droite

L'église orthodoxe Saint-Sava

Elle est dédiée à saint Sava, le fondateur de l’église orthodoxe serbe (1219). La construction de l'édifice a commencé en 1939. Le chantier n’a repris qu’en 2001 pour se terminer en 2019. L'église est uniquement financée par des dons; elle a été édifiée à l’endroit où, d’après la tradition, le pacha ottoman d'Albanie a brûlé en 1595 les reliques de Saint-Sava en représailles d'une révolte.

La basilique Saint-Sava est à ce jour la deuxième plus grande église chrétienne orthodoxe au monde.

L'imposante forteresse de Belgrade, au confluent du Danube et de la Save, constitue son monument le plus emblématique.

Elle témoigne de l'importance stratégique de la ville pour les empires romain, byzantin, ottoman, serbe et autrichien, et abrite désormais plusieurs musées ainsi que le vaste parc de Kalemegdan.

Belgrade est l'une des plus anciennes cités d'Europe, avec une histoire qui s’étend sur plus de 7 000 ans. Selon les historiens, la destruction de la ville a eu lieu une trentaine de fois, sa position stratégique en Europe étant son bonheur et surtout son malheur.https://fr.wikipedia.org/wiki/Belgrade

Il règne cependant une ambiance joyeuse dans cette ville, royaume des spectacles de rue, souvent de grande qualité comme ces danses folkloriques.

Et pas que...

On utilise l'alphabet latin et aussi cyrillique en Serbie qui est de culture orthodoxe

Le long de la Save a été créé un bassin artificiel, rendez-vous des Belgradois pendant les beaux jours. On y pratique toute sorte de sports et l'eau est vraiment un pur bonheur quand il fait chaud.

C'est une ville qu'on peut conseiller pour son ambiance, son côté festif. La population est bien souvent amicale et on n'a aucun problème à communiquer en anglais.

En prenant son temps, on peut visiter les incontournables de la ville en deux jours complets.

Il peut être intéressant de se rendre dans la vieille ville de Zemun située sur rive droite du Danube dans la direction de Novi Beograd. Le quartier bohème aux airs de village de Zemun est connu pour ses cafés, ses bars animés ouverts tard le soir et les restaurants de poissons qui bordent sa promenade en bord de fleuve. Au tel cas il faut ajouter une journée. Le trajet peut s'effectuer en bateau sur le Danube et la Save.

https://www.cruisebelgrade.com/turtle-boat/

Si on dispose de davantage de temps et d'un véhicule, les environs regorgent de vignobles. La viticulture serbe qui produit des vins de cépages locaux, et de mélanges de cépages connaît récemment un renouveau et les produits sont de grande qualité.

3

Au sud de Belgrade, les paysages sont vallonnés, voire montagneux.

Les paysages jaunes de Zlatibor

Il y a quelques stations de ski, dont celle de Kopaonik, la plus vaste.

La pittoresque vallée de la Drina

Le parc naturel de Tara

Monts boisés, lacs et cascades. Il faut s'acquitter d'une modeste somme pour le visiter.

Le pont de Višegrad construit à la fin du XVIe siècle sur la rivière Drina est en réalité situé en Bosnie- Herzégovine tout près de la frontière Serbe depuis le découpage du pays.

Le pont est décrit dans le roman du prix Nobel de littérature Ivo Andric, Le Pont sur la Drina

La région regorge d'innombrables monastères orthodoxes bâtis pour la plupart entre le 13ème et le 15ème siècle.

4

Le pays est administré par deux entités autonomes : la fédération de Bosnie et Herzégovine et la république serbe de Bosnie.

Petite histoire trèèès simplifiée

Les habitants de la Bosnie étaient autrefois appelés «Bosniaques», et depuis le début du XXe siècle, le nom de tous les habitants est «Bosniens». Aujourd'hui on appelle « Bosniaques» les habitants de ce pays qui sont de tradition musulmane. En réalité, les Bosniaques sont des slaves du sud, serbes ou croates, qui se sont convertis à l’Islam pour survivre pendant la conquête ottomane au 16ème siècle. Les autres Bosniens sont restés chrétiens orthodoxes ou catholiques.

A l’époque du communisme yougoslave, il y avait beaucoup d'athées et d'agnostiques parmi les Bosniaques. Même si les religions ont connu un regain de pratique à la suite de la guerre de 1992-1995, Le taux de pratique religieuse reste relativement faible.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bosniaques

• • •

Cette petite parenthèse mise à part, le pays est beau, les habitants sont particulièrement gentils et accueillants. Nous y sommes souvent passés pour rejoindre la Croatie en provenance de Serbie ou vice versa, devant à présent traverser les incontournables frontières...

Après Visograd, on traverse de très beaux paysages, particulièrement dans la région autour de Tjentište. Le village est connu pour les monuments aux morts commémorant la bataille de la Sutjeska en 1943.

Randonnée dans le parc Sutjeska. Il faut s'acquitter d'un droit d'entrée, environ 4 euros par personne. On accède au début de la randonnée par une route non goudronnée, très faisable sans 4X4. Comptez un peu moins d'une heure. L'aller retour jusqu'au lac Trnovacko prend environ 4 heures. De magnifiques couleurs au printemps.


Lorsqu'on quitte Tientiste par la route principale qui mène au sud, les paysages évoquent les estampes de la province du Hunan en Chine...

Ou encore les "highlands" d'écosse lors qu'on se dirige vers l'ouest et qu'on atteint un plateau en direction de Mostar...

A mesure qu'on s'approche la petite ville de Stolac, les paysages deviennent plus verts et plus boisés.

La ville est traversée par la jolie rivière Bregava.

Une bonne idée pour se rafraichir en été est de profiter des chutes de Kravica, situées dans le sud du pays. L'entrée revient à environ 6 euros et on peut s'y baigner. Il peut être judicieux de combiner les chutes après une visite de la ville de Mostar le matin. Vous n'y serez pas seuls !

Mostar

Mostar est située dans le sud de la Bosnie-Herzégovine et traversée par le fleuve Neretva.

Elle est connue pour son emblématique Stari Most (vieux pont), un pont constitué d'une seule arche de 27 m de portée datant de l'époque médiévale. Le 9 novembre 1993, un obus croate abat le « vieux pont » ottoman, symbole de la ville. Celui-ci a été reconstruit à l'identique en 2004 et il reste réputé pour les sauts de plongeon très spectaculaires.

La vallée de la Neretva

La vallée est jalonnée de nombreux restaurants connus pour leur méchouis d'agneau. Un rapport qualité prix souvent imbattable.

Les paysages situés plus à l'ouest, non loin de la frontière Croate et de la petite station de ski Risovac offrent de jolis points de vue...

5
Le lac de Skadar

Crna Gora ou les "montagnes noires" en référence aux forêts sombres qui recouvraient autrefois les Alpes Dinariques. Les montagnes du Monténégro comptent parmi les terrains les plus accidentés d'Europe et elles culminent à environ 2500m. Le pays est très beau malgré l'urbanisation outrancière du littoral. La côte a, dans son ensemble hélas, perdu toute sa splendeur Elle est devenue une succession de buildings sans charme et choque par son côté tape à l'oeil. Budva, qui était autrefois ravissante est maintenant l’image parfaite de l’horreur que le tourisme peut apporter. Quel immense gâchis ! Heureusement que l'arrière pays a été épargné de ce massacre...

Le massif du Durmitor

Le Durmitor est un massif karstique des Alpes dinariques. Son sommet principal, le Bobotov Kuk, culmine à 2 528 mètres d'altitude. Souvent, on loge à Zabljak, un petit village sans grand charme, mais doté de toute la logistique nécessaire pour y organiser son séjour. On y trouve des hébergements à tous les prix

L'hôtel Soa est un des meilleurs de Zabljak et on y mange très bien.

Le Lac Noir est la ballade immanquable de Durmitor. Il est possible de s'y baigner. Il est situé à proximité de Zabljak, non loin du bureau touristique où on s'acquitte des droits d'entrée pour randonner dans le parc.

Un billet d'entrée pour un jour est de 3euros. Il passe à 6 euros pour 3 jours.

Randonnée vers Bobotoc Kuk par le sud

Prendre la petite route au sud-ouest de Zabljak. L'environnement est plutôt désertique. La randonnée entière prend environ 8 heures.

De nombreuses fleurettes...

Randonnée vers Bobotoc Kuk par le nord

Elle est plus longue et le dénivelé est plus important car elle démarre près du Lac Noir situé à 1400m d'altitude. Mais les paysages sont davantage variés et boisés, du moins pendant la 1ère grimpette d'environ une heure.

Le rafting sur la Tara est l’autre grosse activité du Durmitor. Une demi journée revient à 45euros par adulte. C'est une activité très fréquentée l'été, mais l'eau est un peu trop "calme" à mon goût. Ce serait à refaire au printemps avec davantage d'adrénaline...

Il est maintenant possible de traverser la Tara en "zip line" pour 25 euros par personne. Pas encore testé...

Le Canyon de la Tara figure parmi les plus profonds d'Europe. Il est souvent profond de plus de 1000m jusqu'à atteindre 1300m.

En le longeant, on atteint le parc très boisé de Biogradska Gora

Un autre canyon magnifique au Monténégro est celui de la Moraca. Il s'écoule vers le sud. On l'aperçoit aisément le long de la très belle route vers Podgorica.

Le lac Skadar

Rijeka Crnojevica est le point de départ pour faire la petite croisière en barque à moteur jusqu'au lac Skadar. Le tour en bateau coûte 50 euros pour une heure et demi. C'est bien moins onéreux de la faire depuis la petite ville, extrêmement touristique, de Vizpazar. On y trouve toute la logistique nécessaire ainsi que de nombreux hébergements.

Les paysages uniques du lac de Skadar et surtout de ses méandres...

Les méandres de Rijeka Crnojevica

Route vers les Bouches de Kotor

Je ne dispose plus de photos "dignes de ce nom" des paysages côtiers du Monténégro, sans doute parce qu'assez dégoûtée de ce que la côte est devenue: une usine à touriste qui a totalement dénaturé le paysage avec ses nombreuses constructions hideuses empiétant sur le littoral. Le village de Kotor est heureusement encore épargné et la route qui emprunte le haut plateau pour s'y rendre reste superbe.

La minuscule île de Sveti Stefan reste épargnée par ce massacre et conserve son côté touristique luxueux.

6

Une très belle côte qui compte plus d'un millier d'îles. En voici quelques unes du sud au nord de la mer adriatique, ainsi que des chutes d'eau grandioses dans l'arrière pays. Nous nous rendons très régulièrement sur l'île de Brač, un peu moins connue que sa voisine, l'île de Hvar.

Donc ce chapitre sur la Croatie comportera presque exclusivement des photos de villes et autres îles sur lesquelles nous nous sommes rendus, toujours avec notre propre véhicule.

Dubrovnik

Une ville absolument splendide, mais à découvrir en arrière saison tant elle est surpeuplée l'été. Sa visite peut alors s'avérer être un enfer. Impossibilité de se garer ou alors il faut laisser son véhicule dans le parking de l'hôtel ou de son logement s'il en possède un. On peut bien sûr n'y passer qu'une journée, les villes sont relativement petites sur la côte adriatique et peuvent être visitées rapidement, mais alors il est préférable d'y accéder en bus, voire en ferry. De Makarska à Dubrovnik, il faut quand même compter sur 2h30 de trajet en bus...

Stradum, l'artère principale de la vieille ville

L'île de Korcula

On y accède par le ferry depuis la ville d’Orebic (presqu’île de Peljesac) qui vous amènera à Korcula en 20 minutes. Ne pas hésiter à déguster les huîtres de Stone à Peljesac...

Marco Polo serait-il né à Korcula ?

https://www.geo.fr/histoire/legende-croate-marco-polo-est-il-ne-sur-lile-de-korcula-193303

Vers la riviera Makarska

La "magistrale" longe une côte superbe et montagneuse à partir de la frontière bosniaque jusqu' à Makarska. On longe le parc du Biokovo. Le sommet, Sveti Jure, atteint 1762mètres.

Des possibilités de randonnée existent dans ce parc. L'ascension de Sveti Jure peut se faire de Makarska, mais elle est très longue et difficile. Il est préférable d'aller dans le parc en voiture et poursuivre à pied jusqu'au sommet après s'être acquitté des droits d'entrée habituels.

Makarska

L'île de Hvar

Il est possible de s'y rendre en ferry depuis Drvenik au sud de Makarska ou encore depuis Split. Nous n'avons vu qu'une infime partie de l'île puisque nous nous y sommes allés depuis l'île voisine de Brač, à Bol plus précisément. En fait, nous n'avons visité que la vieille ville de Hvar, superbe et quelques petites îles en face.

Les murailles du XIIIe siècle, la forteresse bâtie au sommet d'une colline et la place principale attenante à la cathédrale datant de la Renaissance constituent les éléments emblématiques de la ville portuaire de Hvar.

L'île de Brač

C'est la troisième plus grande île de l'Adriatique. Une autre petite merveille elle aussi, tant par ses splendides paysages côtiers, que par sa végétation et son architecture faite de la "pierre blanche de Brač".

On s'y rend depuis Split et il faut compter une heure de trajet jusqu'à Supetar (saint Pierre), la ville principale de l'île. On peut également la rejoindre depuis Makarska. Dans ce cas, l'arrivée a lieu à Sumartin (saint Martin). Comme à peu près partout, l'île regorge d'appartements et de maisons à louer. Il y a très peu d'hôtels, en revanche.

Arrivée du ferry à Sumartin

Supetar

Supetar

La petite ville portuaire de Milna

Le village de Ložišća et son spectaculaire clocher

Sumartin

Point de vue depuis le sommet de l'ïle, Vidova Gora

Sur les photos à gauche et à droite ci-dessous, on aperçoit la plage de Zlatni Rat près de la ville de Bol. Cette plage est un des clichés de la côte dalmate tant elle paraît attirante de prime abord. En réalité, ce n'est pas une plage de sable, tout comme la plupart des plages du littoral et surtout, elle est surpeuplée et bruyante en haute saison avec des installations touristiques qui dénaturent le lieu. Vous l'aurez compris, je ne la conseille pas. Les tarifs du parking en haute saison sont également particulièrement élevés, surtout depuis le passage à l'euro. Bol est probablement la ville la plus chère de l'île.

Bol

C'est la ville la plus connue de l'île, en grande partie grâce à cette fameuse plage. Le vieux centre est pittoresque et comme à Milna et Supetar il y est bien sûr possible d'y organiser des excursions en bateau.

Le Monastère Pustinja Blaca

Il a été créé en 1551 par deux moines fuyant les forces turques dans la région et est situé dans une falaise escarpée sur les hauteurs de la côte entre Bol et Milna. On peut s'y rendre à partir de la côte (on atteint la côte à pied ou en bateau !) ou alors du parking situé au bout d'une piste de 5 km, atteignable sans 4X4. Il faut compter 45 minutes de marche dans les deux sens. La visite est très intéressante et le guide est obligatoire. Bien sûr, on vous proposera les produits "maison" tels que l'huile d'olive, le miel... mais le tarif de la visite de l'ermitage est vraiment modique, alors...

Le monastère et les grottes
Le sentier

La plage en contrebas...

Un festival de fleurs au printemps sur l'île...

Les calanques à l'ouest de Bol

Depuis bol, on peut s'y rendre à pied ou en vélo mais il faut compter plus de deux heures de marche. Il est possible toutefois d'atteindre le dernier (minuscule) village par une route non bitumée mais il est difficile de s'y garer et je pense que c'est mission impossible en période estivale. Dommage car la première crique n'est plus qu'à 20 minutes de marche du minuscule parking où seulement 2 voitures peuvent se garer !

Les deux premières petites criques sont superbes.

Des vignobles dans les environs...

Quelque part sur l'île, au paradis...

Split

Les vols depuis Paris durent deux heures et de l'aéroport, il est aisé de rejoindre la vieille ville en bus. On peut donc y passer un week-end. L'agglomération de Split est plutôt grande, la périphérie n'est pas des plus attractives, mais le vieux centre ville est une pure beauté. Une fois n'est pas coutume, il se visite rapidement puisqu'il est de taille modeste.

Le palais de Dioclétien, construit par l'empereur romain au IVe siècle constitue le centre de la vieille ville de Split. La ville, vieille de 1700 ans, est un important centre culturel, urbain et touristique. L’empereur romain Dioclétien y a laissé un important héritage.

La cathédrale saint Domnius au centre

Une petite balade d'environ deux heures à faire dans les environs: la grimpette en haut de la colline Marjan. Sa visite offre un panorama exceptionnel sur la ville et la côte. C'est un peu sportif pendant les grandes chaleurs ...

Vers le nord de la côte dalmate

Trogir

Petit joyau situé tout près de l'aéroport de Split. Ce serait dommage d'en faire l'impasse.Tout comme Split, Trogir conserve un patrimoine représentatif de 2000 ans d'architecture méditerranéenne, issu de l'influence des Grecs anciens, des Romains, des Byzantins et Vénitiens. La petite ville compte de nombreux palais, églises, tours, une forteresse insulaire.

Šibenik & Zadar

Šibenik est une jolie cité médiévale située à une heure de Split. Elle est moins visitée que ses voisines mais en vaut la peine car son architecture est bien préservée. Elle peut aisément se visiter lors d'une excursion dans le parc de Krka.

La cathédrale Saint-Jacques, datant du XVe siècle

Zadar

Aussi connue pour les ruines romaines et vénitiennes de sa vieille ville péninsulaire.Elle dispose également d'un aéroport international.La vieille ville de Zadar se trouve sur une presqu’ile, c’est la que sont regroupés les plus beaux monuments de la ville.

Le forum et l'église ronde du IXe siècle Saint-Donat, de style préroman

Une petite particularité de Zadar: l’orgue de mer. Comme un orgue d’église, il est composé de tuyaux, sauf que dans ce cas c’est le va et vient des vagues qui compresse l’air dans ses tuyaux, ainsi c’est la mer elle même qui créée cette musique à tout moment de la journée ou de la nuit.

Paysages côtiers

La côte jusqu'à Zadar est beaucoup moins montagneuse mais offre de jolis coins pour se baigner et lézarder au bord de l'eau. C'est dans cette région que ce trouvent une myriade de petites îles, l'archipel Kornati qui figure toujours dans ma "wish-list"...

Les chutes d'eau de Krka

C'est une excursion qui est réalisable à la journée à partir de Split. Le parc national est situé dans l'arrière pays de Sibenik.

Il y a plusieurs accès au Parc national de Krka. Voici les principales entrées accessibles en voiture. Nous avons testé les deux :

Par l’entrée de Lozovac. Il y a un grand parking gratuit pour vous garer. Soit empruntez un bus gratuit qui vous mène près de chutes soit vous allez à pied par un sentier d’1 km en descente.

Par l’entrée de Skradin. Il faut arriver au village de Skradin, village très pittoresque, d’où partent les bateaux et sentiers vers le Parc national de Krka. Vous pouvez accéder par la route. Il y a aussi un sentier de 3,5 km qui longe la rivière Krka. Le coût du billet d'entrée est bien sûr moins onéreux en basse saison, 16euros par adulte. Sinon, il faut débourser 30euros de juin à septembre. Il y a des réductions pour les enfants et les étudiants.

Le parc se parcourt aisément à pied. Il faut compter deux heures minimum pour faire le tour des chutes.

On dénombre sept chutes disséminées le long du parcours. Les eaux limpides des bassins accueillent une vingtaine d’espèces de poisson, des grenouilles et des reptiles. Du déjà vu...Argh !

Il est possible de se baigner dans le grand bassin méridional durant la haute saison.

Les Chutes d'eau du parc de Plitvice

Impossible de clôturer ce carnet sans évoquer le Parc National de Plitvice, même s'il ne se situe pas sur la côte dalmate. C'est en fait une grande réserve forestière située dans le centre de la Croatie. Le parc est connu pour sa chaîne de 16 lacs en terrasse, liés par des cascades, qui s'étendent dans un canyon calcaire. Il nécessite une journée entière de visite, voire davantage si on souhaite y entreprendre une grande randonnée et sortir du circuit habituel. Mais bon, en une journée, on fait le tour complet des lacs et des cascades et il y a de quoi faire avec les promenades sur les chemins de randonnée qui serpentent tout autour. Il faut donc prévoir de rester deux nuits sur place.

Il est en revanche interdit de se baigner dans les bassins du parc et heureusement...

L'entrée dans le parc pour une journée revient à 40euros par adulte pour une journée (60euros pour 2 jours). Le tarif est moindre pour les enfants (25euros) et les étudiants. Comme pour Krka, ce sont les tarifs pratiqués en haute saison, de juin à septembre. Il est nettement moins cher de s'y rendre à un autre moment.

Comment se rendre au parc ?

Il y a deux entrées pour accéder au parc, l'entrée 1 au nord du parc et qui est à proximité des plus belles chutes, avec l' accès au "waterfall view point". De nombreuses maisons d'hôtes à Plitvica Selo.

Personnellement je conseille l'entrée 2 située plus au sud qui permet de commencer par les sites du sud, moins spectaculaires certes, mais ô combien moins fréquentés. C'est également très beau. On peut gagner du temps en bénéficiant de la traversée en bateau du grand lac principal qui relie les chutes du sud à celle du nord et inversement.

Si on opte pour l'entrée 2, je conseille alors de passer 2 nuits au nord de Jezerce où évidemment on trouve pléthore de maisons d'hôte. La dernière que nous avons fréquentée, House Nenad, bien et à des tarifs très abordables, est située à 1 km de l'entrée 2 du parc, ce qui évite de payer un parking et surtout de trouver de la place en haute saison...

Des images de ce très beau parc...

Le sud de Plivicka Jezera


Le nord de Plivicka Jezera

Paysages du parc en hiver...