Depuis plus de 20 ans, nous voyageons en indépendant autour de notre belle planète et nous avons le plaisir de vous faire partager quelques unes de nos échappées belles ...
A
Nous sommes partis en Ethiopie juste avant la pandémie. Pour optimiser notre parcours, nous avons utilisé une voiture avec chauffeur via une petite agence locale basée à Lalibela.
Février 2021
16 jours
Partager ce carnet de voyage
1


C'est pendant les vacances de février que nous avons réalisé ce voyage. Nous avons pris un vol Lufthansa jusqu’à Addis Ababa. et sommes arrivés à 21heures. Achat des visas sur place sans problème particulier. Nous avions réservé une chambre au "Marcen Addis Hotel" pour une nuit.

Le lendemain nous nous sommes rendus en avion à Lalibela. Les paysages survolés sont impressionnants et le ton est donné: de vastes étendues semi-désertiques de couleur ocre. J'adore...

En 16 jours, il faut bien sûr faire des choix car le pays est vaste. Aussi, nous avons choisi de visiter le nord du pays: Lalibela, Gondar, le parc des Simien Mountains, Aksum et la région du Tigray, Mekele et la dépression du Danakyl au nord-est.

Nous sommes passés par une agence locale établie à Lalibela qui s’est occupée de nous fournir un 4X4 avec un chauffeur. Pas de guide. Nous avions réservé nos nuitées à l'avance et nous nous sommes « débrouillés » sur place pour le reste. L’agence avait aussi prévu un circuit de deux jours dans le Danakyl et un trek d’une journée dans la région de Lalibela. Nous n’avons pas rencontré beaucoup de voyageurs ayant choisi cette option. Beaucoup étaient en groupe et se déplaçaient donc avec le minibus de l’agence. Les autres voyageurs individuels suivaient un programme qu’ils avaient totalement réservé auprès d’une agence et avaient un guide durant toute la durée de leur séjour. A la réflexion, cela est sans aucun doute une bonne option quand on ne veut pas se prendre la tête avec les négociations sans fin concernant les guides sur place, les scouts, les prêtres..... J’y reviendrai...

Mis à part cet inconvénient, le voyage vaut largement le détour. Les paysages sont souvent magnifiques et le patrimoine culturel est bien présent.

région du Tigray 
2

La petite ville est connue pour ses églises uniques, taillées dans la roche, qui datent des XIIe et XIIIe siècles et constituent des sites de pèlerinage pour les chrétiens coptes. Nombre de ces églises sont taillées dans des types de tuf basaltique qui se sont durcis avec le temps. Elles sont ordonnées en 2 groupes, nord et sud et sont reliées par des tunnels et des tranchées, et certaines sont ornées de bas-reliefs et de fresques colorées à l'intérieur.


Nous allons passer 3 nuits au Lalibela Lodge. Très correct. Jolie vue sur la vallée en contrebas. Bon accueil. Grande chambre.




Nous dînerons au "Ben Ababa", tenu par une écossaise, de mémoire. C'est bon et le cadre est superbe

JOUR 1

Un guide vient nous chercher à l'hôtel. Ils sont maintenant obligatoires pour visiter les églises.Il faut compter 800bihr par jour, soit une vingtaine d'euros .. Après avoir déboursé $50 chacun de droit d'entrée (les prix ont bien augmenté depuis), nous partons à la visite des cinq églises de la partie nord: le sanctuaire de la sainte Croix, Bieta Medhane Alem, (Maison du Sauveur du Monde), Bieta Maryam (la maison de Marie), Bieta Debré Sina et Bieta Glogotha.

On peut y voir des fresques sur mortier de chaux, probablement postérieure à la construction de l’église 
• • •

En fin d'après-midi, nous allons voir la plus impressionnante de toutes: Bieta Ghioghis, la célèbre église monolithique dédiée à St Georges. Elle fait partie des églises du groupe sud et est située sur une terrasse de grès rose.

JOUR 2

Le même guide vient nous chercher à l’hôtel pour visiter les églises du groupe sud. Nos billets achetés la veille sont valables aujourd'hui encore. On est dimanche et les services religieux commencent très tôt le matin. C’est à 7h30 que nous commençons la visite des églises. Il y a un nombre incroyable de fidèles drapés de blanc et de tout âge qui viennent se prosterner devant les églises, qui se signent... C’est très impressionnant.

Nous assistons à l’ office. Là aussi, l’atmosphère est très particulière. Les fidèles embrassent les murs, les reliques. Les prêtes font leurs sermons, bénissent les pécheurs avec l’eau bénite....

• • •

L'après-midi, nous allons visiter l’église Yemrehanna Kristos (Le Christ montre la voie). On y accède par un chemin à partir du village de Bilbala. Une fois là haut, le prête vient nous ouvrir et nous découvrons cette jolie église médiévale nichée dans une grande caverne naturelle. Elle est située à 42km au nord-est de Lalibela.

Parlons encore du sujet qui fâche, l'argent: le tarif était de30$ par personne en 2020 pour visiter l'église et il a doublé depuis...

Les paysages traversés sont beaux mais l’excursion est chère. Aux 60$ de visite de l’église pour deux, il faut ajouter 60$ pour la voiture...

JOUR 3

Nous allons faire un petit trek d’une journée sur le plateau au dessus de Lalibela vers le Hudad Lodge. Les paysages sont beaux et il fait un temps magnifique.


Lobélias à gauche


Un peu plus tard dans la journée, notre guide nous conduit chez une famille rurale partager le café local et l'Imjera.




La plus grande de la famille a 14 ans et se rend à l’école à Lalibela. Cinq heures à pied chaque jour...

Ils n'ont rien, hormis une petite hutte où la famille vit avec une vache et son petit...Pas d’électricité.

3

La route de Lalibela à Gondar est paraît-il jolie mais je n’ai malheureusement pas beaucoup profité des paysages car je dormais la plupart du temps, suite à une intoxication alimentaire.

Nuit au "Zobel Lodge". Très correct. Le personnel est très prévenant, les lits confortables et on y dîne assez bien.

Le lendemain nous visitons l’ancienne cité impériale qui regroupe un ensemble d’édifices construits au 16ème siècle, des petits palais principalement. Une partie du site a été détruite lors d’un bombardement pendant la seconde guerre mondiale. Gondar abritait l’état-major des forces armées italiennes.

Bon on a fait la visite un peu en mode express. On n'a pas eu spécialement envie de prendre un guide cette fois-ci...

4

JOUR 1

Après un déjeuner rapide dans une échoppe à Debark, nous devons acheter les permis d'entrée dans le parc. (Ils valaient 400 bihr par jour et par personne en 2020). Nous n'allons pas faire un trek de plusieurs jours, mais des randonnées à la journée, en "étoile" à partir du seul hébergement du parc, le "Simien Lodge". Comme nous y séjournons 3 nuits, nous devons nous acquitter de quatre jours de permis.

Après avoir payé nos droits d'entrée, nous sommes conduits au "bureau des guides" et contraints, de façon très agressive il faut l'avouer, de payer un scout (un garde armé) ainsi qu'un guide. Toutes les personnes du bureau étant elles-même armées jusqu'aux dents, nous ne ferons pas le poids... No comment...

JOUR 2

Aujourd'hui nous observons les nombreuses colonies de Geladas en contrebas du lodge.

Ensuite nous randonnons jusqu’à des chutes situées entre Sankaber et Gich Camp. De magnifiques paysages lorsque nous longeons la ligne des crêtes. En effet, le paysage est superbe lorsqu’on surplombe la vallée.Durée de la randonnée : + ou - 7 heures

C'est très beau et nous parvenons à oublier les désagréments de la veille.

JOUR 3

La voiture nous dépose sur la route principale et nous remontons un faux plat en contrebas d’Imet Gogo avant Inatye. Les premiers Lobelias apparaissent... Le guide imposé nous dit qu’on peut y croiser le loup d’Abyssimie, mais nous n’avons pas cette chance... De là nous marchons vers la ligne des crêtes, puis jusqu’à Chennek. Encore une superbe randonnée d'environ 5 heures. Retour au lodge en voiture.

Une bien belle journée et des paysages extraordinaires. La vue doit être encore plus spectaculaire d'Imet Gogo, mais cette randonnée ne peut s'effectuer qu'avec une nuit en camping.

5



Le 4ème jour nous quittons le parc et déposons le guide et le "scout" à Debark.




La route empruntée pour rejoindre Axum est de toute beauté.

Nuit à "Armah hotel", un établissement récent très correct.

Visite des sites d’Axum avec un guide encore obligatoire. On ne conteste plus et on s’acquitte de la somme de 850 bihr...La visite est assez (trop) rapide. On aurait dû sans doute y consacrer davantage de temps car on y découvre beaucoup de traces de l’origine de la civilisation éthiopienne.

On commence la visite par les grandes stèles et obélisques, certaines datent d’avant J –C, puis les tombeaux souterrains, le tout petit musée, la pierre d’Ezana qui présente une inscription gravée en 3 langues : sabéen, grec et guèze. Le guide nous dit qu’il faut au moins 6 heures pour visiter Axum correctement. Je le crois sans peine.

L'église Sainte Marie de Sion et une manif à l'éthiopienne...
6

JOUR 1

Ce jour-là nous devons nous rendre dans le Gheralta où nous allons séjourner 3 nuits au Korkor Lodge, un endroit absolument merveilleux, à tout point de vue.Nous nous arrêtons à Yeha, une des églises les plus anciennes que nous n’avons pas pu visiter car fermée.

de bien beaux paysages 

Très belle surprise en arrivant dans ce petit paradis que le Korkor Lodge.Incroyablement bien situé, au pied de Maryam et de Daniel Korkor, c’est un lodge très confortable et décoré avec goût. Il est tenu par Luigi Cantamessa, un Italien historien et philosophe et son épouse Françoise. Une mine d’informations sur le Tigray et l’Ethiopie en général. Nous avons appris, entre autre, que les églises du Tigray ne datent pas du 4ème siècle, comme le disent les guides locaux, mais plutôt du Moyen âge, tout comme celles de Lalibela.

JOUR 2

Nous montons à l' église Maryam Korkor. C'est un peu physique, surtout au début, mais la vue est superbe face aux aiguilles de Gueralta. A faire absolument.

Un cadre idyllique
les fresques d'influence byzantines 

Cette église est entièrement taillée dans le roc et ornée de peintures d’influence byzantines. Il faut compter 1h30 pour l'atteindre à partir du lodge.

Dans la foulée, Nous continuons vers Daniel Korkor, une toute petite église dans la roche. Il ne faut pas trop craindre le vertige mais ça se fait très bien...

Un petit air d'Utah ? 
L'intérieur de la petite église 
Des paysages superbes tout au long de ces découvertes 
• • •

Dans l’après-midi, nous visitons l’église Crypte Abune Yemata. C’est sportif dans la mesure où il y a une escalade de quelques dizaines de mètres à effectuer à la fin de la montée. Ceci sans aucune protection. J’ai appris qu’il y avait des cordes posées par des alpinistes de façon à faciliter l’ »ascension ». Or ces cordes n’existent plus et ce n’est pas sans risque. Elles ont été enlevées parce qu’elle abîment la roche, dit-on...

Des locaux s’imposent alors pour aider les touristes à grimper. 100 birh la montée, 100 birh la descente, par personne. Auxquels il faut bien évidemment ajouter les frais d’entrée (300 birh par personne), le guide (750 birh pour le groupe) et le « tip » que vous réclament les prêtres dans ces églises, comme dans toutes les églises, d'ailleurs... Le guide peut être employé à la journée au même tarif, donc on a intérêt à visiter plusieurs églises le même jour, si on a encore la force ...

Mais c'est superbe !

Belles fresques sur les 2 coupoles avec les 8 saints syriens et les apôtres...  
un tombeau à gauche. Il ne faut pas être sujet au vertige, à droite ...

Cette journée aura été notre préférée de ce voyage.

JOUR 3

Nous gardons notre guide de la veille et décidons de nous rendre dans une autre église recommandée par notre hôte. Il s’agit d’ Aboune Gebré Mikaël creusée dans une paroi à 450m au dessus de la plaine..

La montée est assez rude et se fait en plein soleil. Il faut compter environ 1h1/2 de montée.

L’intérieur est surprenant. Les peintures sont bleues et jaunes.

Encore une très belle journée.

JOUR 4

Nous quittons à regret le Korkor Lodge pour nous rendre à Mekele. Selon les conseils de Luigi, nous nous arrêtons en chemin visiter une église située au nord-est du col du Negash faisant partie d’un ensemble d’églises rupestres: Mikaël Melhaizengi taillée dans un rocher. Ici pas de peinture.

Arrivée à Mekele au "Mekele Lodge". Très correct pour le prix.

7

Nous avions réservé une excursion de 2 jours dans la dépression du Danakyl. Uniquement le Dallol. Cette réservation avait été faite au préalable par l’agence de Lalibela auprès de Magma Flows. Ce ne sera plus Magma Flows qui nous conduira dans le Danakyl mais ETT. Toujours est-il qu’ETT ne vient pas non plus.Les choses s’arrangent je ne sais par quel miracle et nous sommes pris en charge par des partenaires d’ETT... Bon...

JOUR 1

Nous sommes quatre dans la voiture mais c'est, en fait, un véritable convoi de 4X4. Au total, nous ne sommes pas loin de trente touristes...Les paysages traversés sont beaux et secs. Nous rentrons en pays Afar, la population est en grande majorité musulmane et semi-nomade.

Continuation vers le camp où nous passerons la nuit. Le programme de cette fin d’après-midi sera consacré au désert de sel qui nous fait un peu penser au salar d’Uyuni en Bolivie.

Nous prenons de nombreuses photos jusqu’au coucher du soleil. Un verre de vin nous est offert, ce qui ravit tout le monde. Lorsque nous regagnons le camp, il fait nuit noire. Le dîner est servi sous forme de buffet et c’est même assez bon. Tout le monde s’inquiète au sujet des commodités... Où aller ? Les toilettes nauséabondes ont été fermées (et c’est heureux !) Il n’y a pas d’autres solution que d’aller sur le terrain vague face aux lits de camp avec la frontale...On dort à la belle étoile. Nuit blanche pour ma part, due au vent qui soufflait fort cette nuit-là.

JOUR 2

Lever aux aurores (5 heures) pour aller visiter un des « must » du voyage, la colline du Dallol avec son extraordinaire activité thermale. J’avais vu des reportages tous aussi magnifiques les uns que les autres et j’étais vraiment impatiente de découvrir cet endroit. Je n’ai pas été déçue, malgré la météo peu favorable de la journée. C’est effectivement superbe. Des paysages dignes d’une autre planète. Cependant, je crains qu’il ne soit détruit dans quelques années avec l’exploitation des gisements de potassium tout autour et les piétinements des visiteurs sur le site. Effectivement ici, point de sentier aménagé comme dans le Yellowstone et en Nouvelle-Zélande. L'Ethiopie n’a pas encore les moyens de s'adapter au tourisme.

Des palettes de couleurs extraordinaires
• • •

C'est sur ces belles images que s'achève ce beau voyage ...

Nous rentrerons en France deux jours plus tard, éblouis par ces très beaux paysages et nous connaîtrons le confinement imposé par nos gouvernements suite à la pandémie...

Ce que nous avons aimé : La région du Tigray, le Korkor Lodge, Les paysages du Simien, la route de Debark à Axum et la randonnée sur le plateau au dessus de Lalibela.

J'ai trouvé les sites du Danakyl impressionnants, malgré le temps peu clément ce jour-là, mais Toma a moins apprécié. Il a été déçu par la taille des sites géothermiques qu'il a trouvé minuscules par rapport à l'impression de grandeur qu'ils offraient sur les divers reportages de cette région.

Ce que nous avons moins aimé: Le harcèlement agressif au bureau des guides de Debark. Il nuira au tourisme à la longue, les tarifs des églises devenus prohibitifs.

Cela dit, on relativise assez vite. Nous sommes évidemment tous très riches pour eux. Beaucoup d’éthiopiens vivent dans le dénuement le plus total.

Il me semble qu'il y a quatre façons d'aborder ce voyage. La première, en mode backpacker, qui consiste à se débrouiller sur place et se déplacer en mode local, lorsque c'est possible. Mais il faut, bien entendu disposer de beaucoup de temps et éviter de visiter les sites payants comme les églises car les tarifs sont vraiment très élevés et il faut obligatoirement employer un guide. Je ne parle pas du pourboire que demandent tous les prêtres des églises...Je me souviens avoir dit à certains d'entre eux: "God sees you !", ce qui les faisait rire d'ailleurs et moi aussi, à vrai dire. Très sincèrement, il serait vraiment dommage de faire l'impasse sur cette partie culturelle du voyage.

La deuxième, en mode "all inclusive" avec voiture particulière, chauffeur et guide avec une bonne agence. Evidemment cette formule est beaucoup plus onéreuse, mais au moins cela évite les embrouilles et reste l'idéal si on peut se le permettre.

La troisième, en mode tour organisé en groupe. Nous avons croisé beaucoup de touristes voyageant ainsi. Je n'ai pas d'avis sur la question n'ayant jamais voyagé ainsi, mais il me semble que les programmes sont assez chronophages.

La quatrième est la formule que nous avons choisie, moitié option 1 et moitié option 2. Nous avions bien une voiture conduite par un chauffeur qui s'occupait simplement à nous mener d'un point A à un point B. Nous avons dû gérer le reste.

Quelle que soit l'option choisie, ce voyage vaut amplement le détour, ne serait-ce que pour sa richesse culturelle que pour ses paysages de toute beauté.

• • •

Ce carnet vous a plu ? N'hésitez pas à vous abonner à mon blog et ou me faire part de vos commentaires si vous le désirez. Ils me seront utiles pour améliorer mes futurs carnets...

Vous pourrez découvrir d'autres récits de nos voyages en cliquant sur ce lien:

https://www.myatlas.com/anneclaire95




.