Carnet de voyage

All In Family

25 étapes
179 commentaires
157 abonnés
Dernière étape postée il y a 1 jour
Bienvenue sur le blog de All In Family
Août 2018
360 jours
Partager ce carnet de voyage
26
26
Publié le 16 novembre 2018

Arrivés en Thaïlande, il faut combler le vide laissé par le départ des grands parents! 😣 Nous décidons de poster un mot sur la communauté Facebook des "tour du mondistes" pour rencontrer des familles francophones présentes à Chiang Mai (Nord de la Thaïlande). L'idée est de permettre à Arthur de jouer un peu dans sa langue et aux parents de boire des bières tranquilles! 😅 Nous avons plusieurs réponses de famille qui visiblement sont dans le cas que nous! Ouf on va se sentir moins seuls! Nous avons choisi un hôtel à Chiang Mai au bord de la rivière proposant toutes sortes d'activités dans un cadre agréable de façon à passer quelques jours de détente : canoë, vélos, pêche, piscine, hamac, jeux de société en tous genres, vidéothèque...parfait pour distraire Arthur! En plus en arrivant nous découvrons qu'une famille de Français est là avec 2 enfants, Yanis et Sitan. Ils vivent en Inde depuis 14 ans et sont ici en vacances pour quelques jours. Arthur accroche tout de suite avec les garçons qui ont 8 et 10 ans...parfait! Le lendemain nous invitons une des familles de la communauté Facebook à passer l'après midi à la piscine. Stéphanie, Berth, Robin, Simon et Émile se joignent donc à nous pour une super aprèm et soirée! Les enfants jouent super bien ensemble et nous sommes tranquilles pour boire des bières et discuter entre adultes! 🍾🍾🍾 Ce moment fait du bien à tout le monde et j'ai l'impression d'être comme à la maison! Le lendemain Cédric m'offre une journée de répit et part avec Arthur et l'autre famille française dans un parc animalier spécialisé dans les insectes et les reptiles 😨. Pendant ce temps je kiffe ma journée à la piscine avec un bouquin et un massage dans l'après midi pour finir en beauté!

Le lendemain c'est glandouille en famille à la piscine puis en fin d'après midi nous retrouvons en ville Julie. Alors là je vous renvoie à mon 1er article expliquant la genèse de notre projet car Julie est la personne chinoise rencontrée à Ko Phi Phi l'an dernier qui nous a donné envie de partir et on peut dire que c'est grâce à elle que nous vivons aujourd'hui cette expérience de dingue. Julie est chinoise d'origine mais a toujours grandi aux US car elle a suivi son père exilé là-bas pour raisons politiques. Elle avait entamé un tour du monde pendant 8 mois quand elle a eu un coup de coeur pour Chaing Mai et a décidé d'y rester. Elle est "digital nomade" comme beaucoup de western venus s'installer ici. Il y en a énormément ici car la vie est bon marché et qu'ils y trouvent l'exotisme tout en étant dans une ville quasi occidentale avec énormément de resto, de bars et toutes les infrastructures. La ville est également le paradis de la bonne bouffe en particulier vegan et des apprentis yogi. Julie est d'ailleurs elle aussi devenue vegan en arrivant ici et s'est mise au yoga. Elle nous propose de l'accompagner lors de ses prochains cours. Apres réflexion nous décidons de prolonger un peu notre séjour, initialement de 3j il passera finalement...a 20 jours! Cette étape devait être seulement un passage entre la Birmanie et le Laos, finalement nous ne verrons pas le Laos mais nous assisterons à la fête des Lumières à Chiang Mai, fête que nous avons loupé l'an dernier quand nous sommes venus ici.

L'un des objectifs de notre voyage était de prendre le temps et de ralentir, mais jusqu'à présent c'était plutôt la course. Nous réalisons avoir atteint un stade où une pause est nécessaire pour pouvoir ensuite repartir sur de bonnes bases. C'est fatiguant de changer de lieux tous les 2-3 jours, faire et defaire les valises, enchaîner les déplacements, changer de repères sans cesse...poser nos affaires au même endroits pendant 3 semaines va nous faire du bien! De plus la facilité d'adaptation d'Arthur nous a fait négliger son rythme et son besoin de stabilité mais depuis la Birmanie où il a été difficile à gérer nous avons pris conscience qu'il avait besoin d'un peu de calme et de faire des choses de son âge. Il est temps de lui consacrer des activités. Le tourisme y étant très (trop) développé, Chiang Mai est le lieu parfait pour les activités en famille.

Nous partons donc dans la montagne passer une journée avec les éléphants dans un des centres qui les a récupéré au moment de l'interdiction de les utiliser dans l'exploitation forestière. Nous passons là journée à les nourrir, les suivre dans la forêt pour les voir évoluer chez eux puis à se baigner avec eux. Bon c'est un peu l'attraction à touriste mais ayant choisi un des plus respectueux des animaux, un des plus chers et un des plus loin nous sommes complètement seuls. Arthur est toralement paniqué au début, il faut dire que pour sa taille les bêtes de 3 tonnes sont impressionnantes. Il s'acclimate petit a petit et finit par être à l'aise dans l'après midi, nous permettant une bonne rigolade dans la boue. Nous passons plusieurs jours entre cours de yoga, massages, piscine, vélo, cours de gym, bonne gastronomie, marchés et parc d'attraction aquatique avec une nouvelle famille de français arrivée à notre hôtel. Emmanuelle, Antoine, Maxime, Manon et Lilou sont également en tour du monde. Arthur est tombé tout de suite sous le charme de Lilou, adorable et espiègle petite blondinette de 5 ans!

25
25
Publié le 6 novembre 2018

Arrivés à Mandalay sous une pluie battante, nous nous reposons tranquillement à l'hôtel avant d'aller au restaurant. Notre hôtel est un peu éloigné du centre ville et sans charme. Nous trouvons un restaurant pas très loin proposant les spécialités du coin, nous prenons un assortiment pour pouvoir goûter à tout : salade de feuille de thé, salade de haricots, soupes diverses, currys...super soirée! Pendant la nuit Arthur déclenche une otite du baigneur qui lui provoque une douleur aiguë, il hurle toute la nuit jusqu'à ce qu'on décide de partir aux urgences vers 5h du matin. La réception nous conseille un hôpital et nous appelle un taxi. Nous sommes un peu sceptiques en arrivant quand nous comprenons que les nourrissons juste nés sortis de la maternité dorment parterre sous un toit de tôle sur le parking devant l'entrée de l'hôpital 😣. Bon on se dit qu'on tente le coup et qu'on verra de quoi a l'air le médecin et qu'on vérifiera bien le traitement donné. Finalement nous sommes reçus immédiatement, le médecin parle anglais, osculte Arthur, confirme l'otite et prescrit des gouttes antibiotiques qui semblent être adaptées. Nous ne payons rien car nous apprenons que les hôpitaux publics sont entièrement gratuits! Le traitement fait vite effet et Arthur peut finir sa nuit à l'hôtel. Quelques heures plus tard nous partons pour visiter Mandalay. Nous allons d'abord visiter une fabrique de feuilles d'or. Trois hommes tapent avec des maillets les feuilles d'or pour les aplatir. Il faut taper pendant 5h pour faire une feuille d'heure qui servira ensuite à dorer des objets ou un des nombreux Bouddha du pays. Nous allons ensuite voir un atelier d'objets en bois sculptés. Le travail de sculpture sur bois est impressionnant de précision. Des hommes assis par terre scupltent à la main des dizaines de personnages sur des meubles, des portes et autres. Nous visitons ensuite encore des temples puis montons au sommet d'une colline pour admirer la vue et le coucher de soleil Dîner à l'hôtel pour qu'arthur se couche tôt et puisse récupérer. Le lendemain nous partons à l'extérieur de la ville pour les villes royales. Sur le trajet nous nous arrêtons dans une fabrique artisanale de tissage de coton et de soie. Là encore le travail et la minutie des jeunes filles sont incroyables. Nous rejoignons ensuite Amaprapura ancienne ville royale et y visiter 2 temples sur une colline nous donnant une jolie vue sur l'Irrawady. Puis direction Ava de l'autre côté de la rive, également ville royale, que l'on visite uniquement en calèche. Même si c'est un peu le piège pour les touristes, ça donne du charme à la visite et Arthur est heureux de conduire la calèche. Nous parcourons donc une belle campagne pour aller de temple en temple au milieu des rizières. Certains sont en ruine et recouvert de végétation, ce qui leur donne énormément de charme. Au retour nous nous arrêtons à la tombée de la nuit sur le pont U Bein, pont en teck long de 1.2 km traversant un lac. Il fait bon s'y promener parmi les amoureux et les familles, même si nous avons raté de quelques minutes le coucher du soleil, l'ambiance est bucolique.


Le lendemain nous partons pour le lac Inle. Nous rejoignons notre superbe hôtel sur les bords du lac, il se situe dans un parc verdoyant absolument magnifique, la végétation entremêlée avec les petites étendues d'eau rendent le cadre enchanteur. Une fois n'est pas coutume la pluie nous tombe dessus pour notre premier après midi alors que nous visitons la ville principale voisine. Nous rentrons précipitamment en tuk tuk a l'hotel sous une pluie diluvienne. Nous avons quand même pu rencontrer notre boat driver qui nous servira de guide pour les 2j suivants. Il nous emmène donc pendant 2 jours sur le lac découvrir l'artisanat, les pêcheurs, les temples, les monastères, marché flottant, villages flottants, potager flottants... Le lac est situé dans l'état principalement habité par le peuple Shan, qui vit sur la terre ferme. Le lac a été peuplé principalement par les Intha qui ont fuit les guerres avec la Thaïlande au sud du pays et se sont réfugiés ici. Les Shan leur ont donc accordé la place dont il n'avaient pas besoin, à savoir le lac et les rives inondées! Intha signifie d'ailleurs "peuple du lac". Ils ont donc appris a vivre, à cultiver et se déplacer sur l'eau. Ils ont donc construit des villages entiers sur pilotis et des champs de cultures flottantes, principalement de la tomate. Ils ont développé une technique de pêche très particulière où ils utilisent leur pied pour ramer et ainsi garder leurs deux mains libres pour poser le filet ou la nasse. Ils ramassent aussi une algue présente au fond du lac utilisée comme fertilisant. Il y a toutes sortes d'artisanat comme la fabrication de fil à base de lotus, tissage, le travail de l'argent et de l'or , la fabrication d'ombrelles en papier...on passe donc d'atelier en atelier pour découvrir tout cela. Ces deux jours ont été aussi l'occasion de découvrir la population Shan que l'on remarque à la beauté et à la coquetterie des femmes parées de leurs coiffes colorées et de bijoux en or. Nous avons eu la chance de tomber sur une cérémonie religieuse lors d'une visite de temple pour l'accueil de dizaines de moinillons, entourés de leurs familles venues jouer de la musique, défiler avec des lampions, danser... Nous avons aussi croisé des femmes de l'ethnie des Karen, aussi appelés femmes Girafe ou encore femme éléphant. Elles portent depuis leur plus jeune age de nombreux anneaux en métal autour du cou et des mollets. Le premier anneau est posé à l'âge de 5 ans, elles peuvent en avoir jusqu'à 25 et l'ensemble peut peser jusqu'à 10 kg. Le poids compresse ainsi leurs épaules et leurs clavicules, plutôt que d’étirer leur cou, comme on pourrait le penser. Nous avons posé quelques questions sur les raisons de cette mutilation. Il y a deux versions, l'une dit que ce serait pour les protéger des attaques de tigre (trop aimable! 🤔) et l'autre que ce serait en l'honneur de la mère de cette ethnie qui serait un dragon au long cou (Re 🤔!) On nous répond aussi qu'elles ne sont plus obligées par leurs familles et qu'elles choisissent de porter ce collier...nous sommes un peu sceptiques ! Ce magnifique séjour prend fin il est temps de rentrer à Rangoun. Nous passons notre dernière journée au bord du lac de Rangoun et le soir au restaurant Arthur tombe sous le charme d'une petite fille, Thea, née un jour après lui. Ils jouent toute la soirée et nous sommes invités chez les parents le lendemain pour le brunch. Nous constatons qu'Arthur a besoin de pouvoir passer du temps avec des enfants de son âge. La semaine qui vient de s'écouler à été compliquée avec lui, il semble avoir besoin de marquer son indépendance par rapport à nous. C'est déjà la fin du périple avec mes parents 😣 Nous les quittons le coeur lourd mais la tête pleine de jolis souvenirs. Ils essaierons sûrement de de revenir vers Pâques et j'espère que ça pourra se goupiller.

Nous partons pour la Thaïlande avec l'espoir de trouver des familles avec qui nous pourrions partager un moment pour qu' Arthur puisse se défouler.

24
24
Publié le 31 octobre 2018

Retour à Yangon après une petite nuit dans le bus. A midi nous rejoignons Thibault et Din, des amis de Charlie Beirnard (cousin de Cédric). Thibault est Français et Din est Birmane, ils se sont rencontrés en Thaïlande il y a quelques années lorsqu'ils travaillaient en ONG. Après avoir habité en France 6 ans, ils viennent de s'installer à Yangon depuis 8 mois et sont en train de lancer le "Le bon coin" Birman. Nous les retrouvons au bord d'un petit lac en plein centre de Yangon pour le déjeuner. Nous passons un très bon moment à discuter de leur vie ici, la situation en Birmanie, la politique...encore une très belle rencontre!

Il est 16h c'est l'heure de rentrer à l'hôtel pour retrouver mes parents 😁 Arthur crie hip hip hourra sur le trajet! Les retrouvailles sont chaleureuses, Arthur et mamie se courent dans les bras dans l'allée de l'hôtel et tout le monde est joyeux! La soirée se poursuit dans un grand restaurant français de Yangon! Bon on a un peu mis de côté le tourisme responsable pendant quelques jours finalement 🙄. On craque un peu après 2 mois de riz et pâtes sautées on s'octroie quelques petits plaisirs! 😋 Nous passons 2 jours à visiter Yangon sous des résidus de mousson, il pleut pratiquement tout le temps. Nous avons une appréciation un peu mitigée de la ville. La ville est très pauvre et délabrée. Le quartier colonial est intéressant malgré la décrépitude des bâtiments visiblement laissés à l'abandon volontairement par rejet de l'époque coloniale britannique. Certains bâtiments sont même complètement envahis par une végétation tropicale. Heureusement nous finissons en beauté cette escale par la visite de la grande pagode Shwedagon, sous la lumière orangée du crépuscule. Nous avons la chance d'assister à la fête des Lumières en l'honneur du retour de Bouddha sur terre. Cette fête est l'occasion de remercier les aînés. Les pèlerins affluent à la pagode et dans les multiples temples autour pour prier, faire des offrandes à Bouddha et allumer une bougie. Nous assistons à une procession, constituée de personnes en tenues traditionnelles, drapeaux aux couleurs de l'aura de Bouddha et toutes sortes de lampions et lanternes. Nous passons un joli moment à allumer des dizaines de bougies avec les birmans au pied du stupa dore. Ils sont heureux de nous faire participer à leur fête.


Le lendemain nous prenons l'avion pour Bagan, site archéologique gigantesque dans une plaine sur les rives de l'Irrawady. Du IXe siècle au XIIIe siècle, Bagan a été la capitale du premier empire birman. Ce site comporte près de 3000 temples dans différents états de conservation. Le site a subi de nombreuses dégradations a cause de multiples tremblements de terre dont un très destructeur en 1975 et la renovation/ conservation est vraiment hasardeuse. Nous logeons dans un superbe hôtel avec piscine, ce qui nous permet de profiter d'un peu de calme dans nos journées chaudes de visite. Nous passons 3 jours entre détente à la piscine et visites de multiples temples. Ils sont sublimes et chargés d'histoire. Certains très sophistiqués dans leur parures dorées et d'autres beaucoup plus sobres juste en brique, ayant perdu leur stuc. Même si vous êtes nombreux à savoir que j'aime ce qui brille 😅 ici j'ai été plus touchée par la sobriété...et oui tout arrive 😂!!! Il y a beaucoup de touristes birmans venus pendant leurs vacances scolaires pour la fête des lumières. Notre hôtel possède un parc magnifique et même un petit temple, nous assistons le 1er soir depuis le parc à des feux d'artifices et lancés de lanternes chinoises et décidons d'en acheter nous aussi pour le lendemain. Cédric fait donc la ville en long, en large et en travers pour dégoter à Arthur des lanternes volantes en forme de chouette et de colombe et feux d'artifices que nous lancerons depuis le parc et depuis un bateau sur l'Irrawady au coucher du soleil 😎 Le spectacle est féerique et il n'y a pas qu'Arthur qui s'en réjouit!

C'est une belle étape qui prend fin et il est difficile de quitter notre hôtel si agréable mais d'autres découvertes nous attendent... direction Mandalay!

23
23
Publié le 26 octobre 2018

Nous continuons notre périple plus au sud en passant une journée à Mawlamyine. Nous rejoignons cette ville en 3h de bateau sur le fleuve. Nous consacrons notre matinée a la visite du plus grand Bouddha couché au monde. Il fait 180m de long, il est monumental, recouvert de carrelage et à la pédicure parfaite 😅. Nous pouvons même rentrer à l'intérieur. L'intérieur est une sorte de chantier sombre et glauque, le béton est brut, les travaux sont encore apparents. Nous deambulons dans les salles et couloirs des 3 étages a la découverte des scènes de la vie de Bouddha représentées par des statues parfois même pas encore peintes. A l'intérieur de Bouddha un groupe d'enfants nous tourne autour, nous décidons donc avec Arthur de se cacher pour leur faire peur à l'encablure d'une porte. Ils hurlent de peur puis finissent par éclater de rire...ils ne tardent pas à prendre leur vengeance! A la fin de la visite, ils nous invitent à faire des glissades avec eux sur des bouts de tole glissantes posés sur le canal devant Bouddha. Ils sont impressionnants d'équilibre et d'adresse! Ils glissent debouts en faisant des figures, seuls ou à plusieurs. Nous les suivons timidement et glissons assis. Le moment est très agréable! Nous attirons les regards de dizaines de badots qui n'ont sûrement jamais vu de touristes se prêter à ce jeu. Ensuite nous passons l'après midi à visiter deux temples du centre ville depuis lesquels la vue sur le fleuve et la ville est très belle. Le lendemain nous partons encore au sud pour la péninsule de Dawei. Nous passons là 3j à profiter des plages complètement désertes de cette péninsule sauvage et magnifique. Chaque jour nous partons en scooter sur les routes chaotiques et allons de plage en plage nous baigner et decouvrir les petits temples au bord de l'eau.

22
22
Publié le 21 octobre 2018

Notre première étape au Myanmar est Kinpun, à 3h à l'est de Rangoun pour visiter le Rocher d'or, haut lieu de pèlerinage des bouddhistes birmans. C est un rocher de 6m de haut qui tient en équilibre posé sur un autre rocher à 1200m d altitude. La légende dit que c'est un cheveu de Bouddha qui le fait tenir. Il est recouvert de feuilles d'or et d' un stupa. Les stupa sont des éléments architecturaux representant Bouddha ou commémorant sa mort. Pour monter au rocher d'or nous prenons comme tout le monde un camion aménagé en bus dans lequel nous sommes entassés comme des sardines et qui roulent à toute allure sur la route de montagne pendant 45 minutes. On se croirait dans les montagnes russes et tout le monde crie à chaque virage. Rien que ça ca vaut le coup! Les pèlerins affluent près du Rocher pour venir prier et coller quelques feuilles d'or. Enfin uniquement des hommes puisque les femmes n'ont pas le droit d'approcher le rocher de très près. Je dois donc rester derrière des barrières un peu plus loin et regarder Arthur et Cédric coller leurs feuilles. Je suis surprise de découvrir qu'outre les valeurs d'amour, de tolérance...etc le Bouddhisme comporte également certaines règles qui restreignent les libertés des femmes dans la pratique religieuse et dans leur vie quotidienne. Le Bouddhisme Theravada (pratiqué entre autre en Birmanie) accorde aux hommes une supériorité expliquée par une qualité dont les femmes seraient privées, le "phon" traduit par "gloire" : qui se définit comme leur droiture, leur honnêteté et leur capacité à contrôler leurs désirs 🤔😂 Les femmes, "considérées comme des êtres vils car ancrées dans la chair", doivent protéger le phon de leurs maris, de leurs fils ou de leurs pères. Pour cela les restrictions sont multiples : une femme ne doit jamais laver ses sous-vêtements en la présence d un homme, une épouse doit veiller à ne jamais se placer physiquement au-dessus de son mari ou l’humilier publiquement, les femmes doivent être modestes et respecter l’autorité et le pouvoir des hommes. 🙄 Les femmes sont également placées sous les hommes dans la hiérarchie de la réincarnation. Pour atteindre le nirvana les hommes doivent devenir moines alors que pour atteindre le nirvana les femmes devront d'abord passer par la case "homme". Bref je suis restée derrière la barrière avec les autres êtres vils puis nous avons fait une jolie balade au sommet de la colline pour profitrr de la vue aux alentours. Retour à l'hotel en camion avec Arthur pendant que Ced se fait les 3h de retour à pieds pour voir la campagne Birmane.


Le jour suivant nous prenons un bus pour Hpa An, petite ville au bord du fleuve Salouen qui se jette plus au sud en mer d'Andaman. Hpa An se trouve au milieu des rizières et des formations karstiques. Nous passons ici deux jours à arpenter la campagne pour découvrir les temples logés dans des grottes ou sur des pitons rocheux. Nous faisons pres de 200km en 2 jours avec des passages assez mémorables sur des chemins en terre rouge ocre ou sur des ponts étroits. Les temples sont tous plus kitchs les uns que les autres mais dans des cadres enchanteurs. L'un des temples datant du 7e siècle après JC se démarque des autres par la présence de mini statuettes de Bouddha par milliers sculptées directement dans la roche et formant des dessins. Il y a souvent des piscines naturelles ou se baigner proches des grottes et tant mieux car la chaleur est accablante. L'un des temples est même bordé d'une source d'au chaude aménagé en piscine, enfin seulement pour les hommes! Alors que je m'apprêtais à rentrer un homme me montre un vulgaire bassin boueux en retrait et me fait comprendre que pour les femmes c est là-bas...😤 hors de question que je me baigne près des poubelles! J ai les boules de voir Arthur et Cédric s'éclater dans l eau chaude! 😞 Nous finissons notre journée (comme la veille d'ailleurs ) au night market où des dizaines de marchands ambulants proposent des mets délicieux préparés sous nos yeux. On se régale!

Les paysages autour de Hpa An sont vraiment magiques et l'ambiance si apaisante. Nous nous perdons volontairement dans les rizières pour aller à la rencontre des pêcheurs et des planteurs de riz. Nous entrons dans une exploitation d'Hevea pour voir la récolte et la fabrication du caoutchouc. Nous tombons aussi sur une petite fabrique de tissage dont les gérants sont heureux d'offrir à Arthur un sac tissé. Nous finissons en beauté notre 2e journée à Hpa An par l'ascension du mont Zwegabin au sommet duquel se trouve un monastère. On nous dit qu'il faut 2 ou 3h pour monter, considérant que nous avons Arthur nous tablons plutôt sur 3h. Souhaitant y être avant le couché de soleil nous partons à 14h. Il fait pas loin de 40 degrés à l'ombre mais nous entamons les 700m de dénivelé dans la bonne humeur. Nous mettons finalement 1h50 pour arriver au sommet. Cedric a porté Arthur sur ses épaules tout le long. La haut la vue est à couper le souffle sur le fleuve, la plaine, les lacs, les rizières et les formations karstiques. Nous faisons le tour du monastère, discutons avec quelques jeunes moines qui nous préparent un délicieux dîner avec des aubergines confites, puis nous assistons au superbe couché de soleil. La descente de nuit à la frontale dans la forêt et les marches très abruptes avec Arthur sur les épaules est un peu périlleuse mais nous sommes tres heureux de notre expérience. Arthur a encore été adorable aujourd'hui. Après une période à la fin de Florès un peu difficile avec lui, sûrement parce qu'il sentait mon angoisse, il est redevenu charmant, obéissant, attentionné et tendre... un vrai plaisir!


21
21
Publié le 16 octobre 2018

Nous arrivons donc au Myanmar avec 12j d'avance par rapport à notre programme. Mes parents viennent nous rejoindre à partir du 21 octobre pour 15j. Nous avons donc 12j pour faire un petit tour avant de les retrouver à Rangoun 😀. Nous décidons de nous octroyer un petit repos à Rangoun puis de partir vers le Sud Est près de la frontière avec la Thaïlande . Nous prenons un hôtel dans un quartier tranquille de Rangoun, loin de tout mais avec une piscine! L'objectif étant de se REPOSER! Les 3 semaines à Florès ont été crevantes car Arthur se lève à 6h tous les matins 😣( et oui on est revenu malheureusement sur un rythme un peu trop matinal), car les conditions de voyage à Flores étaient très sommaires et qu'avec mon stress j'ai mal dormi. Nous avons tous besoin d'un peu de confort et de calme. Nous passons donc 2j et demi à la piscine à glander 😊 Dès la première matinée dans la piscine Arthur veut aller sans ses brassards au petit bassin et là..surprise! Il sait nager!!!! Je ne vous cache pas la fierté des parents 😍 Petit clin d'oeil à tata Kronembourg qui sait à quel point je suis fan de mon fils 😉 les journées à la piscine seront donc un plaisir pour Arthur qui découvre les joies du crawl, brasse coulée, sauts...il veut rapidement aller dans le grand bassin et descendre même toucher le fond avec ses mains. Un vrai poisson! A nous les nuits sur des bateaux et sans lacet 😂 Nous occupons nos journées à batifoler dans l'eau, à lire et à regarder un groupe de birmans de la jeunesse dorée venir picoler au bord de la piscine. Ils enchaînent pendant 2j les bouteilles de wisky à une vitesse hallucinante, les garçons forcent les filles à boire en leur versant le whisky directement au fond de la gorge. Ils répondent à peine à nos bonjours et sifflent le personnel comme on appelle des chiens. Premier contact avec les birmans pas très concluant! 🤔

😍😍😍

Nous profitons de ce temps pour lire sur le Myanmar, l'histoire, le Bouddhisme, le radicalisme religieux, la crise des Rohingya, la position du gouvernement, l'influence militaire toujours très forte... Cedric essaie d'ailleurs d'aborder la question des Rohingya dans la piscine avec un birman qui lui laisse entendre qu il est delicat d exprimer ouvertement une position différente de celle du gouvernement et que les birmans, dans leur majorite, sont d'accord avec la position du gouvernement qui ne les reconnaît pas comme Birmans. Il précise que c'est un peu comme en Europe avec la question des immigrés clandestins. La différence c'est que les Rohingya sont là depuis des décennies, le gouvernement dit que leur arrivée remonte à la décision de l'empire britannique d'installer des Bengalis dans le nord du pays à la fin du 19e mais d'autres sources disent qu'ils sont autochtones de cette région. Quoi qu'il en soit cette minorité est exterminée pour sa religion. La situation est catastrophique, les membres de l’ethnie sont privés de nationalité et victimes de violences et de restrictions de leurs libertés. Ils seraient plus de 700 000 a s'être réfugiés au Bengladesh pour fuir les persécutions, ce qui en fait une des communautés les plus persécutées au monde (ONU). En février, l’ONU qualifiait une répression « généralisée et systématique » ayant abouti à un « nettoyage ethnique » et a fait état de meurtres de masse, de viols et « probablement » de crimes contre l’humanité dans une « politique de terreur calculée » contre cette minorité. La dame de Rangoun, Aung San Suu Kyi , prix Nobel de la paix en 1991 pour son combat pour la démocratie, à une position aujourd'hui très décevante à ce sujet. Elle a été longtemps muette malgré les appels de la communauté internationale et aujourd'hui elle fait des déclarations très controversées. Apparement le jeu de pouvoir entre la junte birmane, les bouddhistes radicaux, le gouvernement et quelques riches civils influants est très complexe. Le champ d’action d'Aung San Qui Kyi est en fait limité par la Constitution, qui donne à l’armée le contrôle de trois ministères clés en matière de sécurité : les ministères de la Défense, des Frontières et des Affaires intérieures. Sergio Pinheiro, l'ancien rapporteur spécial du Conseil des droits de l'Homme pour la Birmanie dit très clairement : « Si vous croyez aux lutins, aux elfes et aux trolls, alors vous pouvez croire qu'il y a un processus de démocratisation en cours en Birmanie. » En fait depuis que La Ligue Nationale pour la démocratie (parti d' Aung San Suu Kyi) a remporté les élections en 2015, les droits humains ne sont pas améliorés. Le Bouddhisme radical a pris de l'essor avec a sa tête le moine Ashin Wirathu qui prêche ouvertement la haine envers les musulmans : "Comme les poissons-chats en Afrique, ils se reproduisent très vite et se mangent entre eux." Le bouddhisme ? "Une armée dont naissent des combattants. Il doit agir comme un rempart contre l'islam." a t il répondu à une journaliste de Géo. Aujourd hui 1/5e de la population adhère à ce discours haineux. (Très bon article et reportages d'ailleurs https://www.google.com/amp/s/www.geo.fr/voyage/birmanie-quand-le-bouddhisme-preche-la-haine-ashin-wirathu-venerable-w-barbet-schroeder-birmanie-rohingya-175024%3famp ). Les conflits armés s'amplifient dans certaines régions du pays. Le gouvernement a durci les conditions d'accès aux aides humanitaires et la liberté d'expression reste encore largement entravée.

L'espoir que l'élection de 2015 avait fait naître est finalement aujourd'hui presque anéanti. De nombreux touristes boycottent la visite du Myanmar, refusant ainsi de financer le gouvernement. Pour notre part nous essaierons autant que possible d'être des touristes responsables en allant dans des auberges et petits hôtels (non gouvernementaux), en diversifiant nos prestataires, en passant directement par des prestataires indépendants et non pas des agences...mais malheureusement nous ne pourrons pas éviter de donner de l'argent au gouvernement. Bon, il faut relativiser en se disant qu'aujourd'hui on irait nulle part si on boycottait tous les pays dont on est pas d'accord avec le gouvernement. 🤨

20
20
Publié le 14 octobre 2018

Arrivée à Riung où on nous a conseillé des huttes chez l'habitant sur la plage dans un coin reculé et idyllique, situé à 18km de la ville. De là nous pourrons faire une journée en bateau dans les 17 îles qui lui font face. Nous arrivons chez Philippe qui a créé un petit paradis appelé Eco Eden. Philippe a une forte sensibilité environnementale et à pensé ce lieu pour avoir le moins d'impact possible. Il vit pieds nus et nous explique que chez lui nous devons nous relaxer! C'est effectivement le lieu idéal pour cela. Le problème est que malheureusement je suis extrêmement stressée par le tsunami qui a eu lieu la veille aux Célèbes et par les 2 tremblements de terre à moins de 200km de nous en 2j. J'ai du mal à me détendre et à profiter pleinement de la beauté des lieux. Ma première nuit chez Philippe est catastrophique je passe la nuit à écouter les vagues pour surveiller le tsunami 😣 Nous décidons donc d'ecourter notre séjour et de remonter en altitude rapidement. Nous faisons quand même la journée en bateau pour aller d'île en île. Il y a 17 petites îles, toutes sauvages, bordées de plages de sable blanc et d'eaux cristallines. Vers 12h nous croisons en mer un pêcheur qui a fait une pêche miraculeuse, un thon d'une quinzaine de kilos. Philippe l'achète et nous le fait griller sur la plage. C'est un festin! Dans l'après midi nous passons en bateau près d'une zone de mangrove où logent des milliers de chauves souris géantes. Elles font environ 1m d'envergure. Nous arrivons à l'heure où elles prennent leur envol pour aller se nourrir. L'envol est impressionnant. La journée se finit par un coucher de soleil et encore un barbecue de poisson chez Philippe. Le jour d'après nous partons pour remonter en altitude et ainsi se mettre à l'abri du risque de tsunamis.

5h de route après nous sommes à Moni, petit village d'altitude point de départ pour les excursions au Volcan Kelimutu. Le lendemain nous montons au volcan en scooter sur une route aujourd'hui très chaotique mais complètement en rénovation. Nous voyons que l'île commence à investir dans les infrastructures lui permettant d'accueillir des touristes. En effet l'île veut devenir la prochaine destination touristique et espère concurrencer Bali. Nous apprenons que Bali, Lombok et Florès sont en concurrence, à tel point que Lombok aurait envoyé dans le parc national de Komodo un bateau contenant plusieurs centaines de chiens enragés afin de faire fuire les touristes. Arrivés au bout de la route nous faisons la balade autour des 3 cratères formant des lacs. Un lac plutôt noir et deux lacs acides bleus turquoises. Les deux lacs acides changent de couleur en fonction de leur composition chimique. Il paraît que parfois l'un est même carrément rouge. Le spectacle est époustouflant. Nous sommes complètement seuls, nous passons un très long moment à contempler. En descendant nous nous arrêtons au milieu des rizières dans une source d'eau chaude pour se baigner en même temps qu'une famille qui vient faire sa lessive 😅

En rentrant à l'hôtel nous réussissons enfin à avoir une petite connexion Internet et à nous mettre d'accord sur l'achat de billets pour quitter l'Indonésie. Nous raccourcissons donc notre séjour de 15j à cause des risques de tremblement et tsunamis. Il y en a tous les jours en Indonésie et le village juste en dessous de Moni sur la plage a été évacué le matin même car la marée basse était tellement loin que tout le monde a cru au recul de la mer avant un tsunami. Tout le monde parle du tsunami et tous les habitants ont une histoire flippante à raconter. Je ne souhaite pas passer encore 15j avec la boule au ventre. Cédric lui serait bien resté plus longtemps et a du mal à accepter de ne pas profiter encore de cette île incroyable mais il accepte mon choix pour ma tranquillité. Nous aurons donc un vol 2j après pour la Birmanie avec une escale à Bali. Nous devons donc nous diriger vers Maumere pour prendre notre vol.

Pour notre avant dernier trajet nous prenons enfin le fameu Bemo. Super experience pour Arthur de voyager avec une poule et un cochon 😂 Sur la route nous nous arrêtons un jour et une nuit à Koka Beach, très belle plage de sable blanc. Nous dormons chez Ricky Cowboy (contact donné par Philippe notre hôte à Riung) à 3km de la plage sur les hauteurs. Ricky est un ancien espion de l'armée indonésienne reconverti en fermier qui a construit 2 huttes chez lui au milieu de plants de cacao. Il dit qu'il était en danger au sein de l'armée, bon comme il dit aussi qu'il a vu 7 fois des aliens on ne sait pas trop 😂👽 Quoi qu'il en soit il est très gentil, nous accueille à bras ouvert, nous fait visiter sa ferme, fabrique pour Arthur un cheval et un fusil en bananier, nois confectionne des colliers en coquillage et nous prépare des petits gâteaux à la noix de coco. Il vit seul dans une cabane de 2m2, cuisine et salle de bain en plein air. Chez lui quasi tout est naturel, poubelle tressée en palme, pot de fleur en noix de coco... Le séjour est très agréable, nous passons une super soirée à manger de la noix de coco du jardin et bananes grillées au feu de bois. Arthur et lui forment un super groupe de cow boy et jouent ukulélé et armonica au coin du feu. Le lendemain nous allons à Maumere prendre notre vol pour Bali, où nous passons 24h avant de quitter l'Indonésie. La petite escale à Bali fait du bien à tout le monde. Arthur est hilare dans les vagues sur son body board et Ced et moi surfons quelques vagues. On en profite pour manger un petit burger au passage! Et oui on ne se refait pas! Il faut dire que Florès a beaucoup de qualités mais pas la bonne bouffe malheureusement. Nous sautons donc sur le premier plat qui nous change du riz ou des nouilles.

19
19
Publié le 11 octobre 2018

Nous partons pour 4h de route vers Bajawa, la route est pire que tout et le médicament donné à Arthur ne fait pas effet tout de suite, il souffre à chaque virage. Les arrêts sont donc très fréquents et nous finissons par atteindre laborieusement notre destination en début d'après midi.

Bajawa est une toute petite ville, plus mignonne que Ruteng, même si honnêtement ces nouvelles villes n' ont aucun charme. Mais la montagne est magnifique et Bajawa est au pied du volcan Inerie et en s'enfoncant un peu dans la montagne on peut visiter des villages traditionnels.

Nous louons un scooter et partons découvrir la montagne alentour. Nous nous perdons complètement dans des tout petits chemins entre les plantations de café. La végétation est superbe et variée entre bambous géants, mimosas, palmiers, bananiers, cafeiers, bougainvilliers, hibiscus...et diverses fleurs, on comprend pourquoi les portugais ont appelé cette île Florès.

En marchant entre les plantations nous faisons une belle rencontre, celle d'un couple de fermier qui finit sa journée de cueillette. La femme porte sur sa tête un panier rempli de fruits de la passion et l'homme porte sur le dos des espèces de racine dont on ne connaît pas le nom. Ils ne parlent pas anglais, comme la plupart des gens ici, mais on communique en langue des signes. Ils insistent pour partager avec nous leur récolte de fruits de la passion. Nous sommes gênés mais il parait qu'on ne refuse pas les cadeaux...et surtout quand ce sont des fruits de la passion 😋!

Un peu plus tard nous arrivons au sommet d'une petite colline de laquelle nous assistons à un beau coucher de soleil face au volcan Inerie. On déguste quelques fruits de la passion face à cette vue incroyable.

Le lendemain nous partons explorer les fameux villages traditionnels dans la montagne. Nous arrivons à Bena, le plus proche. La légende dit que le village de Bena a été créé il y a 1200 ans par 10 hommes et 8 femmes, c'est pourquoi il y avait initialement 18 maisons. Le village est construit selon un plan très codifié, rien n'est laissé au hasard. Il est composé d'une allée centrale bordée de part et d'autres de maisons qui se font face. Les maisons sont en bois, bambou et toits de chaume. Chaque clan possède devant la maison deux constructions permettant la réalisation de rites animistes, l'un ayant la forme d’un parasol et l'autre d’une mini maison. Celui qui ressemble à un parasol avec une figurine guerrière au sommet, le Ngadhu, symbolise le monde masculin, "féroce et virile". La maison miniature, le Bhaga, represente la sphère féminine. Dans cette petite hutte une ou deux personnes peuvent prendre place pour exercer des rituels.

Ces deux édifices obéissent à un même objectif, assurer le lien entre les ancêtres et le monde des vivants. On voit aussi dans l'allée centrale des autels servant aux sacrifices de buffles et porcs lors des cérémonies ou rites. Les maisons sont ornées de frises sculptées et peintes dans le bois. Des crânes et mâchoires sont exposés devant les maisons en l'honneur des ancêtres du clan.

Nous arrivons dans le village alors q'une cérémonie est en cours pour fêter la fin de construction d'une maison, ils sont en train de cuire le porc qu'ils ont sacrifié le matin même. Ils sont tous très souriants et charmants. Nous adorons ce moment passé avec ces gens qui semblent vivre dans une autre époque et semblent si heureux.

Nous continuons notre route, passons par un autre village et finissons la journée dans des sources d'eau chaude dans la montagne près du volcan. Il y a en fait 2 rivières, une froide et une chaude a 60°C, qui se rejoignent en un point, et c'est à cette intersection qu'on se baigne. La rivière formant une sorte de piscine naturelle dans laquelle se jettent les deux affluents, l'eau va du glacé au brûlant selon l'endroit où l'on se met dans la piscine l'eau. Arthur s'éclate à passer du chaud au froid et à éclabousser les indonésiens qui sont là en rond autour de nous. Il fait encore une fois l'attraction et tout le monde semble prendre du plaisir à le voir jouer. On nous offre des bananes frites et des noix de coco que l'on savoure en se baignant. Les habitants du coin utilisent eux cette source chaude pour prendre leur douche et faire leur lessive.

Nous passons un super moment de détente jusqu'au moment où en rangeant les affaires sur un rocher juste à côté de la rivière le téléphone glisse du rocher et tombe dans l'eau...celle à 60°C! Il dégringole entre les rochers, impossible de le voir dans le tumulte du courant, plusieurs hommes bravent la chaleur et plongent leurs bras en essayant de sentir le téléphone du bout des doigts. Au bout de quelques minutes nous commençons à admettre l'idée que le téléphone est perdu quand soudain l'un des hommes crie et me tend le téléphone! Nous rentrons à l'hôtel pour sécher l'appareil et le mettre dans un sachet de riz. Je peux vous dire a l'heure où j'écris que le téléphone marche encore! En fait nous nous sommes rendus compte en cherchant sur internet comment le démonter que ce modèle ne se démonte pas car il est water resistant!!! Ouf!!

Nous allons au lit tôt car Cédric se lève à 2h du matin pour gravir le volcan Inerie et être au sommet pour le lever du soleil.

A 2h du matin voilà donc Cédric avalant quelques bananes séchées pour prendre des forces en vue des 3h d'ascension. Il prend le scooter mais celui-ci ne démarre pas. A cette heure ci coup de chance un camion s'arrête, l'aide à démarrer et il part dans la nuit noire sur un chemin vaguement indiqué la veille pour trouver le point de départ du trek.

Je dois préciser que pendant tout ce temps je dors bien au chaud mais pas vraiment sur mes deux oreilles car évidement Cédric n'a pas voulu suivre les recommandations de prendre un guide.

De son côté Cédric arrive à un endroit qui pourrait ressembler au point de départ et là deuxième coup de chance deux personnes arrivent, un guide local et un touriste anglais. Les trois lascars entament donc leur ascension de 3h à pic tout droit sur le volcan avec quelques passages périlleux sur l'arrête du cratère. Ils sont au sommet vers 5h30 pour admirer la luminosité naissante. Ils passent 2h à admirer, méditer, rigoler et entament ensuite leur descente. Le guide les fait passer sur un versant du volcan fait de sable et poussière et ils descendent en courant et glissant cimme des gamins .

Après un bon petit dej avec ses compagnons, Cédric me rejoint, enfin me voilà rassurée.

Je lui laisse prendre une douche et nous repartons pour un autre volcan..ca va une balade de 2h seulement! 😅

Nous allons voir un petit volcan dont le fond forme un lac en saison des pluies, mais pas de bol nous sommes en saison sèche! Bon la balade est quand même très jolie et nous fait passer sur la crête d'un ancien volcan endormi.

Je suis impressionnée par la force physique et mentale de Cédric qui porte Arthur qui s'est endormi dans ses bras.

Nous revenons chercher le scooter et croisons les gens qui habitent juste à côté. Ils nous invitent chez eux pour prendre un café. Nous entrons dans une maison traditionnelle en bois et palme, sol en terre, très sombre, sans ouverture à part la porte et enfumée par le feu qui trône au milieu de la pièce à vivre. Nous sommes accueillis à bras ouverts par un couple et deux femmes qui nous offrent café, maïs grillés et bananes. Nous passons un moment très agréable avec eux, à échanger quelques mots et surtout des sourires. Encore un exemple de la générosité et de la gentillesse dont font preuve les indonésiens. En partant nous en profitons pour en tirer une leçon à Arthur.

18
18
Publié le 9 octobre 2018

Il est temps de prendre la route pour visiter Florès. Florès est une île longue de 700km traversée d'est en ouest par une seule route qui s'appelle la Transflores, mais appelée par tout le monde le plat de spaghetti. Cette route est terriblement sinueuse. En voici un aperçu 😣

Il y a peu de moyen de transport, les locaux utilisent les "Bemos", petit bus rigolos joliment décorés de toutes les couleurs avec la musique à fond. Sans Arthur nous aurions pris ces bus mais le problème est qu'ils sont bondés et qu'il est impossible de demander au chauffeur de s'arrêter si Arthur est malade.

Nous quittons donc Labuan Bajo avec une voiture "partagée" mais dans laquelle nous sommes finalement seuls, il faut dire qu'on ne croise pas beaucoup de touristes une fois sortis de Komodo.

Nous constatons vite que Labuan Bajo est la seule ville qui s'est un tout petit peu "développée" autour du tourisme, le reste de l'île est très rural et pauvre. Les gens logent dans des cabanes en bambou et vivent de leurs petites plantations de riz, café et cacao, de quelques vaches et poulets. Très peu de personnes parlent anglais et voyager à Flores relève de l'aventure. Nous adorons ce style de voyage où l'on vit différemment de chez nous, ce qui n'était pas vraiment le cas en Malaisie. Les quelques touristes croisés sont plutôt roots et initiés aux voyages.

Heureusement que nous sommes seuls dans la voiture car Arthur est malade pendant les 4h de route vers Ruteng, notre ville étape. Nous nous arrêtons toutes les demies heures en plus des étapes prévues initialement pour qu'Arthur se soulage.

Sur la route nous faisons un arrêt dans un joli canyon et nous nous baignons dans une cascade impressionnante formant 2 arches dans le canyon.

Nous nous arrêtons également au sommet d'une colline pour admirer les rizières en forme de toiles d' araignées, forme expliquée par la répartition des terres agricoles entre les familles. La vue surplombant les rizières est très belle et nous restons un long moment à regarder les couleurs changeantes au grès des rayons de soleil qui daignent transpercer les nuages.

Nous arrivons à Ruteng, la ville n'est pas très jolie mais les alentours verdoyants. La ville étant à un peu plus de 1000m d'altitude nous profitons d'un peu de fraicheur, qui fait du bien après les journées étouffantes. Le soir en revenant du restaurant nous sommes accostés par un groupe de lycéens, étudiants au lycée technique option tourisme, qui veulent absolument pratiquer leur anglais avec nous et nous emmener dans leur classe le lendemain! Ok rdv à 9h devant notre auberge.

Le lendemain 3 lycéens nous attendent bien devant la porte à 9h et nous voilà partis pour le lycée à pieds, 30 minutes de marche en passant par quelques endroits qu'ils veulent nous faire visiter dont l'église. Nous passons devant une école maternelle et Arthur veut s'arrêter alors nous appelons à la grille et quelqu'un vient nous ouvrir. C'est l'heure de la récréation ça tombe bien! Arthur veut qu'on reste "jusqu'au soir pour apprendre des choses".

Après ses 5 minutes habituelles de timidité, il se deride et joue comme un fou avec ses copains. Le corps enseignant est très accueillant et heureux de nous expliquer leur pédagogie. Tout le monde rit aux éclats de voir Arthur s'amuser au milieu de tout les petits indonésiens en uniforme.

Les petits commencent une partie de foot acharnée jusqu'à ce qu'Arthur s'étale de tout son long la tête la première dans la terre! Il pleure à chaude larme et veut rentrer à l'hôtel, comme il est plutôt fatigué ces derniers temps je lui epargne l'étape du lycée et je rentre avec lui. Cedric va donc tout seul au lycée où il devient une star l'espace d'une matinée. Il passe 3h a faire le tour des classes, à répondre à toutes les questions des étudiants et à faire des selfies avec des étudiantes en furie 😅

Ils veulent savoir d'où nous venons, pourquoi nous sommes là, ce qui nous intéresse à Florès...etc

L'expérience est sympa et les étudiants sont hyper motivés et intéressés!

Le reste de la journée malheureusement est gâchée par une pluie battante, nous ne verrons donc pas plus les alentours car nous reprenons une voiture le lendemain.

17
17
Publié le 3 octobre 2018

Suite à nos deux jours sur le bateau nous passons une journée tranquille à Labuan Bajo avec baignade dans une grotte uniquement accessible en bateau après être passé dans un petit village de pêcheurs où apparement ils ne voient pas souvent de touristes. Nous nous reposons un peu avant de repartir pour une journée de plongée!

Le parc de Komodo est un des spots de plongée les plus réputés au monde. Les îles de Komodo forment un entonnoir entre l’Océan Indien et la mer de Chine. Cela crée de forts courants riches en nutriment attirant une vie sous marine exceptionnelle. L’eau est souvent très claire permettant une visibilité rare. Attention par contre il s'agit de plongées très techniques exigeants au moins l'open water avec extension deep dive. Les courants sont très dangereux et peuvent rapidement vous éloigner de votre palanquée à la moindre inattention. Il faut être capable d'une bonne gestion de sa flottabilite et de son air et d'une bonne condition physique pour palmer à contre courant. Je n'ai jamais été aussi essoufflée sous l'eau! Ces plongées font partie de notre top 3 des plongées les plus impressionnantes et belles. Nous avons trouvé un super club de plongées nous offrant la possibilité d'avoir un babysitter sur le bateau pour Arthur. Nous avons tout de suite accepté car nous voulions vraiment pouvoir plonger ensemble Cédric et moi. Arthur était donc avec nous sur le bateau et avec le babysitt quand nous étions sous l'eau. Il a pu lui aussi mettre palmes et masques et admirer les fonds. Il s'est régalé! Nous avons fait 3 sites : l'un sur un tombant de corail, l'autre à Manta Point (vengeance sur la police corrompue) et le dernier dans un coin à tortues. Je laisse les photos parler d'elles-même (la plupart piquées à un autre plongeur qui avait un bon appareil, la gopro étant sympa pour les films mais pas trop pour les macros).

16

Après 3 vols différents dont un petit coucou à hélice, nous arrivons sur l'île de Florès en Indonésie. Cette île est une des îles de la Sonde à l'est de l'Indonésie, à l'est de Bali et Lombok, bien plus touristiques. Vous connaissez peut-être Florès à travers les dragons de Komodo. Florès est très près des toutes petites îles de Rinca et Komodo, habitées principalement par des dragons et quelques animaux sauvages, on y accède en bateau depuis Flores. Comme les milliers d'îles qui composent l'Indonésie, Florès est une île volcanique qui regorgent de joyaux. L'île est à 90% catholique, reste de l'installation au 16e siècle d'une mission de domicain sous colonie portugaise (ce qui n'empêche pas le muezzin de nous réveiller tous les matins à 5h 😓). Nous arrivons donc dans le tout petit aéroport de Labuan Bajo, tout à l'ouest de Florès. Labuan Bajo est le point de départ des bateaux pour le parc national de Komodo, maritime et terrestre. C'était un village de pêcheurs avant de se développer autour du tourisme. Cette ville n'est en fait qu'une ville dortoir pour touristes avant ou après leurs "croisières". Elle n'a aucun charme, c'est en fait une rue principale où l'on trouve les hôtels, restaurants, les centres de plongée et les agences de croisières et autour une sorte de chaos. Tout y est cher car ici le tourisme n'est pas encore très développé et reste exclusif. Le 1er jour nous pensions pouvoir nous poser un peu à la plage mais apprenons que les premières plages sont éloignées de la ville et qu'elles sont privatisées par des hôtels. On ne se démonte pas, on loue un scooter et nous voilà partis tous les 3 à la recherche d'une plage...(Oh les mauvais parents qui mettent leur fils de 3 ans sur un scooter! 😋) Nous découvrons des alentours de la ville très vallonnés et une jolie côte sauvage. Et puis avec un peu de négociation on arrive toujours à se faire ouvrir les barrières des hôtels 😎! Au retour nous assistons à un magnifique couché de soleil depuis le sommet d'une colline puis nous consacrons notre soirée à faire le tour des agences pour organiser notre croisière à Komodo et nos plongées.


Le lendemain nous partons donc pour 2 jours sur un beau bateau de bois à destination du parc de Komodo. J'avoue que j'appréhende un petit peu ce séjour avec Arthur, qui a été agité pendant nos deux jours de trajet en avion jusqu'à Florès. En plus il faut dire que nous avons choisi la version cheap avec couchage sur le pont 😅 ( dédicace à Alex oui là j'ai flippé!) Installation matinale sur le bateau, où nous partageons le pont avec 8 autres personnes, direction l'île de Rinca, celle où nous avons le plus de chance de voir les fameux dragons. Le dragon de Komodo est le plus gros lézard du monde pouvant atteindre 3m de long et peser 150 kg, rescapé de l'ère préhistorique. Il est carnivore, cannibale et très bon chasseur, il se nourrit de biches, de cerfs, de macaques, de buffles et même de ses propres bébés. Nous naviguons pendant 2h dans un paysage à couper le souffle au milieu d'une multitude de petites îles très découpées et sauvages. Nous accostons sur l'île avec tout notre groupe et nous nous voyons attribuer 2 Rangers , un qui ouvrira la marche et un qui la fermera, tous les deux équipés de fourche en bois pour pouvoir repousser le prédateur. L'un d'eux nous explique plus tard que l'année dernière encore un touriste imprudent a été mordu par un dragon et que malgré les soins qu'il a reçu en urgence à Bali il est décédé 2 jours après la morsure. En effet leur salive est mortelle due à la présence de bactérie injectées lors de la morsure. Nous sommes donc très prudents lors de notre promenade sur l'île. À chaque fois que nous en croisons un notre guide détermine un périmètre de sécurité et les rangers restent devant nous. Nous en croisons une dizaine lors de notre promenade d'environ une heure et demie sur l'île. Nous découvrons aussi de magnifiques paysages et d'autres animaux tels que des macaques, des biches et des cerfs voués à être mangé par les dragons... C'est la fin de la saison sèche et l'archipel est particulièrement aride, il n'y a presque aucune végétation à part quelques petits arbustes très secs. On dirait une végétation de savane mais sur une île vallonnée et bordée de plages de sable blanc. Nous ressentons une impression de bout du monde ou alors d'avoir été projeté dans le passé, un peu la même sensation que quand nous étions aux Galapagos. Retour au bateau et après le déjeuner direction l'île de Komodo. Les deux îles se ressemblent beaucoup et finalement Komodo étant beaucoup plus grande pour une population de dragon moins importante, nous en voyons moins mais le fait d'avoir à plus les chercher procure aussi plus d'excitation! Notre ranger nous entraîne notamment dans une course poursuite entre les broussailles pour voir un dragon. Nous rejoignons le bateau pour ensuite aller se baigner à Pink Beach sur une autre île. Nous arrivons sur une plage magnifique de sable rose dû au corail rouge/rose qui s'y trouve. Le contraste entre le rose du sable et le bleu cristallin de l'eau est magnifique, sans parler du superbe couché de soleil auquel nous assistons. Apres un superbe snorkelling, nous remontons sur le bateau et prenons la mer avec les derniers rayons rouges du soleil couchant, le capitaine met la musique a fond et nous dansons sur le pont en maillot de bain avec Arthur qui danse comme un fou et fait rire tout l'équipage! Nous vivons là un des meilleurs moments de notre voyage. Nous allons ensuite mouiller dans une petite crique pour y passer la nuit, courte puisque réveil à 5h du matin pour monter voir le levé du soleil depuis un sommet. Je passe une très mauvaise nuit pendant que tout le monde s'écrase sur le pont. Arthur dort comme un loir malgré les brassards que nous lui avons laissé pour la nuit, par crainte d'un réveil nocturne😅Je me réveille toutes les 15 minutes pour vérifier s'il va bien et je finis même par l'accrocher à Cédric avec un lacet de chaussure pour être sûre qu'il ne finisse pas à l'eau au milieu de la nuit 😂😂😂 Il est 5h du matin le réveil est difficile et nous devons partir à jeun pour 45 minutes d'ascension. Cedric porte Arthur et nous montons au pas de course car le bateau à traîné à nous déposer sur la plage. Nous sommes en haut en 25minutes finalement. Nous avons droit à un levé de soleil somptueux depuis un sommet qui nous offre une vue à 360 avec d'un côté la miriade d'île du parc de Komodo et de l'autre la découpe de l'île sur laquelle nous sommes formant une sorte d'étoile. Nous passons là 2h subjugués par la vue et les couleurs incroyables. Retour au bateau pour un bon petit déjeuné appréciable après une petite baignade matinale. Nous passons la 2e journée à naviguer entre les îles et à s'arrêter pour faire du snorkeling et admirer les fonds marins. La visibilité est très bonne et les coraux sont magnifiques, attirants une multitudes de poissons de toutes les couleurs. On se régale encore de cette journée et Arthur s'éclate à sauter du bateau et faire marrer l'équipage. Un des spots de snorkeling aurait dû être Manta Point. Nous commençons à nous mettre a la recherche de ses majestueuses bestioles depuis le bateau, surexcités, prêts à sauter, quand un bateau de la "police maritime" nous arrête pour nous contrôler. Visiblement ils décrètent que le bateau est illégal dans cette zone et veulent faire payer au touristes une grosse amende. Les soit disant flics prétextent la sauvegarde de l'environnement mais jettent en même temps leurs cigarettes a l'eau. Nous trouvons cela très louche et pensons que c'est au bateau de payer! Bref on refuse de participer à cette arnaque et d'alimenter un système de corruption très développé en Indonésie. Nous quittons donc la zone sans payer et sans avoir vu les raies manta. En fin de journée nous rentrons au port de Labuan Bajo. Nous sommes enchantés de nos 2j dans le parc de Komodo, des paysages, de l'expérience avec Arthur qui a été adorable sur le bateau, de l'ambiance et de cette parenthèse hors du temps.

15
15

Pour finir notre séjour en Malaisie, nous passons 3j à Borneo à la campagne chez l'habitant pour se reposer avant de partir en Indonésie. Nous nous retrouvons chez Roger et Ren, 2 retraités qui se font un plaisir d'accueillir de temps en temps des gens chez eux et de leur proposer des parties de pêches et des barbecue!

Quelques photos en vrac de Borneo et des 3 derniers jours...