Carnet de voyage

All In Family

12 étapes
99 commentaires
142 abonnés
Dernière étape postée il y a 6 jours
Bienvenue sur le blog de All In Family
Août 2018
360 jours
Partager ce carnet de voyage
13
13


4. Bako National Park

Le lendemain direction le Bako National Park pour voir les fameux nasiques encore et de plus près si possible. En attendant le bateau pour y aller nous discutons avec une famille de Français vivant à Kuala Lumpur en expatriation, lui travaillant pour Nestle. Bonne aubaine ils ont 2 enfants, Pierre 5 ans et Olivia 7 ans et ça fait un moment que nous cherchons un copain français pour qu'Arthur puisse enfin jouer dans sa langue.

Les 2 garçons accrochent tout de suite et nous sympathisons rapidement avec Olivier et Stéphanie, les parents. Nous passons donc toute la journée ensemble à faire de belles ballades dans ce parc national au bord de l'eau et à observer cette fois de près ces singes complètement hallucinant! Fou rire garanti au pied des arbres en les regardant avec leur gros nez, gros ventre et petit....😶

Non la taille du nez ne présage de rien...😂

5. Nous rappelons Tom pour savoir s'il à réussi à avoir au téléphone le propriétaire de l'île aux tortues. Tom lui a bien parlé et nous a organisé 2j sur l'ile de Satang Island pour le lendemain. Cette île a été donnée en concession à une famille de Kuching qui s'occupe aujourd'hui d un programme de sauvegarde et réhabilitation des tortues. Leur principale préoccupation est de protéger l'ile, C est pourquoi ils n' accueillent pas de touristes via les agences. Pour pouvoir y venir il faut être "invité" par le propriétaire. Nous avons donc cette chance par l'intermédiaire de Tom!

Les tortues sont une espèce menacée car dans ce coin sur 1000 oeufs seulement 1 tortue arrive à l'âge adulte à cause du grand nombre de prédateur, dont l'homme pendant longtemps. Il y a donc plusieurs centres de réhabilitation comme celui ci en Malaisie où les oeufs pondus sur la plage sont protégés par un petit grillage puis une fois les bébés sortis de l'oeuf les equipes relâchent les bébés près de l'eau. on trouve tout de même un peu étrange d intervenir autant dans le processus mais n'y connaissant rien et ayant vu cela dans plusieurs centres nous faisons confiance à la démarche.

Nous espérons donc assister à la ponte des oeufs et à l'éclosion d'autres oeufs pondus environ 45j avant. Ces 2 opérations ont lieu la nuit, le ranger faisant des rondes et réveillant les gens qui sont sur place si jamais cela arrivait.

Nous arrivons sur l'ile le matin vers 10h. Nous sommes accueillis par Tipa, un petit bout de femme ne mesurant pas plus d'1m10 hyper souriante et chaleureuse. Je me sens un peu vaseuse à cause du trajet en bateau, je m'allonge donc dans la chambre sommaire que Tipa nous met à disposition et il se trouve que je dors 3h...Pendant ce temps Cédric et Arthur constatant qu'il y a des déchets sur la plage (visiblement brassés par la mer suite à l'orage de la veille) décident d'organiser une opération de nettoyage de l'île 😍. ils entraînent avec eux la petite famille de Malaisien qui est sur l'ile en même temps que nous et remplissent 9 sacs poubelles entiers. Et oui en Malaisie la gestion des déchets est un problème, surtout à cause du manque d'éducation sur ce sujet.

La belle équipe! 

Nous passons le reste de la journée à glandouiller sur la plage, à faire du cerf volant, se baigner et faire des châteaux de sable.

En fin d'après midi nous partons au bout de l'île voir le couché de soleil et en revenant notre hôte nous appelle en criant : 3 bébés tortues viennent de sortir de l'oeuf !

Nous sommes tous les 3 super excités et émus de voir ces petites créatures toutes frêles. Tipa propose à Arthur de les sortir et de les mettre dans un sceau pour aller les poser dans le sable près de la mer. Arthur prend son rôle très à coeur et nous assistons, émus, à leurs premières brasses fébriles.

Nous retournons à nos occupations quand 15 minutes plus tard de nouveaux cris de Tipa, 4 nouveaux bébés sont en train de sortir. Nous renouvelons donc l'opération avec satisfaction de vivre cette expérience, sachant que la plupart des nids avaient déjà vu leurs oeufs eclorent et que nous ne savions pas vraiment quelle était notre probabilité.

La soirée continue avec un délicieux repas confectionné par Tipa dont du poulet au gingembre 😋😀. Nous couchons Arthur et nous nous apprêtons à le rejoindre peu de temps après. Cédric va faire un tour sur la plage avant de se coucher et va voir la "nurserie" avec sa lampe frontale, il revient en hurlant comme un fou...65 bébés tortues viennent de voir le jour! 😃

Incroyable! Dans un nid il peut y avoir jusqu a 80 ou 100 oeufs et quand ils éclosent c'est tous en même temps. Voilà donc que nous devons remettre à l'eau les 65 en même temps. Nous amenons le sceau sur le sable près de l'eau et devons avec une lampe leur indiquer le chemin de l'eau, car elle suivent les lumières. Le problème est qu'une fois le sceau renversé, une partie des tortues suivent la lumière et les autres partent dans tous les sens formant une joyeuse pagaille entre nos pieds. Dans la nuit noire impossible de bouger sans risquer d'en écraser une, nous restons donc immobiles dans le noir pendant bien 20 minutes le temps que Tipa s'assure qu'elles soient toutes à l'eau.

Nous allons ensuite nous coucher, comblés d'avoir assisté aux premiers minutes de vie des baby tortues qui reviendront sûrement ici dans une trentaine d'années pondre à leur tour.

Le lendemain glandouille à la plage après une nuit difficile à cause du vacarme de la pluie sur le toit de notre cabane. Retour à la civilisation à Kuching pour 1 nuit avant de repartir le lendemain pour 3j dans une tribu indigène.

12
12

Après un vol de 2h depuis KL nous voilà à Kuching, capitale de l'état du Sarawak a Borneo (partie Malaisienne). Borneo est la 4e plus grande île au monde. Cedric rêvait depuis longtemps de venir ici et j'avoue que j'avais une petite appréhension quant à la complexité du voyage avec Arthur. Il faut dire que j'avais une image de Borneo totalement erronée. Je m'attendais à arriver au milieu de papous en étui penien et finalement nous arrivons dans un aéroport ultra moderne où nous prenons un Uber pour rejoindre notre hôtel en passant devant un Mac Do et un starbucks 😝

Kuching est donc une ville moderne mais je suis rassurée plus tard en comprenant que l'état du Sarawak est en grande partie recouverte de jungle et de mangrove. Le Sarawak est à 30% peuplé d'Iban, tribu indigène que nous irons rencontrer plus tard.

Nous commençons à nous renseigner sur la multitude de possibilités qu'offre la région et nous sommes ravis d'avoir 13j pour en profiter. Ici il y a peu de touristes car généralement ils s'arrêtent a la Malaisie peninsulaire, plus accessible et moins chère.


1. Le Semmengoh wildlife Center pour voir les Orang Outans

Nous passons notre 1ere journée au centre de réhabilitation des Orang Outans où nous pouvons admirer ces animaux en liberté. Ce centre récupère des Orang Outans blessés ou en captivité illégale. Ils sont soignés puis remis en liberté. Le centre leur met à disposition de la nourriture 2 fois par jour et libre à eux de venir ou non, certains ne sont jamais revenus d'autres viennent quelques fois par mois quand ce n'est pas la saison des fruits et d'autres viennent tous les jours. Nous avons la chance d'en voir 6 dont 1 maman avec son bébé. Nous admirons le spectacle et la souplesse hallucinante de ces animaux qui se contorsionnent autour d'une corde ou d'une branche. Ces grands singes sont en voie de disparition à cause de la destruction de leur habitat naturel au profit des plantations de palmiers à huile comme expliqué dans mon précédent post.

2. Sarawak Cultural Village

Nous passons notre 2e journée dans un "musée vivant" présentant les cultures et les traditions des différents groupes ethniques de Borneo. Il s'agit en fait d'un bout de jungle dans laquelle sont présentés les habitats, la cuisine, l'artisanat, les danses et les instruments de musique de chaque ethnie. Nous nous promenons ainsi dans les différents maisons communautaires pour nous immerger l'espace d'un instant dans ces modes de vie "hors du temps".

Arthur est très impressionné par les chasseurs de la tribu des Iban, vêtus de bouts de tissu qui cachent leur intimité et de plumes sur la tête. Ils font des démonstrations de force et de tir à la sarbacane. Ils font des danses pendant lesquelles ils soulèvent avec leur mâchoire des objets en bois pesant jusqu'à 20kg. Ils nous expliquent après qu'il suffit d'avoir un peu d'entraînement et de faire preuve de spiritualité. On va s'entraîner!

La plupart de ces tribues indigènes vivent dans des maisons communautaires appelées Longhouses pour leur forme. Ce sont de longues maisons sur plusieurs étages et sur pilotis dans les arbres, les femmes dormants dans les étages supérieurs et les hommes dans les étages inférieurs pour protéger la maison.


3.Tour en bateau dans la wetland pour voir les dauphins, crocodiles et singes nasiques

A force de parler à tout le monde et d'essayer d'avoir des bons plans pour faire des visites hors des sentiers battus, nous finissons par avoir le numéro de Tom, un guide Malaisien Chinois qui nous organise un tour en bateau dans la wetland, zones humides composées de Mangroves. Il nous précise bien qu'il faudra de la chance pour voir des animaux et que rien n'est assuré...cest justement cela qui nous plaît! Bon nous sommes assez sereins car il se trouve que nous avons toujours une chance incroyable pour voir les animaux même quand la probabilité est faible!

Nous retrouvons Tom dans un hangar a bateau un peu pommé et c'est parti pour 3h30 d'observation.

Nous visons d'abord la pleine mer à la recherche de nos amis les dauphins. Et voila que nous apercevons un aileron dorsal. Il s'agit en fait d'une maman et son bébé que nous suivons quelques temps pour assister aux sorties furtives de leurs ailerons et leurs queues.Satisfaits nous nous rapprochons de la côte pour retourner dans la mangrove à la recherche des crocodiles 😨

Tom nous montre quelques traces dans la vase et nous parcourons une longue distance bredouille. Le bateau fait demi tour nous pensons qu'il abandonné mais en fait Tom avait aperçu un petit crocodile entre les racines! Nous nous approchons pour l'observer (aucun risque nous sommes sur le bateau), nous sommes à 3m quand il prend peur et se jette dans l'eau juste à côté du bateau! Tom nous rassure en expliquant qu'il n'avait aucune chance qu'il saute dans le bateau, Arthur rit jaune et Ced et moi sommes ravis.

On continue notre chemin le long de la côte pour espère voir une espèce de singe complètement insolite.

Je vous présente les nasiques.

Ici on les appelle les Hollandais a cause de leur gros nez et leur gros ventre mais nous préférons les comparer à Depardieu.

Nous les apercevons entre les feuilles. Il y en a tout un groupe en face de nous mais j'avoue ne pas avoir bien pu distinguer leur gros pif entre les feuilles, en plus Arthur commence un peu à s'agiter après 3h sur le bateau et je passe mon temps à l'occuper. Pas grave car le lendemain nous allons au Bako National Park spécifiquement pour côtoyer la star du cinéma francais.

Carton plein! Nous avons vu les 3 espèces d'animaux que nous espérions voir.

Retour à la jetée, il est 20h il commence à pleuvoir nous sommes à 45 min de Kuching et aucun moyen de transport pour rentrer. Heureusement le pilote du bateau propose gentilement de nous ramener à l'hôtel. Décidément tout se goupille bien! Nous restons en contact avec Tom que nous avons lancé sur l'organisation d'une visite de l'île aux tortues.

11
11
Publié le 11 septembre 2018

Nouvelle étape en Malaisie dans le parc qui s'appelle le Taman negara, jungle de 4000 kilomètres carrés au nord de Kuala Lumpur. Cette jungle est considérée comme l'une des plus vieilles jungles au monde datant de 130 millions d'années.

Nous y logeons dans un hôtel très joli tenu par un ancien commandant de la Navy malaisienne reconverti. Il a visiblement gardé de son ancien job la rigueur qui lui permet d'avoir une pelouse parfaite digne d'un terrain de de foot. Nous sommes ravis de cet hôtel bien négocié par Ced où nous avons une très grande chambre avec vue et un petit dej qui fait du bien après 2 semaines de mauvais pain de mie ou même de riz 😥 on se régale de pancakes avec chocolat fondu maison, gâteaux, pain perdu... À tel point que nous avons payé le petit dej d'Arthur qui était censé être gratuit mais nous nous sommes sentis obligés étant donné qu'il a mangé comme 2 adultes.


Nous passons seulement 2j à Taman Negara mais c'est suffisant pour faire les quelques activités proposées dans le parc. Nous faisons de belles balades accompagnées d'un guide qui nous montre la flore locale, nous donne quelques conseils de médecine ancestrale et nous parle des populations indigènes vivant encore dans cette jungle. Les treks sont très agréables et nous aimons encore une fois passer du temps au milieu de cette végétation luxuriante et des bruits de la jungle notamment ceux d'un insecte mystérieux qu'ils appellent Cigale.

Nous faisons également la Canopy Walk, plus long parcours au monde de ponts suspendus dans les arbres à 40m de haut permettant de fréquenter la cime des arbres. Nous nous arrêtons pour tremper nos pieds dans la rivière mais sans grande conviction car l'eau est très trouble et la jungle est connue pour les sangsues qui se régalent du sang des toutistes. Effectivement une de ces charmantes petites bêtes s'est offert un festin sur ma cheville, sans que je m'en aperçoive. Je l'ai enlevé rapidement mais elle avait eu le temps de m'injecter de l'anti coagulant qui m'a fait saigner encore quelques temps après.

Le lendemain nous faisons un tour en bateau sur la rivière Tambing pour aller dans un village rencontrer des Orang Asli, peuple indigène plus ou moins nomade vivant encore dans cette jungle, déplacés parfois au gré des plantations de palmiers à huile. Malheureusement cet après midi dans le village s'est avéré être assez désagréable pour nous. Nous avons l'impression d'être comme dans un zoo à épier des gens dans leur intimité. Il y a plusieurs groupes de touristes qui arpentent le village et prennent des photos des gens dans leur quotidien sans leur demander quoi que ce soit ni leur adresser la parole. Nous restons donc discret dans un coin, sans sortir nos appareils photo et assistons juste à la démonstration de chasse à la sarbacane et aux explications du guide sur leur mode de vie, en particulier sur leur rapport à la mort. Heureusement qu'Arthur créé un peu de lien en allant jouer avec les enfants du village, mais notre présence nous paraît tellement intrusive que nous n'arrivons même pas entrer en contact avec les adultes.

Nous retournons en bateau à la petite ville où nous logions pour un repas sur un des restaurants flottants sur la rivière puis départ en bus pour Kuala Lumpur prendre un vol le lendemain matin pour Borneo...😀

10
10
Publié le 7 septembre 2018

Je voulais aujourd'hui faire un zoom sur un sujet qui a déjà donné lieu à quelques débats en France (dans une fameuse salle de repos de Veolia au 2e étage - souvenir ému 😅) Voilà nous sortons encore une fois d'une journée dans le bus et pendant ces heures de bus, nous avons traversé des dizaines de kilomètres de plantations de palmiers à huile. Nous sommes atterrés de constater qu'une grande partie du pays a été deforeste pour ces exploitations. Alors je me dois de faire quelques recherches et de vous en faire part pour compléter ces fameux débats 😉. L'exploitation de palmier à huile a été introduit par les Britanniques. Après l’indépendance, le pays continue de développer ses exportations qui explosent dans les années 80. Le palmier à huile a été le moteur du développement des zones rurales de Malaisie et représente maintenant 11% du PIB. Aujourd'hui l'exploitation du bois est souvent faite par des trafiquants car les zones sont protégées. Ces plantations représentent 75% des terres cultivées en Malaisie. L'huile de palme est utilisée en grande majorité dans l'agroalimentaire, puis dans les cosmétiques et dans les biocarburants (les chiffres de cette rapartition sont très variables selon les sources). L'utilisation pour les biocarburants croit à très grande vitesse. Par exemple l'usine Total de La Mede près de chez nous, reconvertie d'une raffinerie pétrolière en une biorafinnerie devant ouvrir cet été, a prévu de consommer 550.000 tonnes d'huile de palme par an, augmentant de 64% les importations françaises de cette huile. L' agroalimentaire utilise beaucoup l'huile de palme et même souvent sans le préciser donc nous en consommons sans le savoir. Il semblerait qu' 1/3 des produits que nous consommons en contiennent 😱 En effet l'huile de palme est la moins chère au monde car les rendements a l'hectare sont supérieurs aux autres. Les conséquences sont dramatiques a plusieurs égards (sans parler de son impact sur la santé par sa teneur en acide gras saturé). Les forêts de palmiers à huile réduisent de 90% le taux de biodiversité et font peser une menace très grande sur de nombreuses espèces comme les Orang outans, les tigres et les rhinocéros. Mais des populations indigènes sont également menacés comme le peuple des Penan à Borneo qui disparaît en même temps que ses terres. Je vous joins une carte flippante de Borneo (où nous sommes en fait déjà au moment où j'écris)

Il se trouve qu'en plus cette production ne profite en aucun cas aux malaisiens car la plupart de ces exploitations appartiennent à des boîtes étrangères qui font travailler de la main d'oeuvre pas chère de Thaïlande, Indonesie, Birmanie, Philippines. Tout un système mafieux s'est développé autour de ces exploitations et les conditions de travail y sont déplorables en termes de santé, de sécurité et d'exploitation des enfants. Le gouvernement Malaisien a mis en place une sorte de certification de l'huile de palme "durable" sous la pression de l'union Européenne mais visiblement cette certification n'est pas du tout contraignante et les contrôles insuffisants. Le parlement européen a décidé d'interdire l'huile de palme dans les agro carburants d'ici à 2021. Nicolas Hulot, feu notre ministre de la transition écologique, avait annoncé le boycott de cette huile mais il semble que la riposte de la Malaisie de ne finalement pas acheter de flotte de Rafale ait eu gain de cause 😣 Mais il se trouve que les écologistes malaisiens craignent ce boycott car les exportateurs se tourneraient alors vers les acheteurs chinois et indiens, beaucoup moins soucieux que les Européens des conditions de production et de l'impact écologique. Le sujet est donc très compliqué. A notre petite échelle déjà en tant que consommateurs nous sommes acteurs de ce désastre... personnellement après avoir vu la tristesse de ces paysages dénaturés je ferai encore plus attention à la composition des produits que je consomme. J'avais déjà arrêté quelques produits évidents dont le Nutella pour ne pas le citer mais j'étais loin de penser qu' 1/3 de ma consommation était concernée. C'est un des bénéfices des voyages aussi, se sentir plus concernés par des problématiques dont nous avions connaissance mais qui nous semblaient peut être un peu trop lointaines.

9
9

Après un long voyage en bus, une arrivée à 4h du matin sur un parking où nous devons attendre un autre bus qui nous amènera à l'embarcadère puis encore un bateau, nous arrivons enfin à 8h du matin aux îles Perhentian. Le bateau dépose les quelques touristes directement sur la plage de leur hôtel.

Ces deux îles voisines, à la végétation luxuriante, sont constituées de quelques plages chacune et sur chaque plage se trouvent quelques hôtels, pour la plupart des petites cabanes en bois. Il n'y a aucun moyen de locomotion sur les îles! A notre plus grand bonheur tout se fait à pied et même pieds nus sauf les quelques chemins dans la jungle qui permettent de rejoindre certaines plages. Nous rejoignons notre hôtel et découvrons que notre chambre est une de ces cabanes, nichée au milieu des arbres et surplombant la mer! 🌴 Ces îles sont magnifiques, l'eau y est limpide avec une visibilité exceptionnelle et les fonds marins sont riches en variétés de coraux et poissons tropicaux. Elles sont à totalement recouvertes de jungle et il y a relativement peu de touristes même si nous tombons le week end de l'independance day. Elles sont moins majestueuses que les îles de Thaïlande avec leurs formations karstiques à couper le souffle mais le fait qu'elles soient encore préservées du tourisme de masse en fait un petit paradis incontestable, sans compter que le sable blanc glisse entre les doigts de pied... A peine sa valise posée, Ced fonce faire sa première baignade et se retrouve nez a nez avec un petit requin à pointes noires...aucun risque Maman et Elisabeth, ils sont inoffensifs! Nous comprenons tout se suite que cette île a tout pour nous plaire, d'ailleurs nous y passons finalement 6j au lieu de 3. Au programme de ces 6 jours : bateau ou rando pour aller de plage en plage, snorkeling au milieu de poissons multicolores, de tortues et de requins, quelques magnifiques plongées, châteaux de sable, sauts de la jetee, jeux de ballons et repos! Oui le farniente ne fait pas partie de nos activités habituellement mais l'un des buts de notre voyage est d'apprendre à prendre le temps et voici donc notre première expérience de glandouille! Et je dois dire que nous apprenons vite! (Même si j'ai quand même dû reprendre Cédric qui me dit un midi :" mais on a rien prévu cet après midi?") Nous avons adoré faire découvrir à Arthur la faune marine et terrestre. Il se débrouille maintenant bien avec ses lunettes de natation et commence à respirer avec le tuba, il nage même avec nous sur 150 m pour voir les tortues en pleine mer. Sur la terre aussi le spectacle est impressionnant entre les gros varans, les ballets de chauve souris à la tombée de la nuit, les écureuils volants (écureuils ayant une sorte de membrane leur permettant de planer et qui nous font le show a la tombée de la nuit) et les gros singes noirs à lèvres blanches. Nous réalisons tout de même pendant ces quelques jours que nous ne pouvons pas faire autant de chose que nous le souhaiterions et que nous ferions en vacances "normales", pour cause de budget. En temps normal nous aurions fait de la plongée tous les jours dans un endroit pareil mais il se trouve que nous devons tenir un an! C'est la première fois que nous ressentons une petite frustration depuis notre départ. Cédric se paie quand même 2j de plongée et je décide de me réserver pour l'Indonésie. Allez il faut quitter ce petit coin de paradis et continuer notre route, la prochaine étape sera un peu moins reposante!

8
8
Publié le 1er septembre 2018

Nous voilà à George town pour 3j dans le Nord de la Malaisie, pas très loin de la Thaïlande. Nous pensions avoir réservé un hôtel charmant dans une bâtisse coloniale et finalement nous sommes dans l'arrière cour du musée du chocolat. Notre chambre donne sur le karaoké chinois en plein air où tous les soirs jusqu a 1h du mat se succèdent les starlettes en robe a paillettes et les ladyboy venus vivre leur instant de gloire. Ayant moi-même un penchant pour les karaokés (Mes comparses se reconnaîtront 😎 bises à Dany Brillant 😂 ) je suis indulgente mais là nous n'en pouvons plus du Beyoncé et Rihanna a la sauce chinoise! De plus nos fenêtres sont aveugles car obstruees par des panneaux publicitaires et la salle de bain est commune à tout l'hôtel 🤔 Nous apprenons donc a nos dépends qu'il ne faut pas faire confiance aux photos sur booking...

Heureusement la ville est tres agreable et nous passons toutes nos journées à nous promener dans les rues et à visiter des lieux de culte dont la concentration est très importante (mosquée temple hindouiste, temple bouddhiste et église parfois dans la même rue). C'est une ville coloniale britannique, créé par la Compagnie anglaise des indes orientales en 1786, ancien pôle commercial du détroit de Malacca. C'est une ville cosmopolite et multiculturelle imprégnée d'influences chinoise, indienne et britannique, entre autres. Les constructions coloniales britanniques se trouvent être plutôt les grands bâtiments officiels. Les maisons coloniales qui font l'architecture principale de la ville sont chinoises, construites par les nombreux négociants chinois installés sur l'île. L'immigration importante de Chinois depuis le 19e fait de George town une ville majoritairement chinoise. Nous y avons donc visité ces maisons coloniales, les Khoo Kongsi qui sont des édifices où se regroupaient les clans chinois et les Clan jetties qui sont là même chose mais sur pilotis ... un peu comme les Gros Buaux ou la Gueriniere pour ceux qui connaissent ahah, peut être que dans plusieurs siècles les gens viendront visiter nos paradis avec curiosité.

La ville est également réputée pour sa cuisine succulente et le street art. Concernant la cuisine, George town (appelé aussi Penang, du nom de l'île) est considérée comme la capitale culinaire pour sa cuisine de rue. Nous y avons effectivement découvert de bons plats notamment du porc grillé (Loh bak), des beignets de crevettes, des nouilles sautées en tout genre et le Laksa. Nous avons dégusté notre Laksa, non pas dans un stand de rue, mais dans un restaurant très cosy au sein d'une ancienne maison coloniale très bien restaurée qui est devenue notre repaire et notre havre de paix dans cette ville agitée. Le coin était idéal car nous profitions d'un peu de fraîcheur loves dans des grands poufs au sol pendant qu'Arthur se régalait de jeux pour enfants mis à disposition. Revenons-en au Laksa! Le Laksa est une soupe de nouilles et de poisson au lait de coco relevée à souhait et parfumée de coriandre et citronnelle....un délice! Bon visiblement plus pour mon palais que pour mon ventre mais c'est le métier qui rentre 😁

Le Laksa  


La ville a voulu encourager des artistes de rue à venir peindre et a lancé des concours plusieurs années de suite, Miroirs de Georgetown. De nombreux artistes dont le lituanien Ernest Zacharevic sont venus parsemer la ville de leurs peintures. Les oeuvres de celui-ci sont particulièrement originales car elles interagissent avec du mobilier urbain. Ce sont celles que nous avons préféré même si certains disent qu'elles ont mal vieilli, je trouve que la décrépitude de leur environnement leur donne du charme. Les asiatiques défilent pour s'inserer dans le tableau et se prendre en photo. Nous arpentons la ville a l'affût du moindre petit dessin.

Notre 3e jour à été dédié à la visite du Kek Lok Si, le plus grand temple bouddhiste de l'Asie du sud. Ce temple est notable par sa pagode de 30m et sa gigantesque statue de la déesse de la miséricorde et ses 10000 statuettes de Bouddha.

Cette ville a été une bonne trouvaille dans notre séjour. Nous avons apprécié le fait de déambuler dans la ville historique, classée au patrimoine mondial de l'Unesco et l'ambiance agréable des ruelles entre street art, groupe de musique et marchands ambulants. Et maintenant une nuit dans le bus direction les îles Perhentian 🏖

7
7
Publié le 27 août 2018

Après 4 heures de bus un peu mouvementé et 70 km de routes de montagne très sinueuses, nous voilà arrivés sur le plateau montagneux appelé "Cameron Highlands" dans la petite ville de Brinchang, au nord de Kuala.

Si vous prévoyez un voyage en Malaisie nous vous conseillons l'AUTRE bourgade, Tanah Rata. Pour avoir épluché les blogs, Brinchang était notre second choix (mais plus de logement dans le 1er choix 😢 )et nous confirmons ce que nous avions lu : c'est une petite ville aujourd'hui dédiée aux touristes chinois. Bon, Arthur était heureux, lui, car il s'y donnait à coeur joie dans toutes les échoppes de merdouilles chinoises! Mais nous avons été un peu déçus à notre arrivée en pensant trouver une montagne préservée et en nous apercevant que le tourisme régnait ici en maître sur la nature.

La déception passe dès le lendemain avec une journée de visite organisée avec un guide local. Je suis à l'arrière de la jeep avec 6 autres touristos pendant que Ced et Arthur sont à l'avant et peuvent ainsi profiter des explications du guide!

Il nous conduit d'abord dans une ferme à papillon un peu attrape touriste mais on se dit qu'Arthur sera content. Effectivement Arthur se régale, et nous aussi, de la découverte non seulement des papillons mais de toutes sortes d'animaux représentatifs de l'éco système local.

La journée se poursuit avec une balade dans la mossy forest qui porte bien son nom car il y pleut quasi tous les jours, à 2000m d'altitude même quand il fait beau en bas au village. Nous vivons avec Arthur sa première expérience dans la jungle sous la bruine et dans le vent! 😅 Il est super à l'aise pour la marche et l'escalade entre les racines des arbres! Les gens que nous croisons l'appelle Mowgli et il joue à chercher Shere Khan.

Le lieu est surréaliste, de la mousse pendant des arbres, des troncs énormes, des racines folles, des lianes partout, de la brume venant caresser la cime des arbres...une ambiance magique!

Sur le retour notre guide nous arrête dans une plantation de thé. L'endroit est bondé car les plantations de thé sont l'attraction principale de cette région et que ce sont les vacances de l'Aid pour les habitants de Kuala qui viennent prendre le frais en montagne.

Les paysages de ces collines verdoyantes recouvertes de buissons de théiers sont incroyables. Ils sont atypiques pour nous car au lieu de créer des restanques comme chez nous dans le sud, les théiers sont ici plantés en pente, dessinant de belles courbes sur le relief.

Dans les plantations nous croisons d'autres visiteurs surtout asiatiques qui font d'Arthur une mascotte, ils le touchent, veulent des photos, veulent lui taper dans la main...il est au début un peu sceptique de ce succès inattendu mais finalement se prend au jeu et finit même par envoyer un baiser volant à une jeune Thaïlandaise qui le prend en photo 😂😍

Le lendemain nous poursuivons notre séjour par une randonnée dans la forêt sur un sentier balisé au dessus de la ville. Arthur fait encore preuve de ténacité, de courage et d'endurance.

Puis retour rapide a l'hôtel pour prendre notre paquetage avant d'aller prendre notre bus pour Georgetown, 7h de bus à venir...😣

Conclusion de cette étape, nous avons découvert une très belle région montagneuse et également fait de superbes rencontres avec des Malaisiens notamment une famille nous ayant pris en stop.

6

Nous ne sommes pas forcément adeptes des grandes villes mais 2j à Kuala Lumpur nous ont semblé être le minimum avant de commencer notre trip pour s'adapter au décalage horaire, climat, nourriture...surtout pour Arthur! Enfin ça c'est ce qu'on disait au début parce finalement c'est moi (Clem) qui souffre le plus du décalage horaire et de la chaleur. Arthur se révèle être un super globe trotteur, il dort quand on lui dit de dormir, marche quand il faut, commence à goûter quelques plats locaux même épicés, est toujours de bonne humeur (sauf quand il s agit de faire des photos...😀), joue avec les petits Malais, et s'emerveille de tout! Bref une tres grande capacite d'adaptation! C'est un vrai bonheur de vivre tout cela avec lui!

Pendant ces deux jours nous avons eu l'occasion de visiter differents quartiers de la ville dont China town, d'aller flâner au parc aux oiseaux, et de se laisser impressionner par les petronas tower. Nous avons beaucoup apprécié le parc aux oiseaux (plus grand parc au monde avec une immense volière de plusieurs ha), surtout parce que c'est un bonheur de voir Arthur découvrir ce petit paradis avec beaucoup d'enthousiasme et observer avec attention les différentes espèces d'oiseaux et les singes faisant des acrobaties avec des lianes. Nous avons été un peu déçus par China town qui est en fait un espèce de marché géant de toutes les babioles chinoises en plastique bas de gamme malgré la présence de quelques temples.

La visite des tours Petronas nous a également beaucoup impressionné par leur grandeur mais aussi leur architecture. L'architecte César Pelli a pris du temps pour comprendre la culture malaise avant de dessiner les tours qui sont devenues le symbole de la Malaisie et de KL. Il a compris rapidement que ce qui impregnait cette culture était l'islam. Il a donc dessiné des tours qui évoque l'islam: le plan du rez-de-chaussée basé sur une étoile à 8 branches rappelle les arabesques et la division en cinq parties des tours représentant les 5 piliers de l'islam. Les tours font 452 m de haut et sont reliées par un pont à 170 mètres. c'étaient les plus hautes tours du monde jusqu'en 2004. Nous nous sommes promenés dans le grand parc qui se trouve aux pieds des tours et Arthur s'est baigné dans la piscine du parc et a pu jouer avec des Malais de son âge.

Nous avons découvert la délicieuse cuisine Malaise qui ressemble quelque peu à la cuisine thaïlandaise. Nous avons également mangé chinois puisque 43% de la population de Kuala est chinoise (contre 45% de Malais).

Pour finir nous avons visité un temple Bouddhiste et Taoiste (en meme temps!) a l'extérieur de la ville, le temple Thean Hou. Ce temple est apparement le plus extravagant de la Malaisie par son architecture. C'est d ailleurs à l'occasion de cette visite qu'Arthur nous a annoncé :"moi je crois en Bouddha!" 😂 La Malaisie est majoritairement musulmane, comptant un peu plus de 60% de musulman et 20% de bouddhiste.

Kuala Lumpur est une grande ville de 1,8 million d'habitants construite par les britanniques sur une jungle. Le developpement industriel de la ville dans les nouvelles technologies et la finance a conduit a une croissance extrêmement rapide de la ville depuis les années 80. C'est a ce moment que la ville a vu pousser des tours (dont les tours petronas de la société Petronas) constituant des quartiers d'affaires. Cependant l'urbanisation s'est faite tout en conservant beaucoup de végétation au coeur de la ville, ce qui la rend assez verte et agreable.

Bref un séjour très agréable à KL et de très bonne augure pour la suite du voyage.

5

Nous arrivons à Dubaï a 1h du matin le jeudi 16 août pour passer 2j chez Ghita, Ben et Jad. Ben nous attend a l'aéroport et nous accueille avec joie. Nous rejoignons rapidement Ghita et entamons ce week end sous de bons auspices avec une coupe de champagne que nous savourons en nous disant qu' il s agit de la derniere car avant logtemps. Ghita et Ben ont quitté Paris quasiment en même temps que nous en 2013 pour s'installer à Dubaï. Ils ont donné naissance il y a 2 ans et demi à Jad, un merveilleux bout en train et donc bon compagnon d'Arthur!

Cette période de l'année est assez hostile à Dubaï, la chaleur est écrasante et l'humidité de 100% la rend encore plus intenable. Nous renonçons au désert et optons donc pour des visites en intérieur et profitons de la piscine (Arthur fait ses premières brasses coulées sans brassard). Nous sommes surtout là pour passer du temps avec nos amis que nous ne voyons qu'une fois par an.

Nous connaissons tous les deux déjà Dubaï mais sommes encore une fois marqués par son multiculturalisme et la cohabitation plutôt réussie entre toutes ces cultures aux croyances si divergentes. Nous sommes frappés de sortir d'un bar jamaïcain où l'alcool coule à flot avec des filles faisant des démonstrations de daggering (je vous laisse regarder sur YouTube pour ceux qui veulent rigoler 🤣) et de tomber nez a nez sur un groupe de femmes en niqab.

Nous avons passé 2 jours merveilleux entre amis et avons pris une bonne dose de bonheur et de convivialité avant de partir dans l'inconnu. Ce week-end end a également été l occasion de discussions intimes qui nous ont fait du bien à tous.

Avant de nous envoler pour Kuala Lumpur, Ghita nous transmet une courte vidéo de Mo Gawdat (l ancien directeur de Google X en charge du labo des projets secrets de Google) qui a découvert l équation du bonheur. Une vidéo a méditer et qui nous dit en substance que plus notre niveau d attente est bas, plus notre bonheur sera élevé. (https://www.dailymotion.com/video/x6gnkb6)

4

Les derniers aurevoirs ont été difficiles à la fin de cette jolie journée du 15 août passée entre amis et famille!! L'émotion monte avec la perspective d'être loin de nos proches pendant 1 an...

Et le lendemain nous voilà a l'aéroport, prêts et heureux de vivre cette belle aventure...

3
3
Publié le 31 juillet 2018

Salut a tous,

Le jour J approche! Nous sommes dans les starting blocks. Toutes les démarches administratives sont bouclées, maison quittée 😓, matériel acheté, aurevoirs commencés 😢!

Voici un rapide aperçu de notre périple pré-tour du monde qui nous a permis de passer de merveilleux moments avec nos amis et famille (malgré quelques changements de programme malheureux)

2
2
Publié le 30 juillet 2018

Il y a quelques mois rien ne prédisait ce voyage. C'est un soir de novembre en discutant de ce que pourrait être mon activité professionnelle future (Clem) que Cédric me dit : "Donnons- nous des idées en voyageant!" Et toute la soirée nous nous sommes mis à en rêver... Quelques jours plus tard, nous rencontrions en Thaïlande une Singapourienne et une Chinoise, elles-mêmes en train de faire le tour du monde, qui nous ont mis au défi de faire "All In" (tapis au poker) selon leurs mots et voilà... il faut pas nous chercher! Nous avons donc décidé de relever le défi et de nous jeter à l'eau avec l'idée de vivre une expérience inoubliable en famille (All in Family).


Cadeau de le fête des pères 😍
On peut aussi nous appeler la famille Toc Toc 🙃