Carnet de voyage

All In Family

46 étapes
291 commentaires
163 abonnés
Dernière étape postée il y a 5 jours
Bienvenue sur le blog de All In Family
Août 2018
360 jours
Partager ce carnet de voyage
47

Nous arrivons dans la région du Mont Cook, le sommet le plus haut de Nouvelle Zélande, 3756m. La région regorge de magnifiques randonnées entre lacs et montagnes. Nous faisons une belle balade de 4h pour se rapprocher du Mont Cook. Cette balade nous amène au bord d' un lac alimenté par un glacier, que l'on voit au fond, au pied de la fameuse montagne. Arthur s'endort au bord du lac, nous avons donc l'occasion de contempler la vue un moment et la chance d'assister au décrochage d un bout du glacier qui tombe dans le lac dans un fracas incroyable! Au réveil d Arthur nous descendons au lac pour voir et toucher les icebergs. Cedric s'offre même une petite baignade au milieu des blocs de glace ❄. Au retour de la balade nous retrouvons Caco au camping et heureusement pour elle car le camping en tente aurait été compliqué avec la nuit qu'ils annoncent, entre vent, pluie et froid glacial. Il paraît que le mauvais temps vient de l'Antarctique!

Le lendemain matin le déluge continue de s'abattre sur nous mais nous réussissons à profiter d'une accalmie dans l'après-midi pour aller voir un autre lac avec des icebergs, encore plus gros et plus nombreux. Décidément la Nouvelle Zélande offre une diversité extraordinaire de paysages!!


Le lendemain nous décidons un peu tardivement de faire une randonnée au dessus d un lac peu visité mais magnifique. Nous partons donc vers 11h30 pour une rando de 16km, et 1000m de dénivelé positif. Qui dit rando moins touristique dit aussi rando mal balisée, on se perd donc un peu et faisons juste 22km au lieu de 16 😫 On a failli toucher le fond quand on a coupé à travers champs pour "gagner du temps" mais qu'on s'est retrouvé à marcher 6km au milieu de plantes à épines qui nous piquaient à chaque pas! Finalement nous avons retrouvé un chemin et nous sommes arrivés au van à 21h à la nuit tombante, après 9h30 de marche quasi sans pause . Heureusement qu Arthur a encore marché comme un chef presque toute la rando et dans la bonne humeur grâce aux histoires de Caco qui a une imagination débordante !

L'heure est arrivée de quitter Caco qui part sur l'île du Nord...snif snif 😢! Pour se remonter le moral nous passons la journée dans un spa de bains chauds au milieu des montagnes enneigées! 😉

Le soir Cédric et Arthur se font une soirée d'observation des étoiles avec un professionnel qui leur apprend des milliers de choses sur les galaxies, étoiles, planètes, constellations...Arthur adore les étoiles depuis que nous sommes en Nouvelle Zelande et spécialement dans cette region où il n'y a aucune pollution lumineuse (car pas de ville a la ronde) et où le ciel est absolument incroyable. Arthur veut être astronaute et ambitionne carrément de faire partie l'opération Mars en 2040! 😂

Les 3 derniers jours sont consacrés à un passage sur la péninsule près de Christchurch et visite de la ville, qui a su faire preuve de résilience suite au terrible tremblement de terre dont elle a été victime en 2011. Quasi la moitié de la ville a été détruit et la reconstruction est plutôt réussie.

Il est temps de partir à la découverte d un nouveau continent! Les 5 semaines passés en Nouvelle Zélande ont été extraordinaires et riches de paysages divers et grandioses. Il faut par contre être amateur de randonnées pour en apprécier tous les trésors !

46

Nous sommes contraints de quitter la région à cause du mauvais temps. Le froid et la pluie commencent à rendre la vie en van un peu compliquée. L'humidité est dure à supporter sachant que le toit n'est pas bien isolé et que ca goutte à l'intérieur 😣 nous passons la nuit à nous geler sous la pluie et le vent dans un van glacial !! 😂 Il faut dire aussi que je suis crevée parce que je fais des insomnies toutes les nuits depuis 3 semaines a cause des piqûres de sandflies. Les sandflies ressemblent à des moucherons mais elles piquent et leurs piqûres grattent pendant 1 semaine, à vous donner envie de vous arracher la peau! Bon nous partons vers le Sud (mais ici Sud ne veut pas dire chaleur), malgré que ce soit le plein été il fait plutôt froid et nuageux. Caco ne veut pas aller nager avec les dauphins donc nos routes se séparent temporairement. Nous partons tous les 3 vers un parc national appelé Les Catlins. Nous faisons ici de supers balades en bord de mer et surtout nous avons la chance de nager avec des dauphins sur la plage. En fait nous avions renoncé a cette idée à cause du froid et du vent très fort. Nous avons quand même voulu voir les dauphins, nous nous rendons sur la plage réputée pour cela. La température ressentie doit être autour de 10 degrés, nous avons nos 4 couches de polaires et doudounes. Nous arrivons sur la plage et commençons à apercevoir les dizaines d'ailerons de dauphins et hésitons un peu à mettre les pieds dans l'eau pour se rapprocher. A ce moment 3 allemands débarquent et sautent à l'eau. Ni une ni deux Ced et moi courons les rejoindre et nous retrouvons au milieu des dauphins qui viennent jouer avec nous et nous passent à 30 cm. Nous restons au moins une demie heure à profiter de ce moment extraordinaire avec les dauphins Hector, les plus petits dauphins du monde malheureusement une espèce en voie de disparition. Cet instant magique valait bien l'hypothermie que je me suis traîné toute la journée ensuite! Après de belles balades nous retrouvons Caco à Dunedin pour une petite soirée entre filles dans une ville! Oui la Nouvelle Zelande est un desert humain on ne croise que des touristes, surtout dans l'île du Sud! A Dunedin il y a même quelques resturants et 2-3 bars..incroyables! Donc on en profite!

Le lendemain elle continue sa route vers le nord et nous 3 partons visiter la peninsule d'Otago près de Dunedin avant de la rejoindre. Nous nous perdons littéralement sur les petites routes en gravier de la peninsule pour admirer les paysages sauvages et tombons sur un parking et des indications de promenade. Nous faisons donc une belle découverte en faisant une balade entre les points de vue de falaise, les champs de montons...et finissons par dormir là haut en pleine nature face à une vue magnifique sur les deux bras de mer qui coupent la péninsule.

Nous entamons ensuite la remontée vers le nord nous aussi. Sur la route nous faisons deux chouettes arrêts, un pour voir une curiosité du coin, des rochers complètement ronds formés sur la plage et l'autre arrêt pour voir des pingouins. On nous a parlé d'une petite ville sur la côte est où à la tombée de la nuit quelques pingouins traversent la ville. Et en effet nous nous cachons derrière les arbres avec quelques autres passants pour voir 5 pingouins sortir de l'eau et traverser la route pour rejoindre leur nid situé au milieu d'un camping en front de mer...genial de voir ces petites bêtes avec leir démarches rigolotes traverser la route l'air de rien!

45

Nous quittons la région de Wanaka pour une autre region de lacs un peu plus au sud autour de Queenstown. La route est incroyablement belle entre les montagnes! Nous arrivons à Queenstown pour retrouver ma copine Carole (alias Caco). 😁😁 Trop contentes de se retrouver après 6 mois! Elle est en tour du monde depuis début janvier...et oui c'est contagieux!!! Apres un passage au Vietnam elle passe maintenant 3 mois en NZ entre vacances et woofing! Aahhh ca fait du bien de retrouver une tête amicale et en plus on va faire un bout de la suite ensemble. La première journée est consacrée à la glandouille au bord du lac pour se raconter nos aventures respectives et rattraper le temps perdu. Le 2e jour nous montons sur la montagne surplombant Queenstown pour admirer la vue et faire de la luge d'été. On s'amuse comme des gosses et je me demande même qui s'éclate le plus entre Arthur et moi? Le lendemain nous faisons une jolie rando, mais malheureusement sous la pluie! Nous sommes dans une region où il pleut 200j par an donc il va falloir s'y habituer! C'est pourtant l'été mais il peut faire super froid quand le ciel est couvert. Nous avons donc fait nos 5 heures de rando sous la pluie et dans le froid 😣

Nous partons ensuite pour Milford Sound, un des plus beaux fjords de Nouvelle Zélande. Nous avons, comme tous les touristes, réservé notre tour en bateau de 2h dans le fjord et nous avons énormément de chance car c'est le seul jour ensoleillé de la semaine. En bateau nous longeons la côte de part et d'autre du fjord. Nous découvrons d'anciennes vallées glacières et des cascades se jetant dans l'eau, les paysages sont majestueux et grandioses! C'est la première fois que je vois un fjord et le spectacle m'impressionne. Le bateau s'approche très près des cascades et on s amuse avec Arthur à rester le plus longtemps possible sur le pont du bateau pour recevoir les embruns.

Nous pensions rester plusieurs jours vers Milford Sound pour faire plusieurs randos mais malheureusement la pluie de la semaine nous contraint de choisir une seule rando et de la faire dans la foulée de la croisière en une aprem. Nous avons choisi la rando Gertrude Sadle, rando un peu technique et difficile mais offrant une diversité de paysage et moins de monde que sur les rando plus accessibles. Arrivés au parking de la rando plusieurs personnes font demi tour et nous disent que la pluie de la veille rend infranchissables les rivières. Nous décidons quand même d'aller voir. Au premier torrent effectivement il faut remonter le pantalon et se tremper les pieds mais ca passe facile. C'est en fait à partir du 2e torrent jusqu'au 5e que nous sommes obligés de randonner en culottes, on passe donc les 5 torrents avec de l'eau à moins de 10 degrés jusqu'en haut des cuisses. C'est l'aventure! Et on ne me regrette pas car la randonnée est incroyable passant par des torrents de glaciers, une vallée glacière, un lac noir et enfin arrivés au sommet une vue vertigineuse à couper le souffle sur le fjord. Je pense que c'est une des plus belles randonnées de NZ, les beautés de la nature compensent grandement la difficulté. Arthur marche de mieux en mieux et adore les terrains escarpés et les passages d'escalade.

44
44

La traversée a été très agitée mais l'arrivée au milieu des fjords nous fait oublier le mal de mer. Nous arrivons tard et galerons pour trouver un camp pour dormir. Il faut dire qu'en Nouvelle Zélande les campings gratuits sont rares et les campeurs nombreux. Il y a des campings payants mais considérant le budget colossal mis dans la location du van nous n'avons pas envie de payer en plus des campings. Sur ce point nous sommes un peu déçus du voyage en van ici car nous pensions pouvoir dormir en pleine nature et finallement nous nous retrouvons souvent à dormir sur des parking collés à d'autres vans, ce qui enlève tout le charme de ce style de voyage. On roule tard pour trouver une place libre dans un camp finalement payant. Le lendemain nous faisons pas mal de voiture en direction d'Abel Tasman National Park, notre prochaine rando. Nous faisons escale dans une petite ville juste à côté. Le spot de camping est devant un petit parc de jeux et Arthur file tout de suite jouer au foot avec un groupe de Kiwis (adultes je précise) et passe bien 2h avec eux. Au réveil nous nous préparons pour nos 14km dans le parc national d'Abel Tasman. Cette fois nous mettons Arthur au défi de marcher l'intégralité de la rando sans aide...avec en carotte une glace! Nous prenons notre temps et allons voir toutes les petites criques et plages sur le trajet. Le plus dur est de faire comprendre à Arthur que nous ne pouvons pas faire des châteaux de sable à chaque plage sinon il nous faudrait 2j. Nous prenons quand même le temps de nous baigner et de faire un bon pique nique avant de repartir. La balade est tres agréable sur un petit sentier abrité par les fougères arborescentes et les vues sur la mer sont jolies même si la rando ne vaut pas l'engouement qu'elle connait. Nous arrivons tranquillement à la fin des 14km et prenons un bateau taxi pour retourner au parking. Nous rencontrons un couple de français très sympa avec qui nous passons la soirée et la matinée du lendemain.

C'est l'heure de prendre la route sur la côte Ouest jusqu'aux glaciers. Nous faisons 2j de route avec un super arrêt pour voir les otaries. Il y a une balade de 6km à faire pour aller les observer (de loin) il se trouve que sur le trajet on aperçoit une boule noire qui bouge dans l'eau au loin mais pas du tout là où elles sont censées être. On décide de sortir du chemin et de descendre sur une plage complètement sauvage pour aller voir de plus près. Et nous avons eu la chance de tomber nez à nez avec une otarie et pouvoir l'approcher à 1m. C'est pas vraiment mignon comme animal, contrairement aux lions de mer avec lesquels nous avions nagé aux Galapagos mais le ballet qu'elle nous présente quand elle repart à l'eau est gracieux! Nous nous baignons sur cette plage magnifique avant de continuer la balade pour arriver au fameux point de vue pour les observer. L'observation se fait cette fois de très loin.

Le jour suivant est consacré à la route sur la côte ouest jusqu'aux 2 glaciers, Fox Glacier et Franz Josef qui ont la spécificité d'être près de la mer et de traverser des forêts humides. Nous marchons pour aller voir chacun des 2 glaciers mais les limites d'approche sont assez loin, nous sommes contraints de rester à 400m pour raison de sécurité. Le plus impressionnant est finalement de constater la fonte des 2 glaciers en voyant le panneau du point où ils arrivaient il y a quelques années encore.

Nous continuons vers le sud direction Wanaka avec un arrêt pour une petite balade pour voir les "blue pools", piscines naturelles dans une rivière alimentée par l'eau des glaciers et donc d'un bleu incroyable! On a osé la baignade et Ced a même sauté d'un pont de 8m de haut dans cette eau glaciale 😨

Arthur a été applaudit par tous les touristes pour s'être baigné 😂

Wanaka est une region connue pour ses lacs et ses randonnées magnifiques. Cédric decide de faire une des randonnées de nuit pour éviter la foule et pour profiter du lever de soleil. Cela parait dingue mais la nouvelle zelande est très très touristique et nous avons entendu dire que pendant cette randonnée il fallait faire la queue pour prendre des photos. Ced part donc a 5h 15 pour etre au sommet 1h30 plus tard et s'émerveiller du lever de soleil sur le lac. En fin de matinée nous partons tous les 3 pour une autre rando à travers les lacs mais malheureusement la pluie nous oblige à faire demi tour au bout d'une heure et nous découvrons que nos kway ne sont pas étanches😣😥

Le lendemain je n'ai pas envie de faire la rando de 15km que nous prévoyions, je reste donc au bord du lac avec Arthur à jouer et peindre sur des galets. Cédric fait la fameuse rando qui lui donne des vues à couper le souffle sur deux lacs de part et d'autre de la montagne. Cette region de montagne et de lacs est sublime et offre des paysages merveilleux de grands espaces.

43
43
Publié le 21 février 2019

Le 16 février nous avons fêté nos 6 mois de voyage! Nous avons souhaité à cette occasion partager nos états d'esprits respectifs! (sans concertation préalable)

Bilan des 6 mois vus par Cédric:

Et voilà ! 6 mois déjà et que de moments savoureux vécus et partagés pendant cette première moitié de tour du monde. Une merveilleuse expérience en famille, une formidable aventure humaine à la rencontre du monde, de l autre, et de soi même et enfin un émerveillement face à la beauté de la nature. Ces 6 premiers mois, c est déjà un bel exploit pour Clemence qui a réussi à nous supporter Arthur et moi sans avoir à prendre plus d une demi journée toute seule pour souffler un peu 😅plus sérieusement, le fait de passer 24h/24h en famille a été l occasion de nous découvrir encore plus intimement. Je ne ferai pas l éloge de ma femme ici mais quand même, j avoue que j ai été très impressionné par sa capacité d adaptation dans des situations très variées, sa capacité a faire face à l adversité avec sérénité, son efficacité, son aptitude à vivre avec frugalité et son intelligence pratique sans oublier son côté jovial ! J ai découvert également ses talents de blogueuse, vous aussi je crois… et surtout quelque chose de fondamental : je gagnerai à écouter plus souvent ma femme car elle a très souvent raison … 😍 et je m arrêterai là pour ne pas la faire trop rougir ! En tout cas et en un mot, c’est un grand plaisir de voyager ensemble ! C est également un immense plaisir de voyager avec Arthur ! Je m émerveille quotidiennement de sa joie de vivre et cela me procure un immense bonheur. Je vois arriver à toute allure mes sœurs qui vont me dire que je suis gaga de mon fils, eh bien oui c est vrai !!! Explorer et découvrir le monde a ses côtés, l accompagner au quotidien dans son développement et son émancipation, jouer, prendre du temps pour lui ou encore faire différentes activités avec lui sont une très grande source de joie. Grace a lui, nous avons pu également faire le tour du monde des parcs de jeux pour enfants, et ca c est quand même extraordinaire , non ? En tout cas, c est un formidable cadeau pour lui et pour nous que de pouvoir vivre ensemble toute nos aventures de tour du mondiste. Cela nous a tous fait grandir individuellement. Ces 6 mois ont également été l opportunité de réaliser un voyage intérieur qui m a permis d élargir mon champ de conscience, de mieux percevoir mes modes de fonctionnement, de développer mon intuition ou encore d apprendre à vivre plus lentement et davantage dans l instant présent. Pleins de rencontres joyeuses et vivantes ont ponctué notre périple en Asie du Sud Est et en Océanie, que ce soit avec des locaux, des voyageurs ou avec des copains et la famille. Nous avons apprécié la diversité culturelle des personnes que nous avons rencontré en tribu, en chemin ou dans les différentes activités pratiquées. L'immersion en tribu kanak ou à borneo chez les iban ont été des moments forts de notre voyage et nous avons particulièrement apprécié le côté chaleureux des habitants de Flores en Indonésie. Un bémol pour Arthur qui a assez vite saturé des séances photos avec des asiatiques en furie prêt à tout pour lui arracher une photo ou le toucher. Globalement, nous avons rencontré beaucoup de personnes charmantes et facilitantes et cela a été très agréable. Côté destination coup de cœur, la nouvelle Calédonie trone sur le haut du podium malgré un coût de la vie prohibitif. L archipel a été béni par les Dieux tant les îles sont d une beauté et d une diversité extraordinaire. Nous nous sommes régalés avec la famille d Antonin et avant vécu des expériences hors normes pendant notre séjour. Les autres pays que nous avons visité nous ont également conquis que ce soit la Nouvelle Zélande avec ses paysages à couper le souffle , Flores et son archipel de Komodo, la Birmanie et ses temples, Angkor Vat au Cambodge, la cote Est de l Australie, Borneo ou encore Chiang Mai au Nord de la Thailande. En synthèse, nous sommes très heureux de cette première partie de voyage et nous réjouissons de vivre encore 6 mois en Amérique du Sud dans un environnement culturellement encore complètement différent.

Bilan des 6 mois vus par Clémence:

Nous voilà à la moitié de notre voyage. 6 mois d'aventures incroyables, de rires, d'émerveillement, de découvertes, de bonheur partagé mais aussi quelques moments d'énervement! Sans surprise Cedric est un partenaire de voyage exceptionnel! Nous avons la même façon de voyager et sommes sur la même longueur d'onde... tout semble naturel! La grande surpise est plutôt la facilité avec laquelle nous voyageons avec Arthur et de son entrain pour tout. Il nous suit absolument partout et avec le sourire! Mise à part une période un peu difficile en Asie par manque d'interaction avec d'autres enfants, les choses sont plutôt faciles avec lui, en considérant que de toute façon c'est un enfant tonique qui demande de l'énergie 😅! Voyager avec un enfant change toute la configuration du voyage. Tout est exacerbé, à la fois le plaisir est décuplé, amplifié par le bonheur de partager et à la fois les moments compliqués s'aggravent parfois avec lui entre les pattes. Voyager avec un enfant facilite les rencontres d'autant plus qu'Arthur est hyper sociable. En parlant de rencontres, pendant 6 mois nous en avons fait de belles, comme toujours en voyage, de celles qui vous font prendre du recul sur votre vie et vos envies. La générosité aura marqué toutes ces rencontres. Nous avons été profondément touchés par la grande générosité dont ont fait preuve les gens à notre égard, que ce soit un inconnu rencontré sur la route ou nos amis de longues dates.

Pendant 6 mois le voyage a roulé tout seul, comme évidence, et bizarrement juste avant les 6 mois j'ai commencé à sentir le manque de moments pour moi et le peu de temps de répit. Arthur demande beaucoup d'attention et a du mal à s'occuper seul, même si cela s'améliore grâce au père noël qui a eu la bonne idée d'amener des legos. Pendant quelques jours j'ai ressenti une envie de confort et me suis mise à rêver d'une nuit dans mon lit😉 a ce moment j'ai ressenti quelques fois également l'éloignement et le sentiment de rater beaucoup de choses en mon absence, je ne connais même pas ma petite nièce qui a 3 mois 😣! Moi qui suis un animal social et qui n'ai jamais vécu plus loin que Paris (quand on est niçoise c'est déjà l'étranger!😂), je découvre ces sentiments mais j'imagine qu'il est normal pour des voyageurs au long cours de passer par là. Ce que nous vivons est extraordinaire et quand je pense à tous les bons moments à venir je change vite d'état. D'autant que nous venons de passer 5j avec ma copine Caco qui m'ont reboosté a bloc! C'est donc reparti pour 6 mois de folie! Je vous embrasse fort!

Bilan des 6 mois vus par Arthur:

- Arthur qu'as tu préféré pendant le voyage?

- Les cascades et les glaces

- Quel pays as tu préféré?

- La Nouvelle Calédonie!

- Et pourquoi?

- Parce que j'ai adoré Clément et Mathieu

- Est ce que tu as l'impression d'être parti depuis longtemps?

- Oui très longtemps. Je voudrai visiter tout le tour du monde.

- Mais il faut beaucoup plus d'un an pour cela!

- Je voudrais faire le tour du monde pendant 5 ans!

42
42
Publié le 13 février 2019

Le lendemain nous passons une partie de la journée dans un parc appelé le Waimangu, où nous faisons une promenade de 3h au milieu de la plus jeune vallée géothermale du monde, résultat d'une éruption volcanique en 1886. La balade est extraordinaire, nous passons par une rivière jaune puis verte, par un lac bouillonnant puis un lac bleu turquoise, des geysers, des cratères fumant et même un lac avec des dizaines de cygnes noirs...magnifique! Nous commençons à nous habituer à l'odeur d'oeuf pourri omniprésente dans la region😝. La journée se finit par une baignade dans une rivière d'eau très chaude et un super peeling à la boue qui sent aussi un peu l'oeuf pourri...mais la contrepartie en vaut la peine: une peau soyeuse garantie!

Nous continuons les visites de la zone volcanique autour du lac de Taupo avec le parc qui s'appelle le Wai-O-Taipu, une réserve regorgeant également de merveilles et de curiosités. Pendant 2h nous deambulons au milieu des lacs, piscines, rivières, boue en ébullition, offrant de somptueuses nuances : jaune pour le soufre, rouge brun pour l'oxyde de fer, bleu pour le manganèse...

Puis nous nous couchons tôt car le lendemain nous attend une des plus belles randonnées du monde mais aussi 20 km à affronter avec 900m de dénivelé. Il s'agit du Tongarero crossing, la rando à travers 3 des plus grands volcans de la Nouvelle-Zélande : Le mont Tongariro, le Mont Ngauruhoe et le Mont Ruapehu. Le mont Ngauruhoe est plus connu sous le nom de montagne du destin en français, avis aux amateurs du seigneur des anneaux c'est la fameuse montagne qu’escalade Frodon! Réveil donc à 5h30 du matin pour atteindre le point de départ de la rando. Cédric me dépose avec Arthur et retourne se garer à la ville la plus proche car parking interdit au départ. Il est 6h30 je suis seule avec Arthur et nous devons commencer à marcher jusqu'à ce que Cédric nous rejoigne après avoir pris une navette. Le départ est un peu laborieux car Arthur a froid malgré sa polaire, son manteau de ski et son bonnet et rechigne à marcher en disant qu'il veut se recoucher. Les gens me regardent avec un regard qui en dit long d'autant que la randonnée est interdite aux enfants de moins de 7 ans. Je commence à avancer avec Arthur dans les bras tout en me disant qu'au pire nous ferons demi-tour d'ici une heure ou deux. Finalement au bout d'un quart d'heure il finit par vouloir marcher et je le motive en lui proposant de faire la course avec un groupe de chinois qui nous suit de peu. Il se prend au jeu et avance de plus en plus vite. Au bout d'une heure Cédric nous rattrape et ça tombe bien parce que c'est le début de l'ascension vers le premier cratère. Les paysages sont lunaires au pieds de la montagne du destin car peu de végétation pousse en milieu si aride et hostile. On se croirait porteurs de l'anneau et Arthur est aussi vaillant que Frodon malgré sa petite taille...Heureusement il a moins de poils sur les pieds! (Pour l'instant 😅) Après 3h d'ascension nous arrivons en haut du cratère. La vue est à couper le souffle entre d'un côté le cratère rouge et de l'autre une succession de 3 lacs acides dans des dégradés de bleus. Le dernier des 3 lacs est bordé de petites plantes vertes et roses incroyables et nous sommes émus par cette nature en regardant le reflet du volcan dans le lac. Cédric est heureux de les voir sous le soleil car lors de son premier voyage ici la brume était trop dense pour apprécier ces beautés de la nature. La 2e partie de la rando, moins époustouflante, nous paraît plus longue malgré la descente mais Arthur continue de courir et de sautiller. Il finit les 19,4 km sans difficulté et dans la bonne humeur, nous sommes hyper fier de lui! Cedric l'a porté maximum 30% du temps et encore! C'était le seul enfant ce jour là et tout le monde lui fait des compliments.


Le jour suivant nous faisons la longue route jusqu'à Wellington, ville tout au sud de l'île du nord où nous prendrons le ferry pour l'île du Sud. Nous y passons une journée le temps d'assister à un entraînement de cricket, sport hérité des anglais et dont les kiwis sont friands. Un joueur nous explique les règles et joue un peu avec Arthur qui est ravi. Nous visitons également le musée Te Papa, considéré comme le musée le plus intéressant du pays. Bon nous apprenons quelques éléments de l'histoire du pays et sur la culture Maori mais il n'y a pas de pièces extraordinaires. Par contre on peut reconnaître que contrairement aux musées français ils savent accueillir le jeune public, dans chaque section il y a des salles de jeux pédagogiques pour les enfants et même des animateurs... En sortant du musée nous nous retrouvons dans un festival de musique à l'occasion de la fête nationale. Il se trouve que nous sommes en fait le 6 février, jour de la fête nationale célébrant le traité de Waitangi. Ce traité fait de la Nouvelle-Zélande une colonie britannique et garantit aux Māori leurs terres et leur donne les mêmes droits que tout autre citoyen britannique. il semblerait qu il y ait aujourd'hui d'importantes controverses au sujet de ce traité qui n'aurait pas le même contenu en version anglophone et maori 🤔

Le festival commence par le fameux Aka, qu'Arthur adore! Et nous mangeons le Hangi, plat traditionnel Maori, un ragoût de patate douce, taro, magnoc, cuit a l'étouffer (exactement le même plat que le bougnat Kanak) et nous écoutons quelques chansons en attendant notre bateau.

41
41
Publié le 5 février 2019

Pleins de merveilleux souvenirs en tête et le coeur rempli de sourires et d'amitié, nous arrivons en Nouvelle Zélande! Un rêve de longue date! Cedric était venu sur l'île du Nord avec Anthonin pendant 10j pendant ma grossesse mais évidement il reste des milliers de choses à découvrir sur ces 2 îles qui regorgent de trésors. Nous avons 5 semaines pour en profiter et cette fois sans de presser. Nous récupérons notre van à Auckland. Il est bien mieux agencé que celui d'Australie, notre lit est beaucoup plus grand, il y a des banquettes et une table et il y a plus de rangements..quelques détails qui seront non négligeables pour tenir 5 semaines dans ce petit espace 😅

Allez c'est parti direction la presqu'île de Coromandel. Nous prenons la route sans trop savoir où nous allons, nous voyons sur la carte une petite route qui semble aller tout a la pointe de la presqu'île et l'empruntons. Nous nous retrouvons vite sur une route en gravier très étroite qui surplombe la mer. La route est magnifique mais nous la trouvons extrêmement dangereuse car nous sommes côté ravin et que les voitures ne se croisent pas. A ce moment là nous réalisons que le loueur de van nous a donné une liste de route interdite aux vans et après vérification celle-ci en fait partie! 😅 Bon maintenant qu'on a fait déjà 20km on continue! Nous ne regrettons pas notre choix car nous découvrons une peninsule très sauvage composée d'alpages verdoyant se jettant dans une mer d'un bleu profond. Ici règne une ambiance de bout du monde où l'on ne croise quasi que des vaches et des moutons. Nous passons 2 belles journées de balades en bord de mer avec une nuit dans un camping sur la plage. Il y a très peu de touristes dans ce coin car les autres n'ont pas osé s'aventurer sur cette route...enfin ils ont surtout respecté les interdictions! 😈

Nous revenons dans des zones de la péninsule plus accessibles et plus habitées. La route est belle et donne de beaux points de vue. Nous découvrons qu'ici les agriculteurs vendent en partie leurs récoltes dans leur jardin et disposent une boîte "honesty box" pour payer. Nous nous arrêtons donc toutes les 10 minutes pour acheter des oeufs de la ferme, kiwis, clementines, potates douces, tomates, miel...et une multitudes d'autres fruits et légumes! Aaahhh on va enfin bien manger pendant ce tour du monde! Nous qui étions clairement en manque de fruits et légumes ca ca nois faire du bien! Nous arrivons sur la côte est de la peninsule du coromandel pour voir deux curiosité du coin: la cathedral cove et la hot water beach. Cathedral cove est une arche naturelle au pieds d'une falaise. On y accède apres 1h d'une jolie marche en bord de mer. Arrivés la bas nous nois baignons dans une belle eau FRAÎCHE!

Le lendemain matin à marée basse nous allons à hot water beach pour creuser sur la plage et essayer de trouver une source d'eau chaude d'origine géothermique pouvant atteindre 65 degrés. Bon on est pas seuls, des dizaines de famille batifolent déjà dans leur jacuzzi. Arthur s'en donne à coeur joie avec sa pelle et nous fabrique un super jacuzzi et on s'acharne à le protéger contre la marée montante jusqu'au dernier moment.

Sur la route en partant nous nous arretons pour visiter une ancienne mine d'or, une de celles qui a fait la fortune de la région à une époque!

Nous quittons la péninsule pour arriver dans les zones géothermiques plus au sud. Nous avons lu l'existence d'un volcan marin en activité, white island. Bizarrement aucun blog de voyageurs n'en parle mais nous avons envie de tenter l'expérience, les volcans actifs sont rares et encore plus en mer! Nous avons donc réservé une excursion mais qui est conditionnée jusqu'au dernier moment par les conditions de mer car si la houle est trop forte le débarquement sur le volcan sera dangereux. Heureusement les conditions s'améliorent au dernier moment et la journée est maintenue. Nous partons donc en bateau sur cette île-volcan. La houle est quand même importante et je suis tétanisée par le mal de mer. Après une traversée d' environ 1h30 nous débarquons sur l'île. Le cratère actuel date de 1976. Les dernières éruptions datent de 2016, 2014 et 2013. Au fond du cratère nous marchons au milieu du souffre et des fumerolles jusqu'à un lac acide jaune fluorescent duquel s'échappent les gaz volcaniques. Des tout petits cours d'eau coulent au fond du cratère et la guide nous propose de goûter l'eau...goûter l'eau avec le doigt? Non avec la langue! Bon ben on a goûter et ca a le goût du sang 😱 à cause du fer! L'expérience est impressionnante et le lieu complètement magique. C'est génial de vivre cela avec Arthur qui aime les volcans depuis un moment déjà. Le seul regret c'est la guide qui récite son texte tellement vite qu'on a du mal à comprendre (non ce n'est pas notre niveau d'anglais qui est mauvais 😂 ) et une visite sur place un peu trop rapide.

40
40
Publié le 29 janvier 2019

Apres 2j inoubliables à Ouvea nous prenons un vol direction Lifou. Nous trouvions déjà que les vols depuis Nouméa vers les îles etaient des petits coucou mais alors là on dirait un avion playmobil! Le pilote vient lui même nous chercher en salle d'embarquement et commence a faire des blagues. Nous sommes 3 familles seulement sur le vol et c'est complet! Le pilote nous réparti pour équilibrer le poids et il choisit une hôtesse de l'air 😂 à qui il va raconter des blagues pendant tout le vol et accessoirement qui devra nous transmettre quelques informations. Drôle d' experience! Nous arrivons à Lifou, louons une voiture et partons à la decouverte de l'île. Nous faisons un des plus beaux snorkeling de notre vie avec une eau cristalline, des coraux et des poissons dans tous les sens : énorme napoléon, poissons ange, poissons papillons, ballistes, poissons lions, banc de sèches, arlequins, poissons chats... Ensuite nous continuons notre route vers les falaises du nord, falaises de calcaire qui se jetent dans une mer turquoise. Nous rejoignons la tribu Kanak dans laquelle nous allons passer les 3 prochaines nuits. Nous sommes accueillis par Claudia, mère de Pierre notre interlocuteur. Malheureusement Pierre est très occupé ces 3 jours car ce sont les rencontres des jeunes des 4 tribus du district et Pierre anime les débats, notamment sur : comment concilier modernité et tradition, comment préserver l'environnement sur l'île... nous avons eu l'occasion d'en parler quelques fois avec lui et c'était passionnant. L'île est confrontée à l'attrait des jeunes pour la ville de Nouméa, voire l'étranger. Ceux qui reviennent apportent les nouvelles technologies et la modernité et donnent envie aux autres de partir. Aujourd'hui il y a plus de membres de la tribu hors de l'île que sur l'île. La culture et les traditions Kanaks se perdent petit à petit. Les jeunes ne veulent plus cultiver les champs et achètent en superette les produits importés. Question anodine: "et de quoi vivent ils? Quand on voit les prix de la nourriture en magasin (3 fois la France) il faudrait de gros revenus pour se nourrir de ces produits?" Réponse : " les aides leur suffisent". Les habitants ne sont donc pas très incités à travailler d'autant que la tribu leur preleverait 50% de leurs revenus et leur famille le reste puisqu'ici l'argent est considéré comme commun. Ceux qui essaient de créer un commerce ou autre suscitent vite les jalousies et se font "racketter" par leurs voisins et famille. Il y a donc sur les îles une inactivité qui entraîne de gros problèmes d'alcoolisme. Bref le 2e jour Anthonin nous rejoint pour le week end. Dès son arrivée (matinale) il pêche sur la plage juste devant notre kaze traditionnelle hyper bien placée (cf la kaze en photo)! Il revient au bout d'une demie heure avec une énorme bec de canne malabar. Nous sommes ravis à l'idée de le partager avec la famille de Pierre et Claudia le soir même. Il faut tout de même s'assurer qu'il n'a pas "la gratte". La gratte est une maladie provoquée par une toxine, ingurgitée par les poissons qui mangent des coraux morts. En mangeant des poissons qui l'ont vous accumulez cette toxine et déclenchez la gratte. Cette maladie porte bien son nom puisque tout votre corps se met à vous gratter pendant des semaines et vous sentez des décharges électriques à chaque fois que vous êtes en contact avec de l'eau...même boire devient un calvaire!!! Parfois un seul poisson suffit pour la déclencher 😨 Pour savoir si le poisson a la gratte le test est de mettre ses boyaux sur un arbre et de voir si les chats ou les fourmis les mangent. C'est ce que nous faisons . Le soir-même nous revenons et constatons que ni les chats ni les fourmis n'ont attaqué les boyaux. Le poisson a donc la gratte ...dommage il avait l'air délicieux! Nous passons la journée à explorer les plages plus paradisiaques les unes que les autres avec un super pique nique au feu de bois sur la plage. Le lendemain Anthonin nous a organisé une visite dans une grotte...une petite perle trouvée dans le jardin de Justine! Justine commence a organiser quelques visites par bouche a oreille. Elle nous emmène donc ce jour là avec quelques autres touristes. La grotte est absolument magnifique, la 1ere salle est immergée il faut donc nager dans un petit tunnel où on passe tout juste puis on arrive dans une succession de 7 salles plus magiques les unes que les autres avec des compositions incroyables de quartz étincelants et des "excentriques" : des concretions qui ne respectent pas les lois de la pesanteur et partent dans tous les sens! Nous passons plus de 2h dans la grotte. C'est la plus belle grotte que nous ayons jamais vu et elle est complètement secrète en plus! Justine nous fait donc visiter sa grotte et nous fait même faire coutumes (une offrande) auprès des esprits à l'entrée pour que les esprits de ses ancêtres nous protègent. En rentrant nous decouvrons que notre hôte Claudia nous a préparé un plat typique...de la roussette 😱😨. Elle me tend fièrement une casserole que nous posons religieusement sur la table. Je soulève le couvercle et nous retenons tous les trois un cri d'effroi en voyant 5 têtes qui nous regardent!! Alors voilà le seul inconvénient de dormir chez l'habitant c'est qu'on ne refuse pas un cadeau! 😂 finalement en fermant les yeux et passé le dégoût c'est pas si mauvais!

Avant 
Après 😱

Le 3e jour et dernier jour nous continuons à découvrir des plages paradisiaques, dont notre préférée : kiki beach! 😂Je vous vois venir mais c'est pas juste le nom qu'on a aimé mais le fait qu'il faille marcher 1h pour arriver sur une minuscule plage en bas d'un rocher accessible par une échelle en bambou, plage existant uniquement à marée basse et recouverte à marée haute. Le sejour a Lifou touche à sa fin et nous repartons sur Nouméa pour retrouver le reste des amis.


Il nous reste 5 jours à Nouméa. Dans ce laps de temps nous fêtons l'anniversaire de 4 ans d'Arthur. Certains ont reconnu le bateau pirate de l'an dernier! Non je ne manquais pas d'inspiration mais c'est une demande d'Arthur donc je n'ai pas pu refuser. Nous avons été invité par Damien à faire 3 belles plongées autour de Nouméa, au phare Amendée dont 1 sur une épave de bateau militaire dans laquelle nous sommes rentrés pour visiter toutes les pièces. Il a son propre matériel ainsi nous avons pu plonger tous les 3 en autonomie c'était top. Et nous avons également passer une journée au parc de la rivière bleu vers le lac de yate avec Arthur et Mathieu (fils Anthonin) à faire 20km de vélo sur une piste rouge magnifique au bord d'une rivière.

Notre escale en Nouvelle Calédonie se finit. Après concertation avec Cédric nous sommes d'accord pour dire que c'est notre escale préférée jusqu'à présent! Nous y avons fait de tres belles rencontres et avons trouvé un équilibre parfait entre rando et plages de rêves! Un immense remerciement encore à Alex et Anthonin qui nous ont accueilli chaleureusement et nous ont concocté un programme de folie! Nous reviendrons c'est sûr!

39
39
Publié le 26 janvier 2019

Le lendemain nous prenons à nouveau le coucou pour rejoindre notre copine Caro sur "l'île la plus proche du paradis", Ouvea. Caro est infirmière depuis 2 mois au dispensaire d'Ouvea. Elle est en week-end au moment de notre venue et nous a prévu un beau programme! Dès notre arrivée nous partons faire le tour de l'île. L'île n'est pas grande mais regorge de merveilles. Nous nous arrêtons notamment pour nous baigner dans un trou au milieu de la roche dans lequel se trouve de l'eau de mer et surtout des tortues. La légende dit que le capitaine Cousteau a plongé dedans et n'a pas trouvé le fond du trou! Nous passons par le monument commémorant les événements de mai 1988. Il y a 30 ans, entre les deux tours de l'élection présidentielle, des independantistes d'Ouvea décident de prendre en otage les gendarmes de l'île pour faire entendre leurs revendications. Certains sont relâchés rapidement et d'autres sont emmenés dans une grotte au nord de l'île. Le 5 mai 1988 alors que les négociations étaient prêtes à aboutir, un assaut est lancé par le GIGN à la demande de Paris et finit dans un bain de sang: dix neuf militants indépendantistes sont tués et deux militaires. Aujourd'hui les habitants semblent vouloir tourner la page de cette histoire tragique.

Nous faisons le tour des plages paradisiaques de l'île et découvrons des dégradés et des teintes de bleu comme nous n'en avions jamais vu! Ici les raies et les tortues s'observent simplement en marchant sur la plage. À l'heure du coucher de soleil nous rejoignons les collègues de Caro du dispensaire pour un apéro sur la plage et beach volley. Nous rencontrons une équipe hyper sympa qui partage avec nous toutes les expériences et connaissances de l'île et de ses habitants. Caro a été complètement intégrée par un clan de la tribu voisine et apprend leur savoir faire de tressage, cuisine, langue, culture, croyances...elle a même eu l'honneur d'être la 1ere blanche invitée à faire la purge avec eux! Il s'agit d'une journée où les habitants boivent de l'eau de mer toute la journée jusqu'à ce qu'ils soient malades et se purgent.

Nous finissons cette super journée par un festin cuisiné par Caro: une enorme langouste et un crabe des cocotiers..rolala un délice!

Le 2e jour est consacré à une journée en bateau dans les îles des pleiades Nord. Caro nous a dégoté un super plan avec un pêcheur du coin qui s'appelle Kahil. Kahil est accompagné de son fils et ses neveux. Nous apprenons ensuite que l'oncle maternel a un rôle tres important dans l'éducation des enfants, quasi plus important que le père. Dans la culture Kanak les liens de parenté sont complexes car il y a énormément d'adoption au sein même d'un clan (=famille). Par exemple lorsque des parents marient leur fille, celle-ci part vivre avec la famille de son mari, en échange les parents de la mariée peuvent exiger d'adopter le premier enfant du couple. De même il est très fréquent que le 3e ou 4e enfant d'une fratrie soit "offert" aux grands parents. 🤔

En chemin vers les pleiades du nord nous lançons une ligne à la traîne pour pêcher le repas de midi. Nous attrapons 4 gros maquereaux. Arrivés au milieu des pleiades nous sautons tous à leau équipés de nos masques pour explorer les fonds marins. Le snorkeling est magnifique, nous sommes accompagnés par une petite dizaine de requins (pointes blanches, pointes noires et requins gris). Arthur nous accompagne avec beaucoup de courage et ne se demonte pas devant les requins. Nous tombons sur une raie manta enorme et nous admirons son ballet à quelques mètres de nous. Personnellement je n'ai pas peur des requins, surtout quand on sait que leur réputation n'est pas justifiée car il n'y a dans le monde que maximum 20 attaques de requins par an et que ces attaques arrivent en général à la tombée de la nuit et dans des eaux troubles, car il s'agit en fait d'erreur de la part du requin. Mais j'avoue avoir vraiment paniqué cette fois là quand en rentrant au bateau j'entends Cédric qui me crit :"Clem un requin derrière toi, lèves toi!" Se mettre à la vertical et tenir tête au requin c'est ce qu'il fait faire en cas d'attaque, je comprends donc tout de suite que je suis en danger, je me retourne, me redresse et vois le requin faire demi tour. Le neveu de Kahil qui avait vu la scène m'avait déjà rejoins pour repousser la bestiole. Je me remets ensuite à palmer comme jamais pour rentrer au bateau en agrippant mon sauveur et en criant au capitaine de venir nous chercher. Je mets un moment à me remettre de mes émotions, le requin ne m'attaquait pas il etait juste un peu curieux mais Cédric l'avait bien vu faire une accélération en montant vers moi. De nombreuses tribus kanak ont le requin comme animal totem et le considèrent donc comme protecteur. Malheureusement ce n'est pas notre cas et je passe le second snorkeling à regarder derrière moi. 😱

Nous nous arrêtons sur un ilot paradisiaque pour faire un feu et cuisiner nos bons poissons. La famille de Kahil nous apprend à tresser pour fabriquer toutes sortes de choses: plats, assiettes, couronnes...

Nous faisons encore un snorkeling et de la pêche durant l'après midi et rentrons au coucher de soleil. Nous avons passé une superbe journée d'aventures et d'échanges avec Kahil et sa famille!

38
38

Nous arrivons pour 2jours et demi au nord de l'île, dans la baie d'Oro dans un camping sur la plage, petit coin de paradis où l'on se sent seuls au monde. Le camping est tenu par un martiniquais rastaman arrivé ici il y a quelques années et qui cartonne surtout pour ses repas de langoustes. Nous sympatisons avec lui et avec son cuisto qui dort aussi au camping. Nous passons les deux jours à nous balader dans les environs, à nous baigner, faire du kayak dans la baie, et boire des coups avec nos deux comparses qui ont une bonne descente. Nous allons nous baigner à la piscine naturelle, entrée d'eau de mer protégée par des rochers où l'eau a une couleur bleu turquoise incroyable! Pour y aller nous marchons dans une rivière qui se remplit et se vide en fonction des marées dont le fond est de sable.

Pendant notre séjour Cédric va voir le pêcheur de langoustes du coin pour qu'il l'emmène chasser la langouste. Celui ci lui explique que la chasse se fait la nuit sur la barrière de corail, qu'il faut parcourir plusieurs kilomètres à la nage mais qu'ils ne prennent pas de risques : s'ils voient des requins ils rentrent! 😂😨 Cédric s'est mis en tête de me faire un repas de langoustes pour mon anniversaire mais au restaurant il faudrait au moins 300 euros le repas. Il va voir deux fois le pêcheur qui lui dit qu'il y a trop de vent. Nous apprenons ensuite que celui-ci n'a pas besoin d'aller a la pêche car il s'est fait beaucoup d'argent pendant les fêtes et qu'il retournera à la pêche quand il n'aura plus de quoi picoler. Finalement notre ami Martiniquais finit par nous vendre une langouste à prix coûtant que nous pourrons cuisiner nous même et notre ami le cuisto nous donne les conseils, l'huile de coco, le beurre persillé et du kombawa (râpé sur la langouste) 😋😋😋 Nous nous faisons donc un festin les pieds dans le sable. Je ne pouvais pas rêver meilleur repas d'anniversaire!

Cest l'heure de rentrer à Nouméa pour passer le week end avec Alex et Antonin. Nous avons 3j dans le coin avant de repartir dans les îles. Le 1er jour c'est repos et ca fait du bien! Le 2e jour un copain d' Antonin vient nous chercher en bateau pour aller sur un îlot en face de Nouméa. Il s'appelle Damien et c'est un fan de sports nautiques (il ressemble étrangement à notre Damien de Marseille! Gros bisous Dam 😙😙) Il a tout le matériel pour faire du wake et de la bouée tractée...autant vous dire qu'on s'est éclatés comme des dingues et qu'on a eu de bonnes sensations!

Le jour suivant nous partons avec Antonin et les 3 enfants au lac de Yate, à 1h de Nouméa. Dans cette partie de l'île les sols lateritiques sont riches en metaux (fer, aluminium, chrome et nickel entre autres) et très pauvres en nutriments. Seules les plantes du maquis s'y sont adaptées créant ainsi un taux d'endemisme de 95%! Nous nous promenons et nous baignons dans cet environnement merveilleux avec l'impression d'être sur une autre planète!

37
37
Publié le 20 janvier 2019

C'est l'heure d'embarquer dans notre petit avion direction le paradis. Il y a 15 passagers a tout cassé sur le vol et les hôtesses nous placent afin de répartir le poids dans l'avion 😂 Le vol dure 25 minutes seulement et donne un bel aperçu de ce qui nous attend : du sable, de l'eau turquoise et des pins colonaires. Le pin colonaire est un pin typique d'ici très élancé et pouvant avoir des courbes folles en fonction des vents. Une fois n'est pas coutume nous nous installons au camping! Les prix des hôtels n'étant pas compatibles avec notre budget de tour du mondiste (les 1ers prix commencent a 100 euros la nuit). Notre camping se trouve sous les pins et cocotiers au bord de la plus belle baie de l'île, la baie de Kanumera. Tout de suite nous faisons connaissance avec 5 personnes à une table: 2 garcons qui travaillent sur la restauration de l'ancien bagne de l'île des pins, une toulousaine en vacances, une française installée à Tahiti qui vient principalement pour la plongée et une jeune journaliste qui fait un tour de la Calédonie pour faire des articles jeunesse. Et voilà une belle équipe qui se constitue pour les soirées à venir! Le lendemain c'est mon anniversaire. Au réveil mes hommes m'attendent avec une galette des rois et des bougies!

Nous passons la 1ere journée à decouvrir les environs: plages paradisiaques, poissons de toutes les couleurs, jolie promenade et super partie de pêche infructueuse (encore!!) avec quelques belles surprises dont un Dugong qui s'est approché de la surface (le dugong est surnommé la vache des mers car il mange de l'herbe, c'est une espèce de lamantin qui peut faire 4m de long). Le soir nous rentrons au camping et retrouvons notre belle équipe de campeur qui a fait des crêpes pour mon anniversaire! On m'offre même une bouteille de vin blanc! 😊 sachant que la vente d'alcool est interdite sur l'île (à cause des problèmes d'alcoolisme des habitants).

Le lendemain nous faisons une magnifique croisière en pirogue melanesienne, pirogue à balancier et à voile. C'est l'embarcation ancestrale sur lesquelles les habitants premiers ont parcouru les océans avant d'arriver en Nouvelle-Calédonie. Nous traversons la baie d'Upi à la decouverte des spectaculaires rochers posés au milieu d'une eau turquoise. Un moment magique!

Nous finissons la journée par une superbe balade sur le pic N'ga, le point culminant de l'île, 262m d'altitude pour admirer la merveilleuse vue sur toute l'île et le coucher de soleil.

Le lendemain matin nous pensions profiter de notre belle plage déserte avant de partir a l'autre bout de l'île pour 3j mais quelle fut notre stupeur en voyant la baie envahie par une horde d'Australien fraichement débarqués d'un immense paquebot de croisière 😤. Nous apprenons donc que 2 fois par semaine des centaines de croisiéristes australiens débarquent sur l'île, ravageant les coraux au passage et jetant leurs detritus sur la plage. Heureusement le chef de la tribue de l'île a limité l'accès à 2 bateaux car à une époque c'était quasi 1 par jour. Oui ici tout est régi par le droit coutumier qui prime sur le droit français. Toutes les terres appartiennent aux tribus, aucune à l'état, et le droit coutumier implique que pour passer quelque part il fait demander l'autorisation au chef de la tribu et souvent même "faire coutume", soit offrir un présent. Et c'est le même fonctionnement pour la mer, qui jusqu'au lagon appartient à la tribu, de façon à ce que chaque tribu ait une partie de montagne pour la chasse, une partie de bord de mer pour l'habitat et une partie de mer pour la pêche.

Ceci dit les jours de présence des croisiéristes australiens, de multiples stands poussent sur la plage pour vendre toute sorte de plats typiques et d'artisanat local. Nous en profitons pour goûter les escargots de l'île, gâteau à l'ananas et le bougna (sorte de ragoût au poisson ou viande et les tubercules locales: magnoc, igname, patate douce).

36
36

Le lendemain Antonin et Cedric veulent réitérer leur pêche miraculeuse et partent tôt en canoë avec tout le matos. Au bout d'une heure Cédric a la bonne idée de se lever sur le canoë (pour se soulager) et fait chavirer l'embarcation avec tout le matériel! Dans l'action ils réussissent à rattraper certaines choses mais pas la meilleure canne à pêche d'Antonin. Ils reviennent donc en catastrophe au rivage pour prendre les masques et palmes pour essayer de chercher dans les 4m d'eau la canne. Ils cherchent un moment mais en vain. Nous sommes dépités à l'idée de devoir rembourser ce matériel qui viendrait amputer énormément notre budget. Après un déjeuner pour reprendre des forces nous partons tous les 3 avec encore un peu d'espoir. On arrive en pleine mer, il y a beaucoup de vent, du courant et la visibilité médiocre puisqu'on voit à peine à 2m. Je suis motivée par la perspective d'économiser énormément d'argent mais la probabilité de tomber au bon endroit est très faible. Finallement les garçons jetent l'ancre à un endroit qui leur parait être proche de leur chute et ni une ni deux je saute dans l'eau. Je fais une première exploration et constate que la visibilité ne nous permet pas de balayer un rayon assez grand et qu'avec la profondeur nous allons nous épuiser rapidement. Je remonte et dis aux garçons que c'est peine perdue (hyper optimiste!) Je redescends une deuxième fois et là par miracle je tombe sur la canne à pêche! Je remonte à toute vitesse en la brandissant fièrement et nous poussons tous les 3 des cris de joie! De retour au camp nous prenons le temps de nous remettre de nos émotions et plions bagage pour la prochaine étape.

Le lendemain nous allons nous baigner dans deux magnifiques cascades. L'eau est fraiche et claire. Les enfants s'éclatent à sauter des rochers dans des piscines naturelles. Nous sommes complètement seuls encore une fois pour profiter de ce lieu idyllique. Encore une belle journée qui se finit par une partie de pêche au coucher du soleil dans les rochers.

La journée suivante nous faisons une balade en Canoë aux pieds de ce que les gens appellent ici "La Poule" c'est un immense rocher karstique au milieu de l'eau en forme de poule. Nous ramons au milieu d'une zone infestée de requin, il ne s'agit donc de ne pas se retourner. L'endroit est à l'embouchure d'un fleuve et visiblement c'est la période où les requins bulldog viennent se reproduire. Nous jetons la ligne et pechons à la traîne sur le trajet. C'est seulement en rentrant qu'Antonin nous explique qu'un de ses amis pêcheurs avait attrapé une carangue et qu'en la remontant celle-ci s'est faite mangée par un requin de 3m de long qui a surgit juste a côté du canoë 😨. Je vous rassure nous n'avons (encore une fois) rien pêché. Nous passons au milieu d'une mangrove et atteignons la poule dans un paysage sublime, entre mer, roche et vegetation verdoyante.

Au bout de deux heures de canoë Arthur se plaint d'avoir froid et semble très fatigué. De retour à terre il ne veut pas manger et à du mal à se réchauffer. Il s'endort pendant le déjeuner, nous prenons ensuite la route. Nous sommes censés faire 3h de route et faire notre dernière étape. Au bout de 3h Arthur dort toujours et est très chaud, il a de la fièvre. Nous décidons donc d'ecourter et de rentrer une nuit plus tôt à Nouméa. Nous faisons finalement plus de 6h de route sans qu'il se réveille, nous arrivons à Nouméa à 20h et il se rendort tout de suite dans son lit avec 40 de fièvre. Finalement il se reveille en pleine forme le lendemain après 19h de sommeil. Et tant mieux car nous devons repartir le soir même pour une semaine sur l'île des pins.

35
35
Publié le 10 janvier 2019

Quelques heures d'avion plus tard nous arrivons en Nouvelle Calédonie. L'objectif est de retrouver nos amis Antonin et Alexandra qui habitent à Nouméa avec les 3 garçons depuis 7 ans. Antonin est un ami d'enfance de Cédric, c'est avec lui qu'il a fait les 400 coups quand ils étaient scout. Depuis qu'ils sont partis en Nouvelle Calédonie les occasions de se voir ont été rares même si les deux amis ont chacun fait le tour du globe pour se rejoindre, Antonin pour venir à notre mariage en 2013 et Cédric pour retrouver Antonin en Nouvelle Zelande en 2014 pour son anniversaire! Nous sommes donc très heureux de les retrouver et de rencontrer leurs 3 garcons: Clément 8 ans, Mathieu 6 ans et Thibault 2 ans. Autant vous dire que toute cette petite bande de mecs s'entend à merveille et que la maison s'est aussitôt transformée en salle de jeux! Nous passons 3j à Nouméa pour récupérer un peu de notre experience en van, retrouver un peu de confort et préparer notre séjour d'1 mois ici. Antonin nous a prévu un programme de dingue avec visite de la grande terre et de 3 îles. Il a pris 15j de congés pour nous accompagner sur la grande terre et sur l'île de Lifou.

Pendant ces 3 jours à Nouméa je retrouve Caro ( la même Caro qu'à Sydney) qui s'occupe de me faire visiter les bars et boites de nuit de Nouméa. 😂😂 Plutôt pas mal les boites de nuit sur pilotis au milieu du lagon pour observer les poissons tout en sirotant un petit cocktail...il parait qu'on peut même voir des dauphins! J'ai pas dû boire assez de cocktail...et pourtant! 😅

Nous passons également une journée à l'îlot maitre, petit îlot paradisiaque à 10 minutes de bateau au large de Nouméa. Les eaux y sont cristallines et les fonds marins bien fournis. À 3 mètres du bord dans 50 cm d'eau nous pouvons nager avec une dizaine de tortues. 🐢🏊


Le plein de confort est fait (ou presque) c'est l'heure de partir pour 1 semaine de camping ⛺ autour de la grande terre, l'île principale de Nouvelle Calédonie. L'île est, contrairement à notre idée, très grande, 400 km de long par 50 de large. Nous partons avec Antonin et ses deux grands garçons. Alex doit malheureusement rester à Nouméa pour travailler 🙃

La 1ere étape, à 2h de route, est un village appelé Bourail et la plage aux tortues. Antonin nous a organisé une nuit d'observation de la ponte des tortues avec une association. Par malchance nous y sommes un soir sans lune il sera donc difficile de distinguer les contours de la seule tortue venue pondre sur la plage. En effet les lumières sont interdites pour ne pas la perturber et sans lune c'est l' obscurité totale. L'expérience est quand même sympa, les bénévoles nous donnent beaucoup d'explications sur les tortues et le ciel étoilé est sublime avec une voie lactee comme on n'en voit jamais en France.

Le lendemain, tout le monde est crevé du couché à 2h30 du matin donc nous profitons de la mer, d'une belle balade en bord de mer pour voir le "rocher percé" et d'une bonne partie (infructueuse) de pêche. Nous rentrons au camping se faire un feu pour préparer le repas du réveillon: Pâté, poulet rôti pour remplacer les merguez qu'on a cramé et fruits de la passion 😂😂 Encore un repas de fête raté 😣 Bon on se rattrapera l'an prochain! Il faut préciser qu'en Nouvelle- Calédonie tout est extrêmement cher (2 a 3 fois les prix de la France) et surtout qu'on ne trouve rien! Sortis de Nouméa la seule nourriture qu'on trouve sont dans les supérettes de stations essence et 2 ou3 leader price dans toute l'île 😝 Les Kanak vivent en Tribues et chaque famille produit pour la tribue, les tribues produisent ce dont elles ont besoin pour vivre mais ne vendent quasi pas et n'achètent rien. En fait à part pêcher du poisson ou faire du troc on ne peut manger que des pâtes ou des conserves. 😩

Le jour suivant nous faisons une sublime promenade panoramique de 2h sur une succession de collines dominant le lagon bleu turquoise. La vue est à couper le souffle avec d'un côté le relief et de l'autre le lagon et la barrière de corail.

Nous allons ensuite nous rafraîchir dans le lagon avant de prendre la route pour Poum, l'extrême nord de l'île. Nous arrivons dans un camping paradisiaque (oui qui aurait cru que je puisse dire cela un jour dans ma vie 😅) bon c'est surtout le lieu qui est paradisiaque. Nous sommes quasi seuls dans cette petite baie abritée par de grands flamboyants.

La 1ere journée ici est consacrée à la baignade et à la détente. Antonin et Ced partent pêcher tout l'après midi en canoë sur un platier en face de la plage et reviennent avec 5 gros poissons, des saumonees et des becs de cannes. Les garçons se sont fait un plaisir d'aller chercher du bois de préparer le feu. Par contre missionnez 3 garçons daller chercher du bois et ils démontent la barrière du camping et ramènent fièrement les poteaux! 😂😂😂😇😇😇

34
34

De retour à la civilisation nous reprenons la route vers le nord. Nous avons 700 km à faire avant notre prochaine belle étape, les Whitsundays. Les kilomètres défilent et heureusement Arthur est devenu très patient en voiture! Nous faisons une étape le soir dans une petite ville, appelée Rockhampton, capitale du boeuf. Quelques minutes avant nous regardons ce qu'il y a à faire ici et coup de chance il y a un spectacle de Rodéo tous les mercredi soir dans un restaurant qui sert...du boeuf! 😂🐂 Nous voilà donc au milieu des chemises à carreaux et chapeaux de cow boy!! C'est rigolo de voir une frange de la société australienne différente des surfers de la côte. Ici la passion du rodéo semble se transmettre aux tout petits car le spectacle débute par les enfants. Arthur voudrait y aller mais va devoir se contenter de sa couronne à cornes offertes avec le menu enfant 😂 Le spectacle est impressionnant mais bon on se lasse quand même vite de voir tous ces hommes à santiags se faire dézinguer par ses bêtes qui n'ont rien demandé! Allez voila on l'a vu une fois dans notre vie et on a passé une bonne soirée.

Suite de la loooongue route et enfin arrivée le lendemain soir à Airlie Beach, ville de depart pour les croisières dans les Whitsundays. Les bateaux acceptant les enfants de 3 ans sont peu nombreux et très demandés, au moment de notre réservation (bon ok c'était seulement 24h avant) il ne restait plus que des croisières à la journée malheureusement. Mais après coup on a trouvé cela suffisant. Les Whitsundays Islands sont un ensemble de 74 îlots inhabités découverts par James Cook en 1774 et présentant quelques magnifiques plages de sable blanc, de silice pure. Tout ceci semble paradisiaque mais...il ne faut pas oublier la présence de requins (citrons car ils sont jaunes), méduses mortelles et raies mortelles! Les règles de baignade sont donc très strictes, on ne peut se baigner que dans un lagon et avec une combinaison intégrale 👽 Nous voilons donc partis à bord d'un beau voilier en bois, un vrai bateau de pirate pour Arthur, avec nos combi d'extraterrestre et un super équipage! Arthur est à la barre et même mis à contribution pour hisser la voile. Après 3 heures de navigation nous arrivons enfin à destination. Petite balade pour voir le point de vue sur les plages et ensuite baignade au milieu des requins citrons (les bébés seulement passent dans le lagon) et des raies qu'on garde à l'oeil. L'endroit est très joli mais extrêmement touristique et les fonds marins qu'on explore l'après midi un peu décevants (bon d'accord on devient peut être exigeants mais à 500 dollars la journée cest vrai quon s'attendait à un peu mieux 😣). Il faut preciser que l'Australie profite un peu trop de son succès touristique pour fixer des prix démesurés pour toutes les excursions.

Le lendemain nous nous reposons un peu à Airlie Beach près du "lagon" artidiciel. Il s'agit en fait d'une sorte de piscine mais en forme de lagon avec des plages de sables, des jeux pour enfants...etc. Toutes les grandes villes du Nord Ouest ont construit ce type d'installation pour offrir aux habitants une alternative à la baignade en mer, rendue impossible par les mêmes bestioles qu'aux Whitsundays auxquelles viennent s'ajouter les crocodiles marins 😨. Ces crocodiles peuvent faire plusieurs mètres de long et rôdent sur toute la côte. Il est donc même fortement déconseillé de se dorer la pilule sur la plage. Bon vous l'aurez compris l'Australie est bourrée d'animaux hostiles. Comme nous en sommes déjà partis je peux maintenant annoncer à nos mères qu'il existe ici les espèces les plus vénéneuses d'araignées, serpents et méduses. Ici les enfants apprennent à l'école très tôt à reconnaître les espèces mortelles et à réagir en cas de piqûre.

Nous continuons notre route, direction notre dernière étape avant Cairns, Townsville et l'île d'en face, Magnetic Island. Régale pour Arthur durant notre escale à Townsville car il y a une aire de jeux pour enfant qui ressemble carrément à un parc aquatique avec des toboggans et des jets dans tous les sens. On passe l'après midi à s'amuser dans l'eau avec lui (pour sa sécurité bien sûr! 😉) Nous sommes encore une fois impressionnés par toutes les infrastructures et activités qui sont mises gratuitement à disposition des habitants et par le civisme des gens lorsqu'ils les utilisent. Nous passons ensuite la soirée au marché de noël qui est plutôt une fête pour les enfants avec pleins d'activités autour des métiers d'antan : peinture, poterie, découpe du bois et entraînement de centurion 😂...

Le lendemain nous prenons le ferry pour Magnetic Island et faisons une superbe randonnée un peu en hauteur permettant de voir différents points de vue à travers une végétation magnifique, notamment des eucalyptus. Nous avons la chance de croiser un koala dans un eucalyptus mais malheureusement il dormait, bon sachant qu'ils dorment 20h par jour il est peu probable de les voir actifs. Nous finissons la journée au bord de l'eau à observer les wallabies des rochers, sortes de petits kangourous super mignons.

Nous reprenons la route et arrivons à Cairns le 24 décembre vers 17h. Il pleut des trombes depuis plusieurs heures. Cairns connait un climat tropical et nous sommes dans la saison chaude et humide. Nous avions en tête de faire un petit barbecue de noël sympa sur la plage mais notre programme est compromis par la pluie. Nous nous résignons et cherchons un restaurant mais un 24 décembre au soir tous les restaurants sont fermés ou extrêmement chers. Il se trouve que les seules personnes qui travaillent un 24 décembre ici sont... les asiatiques! nous finissons donc par manger des sushis pour le réveillon! Ce sont les aléas des voyages! Arthur se réveille le 25 décembre avec pleins de cadeaux aux pieds du lit et nous passons notre dernière journée au lagon artificiel à se baigner et jouer aux jeux amenés par le père noël, qui est passé par la fenêtre du Van.

Nous quittons l'Australie le 26 décembre après 3 belles semaines. Nous sommes enchantés par l'expérience en van. Je pense que cela a permis a Arthur d'avoir quelques repères et les infrastructures de douches, barbecue, aires de jeux, piscines nous ont permis de vivre dehors. On a aimé vivre le style de vie à l'australienne : surf, plage et barbecue. Les 3000 km que nous avons parcouru ont été superbes et variés et cela nous donne envie de revenir pour découvrir le reste de cet immense pays!

33
33
Publié le 24 décembre 2018

Enfin le jour d'aller sur Fraser Island, la fameuse plus grande île de sable au monde, elle fait 120km de long. Il y a donc pas de terre ni encore moins de route sur cette île, il faut s'y rendre en 4x4. L'île est un milieu un peu hostile par la présence d'animaux peu amicaux, comme beaucoup d'endroits en Australie (on fera un petit point là dessus a la prochaine étape). Sur la terre l'animal dont il faut se méfier est le dingo, chien sauvage très agressif et dans l'eau ce sont les méduses mortelles et les requins...autant vous dire que la baignade dans l'océan est strictement interdite ici! Nous partons donc avec notre 4x4, notre tente, des réserves d'eau et de nourriture et des prévisions météo incertaines pour 2j d'aventure! La première journée est plutôt consacrée à l'intérieur de l'île où se trouvent plusieurs lacs d'eau de pluie. Nous empruntons donc les pistes de sable chaotiques et arrivons au premier lac. L'eau de ce lac est rouge orangée du fait du tanin dégagé par les arbres environnants. Nous nous baladons sur les berges et nous baignons dans cette eau colorée, qui parait-il adoucit la peau. Nous mangeons nos sandwichs sur la plage en 2 minutes chrono car normalement il est interdit de sortir de la nourriture sur l'île ailleurs que dans des "enclos à pique nique" pour se protéger des dingos. Nous avons d'ailleurs dû mettre notre nourriture dans des enormes caisses en plastique hermétiques pour ne pas être tracés par ces voraces! Nous poursuivons ensuite vers deux autres lacs dans lesquels nous nous baignons. Ces deux-là sont remplis d'eau de pluie tellement pure qu'on peut la boire et bordés de sable blanc composé à 98% de silice, un sable extrêmement fin. C'est incroyable de tomber sur ces lacs qui ressemblent à des plages d'îles paradisiaques au milieu de la jungle tropicale. Le soir nous nous trouvons un petit coin abrité du vent par une dune non loin de la plage pour installer notre tente. Au moment du pique nique un dingo pointe le bout de son nez, j'attrape le crique de la voiture et le menace avec en hurlant (ce sont les conseils donnés par tous les panneaux sur l'île 😅) et il finit par partir sans trop de difficultés! On s'en sort bien et ca sera leur seule tentative d'approche du séjour! Tout le monde dort bien sous la tente malgré une petite pluie nocturne et donc une petite fuite dans la tente 😂

Le 2e jour sera consacré à la côte. 4x4 sur la plage jusqu'à Champagne Pool presque tout au bout de l'île. A défaut du bain d'or de la pub Dior allons-y pour le bain de champagne... ah zut finalement il ne s'agit que d'écume de mer! En fait ne pouvant pas se baigner directement dans l'océan nous nous baignons dans une sorte de piscine naturelle encerclée par les rochers et remplie par d'immenses vagues qui cognent les rochers et forment des gerbes d'eau et de mousse dans la piscine! C'est magnifique et l'expérience est rigolote même s'il faut un peu jongler avec les méduses 😐 En suivant la plage nous tombons ensuite sur l'épave d'un bateau, le SS Maheno échoué en 1935 lors d'un cyclone. Le vent et les embruns de ce jour plonge l'endroit dans une ambiance mystérieuse. Direction ensuite Eli Creek, un cours d'eau douce arrivant du centre de l'île sur la plage puis se jetant dans la mer. On remonte un peu le cours d'eau à pieds puis on nage ou se laisse porter par le courant au milieu de la jungle puis dans le lit tortueux que la rivière a formé sur la plage. Apres cette belle expérience c'est déjà le début d'après midi et malheureusement nous devons reprendre la route vers le sud pour rejoindre la barge. Dans l'ensemble le temps a été plutôt clément malgré quelques averses et on est super contents d'avoir pris le risque de venir malgré les prévisions. Nos 2j sur l'île, en plus des paysages, ont été une belle aventure. Arthur a été encore une fois un incroyable explorateur qui n'a peur de rien et un petit aventurier tout terrain, qui a même réussi a faire sa sieste dans le 4x4 alors qu'on etait ballotté dans tous les sens. Nous l'appelons maintenant notre petit australien car comme eux qui passent leur temps a dire "no worries mates" lui sa phrase préférée c'est " Maman t'inquiètes pas c'est pas grave!"


PS: Joyeux noël à tous!! On a un peu de mal à réaliser que c est Noël parce qu'ici il n'y a quasi pas de décorations dans les rues et les magasins et aussi qu il fait 35 degrés à l'ombre mais on a quand même un petit (ou gros) pincement au cœur d'être loin de nos familles et amis en ce moment de fête. On vous embrasse! Bonnes fêtes 🎅🎅


32
32
Publié le 21 décembre 2018

La "tempête tropicale" commence...rien d'inquietant juste de la pluie et du vent! Alors que nous avions plutôt pas mal évité la pluie en Asie pendant la mousson qui aurait cru qu'en Australie nous en aurions. Les gens ne semblent pas s'arrêter de vivre malgré le temps, à croire qu ils sont plus habitués que nous, Marseillais. Les australiens se promènent dehors sans parapluie et continuent d'aller à la plage...c' est vrai que quitte à être mouillés! Du coup nous continuons aussi nos visites et allons à Noosa, coquette petite station balnéaire. Nous allons nous baigner et batifoler dans les vagues malgré la pluie et le froid! Message pour ma belle famille : je ne ferai plus ma chochotte l'été en Bretagne! Nous faisons ensuite la balade de bord de mer, le long d'une côte sauvage et d'une mer agitée.

Nous suivons de près les prévisions météorologiques pour savoir si nous pourrons faire les 2j sur l'ile de Fraser Island un peu plus au nord, nous n'arrivons pas à nous résoudre à ne pas y aller car c'est apparemment une super expérience et dans les incontournables des choses à faire sur cette côte.

Malheureusement nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre la fin de la tempête non seulement pour une question de timing mais aussi car de toute façon il n'y a plus de disponibilités après. Comme nous sommes têtus nous nous rendons quand même dans la ville d'où partent les bateaux pour l'ile pour tâter le terrain.

Nous faisons le tour des agences qui proposent les locations de 4x4 pour l'ile et comme les Bataille ne reculent devant rien nous décidons finalement de vivre l'expérience, même si les conditions ne seront pas optimales. Départ donc le lendemain...sous la pluie!

En attendant nous allons voir (et surfer sur) une immense dune de sable qui culmine a 120m et offre d'un côté une vue sur la mer et de l'autre sur la plaine...et un superbe coucher de solei!