Au cours de cette deuxième partie de notre voyage, nous passons au dessus du cercle polaire, il n'y a plus de nuit en été. C'est au Finnmark que nous découvrirons la culture samie.
Du 14 au 24 juin 2017
11 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Nous longeons plus ou moins la côte du fjord de Trondheim jusqu'à Steinkjer dans un beau paysage vallonné et verdoyant. Le Trondheimfjord est un fjord très large qui entre loin dans les terres. Le relief est bas et arrondi.

Le Trondheimfjord  

Nous quittons la E6 pour prendre la route 763 qui longe le Snasavatn, le plus grand lac de Norvège. En fait, ce lac à la fin de la période glaciaire faisait partie du Trondheimfjord. Lorsque la calotte glaciaire a complètement fondue, le relief s'est élevé. Il y a 6000 ans des hommes préhistoriques ont gravé les roches dégagées des eaux. Sur le site de Bolarein, il y a quatre gravures mais la plus remarquable est celle du renne de Bola. Nous avons fait un petit circuit de 2,5 km avant de reprendre la route.

Bolarein  

Nous avons ensuite fait 2 autres arrêts pour voir des cascades de Formofossen et de Fiskumfossen.

Formofossen  
Fiskumfossen  

Le relief s'élève et au détour d'un virage, nous découvrons de nouveaux sommets enneigés qui incitent à faire quelques arrêts.

Sur la route  E6 

Nous avons vu nos premiers rennes

Rennes 

Nous avons fait beaucoup de route aujourd'hui mais dans un tel paysage, on ne voit pas le temps passer. Nous passons la nuit sur le camping de Svenningdal situé au bord d'un lac au pied de sommets enneigés, site très agréable.

Le camping Svenningdal  
2

La couverture nuageuse est légère lorsque nous partons, nous quittons rapidement la E6 pour prendre la route 73 à Trofors et ensuite une route touristique "la route sauvage". Nous passons sur un plateau à plus ou moins 450 m d'altitude avec de superbes points de vue sur les lacs et les montagnes enneigées.

 Sur la route sauvage 
 D'un côté du pont 
De l'autre côté du pont  
Toujours sur la route sauvage....  

Nous avons revu des rennes, ils ne sont pas sauvages.

Une horde de rennes 
3

A Mo I Rana, il n'est pas possible de faire la randonnée jusqu'au glacier Svartisen. C'est trop tôt dans la saison, la zone n'est pas accessible ! Nous passons le nuit sur un parking de randonnée à côté du parc national Saltfjellet-Svartisen.

Au matin la couverture nuageuse est élevée, nous voyons les sommets alors nous décidons de rejoindre Fauske par la côte et non par l'intérieur. Nous commençons bien la journée avec l'observation d'un couple de grues cendrées et un peu plus loin d'harles huppés.

Retour sur Mo I Rana pour rejoindre la route touristique 17 qui longe les fjords et offre de belles vues sur les nombreuses îles. Au détour d'un virage, à la sortie d'un tunnel, de nouveaux paysages apparaissent, c'est une route surprenante.

Huitrier pie
Sur la route 17  

C'est un vrai régal pour les yeux d'autant qu'aujourd'hui, le soleil s'est montré généreux. Nous devons prendre 2 ferries dont une traversée d'une heure et l'autre de 10 mn avec de magnifiques points de vue. Nous apercevons le glacier Svartisen que nous n'avons pu faire à pied. Pendant notre première traversée, nous avons franchi le cercle polaire. Il n'y a plus de nuit....

Première traversée en ferry et passage du cercle polaire  
A nouveau sur la route 17   

Après le 2ème ferry, sur la route qui longe le Holandsfjorden, nous avons plusieurs belles vues sur le glacier Svartisen et sa langue glaciaire. Il fait tellement beau que nous décidons de rouler tardivement. On ne sait pas quel temps il fera demain.

Le glacier  Svartisen  
Le Holandsfjorden  

Nous passons la nuit sur un parking au bord du fjord "Glomfjorden" après le port d'Ornes.

Port d'Ornes  
Vues depuis le parking  
4

Il pleut ce matin et la visibilité est très limitée. Nous patientons mais le mauvais temps persiste. Nous décidons d'avancer. Nous remontons vers Bodo sans pouvoir admirer le paysage. Au niveau du Saltstraumen, nous profitons d'une éclaircie pour voir les tourbillons générés par l'eau au moment de la marée montante ou descendante.

Pont de Saltstraumen
Huitrier pie
Huitrier pie et son petit

Puis nous poursuivons vers Fauske. Nous passons des paysages avec des montagnes enneigés à peine visible. Il y a de la neige dès 300m.

Ambiance rafraîchissante  

Nous passons la nuit sur une aire de camping-car sympathique à Innhavet au bord de l'eau.

Nous quittons Innhavet avec une belle éclaircie entre deux averses. Nous aurons la chance de nous déplacer avec l'éclaircie mais à Narvik le front pluvieux nous rattrape. Nous avons ainsi profité de quelques beaux points de vue. La E6 sur ce tronçon est une très belle route bien que nous passons de nombreux tunnels. Nous avons également pris un ferry.

Sur la route E6  

A partir de Narvik, nous quittons la E6 et montons à 300 m d'altitude par la E10, la neige est encore très présente. Nous trouvons là encore un habitat dispersé de station d'hiver ou d'été... La E10 permet l'accès à la frontière suédoise.

Sur la route E10 en Norvège  
5

Pour rejoindre les villages samis en Norvège, nous passons par la Suède et la Finlande. C'est la route la plus courte et la plus rapide mais aussi parce que le nord de la Suède et de la Finlande sont également des zones habitées par les samis.

Passé la frontière sur la route E10, l'ambiance est différente, l'habitat est groupé, le paysage est plus monotone. Nous roulons des kilomètres sans voir d'habitation. C'est un vaste plateau oscillant entre 300 et 500 m entouré de montagnes avec un très grand lac que nous suivons sur plus d'une centaine de kilomètres et peu à peu, le relief s'estompe. Nous arrivons ainsi à Kiruna où nous visitons l'église construite en forme de tente same en tant que sanctuaire nomade. Kiruna est effectivement une ville samie mais c'est également une ville minière ce qui n'est pas toujours en accord avec l'esprit same qui respecte la nature.

Eglise samie de Kiruna 

Elle s'est développée au début du XXème siècle avec la découverte d'un énorme filon de fer exploité à ciel ouvert. Une ligne de chemin de fer a été construite jusqu'au port de Narvik en Norvège. Tous les jours plusieurs convois partent de la mine. Nous poursuivons notre route en prenant la route 93 pour approcher le Finnmark en Norvège. Nous sommes maintenant en Finlande sur un immense plateau boisé de pins et de bouleaux nains avec des lacs, des zones marécageuses.

Il se fait tard, nous passons la nuit sur un parking un peu en retrait de la route. Nous perdons peu à peu la notion du temps car il n'y a plus de nuit mais nous n'avons pas encore fait l'expérience d'une nuit avec le soleil.

Rennes croisés sur la route 
6

Nous reprenons la route 93 qui propose de beaux parkings où il est possible de passer la nuit. Nous traversons plusieurs petits villages sames qui ne comprennent que quelques maisons. Nous repassons en Norvège, le paysage change, il n'y a plus de pins et les bouleaux sont encore plus petits. C'est un paysage de marécages, de tourbières et de lacs.

Cygne chanteur

Visite du musée sami de Kautokeino avec quelques constructions typiques à l'extérieur et présentation de costumes et d'objets usuels à l'intérieur. C'était très intéressant.

Maison d'habitation
Fumoir
sauna
bâtiments de stockage
Musée sami de Kautokeino

Nous continuons notre découverte du peuple sami en prenant la route 92 pour rejoindre Karasjok, l'autre ville same. Nous commençons par le parc Sapmi qui propose une petite présentation sur la mythologie du peuple sami avant la christianisation et son évolution aujourd'hui. Sur ce site, il y a également une présentation extérieure d'un habitat d'été et d'un habitat d'hiver. Puis nous continuons par le musée qui présente de nombreux costumes, des objets usuels, une tente et un bateau. Les samis étaient également des pêcheurs et ils auraient fabriqué un bateau pour les vikings ! En fait, il y avait les samis des montagnes et les samis des côtes.

Cuisine pour la préparation de la nourriture des animaux
Glaciaire de stockage du poisson (récipient dans la neige )
L'évolution des habitations
Aménagement intérieur d'une tente samie
Musée de Karasjok 

Toutes ces informations nous donnent un autre regard sur le peuple sami. Aujourd'hui, seulemnt 10% des samis sont éleveurs de rennnes. Les 2 villages visités ainsi que ceux que nous avons traversés aujourd'hui sont samis à 90%.

Maison du parlement des samis de Norvège à Karasjok 

Nous passons la nuit sur une zone de pique-nique face au fjord Porsangen, superbe décor. On pourrait presque profiter du soleil de minuit, encore faudrait-il qu'il y est du soleil !

vues du camping-car 

Nous avons vu un renne blanc. C'est l'animal mythique pour les samis !

7


A notre réveil, un groupe de rennes se trouvaient sur la plage juste devant le camping-car !

Nous reprenons la E6 qui longe le Fjord Porsangen jusqu'au parc national Stabbursdalan. Nous faisons une petite marche de 4 km en observant de nombreux oiseaux. C'est un sentier très agréable sur un large plateau à 100 m d'altitude entouré de sommets encore enneigés. Nous rejoignons une large rivière très vigoureuse que nous longeons. Les arbres (pins et bouleaux) de la forêt que nous traversons sont de petites tailles. Pourtant certains pins ont plusieurs centaines d'années...

Parc national Stabbursdalan 
Sizerin flammé
Pinson du nord
Mésange boréale
Écureuil roux
La vie intense des sous-bois

Après déjeuner, nous faisons une nouvelle marche d'environ 4 km mais cette fois du côté de la réserve naturelle située sur la côte au niveau de l'estuaire de la rivière. Le sentier longe la côte au dessus de la réserve. Nous avons de très beaux points de vue.

Oie grise
Harle bièvre
  -  

Nous allons ensuite voir un peu plus loin le site de "Trollhomlmsund". Une petite marche de 2 km AR nous permet d'accéder à un paysage dolomitique où se dressent 7 piliers calcaires blanchâtres qui seraient des trolls surpris par le soleil.

Trollhomlmsund
Pygargue à queue blanche
Fjord Porsangen 

Nous passons la nuit au camping de Russeness au croisement de la E6 et la E69 qui va au "Nordkapp". Le cadre et l'aménagement sont très moyen.

8

Nous quittons tardivement le camping pour rejoindre le Cap Nord. Il pleut. La route longe la côte du fjord Porsangen. Il y a de beaux points de vue mais le temps ne se prête pas beaucoup à la photo. C'est un relief montagneux qui ne dépasse pas 500 m d'altitude. C'est très minéral sans arbre avec une végétation rase.

villages de pêcheur - séchoir à poissons 

Il y a par endroit encore beaucoup de neige. l'hiver a été long et tardif cette année. Le Cap Nord est situé sur l'île de Mageroya. Pour y aller, nous passons un tunnel de 7 km sous la mer ! le tunnel a des portes qui sont fermées l'hiver et qui s'ouvrent automatiquement à l'arrivée d'un véhicule. L'île est très montagneuse. Il fait froid (2° au niveau du Cap aujourd'hui) et le soleil est toujours aux abonnés absents, pas de soleil de minuit ce soir.

vue sur le Cap Nord (à droite)
L'île de Mageroya 

Alors, nous descendons jusqu'au port de Skarsvag. Le site est sympathique et il fait 5°. De plus, il y a un restaurant où l'on peut manger du crabe royal. C'est excellent et très nourrissant. La serveuse est mauricienne. Nous avons donc pu parler en français de la vie au Cap Nord. L'hiver y est très difficile bien qu'il y ait toujours quelques touristes quand la route n'est pas fermée par les intempéries. Il y a une usine de conditionnement du poisson mais il n'y a pas de commerce. Il leur faut donc descendre jusqu'à la ville d'Honningsvag et en cas d'intempéries, il faut prévoir couverture et nourriture....

Tout le long de la route, nous avons vu des rennes avec leur petits. Les samis les emmènent ici de mars à octobre. Très peu de samis restent maintenant sur place, ils retournent dans leurs villages où nous étions il y a 2 jours.

Les rennes dans leur  pâturage d'été  

Nous passons la nuit sur le port où l'on peut observer quelques oiseaux. Il fait froid (2° à 5°)

Chevalier gambette
Eider à duvet
couple d'Eider à duvet
Guillemot à miroir
Corneille mantelée
Harelde boréale
-   - 
9

Nous faisons un petit tour dans le port de Skarsvag avant de partir découvrir l'autre côté de l'île.

Skarsvag

La route passe par un grand plateau entre 200 et 300 m d'altitude, il y a encore beaucoup de neige.

Ambiance froide sur le plateau 

La côte ouest est très découpée et le port de Gjesvaer est sympathique. Nous avons vu des séchoirs à poissons remplis de tête de morue séchée et malgré le froid, il y a beaucoup d'odeur.

Séchoir
Le port de Gjesvaer 

Puis nous retournons vers le site du Cap Nord où nous espérions voir le soleil de minuit mais il fait encore gris en soirée... Il y a quelques expositions et un petit film sur l'île de Mageroya. C'est avant tout un site commercial. Nous patientons au cas où le soleil aurait daigné apparaître mais à 19 heures, il pleut alors nous quittons le cap et l'île. Ce ciel bas et cette ambiance froide et austère commencent à peser sur le moral.

Le Cap Nord 
Vue sur l'île de Mageroya 

Nous dormons en retrait de la route E69 vers Repvag.

10

A notre réveil, la couverture nuageuse est plus légère et en avançant vers le sud, nous avons quelques rayons de soleil, cela fait du bien.

Tout le long de la route, nous avons vu des rennes avec leurs petits. Les samis les emmènent ici de mars à octobre. Très peu de samis restent maintenant sur place, ils retournent dans leurs villages où nous étions il y a 2 jours. Il faut faire attention car les rennes traversent sans regarder !

Les rennes et leurs petits dans les pâturages d'été  
Harle bièvre
Sur la route  E69 

Nous reprenons la E6 que nous quittons pour la route 94 qui va à Hammerfest. C'est un aller retour. L'intérêt de ce détour, ce sont les paysages que nous avons en longeant les fjords. En fait, la ville se trouve sur une île reliée au continent par un pont.

Sur la route 94 

Nous revenons ensuite à la E6 pour rejoindre Alta - très beau tronçon de route. Nous passons de grands plateaux entre 200 et 400 m d'altitude. Il y a encore de la neige et les bouleaux n'ont pas encore leurs feuilles. Le soleil est de plus en plus présent, nous apprécions.

Sur la route E6 
11

A l'office de tourisme d'Alta où nous prenons quelques renseignements, nous apprenons que nous ne pourrons pas faire la randonnée au canyon d'Alta à cause de la neige. En effet, l'hiver a été long. C'est pourquoi nous voyons beaucoup de neige le long de la route. Nous visitons l'église moderne et très récente d'Alta "la Cathédrale des aurores boréales" (2013). Elle est remarquable par sa forme et par les matériaux utilisés. A l'extérieur, le béton est recouvert de titane. A l'intérieur, le décor est original.

La Cathédrale des aurores boréales  

Nous passons la nuit dans la nature à l'extérieur d'Alta.

Le lendemain, nous commençons par la visite du site des gravures rupestres de Hjemmeluft à côté d'Alta sur le bord du fjord. Il y a 2 sites avec de nombreuses gravures allant de 6000 à 2000 ans. Sur le premier site, les gravures ont été peintes en rouge ce qui les rend plus visibles mais cette technique est très discutée. Sur le deuxième site, découvert plus tardivement, elles ne sont pas peintes. Cela a été également l'occasion de faire une petite marche matinale d'environ 5 km pour voir l'ensemble des gravures avec comme décor la baie d'Alta et les sommets enneigés.

Baie d'Alta 
Gravures rupestres de Hjemmeluft 

Par la E6 nous longeons le fjord jusqu'à Isnestoften où nous faisons une petite promenade dans un superbe paysage.

Isnestoften 

Nous poursuivons par le Langfjorden avec des paysages tout aussi grandioses.

Le Langfjorden  

Retour vers le carnet "La Norvège en camping-car" en cliquant ici

Suite de notre voyage en cliquant ici