En route pour la Grèce, nous sommes passés à l'aller par la côte Adriatique du Monténégro. Sur le chemin du retour, nous avons découvert l'arrière pays et ses superbes paysages.
Mai 2018
2 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

C'est avec un ciel bas que nous arrivons au Monténégro. Le paysage est escarpé et la visibilité est mauvaise. Les crêtes accrochent les nuages.

Nous passons la nuit sur un petit camping à proximité de la ville d'Herceg-Novi.

Tranquillement nous commençons notre découverte de la côte adriatique du Monténégro sous un ciel nuageux. Nous longeons la côte urbanisée jusqu'au détroit de Verige qui ferme les baies de Risan et de Kotor. Les baies sont bien sombres sans soleil. De l'autre côté, nous avons une vue sur la ville de Perast. Nous contournons la baie et visitons le musée des mosaïques de Risan situé sur l'emplacement d'une villa romaine. Il se dégage de cette petit ville une impression de pauvreté avec beaucoup de constructions en ruine ou abandonnées.

Mosaïque romaine de Risan 

Nous passons rapidement à Perast car le temps est menaçant.

Perast 

En fin de journée, nous nous arrêtons pour la nuit sur le sympathique camping de Morinj dans la baie de Risan.

Il a beaucoup plu dans la soirée et ce matin le ciel est encore nuageux mais le soleil essaie de s'imposer. Nous revenons vers Risan et prenons le temps de visiter Perast. Il faut s'accrocher pour visiter Perast entre la circulation, les travaux et le flot de touristes venus voir l'église Notre Dame du Récif située sur une île artificielle, alors que de belles maisons de capitaines ou palais se languissent tout au long du village.

L'abbaye de St georges
Eglise Notre Dame du Récif
Perast 

Nous reprenons la route vers Kotor, la circulation est de plus en plus importante. Nous nous stationnons sur un parking à 3€ de l'heure ! Nous visitons Kotor sans prendre le temps de flaner. C'est également une ville fortifiée et il est possible de monter jusqu'à la citadelle San Giovani en passant sur les murailles avec ses 1426 marches pour 8€. L'argent défile vite alors nous nous contentons de sillonner les ruelles en découvrant les nombreuses églises et les palais.

La cathédrale St Tryphon
Kotor 

La route Serpentine qui gravie la montagne au dessus des bouches de Kotor, étroite avec une trentaine de lacets, nous offre de très beaux panoramas.

La Baie de Kotor vue de la route Serpentine 

De Kotor, nous contournons la péninsule de Vrmac qui ferme la baie. C'est encore une petite route étroite.

Perast et les îles
Vues de la péninsule de Vrmac 

Petite anecdote : sur la route circulante qui traverse Kotor, nous avons laissé un chat traverser tranquillement sur un passage piéton. Etait-il habitué ou était-ce le hasard ?

Nous rejoignons ainsi la péninsule de Lustica mais il se fait tard alors nous partons à la recherche d'un camping. Il y a quelques plages mais nous trouvons qu'un seul camping. Il se trouve loin de tout. La route d'accès est en travaux et n'est pas facile. Arrivés sur place, il n'y a personne. Nous nous installons sans aucun service car tout est fermé. Après avoir été dans la foule toute la journée, nous passons la nuit dans un lieu complètement isolé.

Nous quittons le camping sans avoir vu le propriétaire, pour une fois, cette nuit aura été gratuite.

Nous poursuivons notre découverte de la péninsule Lustica sur des routes étroites. Nous commençons par les plages de Zanjice et de Miriste dont l'accès n'est pas aisée. Pourtant il y a des maisons et immeubles de vacances ! Ce sont de petites plages. De là, nous voyons l'entrée des Bouches de Kotor, bien sûr gardée par des forts. Puis nous rejoignons le village fortifié de "Rose" d'où nous avons une vue sur la baie d'Herceg Novi.

L'embouchure des Bouches de Kotor
Culture en terrasse des oliviers
Rose
Sur la péninsule Lustica 

Après avoir fait le tour des baies et des péninsules, nous nous situons mieux dans les Bouches de Kotor. Elles sont formées de 4 baies séparées par des détroits. Il y a les baies de Risan et de Kotor situées au pied des montagnes séparées de la baie de Tivat par le détroit de Verige. Cette dernière est séparée de la baie d'Herceg Novi par le détroit de Kumbov. Cela donne un paysage spectaculaire.

Baie de Risan
Baie de Kotor
Baie de Tivat
Baie d'Herceg Novi
Les Bouches de Kotor 
2

Nous laissons les Bouches de Kotor pour la riviera de Budva. Sur la route, nous sommes attirés par la vue sur l'île de Sveti Nikola située en face de Budva. Nous arrêtons sur un petit parking à l'entrée de la ville et là surprise, nous avons également une vue sur la ville fortifiée qui se trouve en contrebas. Du coup, nous descendons par des escaliers et nous visitons la vieille ville de Budva entourée de remparts en évitant les difficultés de la circulation et du stationnement. La circulation est globalement assez pénible depuis que nous sommes au Monténégro.

Budva 

Puis nous longeons la Riviera avec un arrêt au niveau de la plage de Pezno. De là, nous rejoignons à pied la belle plage privée de Milocer en passant dans un beau parc pour aller voir l'îlot de Sveti Stefan lui aussi privé.

Plage de Milocer
Îlot Sveti Stefan

Nous nous installons ensuite sur le camping Maslina à Buljarica. Il est très agréable et l'accueil est sympa.

Avant de quitter le camping, nous allons faire un tour sur la plage de Buljarica. Elle est assez grande car Buljarica se situe au niveau d'une plaine côtière entourée de collines.

La plaine côtière de Buljarica 

Puis nous partons pour visiter la vieille ville de Stari Bar ou plutôt les ruines car après avoir subi plusieurs invasions, la ville a été abandonnée suite à des explosions dans son entrepôt de poudre. C'est une visite sympathique au milieu des ruines où l'on essaie d'imaginer la vie entre ces murs et ses ruelles pavées.

Les ruines de la vieille ville de Stari Bar 

Nous poursuivons jusqu'à Ulcinj et faisons un détour sur la grande plage "Velika Plaza" située au sud d'Ulcinj au niveau d'une vaste plaine côtière. Pour rejoindre la plage, nous passons le canal Milena où se trouvent les "calimeras", constructions sur pilotis pour la pêche.

Velika Plaza
Les calimeras sur le canal Milena
Dans la région d'Ulcinj 

Et nous revenons sur Ulcinj pour rejoindre l'Albanie ce qui ne sera pas simple. En effet, la route qui mène à l'Albanie est en travaux mais n'est pas fermée. Nous passons sur l'équivalent d'une piste pour au final après plusieurs kilomètres difficiles devoir prendre une très grande déviation sur une petite route étroite et sinueuse.

Enfin, nous passons assez rapidement la douane à la frontière albanaise.

Voir la suite de notre circuit dans le carnet de voyage "l'Albanie"

• • •
3

Sur le chemin du retour, nous revenons au Monténégro pour découvrir l'arrière pays. A l'aller, nous avions longé la région côtière. Nous entrons par la route qui va à Podgorica et nous rejoignons la côte nord du lac Skadar (Shkoder en Albanie). Le lac est à cheval sur l'Albanie et le Monténégro.

Nous arrivons à Virpazar. L'entrée du village n'est pas facile, le stationnement est anarchique et nous ne maîtrisons pas notre déplacement que se soit pour le stationnement ou pour la recherche d'un camping. Résultat, nous arrivons en suivant une petite route à un camping à la ferme qui ne nous convient pas. Pour en sortir, nous suivons des kilomètres de très petites routes et revenons au village. Nous arrivons à nous stationner à la sortie du village. Un petit tour à Virpazar où il y a beaucoup de proposition d'excursions sur le lac et nous décidons d'aller jusqu'au centre de visite de l'autre côté du lac pour avoir plus d'information. Et arrive ce qui devait arriver avec les stationnements anarchiques, nous accrochons un véhicule à l'arrêt sur la route en voulant contourner une autre véhicule qui venait de se stationner sur la voie ! Après maintes palabres, un coup de téléphone à la police, le litige s'est résolu en laissant 200€ au propriétaire du véhicule légèrement endommagé....

De Virpazar à Rijeka Crnojevica 

Finalement, nous repartons vers Rijeka Crnojevica en suivant une belle petite route très étroite. Nous avons essayé un autre camping à la ferme sur notre route mais ce n'était guère plus concluant et c'est à Rijeka que nous trouvons un vrai camping. Ouf ! C'est très sommaire mais très bien pour un camping-car.

Nous profitons du ciel bien bleu pour aller voir les méandres de la rivière Crnojevica. C'est superbe. Puis nous faisons une marche autour de Rijeka Crnojevica avant de prendre un bateau pour découvrir la partie nord du lac pendant 2H30. Nous partons de l'embarcadère du restaurant situé au niveau du pont sur la route Rijeka - Crnojevica à l'entrée de Rijeka en face le camping.

La rivière Crnojevica 
Rijeka Crnojevica 

Nous descendons la rivière jusqu'au lac de Skadar en passant les méandres. Il y a plusieurs îles rocheuses sur le lac. C'est un lac naturel qui occupe une dépression dans un paysage montagneux.

Sur  le  lac
Sur la rivière 
Cormoran pygmé
Grèbe huppé
Châtaigne d'eau
Nénuphar
Héron crabier chevelu
sur l'eau.... 

Nous déjeunons tardivement sur le camping municipal. Finalement nous décidons d'y passer une autre nuit pour faire une pause. Le site est agréable, il est situé dans une prairie au bord de l'eau.

Le lendemain matin, en rejoignant le parc national du Lovcen nous avons une belle vue sur le lac de Skadar.

4

Nous partons de bon matin pour le parc national du Lovcen. C'est un massif karstique avec une altitude à 1660 m pour le Mont Lovcen. Nous sommes passés au centre des visiteurs où nous avons été agréablement reçu et bien informé.

En montant au centre des visiteurs 

Nous montons en véhicule au sommet du Mont Lovcen où se trouve le mausolée du prince évêque Njegos mort en 1851. Pour y accéder, il faut monter 461 marches et arrivés en haut nous découvrons un mausolée imposant dominant le massif karstique.

Le mausolée  de Njegos
vues du Mausolée 

Puis nous partons pour une petite randonnée en boucle de 7 km au niveau du centre de visite. Le chemin passe en sous bois de hêtre, dans une zone d'alpage avant de passer en corniche où nous aurions pu avoir un superbe panorama sur la côte et les bouches de Kotor mais des brumes montent par vague à l'assaut des pentes des reliefs. Ces brumes sont générées par le contraste de la température de la mer et de la montagne. Ceci explique aussi pourquoi la végétation est verdoyante dans ce paysage minéral. C'était une randonnée très agréable malgré ces brumes.

Vue brumeuse sur la côte et les bouches de Kotor
Lys martagon
Vipère
Sur le chemin  de la randonnée 

Nous redescendons sur Cetinje que nous visitons. C'est une ville riche en histoire. C'était l'ancienne capitale de la dynastie des Crnojevic. Les principaux édifices ont été détruits par les turcs et la ville a été plus ou moins abandonné pendant plus de 300 ans jusqu'à ce qu'en 1830 l'évêque Petra II (Njegos) choisit de s'y établir. Les palais et le monastère sont donc des constructions assez récentes. Un monténégrin, fier de son origine nous a parlé de la riche histoire de sa ville.

Nous partons ensuite en direction du monastère d'Ostrog. Nous passons la nuit sur un camping pour toile de tente et bungalow mais nous pouvons passer la nuit sur le parking.

5

Nous partons tranquillement pour le monastère d'Ostrog. Nous stationnons au monastère du bas puis nous montons à l'ombre des arbres par un chemin escarpé ou par des escaliers jusqu'au monastère du haut soit un dénivelé d'environ 250 m. Ce monastère situé au pied d'une haute falaise a été construit dans la falaise. La partie la plus ancienne comprend 2 chapelles du XVIIème siècle situées dans des cavités rocheuses dont les parois ont été entièrement peintes de fresques religieuses.

Le monastère d' Ostrog

Nous rejoignons la ville de Niksic où nous faisons quelques courses alimentaires avant de découvrir les environs. Il y a deux lacs de barrage le Slanko et le Kuprac. Nous allons voir le pont romain de Mostanica du IIIème siècle de notre ère puis le pont impérial de 1896 qui traverse la Zeta avec 16 arches.

Le pont romain
Le lac Slanko
Dans la région de Niksic 

Nous partons ensuite à la recherche d'un camping en prenant la direction de Savnik mais nous y arrivons sans en avoir trouvé un seul. La route que nous avons suivi traverse de superbes paysages de petites montagnes et monte jusqu'à 1400 m. Nous dormons sur parking dans le bourg de Savnik en fond de vallée à 800 m.

Sur la route vers Savnik 

A notre réveil, nous sommes dans le brouillard. Nous partons en direction de Kolasin et il faudra attendre 9H30 pour voir le paysage. Nous suivons une route de montagne qui remonte une vallée encaissée où les reliefs sont arrondis. Au niveau du col à 1575 m, le paysage change, les sommets sont plus imposants avec des pointes aiguisées. Nous sommes dans la haute vallée de la Moraca.

Sur la route de Savnik à Kolasin 

Nous visitons le monastère de la Moraca qui compte un église et une chapelle, toutes les deux présentant de belles fresques. La hauteur de la voûte et de la coupole est impressionnante.

Le monastère de la Moraca 

En descendant, la vallée de la Moraca se rétrécit et nous passons dans un long canyon. Nous laissons la rivière rejoindre le Lac Skadar et nous faisons demi tour en direction de Kolasin.

Canyon de la Moraca 
6

A Kolasin où nous prenons une route secondaire pour rejoindre Plav.

Nous passons au pied du massif du Komovi qui compte 4 sommets allant de 2337 à 2487 m. Nous montons à plus de 1400 m avant de redescendre à 900 m au niveau de Plav et de son lac. C'est un site paisible et ouvert. Du lac, nous voyons à l'horizon de hauts sommets, c'est certainement ceux du massif des Prokletije mais le ciel est bas. Les routes de montagne que nous avons suivi étaient superbes avec des crêtes et des vallées très encaissées.

Nous passons la nuit sur un petit camping un peu avant l'entrée de Plav.

Après les grosses pluies de la soirée, le ciel est encore très nuageux ce matin mais peu à peu les brumes s'élèvent. Nous commençons par visiter le bourg de Plav qui mérite vraiment le détour. Il y a dans ce bourg quelques curiosités. Il a conservé de son long passé ottoman des mosquées avec des minarets en bois et des tours de défense plus ou moins bien conservées. La vieille mosquée Stara Dzamija du XVème siècle et la tour de défense de Redzepagic du XVIème siècle sont bien restaurées.

La mosquée Stara Dzamija
La mosquée Stara Dzamija
La tour de défense de Redzepagic
Le lac de Plav
Plav 

Nous quittons Plav pour rejoindre Gusinje puis Vusinje. Nous sommes dans le parc national des Prokletije. L'accès à Vusinje n'est pas facile, la route est étroite, en mauvais état et la traversée du hameau n'est pas bien balisée. Nous stationnons sur aire de pique nique et nous partons marcher en suivant le chemin qui s'enfonce dans la vallée. Tous les sommets se sont dégagés de leur brumes et nous pouvons ainsi profiter de l'ensemble. Nous avançons toujours plus loin pour voir les plus hauts sommets et les kilomètres s'accumulent. Finalement nous aurons fait environ 10 km AR pour environ 400 m de dénivelé.

En remontant la vallée 

Sur le chemin du retour, nous passons voir une résurgence et 700 m plus loin la cascade du torrent qui tombe dans un gouffre.

Epipactis
La résurgence 
Vues  de la route de Gusinje à Plav

Ce parc est en limite de la frontière albanaise. Cette zone est une enclave et nous devons revenir sur nos pas pour rejoindre Kolasin.

Nous reprenons la mauvaise route qui va d'Andrijevica à Kolasin mais cette fois la visibilité sur les sommets du massif Komovi est parfaite.

Le massif  Komovi 
7

De Kolasin, nous prenons la direction de l'entrée du parc national de Biogradska Gora.

Nous passons la nuit sur le camping situé au bord du lac de Biogradsko à 1120 m. A cette altitude il fait frais et nous sommes à l'ombre des arbres. Nous sommes dans des sous bois d'hêtres.

Le lac de Biogradsko 

Du camping, nous partons pour le sommet de Bendovac à 1774 m d'altitude. C'est une randonnée tranquille de 12 km et de 650 m de dénivelé sur un large chemin qui monte régulièrement. Une grande partie de la montée se fait en forêt. C'est essentiellement une forêt d'hêtres dont certains sont plus que centenaires. Certains sont d'un hauteur impressionnante mais il faut dire que l'eau coule de partout. Et puis après presque 2 heures de marche, nous sortons de la forêt et nous voyons apparaître les sommets arrondis du massif de Bjelasica. Le paysage est très boisé et les alpages sont très verdoyants.

En montant au Bendovac 

Nous arrivons ainsi sur un petit plateau avant de monter au sommet du Bendovac d'où nous avons une vue sur le lac Biogradsko et à l'horizon, nous voyons de hauts sommets. Sur le plateau, il y a un petit restaurant qui propose également un hébergement original dans un paysage paisible. La jeune personne qui gère cet hébergement est charmante et elle parle très bien le français et l'anglais. C'est un bon site pour faire une pause pour les randonneurs qui veulent découvrir tous les sentiers de la région. Il est possible de ce point de faire un petit circuit sur les sommets qui entourent le plateau ou encore aller jusqu'au lac de Sisko. Nous redescendons et quittons le parc national.

Vues du Bendovac 
Camp Janketica 

Nous descendons la vallée de la Tara. Nous passons la nuit sur la camping Rabrenovic après le bourg de Mojkovac. Accueil très chaleureux et emplacement très agréable.

8

Au réveil nous sommes dans la brume mais peu à peu le soleil fait son apparition. Nous descendons la rivière Tara jusqu'à Budecevica. Elle a creusé des gorges sur des kilomètres. Nous sommes à plus ou moins 800 m d'altitude et par endroit nous passons au pied de très hautes falaises. Mais globalement, il est difficile d'avoir des points de vue tellement la végétation est exubérante. Nous passons à côté de la source Ljutica mais l'accès est très délicat. Pourtant c'est une résurgence qui sort de la falaise en cascade avec un débit impressionnant.

Le canyon de la Tara 

Nous arrivons ainsi sur le grand pont de Budecevica d'où nous avons enfin un point de vue dégagé. C'est là que la route quitte la vallée laissant les points de vue sur les gorges de la rivière Tara pour les randonneurs.

Vues du pont de Budecevica 

Nous poursuivons jusqu'à Pljevlja où nous allons voir la mosquée Hussein Pasha Boljanic et le monastère Sv Trojice.

La mosquée Hussein Pasha Boljanic 
Le monastère Sv Trojice 

Pour cela nous montons sur un vaste plateau à 1200 m qui descend vers Pljevlja à environ 700m.

En descendant du plateau vers le canyon de la Tara
Sur le plateau entre  Budecevica et Pljevja
9

Nous revenons sur nos pas et à Budecevica nous prenons la direction de Zabljak, porte d'entrée du parc national du Durmitor. Nous passons la nuit sur le camping Ivan Do d'où nous avons un point de vue sur les sommets. Nous sommes à 1500 m d'altitude. Le temps est mitigé, dans l'après midi, nous avons eu une belle averse d'orage, ce soir s'est relativement dégagé. Qu'en sera t-il demain ?

Il a beaucoup plu pendant la nuit et ce matin le ciel est gris. Nous partons pour une marche d'environ 6km AR jusqu'au lac Zminje. Les chemins sont très humides et sous les sapins c'est très sombre. Arrivés au lac, il s'est remis à pleuvoir.

Le lac Zminje 
Avec une telle humidité, il y a plusieurs espèces de champignons 

Nous revenons déjeuner au camping-car en espérant que le temps va s'améliorer dans l'après midi car il y a en bas du camping un superbe lac que nous avons vu sous la pluie. Effectivement le soleil est revenu.

Nous partons pour faire le tour du lac Noir soit 4 km. C'est un lac glaciaire à 1416 m d'altitude blotti au pied de la montagne. Le sentier est très escarpé sur la partie qui se trouve au pied du sommet Meded (2287 m).

Le tour du lac Noir avant la pluie 

Et c'est dans cette partie que la pluie s'est à nouveau invitée. Décidément ce sera une journée pluvieuse. Nous laissons passer l'averse et nous terminons le tour du lac avec un peu de soleil et des brumes.... Retour au camping où nous passons une deuxième nuit.

Le lac après la pluie 

Ce matin, le soleil est au rendez-vous. Les sommets du Durmitor sont éclairés. Aussi avant de quitter le camping, nous descendons au bord du lac pour faire quelques photos.

Le lac Noir le matin 

Puis nous partons faire une randonnée qui monte au petit sommet de Curevac à 1665 m d'où nous devons avoir de beaux points de vue sur les gorges de la rivière Tara. Il est possible d'aller directement au parking de ce site mais nous avons suivi un circuit qui passe par le village de Nadgora dans un paysage vallonné avec de nombreuses dolines.

Nadgora 

Nous avons ensuite suivi un sentier rocailleux glissant avec les pluies abondantes de la veille pour rejoindre le sommet de Curevac. De ce petit sommet, nous avions un point de vue à 360° sur les gorges de la Tara, sur les principaux sommets du massif du Durmitor, sur les plateaux. c'était superbe. Finalement nous sommes revenus par la route à notre point de départ soit environ 7 km.

Les gorges de la rivière Tara 

Nous profitons de la journée ensoleillée pour découvrir le paysage. Nous avons donc poursuivi sur la route qui va de Zalljak à Mala Crna Gora et nous sommes monté au niveau d'une petite station de ski. Nous sommes dans les alpages et nous pouvons avoir une belle vue sur le massif du Durmitor.

Sur la route qui monte à la station de ski 

Nous revenons sur Zabljak pour aller voir les lacs du plateau. C'est un autre paysage, de prairie vallonnée où se nichent quelques lacs aux couleurs turquoises.

Le massif du Durmitor vu du plateau
Les lacs du plateau 

Nous poursuivons notre découverte du Durmitor en prenant la route qui relie Zabljak à Pluzine. C'est une petite route de montagne qui traversent des paysages à couper le souffle du début jusqu'à la fin avec une grande variété. Nous partons d'un plateau à environ 1400, nous montons jusqu'à un col à 1900 m où nous découvrons un nouveau paysage.

D'un plateau à l'autre 

Puis nous passons un autre col à 1880 m après être passé non loin du plus haut sommet à 2500 m sans l'avoir vu. Après le deuxième col, nous descendons sur un vaste plateau vallonné également à 1400 m.

De là nous apercevons en ombre chinoise un autre massif montagneux, le Bioc en Bosnie. Après avoir traversé le plateau nous entamons la descente vers Pluzine. Et là, autre surprise, nous découvrons les gorges de la rivière Piva. C'est dommage, il se fait tard.

C'est sur cette belle journée que nous terminons notre découverte du massif du Durmitor. Il est entouré de vastes plateaux à environ 1400 m d'altitude. C'est une belle zone pour la randonnée mais il faut avoir bien préparé ces circuits car il est facile de se perdre et il faut la forme car les chemins peuvent être raides voire délicats.

Il nous faut trouver un camping et ce n'est pas simple. Sur la route nous avions repéré des campings mais le premier n'était qu'une zone de bivouac, le deuxième à Tzar, il n'y avait que des bungalow sans service pour le camping, le troisième à Pluzine n'était que le parking d'un restaurant pas très agréable et enfin le quatrième également à Pluzine n'était pas vraiment un camping mais une zone de bungalow où nous avons pu nous installer avec quelques services liés au camping.

Nous venons de découvrir que nous ne sommes pas sur le camping que nous pensions. A notre arrivée, une personne s'est empressée de nous installer sur un terrain agréable mais pas vraiment prévu à cet effet. Nous sommes le seul camping-car. Cela confirme ce que nous avait dit une jeune femme dans le parc de Biogradska Gora. Il y a de la jalousie et c'est à qui prendra le client de l'autre même s'il n'a pas l'équipement nécessaire. C'est une drôle de mentalité pas très sympathique.

Avant de quitter le Monténégro, nous longeons le canyon de la Piva qui rejoint la rivière Tara à la frontière avec la Bosnie. Nous passons des tunnels impressionnants creusés à même la roche donnant l'impression de traverser les rochers.

Le lac et le canyon de la Piva 
10

Le Monténégro est un très petit pays de 13812 km² avec moins d'un million d'habitants. Le relief est escarpé. L'altitude moyenne est élevée avec plusieurs massifs montagneux entrecoupés par de hauts plateaux entaillés par de grandes vallées. Il y a plusieurs parcs nationaux avec de très beaux paysages et de nombreux sentiers de randonnée.

C'est un pays touristique mais l'accueil est assez moyen. Les structures touristiques sont souvent anarchiques. Il y a de nombreux petits campings privés allant d'installations très sommaires à de très bons aménagements pour des tarifs identiques. Chacun veut profiter de la manne touristique en proposant une large gamme d'hébergements et d'activités sans de réelles spécialisations et puis pourquoi pas profiter de la publicité d'un concurrent pour récupérer sa clientèle potentielle...

Ce pays qui faisait partie de l'ex-Yougoslavie est resté neutre pendant la guerre de 1992-95. Pourtant, si la majorité de la population est monténégrine, il compte des minorités serbes et bosniaques. Il a pris son indépendance par rapport à la Serbie seulement en 2006.

Nous avons parcouru 1607 km. Nous avons visité quelques villes et monastères mais nous avons essentiellement profité de la riche nature du Monténégro avec sa grande variété de paysages.

Voir la suite de notre circuit dans le carnet de voyage "La Bosnie Herzegovine"

Ce carnet s'intègre dans le carnet global "périple dans les Balkans"

Votre circuit individuel au Monténégro, personnalisable et abordable

Circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires