Carnet de voyage

La Croatie

9 étapes
3 commentaires
3
En 2006, nous avions passé quelques jours en Croatie . L'intégrer à notre périple dans les balkans est l'occasion de compléter notre première découverte.
Du 23 avril au 14 mai 2018
22 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Nous commençons notre découverte par l'Istrie intérieure et la route des villages perchés. Nous visitons Groznjan, Roc et Hum. Ce sont des villages fortifiés. C'est aussi l'occasion de découvrir un paysage très vallonné, boisé et encore verdoyant en avril. Les arbres ne sont pas très grands, c'est une ambiance de causses avec beaucoup d'oliveraies. Les orchidées sont nombreuses sur le bord de la route. Nous suivons longtemps la vallée de la Mirna qui ressemble davantage à un canal qu'à une rivière. Nous terminons la journée à Motovum sur une aire de camping-car.

Groznjan 
Roc 
Hum 
Ophrys araignée
Ophrys araignée
Ophrys araignée
Orchis simia
Orchis morio

Le lendemain, nous visitons le village fortifié de Motovum. Nous laissons le véhicule sur l'aire de camping-car. Il n'y a pas beaucoup de place de parking au niveau du village. Par chance, le responsable de l'aire de camping-car nous propose de nous monter. Nous arrivons donc tout en haut rapidement un peu avant 9H. Nous commençons par faire le chemin de ronde sur les remparts qui part de la place centrale avec de belles vues sur le paysage valloné et sur la vallée de la Mirna. L'accès à cette place dominée par son campanile se fait par deux doubles portes. Nous redescendons à pied par une petite rue pavée très pentue.

Vallée de la Mirna
Motovum 

Nous rejoignons ensuite Porec sur la côte Adriatique où nous nous sommes stationné sans problème. Nous commençons par visiter la basilique comprenant un atrium, un baptistère, un campanile, un musée présentant des lapidaires et des mosaïques et enfin la basilique en elle-même avec de superbes mosaïques au niveau du chœur. Cet ensemble est une admirable combinaison de l'héritage romain antique et de l'influence byzantine. Nous poursuivons notre visite en flânant dans les rues et ruelles de la vieille ville où l'on peut admirer quelques belles maisons gothiques et notamment autour de la place Marafor (ancien forum). C'est vraiment une ville à visiter.

Maison romane
Palais gothiques du XVème siècle
Porec

Nous partons ensuite pour la ville de Rovinj en passant par le village fortifié de Sveti Lovrec avec sa tour et sa porte en Ogive. Le stationnement du camping-car à Rovinj a été laborieux. Du port, nous avons une belle vue sur la vieille ville dominée par son campanile. C'était à l'origine une île séparée du continent par un chenal qui fut comblé au XVIIIème siècle. Nous avons parcouru les ruelles de la vieille ville jusqu'au campanile. Il fait frais à l'ombre des ruelles. Les maisons colorées de la place Tito, de la place Pignatona et du port donne un aspect chaleureux à la ville.

Rovinj 

Nous rejoignons le camping Stoja à Pula. Il est situé sur une petite presqu'île bien agréable.

Le lendemain, nous prenons le bus au niveau du camping pour aller visiter Pula. C'est une ville portuaire importante et c'est également un chantier naval. La visite de ses principaux monuments est un véritable cours d'histoire. La ville a connu une époque florissante au temps des romains. Il reste de cette période un superbe amphithéâtre bien conservé, la double porte, la porte d'Hercule, L'arc des Sergius, un petit théâtre en très mauvais état et sur l'emplacement du forum, le temple d'Auguste ainsi qu'un autre temple intégré dans l’hôtel de ville, construction gothique du XIIIème siècle remaniée à la renaissance. Après le chute de l'empire romain, l'Istrie a connu une période d'instabilité avant de tomber sous le giron de la République de Venise jusqu'à la colonisation des français sous Napoléon puis des autrichiens, des Italiens et retour à la Croatie et intégration à la Yougoslavie en 1947.

L'arc des Sergius
Le temple d'Auguste
Pula
Ambiance paisible au monastère franciscain 

Retour au camping pour une après midi de détente et de découverte de la presqu'île. L'eau est claire est engageante mais il fait encore frais pour se baigner.

Le camping Stoja 

Nous quittons Pula pour Labin que nous visitons. C'est l'une des plus vieilles villes fortifiées d'Istrie au moyen âge. Ses remparts ont été ensuite renforcés par les vénitiens. Nous entrons par la porte Floro et en remontant les ruelles, nous découvrons quelques palais et une belle église. Il se dégage une ambiance paisible. Des remparts, nous avons une belle vue sur la baie de Rabac et sur les moyennes montagnes qui séparent l'arrière pays de la côte du golfe de Kvarner.

Baie de Rabac vue de Labin
Labin 

Nous poursuivons notre remontée vers Rijeka en passant à l'arrière de ces montagnes que nous traversons par le col Plokon situé à 922 m dans le parc naturel Ucka. Du col, il y a possibilité de faire une randonnée vers le Mont Vojak à 1401 m. Nous faisons une petite marche d'une heure en suivant le sentier très agréable qui passe dans une hêtraie.

Parc naturel d'Ucka 

C'est là que se termine notre circuit en Istrie.

Nous redescendons vers la côte du golfe de Kvarner en passant rapidement Rijeka. Cette partie de la côte est très urbanisée et la circulation n'y est pas facile. Nous longeons plus ou moins la côte jusqu'à Senj et prenons la route pour le parc national de Plitvice.

2

Nous arrivons en soirée dans la région de Plitvice et nous passons la nuit sur le camping Borje un peu après Vrelo.

Le lendemain matin vers 10H, nous commençons le circuit de 8900 m à la découverte des lacs et cascades de Plitvice. C'est une suite de lacs qui se déversent les uns dans les autres sur environ 140 m de dénivelé et 6 km avec une multitude de cascades et des eaux aux belles couleurs turquoises.

La particularité du site, c'est la composition de l'eau qui est très riche en carbonate de calcium. Ce carbonate provient de l'érosion des roches calcaires et de la dolomie. Il se dépose ensuite sur tout obstacle qu'il rencontre - barrière de cailloux, tronc d'arbre tombé dans l'eau, algue, plante... ces obstacles se calcifient et se transforment en travertin. Celui-ci constitue de nouvelles barrières et modifie lentement l'écoulement de l'eau créant des barrages et de nouvelles cascades pour le plaisir des yeux.

Le parc se trouve à environ 700 m d'altitude et se divise en 3 parties. Nous commençons par les lacs supérieurs et descendons jusqu'à un grand lac que nous traversons en bateau pour découvrir ensuite les lacs inférieurs. Nous terminons par une cascade de 72 m de haut et l'écoulement très spectaculaire des eaux dans un grand entonnoir de 25 m.

Les  cascades des lacs supérieurs 
Les cascades des lacs inférieurs 

En matinée, le temps a été assez nuageux et il faisait frais mais dans l'après midi, le soleil a été généreux et chaud. Nous quittons ce très beau parc et passons sur les plateaux qui oscillent entre 500 et 800 m d'altitude.

Nous passons la nuit sur un petit camping à Zaluznica.

3

Nous rejoignons le parc national du Nord Velebit. Le Velebit est le plus grand massif montagneux de la Croatie. C'est un massif calcaire qui s'étend sur 150 km le long de la côte adriatique. Il appartient aux Alpes dinariques qui prolongent les Alpes le long du littoral adriatique. Le Velebit se compose d'une série de crêtes parallèles au rivage. Les longues îles qui bordent le littoral ont le même profil et ne sont que d'autres lignes de sommets séparées de la terre par d'étroites vallées immergées. Ce massif est un site naturel remarquable qui abrite 2 parcs nationaux - celui du Nord Velebit et plus au sud celui du Paklenica.

Après être passé au bureau du parc, nous partons pour l'entrée du parc qui mène au refuge de montagne de Zavizan. Nous suivons une route très agréable qui passe dans une hêtraie avec quelques arrêts au niveau des prairies où il y a de nombreuses fleurs !

Prairies très colorées ! 
Primevère élevée
Orchis morio
Orchis sureau
Orchis sureau
Gentiane printanière
Crocus
Anémone
Narcisse
La flore dans le Velebit au mois d'avril 

A l'entrée du parc, nous suivons une piste d'environ 6km. La neige est de plus en plus présente et les hêtres n'ont pas encore de feuilles. Nous ne pourrons pas faire la randonnée que nous avions prévue car il y a encore trop de neige mais nous marchons environ 2 H.

Nous sommes monté sur le petit sommet de Velika Kosa à 1622 m d'où nous avions une belle vue sur la mer d'un côté et sur la montagne de l'autre.

Vue au sommet du Velika Kosa  côté terre 
Vue au sommet du Velika Kosa côté mer 

En soirée nous descendons sur la côte avec des vues sur les îles mais le soleil est voilé et la visibilité est mauvaise. Après avoir photographié la forteresse de Senj, nous descendons vers le sud et passons la nuit sur un camping à Rabac. C'est assez moyen bien que situé au bord de la mer. La route est proche. Il faut dire qu'il n'y a guère d'espace entre la route et la côte.


Nous poursuivons la découverte du massif du Velebit en longeant la côte par la route en corniche qui offre des points de vue sur les îles. L'éclairage dès le matin est bon pour voir le relief aride de ces îles. C'est assez spectaculaire.

Sur la route en corniche 

A Karlobag, nous prenons la route qui va à Gospic. Très belle route qui offre de nouveaux points de vue sur les îles. Après le col, nous découvrons la partie sud du Velebit. En fait, la route passe par la séparation naturelle entre les 2 parties du Velebit mais nous restons dans la partie nord en rejoignant une autre entrée du parc du Nord Velebit par une petite route qui a été récemment goudronnée. Ouf !

Nous traversons un beau paysage très boisée. La face continentale du Velebit est très verdoyante alors que la face côté Adriatique a une végétation méditerranéenne. Par cette petite route étroite, nous repassons un col où nous avons fait une petite marche d'environ une heure sur un superbe sentier. Après le col, la route offre à nouveau de très beaux points de vue sur la côte et les crêtes.

île de Rab
Au niveau du col 

Nous terminons la journée sur le camping Sibuljina à Tribanj Sibuljina, camping agréable situé au bord de l'eau avec des petites plages de galets. L'eau a une belle couleur, la journée a été chaude, j'ai donc essayé de me tremper les pieds mais elle est encore fraîche !


Après une petit pluie en fin de nuit, le ciel se dégage peu à peu. Nous partons pour le parc national Paklenica faire une randonnée dans le canyon de Velika Plaklenica. C'est la principale entrée du parc. Nous sommes dans la partie sud du massif du Velebit. Le nom du parc provient du nom plaklini (cire du pin noir).

A l'entrée du parc, nous commençons par monter à un point de vue sur la mer et sur l'entrée du canyon.

vues du Paklaric Fort 

Puis nous suivons un chemin qui monte au refuge Planinarski. Nous passons dans un premier temps dans un profond défilé creusé par le torrent Paklenica. C'est un site important d'escalade. Nous remontons le torrent. Lorsqu'il cascade, le sentier devient plus raide. Plus haut, il devient plus paisible, la montée est plus tranquille.

Le parc national Paklenica  

La flore est très variée dans ces zones karstiques. C'est un aller retour et nous avons fait environ une douzaine de kilomètres.

Ophrys rhodostephane
Orchis
cyclamen

Nous passons la nuit sur un petit camping sympathique et pas cher à Starigrad

Une dernière ballade matinale dans le Velebit avant de rejoindre la région de Zadar. La journée s'annonce nuageuse. Nous montons par une petite route très raide vers l'intérieur de la montagne pour voir des formations calcaires spectaculaires mais pour cela il faut prendre une piste encore plus délicate. Nous resterons donc au bout de la route. C'est une zone minérale avec une végétation méditerranéenne arbustive où la flore et la faune sont variées.

Paysages karstiques 
En arrière plan, les plus hauts sommets du Velebit sud 
Molène bleue
Ballade d'observation 
4

Nous quittons la montagne pour la région de Zadar. Nous sommes en Dalmatie.

Nous commençons par visiter Nin. Cette petite cité construite sur un îlot au milieu des marais salants a connu un passé glorieux du temps des romains. On peut y voir 3 générations d'églises dont la plus ancienne église paléochrétienne de Croatie. Cette cité est entourée de remparts et 2 portes permettent d'y accéder à partir de 2 ponts actuellement endommagés suite à une période de grandes inondations en septembre 2017.

Eglise paléochrétienne
Nin 

En dehors de la ville de Nin en allant vers Zadar, nous arrêtons voir la chapelle romane St Nicolas sur laquelle a été rajouté une tour de guet.

Nous passons la nuit sur la camping de zanton à proximité de Nin. Il est sympathique.

De Zanton, nous arrivons rapidement à Zadar et nous pouvons nous stationner non loin du centre ville historique. La vieille ville de Zadar située sur une presqu'île est entourée de remparts. Au fil de notre parcours entre les places, rues et ruelles, nous découvrons son riche passé historique. Elle a été occupée par les Illyriens, les Grecs, les Romains, les Vénitiens puis il y a eu la domination française, suivi par celle de l'Autriche et ensuite celle de l'Italie.

Il y a de nombreuses églises dont l'imposant ensemble de la Cathédrale situé au niveau de l'ancien forum romain. il y a également des belles maisons de style gothico-renaissance qui côtoient de massives constructions autrichiennes....

Tour du temps des Vénitiens
Colonne de l'époque romaine
Eglise St Simon
Le forum, l'église St Donat et la Cathédrale
La cathédrale Ste Anastasie
Monastère franciscain
Construction néo-classique
Eglise St Chrysogone
Zadar 

Dans l'après midi, nous reprenons la route vers le sud et nous arrêtons au niveau du lac de Vransko où il y un site d'observation ornithologique mais ce n'est pas la bonne heure ni peut être la bonne période.

Rousserolle
Rousserolle
Sur les bords du Lac Vransko 

C'est maintenant un paysage de plaines et de collines rocailleuses. Il n'y a ici pas plus de culture que dans les régions que nous avons jusqu'à présent parcourues. Il y a beaucoup de zones incultes, de belles prairies dans certaines zones, des oliveraies, des arbres fruitiers, des vignes et un peu de culture vivrière, souvent un espace au milieu de zones non cultivées. Actuellement, nous voyons beaucoup de culture de pomme de terre.

5

Nous poursuivons notre route en direction de Skradin, la porte d'entrée du parc national de Krka. Nous passons la nuit sur un camping à Skradin qui propose la place pour 24H, idéal pour la visite du site de Krka.

Le lendemain sera une Journée sous le signe de l'eau !

Nous prenons le bateau navette au port de Skradin pour aller dans le parc national de Krka. Nous passons une petite gorge pour accéder au site.

Sur le trajet menant au site de  Skradinski buk 

Le ciel est nuageux et devient menaçant. Nous avons une première averse sur le bateau puis une autre à l'arrivée dans le parc. Nous attendons un peu à l'abri avant de partir à la découverte du parc qui se situe dans la vallée du fleuve Krka.

C'est un petit fleuve de 72 km qui prend sa source au pied du mont Dinara (1831 m) à la frontière avec la Bosnie. Il s'écoule sur un plateau karstique et creuse de profondes gorges où ses eaux se chargent en calcaire qu'elles déposent sur la végétation aquatique formant peu à peu des barrages de travertin et une succession de chutes d'eau.

Elle compte tout au long de son parcours, 7 séries de cascades ou chutes d'eau.

Nous commençons par la série la plus spectaculaire celle de Skradinski buk, la série la plus en aval. L'averse passée, nous avons quelques rayons de soleil pour remonter rive gauche les 7 cascades de Skradinski buk et passer rive droite en traversant les multiples écoulements du fleuve.

 Les cascades de Skradinski buk
Un moulin
L'ambiance au dessus des cascades 

Que d'eau tout au long de ce petit circuit. Nous revenons à Scradin par le bateau et quittons le camping dans l'après midi. Le ciel est à nouveau menaçant mais nous remontons vers Knin. Nous faisons un arrêt au niveau de la colline de Bribir qui domine le paysage. Ce site est entourée de fortification (construction ou falaise) et comprend des ruines romaines, des ruines vénitiennes et celles d'une église et de son monastère.

Les fortifications
Eglise et monastère
Nympheum
Colline de Bribir 

Nous arrêtons notre parcours pour aujourd'hui car le temps est de plus en plus menaçant. Nous trouvons un petit camping de campagne à proximité d'un autre site du parc le "Roski slap". En passant par les petites routes, nous avons traversé plusieurs petits villages où l'habitat est pauvre avec beaucoup de maisons abandonnées. Et toujours cette même constatation concernant les cultures : olivier, vigne et prairies.

Après l'orage et la pluie de la soirée, le soleil est revenu lorsque que nous quittons le camping. Nous commençons la journée par le site de Roski Slap. Nous remontons le fleuve Krka qui descend par petits paliers avant de faire un saut de 22 m dans le lac Visovac. Sur ce trajet se trouve l'accès à la grotte Ozidana. Il faut monter 517 marches pour y accéder. Elle se situe très haut dans la falaise. Ce n'est en fait qu'un tunnel où s'écoulait l'eau il y a très longtemps. Elle a été habitée du néolithique à l'âge de bronze. En montant, nous avons de superbes points de vue sur le fleuve Krka.

La vallée de la Krka
La  vallée de la Krka 

Nous redescendons ensuite un peu plus bas au niveau d'une série de moulins. C'est une installation que l'on pourrait considérer comme préindustrielle. En effet, c'est une succession de moulins qui s'alimentent en eau les uns après les autres. Les installations ne faisaient pas seulement de la farine, il y avait une installation pour battre le lin ou encore pour faire la lessive... De là, nous pouvons voir la cascade qui permet au fleuve d'arriver dans le lac de Visovac.

Au niveau des moulins sur le bord du lac Visovac 

Un peu après le pont qui traverse la Krka, il y a un superbe sentier qui remonte le cours d'eau avec de beaux points de vue sur les falaises d'en face et sur les différents paliers de l'eau.

Nous poursuivons notre découverte du parc. Nous visitons le monastère de la Krka. C'est un monastère orthodoxe datant du XIVème siècle et c'est également une école. Il n'y a actuellement en Croatie que 7% d'orthodoxe, la majorité des croates étant catholique. Ce monastère se situe dans un superbe cadre au bord du fleuve Krka où la vallée s'est élargie entre 2 gorges.

Monastère de la Krka 

Nous continuons à remonter la vallée. Nous passons de vastes plateaux à plus ou moins 250 m d'altitude entaillés par le fleuve Krka ou par ses affluents. Nous faisons un arrêt sur le site de Burnum où il y a un petit amphithéâtre en cours de restauration, un camp militaire et les arches du bâtiment du commandement du camp.


Un peu plus loin, nous allons voir une autre série de cascades, celles de Manojlovac dominées par les hautes falaises d'un méandre. C'est grandiose. Ce qui est impressionnant c'est le dénivelé qu'il y a entre les 2 côtés du méandre.

Tortue d'Herman
Les cascades de Manojlovac 

Toujours en remontant la vallée nous arrivons aux cascades de Bilusica dont l'une a un débit impressionnant. Pour y arriver, nous descendons un très beau chemin muletier.

Les cascades de Bilusic 

Le ciel est de plus en plus menaçant, il fait de l'orage. Nous arrivons à temps au camping-car pour éviter la grosse averse. Nous voulons continuer à remonter la vallée au delà de Knin mais la route est finalement très éloignée de la vallée de la Krka. Nous faisons demi tour et prenons la route qui va à Oklaj. Nous passons au dessus d'une autre série de cascades, celles de Brljan beaucoup moins spectaculaire. La vallée y est encaissée. Un dernier détour à Visovac pour avoir une belle vue sur l'îlot où il y a un monastère franciscain du XIVème siècle.

Le site de Visovac 

Nous passons la nuit sur un camping à Lozovac.

Le lendemain, nous passons la matinée à Visiter Sibenik qui se situe à l'embouchure du fleuve Krka au fond d'un fjord relié à la mer par l'étroit canal St Antoine. Comme tout au long de son parcours, le fleuve a creusé sa sortie vers la mer Adriatique dans les roches qui bordent le littoral. La ville a été fondé au 9ème siècle sur la butte rocheuse qui surplombe la mer. Elle a été fortifié par les vénitiens et compte 3 forteresses dont celle de St Michel située sur l'éperon rocheux à 70 m d'altitude. De plus, l'entrée du détroit côté mer était gardé par la forteresse de l'îlot St Nicolas.

La ville médiévale dominé par la forteresse St Michel compte plusieurs palaces et plusieurs églises de style très différent dont la très belle cathédrale St Jacques. Sa toiture est un dôme réalisé en pierre. Des citernes voûtées en pierre alimentaient les habitants en eau potable par 4 puits percés dans leur voûte.

Ancien hôtel de ville et sa loggia
La cathédrale St Jacques
Les puits situés au dessus des citernes
Eglise St Jean
La ville médiévale de Sibenik 

En début d'après midi, nous rejoignons la presqu'île du côté sud de détroit.

Le canal St Antoine 

Nous suivons un très beau sentier qui permet de longer le détroit et d'avoir un point de vue sur le dernier parcours du fleuve Krka avant qu'il disparaisse dans la mer.

le canal St Antoine
Sibenik
Sur le sentier le long du détroit 

Nous continuons notre route vers le sud en faisant un arrêt au petit port de Primosten construit sur un ancien Îlot. Nous en faisons le tour en longeant la mer.

Primosten 
6

Nous nous installons sur le camping à Segest dans la région de Split. Il est situé au bord de l'eau. La côte que nous avons suivi est très urbanisée.

Nous commençons la journée par la visite de Trogir. Nous sommes stationné sur un grand parking près du pont d'accès à la vieille ville mais à quel prix ! C'est encore une ville fortifiée construite sur un îlot. Fondée par les grecs, colonisée par les romains, christianisée, elle a connu des dominations successives (Byzantins, Croates et vénitiens). Sur ce petit espace, elle compte 6 églises dont la très belle cathédrale St Laurent avec son campanile sculpté. Sous le porche, il y a également de belles sculptures. Nous visitons très rapidement l'intérieur car c'est une journée de communion. Dès le matin, il fait chaud et c'est agréable de flâner à l'ombre des ruelles étroites. Il y a des maisons avec de belles façades, l'ensemble est harmonieux.

la cathédrale St Laurent
la cathédrale St Laurent
la cathédrale St Laurent
la loggia
Palais Cipiko
Palais Cipiko
La forteresse Kamerlengo
Trogir 

Dans l'après midi, nous partons visiter Split avec toujours le même souci pour le stationnement. Nous optons encore pour un parking payant à proximité de la vieille ville. Pour comprendre la structure de la ville, il faut connaître l'histoire de cette ville.

Cette région peuplée très tôt a été habitée par les Dalmates puis colonisée par les grecs qui fondirent "Tragurion" (Trogir) et développèrent le village de Salona. Au temps des romains, Dioclétien né à Salona est soldat romain et en gravissant les échelons devient à l'âge de 39 ans un empereur romain. Il se fait construire un grand palais en front de mer et un mausolée. A la fin de l'empire romain, le palais devient le cœur de la ville de Split. Des habitations on été construites entres les colonnes de la galerie ouverte sur le front de mer. Au 7ème siècle, le christianisme investit les lieux et construit la cathédrale sur l'emplacement du mausolée tout en gardant une partie du péristyle. Le campanile a été construit sur plusieurs siècles à partir du 13ème siècle. Le temple de Jupiter est devenu un baptistère. Enfin, au temps des vénitiens, au moyen âge, les remparts ont été renforcés et des palais aux façades très raffinées ont été construits à l'intérieur du palais. Nous sommes rentrés dans le palais par les sous-sols (porte de bronze), belles constructions voûtées qui auraient été le quartier des esclaves. Il y avait à ce niveau un embarcadère car la mer arrivait au pied des murs du palais. Cette longue histoire explique la structure hétéroclite et surprenante de la vieille ville.

Le Péristyle
Entrée de la Cathédrale
Le dôme de la Cathédrale
le campanile de la Cathédrale
Palais Papalic
Palais Papalic
Habitations construites dans la galerie de l'ancien palais
La vieille ville de Split 

Nous faisons un détour à Salona où il y a un site archéologique qui présente qu'une partie de la ville antique. La réception du site est fermée et sans explication, nous ne découvrons que l'ensemble épiscopal avec à l'arrière les reliefs du massif de Mosor.

Salona 

Nous revenons sur le site de Salona. C'est un site protégé au milieu d'une zone urbanisée. Cette fois, le bureau d'entrée était ouvert et nous avons eu quelques explications sur l'agencement du site. L’amphithéâtre se trouve à 1 km de l'entrée. En suivant les remparts, nous passons au milieu d'oliveraies. Deux maisons ont été construites en se servant de la structure des gradins de l’amphithéâtre. En revenant sur nos pas, nous passons la porte de César et un peu plus loin, il y a des thermes. Le site romain de Salona était important mais il a été investi par les constructions chrétiennes. On trouve sur cette zone protégée, les ruines d'un monastère, d'une basilique et d'un ensemble épiscopal. L'ensemble n'est pas en très bon état.

Salona 

Un peu plus loin, nous visitons la forteresse de Klis perché sur éperon rocheux. Nous changeons d'époque. C'est une très belle structure de la période vénitienne.

Klis 
7

Nous reprenons la route vers le sud et passons la nuit sur un charmant camping à Omis. Il est situé entre les falaises et la mer. Le camping étant sympa, nous faisons une journée de pause et en profitons pour faire la lessive et le ménage.

Dans l'après midi, nous partons à pied pour le centre d'Omis. Nous traversons le fleuve Cetina. Il est possible de faire un tour en bateau sur ce fleuve. Nous partons pour 1H30 AR sur la Cetina qui passe au pied de hautes falaises dominées par la citadelle. C'est reposant.

Sur le fleuve Cetina 

Au niveau d'Omis, nous pouvons voir la citadelle perchée sur une falaise. Un peu plus bas, il est possible de monter jusqu'aux murailles à partir de la ville. Nous terminons la soirée en dînant au restaurant à Omis.

Omis
La citadelle et les murailles 

Nous poursuivons notre découverte de la vallée de Cetina en passant par l'arrière du massif de Mosor où s'écoule le fleuve Cetina. Il n'est pas toujours visible. Sa vallée est encaissée. Nous passons une très belle route avec des vues sur les massifs de Mosor et de Biokovo. Puis nous redescendons vers la côte.

La Cetina et le massif du Biokovo
La Cetina et le massif de Mosor
Massif du Biokovo
La Cetina 

Nous arrivons au niveau de la Riviera de Markarska. Le massif du Biokovo plonge directement dans la mer. la côte est beaucoup moins habitée. Nous nous installons sur un camping très sympathique à Bratus entre montagne et mer. Il n'est pas tard, nous faisons une petite promenade de 1H30 le long de la côte.

Bratus 

Le ciel est nuageux lorsque nous partons pour le parc naturel du Biokovo au dessus de Makarska. La chaîne montagneuse du Biokovo s'étend sur 50 km le long de la côte entre les estuaires de la Cetina et de la Neretva. C'est à cet endroit que les Alpes dinariques se rapprochent le plus de la mer. Nous avions l'intention de faire le sentier géologique de ce parc mais nous n'avons pu y accéder avec le camping-car.

Nous avons donc poursuivi la route en direction de Vrgorac. Au début, la route monte en corniche au dessus de la côte puis nous passons un col à 600 m d'altitude et redescendons dans un paysage très vallonné, rocailleux et aride mais nous voyons ici et là au fond des vallons de très petites parcelles plantées de pomme de terre. La route serpente ainsi entre les collines jusqu'au moment où nous arrivons au niveau d'une vaste surface plane verdoyante entourée de montagne. Cette zone est couverte de petites parcelles de vergers et de vignes. C'est surprenant après avoir passé un paysage de maquis.

Campanule agglomérée

Nous poursuivons la route vers la côte où nous arrivons au niveau du delta de la Neretva. Ce fleuve dont la source est en Bosnie s'étale le long de la côte. Cette zone marécageuse a été drainée pour former des parcelles plantés de vergers et de cultures maraîchères.

Le delta de la Neretva 

Nous quittons la Riviera de Makarska et traversons l'enclave de la Bosnie avant de revenir en Croatie.

8

Nous sommes arrivés dans la région de Dubrovnik.

Nous passons la nuit sur le camping de Prapratno sur la presqu'île de Peljezac au niveau de l'embarcadère pour l'île Mljet. Il se situe au fond d'une crique, c'est plutôt sympa.

L'île de Mljet

Nous prenons le ferry à midi pour Sobra sur l'île de Mljet. L'ambiance de l'île est très agréable, elle est boisée et très vallonnée. C'est une île montagneuse avec des crêtes allant de 300 à 500 m. Ce n'est pas très élevé mais c'est une suite de creux et de bosses que la route contourne. Les villages sont à taille humaine. Elle reste préservée de l'urbanisation touristique.

Prapratno
Sobra sur l'île de Mljet
La traversée en ferry  de Prapratno à Sobra

Nous commençons par rejoindre l'entrée du parc car la partie occidentale de l'île a été classé parc national. Il y a de nombreux sentiers pédestres dont un sentier qui fait le tour des 2 lacs. Nous faisons le tour du petit lac à partir du parking soit environ 7 km. Sur le grand lac, il y a une petite île où se trouve un monastère bénédictin. Nous avons pris un bateau pour y aller. Il est implanté dans un superbe paysage.

Autour du petit lac  
Glaïeul sauvage
Orchis
Le monastère bénédictin au niveau du grand lac 

Il est temps de trouver un camping, ils ne sont pas nombreux sur l'île et pas toujours accessibles. Sur les conseils d'un jeune couple de français rencontré sur le ferry, nous optons pour celui de la Ropa où nous avons eu un accueil très chaleureux. C'est un très petit camping.

Le lendemain matin, nous revenons à l'entrée du parc pour faire une petite randonnée. Par un sentier agréable à l'ombre des pins d'Alep et des chênes verts, nous montons au sommet de Montokuc à 253m d'altitude d'où nous avons une superbe vue sur les lacs. Nous redescendons vers Soline et passons au niveau du canal qui relie les lacs à la mer et retour vers le parking. C'est une très belle randonnée d'environ 7 km.

Les lacs vus d'en haut  -  Ambiance au bord du grand lac 

Un petit arrêt à Polace et nous partons pour la partie orientale de l'île qui nous réserve quelques belles vues sur les ports de Prozurska Luka et d'Okuklje situés chacun au fond d'une très belle baie. Nous poursuivons la route qui passe en corniche d'un côté à l'autre de l'île pour rejoindre Saplunara et ses plages de sables ce qui est rare en Croatie.

Polace
Polace et sa baie 
Prozurska Luka
Okuklje
La pointe orientale de l'île
D'un côté  à l'autre de la partie orientale de l'île de Mljet 

Il est temps de revenir vers Sobra pour prendre le ferry à 19H. Nous avons beaucoup apprécié l'île de Mljet où la nature est préservée.

Nous passons la nuit sur la camping de Prapratno. C'est pratique, il est juste à côté de l'embarcadère.

L'île de Korcula

Le temps est orageux lorsque nous partons du camping et en cours de route nous avons eu une grosse averse mais arrivés à Orébic, le soleil était de retour.

D'orebic, nous prenons un ferry pour l'île de Korcula. C'est une île montagneuse avec une altitude maximale de 568 m. Elle est boisée avec des zones cultivées (oliviers et vignes). Elle est plus urbanisée que sa voisine Mljet.

L'île de Korcula 

Nous visitons la cité fortifiée de Korcula perchée sur une presqu’île. C'est un urbanisme dalmate au temps de la république de Venise. La cathédrale avec sa belle façade sculptée se trouve sur la rue principale au plus haut de la colline au cœur de la cité entourée de fortifications. De cette rue part une multitude de ruelles qui descendent vers la côte avec une suite d'escaliers. C'est une structure en arête de poisson. Il y a la maison de Marco Polo qui serait natif de Korcula. De nombreuses maisons ont des façades où l'on retrouve des sculptures de l'époque vénitienne. Certaines sont bien restaurées mais certaines sont en ruine.

Porte de la Terre
La cathédrale St Marc
La cathédrale St Marc
La ville close de Korcula 

Ensuite nous partons à la découverte d'une partie de l'île. Nous prenons la route de Marmont, une très belle route en corniche qui surplombe la crique de Putnatska et sa plage. Puis nous rejoignons le petit port de Zavalatica avant de revenir vers Korcula par la route principale qui passe au plus haut des crêtes à environ 500 m d'altitude où il y avait un panneau pour faire attention au lapin !

Plage de Pupnatska
Plage de Pupnatska
Sur la route de marmont
De la route de Marmont à la route des crêtes 
le petit port de Zavalatica

Un petit tour au village de pêcheurs de Lumbarda avec ses plages et ses vignobles avant de reprendre la ferry pour Orebic.

Lumbarda 

De là nous partons plus à l'ouest et nous passons la nuit sur un camping entre les villages de Kuciste et de Viganj.

La presqu'île de Peljezac

C'est de la presqu'île de Pelsejac que nous sommes allés sur les îles de Mljet et de Korcula mais aujourd'hui c'est cette presqu'île que nous allons découvrir.

Avant de quitter le camping, nous faisons une petite marche du côté des plages de Viganj puis du côté de Kuciste où il y a plusieurs anciennes maisons de capitaines. Elles ont un style particulier mais elles sont plus ou moins bien rénovées quand elles ne sont pas en ruine. Ce sont de très grandes maisons à 3 étages.

Le camping
La plage de Vignanj
Kuciste
Kuciste
Entre Viganj et Kuciste 

Nous retrouvons également à Orebic des maisons de capitaines. La presqu'île est très montagneuse avec le Mont Sveti Ilija à 961m qui domine la ville d'Orebic.

le Mont Sveti Ilija avec en arrière plan l'île de Korcula
Orebic
Orebic
Orebic 

Nous poursuivons en descendant vers le petit port de pêche de Zuljana situé au fond d'une belle baie où nous découvrons plusieurs plages.

Zuljana
Plage de Zuljana
Crique de Vucine
Zuljana 

Nous traversons de grandes zones de vignobles. Sur ces terres calcaire, les oliviers et les vignes se disputent les zones cultivables mais sur la presqu'île de Peljesac, c'est la vigne qui l'emporte. Peljesac est réputée pour ses vins. Nous n'avons pas vu de sanglier mais les panneaux de mise en garde sont très nombreux !

les vignobles de Peljesac 

Puis nous arrivons à Ston en début d'après midi. Ston est une petite ville sympathique où résidaient les exploitants des salines. Elle a la particularité d'être intégrée dans un ensemble fortifié datant de la République de Raguse. Elle se trouve sur la partie la plus étroite de la presqu'île.

Nous visitons la forteresse et montons sur les remparts qui vont jusqu'au village de Mali Ston de l'autre côté de la colline où il y a une autre forteresse constituée de plusieurs tours malheureusement en travaux. La longueur des remparts est impressionnante et fatigante avec ses nombreux escaliers. Ce serait la muraille la plus longue d'Europe ! Nous revenons à Ston par la piste piétonne le long de la route. C'est plus cool. C'est à Ston que nous quittons la presqu'île. Nous suivons la côte vers le sud avec quelques beaux points de vue sur la côte et les nombreuses îles.

Ston et ses remparts 

La côte escarpée est belle entre Ston et Dubrovnik. Elle est souvent très urbanisée.

Sur la côte entre Ston et Dubrovnik 

Dubrovnik

Nous arrivons ainsi dans la grande ville de Dubrovnik. Nous nous installons sur l'unique camping de la ville. Il se trouve dans une zone boisée à côté de zones très urbanisées. Il est agréable mais vraiment très cher.

Le temps est très nuageux lorsque nous prenons le bus pour aller jusqu'à la vieille ville de Dubrovnik. C'est une ville fortifiée dont l'implantation est originale. La rue principale est plane mais les ruelles de chaque côté sont très escarpées et constituées de séries d'escaliers.

Dubrovnik 

A l'origine Dubrovnik était 2 villages séparés par un bras de mer. Au XIème siècle, les 2 communautés décident de se réunir en comblant le bras de mer qui correspond actuellement à la grande rue principale "La Placa". La nouvelle cité qui a conservé le nom de Raguse est un centre commercial très actif. Dominée par la République de Venise à partir de 1205, elle réussit à s'émanciper en 1358 et devient la République de Raguse. Elle est dirigée par un recteur élu pour seulement un mois renouvelable une fois. Pendant 3 siècles, la cité connait une activité florissante mais en 1667, un terrible tremblement de terre détruit presque tous les édifices. Il ne reste que les remparts et le palais Sponza. La ville est alors reconstruite avec une remarquable unité architecturale mais elle ne retrouve pas son activité d'avant car la flotte marchande ancrée dans le port a été détruite lors du séisme. Lors de la guerre d'indépendance en 1991, elle a été très endommagée mais avec l'aide internationale, elle a été reconstruite en 7 ans.

Nous arrivons par la porte Pile et sommes accueillis par la belle fontaine Onofrio. Nous commençons par faire le tour des remparts (environ 2 km). Nous visitons ensuite le monastère franciscain avant de remonter la grande rue principale qui mène à une grande place où se trouve le palais Sponza, la tour de l'horloge et la loge, le palais du recteur malheureusement en travaux et l'église St Blaise. Nous suivons quelques ruelles et remontons vers le monastère dominicain également en travaux. Nous passons la porte Ploce dont la tour appartenait au système défensif du port complété par le fort Revelin. En face sur le port, il y a le fort St jean. En remontant de l'autre côté, il y a la Cathédrale de l'Assomption et encore plus haut, l'église St ignace. Nous poursuivons pour voir le musée ethnologique Rupe qui occupe d'anciens silos creusés dans la roche où l'on entreposait les réserves en grains de la ville. La visite du musée sur la vie rurale en Dalmatie permet de voir l'aménagement de ces étonnants greniers.

La porte Pile et les remparts 
La grande rue principale
Fort Lovrijenac
Le vieux port
Vues des remparts  
La grande fontaine Onofrio
Cloître du monastère Franciscain
Le palais Sponza
Petite fontaine d'Onofrio
Au fond la cathédrale de l'Assomption
Le palais du recteur
Le palais du recteur
Dubrovnik à l'intérieur des remparts 

Ce n'est pas une visite de tout repos avec les nombreux escaliers. Nous retournons au camping où nous avions laissé le camping-car et quittons la Croatie.

9

La Croatie est un pays d'environ 56 000 km² pour une population d'environ 4 millions d'habitants. Il est d'une taille équivalente à la Bosnie-Herzegovine. Sa forme particulière en fer à cheval enserre la Bosnie-Herzegovine. Ses frontières actuelles ont été tracées en 1945 au moment de la fondation de la Fédération Socialiste de Yougoslavie sur la base d'une frontière plus ancienne correspondant à celle du catholicisme romain. Depuis 2013, elle est intégrée à l'Europe.

Nous avons parcouru 2216 km en passant de l'Istrie à la Dalmatie sans abordé la Croatie du Nord. Sur la partie que nous avons visité, la nature est préservée. Il n'y a pas de grandes zones de culture mais de grandes prairies fleuries où l'on peut voir des petites parcelles de culture vivrière. Cette partie du pays est montagneuse avec de nombreuses îles, l'ensemble appartenant aux Alpes dinariques. Il y a de nombreux parcs avec des paysages karstiques et un réseau hydrographique spectaculaire. La Croatie est connue pour sa côte découpée mais ce qui fait le charme de sa côte, c'est la transparence et la couleur de l'eau. Les plages souvent composées de galets sont très petites et le littoral est envahi par les constructions. A l'arrière, le massif du Velebit est à découvrir avec côté mer une végétation méditerranéenne et côté Est une végétation plus verdoyante.

Si la nature mérite le détour, le patrimoine architectural est remarquable. De l'Istrie à la Dalmatie, nous avons découvert des villages, des villes et des ports présentant des pages d'histoire. On retrouve dans l'architecture la présence de la Grèce, puis celle de Rome, de Byzance, des Francs notamment au niveau des forteresses consolidées par la suite par les Vénitiens puis par les Ottomans avec au final une touche hongroise. Les influences de ces civilisations s’y sont mêlées et souvent opposées. Au moment de la séparation des églises d'Orient et d'Occident, la Croatie s’est ralliée à la partie occidentale formant ainsi la frontière orientale de l'église catholique romaine. Nous n'imaginions pas une telle richesse historique. C'est un pays qui a connu une histoire souvent violente et qui a vu s'affronter l'occident et l'orient.

Nous avons aimé :

Les paysages et la nature préservée,

les villes avec leur riche passé architectural,

Le contact agréable avec la population.

Voir la suite de notre circuit dans le carnet de voyage "Le Montenegro"

Ce carnet s'intègre dans le carnet global "périple dans les Balkans"