On profite d'un weekend de quatre jours pour emmener le Kangoo pour son peut être dernier séjour en tant que Kan-ping-car-Goo, à Céüse.
Mai 2019
4 jours
Partager ce carnet de voyage
30
mai

Chargement du Kangoo et on prend tranquillement la route, une route qu'on ne connait pas et qui vaut le détour ! Après Saint-Agrève et jusqu'à Vernoux-en-Vivarais les paysages sont magnifiques. On est dans une moyenne montagne colorée et pure. Le ciel est d'un bleu profond dégradé qui se marie avec les sols d'un camaïeu de verts entre sapins et prairies et contrasté de touches de fleurs jaunes ou rouges. Pendant quelques kilomètres on voit une nature sans main mise de l'homme : pas de trace d'agriculture, d'habitation ou quoi que ce soit !

Le passage dans la vallée du Rhône est bien moins intéressant, mais il nous conduit jusqu'aux pré-Alpes qui sont évidemment magnifiques. On aperçoit la falaise de Céüse : une immense crête rocheuse de calcaire blanc de 100m de haut en arc de cercle, posée à 1700m d'altitude au sommet d'une montagne de la même forme. Le site est spectaculaire ! Le GPS (oui on est fainéant en ce moment...) nous conduit au pied du Pic de Céüse, mais côté plateau, pas côté falaise. Bon c'est pas grave, la route pour montée ici était super chouette. On la reprend en sens inverse et on longe le site côté falaise, ce qui nous permet de bien profiter de la vue. On accède ensuite aux parkings dédiés à la grimpe, rando et VTT, et on file par une piste en sable sur celui qui est le plus au fond.

Seulement une partie de la falaise de Céüse ! 

On veut avoir le temps de grimper dès aujourd'hui, donc on ne traîne pas, on prend le chemin d'accès, et en route pour la falaise ! On nous avait prévenu : Céüse ça se mérite, tant par les cotations que par le chemin d'accès, et notamment celui là qui est le plus raide des cinq. Et effectivement, on arrive au chemin de ronde une grosse heure plus tard, après 600m de dénivelé et quelques litres de sueur ! Pour Chaskie évidemment c'était une formalité, une petite mise en patte, Yunka a eu besoin d'une pause et d'un peu d'aide sur les passages raides, et Mikado a fait une partie en laisse et le reste dans son sac. D'en haut, tout est magnifique : la falaise est incroyable, et la vue sur la vallée est superbe.

On décide de commencer par le secteur Un pont sur l'infini, qui possède quelques voies d'échauffement et surtout des longueurs faisables avec notre corde de 70 mètres. On attaque par un 6b+ de 20 mètres, Douceur candide, en moulinette pour moi pour découvrir le rocher sans pression. Première voie déjà super belle, ça commence bien ! Par contre il fait vraiment froid, avec un vent bien frais ! Trop froid pour moi, on essaye d'aller trouver une face au soleil.

Bon finalement le soleil est trop loin, si on veut pouvoir grimper il ne faut pas qu'on marche trop longtemps. Du coup on revient un peu sur nos pas pour s'arrêter au secteur Demi lune, qui nous a bien plu en passant devant. El daü, 6c+ de 25 mètres me parle bien, on s'arrête du coup sur celle ci. Super bon choix, elle est magnifique ! On enchaîne avec un 6b+ de 25 mètres également, Harley Davidson que je passe à vue, et qui est tout aussi magnifique. Ces voies sont un vrai régal, le rocher est parfait et donne des mouvements super classes ! C'est fou comme la nature est bien faite ! Pour moi ce sera tout pour aujourd'hui, je ne suis pas encore assez habituée à la grimpe en falaise et je fatigue vite, du coup je veux me garder pour les prochains jours. Psychologiquement c'est encore dur, ça demande beaucoup d'efforts, donc ça épuise vite ! Minou lui continue avec deux 7a+ de 25 mètres : Esperanza et Les dessous chics. Tout passe à vue, et avec beaucoup de plaisir ! Même vu d'en bas les voies sont belles ! Un vrai régal !

 On est content ! Et on a pas chaud !!

Le soleil commence à se coucher, on a une bonne grosse demi-heure de descente casse-gueule et une seule frontale... Il faudrait peut-être qu'on pense à filer ! On arrive au parking il fait nuit noire, Mikado a tout fait à patte ! On demande à un gars (en train de se brosser les dents le pauvre) si il pense qu'on peut dormir ici, à priori des gens restent souvent sans soucis. Tant mieux, pas besoin d'aller chercher un coin ! Petit lavage au gant, et on mange dans la voiture car il fait froid : un bon aligot !!

Ce site est trop beau ! 
31
mai

La première nuit sur le parking a été ultra calme. Un bon petit déj au lait de soja et céréales (merci Celnat !) pour prendre des forces pour la journée, et nous voilà prêt à affronter de nouveau cette sacrée marche d'approche ! Aujourd'hui c'est encore plus dur, on sent la journée d'hier dans les pattes ! Pour les toun's pas de changement, Mikado marche un peu plus haut que la veille.

Comme hier, on attaque par le secteur Un pont sur l'infini car on y avait repéré des voies à faire. Minou attaque par Mawoi, 6b+ dans laquelle il se régale encore une fois. Moi je décide d'y aller en moulinette parce que le profil m'inquiète un peu, et après avoir vu Minou grimper dedans et l'espacement des points, ça ne m'a pas rassurée ! J'ai bien fait, car je décide de ne même pas aller en haut. Je ne suis pas sereine et je ne veux pas laisser la peur m'envahir au risque de gâcher la journée. On choisit alors d'essayer Linvingstone, 6b de 25 mètres. Minou se fait totalement plaisir encore une fois, mais en le voyant dedans je pense que finalement je n'irai pas. Il me confirme mon choix : la voie est magnifique, mais le profil en dalle sur micro pieds va me faire trop peur, on est pas là pour ça ! Je préfère ne plus grimper du tout sur ce secteur pour aujourd'hui car mon mental et mon ego en ont pris un trop gros coup et je n'arriverais pas à être suffisamment sereine. Je reprendrai quand on retournera à Demi lune.

En attendant il faut que Minou fasse ce qui lui donne envie, et ce qui lui donne envie en premier lieu c'est La galère, 7a ! Quel drôle de choix d'aller une voie avec un tel nom ! Mais finalement très bon choix ! Encore une fois il adore ! Ca me fait envie aussi, vivement que la peur passe que je puisse essayer tout ce que je veux sans crainte... A peine le temps de se reposer que Minou part dans Opéra vertical, 7b de 30 mètres, dans lequel cette fois c'est son mental qui est mis à l'épreuve ! Les points sont loin (le dernier était même invisible d'en bas, heureusement il est apparut en cour de voie !), les mouv' sont fins, certains pas sont durs... Bref, quelques cris de peur se font entendre (légers quand même) ! Mais finalement, la croix est là ! Bravo Minou, un sans faute jusqu'à présent ! Et pendant ce temps...Chaskie en a profité pour voler un bout de sandwich au couple d'à côté ! Quelle dinde ! Heureusement ils sont super sympa, on leur propose nos bananes et quelques graines en contrepartie, et on discute un bon moment.

Bon j'ai quand même envie de grimper aussi, on file donc à Demi lune. Je pars dans Katina, 6a de 20 mètres, je me fais plaisir mais le mental a tellement pris un coup ce matin que c'est dur de se remettre. Pour Minou c'est une formalité bien sûr. Quitte à avoir peur, autant que ce soit pour une bonne raison, je décide donc d'aller dans du 7a. On choisit Mélodie Nelson, 7a+ de 25 mètres. J'y vais en posant les paires, le début se passe super bien, j'avance bien et je n'ai pas peur. Un point un peu loin et en légère traversée me fait douter, j'ai besoin de prendre le vol pour déstresser. Je repars de là, tout va bien... jusqu'à une sortie sur dalle bien fine, sans pied avec des mains plates... C'est la grosse crise, ça va pas du tout. J'arrive quand même à chaque essai à faire un pas de plus, mais c'est pas sans larme. Je fini par avoir le bac salvateur pour clipper... je ne peux pas clipper avec, je suis trop petite ! Re-crise ! Mais je tiens bon, et avec un mouv' de plus je parviens à clipper. Il faut encore réussir à aller au relais maintenant... J'avance j'avance... mais je clippe avec la chaîne, ça commence à en être trop ! Maintenant vite en bas ! Ca été un vrai combat psychologique. La voie en elle-même était sûrement belle et rien n'était bien dur, mais c'est incroyable ce que la tête peut bloquer... Pour moi c'est un échec, mais Minou est très fier de moi que je me sois autant battu et allée jusqu'en haut. En tous cas je ne veux plus grimper aujourd'hui. Minou y va à son tour, et on ne le précise plus, il se régale ! Il ne voit rien passer ! Comme dans du 4 ! Il aurait bien envie de continuer, mais il commence à être tard, et on a nos courgettes à aller préparer ! On prend le temps de papoter encore un moment avec un gars super sympa qui est tombé sous le charme de Mikado avant qu'on grimpe ! Maintenant on se raconte cette peur irrationnelle qui prend beaucoup de grimpeurs sans raison ! Lui par exemple ici ne grimpe qu'en moulinette.

Cette fois on redescend donc de jour, et du coup on va un peu plus vite. Un peu trop vite au goût de Mikado qui fait la dernière moitié sur mes épaules ! En arrivant c'est petite toilette et bon repas : courgettes fraîches et galettes végétariennes (re-merci Celnat !) ! Un bon repas qui fait du bien, et un débrief sur une très bonne journée pour Minou, mais un échec à mes yeux !

Courgettes, galettes... et drôle de tête ! 
1
juin

Encore une nuit bien calme au pied de notre chemin d'accès ! On est efficace, à 10 heures on a déjeuné, tout plié, et on est en chemin ! On redoutait un peu la montée, mais finalement aujourd'hui elle passe un peu mieux, même si Minou a un peu mal aux pattes ! Mikado par contre aujourd'hui ne fait que râler ! En marchant elle râle, sur les épaules elle râle, et dans le sac elle râle ! Bref, une fois en haut on décide d'aller directement à Demi lune. Aujourd'hui il fait un peu plus chaud que les autres jours, ça nous va bien ! On installe tout le monde à l'ombre, au pied de Carte noire, petit 6a de 20 mètres, parfait pour l'échauffement. Minou pose les paires, après l'état d'hier j'appréhende un peu, il me rallonge même le relais en douce sans rien me dire. Finalement tout se passe bien, rando, sans peur, et même pas besoin de la rallonge ! On s'est tout les deux bien fait plaisir, et ça met en confiance pour le reste de la journée !

Quel environnement incroyable pour grimper ! 

On est tellement en confiance qu'on file directement dans un 7b de 20 mètres : Lapinerie. Minou le trouve ultra facile, il ne force pas une seule fois dedans ! Le sans faute continue ! Il me rallonge une dégaine sur une partie dalleuse mais il est confiant, je n'aurais pas peur ! Effectivement, aucune peur dans cette voie (je me sers quand même de la rallonge, mais si je devais y retourner j'irais sans) ! De gros vols en haut, aucune crainte ! Cette voie est très sympa, assez différente de ce qu'on a fait jusqu'à présent, et semble être composée de deux voire trois voies différentes. La première partie est verticale, sur petites prises, avec des pieds pas toujours très francs. C'est assez fin et très beau, très bien équipé. On passe ensuite sur une grosse dalle mais vraiment facile, les pieds sont bien présents et les mains presque inutiles ! Le tout sur un calcaire bien noir. Attaque ensuite le dévers, dans un calcaire orange. Des mouvements loin et dynamiques sur gros bacs, avec juste un passage un peu plus à doigt entre le dernier point et le relais, et un jeté (pour moi) pour aller dans le bac final (que je ne retiendrais pas du coup). Vraiment sympa ! On nous avait donc prévenu que Céüse c'est exigeant en terme de cotations, pour le moment on les trouve plutôt cohérentes voire parfois assez sympa. Bon, cela dépend sûrement des secteurs, des styles, de l'engagement... c'est toujours très subjectif de toutes façons !

Minou est en cane (expression datant des années 30 approximativement !), et boosté par son sans faute, il s'attaque à Carte blanche, un 8a de 20 mètres ! Il étudie bien le profil, le tracé, est un peu inquiet de l'espacement des points entre le 3 et le 4, mais fini par se lancer. Il avance super bien jusqu'à la fin du dévers, et là c'est le premier vol du séjour ! Il travaille la suite et fait tout les mouv', bouge bien de partout, avec quelques vols dont un gros au relais pour le fun ! Bravo Minou !

On repart ensuite un peu plus à gauche pour faire La javanaise, un 7a de 25 mètres juste à côté de celui d'hier. J'hésite un peu, comme ils sont côte à côte j'ai peur que le profil soit vraiment le même et que je finisse dans le même état. Minou y va en premier, il se régale encore une fois ! Vu d'en bas les mouv' ont l'air super chouette, mais parfois l'engagement m'inquiète. Minou me rallonge ce qu'il faut pour éviter de me mettre terreur, puis tant pis, je tente, mais sans me forcer comme hier. Si je vois que ça ne fait pas du tout, je redescend. Effectivement, la voie est magnifique ! Ca déroule super bien, rien de bien compliqué, surtout de la rési (c'est bien un problème aussi !), des mouvements magnifiques en croisés décroisés... Superbe ! Je suis plutôt bien, pas aussi sereine que j'aimerais mais c'est déjà pas mal. Au dessus du deuxième point avant le relais il faut traverser à gauche, et quitter des bacs pour engager sur un mouvement un peu plus délicat (pas dur, mais moins facile) pour monter jusqu'au point suivant, pas le plus évident à clipper. Une première fois, au niveau des bacs, je ne le sens pas, je prend le vol pour dédramatiser. Je refais les mouv' mais j'ai quand même encore un blocage au moment de quitter ces bacs. Je sais que je suis capable de faire le mouvement sans problème, mais le point en bas en diagonale ne me rassure vraiment pas, et je ne veux pas me retrouver en stress total parce que le mouv' sera un peu fin. Je préfère donc arrêter là, tant que le plaisir est encore largement au dessus de la peur. Je redescend, un peu déçue certes de ne pas être allée en haut, mais au moins j'ai pu me régaler et vraiment profiter de la voie ! Du coup Minou y retourne pour récupérer les dégaines ! C'est quand même vachement pratique un Minou ! Et en parlant de minou, pendant ce temps, un grimpeur de la cordée d'à côté est encore tombé sous le charme de Mikado, et réciproquement !

Mademoiselle fait du charme à tout le monde, mais ne comprend pas trop ce que des humains font en l'air ! 

Puisque Minou n'est jamais fatigué, il continue avec Jaune devant (et oui oui, la voie d'à côté s'appelle bien Marron derrière !), un 7b+ de 35 mètres dans lequel les paires sont déjà en place. C'est très fin, et la fatigue se fait sentir quand même ! Le mental suit bien, même dans les sections un peu engagées. La fille qui travaille cette voie et qui a laissé les paires en place arrive et le brief un peu sur un passage délicat qu'elle n'a pas réussit. La méthode est bonne, ça passe comme ça, même si ça fait peur ! Le vol était pas mal a cet endroit ! Mais même si on a pas trop de mental et qu'on trouve que c'est trop loin, il n'y a rien à redire sur l'équipement qui est toujours réfléchit (en tout cas sur le peu de voies qu'on a faites comparé à l'immensité du site !). Et pendant que Minou continue la voie, la fille tombe elle aussi sous le charme de Mikado, son petit frère sous le charme de Chaskie, et Yunka fait énormément de progrès pour accepter toute cette agitation autour d'elle !

La fatigue est bien présente maintenant, Minou a pas mal grimpé, et moi, même si j'en ai pas fait énormément, j'ai tellement lutter psychologiquement que je suis tout autant épuisée. C'est d'ailleurs très frustrant... mais bon, espérons que ça vienne rapidement. On décide quand même de se finir dans Chant de cristal, un 6b+ de 25 mètres que Minou avait repéré dès le premier jour, et qui est enfin libre ! Je décide d'y aller en posant les paires, mais wouah... je suis épuisée !!! Même les bacs deviennent durs à tenir ! Certains passages sont assez engagés et dans ce profil qui me fait peur, mais j'ose y aller quand même, me faire confiance, et me dire que bah... on verra bien ! Et ça paye, j'arrive en haut ravie de cette très belle voie ! Bon, Minou a beau être un peu farci, ça passe rando quand même ! Par contre il me félicite parce qu'effectivement c'est parfois assez loin.

Après ça on décide de plier, il faut encore tout redescendre ! On pensait se faire une pizza ce soir, mais à vrai dire on a pas trop envie de prendre la voiture, chercher une pizzeria, rentrer tard, déplier le caisson de nuit... on reporte ça à demain sur la route du retour ! On est bien content de notre choix, ça nous permet de nous poser un peu et de faire la connaissance de 3 Suisses qui débarquent en LandRover avec une tente de toit ! Du coup on passe la soirée ensemble, en parlant grimpe, écologie et compagnie ! Bon, on ne se couche pas tôt finalement, mais la soirée était sympa et reposante !

2
juin

Aujourd'hui on a décidé de ne pas remonter à la falaise. Pour en profiter il aurait fallut qu'on attaque le chemin d'accès à 7 heures, et on en n'est pas encore à ce point de motivation !! On se lève donc tranquillement, on revoit un moment nos amis Suisses qui partent découvrir à leur tour cette belle falaise ! On se souhaite mutuellement le meilleur pour la suite. Ces rencontres furtives sont toujours magiques. On a eu l'occasion d'en faire chaque jour durant ce weekend, et c'est toujours un grand plaisir très enrichissant. Ces personnes qui partagent un instant notre vie et nous font partager la leur, le temps d'une soirée, d'une demi journée, ou même d'une demi-heure. On découvre le meilleur de l'Homme dans ces moments là sans jamais en arriver aux côtés sombres ou à la déception. Cette vision de bisounours un peu utopique nous convient très bien, et j'aime à imaginer qu'un jour nos chemins se recroiseront sur la route ou au pied d'une falaise !

Au revoir Céüse, merci pour ce beau weekend ! (Et merci la mouche d'être passée sur la photo, promis on ne t'oubliera pas !) 

On prend la route à notre tour, avec pour mission de se poser tranquillement un moment au bord de l'eau, de manger une pizza, et de finir de rentrer pas trop tard. On fait une halte en bord de Drôme, dans un chaos super joli, avec encore une charmante rencontre : un couple de motard de la région intrigués par notre pratique de l'escalade (et oui, parce qu'un chaos de blocs en bord d'eau, on essaye forcément d'y grimper dessus en baskets !). On continue la route pour s'arrêter un peu plus loin, dans un coin moins touristique, toujours en bord de Drôme. Cette rivière a une couleur magnifique, bleue limpide ! On ne reste pas trop longtemps car il est presque 13 heures et on a toujours pas trouvé notre pizza ! Bon ben finalement on ne la trouvera pas et on se rabat sur un MacDo en arrivant au Puy. Bon Minou est content il peut se goinfrer !

Ce weekend était vraiment super, malgré toutes ces montagnes russes d'émotions qui sont épuisantes, c'est génial. La grimpe, l'ambiance, le décors, tout était parfait ! Il ne manque plus que deux choses : ne plus avoir avoir peur (le chemin va surement être long et semé d’embûches !), et Big Woop (dans lequel il ne faudra pas rester cloîtré au risque de passer à côté de belles rencontres) !