Carnet de voyage

Virée en Touraine.

2 étapes
1 commentaire
Par Woofie
Deux semaines après notre virée à Angers, nous voilà repartis, Ben et moi, pour deux jours de visites, en Touraine cette fois.
Juillet 2016
2 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Comme il y a deux semaines, c'est sous un temps gris et humide que nous prenons la route ce matin en direction de Loches, petite ville située à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Tours.

Sur la route nous faisons une courte halte, le temps de prendre quelques photos du beau château de Montpoupon. Ben nous a concocté un programme chargé pour cette virée de deux jours ; nous n'avons donc pas le temps de le visiter. Une autre fois...

Château de Montpoupon

La petite ville de Loches s'est développée autour de son château, place-forte construite sur un promontoire rocheux sur la rive gauche de l'Indre. Ceinte de remparts dès le XIIème siècle, c'est Saint-Louis qui lui donne son statut de Cité royale en 1249. Bien que le temps reste à la grisaille, il fait bon flâner dans ses petites ruelles moyen-âgeuses.

L'Indre
L'Indre
Place du marché aux fleurs et tour Saint-Antoine
Place du marché aux fleurs et tour Saint-Antoine
L'Indre et la cité royale
L'Indre et la cité royale
Porte des Cordeliers
Porte des Cordeliers
Hôtel de ville
Hôtel de ville
Loches

Nous visitons la collégiale Saint-Ours, reconstruite au milieu du XIIème siècle, la nef et le transept de l'église bâtie à la fin du Xème siècles s'étant effondrés vers 1040. Son architecture est marquée par deux pyramides creuses à huit faces, les "dubes", élevées vers 1165, ainsi que par son portail polychrome sculpté de personnages et d’animaux tirés du bestiaire du Moyen Âge. Elle renferme le tombeau de marbre d'Agnès Sorel, favorite du roi Charles VII, morte en 1450 à l'âge de 28 ans.

Portail polychrome
Tombeau d'Agnès Sorel
Collégiale Saint-Ours

Puis le logis royal, dont l'entrée est gardée par deux sympathiques toutous, construit au beau milieu de la guerre de Cent Ans. La bâtisse est originale, avec ses pignons à redents typiques... des Flandres.

Logis royal

Le logis royale et la collégiale Saint-Ours dominent Loches et ses toits d'ardoise.

A droite : tour Saint-Antoine
Les toits de Loches

Puis nous déjeunons en terrasse, malgré le temps toujours aussi maussade. Le Vicariat, situé entre la collégiale et le logis royal, est un chouette restaurant, avec son sympathique jardin et sa terrasse panoramique. Une fois n'est pas coutume je n'hésite pas une seconde en prenant connaissance de la carte : je choisis bien évidemment le cochon de lait rôti, accompagné de patates en trois façons. Un plat qu'on pourrait plus simplement nommer : "le cochon à la Woofie" !!

Cochon de lait rôti et papates en trois façons : miam miam !!
Déjeuner au Vicariat

Après cette pause gastronomique nous visitons le château, imposante forteresse constituées de différents édifices dont l'impressionnant donjon, construit dans le premier tiers du XIème siècle - ce qui en fait un des plus anciens au monde.

Le donjon
L'intérieur du donjon
Cellule-cage
Donjon
Jardin
Jardin
Château de Loches

Du château on a une belle vue sur les deux clochers et les deux "dubes" de la collégiale Saint-Ours.

Vue sur la collégiale Saint-Ours

Enfin nous regagnons tranquillement la voiture, enchantés par cette belle Cité royale. Il est temps de gagner la seconde étape du jour : Richelieu.

Vieille ville de Loches

En route, nous faisons halte devant l'abbaye royale Saint-Michel de Bois-Aubry, le temps d'une photo. L'abbaye a la particularité d'abriter, dans son cimetière, la tombe de l'acteur américain Yul Brynner. Comment ses cendres sont-elles arrivées là ? Mystère...

Abbaye royale  saint-Michel de Bois-Aubry

Richelieu est une ville neuve édifiée entre 1631 et 1642 par le célèbre cardinal, ministre de Louis XIII. Voulue par son fondateur comme une "cité idéale", elle est basée sur un plan en damier sur le modèle des villes romaines. Elle est malheureusement quelque peu défraichie aujourd'hui - la plupart des 28 hôtels particuliers de la Grande rue mériteraient ainsi un bon ravalement de façade - ainsi que passablement léthargique, à voir le peu d'animation dans ses rues - le temps gris n'étant pas seul responsable, me semble-t-il.

Hôtel de ville
A gauche : la halle couverte
Halle couverte
Statue de Richelieu
Richelieu

Nous terminons la visite de la ville par le parc, qui compte de magnifiques allées bordées de grands arbres. Il s'agit du parc du magnifique château de Richelieu, dont vous ne verrez aucune photo pour la bonne raison qu'il n'en reste...rien. Le château du cardinal, ayant subi les affres de la Révolution, est en effet racheté en 1805 par un marchand de biens qui en fera une carrière de pierres !!! Autre temps... autres mœurs. Quoi que...

Parc de Richelieu

Il est temps à présent de gagner Doué-la-fontaine, où nous dormirons ce soir à l'hôtel-restaurant Le Dagobert, un établissement quelque peu désuet mais qui propose une bonne cuisine bien de chez nous à des prix imbattables. Mais pourquoi Doué-la-fontaine et pas Saumur, à même pas 20 km de là, me direz-vous ? Et bien parce que le Tour de France fait étape aujourd'hui même à Saumur, et que la quasi totalité des hôtels des environs affichent par conséquent complet. Ce qui n'avait pas manquer d'intriguer Ben au moment de réserver. Il n'avait alors pas songé au Tour de France, qui risque bien de nous compliquer la vie demain car de nombreuses routes seront bien évidemment fermées à la circulation. Mais demain est un autre jour....

2

Au programme de la matinée : la visite du Château de Montreuil-Bellay. Mais la bourgade est tout simplement inaccessible car le Tour de France passe justement aujourd'hui dans ses rues, et tous ses accès sont bouclés par les forces de l'ordre. Nous somme donc contraints de nous garer sur le bas-côté d'une route et de gagner le château à pied.

Le vieux bourg, à l'intérieur de ses murailles, n'a que peu évolué depuis le XVème siècle. Il fait bon y flâner, malgré le temps toujours maussade.

Grange à dîme
Maison Dovalle
Montreuil-Bellay

Et mauvaise surprise : le château est fermé à la visite pour la matinée, pour cause de Tour de France. En fait tout Montreuil-Bellay est dans la rue, attendant patiemment les coureurs. Et nous supposons que le propriétaire du château n'a pas voulu priver ses employés du spectacle. A notre grand désappointement. D'autant plus grand pour Ben qu'il était déjà venu en ces lieux et s'était cassé le nez une première fois. Bad luck !!

Nous devons donc nous contenter de l'admirer de l'extérieur...

Château de Montreuil-Bellay

... et de visiter la collégiale Notre-Dame.

Collégiale Notre-Dame de Montreuil-Bellay

Puis, comme on est là, on se poste dans la rue, comme tout le monde, pour regarder passer le Tour. Qui passe, et vite !! En moins d'une minute tout le peloton défile devant nous, puis les voitures suiveuses. Dire que des gens font des kilomètres et attendent des heures pour ce "spectacle"...

Tour de France

A peine le Tour passé nous déjeunons à la terrasse d'une crêperie qui sera ensuite vite prise d'assaut pas les nombreux spectateurs. Puis nous regagnons la voiture qui est désormais bien esseulée au bord de la route. Direction : le château du Lude.

C'est Jean de Daillon, ami d'enfance de Louis XI, qui entreprend de transformer la forteresse médiévale du Lude en logis de plaisance, dans le style Renaissance. Les travail est immense et le chantier, qui débute en 1479, va donc s'étaler sur près d'un demi-siècle. Jean de Daillon décédé en 1481, c'est son fils qui mènera le projet à son terme. Il faut convenir que le résultat est des plus réussi.

La visite du château est guidée et, malheureusement, il n'est pas permis de prendre de photos. Dommage car l'intérieur est splendide lui aussi, avec notamment d'impressionnantes cuisines.

Château du Lude

Ainsi se termine donc, avec la visite de ce magnifique château, notre belle virée en Touraine. Gageons que nous reviendrons un jour dans la région, si riche de lieux d'histoire avec tous ses châteaux méconnus. Saumur, qui se trouve tout proche, pourrait ainsi être une étape de premier choix.