Par Woofie
Troisième randonnée avec Brother Manu qui a choisi le Tour des monts d'Aubrac - randonnée proposée par Terre d'aventures, mais en réalité organisée par Chamina.
Juin 2015
8 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Comme de coutume nous arrivons la veille pour "nous mettre dans le bain". Mais cette fois nous prenons la voiture car le point de départ de la randonnée - Aumont Aubrac - n'est pas desservi par le train. Manu a donc réservé une chambre d'hôtel dans une petite ville proche d'Aumont : Saint-Chély d'Apcher.

Je récupère Manu à la gare d'Orléans et nous prenons la route pour Saint-Chély-d'Apcher. L'autoroute est quasi déserte. Le voyage se passe donc pour le mieux. Après avoir pris possession de la chambre nous décidons de visiter le parc à loups du Gévaudan situé dans le hameau de Sainte-Lucie.

Hameau de Sainte Lucie
Hameau de Sainte Lucie
Hameau de Sainte Lucie
Hameau de Sainte Lucie
Vieux grenier
Vieux grenier
Loup
Loup

Belle visite pédagogique ponctuée par le fabuleux spectacle d'une meute de loups hurlant en cœur !!! On a vraiment eu du bol sur ce coup-là !

La journée se termine par un bon repas au restaurant de notre hôtel - Le lion d'or. Manu, qui a calé sur une "petite" assiette de charcuteries locales, apprécie d'autant plus la balade digestive nocturne qui s'ensuit.

Saint-Chély d'Apcher by night 
2

Ce matin nous découvrons tous les charmes et les secrets de Saint-Chély grâce à une brochure trouvée à l'office de tourisme.

Fontaine des asniers
Fontaine des asniers
Saint-Chély d'Apcher 

Puis nous mettons le cap vers Apcher sous un ciel menaçant, propice toutefois à de belles photos.

Apcher

Nous poursuivons ensuite notre route vers Le Malzieu, superbe village malheureusement visité par un temps de chien.

Le Malzieu sous la pluie

Après un rapide déjeûner au bar-restau' du village - un excellent pavé de veau pour moi - direction la réserve des bisons d'Europe à Sainte-Eulalie. Il faut savoir que le bison d'Europe, plus haut sur pattes mais moins trapu que son cousin américain, est un rescapé : il n'en restait plus que... 54 spécimens vivants à la fin des années 1920 !!!

La visite se fait obligatoirement en calèche - et en traineau l'hiver - car il est hors de question de se balader librement dans la réserve : le bison d'Europe a sale caractère et est très baraqué ! Je dois avouer que durant la balade, au demeurant fort agréable, je lorgne souvent avec envie sur le gros blouson de brother Manu, moi qui suis resté en sweet-shirt et qui me pèle le c.. dans la carriole.

Nos chevaux
Réserve des bisons d'Europe

Nous décidons ensuite d'aller se balader dans les tourbières qui se trouvent près du petit village de Lajo - balade très sympa sur des chemins bien aménagés.

Tourbières de Lajo

Avant de remonter en voiture, nous prenons le temps de flaner dans le village, alors que le ciel menace à nouveau.

Ciel menaçant sur Lajo 

Après cette journée bien remplie ma foi, il est temps de gagner Aumont-Aubrac pour y rejoindre notre guide et le groupe avec qui nous allons entamer demain le "tour des monts d'Aubrac".

3

Cette première étape nous conduit à Nasbinals. Le temps est clément, la température idéale pour la marche à pied, et les ciels sont propices à de belles photos.

Piou-Piou
Vache Aubrac et son veau
Chemin pour heureux randonneur
Troupeau au repos
Veau têtant sa mère

Comme vous pouvez le voir, les chemins sont un paradis pour randonneur.

Land art

Et les pâturages, un paradis pour la reine du plateau : la vache Aubrac - qui est de nos jours une race allaitante destinée à produire de la viande.

La reine du plateau
Four à pain
Mur de pierres sèches
Veau Aubrac
Sympathique Aubrac
Portrait

Une des caractéristiques de l'Aubrac : ses croix qui fleurissent au bord des chemins. Le plateau est en effet traversé par la "via podiensis" - la voie du Puy - qui mène le pélerin du Puy-en-Velay à Saint-Jacques de Compostelle.

Paradis pour randonneur-photographe
Lupins

Après un repas pris dans le bourg de Nasbinals, nous regagnons notre gite, qui se trouve lui un peu à l'écart du village, alors que le crépuscule tombe sur le plateau de l'Aubrac.

Crépuscule sur l'Aubrac
4

Sylvain, notre guide, nous avait prévenus hier soir : la météo s'annonçait désastreuse pour cette seconde étape qui doit nous mener à Laguiole, le village qui donne son nom au fameux couteau.

Et malheureusement, cette fois, Météofrance ne s'est pas trompé. Il pleut sur Nasbinals et nous marcherons en effet toute la matinée sous la flotte. Refusant d'envisager une telle journée, je dois avouer que je ne suis pas équipé pour affronter un temps pareil. Et je suis par conséquent très vite trempé.

Nous traversons le village de Saint-Urcize - à noter que dans l'église de ce village est exposé le calice qui a servi pendant la messe dite pour Louis XVI à la prison du Temple, le matin de son exécution.

Clocher peigne
Calice de Louis XVI
Saint-Urcize 

Si marcher par un temps pareil n'a rien d'une partie de plaisir, je parviens tout de même à faire quelques photos sympas. C'est toujours ça.

Buron dans la brume
Land art

Le pique-nique du midi sera bref ; profitant d'une relative accalmie - la pluie a cessé pour laisser place à un méchant crachin - nous mangeons debout dans un chemin forestier avant de reprendre notre marche pour arriver au plus vite à Laguiole, où nous avons quartier libre.

Belle maison rénovée au milieu de nulle part
Laguiole
Laguiole dans la brume

Nous repartons finalement en fin d'après midi gagner notre gite qui se trouve dans une ferme, à une demie-heure de marche. La journée s'achève au son de l'accordéon dont joue le fils du paysan qui nous accueille.

5

La perturbation est passée ; le temps est radieux ce matin ! Petite appréhension tout de même à l'idée de mettre mes chaussures de randonnée encore bien humides, malgré le papier journal roulé en boule à l'intérieur hier soir pour absorber l'humidité. Mais bonne surprise : je m'attendais à avoir les pieds gelés et, en fait, il n'en est rien. C'est donc d'un pas léger que je me mets en route avec le groupe.

Gentiane
Foutoir

L'étape est très agréable avec ses beaux paysages de pâturages. Sylvain a choisi un bien bel endroit pour le pique-nique :

Vue depuis le lieu de pique-nique
Poor lonesome cowboy
Sieste à la dure

Après la sieste nous repartons pour une belle après-midi de marche.

Séquence "émotion" cet après-midi lorsque nous nous sommes faits charger - oui : "charger" !!! - par un troupeau d'Aubrac lancé à pleine vitesse alors que nous passions tranquillement dans une prairie. Nous avons dû précipitamment - pour ne pas dire dans la panique - enjamber tant bien que mal le muret de pierre et la clôture de barbelés pour nous mettre à l'abri de ces furies !!! Des furies particulièrement fourbes car cette charge surprise faisait suite à une première "agression" de la chef de bande, agression contrecarrée par une intervention héroîque de Sylvain notre guide !!! S'interposant face au monstre à cornes en agitant ses bâtons, il est parvenu à le mettre en fuite - et le troupeau tout entier derrière lui - grâce à sa voix de stentor. Nous pensions le danger écarté mais que nenni !!! Ces vaches retorses ont profité d'un repli de terrain pour disparaître à notre regard et ont réapparu fondant sur nous quelques instants plus tard !!! Nous obligeant cette fois à nous mettre à l'abri fissa !!!

Paradis pour randonneur
Toit de lauze
Paradis pour randonneur
Toits delauze
Dernière pause de la journée

Après les émotions de cet après-midi, je ne vous cache pas que c'est avec grand plaisir que j'ai dévoré ce soir à l'étape, à Saint-Chély-d'Aubrac, ... une excellente entrecôte d'Aubrac. Non mais !

6

C'est à nouveau sous un soleil radieux que nous quittons Saint-Chély d'Aubrac.

Saint-Chély d'Aubrac 

Malheureusement un "bug randonnistique" indépendant de ma volonté m'empêche de présenter une seule photo du superbe pont médiéval de Saint-Chély d'Aubrac - pont classé au patrimoine mondial par l'UNESCO.

Nous pique-niquons au coeur du village d'Aubrac, qui doit son existence à la fondation sur ce site, au XIIème siècle, d'un hôpital monastique - une dômerie - destiné à soigner les pélerins en détresse sur la via podiensis. Nous profitons de cette halte pour nous rendre à la Maison de l'Aubrac, qui propose tout le panel des spécialités locales : fromages, charcuteries, aligot, gentiane, bières locales et couteaux Laguiole bien évidemment... On y trouve aussi un espace exposition très intéressant - on peut notamment y voir l'intérieur d'un buron reconstitué ( un buron est une petite batisse en pierre qui abritait jadis la production du fromage lors de l'estive ).

Dans le fond, vitrée, la maison de l'Aubrac
Eglise Notre-Dame-des-pauvres
Forêt de chaises dans l'église Notre-Dame-des-pauvres
Reconstitution de l'intérieur d'un buron - Maison de l'Aubrac
Vue depuis le village
Vue depuis le village
A Aubrac 

Nous repartons après cette longue pause en direction de Nasbinals, qui est en quelque sorte le piveau de cette randonnée.

Masse de muscles

Avant d'arriver à l'étape, nous faisons une petite pause près d'un buron abandonné.

Puis c'est la dernière ligne droite jusqu'à Nasbinals...

Lupins

... où nous nous régalons d'un excellent aligot ! Miam miam...

Maison neuve - oui ! oui ! - dans un petit lotissement
Pro' de l'aligot
A Nasbinals
7

Le temps est toujours au beau fixe quand nous quittons Nasbinals.

Eglise Sainte-Marie - Nasbinals
Lupins
Paradis pour randonneur

Sylvain nous fait découvrir en chemin une jolie cascade cachée - nous l'aurions à coup sûr ratée sans lui. La cascade du Déroc est en effet à l'écart du chemin, et rien ne laisse deviner sa présence dans ce paysage de praieries.

Cascade du Déroc
Barbelé oublié
Fière comme Artaban

Tout comme hier après-midi, nous faisons une pause près d'un buron en ruine. En 1950 plus de 250 burons étaient encore en activité sur l'Aubrac, contre un seul aujourd'hui. Plus une poignée qui ont été transformés en restaurants, comme le buron de Born près duquel nous pique-niquerons ce midi.

Mur de pierres sèches
Pause près d'un buron en ruine 

Puis nous repartons en direction du lac de Born.

Lac de Saint-Andéol
Ligne électrique à l'ancienne
Boule de muscles

Nous pique-niquons frugalement près du lac de Born. Je dois avouer que je me serais bien posé sur la belle terrasse du buron de Born devant un aligot-saucisse arrosé d'un petit vin de la région.

Le buron de Born : accueillant non?!
Lac de Born

Puis nous repartons pour un bel après-midi de marche.

Land Art

Nous faisons, comme à l'accoutumée, une dernière pause avant l'étape du soir.

Joyeuse pause
Land art
Buron sur l'Aubrac

Nous arrivons finalement au gite d'étape, à Prinsuéjols, en milieu d'après-midi. N'étant pour ma part pas rassasié de ces merveilleux paysages d'Aubrac, je repars pour une petite balade photographique en solitaire.

Land art
Curiosité mutuelle

Puis je regagne le gite pour boire une bonne bière locale en compagnie de mes compagnons de marche.

Pensif
Jolie blonde du coin

Vraiment une superbe journée de marche !

8

Et voilà... notre tour des monts d'Aubrac s'achève ce samedi par une dernière - petite - journée de marche qui nous ramène à notre point de départ à savoir Aumont Aubrac.

Nous découvrons en chemin le château de la Baume.

Château de la Baume

Puis nous poursuivons notre chemin jusqu'au lieu du dernier pique-nique.

Four à pain restauré
Four à pain restauré
Dernier pique-nique

Et c'est la dernière ligne droite jusqu'à Aumont-Aubrac. La boucle est bouclée.

Finalement, nous nous séparons en début d'après-midi après un dernier verre au bar de l'hôtel où nous avons dormi dimanche soir. Nous décidons alors avec Manu d'aller visiter le château de la Baume, aperçu en chemin.

Château de la Baume

Puis avant de gagner Saint-Chély d'Apcher, où nous avons réservé à nouveau une chambre à l'hôtel du Lion d'or, nous faisons un détour par le joli petit village de Rimeize.

Clocher peigne
Jeux de lumière sur le dalage de l'église
Rimeize 

Cette belle journée se termine finalement sur une belle déception : je choisis ce soir à la carte un pavé de bison bien saignant au restaurant de l'hôtel. Au lieu de quoi on me sert quatre fines tranches d'une viande archi-cuite ! De la vraie savate ! Quand je pense que samedi dernier, je m'étais régalé ici-même de petites côtes d'agneau rosées à point... Snif... Snif...