Carnet de voyage

Pise

3 étapes
2 commentaires
Par Woofie
Pise, ce n'est pas qu'une tour !!! C'est aussi la place des miracles, l'Arno, des rues animées de jour comme de nuit..
Mai 2018
3 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Je m'offre pour la première fois, en ce printemps 2018, une randonnée à l'étranger. Avec mon compère Manu, nous allons découvrir la côte ligure et les fameuses Cinq terres. Deux options s'offraient à nous : voler jusqu'à Gènes, ou Pise. Manu a choisi Pise.

Nous atterrissons donc dans l'après-midi sur le petit aéroport pisan, avant de gagner le centre ville par la navette ferroviaire qui nous dépose à la gare. Après, je dois bien l'avouer, moult hésitations sur le chemin à prendre - nous sommes en effet sortis par le mauvais côté de la gare - nous gagnons à pied notre hôtel situé dans la vieille ville, à deux pas de la célèbre tour.

Nous posons rapidement nos bagages dans notre chambre et partons de suite à la découverte de Pise. Nous découvrons très vite la fameuse tour penchée et la place des miracles. Cette place est absolument fantastique, et il eut été plus judicieux de la nommer place des... merveilles ! Mais bon... va pour place des miracles.

Cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption
Cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption
La star de Pise
La star de Pise
Baptistère
Baptistère
Place des Miracles 

La cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption, construite en marbre de 1063 à 1118, est une splendeur - à qui je n'aurais jamais donné un âge aussi canonique ! La construction de la tour - en marbre également - qui lui sert de campanile débute en 1173. Très vite, après l'achèvement du troisième étage en 1178, la tour commence à pencher. Les travaux s'arrêtent alors pendant presqu'un siècle. Puis en 1272 le chantier redémarre, et on bâtit les quatre derniers étages de façon à compenser l'inclinaison. La tour n'est finalement terminée qu'en 1372 par l'ajout de l'étage des cloches qui fait culminer l'édifice à près de 57 m. Elle a paradoxalement résisté à... rien moins que quatre séismes majeurs depuis son achèvement ! Comme quoi...

Le baptistère trône lui en face de la cathédrale et sa construction débuta en 1152 - comme son nom l'indique, l'édifice est destiné à abriter les cérémonies de baptême des pisans.

Nous admirons longuement toutes ces merveilles puis grimpons sur les remparts qui ceinturent encore toute la vieille ville et offrent donc de belles vues.

Nous traversons la très belle place des cavaliers, bordées de superbes palais Renaissance. La place, centre du pouvoir politique de la ville, a été en effet profondément transformée par le célèbre architecte Giorgio Vasari, conformément aux souhaits de Cosme Ier de Médicis, Grand Duc de Toscane de 1537 à 1574.

Palais Putenao
Eglise Saint-Stéphane
Palais du Conseil des douze
Palais de l'horloge
Palais des Caravanes
Place des Cavaliers 

Après un repas dans une gargote près de l'hôtel, la journée se termine par une balade nocturne dans les rues - très animées ! - de la vieille ville.

2

Nous avons la journée entière pour approfondir le bel aperçu que nous avons eu hier. Nous arpentons d'abord les rues de la vieille ville et poussons jusqu'à l'Arno.

Borgo Stretto
Place des Cavaliers
Place delle Vettovaglie

Curieux, nous pénétrons dans la superbe cour du palais archiépiscopal.

Palais archiépiscopal 

Nous parvenons finalement place des miracles ; il est temps de visiter les merveilleux édifices admirés hier, à commencer par la cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption.

Cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption 

Puis nous visitons le baptistère Saint-Jean.

Baptistère 

Enfin nous visitons le campo santo, la plus discrète des merveilles de la place des miracles. Il s'agit du vieux cimetière monumental, dont la construction commencée en 1278 ne s'achèvera qu'en 1464. Son cloître est une splendeur et il abrite également des fresques impressionnantes.

Campo Santo 

Après ces belles visites, nous reprenons notre chemin vers l'Arno et nous octroyons également une pause, le temps de prendre une collation dans un petit snack des plus sympathique. C'est un bonheur que de se promener sur les bords de l'Arno... Nous atteignons l'autre tour de Pise, bien moins célèbre que la tour penchée, la tour de Guelfe. Celle-ci flanquait la citadelle de Pise construite au XVème siècle pour défendre la ville. La tour fut détruite pendant la seconde guerre mondiale, et reconstruite à l'identique en 1956.

L'Arno
Tour de Guelfe

Nous traversons le fleuve et remontons la rive gauche de l'Arno. Nous continuons ensuite notre balade au hasard des rues.

Eglise Sainte-Marie
Tuttomondo - Keith Haring

Nous parvenons finalement au jardin de Scotto, abrité par les murailles de la citadelle neuve - appelée ainsi pour la distinguer de la vieille citadelle vue, tout à l'heure à l'est de la vieille ville - dont la construction a débuté en 1440. Le vaste jardin fut créé au début du XIXème siècle ; un magnifique platane en fait la fierté.

Citadelle Neuve et jardin Scotto 

Il est désormais temps de regagner l'autre rive de l'Arno...

Palais bleu

C'est samedi soir et la jeunesse pisane s'empare du Borgo Stretto, de la place des cavaliers ou des bords de l'Arno. C'est la fiesta dans tout le vieux Pise !! Impressionnant ! Les trottoirs et rebords de fenêtres sont vite couverts de cadavres de bouteilles de bière. Mais Manu n'est pas Ben... Et pour nous, les vieux touristes, la journée se termine paisiblement par une nouvelle séance photo.

Cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption
L'Arno
L'Arno
3

Il nous reste encore une belle matinée pour profiter de Pise. Direction le jardin botanique, qui se révèle très agréable. Parmi les beaux arbres qu'il abrite, on trouve un magnolia planté en...1787 !

Magnolia bicentenaire
Jardin botanique - Pise 

A noter que Pise fut la première ville au monde à se doter d'un jardin botanique, en 1544. Il se situait toutefois à un autre emplacement, proche de l'arsenal des Médicis.

Jardin botanique - Pise 

Après ce bon moment, il est temps de se restaurer. Nous déjeunons en terrasse et pour Woofie ce sera raviolis.

Puis nous regagnons l'hôtel pour récupérer nos bagages : il nous faut gagner la gare pour nous rendre à Levanto, où se trouve l'hôtel qui nous accueillera pendant notre séjour "randonnistique". Mais ceci est une autre histoire qui fait l'objet d'un prochain carnet de Woofie : "Randonnées sur la côte ligure".