Par Woofie
Le mois d'avril est venu. Woofie et Cécilia sortent enfin de leur coquille hivernale, le temps d'un week-end en vallée de Chevreuse.
Avril 2022
3 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Nous arrivons à l'heure du déjeuner à Rambouillet. Le printemps est quant à lui resté en rade : il pleuviote et il fait un froid de canard. Nous remontons tout de même la rue du Général de Gaulle, la principale artère commerçante de la ville. Puis nous réfugions à L'industrie, une brasserie qui a tout de l'institution locale. Après un bon steack-frites, nous prenons la direction du château.

Hôtel de ville 

Simple manoir transformé en château fort à la fin du XIVème siècle, incendié et pillé durant la guerre de cent ans, le château de Rambouillet est rebâti puis transformé en demeure de plaisance par ses propriétaires successifs - ainsi Louis XVI qui achète le château en 1783, ou Napoléon qui s'y retire au calme entre deux campagnes militaires. C'est Félix Faure qui en fait, en 1895 , une résidence présidentielle. Ce qu'il est encore aujourd'hui.

Le château 

Le parc, d'une surface de 150 hectares, est classé Jardin remarquable. C'est sous la neige que nous parcourons ses allées... Et comme vous pouvez voir, ce n'est pas un poisson d'avril !

Parc du château 

Le parc recèle deux curiosités. La plus étonnante est un petit temple antique, dont semble prendre soin une bâtisse dont j'imagine qu'elle fut naguère occupée par le gardien des lieux. Ce temple n'est en réalité pas si ancien, puisque bâti en 1785. Et n'est dédié à aucune divinité terrestre ou céleste mais... à la simple dégustation des produits laitiers - activité très à la mode à la fin du XVIIIème siècle dans les rangs de la haute société. Un "petit" cadeau de Louis XVI à la reine Marie-Antoinette.

Laiterie de la reine 

La seconde est la Chaumière aux coquillages, d'allure austère, construite en 1780 par le Duc de Penthièvre pour complaire à sa belle fille, la princesse de Lamballe. Elle abrite un décor peu banal, d’une finesse inégalée en Europe, fait de marbre, de pâte de verre et de coquillages.

Chaumière aux coquillages 

Après ce bel après-midi de visite, la journée s'achève au chaud, au Buffalo Grill, à deux pas de l'hôtel, devant de copieux travers de porc grillés. Cécilia en "rêvait", le rêve est de venu réalité - ça ne s'invente pas.

2

Après la pluie, la neige et la grisaille, place ce matin à un beau ciel bleu ! Le froid est toujours vif mais, grâce au soleil revenu, ce n'est plus le même ressenti. On se sent tout ragaillardi. Fin prêt pour la visite du château de Breteuil et de ses jardins.

Côté pile
Côté pile
Côté face
Côté face
Château de Breteuil 

Le château fut bâti au XVIIème siècle et l'illustre famille de Breteuil en est propriétaire depuis...1712. Comme vous pouvez le voir, il est richement meublé et des mannequins plus vrais que nature apportent un supplément d'âme à cette belle visite.

Vitrail du XVème siècle
Château de Breteuil 

Ses jardins sont classés "Remarquables" et c'est un plaisir d'y flâner par cette belle matinée de printemps. A noter qu'une petite troupe de daims blancs occupe et... entretient ainsi les douves du château - malin !

Labyrinthe
Orangerie
Pigeonnier
Pigeonnier
Jardins du château de Breteuil 

Le parc a une superficie de 75 hectares. Il prend des allures de Sologne à mesure qu'on s'éloigne du château.

Cyprès chauves
Frêne élevé
Parc du château de Breteuil 

C'est tous deux enchantés que nous quittons le château de Breteuil, dont la visite ravira également les enfants, car dans les communs sont présentés des spectacles "son et lumière" illustrant les célèbres contes de Perrault, tels "Le petit chaperon rouge" ou "Le petit poucet". Charles Perrault était un proche de Louis de Breteuil, puissant Contrôleur Général des Finances de Louis XIV. D'où l'idée d'associer ses contes au domaine.

L'étape suivante nous mène à la petite cité de Chevreuse, dont fait déjà mention en 980 une bulle pontificale sous le terme de Cavrosa, qui devint donc Chevreuse - soit "pays des chèvres" - à la fin du XIIème siècle. La commune s’étend de part et d’autre de l’Yvette, paisible petite rivière dont nous suivons le cours avant de prendre de la hauteur, jusqu'à atteindre le château de la Madeleine, l'imposante forteresse médiévale qui veillait jadis sur la petite ville.

Eglise Saint-Martin
Eglise Saint-Martin
L'Yvette
L'Yvette
Ancienne tannerie
Au long de l'Yvette
Donjon - Château de la Madeleine
Chevreuse 

Après cette belle journée, nous regagnons Rambouillet et nous offrons un bon dîner Chez Martin .

3

Le soleil est toujours de la partie pour la visite de Montfort-l'Amaury, petite cité médiévale dont les lointaines origines remontent au Xème siècle.

Jaguar type E - Années 1960
Montfort-l'Amaury  

Il ne reste que quelques ruines de la forteresse qui dominait Montfort - qui portait alors bien son nom. L'imposante église Saint-Pierre fait donc office de principal monument de la ville. Bâtie au XIème siècle, elle fut modifiée à la fin du XVème par la volonté d'Anne de Bretagne, protectrice de la cité. La mort de la reine en 1524 suspendit les travaux, qui furent repris entre 1532 et 1547 par André de Foix, comte de Montfort. Le chantier s'acheva finalement en... 1848. Nous ne pouvons malheureusement la visiter et admirer ses vitraux du XVIème siècle car c'est l'heure de la messe. Tant pis...

Eglise Saint-Pierre - Montfort-l'Amaury 

Le cimetière de Montfort est une curiosité. Sous des allures de cloître, le lieu a toujours eu pour vocation d’accueillir les défunts. Sous l'arcade sud, des solives servaient à supporter des planches sur lesquelles étaient entreposés les ossements des morts. Ces derniers étaient au préalable enterrés à même la terre, d’où le nom de charnier. Les lieux me rappellent l'aître Saint-Macloud, à Rouen - voir mon précédent carnet "Week-end en Normandie : Rouen et Honfleur". A noter que le cimetière abrite le caveau de la famille Aznavourian, et donc la dépouille du grand Charles Aznavour.

Caveau de la famille Aznavourian
Cimetière - Montfort-l'Amaury 

Après une courte halte aux Mesnuls pour y admirer la belle façade Louis XIII du château...

Clocher de l'église Saint-Eloi
Château
Château
Les Mesnuls 

... nous prenons la direction de la forêt de Rambouillet. Nous ne saurions en effet quitter la vallée de Chevreuse sans faire une petite balade dans cette belle forêt aux chemins parfaitement entretenus.

Cécilia en mode "pingouin"
Forêt de Rambouillet 

D'une superficie de 15 000 hectares, elle abrite une multitude de superbes spécimens de chênes.

Côté pile
Côté face
Forêt de Rambouillet 

La dernière étape du week-end nous mène à Rochefort-en-Yvelines, paisible petite bourgade que nous parcourons paisiblement avant de prendre la route du retour.

Ancuen baillage
Eglise Saint-Gilles-et-de-l'Assomption
Rochefort-en-Yvelines 

Un premier séjour 2022 très réussi, qui donne envie de profiter des beaux jours qui s'annoncent. Et à 1h30 de route de la maison. Encore une fois, la démonstration est faite : il n'est nul besoin de se rendre à l'autre bout du pays pour passer un bon week-end.