À propos

Wanderlust [besoin d'ailleurs, de dépasser son propre monde : une envie d'exotisme, de découverte, de voyage] : voilà l'état d'esprit qui entraîne sans cesse notre famille à parcourir le globe!
Un voyage en famille au gré des pistes, entre dunes et forêt équatoriale, à bord d'un 4x4 équipé de tentes de toit... À nous les grands espaces, l'Aventure avec un grand -A!
Octobre 2018
4 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

Voici une idée du circuit que nous pensons réaliser :

[edit : vous verrez plus tard que nous avons changé nos plans au Botswana pour couper de Kasane à Maun par les parcs de Chobe et Moremi car la pluie était absente et les pistes praticables]

Et voici notre maison, sur notre dos comme les escargots!

2

Après un long voyage, la récupération du 4x4 et fait des courses pour les prochains jours, nous avons passé la première nuit à Windhoek, la capitale, dans un vrai lit pour partir bien reposés.

Ce matin, après que Célia ait déballé tous ses cadeaux d'anniversaire, nous avons pris la route dans notre nouvelle Mimi-Cracra (qui va parfaitement bien porter son nom...). Mika doit se remettre à la conduite à gauche. Les grandes plaines de savane sont ponctuées de montagnes rocheuses.

Route vers le Sud de Windhoek - Traversée du Tropique du Capricorne!

A mi-chemin, il faut quitter la route goudronnée pour rejoindre notre première "gravel road", piste en graviers.

Nous avons déjà vu pas mal d'animaux le long de la route : singes, antilopes, autruches, élands du Cap, springboks...

Ce soir nous dormirons dans le désert du Kalahari, les paysages changent déjà et de magnifique dunes oranges se dessinent. Nous allons installer notre campement pour les 2 nuits à venir, mais d'abord un plongeon dans la piscine qui a la meilleure vue du monde!

3

Pour notre première nuit dans les tentes, on arrive à s'installer facilement et confortablement. Barbecue d'anniversaire pour Célia, avec Chamallows grillés et délicieuses fraises...

Le 2ème jour, nous partons faire un safari qui s'avère au-delà de nos espérances! Voyez donc qui nous observe derrière sa dune...

Animaux dans le désert du Kalahari

Un petit apéro dans les dunes au coucher du soleil clôture une journée au top...

4

Une (très) longue route nous attend pour rejoindre les dunes de Sossusvlei, toute en piste de graviers mais très roulante (80-100km/h en moyenne).

Route C19 entre Mariental et Sesriem

Il faut avouer que les rencontres au bord de la route rendent tous ces kilomètres moins monotones...

Troupeaux d'oryx et de zèbres

Nous allons camper pour la nuit à l'entrée du parc afin de partir très tôt vers les dunes. Il y a beaucoup de vent qui déplace des nuages de poussière et de sable, c'est assez désagréable.

Après une courte mais reposante nuit, nous partons à 6h30 car le parc ouvre au lever du soleil. Il y a déjà pas mal de véhicules qui font la queue, nous sommes les 43èmes. C'est super facile, on s'enregistre à l'entrée et on paie à la sortie comme ça pas de perte de temps car nous avons 60km à faire pour rejoindre notre destination : la plus haute dune "Big Daddy" et Deadvlei.

Les couleurs au lever du soleil sont fabuleuses et les reliefs bien plus marqués qu'à notre retour car il y a encore de l'ombre.

Les 2 derniers km se font dans le sable mou, il faut donc dégonfler les pneus.

L'ascension de la dune nous attend, heureusement il fait encore un peu frais...

Dunes dans le parc de Sossusvlei

On descend de la dune tout droit en courant vers Deadvlei, c'est génial! (on essaiera de mettre 1 vidéo plus tard). Les arbres sont des acacias morts qui ne pourrissent pas tellement il fait sec et chaud.

Deadvlei

Comme toujours, Boubou nous suit dans nos aventures... A bientôt pour la suite!

5

Un peu de repos s'impose après le réveil matinal pour aller sur les dunes; nous profitons de la piscine du Lodge dans lequel se trouve aussi notre camping pour la nuit. Il est temps de vous donner des nouvelles (en buvant l'apéro...), et de jouer aux touristes avec une petite partie de pétanque...

Avec un peu de retard, Célia a eu un vrai gâteau d'anniversaire (commandé depuis la France...) avec en prime les 5 serveuses qui lui ont chanté un superbe "Happy Birthday" à l'Africaine.

Nous sommes au pied de dunes pétrifiées, c'est absolument magnifique.

Dunes fossilisés du Namib

Après une bonne nuit, nous reprenons la route et faisons une halte à Solitaire : cette station-service est célèbre pour sa boulangerie McGregor (Apfelstrudel trop MIAM) et son petit air de Far-Ouest. Super ambiance, soleil de plomb.

Mika a bien entendu trouvé du boulot pour cet hiver : tu viens lui donner un coup de main, Eric?!

En rejoignant notre étape du soir, une mère et son petit phacochère ainsi qu'un petit groupe de rares zèbres de Hartmann nous saluent.

Campement fabuleux, seuls au monde sur notre colline face à la savane... il en faut peu pour être heureux!

6

La route est longue vers l'océan, et pas toujours très bonne... 5h sur de la tôle ondulée, brûlée par le soleil mais heureusement les paysages changent et nous donnent l'occasion de faire de petites pauses.

Après ces paysages rocailleux, ce sont encore des dunes qui nous attendent entre Walvis Bay et Swakopmund : voilà de quoi se dégourdir les jambes!

C'est un appartement douillet qui nous attend car il fait très frais et humide au bord de l'Atlantique : la tente c'est chouette, mais un peu de confort c'est bien agréable!

Aujourd'hui nous avons découvert les environs : Walvis Bay nous a déçus car c'est industriel et il n'y a pas de réel intérêt touristique, si ce n'est le front de mer et ses flamands roses sur fond de port de commerce... En plus il fait gris et on a froid... mais pas de quoi décourager Célia!

Retour à Swakopmund pour manger, et là il faut avouer que la déception du matin est vite oubliée!

Pas de baignade au programme de l'après-midi (regardez le panneau...), mais la visite de la Galerie des Cristaux, une petite promenade en ville avec ses allures de cité Allemande aux portes du désert et une bonne glace au goûter. A bientôt pour de nouvelles aventures!

EDIT : marre de vos "même pas cap", du coup PAF!!!!

7

Bon, déjà on est désolés du temps passé entre le dernier post et celui-ci, on a un peu de mal à avoir une connexion internet dans les campings... enfin si, à 3km à pied de nuit avec les animaux sauvages, donc bon, vous comprenez...

Une fois n'est pas coutume, nous avons changé de pilote pour donner un peu de repos à notre lapin-pilote préféré, et aussi parce que cette journée à Sandwich Harbour n'est pas facile pour un conducteur non habitué aux dunes de sable, vous allez le comprendre en regardant les photos...

Départ 10h ce matin, direction les plus grandes salines d'Afrique. Après des km de bassins des marais-salants, nous rentrons de nouveau dans le parc du Namib-Naukluft, mais par le Nord cette fois. Nous longeons la côte et profitons des rencontres avec ses habitants.

Photo 4 : colonie de cormorans - Photo 5 et 6 : bébé Gecko palmé - Photo 7 : trop contents de retrouver nos adorables Otaries!

Nous poursuivons de manière plutôt sportive notre piste à travers les dunes, c'est splendide! Le plus impressionnant, c'est que celles-ci "tombent" dans l'océan : il paraît que c'est le seul endroit au monde où l'on peut voir ça, et on en prend plein les yeux (et je ne parle pas que des grains de sable...)!

En redescendant des dunes, on s'arrête à un point d'eau douce ET potable : le sable filtre l'eau et la rend buvable naturellement. (bon je me suis seulement lavé les mains, une gastro est si vite arrivée haha... mais Mika l'a bue et il est toujours vivant!)

Nous avons fait une jolie rencontre : d'adorables jeunes chacals pas farouches du tout!

Il est déjà tard, et je ne vous ait pas encore parlé du déjeuner, partagé avec Leslie et Nicolas, un couple de français avec qui nous avons fait cette sortie et que nous espérons recroiser plus tard!

Vin pétillant et huitres de Swakopmund, plutôt classe ce pique-nique dans le désert!
8

Après avoir acheté le permis nous permettant d'emprunter la piste du Paysage Lunaire, nous faisons le détour par ce site pour rejoindre notre prochaine destination : les montagnes du Spitzkoppe.

Les points de vue du Moon Landscape sont vraiment impressionnants, et notre fusée alunit régulièrement pour pouvoir prendre ces superbes photos. Même les plantes semblent venues d'une autre planète, ces Welwitschia Mirabilis ont près de 1500ans, elles sont considérées comme des "fossiles vivants". L'âne bleu est lui aussi un extraterrestre...

Nous déjeunons à la ferme du Goanikontes sous une chaleur et un vent chaud étouffants. La poule a choisi l'endroit le plus frais pour couver ses œufs : les toilettes pour dames! Je croyais que c'était une déco un peu kitsch, j'avoue avoir sursauté quand la mignonne poulette a tourné la tête avec un "Côôôôtttt??!!" interrogatif... Une pensée pour les Daviet avec cette sublime tarte au citron meringuée (oui j'ai goûté à la meringue avant la photo, ET ALORS??!!...)

Le ventre bien plein, nous repartons pour notre but du jour : le Spitzkoppe, et on n'est pas déçus!

Comment s'appelle ce mignon petit animal qui nous observe du haut de ses rochers?

Nous choisissons un emplacement de camping bien protégé, et heureusement car nous avons essuyé un bel orage pendant une bonne partie de la nuit! Mais ici la pluie est attendue avec grande impatience, depuis le début de l'année ce n'est que la 3ème fois qu'il pleut!

9

Cet autre massif montagneux qu'est le Brandberg est lui aussi très imposant : c'est la plus haute montagne de Namibie, qui culmine à 2600m d'altitude.

Nous profitons d'une agréable fin de journée au camping.

Le réveil est un peu matinal, mais c'est pour la bonne cause : aller voir des animaux!

Et quel spectacle!!! Nous sommes au milieu d'un troupeau de 11 éléphants du désert, les jeunes sont tellement curieux qu'ils secouent le 4x4 avec leurs trompes pour jouer! Nous restons figés, heureusement que c'est une sortie avec un guide qui nous explique que nous ne craignons rien! Mais c'est tellement impressionnant! Et voilà que l'un des jeunes se couche et fait le fou! Waouw!!! Le mâle reste en retrait et surveille, bien campé sur ses 6 jambes...

10

Nous sillonnons le Parc d'Etosha depuis 3 jours afin de voir un maximum d'animaux, et on peut dire qu'on a été servis! On est fatigués par toute l'attention que demande l'observation des animaux, donc vous vous contenterez pour cette étape de peu de mots, mais beaucoup de photos! 😀

Attention, interrogation écrite sur les différentes espèces à notre retour! Car nous aussi avons été studieuses avant de nous lancer dans ces dizaines de km de safari...

C'est partiiii!

Un émerveillement de chaque instant à Etosha, Namibie!
11

Après une looongue (et monotone!) route depuis Etosha, nous arrivons à Rundu qui est la ville d'entrée sur la bande de Caprivi. Le camping que j'avais repéré est complet, mais il y en a un juste à côté qui a de la place au bord du fleuve Okavango : c'est magnifique! Le fleuve matérialise ici la frontière, de l'autre côté c'est l'Angola.

Vaches allant se rafraîchir au bord de l'Okavango - Partie de Uno à l'ombre - Coucher de soleil sur l'Okavango

Après une bonne nuit de sommeil, nous partons pour Divindu où nous passons 2 nuits au bord du fleuve. Ici la chaleur est écrasante (entre 35 et 40°), et nous consacrons les 2 après-midis à la trempette dans la piscine... Le coucher de soleil est splendide ici, et à la tombée du jour les hippos commencent à rejoindre les berges pour passer la nuit : ils sont super bruyants et nous ont réveillés à plusieurs reprises car ils dorment à côté de notre camping!

Ce matin, avant les grosses chaleurs, on fait une croisière de 2h juste tous les 3 avec notre guide jusqu'aux Popa Falls et à la rencontre des hippopotames : on en a vu 16 + 2 crocodiles, qui sont à rajouter à la longue liste de Célia qui note scrupuleusement chaque animal vu.

Tour en bateau sur l'Okavango - Hippos, crocos et oiseaux - Les rapides de Popa Falls - Pensée pour Ervick avec ce beau Tigerfish
12

D'abord, soyez rassurés : vous n'avez pas de nouvelles depuis 1 semaine non pas parce qu'on a été dévorés mais parce qu'on était vraiment VRAIMENT loin de tout, sans wifi (ni même de téléphone mais pas de panique on avait un téléphone satellite au cas où, mais qui ne nous a pas servi car notre lapin-pilote était au top, comme toujours!...)

Nous suivons encore et toujours cette longue route goudronnée et monotone de la Bande de Caprivi, paysage linéaire et désolé car la végétation est brûlée sur de nombreux kilomètres. Arrêt pour la nuit juste avant la frontière : nous sommes sur la rive Namibienne du fleuve Linyanti, de l'autre côté c'est le Botswana.

Le lendemain le passage de la frontière s'avèrera plutôt rapide, formalités de sortie de la Namibie, traversée du Ngoma Bridge (pont au-dessus du fleuve qui matérialise la frontière) et entrée sur le territoire du Botswana en 30 minutes.

Nous allons passer les 2 prochaines nuits près de Kasane, la chaleur est ici étouffante (près de 40°) et nous décidons de dormir dans un chalet avec la clim plutôt que dans nos tentes : un peu de confort ça fait du bien!

13

Depuis notre hébergement à Kasane, nous avons réservé une excursion pour passer la journée aux Victoria Valls. Vous savez que ce n'est pas le genre de tour que nous apprécions, mais la raison est purement budgétaire : en plus des visas pour le Zimbabwe qui sont payants (entre 25 et 30€ par personne selon la devise avec laquelle on paie), il aurait fallu qu'on ajoute 150$ juste pour faire passer la voiture pour une journée! En plus, le chauffeur du minibus qui nous a emmenés connaît tous les douaniers et nous a fait passer + vite (il y a parfois plus de 2h d'attente!).

Dans le van, il y a une brochure qui propose différentes activités plus ou moins tentante près des chutes (croisière sur le fleuve, rafting, tyrolienne, saut à l'élastique, baignade dans une cage au milieu des crocodiles, affreuse balade avec des lions shootés pour le plaisir des touristes...) : l'une d'elles nous fait de l'œil, on n'a jamais fait d'hélicoptère alors ZOU! On craaaaque! C'est l'occasion rêvée de survoler les chutes pendant 15 minutes de folie!!

Survol des Chutes Victoria en hélicoptère

On se remet de nos émotions en faisant la marche le long des chutes, elle est bien ombragée et on est brumisés par la vapeur dégagée par les chutes. Et ça va qu'on est en saison sèche, sinon on aurait été complètement trempés! C'est tellement impressionnant et magnifique!

Victoria Valls, Zimbabwe
14

C'est parti pour une première journée d'observation des animaux du Botswana!

Au détour d'une piste, nous tombons sur un grand groupe d'éléphants, très TRES près de notre voiture! A l'ombre d'un arbre, les éléphantes se placent en étoile autour du tronc pour protéger les petits qui se reposent. Il y a un autre groupe de l'autre côté de la piste, un peu plus nerveuses : elles agitent les oreilles et se mettent face à nous, nous préférons faire demi-tour par crainte qu'elles nous chargent.

Après avoir observé notre premier hippotrague, une pause pique-nique s'impose sous l'œil perçant d'un aigle.

On aimerait bien faire comme ces hippos, une petite sieste dans la fraîcheur du courant du fleuve! Mais les voisins ne sont pas très commodes... Alors profitons de l'ombre de ce gigantesque baobab comme les impalas.

L'heure avance et les grands animaux affluent vers les rives pour boire : c'est un spectacle magnifique, et les buffles qui manquaient à notre liste des "Big Five" se rattrapent largement, ils sont au moins 200!

Nous dormons à Muchenje où les singes nous ont fait une blague : l'un d'entre eux a grimpé sur la roue du 4x4, a passé le bras par la minuscule trappe restée ouverte pour le passage de la rallonge du frigo et nous a piqué un paquet de chips! Il l'a éclaté et a partagé avec sa famille... mais après, quelle soif! Hop facile, il a sauté dans l'évier pour boire! Célia a dû attendre qu'il parte pour faire sa part des tâches quotidiennes sur le campement...

15

Nous avons décidé de changer l'itinéraire prévu au départ qui empruntait de la route goudronnée sur des centaines de kilomètres pour à la place traverser le Delta de l'Okavango. Nous espérions vraiment y passer, mais les pistes sont difficiles et impossibles à emprunter s'il pleut et on ne voulait pas être trop déçus si impossible à faire : l'avantage de voyager sans réservation c'est de pouvoir changer d'avis à la dernière minute! Et il faut bien avouer que la piste est sportive et le sable s'enfonce très profondément, parfois jusqu'au châssis...

Mais ça en vaut la peine! Nous rencontrons de nouveau tout plein d'animaux, de très près et en grandes quantité (certains en moins bonne santé que d'autres...)

Regardez bien la pierre devant les éléphants... Que porte la girafe autour de son long cou? Famille Pumba

Nous allons jusqu'à la forêt de baobabs qui nous réservent une surprise : ils sont en fleurs et c'est superbe.

Qu'est-il arrivé au baobab de la dernière photo?

Comme chaque soir, nous préparons le campement mais aujourd'hui c'est plus tôt que d'habitude : en effet, le camp n'est pas du tout clôturé et les animaux (dont des lions...) vont et viennent librement. Il faut faire un grand feu, installer la table et les chaises entre le 4x4 et le feu pour se protéger, dîner avant qu'il ne fasse nuit, et il est strictement interdit de sortir de la tente la nuit (même pour faire pipi!)...

16

Bien qu'une partie de la savane soit tristement ravagée par les flammes au moment de notre passage, la route d'aujourd'hui est toujours riche en rencontres avec les éléphants, majestueux et impressionnants.

Un pont peu rassurant enjambe la rivière au bord de laquelle nous allons camper ce soir.

Les éléphants sont tellement nombreux dans le delta de l'Okavango qu'ils se promènent partout : ce sont même nos voisins de camping!

Qui se cache sur la première photo? A l'heure de la douche...

Comme hier soir, le camp n'est pas protégé et il faut vite se préparer pour la nuit. Mais elle s'est avérée très difficile pour moi car les hyènes ont rodé une bonne partie de la nuit autour de notre campement en poussant leurs cris terrifiants, j'étais terrorisée (alors que Mika et Célia se sont réveillés puis rendormis tranquillement comment ont-ils fait???) et n'ait pas réussi à vaincre ma peur pour passer une nuit de plus dans cette région...

Malgré tout nous partons de bon matin pour essayer de voir d'autres animaux et nous sommes plus que récompensés! Moi qui rêvais de voir les lycaons... Et un majestueux léopard rien que pour nous, à 2m de la voiture! WOW!!!

Nous sortons du parc de Khwai par le Sud dans d'après-midi, afin de rejoindre Maun (non sans difficultés hahaha) : OK, on a ruiné Mimi-cracra cette fois-ci!!

Nous passons seulement la nuit à Maun afin de nous reposer et nous ravitailler en produits frais.

Dès le lendemain matin, nous roulons jusqu'aux portes du désert du Kalahari où nous passerons la nuit dans un camping confortable tenu par une communauté San sédentarisée (c'est un peuple indigène de chasseurs-cueilleurs qui utilise une "langue à clics" très drôle à entendre). Célia a appris à travailler l'œuf d'autruche pour se fabriquer un bracelet, c'était très sympa comme activité.

17

Ne sachant pas trop où aller après notre nuit chez les San (il y a trop de possibilités qui s'offrent à nous^^), nous choisissons retourner vers la Namibie petit à petit.

Célia a été tellement captivée par les guépards à Etosha qu'on a envie de lui faire plaisir en lui permettant de s'en approcher un peu plus près... On est très sceptiques sur ce genre d'endroits car ce peut être tout à fait l'opposé de ce qu'ils prétendent (garder des animaux en captivité pour le tourisme plutôt que de les réintroduire), mais apparemment cette fondation récupère des félins victimes du commerce d'animaux vivants, ou qui ne survivraient pas dans leur milieu naturel à cause de blessures/vieillesse.

Nous arrivons à Harnas en fin de journée, détente : baignade rafraichissante dans la piscine, partie de pétanque, apéro-lecture et feu de camp.

Après une nuit "bercés" par les rugissement des lions (whaaaaaaa comme c'est impressionnant!!!), nous partons pour nourrir les animaux. Ce qu'on ne savait pas, c'est qu'on allait entrer dans l'immense enclos des guépards avec le 4x4 de la fondation (complètement ouvert, sans toit ni portières!) et qu'ils allaient nous poursuivre en courant jusqu'à l'endroit ou chacun reçoit son morceau de viande (cela permet leur comptage).

Alors oui, par rapport à tous les animaux qu'on a vus en liberté on n'est pas aussi excités, mais Célia adore pouvoir observer de près ces guépards qui la font tant rêver...

Et puis il faut dire qu'elle a trouvé un Boubou trop chou et pile à sa taille! Une vraie peluche...

Piscine et 2ème nuit avec le camping pour nous tous seuls.

18

Tous les paysages que nous avons eu la chance de traverser sont exceptionnels, mais s'il y en a bien un qu'on a envie de revoir, ce sont les petites dunes rouges du Kalahari parsemées de leurs folles herbes dorées... C'est officiel, la nostalgie du retour qui approche commence à nous envahir!

On ouvre un portail, on en referme un autre. On pique-nique à l'ombre d'un grand acacia, Célia fait la vaisselle, on admire une ferme-oasis, on compte les éoliennes à eau, bref on engloutit les kilomètres, bercés par les paysages qui changent sans cesse.

En route vers le Kalahari 

Sur la carte, on repère un "pan" (lac asséché) : allons voir ce qu'il nous réserve... Peut-être un reste d'eau, attirant des animaux? Pas du tout, il accueille de drôles d'oiseaux! Bitterwasser Pan est un spot mondialement connu pour les vols en planeur, avec des conditions exceptionnelles qui permettent des vols de plus de 1000km! Un gentil monsieur prend le temps de nous expliquer tout cela avec passion, il est le concepteur d'un tout nouveau planeur qu'il nous présente fièrement.

Bitterwasser Pan, Namibia 

Nous voilà rafraîchis en plein désert, le wifi nous a permis de téléphoner au camping que nous convoitons depuis 2 jours mais qui semblait complet : ils ont 1 réservation qui n'a pas été confirmée, du coup on peut avoir 1 emplacement de camping pour ce soir, trop bien! On file, heureux, vers nos dunes rouges.

Devant nous sur la piste, un camping-car qui se traine un peu. On le double, on rigole en disant "imagines ce sont les gens qui ont oublié de confirmer leur emplacement pour ce soir! hahaha"... On arrive au Lodge pour prendre notre emplacement, on commence à remplir les documents et le camping-car doublé il y a un bon moment se gare sur le parking. On se marre de nouveau, on paie notre nuit, les gens du camping-car débarquent et réclament leur emplacement... qu'ils n'ont pas confirmé et qu'on vient involontairement de leur piquer sous le nez! A nous l'emplacement de rêve, la piscine, le coucher de soleil et la nuit étoilée...

Le lendemain, nous profitons du Lodge car l'endroit est vraiment agréable et nous avons peu de route de prévue. Le petit oiseau attiré par les boules brillantes est venu essayer de les picorer; en 1 mois, le désert a bien changé car il y a eu un peu d'humidité, et les fleurs sont sorties comme par magie.

19

Sur la route qui nous ramène doucement vers Windhoek, il y a un grand barrage qui nous semble intéressant à voir. Il parait qu'on peut y voir des animaux, et qu'il y a aussi un camping avec une grande piscine.

Nous nous dirigeons vers le bureau d'accueil pour prendre un emplacement pour la nuit; avant de régler, j'ai un pressentiment qui me freine un peu. Je jette un œil au livre d'or et lis quelques lignes qui ne présagent guère une bonne expérience ici... Je dis à la dame que nous allons d'abord voir le camping et qu'on revient s'inscrire ensuite. Grand bien m'a pris! C'est le 1er camping tout moche et désagréable en 5 semaines! Et pour notre dernière nuit dans les tentes, c'est hors de question : on trouvera mieux ailleurs...

Nous passons tout de même un bon moment dans la réserve de Hardap à contempler les paysages.

Hardap Dam, Namibie 

Sur Maps, je repère une ferme qui semble proposer des emplacements de camping : ça nous semble une bonne idée, c'est à seulement 10 min de route et le soleil commence à baisser. On est ravis et surtout agréablement surpris de ce qui nous attend!

Bastion Farmyard 

Ce matin c'est notre dernier repliage de tente (sniff!!), pendant ce temps-là Célia nous prépare le café; après le ptit dèj et le lavage de pieds (admirez la technique!) nous ferons comme les hirondelles qui nous observent, il faudra migrer vers l'aéroport...

20

Nous reprenons la route le cœur un peu serré, parce que le retour est tout proche et il est maintenant temps pour nous de rejoindre les abords de l'aéroport. Toujours de magnifiques paysages, des mini-tornades de sable, le Tropique du Capricorne à retraverser et une Mimi-Cracra à décrasser.

Pour notre dernière nuit, on a choisi une maison coloniale superbe où il fait bon passer nos dernières heures Namibiennes...

21

Il m'en aura fallu du temps pour terminer ce blog... Parce que cette conclusion me force à refermer ce livre d'une aventure exceptionnelle. Et ça, c'est dur. Parce qu'après ces 5 semaines exceptionnelles, les souvenirs sont si forts que je n'ai pas envie de tourner la page... Mais ça y est, je suis enfin prête. Parce que le prochain grand voyage approche? Certainement...

Quand j'ai commencé à préparer ce voyage 6 mois avant le départ, j'ai lu beaucoup de forums, blogs, etc... et tous étaient d'accord sur un point : impossible de voyager en Namibie et Botswana sans réservations. Aïe, ça partait mal pour nous qui réservons uniquement les 2-3 premières nuits de nos voyages, pour laisser la part belle à l'imprévu. Et puis les agences/TO en rajoutent une louche : "c'est déjà complet pour vos dates!" "Si vous ne réservez pas ce qui reste vous ne pourrez rien faire!"

Alors comme j'écoute (jamais ce qu'on me dit) toujours mon instinct, j'ai pris le risque de faire comme d'hab', à savoir : acheter les billets d'avion + louer la voiture + faire 1 road-book "de base" qu'on modifie au jour le jour selon nos envies. Grand bien m'en a pris : c'était trop génial!!

Alors effectivement, pour ceux qui ne sont pas habitués à voyager sans réservations, qui veulent absolument tel ou tel hébergement, qui ont besoin d'un programme précis, ben... faut pas faire comme nous! En Namibie c'était très facile pour nous de voyager sans réservations. Au Botswana par contre c'est autre chose : Savuti, Khwai et Moremi sans réservation c'est compliqué et hyper stressant!

On pensait faire 1 grand voyage, mais ce sont en fait 2 voyages-en-un. Parce que clairement, il faut les séparer : la Namibie + le Botswana.

NAMIBIE : les paysages exceptionnels, la diversité du climat, la variété de panoramas grandioses, les campings sont géniaux, l'accueil excellent.

BOTSWANA : la faune est fantastique, l'Aventure pour traverser les parcs est incroyable, la préservation des animaux exceptionnelle.

Ce voyage nous a profondément marqués : Célia demande à retourner en Afrique 1 an sur 2 ("parce qu'il faut quand même qu'on découvre le reste du monde"), Mika a envie de retourner faire du "vrai" 4x4, la vie dans la nature sauvage me manque énormément...