À propos

Wanderlust [besoin d'ailleurs, de dépasser son propre monde : une envie d'exotisme, de découverte, de voyage] : voilà l'état d'esprit qui entraîne sans cesse notre famille à parcourir le globe!

Équateur & Galápagos

Pour suivre nos aventures au jour le jour, découvrons ensemble l'Équateur...
Octobre 2017
30 jours
J-30

Voilà comment j'ai l'habitude de procéder : en regardant le pays dans sa globalité, s'il y a des endroits à éviter (raisons sanitaires ou de sécurité) , des lieux qui nous intéressent moins ou des déplacements qui sont trop chronophages (10h de route pour 2h de visite, c'est NON!). Ensuite, j'imagine 2-3 circuits possibles, et affine encore l'itinéraire "idéal" en fonction des points d'intérêt.

Bien entendu, on ne respecte JAMAIS l'itinéraire idéal, sinon ce ne serait pas marrant...

Au début, j'avais pensé à un circuit en "S" qui nous aurait permis d'alterner zones montagneuses et côtières : le souci c'est l'acclimatation à l'altitude qui peut être un peu difficile, et dans ce cas on se serait exposés en peu de temps à des variations trop importantes qui nous auraient trop fatigués.

On va donc se rabattre sur un itinéraire plus "classique", du Nord vers le Sud, puis nous prendrons l'avion pour les Galápagos depuis Guayaquil.

Voici les supports qui vont compléter les dizaines d'heures passées sur Internet pour préparer notre itinéraire

En toute logique, notre point de départ sera Quito, la capitale, vu que nous allons atterrir là-bas. L'aéroport a été déplacé en 2013, dans une plaine à environ 40 minutes de route de la ville. Sa piste est la plus longue d'Amérique du Sud, et la tour de contrôle la plus haute d'Amérique Latine. Pour la petite histoire, Quito se dispute la place de la "plus haute capitale du monde" avec La Paz (Bolivie), mais cette dernière n'est en fait que la capitale administrative et non pas constitutionnelle.

Et ça tombe plutôt bien, car il va falloir s'habituer à l'altitude : Quito est déjà à 2850m...

Vue satellitaire de Quito, la "banane" grise étant la ville qui s'étend sur 50km de longueur pour à peine 10km de largeur

Pour nous remettre du voyage (16h15 de vol, soit 20h de voyage environ) et arriver à destination sans stress, j'ai déjà réservé les 3 premières nuits à Quito : à la descente de l'avion on n'aura plus qu'à s'engouffrer dans le taxi envoyé par notre hébergement et à nous laisser tomber dans nos lits douillets après une bonne douche... bien que j'entends déjà Célia et Mika me dire "quoiiii??? mais ça va paaas? on ne va pas aller se coucher sans manger quand mêêêême!!!" (#onn'apasfinideparlerdebouffesurceblogaussi)


Pour le moment, voici à quoi ressemblerait notre itinéraire :

Une ébauche de notre itinéraire... (les îles à gauche, ce sont les Galápagos)
J0

On commençait à peine à s'endormir hier soir lorsque la compagnie nous a appelés... Le vol de ce matin Lyon-Madrid est annulé à cause des grèves des contrôleurs aériens 😱

On nous propose de partir demain mercredi, si le mouvement s'arrête... autant vous dire qu'il n'y a absolument aucune certitude!

Après maintes discussions, on finit par obtenir une proposition de vol Genève-Madrid avec lequel on pourra récupérer notre long-courrier Madrid-Quito aujourd'hui comme prévu. Sauf que je vous rappelle qu'on est déjà presque endormis dans notre hôtel à LYON... 😖

Debout donc à 3h du matin pour prendre le taxi vers Genève (1h30 de route...), afin d'arriver à 5h au comptoir d'enregistrement. Ça piiiiique!!!

Tout ça pour que l'agent à Genève nous dise qu'on nous a bien attribué des sièges mais qu'on n'est pas enregistrés!!! Rhaaaa 😨

Bref, au bout de 30min d'attente tout est ok, on décolle à 7h15 pour Madrid puis 3h d'escale en attendant le vol pour Quito... Tout est bien qui finit bien, là on est dans l'avion!

Prêts pour le décollage! 🛫 Devinette : que voit-on par le hublot???


Lever de soleil 🌞 Cultures circulaires en Espagne 🚜 L'ombre de notre avion à l'atterrissage 🛬

20h30 en Équateur, 03h30 en France : nous sommes (enfin!) arrivés à Quito! Épuisés, mais contents 😊

On a failli être déroutés pour une passagère qui avait besoin d'assistance médicale, mais une infirmière et un médecin présents dans l'avion se sont occupés d'elle.

Et puis dans la continuité des galères, on n'a pas pu atterir à Quito pour cause d'orage, on a donc dû continuer vers Guayaquil après 3 tours au-dessus de Quito... Presque 3h en plus dans l'avion, ras-le-bol!

On est donc bien arrivés, et la nuit va nous faire un bien fou! On va même peut-être dormir pendant 24h alors pas d'inquiétude... 😪😴

J1

Nous nous sommes écroulés de fatigue hier soir, premier réveil nocturne à 4h30 (11h30 en France), mais on a pu se rendormir, ouf!

Un bon petit-déjeuner avec une vue terrible sur toute la ville, très agréable ce premier matin à Quito!


Nous partons en taxi pour le centre historique où nous visitons la Basilica del Voto Nacional qui est vraiment très belle.

Les traditionnelles gargouilles prennent ici la forme d'animaux locaux : iguanes, pélicans, pumas, tortues...

L'intérieur de la Basilica del Voto Nacional
Photo 2 : À droite de la pointe du toit du Panthéon c'est bien un taxi jaune qui monte dans une ruelle très escarpée!

Nous sommes ensuite montés dans une tour de la basilique, au-dessus de la croix centrale. L'accès par des échelles est super impressionnant!

La ville de Quito depuis la tour de la Basilica del Voto Nacional

Après une petite ballade près du palais du gouvernement et un bon repas en terrasse, retour à notre chambre pour une sieste car le décalage horaire se fait bien ressentir et Célia est épuisée... Fin de cette première journée au calme à admirer la ville de nuit...

J2

Avant de vous raconter notre journée, Célia a envie de montrer une photo à ses camarades de classe qui suivent le blog :

Coucou la classe! Les vacances commencent bien. En Équateur l'école est différente de la notre car les enfants portent tous le même uniforme. Regardez cette belle cour de récréation! A bientôt, Célia

Ce matin le ciel était encore gris à cause de la pluie tombée hier soir, mais comme on voit le sommet du téléphérique depuis la salle à manger de notre hébergement et qu'il n'était pas caché dans les nuages, on a décidé de s'y rendre assez tôt. Le taxi est le moyen de transport le plus facile à Quito, peu cher et permettant de rallier des quartiers de la ville non desservis par les transports en commun comme c'est le cas pour le Teleferico. Ils sont jaunes, et certains portent la mention "Seguro" lorsqu'ils sont équipés de caméras à l'intérieur pour sécuriser les passagers.

Nous voilà donc prêts à gravir plus de 1000m de dénivelé dans une petite télécabine, pour atteindre la gare d'arrivée au sommet de la Cruz Loma à une altitude de 3947m.

A cette altitude il y a du vent, il fait frais (on pense environ 10°) mais surtout l'oxygène se fait plus rare et on est un peu au ralenti : la marche vers les points de vue est assez fatigante, on prend notre temps et on s'arrête volontiers admirer les paysages à couper le souffle.

Au retour, bonne surprise pour Célia : au pied du téléphérique il y a un petit parc d'attractions qui lui fait vite oublier la fatigue...

Après cette belle journée, on file au lit car demain matin nous récupérons la voiture de location, direction Otavalo, une petite ville au Nord de Quito réputée pour son marché indien.

J3

Aujourd'hui pas de visites au programme car nous avons de la route à faire. On part même plus tard que prévu car l'altitude du téléphérique d'hier me joue des tours (maux de tête et nausée) et oui le corps a du mal à encaisser tout ça!

Nous quittons donc Quito en fin de matinée direction Otavalo. Nous rejoignons la célèbre Panaméricaine et les paysages défilent par les fenêtres. Quito étant sur un haut plateau, la route descend parfois très raide avec des virages en épingle qui nous font passer des 100km/h autorisés à 40km/h... très lent pour une route aussi large! Mais les nombreux camions sont souvent en-dessous lorsqu'il y a des montées.

Arrêt sur la route avec une vue superbe sur le Lago San Pablo, avec à la clé une spécialité du coin : de la truite saumonée, un régal!

Un premier échec dans un hébergement que nous avions repéré (chambre minuscule et sombre), nous avons la chance de trouver notre bonheur dans un autre endroit, une maisonnette rien que pour nous au milieu des champs et au pied du volcan... trop chouette!!! Du coup, on va y rester 3 nuits...

J4

Ce matin, Célia est étonnamment réveillée très tôt... on dirait qu'elle n'a pas oublié son anniversaire! Merci de sa part pour vos messages <3 Après l'ouverture des paquets, un bon petit-déjeuner avec un fruit que vous ne connaissez certainement pas : la tomate d'arbre. Elle se consomme en jus, que j'ai ici agrémenté de mûres qui faisaient terriblement envie à Célia.

Les fruits rouges entiers sont les "tomates de arbol", que l'on voit découpées dans le bol de droite

Nous partons pour le grand marché indien du samedi à Otavalo

puis en guise de cadeau d'anniversaire supplémentaire, nous allons au Parc des Condors voir un spectacle de rapaces : Célia était ravie de pouvoir porter un petit aigle tout mignon!

Repas de midi typique, un almuerzo : saucisse aux légumes servie avec pommes de terre et maïs frit, et dans la seconde assiette fricassée de porc avec épi de maïs vapeur et pommes de terre, le tout accompagné d'un bouillon de poule.

Cet après-midi, balade autour d'Otavalo toujours avec de superbes paysages.

Retour dans notre petite maison dans la prairie, bonne nuit!


J5

S'il y a bien une activité qu'on adore tous les 3, ce sont les sources chaudes...

Alors pour se détendre et évacuer les derniers restes de fatigue/décalage horaire, aujourd'hui on est allés se baigner dans des bains thermaux entre 32° et 37°: ça nous a fait un bien fou! D'autant qu'il y a des toboggans dans 2 des 5 piscines, Célia était ravie!

L'eau a une couleur un peu verte mais pas de mauvaise odeur de souffre, OUF! Cette source se déverse directement du volcan dans les bassins par une petite cascade, et ses eaux sont réputés pour être parmi les meilleures du pays... j'avoue qu'on est ressortis avec la peau douce et une sensation de bien-être très agréable!

Et pour Aube, voici notre Mimi-Cracra! (on n'a pas mis de photos avant, car elle n'était pas encore assez sale...)

J6

Avant de commencer le récit, on vous invite à voter pour notre blog tout en haut de cette page, merci! 😉


C'est avec un peu de regrets que nous quittons notre maisonnette pour faire route vers l'Ouest de Quito. Devinette du jour : que transporte le pick-up devant nous?

Les paysages qui défilent sont toujours aussi magnifiques, et surtout désertiques sur ces hauts plateaux creusés de profonds canyons. La végétation change au fil des kilomètres, on trouve maintenant des cactus et aloès. Au détour d'une montagne, le vent qui souffle fort emporte la poussière des filons de sable dans les carrières, créant un brouillard impressionnant.

Et voici un avant/après du repas de midi... (âmes sensibles ne pas regarder!! haha)

Cuy asado (cochon d'inde grillé)

Visite du musée Intinan : histoire et expériences sur la ligne de l'équateur

1 : Totem / 2 : cadran solaire / 3 : sur la ligne OO°00'00" / 4 : globe aligné / 5 : expérience de l'œuf sur le clou réussie!

Nous reprenons ensuite la route vers la forêt de nuages, changement radical de météo!...

à demain!

J7

Dans ce petit village au fond de la vallée en pleine forêt de nuages, il y a plein d'activités à faire et ce qui tombe vraiment bien, c'est qu'on est en basse-saison et qu'il y a très peu de touristes! On sera quasiment seuls sur les 3 principales activités de la journée : la cascade de tyroliennes, la ferme aux colibris et la fabrique de chocolat.

La première activité sera donc 14 tyroliennes qui se suivent au-dessus de la canopée, un vrai régal! Célia est ravie d'avoir battu son record : la plus grande fait 500m et elle n'a jamais voulu la faire avec le guide mais toute seule! On aurait aimé vous mettre des vidéos, mais le signal internet est trop faible alors il faudra vous contenter de photos pour le moment...

Ensuite, visite de la propriété "El Descanso" où viennent chaque jour des centaines de colibris. Ils sont habitués à venir butiner dans de petits abreuvoirs remplis d'eau sucrée, c'est un vrai ballet! Là pareil, on essaiera de vous mettre une vidéo quand on aura une meilleure connexion.

Au bout d'1h30 on a réussi à décrocher Célia des colibris (elle a vraiment adoré!), et pour le goûter impossible de faire l'impasse sur la fabrique de chocolat Yumbos, MIAM

Les différentes étapes de la fermentation, du séchage puis broyage, torréfaction et séparation des coques, malaxage puis emballage
L'étape la plus importante : la DEGUSTATION !!!
J8

Aujourd'hui nous allons reprendre "un peu" d'altitude : d'environ 1000m à Mindo, nous allons monter à plus de 3800m au pied du majestueux volcan Cotopaxi. Nous nous arrêtons prendre quelques photos au cratère Pululahua, l'un des seuls au monde à être habité, et nous traversons de nouveau la ligne de l'équateur.

Nous repassons près de Quito, ou plus précisément "en-dessous" de la ville, sur la panaméricaine.

Arrêt-buffet à Machachi : on voit qu'ici l'agriculture diffère en fonction du climat, des cultures nous passons à l'élevage, avec des produits laitiers dans l'assiette...

1: Poule rôtie avec une sauce aux légumes, petit fromage sec au piment, fèves et pop corn en guise de pain / 2: sans commentaires!

L'asphalte est remplacé par des pierres, les paysages sont grandioses... Le Cotopaxi joue à cache-cache derrière les nuages!

J9

Nous avons passé la nuit dans une superbe hacienda au pied du volcan, l'endroit à lui seul vaut le déplacement car on est pile en face du majestueux Cotopaxi...

Un dortoir de 8 places rien que pour nous!

Depuis le temps qu'on en rêvait, nous partons à travers le páramo (végétation ressemblant à la lande, typique de la Cordillère des Andes entre la forêt et les neiges éternelles), à cheval! Du pur bonheur...

Etape 1, et pas la moindre : capturer les chevaux au lasso!!!

Etape 2 : préparer les montures

Etape 3 : c'est partiiii!

Etape 4 : en prendre plein les yeux!

Un bon repos pour nous maintenant, à demain!

J10

Nous traversons le parc du volcan Cotopaxi pour rejoindre notre destination du soir, la Lagune du Quilotoa.

En étant aussi près du volcan, impossible de résister à l'envie de monter jusqu'au parking du refuge perché à 4800m d'altitude! Et oui, nous sommes bien montés en voiture jusqu'à une altitude équivalente au sommet du Mont-Blanc! D'ailleurs, Mimi-Cracra (notre voiture) s'en souvient encore... le manque d'oxygène ne l'a pas épargnée elle aussi! A cela s'ajoute la piste raide, le sable, le vent... bref on est montés en première jusqu'en haut!

En redescendant, la vue sur le volcan Rumiñahui (Tête de Pierre en Kichwa) et la laguna Limpiopungo est superbe

Pause dans un manoir hanté complètement improbable...

Retour vers le 19ème siècle...

Et THE PHOTO pour Mika

Nous prenons les chemins de traverse (plus ou moins craignos, bonjour le pont de bois!),mais qui nous permettent d'admirer ces montagnes cultivées jusqu'au sommet d'un camaïeu de doré jusqu'au marron foncé qu'on ne se lasse pas d'admirer

Nous arrivons en fin d'après-midi à la Laguna de Quilotoa qui est très impressionnante dans sa caldeira

Quelle journée! On est épuisés... Bonne nuit!

J11

Bon, c'est officiel, Mimi-Cracra est trop sale alors plutôt que de la laver on va la changer!!!

Bon, allez, je vous raconte la vérité qui est bien plus drôle... Ce matin, quelqu'un frappe à 7h30 à la porte de notre chambre d'hôtel...

- (en espagnol) "Bonjour, je viens vous échanger la voiture contre une autre!" - (en français, dans ma tête : "il n'est pas sérieux là??!!") ... Ah?! Euh et comment vous nous avez trouvés ici?- avec la puce GPS de la voiture...- et pourquoi on n'est pas au courant qu'on doit nous changer la voiture?- elle a juste besoin d'une révision (!) alors on vous la change...Et voilà comment perdre 2h parce que les pneus de la nouvelle Mimi-Cracra sont lisses, qu'il nous l'apporte sans essence dans le réservoir, et que VRAIMENT c'est louche qu'un mec nous ait retrouvés perdus au fin fond de la montagne pour nous changer la voiture... On ne peut pas rater notre nouvelle Mimi, avec ses 2 roues de secours montées à l'avant!!...

Nous voilà donc (enfin!) sur la route qui nous mène vers Baños...

Pour nous requinquer, on a vite choisi un hôtel et passé la fin de l'après-midi à tremper dans les piscines couvertes d'un des centres de bien-être de la ville... Dîner et café au coin du feu pour finir la journée (il ne fait pas froid mais c'est trooop agréable!)

J12

Première pluie du séjour, nous sommes dimanche alors nous en profitons pour faire petit tour à l'église.

La pluie s'arrête en début d'après-midi, nous filons sur la route des cascades.

La plus impressionnante de toutes, le Paillon del Diablo (dommage qu'on ne puisse pas mettre de vidéo, c'est hyper méga impressionnant et on est tout à côté!)


Fin de journée à flâner dans Baños qui est une petite ville touristique avec son marché de nuit et ses rues animées. La devinette du jour : que fait ce monsieur?

Et la devinette n°2 : qu'est-ce que c'est?

J13

La route d'aujourd'hui est longue, mais les paysages toujours merveilleux. Plutôt que d'emprunter la Panaméricaine, nous décidons de prendre l'ancienne route qui suit le Rio Ambato jusqu'au Chimborazo : bon choix, jugez par vous-mêmes!

Le Chimborazo se cache dans les nuages, mais devinez qui sont ces petites bêtes toutes mignonnes?!

De nouveau un 4800m à notre palmarès...

Nous avions plus ou moins prévu de dormir près du volcan, mais celui-ci étant dans les nuages nous "descendons" (à 2300m...) jusqu'à la petite ville de Alausi pour l'étape de demain. A très vite!

J14

Avant de vous raconter notre journée à Alausi, une pensée pour Papa qui se reconnaitra bien là!! (je dois avouer que le poney dans la remorque, c'était rien à côté!😉)

Réveil matinal pour pouvoir prendre le train de la Nariz del Diablo, le "nez du diable". Nous sommes chanceux, le brouillard du début de matinée donne un air mystérieux à ce voyage en train...

Promenade dans le village de Alausi, achat de poncho pour Mademoiselle, camion de pompiers pour Sandrine, repas au marché (pour 1€/personne...) avec mention spéciale pour la tortilla typique, MIAM!

Cet après-midi départ pour Cuenca, arrêt dessert (3 mangues + 5 fruits de la passion pour 1€50...) au bord de la route car l'épais brouillard fatigue notre pauvre chauffeur!

Les images locales du jour : le cochon pendu qui est découpé au fur et à mesure pour faire la fritada, et le camion qui penche "un peu"...

Il est tard, on vous laisse pour aujourd'hui! Bisous!

J15

Cette journée ne sera pas très riche en images car on a décidé de... ne pas faire grand'chose (pour une fois)!

Le matin nous partons pour le parc El Paraiso qui est équipé de nombreuses aires de jeux, espaces de détente et de sport. Célia se trouve une copine (qui parle français!) et la matinée passe super vite... Petite leçon de sécurité routière en famille :

On a l'estomac qui réclame autre chose que du arroz con pollo (ou pollo con arroz, au choix), on se laisse tenter par une pub déposée sur Mimi-Cracra (et on a bien fait!...)

Il ne nous reste qu'à aller digérer bien tranquillement dans l'eau chaude des sources de Baños de Cuenca... Où nous nous prenons une averse de grêle, aïe ça pique!

Comme toujours Mika a la flemme de se raser, direction le barbier-salon de coiffure-ongles pour les filles... Et on finit la journée par des gourmandises!

J16

Pour continuer sur le transport d'animaux à la mode Papi Jean, voici les lauréats du jour! Dommage que je n'ai pas eu le temps de prendre en photo les poules empilées dans des caisses en plastique...

Le Parque Nacional Cajas est assez proche de la ville de Cuenca (à moins de 30min), mais le paysage est là encore complètement différent. Ce sont des centaines de petites lagunes reliées entre elles par des ruisseaux et cascades, dans un paysage de páramo andin sauvage.

Nous rejoignons la ligne de partage des eaux à plus de 4000m d'altitude : à notre droite les lagunes se déversent dans des ruisseaux qui rejoindront l'Océan Atlantique alors que ceux de gauche iront se déverser dans l'Océan Pacifique.

Un troupeau de lamas nous montre la route pour rentrer à Cuenca : encore une belle journée en Equateur!

J17

Cuenca est une très jolie ville de style colonial, agréable à vivre en tant que touristes avec ses marchés et rues typiques, de jour comme de nuit.

La 3ème photo, c'est le procédé de fabrication des "helados de paila", de délicieuses glaces artisanales, dont voici quelques explications : quelques paysans vont encore au pied du glacier du Chimborazo tailler la glace, qu'ils emballent dans de la paille pour la redescendre à dos d'âne jusqu'au village. Des fruits frais sont alors mixés en jus (et pour certains additionnés de lait) puis on dépose sur un lit de paille la glace du volcan pilée, sur lequel une grande marmite en cuivre va servir de sorbetière : on racle le jus avec une spatule jusqu'à ce qu'il devienne un granité, tout en tournant constamment la marmite de cuivre. Et je peux vous dire que celle que j'ai choisie aux fruits de la passion n'a pas eu le temps de fondre!! MIAM!

Devinez quelle activité nous avons également faite aujourd'hui?!

J18

La cathédrale étant ouverte au public seulement le matin (de 7h à 13h), nous allons la visiter avant de prendre la route pour Guayaquil. Il nous faut retraverser le Parc Cajas avec son col à plus de 4000m d'altitude, pour rejoindre Guayaquil au niveau... 0! et oui, la ville est sur la côte Pacifique. Comme il fait beau côté Cuenca, nous trouvons d'épaisses couches de brouillard sur la descente qui restent accrochées au relief de l'autre côté.

Changement radical de climat et de végétation à l'approche de Guayaquil : il fait chaud et moite, les plantations longent la Panaméricaine : bananiers, cacaoyers, rizières, canne à sucre,... et les vaches laitières laissent place aux zébus.

J19

D'abord, nous tenons à vous rassurer : tout va bien, nous avons juste une connexion internet d'un autre âge et qui coupe au bout de 10-15min... Alors on avoue, on est un peu à la bourre dans la rédaction du blog!

Nous avons passé une journée très sympa à Guayaquil, malgré une Mimi-Cracra qui a fait des siennes ce matin (panne de batterie, Dom qui pousse, Mika qui essaie de démarrer en seconde, bref un beau moment de solitude...). On doit la rendre demain, tant qu'elle démarre pour aller à l'aéroport après... advienne que pourra!

Nous allons donc (en taxi!!!) jusqu'au parque del Seminario, plus connu sous le nom de Parc des Iguanes : ici ils sont les rois! Il faut faire attention où on met les pieds... même les pigeons marchent dessus!!!

La cathédrale est toute proche, et là encore beaucoup de monde pour la messe.

Sur la promenade touristique, le "Malecon 2000", il y a des aires de jeux, un centre commercial et plein de petits stands de nourriture, de quoi passer un bon moment en famille. C'est aussi le retour à la civilisation et à la société de consommation!... mais faut avouer que le tour de Grande Roue de nuit est vraiment superbe.

Une question pour Mamie et Papi-Chine : ils n'ont pas mieux à offrir qu'une statue de sanglier, les Chinois?!!!

Demain, départ pour les Galápagos... Yiiiiihaaaaaaaaaaaaaa!!! <3

J20

Tout d'abord, pas d'inquiétude! Tout va bien, mais nous n'avions pas de connexion internet suffisante pour faire le blog aux Galápagos! Nous ne sommes donc pas perdus en mer, mais simplement "hors-ligne" 😉

Nous avons donc restitué Mimi-Cracra (sans regrets vu le sale coup qu'elle nous a fait hier...) et pris notre vol pour l'île de Baltra, aux Galápagos.

A notre arrivée, nous devons prendre un bus pendant une dizaine de minutes, puis un bateau pour traverser d'une île à l'autre : en effet, l'aéroport n'est pas directement sur l'île principale qui s'appelle Santa Cruz, mais sur la petite île de Baltra juste à côté. Il s'avère que c'était une base militaire qui a été désertée et que le gouvernement tente de réhabiliter pour la rendre à la nature en rasant les quelques constructions. Végétation basse, cactus, pierres volcaniques et iguanes contrastent avec l'eau turquoise d'une infinie beauté.

Nous prenons le temps de nous balader à pied pour découvrir le village de Puerto Ayora et son petit port de pêcheurs, et achetons au marché de quoi nous préparer un bon dîner.

J21

Avant de partir en promenade, il faut acheter de quoi préparer le dîner...

Nous partons pour une marche d'1h à travers les cactus et une végétation très sèche pour atteindre une baie cachée splendide, Tortuga Bay. C'est le royaume des iguanes marins que nous approchons de très près : ils sont vraiment tout droit sortis de la préhistoire!

Il ne faut pas les déranger car le moindre de leur déplacement est calculé pour dépenser un minimum d'énergie. Plus ils sont gros, plus ils doivent s'économiser car en plus d'avoir le sang froid (ils doivent donc constamment réguler leur température en se mettant au soleil puis en se baignant dans la mer pour la faire baisser), il y a des périodes où ils mangent très peu (cela peut descendre à 1 repas de 30 grammes...par mois!)! Après la baignade, ils "éternuent" régulièrement pour évacuer le sel de leur corps.

La baie se trouve au bout de cette immense plage, avec une eau très calme car bien protégée dans une anse. C'est là que Célia voit la première otarie qui a pourtant bien essayé de se cacher!

L'eau est fraîche, mais la plage est exceptionnelle et on arrête le temps... sauf pour l'otarie qui va faire sa pause pipi au bord de l'eau et retourne se vautrer sous son banc! On peut même se baigner avec le monstre du Loch Ness...

Sur le chemin du retour, un obstacle inattendu nous barre la route... Le bonheur d'une nature préservée!

Après tous ces efforts, place au réconfort!

J22

(Les photos des jours 21 + 22 sont de mauvaise qualité car vu la connexion désastreuse nous avons dû les paramétrer différemment : elles sont mal recadrées mais nous les changerons pour les originales lorsqu'on aura un meilleur débit!)

Nous passons par le port des pêcheurs pour rejoindre notre activité du jour, et devinez qui fait son marché?!

C'est pas nous!!! hahaha

Le centre Darwin a diverses missions de protection de la nature, allant de la réintroduction des tortues à la reforestation des îles. La visite est très éducative et accessible à tous, avec des explications simples et variées mettant à profit le travail du naturaliste anglais Charles Darwin, qui a passé plusieurs années aux Galápagos au 19ème siècle pour prouver sa théorie de l'évolution des espèces et de l'adaptation au milieu.

Dans ce centre, les biologistes collectent des œufs de tortues terrestres sur toutes les îles de l'archipel, les mettent en incubateurs pour permettre une plus grande natalité, et s'occupent des bébés à leur naissance. Selon la température de l'incubateur, les bébés vont naître mâles ou femelles : ils peuvent donc réguler les naissances en fonction des besoins pour garder un bon équilibre femelles/mâles. Ils les gardent pendant 2 ans pour être sûrs que les bébés soient bien prêts et suffisamment costauds pour retourner à l'endroit exact où les œufs avaient été collectés. Chaque bébé est numéroté sur sa carapace pour assurer un bon suivi.

Et puis on nous explique la triste histoire de George Le Solitaire... Dernière tortue de son espèce, il est mort en 2012 à 120 ans sans pouvoir avoir de bébés puisqu'il n'y avait plus aucune femelle comme lui dans le monde entier... Il a été naturalisé et on peut le voir dans une pièce spécialement construite pour lui.

Heureusement, nous avons trouvé une nouvelle espèce de tortue sur l'île!

Nous sommes surpris de découvrir qu'il y a une sorte de colonne vertébrale terminée par un bassin directement attachés à la carapace des tortues.

Devinette du jour : à qui appartient ce squelette?

J23

Ce matin, le temps est couvert mais nous partons en excursion en bateau vers Las Grietas. Les paysages sont magnifiques et le fait d'intercaler marche et bateau nous plait bien (oui oui, toujours pas fan du bateau...)

Photo 3 : oui oui ce sont bien des requins!! - Photo 8 : où est l'intrus?! 😉

Nous passons à côté de marais-salants en activité

Après une marche dans un paysage désertique, nous arrivons sur le site de Las Grietas lui-même : j'avoue, nous sommes un peu déçus car il y a vraiment du monde et le calme qu'on aimerait trouver sur ce lieu n'est pas au rendez-vous... par contre l'eau est hyper claire (et froide!) et le contraste avec la roche est vraiment beau.

J24

Ce matin, on se lève très tôt pour aller au port car nous partons vers l'île d'Isabela. Le temps est bof-bof et on ne sait pas encore que cette journée va être la pire de tous nos voyages réunis... oui rien que ça...Nous montons dans l'une de ces petites lanchas jaunes pour rejoindre un bateau (à peine) plus gros. J'avoue qu'on ne l'avait pas vu venir celle-là, la coquille de noix de 20 places... Après ça, plus de photos jusqu'à l'arrivée car la traversée de 2h a été un ENFER... au bout de 20min Célia a commencé à vomir (dans son gilet de sauvetage la pauvre chérie), j'ai suivi 10min plus tard, et Mika que je n'avais JAMAIS vu malade en bateau en a fait de même... Je vous passe les détails mais vous assure que si c'était à refaire on ne le referait JAMAIS!!! (j'ai la nausée juste de l'écrire...)

A peine le pied posé à terre sur Isabella, tout est oublié pour Célia mais pour nous il faudra encore un moment pour nous en remettre... A la sortie du port, nous embarquons dans une chiva pour rejoindre le village et notre hôtel. L'après-midi sera consacré à une balade tranquille pour nous remettre de nos émotions...

Fin de journée fabuleuse qui nous fait oublier la matinée désastreuse!

J25

En arrivant hier, nous avons remarqué qu'il y avait des otaries sur le port (c'est d'ailleurs ce qui a fait oublier instantanément à Célia l'épisode du bateau qu'elle venait pourtant à peine de quitter). Ce sont vraiment les animaux les plus adorables sur Terre, et on ne peut pas s'empêcher de partir à leur recherche ce matin. Bingo!

Nous empruntons les caillebotis aménagés dans la mangrove pour rejoindre le site de Concha de Perla, elles sont carrément au milieu du passage!

L'endroit est superbe, et on passe un excellent moment! Avec le recul, on peut dire que c'est notre endroit préféré sur Isabela <3

Z'avez vu?! Nananinanèreuh, j'suis un requin!!!

La baignade? Pouah, trop fatiguant! Siestaaaaaaaaaaaa!!!

Les otaries sont parties pêcher en mer et le ciel se couvre, on en profite pour aller voir le centre de protection des tortues et la lagune aux flamands roses.

On retourne en fin de journée sur l'immense plage, mais pas de coucher de soleil aujourd'hui...

J26

Excursion fabuleuse ce matin sur l'islote Las Tintoreras : avec un guide naturaliste, nous découvrons la faune endémique de l'île, un pur bonheur! Fous à pattes bleues, tortues marines qui font le show, iguanes, otaries,... dans des paysages exceptionnels.

Et aussi : le dortoir des requins, les bébés iguanes par milliers, et le bébé otarie qu'on a envie de câliner...

Après ça, le clou du spectacle : nager avec les tortues marines! Elles étaient une quinzaine, à moins d'1m de nous, tellement nombreuses et calmes... J'espère pouvoir vous mettre une vidéo plus tard!

Nous avions prévu de quitter Isabella demain, mais le seul avion décollant cette semaine ayant à la fois de la place ET du kérosène part aujourd'hui, et il faut avouer qu'on n'a ABSOLUMENT PAS ENVIE de revivre la traversée en bateau... Une nouvelle aventure nous attend à l'aéroport! Voilà, voilààààà...

Mon voisin de devant c'est... le pilote! 
J27

Il y a une excursion que nous n'avons pas faite sur l'île de Santa Cruz, c'est le combiné Los Gemelos-El Chato-Tuneles de Lava.D'abord, balade à pied près des 2 cratères jumeaux au centre de l'île, Los Gemelos. Contraste saisissant avec l'aridité de Isabela.

Puis les tunnels de lave, impressionnantes galeries dans lesquelles s'écoulait la lave en fusion

Au-dessus de nos têtes El Chato, immense domaine où vivent d'énormes tortues terrestres en liberté

Remarquez comme l'aigrette paraît minuscule sur la dernière photo... 

Et de nouveau, de drôles de tortues ici!

L'après-midi, balade sur le "muelle" de Santa Cruz qu'on aime beaucoup...

J28

Pour notre dernier jour à Santa Cruz, nous décidons tous les 3 de refaire ce que nous avons le plus aimé sur cette l'île : aller à la Playa Tortuga et partir à la "chasse aux otaries".

Le soleil joue à cache-cache avec les nuages, mais tant mieux pour la longue marche d'approche pour rejoindre cette anse cachée...

L'orage menace, et le dernier bateau pour rentrer au port va partir... On négocie le prix (bah quoi, il n'est pas plein et veut rentabiliser son dernier trajet de la journée!) et on profite de la vue (sans le mal de mer!).

Le port est toujours rempli de vie, humaine ou animale...Et les copines sont là, trop cool!

Dernière soirée, dernier dîner dans la Calle de los Kioskos, Miam!
J29

Notre séjour aux Galápagos touche à sa fin, mais nous profitons jusqu'au dernier moment des paysages magnifiques pendant la traversée de l'île pour rejoindre l'aéroport...

En dédommagement de la dernière journée sans Mimi-Cracra à Guayaquil, on a négocié une voiture pour les 24 dernières heures de notre voyage en Équateur : ce moment est (malheureusement) arrivé, et nous récupérons un petit 4x4 à l'aéroport pour faire la route qui nous sépare des Termas de Papallacta. Arrivés à 21h30 à l'hôtel des thermes, on fait l'impasse sur la douche pour nous plonger dans une délicieuse eau à 39°...

J30

Dernier jour de notre voyage en Équateur passé à buller dans une eau allant de 37° à 40°, nous sommes ravis du voyage et heureux de ne penser à rien d'autre qu'à profiter de ces derniers moments en famille dans ce merveilleux pays... Ces thermes sont sans aucun doute les plus immenses, les plus luxueux et les mieux aménagés que l'on ait jamais visités!

Adios Ecuador, enfin plutôt... "Hasta Luego"...

Parce que s'il y a bien un pays qui nous a touché en plein cœur, c'est l'Équateur!!!