L’intérêt des graines germées en bateau

En bateau, la gestion de l’approvisionnement en produits frais est un défi.

Il faut faire avec ce que l’on trouve à l’escale chez les commerçants du coin.

Le plus souvent, il s’agit d’un tout petit supermarché voire d’une épicerie où l’on peut à peine se croiser et où il y a peu de produits à disposition sur les étagères.

Il faut oublier ce que l’on avait noté sur la liste de courses et ne ramener que ce qui nous semble suffisamment frais pour se conserver au mieux dans le bateau.

Parfois c’est la fête avec la proximité d’un vrai marché local avec des produits tout frais mais il est rare d’arriver le jour J, d’y avoir accès à pied…

Les espaces de conservation sont loin d’être spacieux : réfrigérateur avec ouverture haute, filet suspendu pour les fruits et coffre pour les légumes racines qui doivent rester dans l’obscurité (pommes de terre, carottes…).

L’humidité ambiante ou bien le trop plein de chaleur jouent aussi dans la conservation de toutes les denrées fraîches. Ainsi, lors de longues navigations, au bout de quelques jours les produits frais viendront vite à manquer.

A Madère, il y avait profusion de légumes et de fruits alors qu’aux Canaries le choix de ces produits était assez restreint en tout début de printemps. Depuis le mois d’avril l’éventail des produits s’est considérablement étoffé et c’est tant mieux.

Il faut donc faire un compromis entre ce qui fait la vie de nomade et notre envie de fraîcheur dans nos assiettes.

Les graines germées sont un moyen de répondre à ce besoin, de faire le plein de vitamines et de minéraux.

Elles sont aussi une source de protéines végétales non négligeable lorsque l’on consomme très peu de protéines animales par choix ou parce qu’on n’y a pas accès.

Roland, un ami de longue date en consomme avec Jacky, sa compagne, depuis de longues années ; ce fut d’ailleurs pendant très longtemps un sujet de discussion entre nous.

Pendant la préparation de notre projet de voyage cette problématique d’avoir dans nos assiettes des produits frais est venue me rappeler les expériences et les productions de graines germées de Roland. Nous avons organisé des retrouvailles pour nous dire au revoir et pour discuter sérieusement de verdure en voyage.

En amont, je m’étais documentée sur internet et j’avais déjà fait l’acquisition d’un bocal me paraissant convenir à la production de graines dans un habitat flottant.

https://www.greenweez.com/produit/germoir-en-verre-pour-graines-a-germer/1GERM0029/18985#description

J’avais acheté trois sachets de graines et j’avais entrepris nos premières germinations parisiennes.

En quatre jours, nous avions un mini jardin dans notre cuisine et de merveilleuses petites pousses rose et vertes de radis très décoratives et très croquantes dans nos assiettes ! On retrouvait bien le goût poivré des bottes de radis achetées au marché. Ensuite, au tour des graines d’Alfalfa (Luzerne) pour une expérience olfactive très « campagne ». Puis le Fenugrec qu’il faut apprivoiser pour ma part en raison de sa saveur légèrement suave, astringente et amère.

Nous sommes arrivés le jour de notre rencontre avec quelques petites expériences plutôt prometteuses et une envie d’en savoir plus.

Le jour J, Roland a écouté le bilan de nos expériences, l’ensemble de nos besoins et de nos contraintes liées au bateau avant de reprendre ses explications sur la production, les avantages et les contraintes de celle-ci.

Nous sommes repartis avec un dossier complet et une récolte soigneusement rincée et séchée que nous avons dégustée dès notre retour à la maison.

Nous avons sélectionné les graines qui nous semblaient réunir le plus d’avantages tant du point de vue de la nutrition que de celui de la commodité de production et de durée de germination.

Notre sélection : - Fenugrec, - Alfalfa ou Luzerne - Radis rose et noir ainsi que Brocoli ; toutes des légumineuses.

On les trouve facilement dans les boutiques distribuant des produits bios, du type La Vie Claire, Naturalia, Biocop...

• • •

Quels sont les dangers santé des graines germées ?

La production de graines germées représente un risque bactériologique, à cause des conditions de production (chaleur et humidité) propices au développement des bactéries comme Escherichia coli, Salmonella ou Listeria.

En 2011, l’Association française des producteurs de graines germées (AFPGG) élaborait une charte qualité et sécurité afin de renforcer la sécurité sanitaire de la production de graines germées.

Il faut être extrêmement vigilant et respecter quelques règles, parmi lesquelles :

  • Se laver consciencieusement les mains avant de manipuler les graines ;
  • Laver et ébouillanter les récipients et bocaux servant à la production ;
  • Changer l’eau et rincer les graines à l’eau fraîche matin et soir ;
  • Rincer soigneusement les graines avant de les consommer.
• • •

Mode d’emploi

1 - Mettre une petite cuillère à soupe de graines dans un bocal et le remplir d’eau. Laisser tremper toute la nuit ;

2 - Le lendemain matin vider l’eau du bocal en le renversant sans l’ouvrir, puis placer le germoir de manière à ce qu’il repose sur son support afin de laisser l’eau s’écouler ;

3 - Le soir, remplir le germoir d’eau afin de rincer les graines en faisant de petits mouvements d’oscillations, renverser le germoir pour le vider puis le placer sur son support ;

4 - Renouveler le rinçage matin et soir jusqu’à ce que les petites pousses vertes soient suffisamment développées ;

5 - Enfin ouvrir le bocal et renverser la production dans un grand saladier rempli d’eau. Rincer les graines germées comme on le ferait avec des feuilles de salade sauf qu’il faut se munir d’un tamis afin de ne pas endommager les petites pousses et séparer les coques de celles-ci  ;

6 - Poser les graines germées sur un torchon propre afin qu’elles sèchent avant de les placer dans une boite hermétique dans le réfrigérateur ;

7 - Rincer avant chaque dégustation.

Jour 0
Jour 0
Jour 3
Jour 3
Jour 4
Jour 4
Récolte
Rinçage des graines germées

A bord de Tusitala nous avons testé les bocaux au port avec les germoirs posés contre l’équipet de la cuisine à l’abri de la lumière directe.

En navigation, nous les avons positionnés sur le dessus de la table du carré en les arrimant avec des élastiques et en les protégeant de la lumière trop directe du grand panneau.

En navigation

Lorsque le bateau a quitté le port, il est difficile de penser à rincer les graines le matin et le soir car curieusement nos journées passent vite entre les quarts et les repos.

Elles réclament de bons rinçages (environ 1 litre par bocal et par jour), avec les températures élevées à bord lorsque le soleil est présent.

En mer, la gestion de l’eau étant importante nous avons intégré dans nos calculs les besoins de notre petit jardin flottant.

Il est souhaitable de consommer les graines rapidement et de les garder sur le dessus du frigo car il y a un risque de les laisser se perdre au fond du réfrigérateur.

Il est préférable de les consommer crues, si l’on veut préserver toutes les vitamines (surtout la vitamines C ) :

  • Dans une salade composée ;
  • Façon persil, sur un steak ou un poisson poché ;
  • Comme les fines herbes, dans une omelette ou du fromage frais ;
  • En garniture de sandwich ;
  • Pour enrichir un taboulé…

Elles peuvent se glisser dans tous les plats ou sandwichs et se suffire à elles-mêmes comme une salade !

Avec les plats chauds aussi

Nous n’avons pas encore expérimenté le rinçage en mer car nous évitions justement ce moment.

Liens

Voici les liens pour plus d’infos :

https://www.santemagazine.fr/alimentation/nutriments/mineraux/mangez-des-graines-germees-178100

https://www.autourdupotager.com/les-graines-germees/

https://www.greenweez.com/magazine/les-graines-germees-26324/

https://www.greenweez.com/produit/germoir-en-verre-pour-graines-a-germer/1GERM0029/18985#description


L'expérimentation, lors de la traversée de presque 6 jours de Tenerife (Canaries) à Santa Maria (Açores), nous a permis de vérifier que la production était réalisable et que la seule difficulté résidait à se déplacer du carré vers le coin cuisine et retour sans lâcher le bocal alors que le bateau gîtait au près serré... Une autre contrainte est de mettre une alarme afin de ne pas oublier les 2 rinçages quotidiens !

Bonne lecture et/ou culture.



Bonjour à vous deux.

Super compte rendu documenté et très complet.

Je me demande si l'élève n'a pas déjà dépassé le maître ?

Une petite remarque : il me semble qu'il y a un peu trop de graines dans les germoirs.

Les conséquences :

Les graines trop à l'étroit ont du mal à trouver de l'espace.

Augmentation de la température et de l'humidité => risque bactériologique.

Rinçage difficile et très souvent imparfait => risque bactériologique.

Bonne continuation.

Roland.

Bonjour Roland,

Oui, ta remarque est judicieuse et nous avons depuis quelque temp rectifié la dose : soit les 3/4 d'une petite cuillère à soupe.

Nous récoltons plus tôt car la croissance est très rapide en mer et nous faisons des rinçages à grande eau en respectant les consignes ! Aucune prise de risque...

Nous allons reprendre des photos lors des prochaines récoltes 😉

Nous vous embrassons.

A très bientôt.

Liliane

Poster un commentaire

Si vous êtes déjà inscrit sur MyAtlas, connectez-vous ! Pas encore inscrit ? Découvrez MyAtlas, le site qui permet de raconter et organiser ses voyages.