Cambodge

5e étape du roadtrip. Le pays du sourire
Février 2018
30 jours
Dernière étape postée il y a 1679 jours
1
1
Publié le 3 avril 2018

Passage de la frontière terrestre à Poipet entre la Thaïlande et le Cambodge. C'est réputé pour être rempli d'arnaque et de backchich à donner. J'arrive bien préparé : mes 30$, une photo d'identité et la connaissance de tous les pièges possibles. Ça se passe super bien, bon le douanier essaye d'avoir son traditionnel backchich et il n'en a pas vu la couleur. Ça l'a bien fait râlé.

Direction Siem Reap, une ville proche. En arrivant sur place, je me rend compte que c'est là où se trouve les temples d'Angkor (le gars super bien renseigné sur le Cambodge...).

La première impression du Cambodge est excellente, les gens sont extrêmement souriants et doux c'est vraiment apaisant.


VISITE DES TEMPLES D'ANGKOR

Ça va craquer le budget mais c'est nécessaire, je ne peux pas louper un des meilleurs spots du Cambodge. Oliver, un libanais qui parle français se joint à la visite. Je loue un vélo en ville, un bon petit déj de sportif et c'est parti pour découvrir ces merveilles.

Je décide de faire le grand tour d'Angkor avec mon vélo en allant de temple en temple. Et dès le premier, je me sens transporter vers les temps anciens du pays. Toute l'architecture est hyper phasante. Les pierres noircies se font recouvrir par de la végétation comme les figuiers étrangleurs qui sont les nouveaux détenteurs des lieux. C'est tellement paisible. Chaque temple est unique : plus ou moins grand, des formes improbables, labyrinthe ou grande pyramide, complètement détruit ou rénové, hindouiste ou boudhiste. Il y a énormément de baray (sorte de réservoir d'eau) qui sont alimentés par un système de canalisation. Le spot est gigantesque et incroyablement magnifique, je comprends pourquoi le roi qui a entreprit la construction d'Angkor a ruiné sa dynastie.

J'ai de la chance les temples que je visite sont presques vides ce qui rajoute un charme, j'ai vraiment la sensation d'être dans un autre monde.

Une journée bien remplie, 60km de vélo sous un bon 45°C au soleil et la visite de 11 temples. Un endroit magique.

Je reste encore quelques jours à Siem Reap profiter de l'ambiance (surtout un des trois mousquetaires est malade). Quelques faits marquants : la visite d'un marché artisanal tenu par des femmes Khmer, ou la pizza au 4 fromages qui m'a été offerte par Marine et David après bientôt 5 mois d'abstinence (huuuuum ça me manquait). Bref le prochain point est Kratié, une ancienne ville coloniale. Je ne sais pas trop à quoi m'attendre. Je souhaite principalement y louer un scoot et partir pour le nord-est du Cambodge.

2
2
Kratié

Kratié

Publié le 3 avril 2018

Après 10h de bus (oui ils roulent vraiment tranquillement ici, ça change de l'Indonésie), j'arrive à Kratié et découvre pour la première fois le Mékong. À partir de maintenant je vais le rencontrer souvent, jusqu'au Tibet (là où il prend source).

Je compte passer une journée sur place puis louer un scoot pour partir 5 jours en balade.

Sur place il est possible de voir les dauphins d'eau douce et tortues à carapace molle. Ça m'intéresse pas, déjà ça coûte un blinde et j'ai pas envie de les déranger dans leur milieu naturel en bateau à moteur comme un bon touriste (ah aussi il faut dire qu'ils sont super moches à voir !!). Non ça sera plutôt la journée à faire le tour en vélo d'une île sur le Mékong avec un groupe de française que j'ai rencontré dans le bus. Je monte sur un petit bateau pour y arriver et chope un vélo (vraiment minable apparement il est aussi vieux que les temples d'Angkor). Cette île est un coup de cœur, elle a un charme incroyable et les cambodgiens qui l'a peuple sont hyper hospitalier. Des sourires jusqu'aux oreilles. Dans le sud de celle-ci je découvre un village flottant sur le Mékong, le seul moyen d'y accéder est par bateau.

Demain je pars pour Stung Treng, une ville proche de la frontière Cambodge-Laos à 150km de Kratié.

3
3
Publié le 3 avril 2018

Je chercher un scooter pour me tracter jusqu'à Ratanakiri. J'entame des lourdes négociations avec plusieurs personnes qui n'aboutissent pas. Je me trouve enfin un destrier qui ressemble plus à une épave qu'à un deux roues. Ils me disent de ne pas quitter la région, je ne comprends pas trop pourquoi, de toute façon je verrai bien.

C'est la saison sèche. Je commence à traverser le Cambodge à moto quand le soleil est au plus haut. Tornades, poussière, chaleur étouffante. La route est plate pas une pente. Mais ici tout le monde sourit. La terre est rouge et la végétation est jaunie par le soleil. Je me crois dans la savane, prêt à voir débouler un léopard du Cambodge au final ça sera seulement des vaches !

Petit arrêt d'une nuit à Stung Treng, une ville au bord du Mékong. Dégustation d'un petit breuvage pétillant dans un bar flottant sur le fleuve des neufs dragons.

Après une bonne nuit de repos, je reprends la route pour Ratanakiri. J'ai le temps de cuire sous une température avoisinant les 50°C au soleil avec pour seule envie de me jetter dans une eau bien fraîche. L'avantage c'est que la terre qui se colle sur ma peau fait office de crème solaire. Environ 150km et 2000 sourires plus tard, j'arrive à mon objectif. Je me trouve une ghesthouse à l'écart du village, entourée d'arbres avec une vue sur les quelques montagnes alentours.

Je reprends la route pour aller à une cascade en passant par des petits chemins en terre. Sur place je croise deux majestueux éléphants, ils sont impressionnants par leurs tailles et ne font aucun bruit quand ils se déplacent. La chute d'eau est magnifique. Je décide enfin à me jetter dans l'eau bien fraiche, ça fait un bien fou !

Le lendemain direction un lac qui est un ancien cratère de volcan. Pour les locaux il est sacré, j'y croise d'ailleurs des moines bouddhistes mais aussi des cambodgiens venus passer l'après-midi pour se baigner. En début de soirée je vais observer le couché du soleil sur une colline d'où je peux voir l'horizon plat du Cambodge. Une boule rouge surplombant le paysage aride.

Le temps est passé rapidement, comme à son habitude. Et il est déjà l'heure de retourner à Kratié rendre le scooter. Je me motive à faire la route d'une traite, environ 300km. Je me rends vite compte que mon 2 roues est en piteuse état. En le poussant à bout la courroie explose littéralement... Il ne me reste plus qu'à le pousser jusqu'à un garage. Par chance au milieu de nulle part, je trouve mon sauveur qui me répare ça avec efficacité. Mon périple se termine en arrivant à Kratié, roulant le long du Mékong avec un splendide couché de soleil.

4
4
Publié le 29 avril 2018

Je prends le bus aux aurores direction Sihanoukville, complètement à l'opposé de là où je suis, au Sud-Ouest. C'est parti pour une journée complète de trajet.

Là-bas je compte trouver deux motos pour notre équipe de trois mousquetaires. Le but est de traverser la fin du Cambodge, le Vietnam et le Laos.

Une fois sur place je découvre une ville qui ne me plaît absolument pas. Des casinos partout, une ambiance naze, ça pue le frique et le tourisme de masse.

Après une nuit sur place, je change d'ambiance en partant pour Otres, un village de Cocagne. Un endroit coup de cœur, parfait pour stagner le temps de trouver les bikes. Une semaine rythmée par baignade, rencontres improbables, fête dans la jungle, dessin artistique et spectacles de feu.

On trouve finalement nos deux magnifiques motos qui vont nous servir de compagnons de route pour un long moment. Une des deux vient d'un petit garage à Sihanoukville. L'autre vient de Phnom Penh, à 400km aller-retour, un long trajet. On est parti à 9h avec une moto pour revenir à 1h du matin avec les deux. Sans compter un pneu qui crève. On trouve un garagiste qui nous fait une réparation de la chambre à air avec un système D, il fait fondre le caoutchouc pour boucher le trou, un magicien.

5
5
Publié le 29 avril 2018

Avec l'équipe on va tester nos motos, premier réglage pour accrocher les trois backpacks sur les deux motos et c'est parti pour nos premiers kilomètres.

Pour arriver jusqu'à Chi Path, il faut parcourir un chemin en terre au milieu de nulle part. Et ensuite traverser une rivière avec les motos sur une plateforme construit avec des palettes, des flotteurs et un petit moteur.

Arrivés dans un petit village plein de charme en bordure de la jungle. C'est d'ailleurs l'intérêt du coin. On fait une balade d'une journée à travers cette fameuse forêt à la recherche de deux cascades.

Le lendemain, direction la région de Kampot dans le sud. Une moto lâche au bout de 5km sur une route en terre au milieu de nulle part. Obligé de pousser jusqu'à qu'une âme charitable avec quelques outils répare le problème, la bougie qui c'est encrassée.

6
6
Publié le 29 avril 2018

Kampot, la région la plus au sud du Cambodge. Elle est connue pour ses fermes de poivre. Je commence par la ville de Kampot (qui porte le nom de la région) pour ensuite aller à Kep. Elle est plutôt tranquille, au bord d'une rivière. J'ai tenté de faire une cascade et une cave mais c'était pas une réussite. Le plus intéressant de cette journée est de traverser en moto des petits villages. En compagnie du soleil qui se couche et des sourires sur tous les visages.

Le visa me presse, je pars directement à Kep. La ville ressemble à un station balnéaire mais desertée par les touristes. Du coup c'est plutôt tranquille, il y a quelques endroits à visiter et la plage pas loin. Parfait pour finir mon temps de visa.

Je commence l'exploration des lieux par une ferme de poivre. Je suis accueilli par des backpackers français qui y travaillent. Ils s'occupent faire visiter la ferme et en contrepartie ils sont nourris et logés. Les plantes sont grimpantes (une sorte de liagne) qui au sommet font une touffe pour se protéger du soleil. Elles formes des grappes sur lesquelles poussent les baies. J'apprends que la couleur du poivre n'est que les différentes étapes de maturation de la graine. Et qu'elles sont toutes ramassées et triées à la main pour finir séchées dans un serre à 50°C. La ferme est éco-responsable, l'électricité est fournie par des panneaux solaires, des éoliennes et même un vélo en cas de panne. J'ai l'occasion de goûter du thé au poivre, avec surprise c'est pas fort et même très bon !

Maintenant je suis à la White Elephant Cave, un enfant me fait la visite du coin. Pour arriver à l'entrée de la grotte, je passe par un temple où un moine bouddhiste me fait une bénédiction. La grotte n'est pas très grande mais c'est toujours impressionnant de voir ces formations rocheuses.

Nouvelle journée, nouvel objectif le parc national de Kep. Je trouve un accès non-payant et qui traverse la jungle par des petits sentiers battus. Je croise un temple désert, des points de vues magnifiques, une cascade asséchée au milieu d'une végétation luxuriante.

Pour finir la visite de la région, une petite balade dans les mangroves.

Le Cambodge c'est bientôt fini, un pays que j'adore particulièrement pour ces sourires, son soleil et sa nourriture. Sans oublier les temples d'Angkor qui sont incroyables à voir. Maintenant il faut passer la frontière vers le Vietnam en moto.