Randonnée et alpinisme dans les Écrins

Nous passons en famille quatre jours dans le massif des Écrins, à randonner et pour une première initiation à l'alpinisme !
Juin 2015
4 jours
4
1

Chaque été, nous avons un rituel, celui de nous retrouver en famille 4 jours en montagne, quelque part en France. Cette année, nous avons choisi le parc national des Écrins.

Nouveauté, nous avons décidé de faire une initiation à l'alpinisme. L'objectif sera de monter encordés sur le glacier de la Selle pour profiter de la vue à 3400 mètres d'altitude !

2

Nous partons depuis la vallée du Vénéon en direction du refuge de la Selle. Cette étape de moyenne montagne nous permettra de partir depuis le refuge à l'assaut du glacier le lendemain matin.

Nous passons par le très fleuri Vallon de la Selle.

Nous arrivons finalement au refuge de la Selle à 2719 mètres d'altitude, où nous ne trainons pas, car nous avons prévu de nous lever à 4h le lendemain !

3

L'objectif de la journée est la Tête Sud du Replat, à 3428 mètres d'altitude. Pour une initiation à l'alpinisme, c'est un bon objectif car le panorama y est sublime au sommet, et il n'y a pas de difficulté majeure.

Nous partons avec notre guide à la frontale, alors que le soleil n'est pas encore levé. Nous commençons par une marche d'approche depuis notre refuge vers le Glacier de la Selle...

Arrivés au glacier, nous nous équipons avec les crampons sur les chaussures, qui permettront de marcher sur le glacier, et l'encordement, qui sauvera peut-être la vie de l'un d'entre nous 😀

Notre guide nous donne les instructions de sécurité, comme garder une distance suffisante et constante entre nous, et nous partons à l'aussaut du glacier !

Le soleil se lève et les jeux d'ombres avec les plus hauts sommets sont magnifiques...

Après une heure de marche sur le glacier, nous atteignons le col de la Selle...

Là on pose les sacs à dos, puis on reprend la course en direction du sommet. C'est la partie la plus technique du parcours. Nous passons sur d'étroites crêtes, et l'utilisation des mains est indispensable pour garder l'équilibre !

Arrivés en haut, c'est l'extase avec la vue exceptionnelle sur les Alpes !

On profite quelques minutes de ce moment, avant de commencer la descente, qui nous fera passer de 3400 à 1700 mètres d'altitude.

À mesure que nous descendons, nous quittons la glace et retrouvons les chemins de randonnée. Finalement, nous rejoignons La Bérarde où nous passerons la nuit au Champ du Pin !

4

Après notre journée sur le glacier, nous enchainons le troisième jour par une sortie à la journée en direction du lac de la Muande. Le parcours depuis la vallée est plutôt facile avec une montée lente et progressive et un dénivelé positif de 900 mètres.

Le sentier passe par le refuge de la Lavey. Probablement le seul refuge dans lequel on trouve un toboggan flanqué sur un rocher !

Nous arrivons au lac de la Muande pour déjeuner. Un glacier se jette dans le lac, qui est donc parcouru par de nombreux blocs de glace. On retrouve aussi la couleur caractéristiques des lacs glaciaires - qui n'est pas forcément celle qui fait le plus rêver !

Il y a même un troupeau de chamois en balade autour du lac !

Ce qui est pratique avec des blocs de glace, c'est qu'on peut passer de l'un à l'autre pour se promener au milieu de l'eau. L'exercice est toujours délicat, les blocs bougent en permanence, et ce n'est pas parce que vous êtes passé par un chemin que vous pourrez toujours le prendre au retour !

Tout est instable, et de nombreuses pierres tombent dans le lac !

Après que l'un d'entre nous soit tombé dans le lac, on décide de redescendre dans la vallée, par le même chemin que la montée.

On retrouve progressivement la vallée avec ses forêts, sous la lumière du soleil qui décline.

5

Pour notre dernier jour dans les Écrins, nous avons choisi de faire une randonnée jusqu'au lac de la Muzelle. Au delà du lac, cet endroit est surtout connu pour ses curiosités géologiques et notamment ses cheminées de fées.

Au lac de la Muzelle !

Après une bonne assiette au refuge, nous grimpons quelques minutes jusqu'aux cheminées de fées. Elles n'ont certes pas la même prestance que les cheminées de fée de Cappadoce, mais elles valent tout de même le détour !

À quelques pas des cheminées de fées, le sentier traverse également la Roche Percée.

Les cheminées de fée et la Roche Percée

En poursuivant sur le sentier, on arrive sur un magnifique point de vue qui donne sur le lac et le glacier de la Muzelle. Attention toutefois, le sentier est très mal balisé et très escarpé.

Ainsi s'achèvent ces quatre jours dans les Écrins. Le mois de juin est décidément notre mois préféré pour randonner. Outre la neige encore présente sur les sommets, c'est également le mois où les fleurs sont les belles et où la fréquentation est très raisonnable.

• • •

Lors du premier jour, nous avons croisé cette fleur orange, très intrigante car elle dénote avec la flore qui l'entoure.

Un randonneur nous a donné l'espèce, le lis orangé. Cueillette strictement interdite, mais un vrai régal pour les yeux !