1000 kilomètres à travers la botte italienne pour découvrir des endroits magnifiques, des paysages époustouflants. Perdez-vous dans les ruelles des petits villages, goûtez les glaces. La vita è bella
Du 13 au 20 juin 2018
8 jours
Partager ce carnet de voyage

Me voici à 9h30 du matin à l'aéroport de Bari à la recherche de ma petite Titine 😀, une petite Renault Twingo neuve qui m'accompagnera pendant 1 semaine dans mes péripéties. Après quelques tours dans les rues encombrées de Bari, j'opte pour un parking de magasin payant. Et à moi la découverte de cette petite ville. Bari est connue pour être la ville où se trouvent les reliques de Saint Nicolas(cela tombe bien, moi qui ai vendu pendant des années l'excursion Myra en Turquie comme lieu de naissance de Saint Nicolas, je complète la boucle). Ce privilège a fait de Bari et de la basilique de la ville l'un des centres importants de l'Église orthodoxe en Occident.

Bari a aussi une forte tradition marchande et est depuis toujours un centre névralgique du commerce et des échanges politico-culturels avec l'Europe et le Moyen-Orient. Son port est actuellement le plus grand port de passagers de la mer Adriatique.

La vieille ville, ou Barivecchia, est le quartier le plus ancien de la ville. Il se caractérise par des rues étroites et sinueuses, conçues pour réduire autant que possible l’entrée des soldats ennemis à l’intérieur des murs. On y trouve plusieurs églises et palais construits du Moyen Âge au 18ème siècle.

Basilique San Nicola
Basilique San Nicola

Fin de journée à Pugliano a Mare (la "Boniface" locale). La ville, perchée en haut de falaises calcaires, est célèbre pour la transparence bleutée de la mer qui la borde (et son monde!!).

Nuitée à Mola di Bari, participation par pur hasard à la procession de la Vierge et son feu d'artifice (il y a pire comme accueil 😀)

Départ matinal afin de visiter les Grottes de Castellana. Les grottes de Castellana s'étendent sur une longueur de 3 348 m et atteignent une profondeur maximale de 122 mètres à partir de la surface du sol. La température à l’intérieur est d'environ 18°C. Personnellement, j'avais pris la visite en italien (aussi non il fallait encore attendre quelques heures pour guide anglais ou français) avec l'itinéraire le plus long (càd 3km / 2h). Le parcours est sympa mais les photos sont interdites. Le must est la Grotte blanche: toute la blancheur de l'albâtre se déploie autour du visiteur étonné et des stalactites blanches et diaphanes, reflétant la lumière, couvrent chaque coin de la caverne. Meraviglioso !

Après 2 heures de visite, direction Alberobello, qui est l'attraction principale des Pouilles. Alberobello possède la particularité d'avoir des maisons faites de pierres sèches (sans mortier) et au toit en forme de cône couvert de lauses calcaires plates. Elles ont pour nom "trulli". On en compte environ 1 500 dans les quartiers Monti et Aia Piccola, tous deux classés au patrimoine mondial de l'UNESCO. Elles font la renommée de ce centre urbain unique au monde. Le quartier Monti (« des Monts ») est le plus touristique de la ville. Les nombreux trulli bordant ses ruelles pentues sont pour la plupart convertis en boutiques de souvenirs et de produits artisanaux. Quant au quartier Aia Piccola (« la petite aire »), il sert encore de quartier d'habitation et échappe à l'activité commerciale liée au tourisme de masse.

La pluie a refait place au soleil... j'ai continué mon petit bonhomme de chemin en direction des villages de Locorotondo, Martina Franca et Cisternino.

Locorotondo: village connu pour ses vins et son centre historique circulaire, lequel lui a valu son nom (signifiant littéralement « lieu rond »). Il fait partie des plus beaux villages d'Italie

Villa Franca

Ostuni: surnommée « la ville blanche » en raison de la couleur des façades de ses maisons.

La pluie était de nouveau de la partie... 😦

Hôtel Il Trullo e la Pietra[le bonheur peut exister 😀] - calme, dépaysement à 10min d'Ostuni.

J'ai refait un saut vers le nord car j'avais oublié Monopoli, petite ville au bord de la mer.

Ensuite, descendons vers Brindisi. Sa situation au plus près de la Grèce en a fait une porte vers l'Orient, dès l'époque romaine. Départ des paquebots vers la Grèce, Turquie,... Les guides ne poussent pas trop l'arrêt à Brindisi mais personnellement je trouve que cela valait la peine d'y passer quelques heures pour se promener dans son centre.

Colonne romaine
Cathédrale de Brindisi

Petit arrêt à San Cataldo sur la côte. Endroit très calme, loin des touristes.

Point final de la journée: Lecce. Ville importante du sud-est des Pouilles, située au centre du Salento , Lecce a été, pendant des siècles, un centre culturel, religieux et commercial prospère et l'une des villes les plus peuplées du Royaume de Naples. Réputée pour son patrimoine artistique particulièrement bien conservé, la ville est considérée comme l'une des capitales de l'architecture baroque, du fait de l'originalité et la richesse du style architectural qui y a été développé à partir de la fin du 16ème siècle, et qui fut rendu possible par la malléabilité exceptionnelle de la pierre calcaire locale, appelée "pierre de Lecce". À cet égard, on parle même d'un barocco leccese, un "baroque de Lecce", qui possède des caractéristiques et un vocabulaire architectural qui lui sont propres. Lecce a, pour ces raisons, reçu des surnoms flatteurs tels que la "Florence baroque", la "Florence du Sud" ou encore l'"Athènes des Pouilles", et est considérée comme l'un des fleurons de l'Italie méridionale.

Y aller au coucher du soleil pour la couleur des façades qui lui donne un charme fou 😀

Amphithéâtre romain
Théâtre romain
Piazza del duomo
Piazza del Duomo

Aujourd'hui, ce sera l'une des plus longues étapes de mon séjour. J'avais dans la tête de longer toute la côte à partir de Lecce, d'aller jusqu'à la pointe extrême sud (Santa Maria di Leuca) et de terminer près de Gallipoli. Magnifique parcours... magnifiques vues, panoramas... mais je n'ose l'imaginer en plein été avec tous les touristes 😦

La Grotte de la Poésie ["Grotta della Poesia"]. Cette cavité naturelle à ciel ouvert a été creusée par la mer pendant des siècles. Son axe central d'environ 30 mètres, sa forme elliptique et la couleur 'crystalline' de l'eau assure le spectacle!

Torre dell'Orso

Baia dei Turchi ("baie des Turcs") surnommée ainsi suite à l’invasion des Turcs de la ville d’Otrante en 1480. Personnellement, je ne l'ai pas trouvée super...

Otranto: petite ville qui a donné son nom au canal qui sépare l'Italie de l'Albanie. Pointe extrême occidentale de l'Italie. Son charme a hélas disparu suite à la cohorte de touristes qui viennent se promener dans son centre. Cela m'a fait penser à Carcasonne...

En route vers Gallipoli en passant par Santa Maria di Leuca (point extrême sur du talon de la botte italienne).

Punta Palasca
Santa Cesarae Terme
Santa Cesarae Terme
Santa Maria di Leuca
Le port de Santa Maria di Leuca

Gallipoli: sa vieille ville est située sur une île calcaire, reliée à la terre ferme par un pont et renferme un riche patrimoine, notamment des 17 et 18èmes siècles, hérité de l'activité portuaire de la cité. La vielle ville est superbe, il faut se perdre dans les ruelles et faire le tour des remparts. Cela m'a rappelé le Malecón de La Havane. Les couleurs des façades donnent un cachet à la ville.

Le parking à l'italienne

Le meilleur moment pour les photographies est en fin de journée, quand le soleil commence à tomber... et ensuite la nuit avec les lumières sur les façades...

De Gallipoli, je repars à l'intérieur des terres pour découvrir 3 petits villages typiques: Galatina, Galatone et Nardo.

Galatina


Galatone 
 Nardo

Retour au bord de la mer: Porto Cesareo.

Remontons à présent la côte orientale et arrêtons-nous à Tarente. Colonie spartiate dans l'Antiquité et l’une des cités les plus riches de la Grande-Grèce, Tarente abrite aujourd'hui un grand port, un arsenal militaire et un imposant complexe industriel. La vieille ville, la città Vecchia, ou encore Borgo Antico, héritière de la colonie spartiate, a été établie sur une île rectangulaire qui commande le chenal d'accès à la rade, appelée Mare Piccolo. Un pont tournant métallique à deux volées, appelé Ponte Girevole, inauguré en 1887, livre passage à la navigation entre le golfe de Tarente et la rade.

Pas la plus belle ville à mon goût 😦 en plus le dimanche, des personnes essaient de vous avoir en demandant de l'argent pour contrôler votre voiture alors que le parking est justement gratuit le dimanche. Embêtant et stressant... (car je n'ai pas voulu donner!).


La journée se termine à Tarente... dans un petit hôtel réservé en dernière minute et franchement c'était le paradis... 😀 son nom: Santa Barbara B&B [4 chambres troglodytes, super modernes et une superbe terrasse pour le petit déjeuner]

Considérée comme l'une des plus vieilles cités habitées au monde, Matera est célèbre pour ses habitats troglodytiques (les Sassi di Matera, littéralement pierres de Matera), classés sur la liste du Patrimoine mondial de l'humanité établie par l'Unesco. La ville a été désignée pour être la capitale européenne de la culture pour l'Italie en 2019 (ce qui donne beaucoup de travaux à gauche et à droite). De nombreuses grottes naturelles ont ainsi été creusées et ont servi de refuge aux hommes depuis le paléolithique ; ce serait l'un des plus anciens sites préhistoriques. Grecs et Romains ont à leur tour occupé les lieux, à la croisée des routes commerciales (Matera était l'une des étapes de la Via Appia). C'est seulement en 1953 que le dernier habitant est parti, à la suite d'une décision politique, en raison des conditions de salubrité précaires de ces quartiers. C'est la loi De Gasperi, qui, en 1952, imposa l'évacuation des sassi et le relogement de leur population. À cette époque, 15 000 personnes vivent là dans des conditions sanitaires inhumaines. Depuis, un énorme projet d'aménagement s'est mis en place, confié aux meilleurs urbanistes du pays, pour créer de nouveaux quartiers, tout en essayant de préserver la sociabilité particulière des sassi. Dans les parties récentes les façades des maisons sont construites et certains toits servent de rues aux étages supérieurs.

Départ matinal vers le Parc National de Materana (juste en face) qui permet d'avoir une meilleure idée de la ville troglodytique et des 2 différents sassi. Des peintures rupestres ont été retrouvées dans certaines petites églises troglodytiques. Ballade de 3h (très mal fléchée).

Intérieur d'une maison troglodytique
Intérieur d'une maison troglodytique
Intérieur d'une maison troglodytique
2 jours de pur bonheur... 



Toutes les bonnes choses ont une fin... je quitte donc Matera pour me rediriger vers le Nord. Arrêt en cours de route à Gravina in Puglia (dont je cherche toujours le fameux pont - j'y ai eu très chaud à cause de mon gps qui m'a envoyée dans la vieille ville et ses ruelles très très étroites).

Cela tient??
Il faut aimer ses voisins d'en face :)
Gravina in Puglia

Visite du Castel del Monte: château construit selon une forme octogonale. Son propriétaire Frédéric II était obnubilé par le chiffre 8. Magnifique endroit au milieu de nulle part.

Dernier arrêt de mon périple d'une semaine: Trani. Superbe petite ville qui a un charme fou... 😀 Evidemment, le top du top est de nouveau en fin de soirée, quand le soleil se couche et donne une superbe couleur à la ville.

Superbe logement à deux pas du château: La Mitria B&B

Voilà, ainsi se termine mon périple à travers les Pouilles. Ce fut un magnifique voyage! Les endroits touristiques se doivent d'être vus mais il faut aussi essayer de se perdre dans l'intérieur de la botte qui regorge de superbes petits villages. La vie doit y être certainement difficile question travail mais ils possèdent une richesse incroyable. Par contre, les habitants ne sont pas très doués en langues étrangères donc soit vous parlez italien soit vous partez avec un bon dictionnaire 😀 Encore une petite astuce, si vous le pouvez, essayez de partir hors saison car cette région est hyper touristique (italiens et étrangers).