Ce voyage de 10 jours à moitié organisé fut un excellent moyen de faire connaissance avec ce pays qui m'attirait depuis de nombreuses années. Enchantement total et une seule envie: y retourner!
Février 2019
10 jours
Partager ce carnet de voyage
1


Mon voyage commence après 12 heures de vol à l'aéroport international de OR Tambo, le plus grand d'Afrique du Sud. Quelques kilomètres me séparent à peine de mon 1er hôtel: Aero Guest Hotel. Arrivée vers 6h du matin. Personnellement, je ne me voyais pas rester 1 journée dans un hôtel en attendant le début de mon "circuit" à proprement dit. Curiosité oblige, j'avais acheté une excursion (sur le site de Viator) d'une journée consacrée à la visite de Johannesburg et de Soweto.

09h00: mon guide Solly m'attend pour commencer cette journée express. Accompagnés de 2 américains et d'une jeune fille de Hong Kong, nous partons à la découverte de cette ville qui, malgré tout ce qu'on raconte dans les guides ou sur internet, cache de très belles choses.

Johannesburg incarne la complexité de l'Afrique du Sud, dans ce qu'elle a de meilleur (l'intégration d'une partie de la communauté noire) et dans ce qu'elle a de pire (les townships). Visite idéale si l'on désire s'imprégner de l'atmosphère qui règne dans le pays.

Constitution Hill

Visite du Old Fort qui avait été construit en 1899 pour se protéger de l'invasion britannique et qui fut transformé en trois prisons en 1902 sous l'apartheid : celle des Noirs (prison Number 4, aux conditions de vie inhumaines), celle des Blancs, où Nelson Mandela fut le seul Noir incarcéré car il fallait le séparer des autres, et celles des femmes (Women's Gaol). Parmi les autres prisonniers célèbres de cette prison, on compte Gandhi et, chez les femmes, Winnie Mandela.

Les toilettes en plein air
Les toilettes en plein air
Cellule d'isolement
Cellule d'isolement

Juste à côté de la prison a été construit un bâtiment ultra-moderne abritant la Cour constitutionnelle, lieu de naissance de la démocratie sud-africaine et protectrice des Droits de l’Homme.

La cour constitutionnelle
La cour constitutionnelle
La flamme de la démocratie
La flamme de la démocratie
L'arbre aux 11 branches (rappel des 11 langues officielles du pays)
L'arbre aux 11 branches (rappel des 11 langues officielles du pays)

Rainbow Bridge (ou pont Nelson Mandela)

Ce pont, inauguré en 2003, relie la partie ancienne à la partie nouvelle de la ville tout en passant au-dessus des 40 rails de la voie ferrée. Le soir, il est illuminé de nombreuses ampoules multicolores qui lui donnent le surnom de Rainbow Bridge.

Top of Africa

Le gratte-ciel "Carlton Centre", plus haut bâtiment d'Afrique, offre une vue 360° sur tout Johannesburg.

Musée de l'Apartheid

Une visite du musée de l'apartheid, localisé à "Gold Reef City" (en face du parc d'attraction et du casino) à 5 minutes su Sud du centre-ville, s'avère presque inévitable. De manière détaillée, le musée revient sur la mise en place progressive de la ségrégation raciale avant 1948, retrace le durcissement des politiques de séparation et l'impact sur les diverses populations sous l'apartheid, ainsi que les différentes phases de contestation et degrés de soulèvement jusqu'à l'abolition de l'apartheid et l'organisation des premières élections libres. Jouant aussi bien sur le registre des photos et petites séquences de films, témoignages provenant de multiples personnalités-clés (Nelson Mandela, Desmond Tutu,... pour ne nommer que quelques-uns), que sur la présentation des principaux faits historiques, une visite dans ce musée changera forcément notre vision de l'Afrique du Sud. En séparant l'accès selon l'appartenance ethnique ("Blank" et "Nie-blank" en afrikaans), déjà la porte d'entrée fournit un petit avant-goût, ce que cela voulait dire d'être « blanc » ou « non-blanc » (noir, coloured ou asiatique) pendant cette période.

Attention: photos interdites à l'intérieur du musée... il faut environ 2h30 pour le visiter. Petite restauration prévue sur place.

 Les grands principes: démocratie, conciliation, diversité, responsabilité, respect et liberté

Soweto et maison de Nelson Mandela

Soweto ("South West Town") est la banlieue noire (appelée township), située à 15 km au sud-ouest de Johannesburg. En 1951, en application des nouvelles lois d'apartheid, Soweto fut conçu pour recevoir des résidents uniquement noirs. À cette fin, des quartiers entiers, peuplés de Noirs ou racialement mixtes, assez proches des villes, furent classifiés comme zones blanches (ou zones pour gens de couleurs, métis ou indiens). En conséquence, les habitants noirs furent chassés de ces quartiers requalifiés et envoyés à 15 km au sud-ouest de Johannesburg sur des terrains rachetés à des fermiers par le gouvernement. Ces terrains allaient former l'ossature de Soweto. À l'origine, banlieue noire constituée de petites maisons alignées, Soweto allait connaître un accroissement démographique fulgurant, marqué par la construction de bidonvilles et l'insuffisance des services publics, incapables de s'adapter à la demande en électricité et en eau potable. En 1976, les émeutes de Soweto firent entrer le township dans l'actualité internationale quand le gouvernement rendit obligatoire l'enseignement de la langue afrikaans. Durant les années 1980, le township est le symbole de la résistance noire à l'apartheid.

Stade FNB où se joue les grands matchs de foot
Maison "allumette"
Rue Vilakazi (rue touristique menant à la maison de D.Tutu et N. Mandela)
Chaque signe donne une direction (aux taxis)

La maison de Nelson Mandela: le premier domicile familial de Nelson Mandela à Soweto est une maison très modeste en brique, de deux pièces, à l’image des centaines de maisons du quartier, avec une cuisine et une chambre, un plancher en ciment, un toit en zinc, à l'origine sans électricité, éclairée à la lampe à pétrole... Elle est transformée en 2007 en site de patrimoine public pour commémorer "les droits humains, la démocratie, la réconciliation, le respect et la tolérance entre les peuples de l'Afrique du Sud".

Le Mémorial Hector Pieterson 

La bataille de la langue devient centrale dans les milieux étudiants. Le pouvoir ségrégationniste décide que les maths, l'histoire et la géographie seront enseignés en afrikaans, la langue des Boers, à l'origine en 1949 du régime d'apartheid. Quant à l’anglais, il sera utilisé pour les sciences et l'enseignement «technique». Les langues traditionnelles autochtones, elles, serviront pour l’enseignement religieux, la musique et le sport. Pour les jeunes Noirs, ces mesures sont discriminatoires. Depuis avril, certains d'entre eux ne se rendent plus en cours pour protester contre cette décision. Un mouvement qui s’étend à tout le ghetto noir de Soweto. Le 13 juin, un comité appelle à un rassemblement trois jours plus tard. La manifestation qui se voulait pacifiste devient un vrai bain de sang. 500 étudiants y perdront la vie.

Ce mémorial a été érigé en hommage aux jeunes morts lors de cette manifestation du 16 juin 1976. Parmi eux, Hector Pieterson, 12 ans, le premier à tomber. Le cliché du photographe Sam Nzima a fait le tour du monde à l'époque. Le 16 juin deviendra la journée de la jeunesse.

Aero Guest Lodge [81 Kempton Road Kempton Park - Johannesburg Gauteng 1619]

Petit hôtel situé à 5 min en voiture de l'aéroport, chambre simple mais correcte, ventilateur, WiFi, petite piscine, restaurant, parking, navette gratuite de/vers l'aéroport.

Chambre 20
2

08h00: départ en minibus (KPS Shuttle Service) et après 5h de route me voici à Hoedspruit.

Voici ce que je découvre lors d'un petit arrêt à Dullstrom (ville du poisson volant)  

Quelques kilomètres me séparent de mon prochain lieu de villégiature: Moholoholo.

Forest Camp [Farm Madrid Hoedspruit, 1380 Hoedspruit]

Superbe petit établissement établi dans la réserve Moholoholo, juste à quelques minutes du centre de réhabilitation des animaux sauvages. 10 chalets éparpillés dans la nature autour d'un petit bâtiment principal. Chambres magnifiques, spacieuses, lit avec moustiquaire, grande salle de bain avec douche et baignoire, vue imprenable sur la faune sauvage (singes, zèbres, biches, phacochères,...). WiFi dans la partie commune et au restaurant. Repas succulents. Un grand merci à Anita & Sizelle. Un vrai paradis sur terre pour les amoureux du silence et de la nature.

1ère chambre (n°7)

J'ai passé 7 jours magnifiques dans ce paradis. Ok au départ, je pensais ne pas pouvoir tenir car cela ressemble plutôt à une prison dorée au milieu des bois vu qu'il est interdit d'en sortir (faune sauvage pouvant être dangereuse). Internet quasi inexistant, pas de télévision ni de piscine. Mais quel bonheur finalement de passer son temps libre à l'ombre des arbres à lire un bon livre, à regarder manger les biches accompagnées de leurs petits, à surveiller les singes sautant de branches en branches,...

L'hôtel propose des "game drives" dans la réserve même en fin d'après-midi c'est-à-dire quand les températures baissent et permettent aux animaux de sortir, de se balader. De plus, possibilité également de faire une "bush walk" vers 6h du matin pour découvrir la faune qui se réveille. Un vrai régal...

Tous les clichés ci-dessous ont été pris dans l'enceinte de l'hôtel (parfois même devant les chambres), lors de "game drives" et de "bush walks".

3

Le Centre de Réhabilitation de Faune Sauvage de Moholoholo est aujourd'hui l'un des principaux centres de réhabilitation d'Afrique du Sud. Créé en 1992 par Mr Strijdom, il est connu et reconnu à travers de multiples contrées et accueille des animaux blessés provenant de tous les coins d'Afrique du Sud. Le but ultime du centre est de soigner et de réintroduire ces animaux dans leur environnement initial; toutefois, certains individus recueillis ne sont plus adaptés à une vie sauvage et restent donc hébergés au centre où ils joueront un rôle éducatif auprès du public. Une autre mission du Centre de Moholoholo est, en effet, de sensibiliser ses visiteurs aux nombreux problèmes auxquels est confrontée, aujourd'hui, la faune sauvage africaine. Les visites guidées quotidiennes, menées par des personnes qui transmettent leur passion, jouent un grand rôle dans cette éducation. A voir: rapaces, vautours, lions, léopard, hyènes, guépards, ratel,...

Merci Richard pour la visite
4

Après-midi safari dans la réserve privée de Manyeleti jouxtant le Kruger National Park. Embarquement dans une jeep à 10 et à nous la découverte des fameux Big 5 (lion, éléphant, buffle, guépard et rhinocéros). Ce premier safari se soldera par 3 sur 5. Cette petite réserve ne se visite qu'en jeep (à l'inverse du Kruger).

Juste un gros dodo...
Un gros chat quoi :)
Et le mâle qui se repose à l'écart des femelles
Les buffles
5

Le parc national Kruger est l'une des plus grandes réserves animalières naturelles d'Afrique. Il couvre près de 20 000 km², est long de 350 km du nord au sud et large de 60 km d'est en ouest, ce qui rend sa taille comparable à la moitié de celle des Pays-Bas. Parmi le grand nombre d'animaux sauvages qu'il accueille, il est possible de citer le "Big 5": lions, léopards, rhinocéros, éléphants et buffles. Des centaines d'autres mammifères ont fait de cet endroit leur habitat naturel, tout comme diverses espèces d'oiseaux (vautours, aigles et cigognes).

La journée commencera à 6h du matin avec notre chauffeur et guide Richard. Il nous aura bien fait rire avec son obsession des oiseaux, mille-pattes, araignées... et non celle des lions, guépards,...

Finalement Richard nous amènera à rencontrer un guépard blessé avec ses petits, une hyène, des familles d'éléphants, des girafes, des lionnes se reposant à l'ombre d'un arbre, des buffles, de nombreux vautours,... et après beaucoup de patience un léopard.

Le Big 5 se limitera donc à 4 vu la quasi impossibilité de rencontrer un rhinocéros.

Cette journée fut mémorable grâce à l'humour et la gentillesse de Richard. En fait, on pourrait passer des jours et des jours dans le Kruger vu sa richesse...

Maman guépard et son petit
La nature est cruelle...

Le parc du Kruger peut se faire avec son propre véhicule mais rien ne faut un bon Ranger qui connait tous les recoins du parc et les habitudes des animaux. De plus, les rangers communiquent entre eux afin de signaler toute présence animale. Je vous conseille une bonne vieille Jeep avec air conditionné naturel plutôt qu'une citadine.

• • •

Ce voyage de 10 jours n'est qu'une mise en bouche de ce que peut à mon avis offrir l'Afrique du Sud. Accueil, hospitalité, gentillesse, services... mon séjour fut parfait. Mais il ne faut pas se voiler la face, même si ce pays a aboli l'apartheid en 1991, il y a encore beaucoup de chemin à faire malheureusement pour qu'une vraie égalité entre les "couleurs" existe. Personnellement, ce pays m'a éblouit !