15 jours ... à la recherche des dieux crétois

Après un premier voyage dans les années 1990, c'était l'occasion pour moi de retourner sur les traces du Minotaure.
Septembre 2020
2 semaines
J1

Suite à l'apparition du Covid en mars 2020 et à sa prolifération, les déplacements vers l'étranger devinrent assez compliqués et ce voyage fut donc pensé à la dernière minute. La Grèce, en septembre, autorisait encore les touristes belges sur son sol moyennant quelques démarches pas toujours très simples (test PCR 72h avant l'arrivée sur place avec résultat en anglais, document à remplir à l'avance,... ). Cette année, il fallait vraiment mériter ses vacances 😀

Me voilà donc partie pour 15 jours sur l'île des Dieux ! Mon organisation habituelle fut bien entendu un peu chamboulée avec les réservations d'hôtels effectuées sur place quasiment à la dernière minute (faute à la certitude de pouvoir partir ou non).

Alors, accrochez vos ceintures et suivez-moi à travers les chemins crétois.

• • •

Voyage effectué du 5 au 19 septembre 2020 - vols Ryanair au départ de Charleroi sur Chania - location de voiture via BSP auto (voir commentaires à la fin de mon récit) - réservations d'hôtels via Booking ou via les sites des hôtels (parfois réductions très intéressantes).

Une belle rencontre...  

Hotel Girogiali (Kato Stalos) : Appart hôtel construit autour d'une petite piscine en bord de mer, à environ 15 km de Chania. Chambre/studio simple mais correct, balcon vue mer, calme et à proximité de nombreux restaurants/supermarchés.

Kosmas Taverna: superbe restaurant, tables éparpillées dans un grand jardin, au calme, plats copieux et très bons (dessert et digestif offerts).

J2

Chania

Avec son centre historique classé à l'Unesco et son port vénitien marqué par l'ancienne présence turque, la première capitale de la Crète indépendante est, selon moi, la plus belle ville de l'île. Commerçante et balnéaire, Chania/Hania recèle des ruelles évoquant les souks d'Orient, de somptueuses façades, de smaisons vénitiennes aux balcons ouvragés donnant sur la mer, des quais couverts de terrasses, des traditionnels « kafeneion » et une ville moderne rythmée de places arborées toujours animées. La vieille ville fut construite à partir du 13ème siècle par les Vénitiens qui l'entourèrent d'une enceinte.

- son charme

- son port décrivant un arc de cercle entouré de maisons de style vénitien, très colorées

- son quartier juif: Evraiki

Merlin / 2

Monastère d'Agia Triada

Le monastère orthodoxe d'Agia Triada, fondé au début du 17ème siècle et construit en pierres roses, est caché au coeur d'une oliveraie sur la péninsule d'Akrotiri, à quelques kilomètres de Chania, Un porche surmonté d'un clocher élancé précède la vaste cour intérieure où trône une élégante église dotée de trois dômes en façade.

Dodooooo

Hotel Girogiali: voir jour précédent

J3

L'accès aux gorges (longues de 16 km) se fait par le plateau d'Omalos (1 050 m). Après Omalos, la route aboutit au lieu-dit Xiloskalo, sur le rebord des gorges. Un grand parking est disponible sur place. Un escalier de bois puis un sentier en lacet plongent vers les profondeurs de la gorge jusqu'à un belvédère. De cet endroit, on a une vue impressionnante sur le ravin qu'encadrent des sommets dépassant 2 000 m. On n'est alors plus très loin de la section la plus resserrée du canyon, les Portes de fer, avec des passages ne dépassant pas 2 ou 3 m de large, entre des parois verticales. Franchement, en marchant normalement il m'a fallu quasiment 4 heures pour effectuer la descente avec un arrêt "pipi". Certains endroits sont plus embêtants que d'autres à cause des pierres... mais dans l'ensemble cela se fait, et ce, même avec des enfants.

- laissez votre voiture au parking à Xiloskalo

- munissez-vous de bonnes chaussures de marche, une gourde (nombreux points d'eau en descendant), un chapeau, une bonne protection solaire

- essayez de les descendre le plus tôt possible afin de ne pas râter le bateau pour Sougia et le bus pour le parking

- pensez également à votre maillot (possibilité de profiter de la mer à l'arrivée)

- n'oubliez pas le stetching à la fin

Retour à Sougia

Environ 40 minutes de bateau pour relier Agia Roumeli à Sougia.... et 45 minutes de bus pour atteindre le parking. Une très longue journée mais qui en vaut la peine.

Sincèrement ne faites pas comme moi. Oui la descente était personnellement facile car je n'ai pas de problèmes de genoux mais par contre j'ai souffert les 3 jours suivants d'avoir oublié de m'étirer!!

Hotel Girogiali: voir jour précédent

J4

Le lagon de Balos

Il est accessible en bateau depuis le port commercial de Kastelli (départ à 10h40 et retour à 17h45), ou par un chemin carrossable (8 km) puis un sentier pédestre (2 km).

Si vous désirez vous y rendre avec votre véhicule, partez le plus tôt possible car la route est pénible (nombreux trous, pierres sur la route, petit parking,...). Roulez très lentement pour protéger votre bas de caisse... cela coûte aussi non très cher à la fin des vacances 😦

Balos est répertoriée comme l'une des meilleures plages du monde. Cette plage lagon exotique et monument naturel rare est située entre la péninsule de Gramvoussa et le cap Tigani. Les mots ne peuvent décrire le caractère impressionnant de cet endroit. Baignez-vous dans ses eaux turquoises tièdes et peu profondes, détendez-vous sur sa plage de sable rose ou admirez tout simplement la beauté naturelle, les rochers et les falaises s’élevant au-dessus de vous !

Si vous venez en bateau, je vous conseille d'emprunter le sentier qui monte vers le parking car c'est là que vous aurez les plus beaux panoramas sur le lagon. Cela grimpe mais le détour en vaut la chandelle.

L'île de Gramvoussa

Elle est située juste en face de Balos. Son point culminant, au sommet d'un rocher escarpé, à une altitude de 137 mètres, est dominé par le célèbre château de Gramvoussa, qui a été construit par les Vénitiens en 1579. Le château a joué un rôle important dans l'histoire de la région. La vue panoramique, la magnifique nature et la légende du trésor caché des pirates vous invitent à la visite, après une marche de 25 minutes (il est essentiel de porter des chaussures confortables car cela monte !! ).

La montée vers les ruines du château est vraiment abrupte et pénible... mais la vue est magnifique!

Hotel Nereides (Kolymbari): hôtel familial, chambre spacieuse, grande piscine, petit déjeuner très correct. Excellent rapport qualité-prix.

Edem Taverna: Très belle surprise, arrivée là un peu par hasard en me promenant. Quelques tables en bord de mer. Souvlaki très copieuse, raki et dessert offerts 😀

J5

Site naturel classé Natura 2000, la plage d'Elafonissi est normalement prise d'assaut en été ! Mais Covid faisant, nous n'étions pas très nombreux... sauf que le vent était de la partie et a un peu gâché le plaisir. J'ai néanmoins beaucoup apprécié la beauté des lieux, les eaux cristallines et les bancs de sable formant un chenal étroit et peu profond.

Visite en cours de route du Monastère de Chrysoskalitissa

Hotel Nereides: voir jour précédent

En Elladi Restaurant: situation en bord de mer mais service pas à la hauteur et repas très moyen. Dommage... Le pasticcio n'avait pas beaucoup bronzé.

J6

Lac de Kournas

Le lac de Kournás, unique lac d'eau douce de Crète, est situé près de Georgioúpoli. Sa circonférence est de 3,5 km.

Selon les légendes locales, se situait jadis à l'emplacement du lac, un village dont les mœurs dépravées finirent par mettre Dieu en colère. Il fit s'abattre un déluge sur ce village qui fut englouti. Seule la fille du prêtre, incroyablement belle et toujours vierge eut son âme sauvée. Le fantôme de la jeune fille apparaîtrait sur le lac la nuit.

Pour se détendre - se promener - possibilité de faire du pédalo

Agios Pavlos

Le village côtier d'Agios Pavlos (Saint Paul) est situé à 58 km au sud de la ville de Rethymnon, à l'ouest d'Agia Galini, et tout près de la pointe du cap Melissa. C'est un endroit paisible, bien caché dans une baie abritée, qui est idéal pour des vacances (très) tranquilles en famille. La route pour y accéder en vaut aussi la chandelle 😀

Agia Galini

Agia Galini est un endroit charmant. Un vrai bijou, une perle de la côte sud de la Crète. Un village portuaire pittoresque et accueillant, facilement accessible en voiture, à seulement une heure et demie de route d'Héraklion ou à deux heures de La Canée. Nostalgie de mes années chez Bosphorus/Intermed en voyant tous les petits hôtels de la brochure. Le village possède de nombreux restaurants, tavernes, bars,... Franchement un vrai petit coup de ❤

Rethymnon by night

Arrivée à Rethymon où je poserai mes valises pour 2 nuits. Promenade au soleil couchant et découverte de la vieille ville avec entre autres: son port, ses barques de pêcheurs colorées, ses ruelles étroites, ses eaux tranquielles, sa citadelle,... Je suis charmée par son charme oriental... et un peu moins par tous ses restaurants (style "rue des Bouchers") où le client est harcelé pour venir manger. Rethymnon me fait penser à Bodrum avec tous ses bars (tous plus originaux les uns que les autres) agglutinés près de la mer attirant bien entendu une clientèle jeune et "in".

Steris Elegant Beach Hotel (Rethymnon): Super établissement situé sur la promenade, à 15 minutes à pied du vieux centre de Rethymnon. Chambre spacieuse et moderne, décorée avec goût, grand balcon (vue mer si on peut se le permettre), kitchinette, mini piscine, restaurant sur la promenade pour les petits déjeuners (excellent - merci Constantinos!). Un de mes préférés ❤ [d'ailleurs j'y retournerai ma dernière nuit]

Restaurant O Sparas: situé sur une petite place en face d'une superbe église, loin du brouhaha... excellent rapport qualité/prix, très bon, gentillesse du patron, terrasse très sympathique.

J7

Rethymon

Matinée consacrée à la visite de la vieille ville. Je ne me lasse pas de me perdre dans ses petites ruelles étroites qui me font chaque fois découvrir de nouvelles vues encore plus belles que les précédentes. J'en profiterai bien entendu pour visiter la citadelle vénitienne (16ème siècle).

Elle domine toute la ville et le panorama, splendide, englobe la mer et les montagnes. Elle servit de refuge aux habitants lors du siège de 1646 dont les Turcs sortirent vainqueurs. Son enceinte (1300m), renforcée par quatre bastions, abritait des bâtiments publics, pour la plupart détruits.

A ne pas râter également: l'ancienne mosquée Nerantzes et la fontaine Rimondi(avec ses 4 colonnes).

Monastère d'Arkadi

Le monastère d’Arkadi est un monastère orthodoxe situé sur un plateau fertile à 23 km au sud-est de Rethymnon. L'église actuelle, datant du 16ème siècle, est marquée par l'influence de la Renaissance. Cette influence est visible dans l'architecture, qui mélange éléments romans et baroques. Cette église à deux nefs fut détruite par les Turcs en 1866, et reconstruite, depuis. Dès le 16ème siècle, le monastère fut un lieu de science et d'art, possédant une école et une bibliothèque riche de nombreux livres anciens. Entouré d'épaisses et hautes murailles et situé sur un plateau difficilement accessible, le monastère est une véritable forteresse.

Arkadi fut un centre actif et un des hauts lieux de la résistance contre l'occupation ottomane, ce qui fit sa célébrité. Pendant la révolte crétoise de 1866, 943 Grecs y trouvèrent refuge: des résistants, et une majorité de femmes et d'enfants. Après trois jours de combat, et sur les ordres du supérieur du monastère, l'higoumène Gabriel, les Crétois firent sauter les barils de poudre, préférant se sacrifier plutôt que de se rendre. Tous sauf une centaine sont morts lors de l'assaut. Quelques 1500 Turcs et Égyptiens périrent aussi dans la bataille.

Le monastère est devenu aujourd'hui un sanctuaire national en l'honneur de la résistance crétoise. Le 8 novembre est désormais le jour de fêtes commémoratives à Arkadi et à Rethymnon. L'explosion ne mit pas un terme à l'insurrection crétoise, mais attira l'attention de l'Europe sur ce peuple qui se battait pour son indépendance.

La poudrière: c'est là que s'est déroulé le drame le 9 novembre 1866
Distributeur de plantes

Steris Elegant Beach Hotel: voir jour précédent

Restaurant Akri Garden: j'étais tombée sous sous charme en me promenant pendant la journée. Situé un peu en retrait dans la rue, ses tables sont éparpillées sur plusieurs petits étages,... très bel arrangement dommage qu'il n'y ait pas eu plus de clients.

J8


Gortyne

Le site recèle des vestiges de l’époque romaine, lorsque Gortyne était la capitale de l’île. Il reste encore quelques ruines de l’odéon, du temple et trois absides de la fameuse basilique d’Agios Titos. Ce sont les lois de Gortyne qui constituent l’intérêt principal de la visite. Gravées dans la pierre sur 2 m de hauteur et 12 m de longueur, certaines de ces lois étaient très modernes pour l’époque. L'inscription est rédigée en dialecte dorien. Elle est écrite en boustrophédon: système d'écriture qui change alternativement le sens du tracé ligne après ligne. Ces lois constituent le texte législatif le plus complet du monde grec.

N'oublions également pas la légende faisant de Gortyne la cité où Zeus épousa la belle Europe, sous les platanes qui gardèrent le privilège de rester toujours verts.

Le fameux platane de Zeus et Europe
Les lois de Gortyne

Phaistos

Phaistos est une ancienne ville de Crète, située sur la côte sud de l'île, dans la plaine de la Messara, à quelques kilomètres de la mer. Le site dégagé consiste essentiellement dans les vestiges d'un palais minoen. Contrairement au site archéologique de Knossos, fouillé par Arthur Evans, qui a effectué des restaurations parfois discutées, le site est resté tel qu'il était lors de sa redécouverte par des archéologues italiens. Lors des fouilles du début du 20ème siècle y a été trouvé le célèbre disque de Phaistos, objet de terre cuite qui a fait l'objet d'interprétations diverses et dont certains contestent la véracité.

Disque de Phaistos: disque de terre cuite recouvert de craie et parfaitement intact, de 15 cm de diamètre et 1 cm d'épaisseur. Les deux faces du disque étaient recouvertes de mystérieux hiéroglyphes, 241 au total, qui formaient une spirale allant du bord vers le centre. Sur les 45 glyphes répertoriés - figures symboliques gravées ou sculptées -, plusieurs représentaient des éléments du quotidien : homme, poisson, insecte, oiseau, bateau, etc. Ces symboles ont beau être facilement reconnaissables, leur signification n'a cessé d'intriguer les archéologues comme les cryptologues, depuis la découverte du disque il y a un siècle. Le problème, c'est qu'aucun autre vestige comportant une écriture similaire n'a été trouvé, ce qui laisse seulement 241 caractères comme base de travail pour qui voudrait les déchiffrer.

Matala

Matala, ancien village de pêcheurs, est devenu très touristique. Le charme du site tient à sa plage et à sa falaise, percée de grottes qui servirent sans doute de sépultures dans l'Antiquité et accueillirent les hippies des années 1960-1970.

Personne !!

Agia Pelagia

Par nostalgie (je remonte à 30 ans en arrière où j'y ai séjourné 15 jours avec mes parents), j'ai pris mon logement à Agia Pelagia comme pied à terre pour visiter la région d'Heraklion. Quelle ne fut pas ma surprise de ne plus rien reconnaitre... le tourisme s'y est fortement développé mais propose néanmoins toujours une excellente alternative proche de la capitale de l'île (+/-25 min en voiture). Après de nombreuses recherches, je suis parvenue à retrouver la petite plage (quasi sauvage à l'époque) mais pas notre appartement.

Voici la fameuse plage... avec les escaliers pour la piscine que je squattais

Pela Mare Agia Pelagia: Bel établissement situé sur les hauteurs d'Agia Pelagia (à 15km d'Heraklion). Chambre spacieuse, vue mer, grande piscine, personnel adorable, petit déjeuner copieux... juste un peu trop de vent mais bon...

Bravo Seafood Restaurant: restaurant les pieds dans l'eau, à 20 min à pied de l'hôtel (belle montée pour revenir 😀). Grand choix dans les plats et animation assurée par le serveur. Raki et dessert offerts.


J9

Heraklion

Principale porte d'entrée de la Crète, Héraklion est une ville jeune et dynamique. Quasiment détruite lors de la Seconde Guerre mondiale, elle a conservé peu de traces de son passé. S'y élèvent encore ses puissants remparts, son fort vénitien, d'anciens arsenaux et d'élégants monuments. Héraklion possède aussi l'un des plus riches musées archéologiques de Grèce. Personnellement, je n'ai pas trop aimé...

Musée archéologique d'Heraklion

Le Musée archéologique d'Héraklion rassemble une collection extraordinaire d'objets découverts sur les sites minoens de Crète et se révèle être une excellente introduction à la visite de ces lieux. Parmi cet ensemble, de véritables chefs-d'oeuvre dévoilent un art d'une grande finesse: fresques, vase à libations en forme de tête de taureau et déesses aux serpents de Knossos, vases dits de Kamares, disque de Phaestos, pendentif aux abeilles en or de Malia,... Musée très bien fait et complet.

Le pendentif aux abeilles en or de Malia
Tête de taureau

Palais de Knossos

Au sud-est de la plaine d'Héraklion, dans un décor de collines arides, se cache Knossos, la plus ancienne cité de Grèce. Dédale de cours, de corridors, d'escaliers et d'étages, de chambres, d'appartements royaux et de sanctuaires, l'antre mythique du terrible Minotaure se révèle bel et bien un labyrinthe.

Découvert pour la première fois en 1878 par un antiquaire Crétois – Minos Kalokairinos -, le Palais de Knossos doit sa renommée actuelle grâce aux travaux de l’archéologue Anglais Arthur John Evans qui, à partir de 1900, dirigea des fouilles importantes sur le site jusqu’en 1931. C’est donc lui qui excava le Palais de Knossos, la ville minoenne et les cimetières. Pensant avoir sous ses yeux les ruines du palais du roi de Crète Minos, en forme de labyrinthe, A. Evans interprète sa découverte comme étant le lieu où Minos aurait enfermé le monstre du Minotaure, célèbre légende de la Grèce antique.

Il entreprit alors certains travaux de rénovation avec du béton armé et du fer qui, par son action, allait dénaturer à jamais le lieu et lui faire perdre son authenticité: son action, contestée par les historiens d’aujourd’hui – il aurait restauré certains bâtiments en fonction de sa propre imagination -, a néanmoins permis de mettre au grand jour un site archéologique majeur de l’Antiquité grecque. Le site révèle en effet la grandeur de la civilisation minoenne et mycénienne.

John Evans

Pela Mare Hotel: voir jour précédent

SIrocco Restaurant (Liguria): petit restaurant familial situé les pieds dans l'eau, vue magnifique (coucher de soleil), assiette de poisson très copieuse, dessert et digestif offerts.

J10

La beauté dans toute sa splendeur

Île emblématique des Cyclades, Santorin est un petit archipel volcanique niché au sud-est de la mer Égée, à 2h en hydroglisseur d'Heraklion. Santorin attire par son cadre enchanteur, ses spectaculaires plages multicolores (sable blanc, rouge ou noir), ses maisonnettes typiques grecques et ses eaux turquoises.

J'ai profité de l'occasion unique pour moi d'effectuer l'excursion en 1 journée complète avec visites de Oia et Fira, les 2 plus importantes villes de l'île [merci papa de m'avoir soufflé cette idée] au départ d'Héraklion. Ce fut une très longue journée mais quelle ne fut pas ma stupéfaction en arrivant à Oia ❤ Cette journée restera gravée dans mon esprit comme mon arrivée matinal à Abou Simbel ou à Petra.

De nombreuses scènes de Mamma Mia ont été tournées à Santorin 🤗

Oia

Situé à flanc de falaise, perché en haut de la caldeira, le village d’Oia est LE spot romantique pour contempler les magnifiques couchers de soleil. Outre ses panoramas somptueux, il est aussi connu pour son architecture typique grecque. En effet, avec son dédale de ruelles, ses églises orthodoxes au dôme bleuté et ses nombreuses marches, Oia offre le paradis. Chaque centimètre carré vaut une photo 😀

La Covid m'aura au moins permis de pouvoir profiter d'un peu de calme et surtout de moins de touristes sur cette magnifique île.

Fira / Thira

Charmant bourg cycladique, Fira est la capitale de l’île. Au pied du volcan, dans un décor rocheux, entre les longues plages de sable rouge et noir, se dessine la charmante ville de Fira. Parsemée d’églises à dômes bleus, de maisons aux couleurs pastels, de ruelles pavées, elle offre de sublimes panoramas notamment sur la caldeira. Les amateurs d'escaliers pourront descendre les 587 marches vers le vieux port (remontée à pied / à dos d'âne / en téléphérique).

Journée tout simplement magique !!!

Pela Mare Hotel: voir jour précédent

Mythos Taverna (Agia Pelagia): petit restaurant les pieds dans l'eau. Moussaka un peu lourde mais excellent service. Dessert et raki offerts.

J11

Elouanda

Eloundaest un petit village de pêcheurs situé sur la côte nord de l'île grecque de Crète à quelque 70 kilomètres à l'est de la capitale de l'île, Héraklion, et à 12 kilomètres au nord de la ville la plus proche, Agios Nikolaos. Elounda est devenu une station de vacances connue pour ses établissements qui sont parmi les plus luxueux de l'île. Du port d'Elounda, des bateaux permettent de se rendre sur l’île de Spinalongaqui servait de léproserie.

Ile de Spinalonga

L'îlot rocheux de Spinalonga se situe à l'est du village maritime de Pláka, situé à 5 km au nord d'Elounda, juste en face de la pointe nord de la presqu'île. On accède à l'îlot par bateau à partir d’Elounda, en 15 minutes.

Spinalonga a servi de lieu d'enfermement des lépreux de 1904 à 1957. Auparavant, ceux-ci vivaient dans des meskiniès ou leprochoria, des quartiers misérables, en dehors des villes crétoises. Le 9 juillet 1901, le parlement crétois adopte la loi 375 qui prévoit l'arrestation de tous les lépreux de Crète et leur déportation vers Spinalonga. L'île était alors encore habitée par près de 1 200 habitants turco-crétois, qui sont forcés de quitter les lieux. Même si le fort ne présente plus aucun intérêt militaire, le gouvernement crétois ne voit pas d’un bon œil cette concentration ottomane dans Spinalonga. Jouant sur le sentiment nationaliste, il va, par sa décision, réussir une double opération: expulser ces intrus pour le plus grand profit de la population régionale et loger à bon compte les lépreux des meskiniès. »

L'enfermement des lépreux est vu essentiellement comme une mesure sanitaire pour protéger les gens sains. Il n'y a en effet aucun traitement disponible au début du 20èmeesiècle et le mode de transmission est encore inconnu. La maladie était considérée à tort comme très contagieuse et les lépreux comme des victimes d'une malédiction, qu'il fallait cacher. Pendant plus de cinquante ans, il y a eu à Spinalonga de 300 à 500 personnes enfermées, privées de citoyenneté et rayées des registres de naissance. Parmi les lépreux, vivaient également des épouses non-atteintes, qui avaient suivi leur mari, une trentaine d'enfants nés de ces unions, dont la plupart n'ont pas été atteint par la lèpre. Lors de l'évacuation de l'île dans les années cinquante, il s'est avéré que plusieurs prétendus lépreux, n'étaient pas atteints de la lèpre, mais notamment de maladies de peau.

Contre cet abandon, les habitants de Spinalonga s'organisent. Ils recréent une vie de village, avec école, épicerie, boulangerie, cafés, barbier, etc. Contrairement aux instructions de l'administration grecque, les lépreux de Spinalonga ont toujours maintenu des contacts avec les habitants de la région. Bénéficiaires d'une rente, les lépreux achetaient, souvent à prix excessifs, les denrées alimentaires des paysans de la région. Et l'existence de cette rente a incité de nombreux habitants de la région à demander aux lépreux de devenir le parrain de leur enfant, ce que les lépreux acceptaient volontiers, tant était grand leur désir de maintenir des liens avec le reste du monde.

En avril 1957, l'île cesse de fonctionner comme léproserie nationale et les malades sont petit à petit transférés vers l'institution d'Agia Varvara près d'Athènes. Le dernier habitant de Spinalonga, un pope, y aurait vécu jusqu’en 1962.

L'île aujourd'hui: Le départ des lépreux a laissé l'île à l'abandon et a privé les habitants de la région d'une importante source de revenus. Le projet d'y installer un hôpital psychiatrique est abandonné en 1962 car la construction de bâtiments est jugée trop coûteuse. Spinalonga devient propriété de l'Office du tourisme, qui y prévoit la construction de cinq hôtels. Mais la venue du régime des colonels en Grèce met fin à ce projet et l'île est laissée à l'abandon. Dans les années 70, il est question d'en faire une base navale militaire. C'est alors que le ministère de la Culture y appose son veto, tenant à y préserver les ruines de la forteresse vénitienne et des habitations turques. En 1976, l'île est déclarée site archéologique et les bâtiments du 20ème siècle sont petit à petit détruits. Aujourd’hui, l’île est inhabitée mais elle est devenue le site touristique principal de la région [merci Wikipedia 😉]

Agio Nikolaos

Ágios Nikólaos (Saint-Nicolas), ville côtière située à l’est de la Crète, est le chef-lieu du district régional de Lassithí. Au centre de la localité se trouve le lac Voulismeni. Ce bassin est bordé de cafés, de tavernes et de boutiques. Le lac réputé "sans fond" a en réalité une profondeur de 64 m. La ville est l'une des principales en ce qui concerne les divertissements et la vie nocturne de la Crète (= Saint-Tropez crétois). De nombreux bars, restaurants, tavernes, boutiques sont présents et ouverts le soir.

Personnellement je n'ai pas trop aimé la ville... trop "m'as tu vu" pour moi... rien à voir avec le charme de Rethymnon ou de Chania

Lato Hotel (Agios Nikolaos): bel établissement situé en face de la mer, chambre spacieuse (un peu vieillotte mais bon pas très grave), grand balcon vue mer (avec supplément - superbe coucher de soleil), belle petite piscine à l'avant de l'hôtel, grand parking. 15 minutes à pied du centre d'Agios Nikolaos.

Avli Taverna: petit restaurant familial retiré du centre-ville, typique, dans une petite rue calme, terrasse ombragée avec vignes, bon repas, gentillesse du personnel.

J12

Malia

Malia, l'un des quatre sites les plus importants de la civilisation minoenne, reste cependant fort méconnue. Cet impressionnant dédale de murs arasés dessine au sol un palais, mais aussi toute une cité d'artisans. L'intérêt majeur de ces ruines réside dans le fait que Malia cessa d'être habitée dès la fin du 2ème millénaire av. J.-C., à la suite du cataclysme qui dévasta tout le nord de la Crète. De ce fait, aucune construction postérieure n'est venue perturber l'organisation originelle de la cité, et Malia se livre au visiteur comme un dessin aux traits de pierre d'un bel ocre-rouge...

Un de ses plus beaux bijoux du Musée archéologique d'Heraklion s’avère être le pendentif d’un collier en or représentant des abeilles, trouvé dans lors des fouilles du palais de Malia. Cette merveille date de l’époque minoenne, vers 1700 av. J.-C. Deux abeilles se font face, enlaçant de leurs pattes ce qui semble être une galette de miel. Leurs antennes se rejoignent également autour d’une goutte de miel. Des petits disques sont également situés sur leurs ailes et sur la pointe de leur abdomen.

Le pendentif en or représentant 2 abeilles 

Lassithi

Le plateau du Lassithi est une immense plaine ovale suspendue à 800 m d'altitude et cernée de sommets. Si ce territoire jadis fertile et jalonné de moulins à vent est aujourd'hui investi par le tourisme, on y cultive encore un certain art de vivre. Le pourtour du plateau est jalonné de paisibles villages.

Grotte de Zeus (= grotte du Mont Dikti)

C'est dans la fameuse grotte de Dikti que Rhéa aurait caché son fils Zeus, futur maître des dieux et de l'univers, pour l'épargner de l'insatiable appétit et de la jalousie de son époux Cronos. Elle servit de lieu de culte dès l'époque minoenne. Perchée à 1 025 m d'altitude, elle est la principale attraction de la région. L'antre, où l'on descend par un escalier très raide, est composé d'une grande salle qui se divise plus bas en quatre annexes. On atteint ensuite un minuscule lac souterrain.

Cela grimpe pour accéder à l'entrée de la grotte, n'oubliez pas de bonnes chaussures... ainsi que de l'eau. La descente dans la grotte est assez glissante... et surtout ne pas oubliez que tout ce qu'on descend, on le remonte par après 😀

Sitia

Sitia est une petite ville balnéaire idéale pour partir à la découverte de l'est de l'île. Le long du port, ses tavernes à l'ombre des tamaris attirent de nombreux étrangers. Peut être pas grand-chose à voir, mais l'endroit est agréable et charmant.

Elysee Hotel(Sitia): petit hôtel situé sur la promenade, chambre assez simple mais suffisante, belle plage de sable à proximité, grand parking.

Antonis Rakadiko Taverna: superbe petit restaurant en bord de mer, plat original (scampis au raki), service excellent et vue magnifique.

J13

Vai

À l'extrémité orientale de la Crète, au-delà d'un paysage désertique, la plage de Vaï est connue pour sa palmeraie naturelle (la seule en Europe), son sable clair, ses rochers ocres, ses eaux limpides, malheureusement envahies par les estivants (en période non Covid). La palmerie couvre une surface de de 250000m² et comporte plus de 5000 palmiers répartis sur tout la longueur et la largeur d'une vallée. Selon la légende, les palmiers proviennent des noyaux de dattes que jetèrent les pirates qui s'étaient trouvés dans la région. En effet, Vai présente un microclimat idéal pour ces arbres: chaud et sec. D'un autre côté: selon les scientifiques, les palmiers dattiers de Vai appartiennent à une variété locale.

Dans les années 90, le parking était rempli de bus venus déverser des touristes par centaines. En 2020, à 10h, j'étais l'une des premières voitures sur le parking et avec un transat en 1ère ligne 😀 L'endroit est magique dans de telles conditions!

Imaginez, il y a même des "Kiss spots" 😂 [ils ne savent plus quoi inventer].

Aux premières loges

Sunshine Crete Beach (Ierapetra): club de vacances all inclusive situé à 8km d'Ierapetra. Bel ensemble architectural méditerranéen typique, immense piscine, bassin avec toboggans pour les enfants, animation, plusieurs restaurants, chambre spacieuse (vue mer moyennant supplément). Ceci aurait dû être la réalité mais que je n'ai hélas pu connaitre tout ceci suite au Covid (40 personnes dans l'hôtel, 1 restaurant ouvert, 1 bar, pas d'animation,... ambiance tristounette pour un tel village de vacances - il fermait 2 jours après ! ).

J14

Ierapetra

La ville de Ierápetra est connue comme la ville la plus méridionale d’Europe, surnommée la mariée de la mer de Libye, à cause de sa position et étant la seule sur la côte sud de la Crète. Ierapetra a longtemps été considéré comme le jardin de la Crète. Une multitude de serres à légumes (thermokipos, littéralement "jardin chaud") plastifiées s'est immiscée dans le paysage depuis les années 1960. Cette lumineuse idée de produire des légumes et des fruits (tomates, concombres, bananes, melons, courgettes...) en hiver pour approvisionner les marchés occidentaux, les Crétois la doivent à un Hollandais qui a choisi Ierapetra à cause de la douceur de son climat en hiver (20 °C de moyenne annuelle) pour faire ses expérimentations. Le hic: utilisation de main d'oeuvre bon marché venue d'Afghanistan, Inde,...

La promenade le long de la mer garnie de boutiques et de restaurants, prise d'assaut par les vacanciers grecs en été, confère à la ville une certaine animation estivale. Près du vieux fort vénitien, la vieille ville avec ses rues étroites dallées de pierres constitue un intérêt certain. Dans le dédale de rues désertes, il reste un parfum d'Orient qui rappelle le passé de la ville. On est à Ierapetra déjà plus proche de l'Afrique que de la Grèce continentale, d'autant que le climat est ici le plus chaud de toute l'île. On pourra aussi profiter de ses deux plages au pavillon bleu, ou encore prendre le ferry pour l'île de Chrissi connue pour ses plages de sable blanc.

- sa vieille ville

- sa plénitude

Rethymnon le retour !

Voilà, mon voyage touche à sa fin... Mon avion était le samedi après-midi et n'ayant pas envie de stresser pour retraverser toute l'île (vitesse limitée, stress sur la route,...), Rethymnon était la meilleure solution pour ma dernière nuit (offre hôtelière, restaurants, vie nocturne,...). J'ai joué la carte de la sécurité (et de la facilité) en retournant au même hôtel/même restaurant qu'une semaine auparavant. Même si je n'ai pas participé réellement à la vie nocturne, j'ai toujours apprécié me promener au travers des bars proposant des décors tous les plus originaux les uns que les autres, de la musique folle,... En cette période difficile, cela faisait du bien de sentir la vie!

Steris Elegant Beach Hotel: j'avais particulièrement apprécié cet hôtel 😀

Là aussi on ne change pas une bonne adresse 😀Restaurant O Psaras

J15

Et voilà, après une bonne nuit à Rethymnon... je profite des dernières heures qu'il me reste pour me promener une dernière fois sur le vieux port vénitien de Chania, hélas sous un ciel gris et menaçant. La pluie arrivera juste avant de prendre l'avion...

 Ciao !! 

Ma Porsche grecque: Subaru Baleno 😀 [je vois encore les autres touristes à 4 dans une Volswagen Up 😀 et moi qui aurais presque pu dormir dans la voiture].

Voiture louée via le site Bsp-auto avec sur place le loueur Carwiz Rent a car. Je vous conseille fortement d'ajouter le rachat de la franchise lors de la réservation. Je vous avoue que pour une fois je suis très contente de l'avoir souscrite car ai dû payer 250€ pour quelques griffes sur le bas de caisse. Tout a été fait dans les règles par le loueur et l'assurance. Après 1 mois mon dossier est clôturé et je peux récupérer mon argent. Pensez-y!

Quelques clichés supplémentaires pour les gourmands

J'avais de très bons souvenirs des années 90, de là peut être des attentes particulières? Bien entendu, j'ai apprécié ce voyage mais n'en suis pas revenue "baba" à me dire que je vais y retourner l'année prochaine. Est-ce dû au fait: 1) que j'ai mûri et j'ai redécouvert l'île avec des yeux d'adultes? 2) que je suis rodée avec ce que j'ai déjà vu dans le passé? ou 3) de cette saloperie de Covid? Je peux en tous les cas vous rassurer, tout était parfait sur place question sécurité (masque, gel, température,...) et distanciation sociale (hormis les bars de Rethymnon le long de la jetée où le virus ne semblait pas exister).

Mes points positifs (dûs au Covid disons le clairement):

  • moins de monde (super pour Santorin et les sites archéologiques)
  • prix parfois plus intéressants dans certains hôtels

Mes points négatifs (idem):

  • sites archéologiques ouverts mais à moitié (prix d'entrée identique mais de nombreux endroits fermés au public alors qu'ils auraient pu tout simplement réguler l'affluence à l'entrée - une question d'argent?)
  • Knossos, Malia, Phaistos,... visite en 20 minutes au vu de tout ce qui était fermé (triste 😦)
  • nombreux hôtels/restaurants/boutiques fermés

Pour celle ou celui qui n'est jamais allé(e), je vous conseille bien évidemment de vous y rendre dans des circonstances meilleures et de prendre le temps de visiter l'île.

Rien de tel que de voir de ses propres yeux pour se faire une opinion.

αντιο σας