"Qui a l'habitude de voyager sait qu'il vient toujours un moment où il faut partir" Nicolas Bouvier
Du 5 mars au 25 avril 2019
51 jours
Partager ce carnet de voyage
3
mars


La première partie de ce voyage : "De l'Atlantique au Désert" décrit notre parcours le long de la côte Atlantique et dans le Sud Ouest du Maroc avec une incursion à Marrakech. Pendant cette période nous sommes seuls ou plus exactement en couple et c'est notre premier long voyage dans le Sprinter 4X4 aménagé que nous avons acquis il y a tout juste un an lorsque Claude a pris sa retraite. En 52 jours, du 5 mars au 25 avril 2019, nous avons parcouru 6 223 kms dont 247 kms de piste.

Accéder à la seconde partie du voyage: Maroc 2019 (2/2): Du Désert à l'Atlas.

5
mars


Enfin le départ après plusieurs mois de préparation et les trois derniers jours de grande fébrilité. Nous espérons n’avoir rien oublié… et prenons l'autoroute vers Tarbes puis l'Espagne en fin de matinée. Arrivée tardive vers 19h à Palencia sur une aire gratuite en face de la station essence. La douche et le plein d’eau sont payants, les WC très propres sont gratuits. Il pleut beaucoup. Nous renonçons donc à la visite de Palencia pourtant accessible à 10 mn à pied.

🚐- 650 kms parcourus

6
mars

Après avoir fait le plein de gaz oil à la station pour remercier le propriétaire, nous reprenons l'autoroute vers Algésiras. Soudain l'autoradio se bloque et ne fonctionne plus en bluetooth. Appel téléphonique au garage Dumon de Pinsaguel. Wilfried nous indique la façon d’extraire l’autoradio, donc de le débrancher ce qui « reset » tout. Et ça remarche !!! Ouf car nous comptons bien écouter musique et Podcasts préparés minutieusement avant notre départ. En soirée, halte oubliable sur l’aire d’autoroute Léo à Monesterio. Beaucoup de camions bruyants en soirée mais c'est une étape facile lorsqu'on est pressé…ce qui n'est pas vraiment notre cas mais nous fuyons le mauvais temps en descendant toujours plus au Sud...

🚐- 544 kms parcourus – cumul : 1 194 kms

7
mars

Nuit très fraîche : 4,5° le matin au réveil. Avant de quitter l’aire nous rencontrons un couple de français retraités qui reviennent du Maroc et nous proposent les Dirhams qui leur restent pour 180,00 € (1€ = 10 DH). Nous acceptons car cela nous évitera de nous précipiter au bureau de change à l’arrivée.

A 12h40, nous sommes devant les guichets de l’agence Gutteriez à Algésiras, agence que nous avions repérée sur les divers blogs et guides avant notre départ. Achats de billets open Algesiras – Tanger Med pour 180,00 € en espèces. Le bateau part à 15h donc nous ne traînons pas et nous dirigeons vers le port pour l’embarquement. Après une traversée sans histoires, nous arrivons à Tanger-Med (nouveau port très moche situé à une quarantaine de kms de Tanger) et passons la frontière et la douane en obtenant le fameux papier d’importation temporaire pour le Sprinter à conserver absolument pendant la durée du séjour.


Asilah

Après les formalités, nous prenons la direction d'Asilah où nous nous installons au camping Saada. Il y a beaucoup de gros campings car serrés-collés qui remontent vers la France après 2 mois passés au Maroc. L'ambiance est très moyenne mais quelques camping caristes viendront s’intéresser à notre véhicule et à notre projet de voyage.

🚐- 360 kms parcourus – Cumul : 1 554 kms

8
mars

Après cette rapide traversée de l'Espagne, nous nous octroyons une journée de repos bien méritée. La visite d'Asilah est agréable. C'est une très jolie petite ville propre, coquette et décorée de fresques peintes. Pour communiquer par téléphone et surtout par internet, nous achetons une carte SIM chez Maroc Telecom (agence tout près du camping). Il existe d'autres opérateurs (INWI par exemple) mais Maroc Telecom nous a donné satisfaction sur l'ensemble du voyage grâce à son excellent réseau. Les coûts sont modestes : carte SIM : 20,00 Dirhams – Recharge internet 10 GO : 100 Dh valable 1 mois avec 1h communications nationales et (ou) 30 mn communications France. Enfin, nous retirons de l'argent au distributeur du Crédit Agricole. Le réseau de distributeurs est très développé au Maroc mais il faut noter que les retraits sont toujours limités à 2000 Dirhams. En revanche, il est possible d'en faire plusieurs à la suite.

La medinah d'Asilah 
9
mars

Départ pour Moulay Bousselham, une lagune propice à l’observation des oiseaux. Sur la route, nous nous arrêtons visiter Larache et en profitons pour faire le plein de courses au Marjane. (chaîne de supermarchés marocaine appartenant au groupe Casino). Depuis notre arrivée au Maroc le ciel est bleu et la température très agréable. Installation au camping Atlantis Gate de Moulhay Bousselham qui s'étend sur un vaste espace le long de la lagune. Nous nous éloignons des autres camping-cars en renonçant à l’électricité d'ailleurs défectueuse sur la plupart des emplacements...et trouvons un joli coin de nature au bout du camping...La lumière de fin d'après midi est très belle et nous admirons les bateaux colorés des pêcheurs.

🚐- 103 kms parcourus – Cumul : 1 657 kms

Dimanche 10 mars : Nous visitons la petite ville située sur les hauteurs. Aubergines et Sardines grillées achetées sur le marché nous régalent pour le déjeuner. Pour la ballade d'observation en barque, nous finissons par trouver avec difficulté notre guide : Khalid (indiqué dans le guide du routard). Beaucoup de rabatteurs auxquels nous avons demandé des renseignements sont furieux de constater que nous partons avec lui. Khalid connaît bien les oiseaux et il emporte jumelles et même un télescope sur son bateau. Nous observons des sternes, des hérons cendrés, des aigrettes, des courlis courlieux et courlis cendrés, des pique-bœufs mais point de flamants roses… ils sont déjà partis !!! C’est trop tard en saison... De retour au camion, nous achetons des framboises à un jeune garçon qui passe dans le camping. Soirée très agréable.

11
mars

La nuit est fraîche (environ 6°) mais la température, autour de 20°, est très agréable en journée. Départ pour Chefchaouen par la R410, moitié piste roulante, moitié nids de poule pendant 60 kms. Joli pique-nique en surplomb d'un lac et arrivée vers 15h30 au camping Azilan situé au-dessus de la ville. L’accès à la Médina se fait à pied par un sentier très pentu et non éclairé. Possibilité de taxi pour le retour 15 à 20 Dh. Nous y rencontrons Jean-Paul et Sylvie qui possèdent un Sprinter 4x4 comme nous acheté lui aussi au garage Dumon de Pinsaguel près de Toulouse et qui reviennent de Mauritanie. Nous parlons longuement avec eux et échangeons les bonnes astuces pour nos véhicules et pour les voyages que nous projetons de faire. C’est une belle rencontre. 🚐- 160 kms parcourus – Cumul : 1 817 kms

Mardi 12 mars : Douche, shampoing et un peu de lessive occupent la matinée. Puis nous redescendons profiter de Chefchaouen : La Kasbah, les ruelles, et un bon couscous au restaurant…Cette petite ville a beaucoup changé depuis notre passage 40 ans plus tôt. Les femmes ne portent plus leurs longs voiles blancs et tout a été repeint en bleu de façon un peu trop appuyé. Le tourisme est maintenant roi et il y a beaucoup trop de magasins de souvenirs…Journée très cool et agréable.

Tarif camping : 110 Dh la nuit avec électricité – douche payante 10 DH

13
mars
13
mars

Départ de Chefchaouen pour Fès à 10h30. Nous prenons la N13 par Ouezzane puis la P4232 à Jorf El Mella et enfin la petite route R501 qui nous offre une très belle arrivée sur Fès. Installation au camping Diamant Vert vers 17h00. 🚐 - 224 kms parcourus – Cumul : 2 041 kms

Jeudi 14 mars : La journée est consacrée à la visite de Fès. Nous avions réservé la veille une visite guidée de la ville en petit groupe depuis le camping situé à 5 kms du centre. Mais le matin, surprise, il s’agit d’un bus de 35 personnes. Nous refusons de nous joindre à un si grand groupe et finalement le guide nous envoie un jeune homme un peu timide mais gentil (Mohamed) qui nous emmène dans sa propre voiture. La visite de la Médina en sa compagnie se révèle très agréable : les Medersas (écoles coraniques), le quartier des tanneurs, les souks des artisans, etc… Un vrai labyrinthe...que nous avions déjà parcouru il y a 40 ans...

15
mars

Départ pour Volubilis que nous atteignons dans l'après midi. Très agréable visite de ce magnifique site romain et de ses très nombreuses mosaïques ornant le sol des riches demeures. Je suis quand même très choquée par un groupe de jeunes arrachant des morceaux de mosaïque pour les emporter. Ceci à l’insu du gardien qui il est vrai ne peut avoir l’œil partout dans cet immense site. Devant mon regard très désapprobateur, ils partent en riant...Les cigognes se sont installées au sommet des colonnes du Capitole. Certaines nourrissent leur petits...En fin d'après midi nous nous installons au camping Zehroun Bellevue. situé à quelques kilomètres du site romain. 🚐 - 90 kms parcourus – Cumul : 2 131 kms

16
mars

Nous prenons l’autoroute vers Casablanca sans avoir réussi à trouver le cellier de Meknès censé vendre des vins de la région...A l'arrivée, la circulation dans Casablanca est très dense et difficile. Nous réussissons à garer le Sprinter tout près de la grande mosquée Hassan II. La visite guidée y est obligatoire. C'est l'une des plus grandes mosquées au monde. Elle peut accueillir jusqu'à 25 000 fidèles dans la salle de prières d'une superficie de 20 000 m2. A cela s'ajoute une capacité de 80 000 fidèles sur l'esplanade extérieure. Elle est dotée d'un immense toit ouvrant et d'un très grand nombre de vasques et de fontaines en marbre dans les salles d'ablutions. Sa réalisation a mobilisé beaucoup d'artisans recrutés dans toutes les villes du royaume. Nous sommes très impressionnés par sa taille, la qualité des matériaux utilisés, la finesse des motifs de plâtre sculptés et peints, les nombreux Zelliges et l'élégance architecturale de ce bâtiment majestueux.

Puis nous reprenons la route vers El Jadida mais il y a beaucoup de bouchons et le littoral est très laid. Nous roulons donc davantage que prévu car les lieux de bivouac sont très rares et ne nous plaisent pas. Finalement, nous nous arrêtons à Azemnour sur un vaste parking en terre au bord des dunes. C’est un P4N (Park For Night : application recensant des bivouacs possibles) avec des avis mitigés mais il est tard et nous sommes avec deux camping cars anglais. La nuit sera finalement très calme.

🚐- 348 kms parcourus – Cumul : 2 479 kms

17
mars

Après avoir visité Azemnour et acheté fruits et légumes sur le marché, nous partons vers la Kasbah de Boulaouane. Perchée au sommet de la colline qui surplombe l'oued Er Rbia, la Kasbah édifiée autour de 1710, aujourd’hui inhabitée, offre néanmoins aux visiteurs des ruines intéressante et une vue magnifique sur la vallée et la campagne environnante. C'est un très beau site perdu au milieu de nulle part. Il est un peu tôt pour bivouaquer mais ce serait tout à fait possible. Nous repartons vers 16h30 en direction d’Oualidia où nous avons le projet de manger de l’araignée de mer !!! Installation sur le grand parking payant devant le restaurant.

Dîner excellent à l’Araignée Gourmande (560 Dh). Petit bémol : A cette saison, il fait nuit très tôt et nous profitons très peu voire pas du tout de la belle vue sur la mer. Un déjeuner aurait été plus intéressant !!!

🚐 - 218 kms parcourus – Cumul : 2 697 kms

Kasbah de Boulaouane - Baie d'Oualidia 
18
mars

De Oualidia, nous prenons la route pour Safi où nous déjeunons d’un bon tajine de poisson chez Hosni après avoir visité la colline des potiers (peu animée à cette heure) et la Médina agréable. Puis nous reprenons la route vers Essaouira et nous arrêtons bivouaquer environ 20 kms au nord à Moulay Bouzarqtoune sur une grande esplanade de terre face à la mer. Il y a beaucoup de vent et quelques enfants quémandeurs mais très gentils. Très belle ballade le long de la mer. L’ambiance est agréable et il y a une petite épicerie pour l’essentiel. 🚐 - 171 kms parcourus – Cumul : 2 868 kms

19
mars

Après une nouvelle promenade au bord de la mer, nous partons tranquillement vers Essaouira pour fêter dignement l’anniversaire de Claude : 64 bougies à souffler!!! Nous choisissons le restaurant Adwak où nous dégusterons du tajine d’agneau aux amandes. Puis nous déambulons sur le port de pêche magnifique avec ses innombrables mouettes. Après quelques courses au Carrefour Market, nous nous installons au camping Esprit Nature très agréable situé à 18 kms d'Essaouira. Très bonne ambiance.

🚐 - 50 kms parcourus – Cumul : 2 918 kms

Mercredi 20 mars : Matinée repos au camping – douche shampoing – lessive- rangement puis 2ème jour de visite à Essaouira. Nous achetons de l'huile d'Argan cosmétique et alimentaire. La ville est vraiment très photogénique !!! Retour pour dîner au camping Esprit Nature. 48 kms parcourus – Cumul : 2 966 kms

21
mars

Départ du camping vers 11h après avoir acheté de l'huile d'argan auprès des propriétaires qui s'approvisionnent auprès d'une coopérative de femmes très sérieuse. Nous prenons la direction d’Imsouane via une piste dont nous avons le tracé GPX qui longe la côte à partir de Sidi Kaouki. Après un peu de bitume, nous prenons la piste qui offre de très jolis points de vue sur la mer pendant environ 30 kms jusqu’à Tafedna. Ce petit port nous séduit et nous décidons d’y rester pour bivouaquer en bord de mer. Il y a 5 ou 6 autres campings cars. Grande ballade le long de la baie. Nous rencontrons un troupeau de vaches sur la plage. Il y a beaucoup de chiens errants mais ils ne sont pas agressifs. Tafedna (ou Tafelney selon les cartes) est un des coups de cœur de notre voyage. Tout y est plaisant : un bivouac face à cette magnifique baie, un air de bout du monde, un village de pêcheurs à l'écart des grands axes...Nuit calme bercés par le bruit des vagues.

🚐 - 103 kms parcourus dont 20 kms de piste – Cumul : 3 069 kms

22
mars

Au réveil, nous profitons de la plage pendant la matinée puis nous quittons Tafedna vers 12h00 en direction d’Imsouane. La route serpente parmi les arganiers en surplomb de la mer. Les chèvres sont à leur affaire et nous rencontrons au détour d'un virage une chamelle et son petit juste né. Déjeuner d’un bon tajine dans un restaurant face à la mer à Imsouane (coût 130 Dh) puis visite du port très animé en ce vendredi, jour de repos pour bon nombre de marocains. Nous continuons la route vers Agadir et nous arrêtons bivouaquer sur un terrain surplombant la mer à Aourir. Très belle vue sur la mer. Un chamelier passe au coucher du soleil… Magique... 🚐 - 131 kms parcourus dont 30 kms de piste – Cumul : 3 200 kms

23
mars

Aujourd’hui direction la vallée du paradis dans l’arrière-pays d’Agadir. Après quelques courses à Aourir, nous prenons la P1001. Mais la pluie s’invite et il y a beaucoup de travaux sur cette jolie route parfois bien encaissée. Nous continuons vers les cascades d’Imouzzer. Nous visitons le site mais les cascades sont quasiment à sec. Beaucoup de marchands du temple tout au long du chemin et quelques restaurants. Nous déjeunons d’un bon tajine car il pleut encore….et décidons à 15h30 de repartir et de prendre la piste repérée dans le guide Gandini qui mène aux ruchers d’Inzerki (ruchers traditionnels). Au départ de Tiki, la piste est bonne et roulante mais nous ratons l’embranchement vers la piste des ruchers. Après avoir fait demi-tour (merci la trace GPX récupérée par Claude), nous nous engageons donc à 17h30 sur une piste rocailleuse et cassante qui ne semble pas être très souvent empruntée !!! Et il pleut toujours et encore !!! Au bout de 14 kms de piste et une heure de cahots, nous nous arrêtons bivouaquer juste après le petit village de Souss Massa que nous avons traversé avec difficultés sous les yeux éberlués des villageois…C’est un très beau bivouac sur un plateau de terre rouge face à une montagne enneigée mais que nous ne verrons pas très longtemps en raison des nuages bas. Il reste à faire 12 kms de cette fichue piste pour demain et il faudra redescendre dans la vallée donc nous pressentons des passages vertigineux… Je ne dors pas très bien inquiète de ce lendemain un peu hasardeux. 🚐 - 114 kms parcourus dont 28 kms de piste– Cumul : 3 314 kms

24
mars

Réveillée de bonne heure après une mauvaise nuit, j’aimerai bien partir très vite mais Claude n'y est pas favorable et me demande de patienter car il souhaite que la latérite sèche un peu afin d'éviter d'éventuelles glissades intempestives. Autant dire que lui non plus n'est pas très serein!!! Mais ce matin, le soleil brille ce qui aide bien pour le moral et nous permet d'attendre 11 heures pour démarrer.

C’est quand même avec appréhension que nous repartons en direction des ruchers d’Inzerki. Très rapidement la piste quitte le plateau et plonge vers la vallée (400 mètres plus bas) le long de falaises rouges impressionnantes. De loin, la piste nous semble trop étroite et en dévers pour le camion. Claude va voir à pied et revient confiant. Nous pouvons y aller. Tant mieux car il est maintenant quasi impossible de faire demi-tour. Quant à croiser, n’y songeons pas !!! Angoissée par le vide, je préfère marcher devant le camion pour les passages les plus impressionnants. Nous mettrons presque 2 heures pour atteindre les ruchers d’Inzerki. (au demeurant très faciles d’accès via la N8 puis 8 kms de piste roulante)

Ce parcours me rappelle la Sheaffer Trail aux Etats Unis que nous avions descendu en Toyota 4X4 il y 10 ans mais elle était deux fois plus large !!! et le véhicule plus étroit!!! Une fois remis de nos émotions, nous visitons les ruchers en compagnie de Brahim qui nous vend son miel traditionnel et délicieux. Nous repartons vers la vallée du Paradis car nous voulons faire la randonnée ratée la veille pour cause de pluie. Nous trouvons le bivouac P4N en contrebas de la route après Taghart juste avant de plonger dans la vallée. Claude très fatigué par la conduite sur piste se couche à 9h30 ce qui ne lui ressemble vraiment pas…

🚐 - 94 kms parcourus dont 24 kms de piste– Cumul : 3 408 kms

25
mars

Excellente nuit de repos après nos émotions de la veille. Dans la matinée, nous partons à pied pour rejoindre la vallée du paradis en contrebas de notre bivouac. Nous ratons d’abord le chemin puis entamons la longue descente (350 m de dénivelé). Le sentier, très joli, serpente entre les massifs de cactus. En bas, nous trouvons beaucoup de monde car le site est facilement accessible depuis la route par un sentier plat et bien plus court! Il y a des piscines naturelles dans un joli canyon. Nous remontons le canyon jusqu’au 2ème point de baignade envahi lui aussi par des groupes de jeunes touristes allemands pour la plupart. Après le pique-nique, nous tentons de boire un thé dans une des échoppes mais nous sommes véritablement assaillis par une nuée d’abeilles.

Vers 14h00, nous entamons la remontée vers le camion . Le sentier monte très raide, il fait très chaud ce qui rend ce retour un peu pénible. Nous arrivons au camion vers 15h30 et décidons d'aller nous reposer 2-3 jours dans un camping près d’Agadir. Ce sera à Atlantica Park à Imi Ouaddar où nous nous installons vers 17h00. Le camping est presque vide et nous choisissons un emplacement un peu à l’écart assez près d'un énorme bus allemand aménagé. Plus tard, les propriétaires du bus très gentils nous disent qu'ils ont également un Sprinter comme le nôtre qu'ils réservent aux petites vacances de 2-3 semaines...Cela nous paraît vraiment incroyable!!! 🚐 - 45 kms parcourus – Cumul : 3 453 kms

26
mars

Repos – Lessive en machine – Shampoing – Douche – Nettoyage du véhicule et une petite ballade au bord de la mer... Cela fait juste 3 semaines aujourd’hui que nous sommes partis…Le temps est nuageux et pluvieux. Peu à peu le vent se lève et le soleil réapparaît. Imi Ouaddar ne nous plaît pas beaucoup. La route côtière très passante coupe le village en deux. Il y a néanmoins du poisson frais ramené par les pêcheurs. Nous observons le retour des pêcheurs sur la plage et leur façon originale de remonter leurs belles barques bleues. Nous dînons finalement au restaurant du camping où nous sommes seuls. Les nombreux campings caristes qui s'installent dans ce camping pour 3 mois d’hiver sont déjà repartis. Nous ne comprenons pas très bien leur choix... Coût camping : 270 Dh avec électricité pour 2 nuits.

La plage d'Imi Ouaddar 
27
mars

Avant de quitter le camping, nous offrons un lavage minutieux à Benzie (petit nom que nous donnons parfois au Sprinter). C'est l'un des nombreux services offert par Atlantica Park à ses résidents. (coût : 80 Dh qui se révèle "élevé" pour le Maroc). J’achète également des pantalons sarrouels légers et une tunique dans la petite échoppe du camping. Puis nous partons en direction de Taroudant après avoir fait un plein de courses au Carrefour Market puis à l’Atacadao d’Agadir (un genre de Metro). Finalement nous ne nous arrêtons pas visiter Agadir. La visite des grosses villes est toujours une épreuve pour le conducteur d'un fourgon aménagé et cette fois, Claude n'est pas partant. Ce sera pour un prochain voyage... Nous nous arrêtons un peu avant Taroudant au camping « Les jardins de la Koudya » qui nous a été chaudement recommandé. Il est situé au milieu d’une orangeraie et la cueillette des clémentines est libre. Nous nous promenons pendant une heure dans l’orangeraie au coucher du soleil. C’est très agréable. Coût du camping (73 Dh sans electricité) 🚐 - 99 kms parcourus – Cumul : 3 552 kms

28
mars

La matinée est très agréable et nous repartons marcher dans les orangers en cueillant un gros sac de clémentines comme nous l’a proposé le propriétaire français avec qui nous discutons longuement. Puis nous reprenons la route pour Taroudant, très jolie petite ville protégée par de superbes remparts ocres. Visite de la ville très agréable. Achat de cartes téléphoniques et internet. Finalement la carte internet 5 GO pour 50 Dh est largement suffisante pour notre utilisation mensuelle d'internet. Nous décidons de dormir au pied des remparts sur le parking de l'hôtel Salam où nous tenterons vainement de prendre un petit déjeuner le lendemain matin pour le visiter…mais impossible…Y a t-il encore des clients?...Nous en doutons... Pourtant c'est un très bel édifice ancien... 🚐 - 23 kms parcourus – Cumul : 3 575 kms

29
mars

La nuit a été un peu bruyante…Après notre essai raté de petit déjeuner à l’hôtel palais Salam, nous prenons la direction de Tafraoute par Aït Baha (R 105). Sur la route, nous stoppons devant l’Agadir d’Imchguiguilne repéré sur le guide Gandini. Situé à 71 kms au Sud -est d'Agadir et à 6 kms au nord d'Aït Baha, le grenier édifié sur une colline surplombe le village du même nom. Justement un groupe de 4 français le visitent et nous nous joignons à eux. Nous découvrons alors qu’ils sont amis depuis bien longtemps avec le gardien ; M’Barek. Mariette et Jean Louis nous expliquent en détail le fonctionnement de cet Agadir qui vient de rouvrir au public après une longue période de restauration sous la direction de Salima Naji, architecte et anthropologue de renom qui a consacré plusieurs années de recherches aux greniers citadelles du Maroc.

Environ 500 Agadirs ou Igoudars ou Igherm (prononcer Irrerms) ont été recensés dans le sud du Maroc. Ces constructions, parfois en très mauvais état, sont considérées au Maroc comme les ancêtres des banques. En effet, les familles venaient y déposer dans des petites cellules tout ce qu’elles avaient de précieux : bijoux, parchemins, testaments et récoltes. Pour retirer tout ou partie de ces biens, il fallait s'adresser au gardien connu et reconnu pour sa probité. Lui seul possédait la clé de la porte d'accès à l'Agadir. Généralement pour éviter tout risque de corruption, le gardien était choisi dans un autre village. Les Agadirs sont construits en pisé, pierre et bois de palmiers. Les portes d'accès sont en bois sculpté, ornées et incrustées de fer et cuivre. Des tours de surveillance dressées aux quatre coins de l'édifice assurent généralement leur sécurité ainsi que leur localisation, le plus souvent sur un promontoire permettant de surveiller les alentours.

En fin de visite, nous sommes conviés pour le thé et le déjeuner chez M’Barek. C’est jour de couscous puisque nous sommes vendredi !!! Nous faisons la connaissance de Saadia son épouse et de deux de ses filles ; Asma et Hajar, de son fils Ayoub et de leur adorable petite fille de 3 ans. Leur accueil est très chaleureux. M’Barek est très cultivé et connaît très bien l’histoire de l’Agadir. Il conserve chez lui des parchemins du village datés de 1450. Aujourd’hui M’Barek ne fait plus visiter l’Agadir, c’est son fils et sa fille qui s’en occupent car d’une part il est malade et d’autre part il subit parfois la jalousie des autres habitants du village. Il est toujours possible de contacter M’Barek et Saadia pour visiter l’Agadir et prendre un repas (en laissant environ 50 Dh par personne) :

M’Barek : 06 62 81 27 28; Saadia : 06 18 43 81 62; Coordonnées GPS : 30°05.653 – 9°09.862

Après ce très bon moment, nous repartons en milieu d’après-midi. Cette visite de l'Agadir Imchilguiguen est un autre de nos grands coups de cœur de ce voyage. Nous rejoignons Tafraoute et nous installons en bivouac libre sur un terrain en surplomb de la Palmeraie. Le paysage est magnifique et le coucher de soleil sur les rochers très rouges vraiment grandiose. 🚐 - 171 kms parcourus – Cumul : 3 746 kms

30
mars

Après une matinée légèrement brumeuse, nous partons vers les gorges d’Aït Mansour : une belle palmeraie enserrée dans de hautes falaises rouges. Petite marche et retour par une très jolie boucle au bivouac. Chaque jour, un homme passe nous réclamer 15 Dh pour le stationnement. Nous ne nous lassons pas des couchers de soleil sur ces rochers ocres. 🚐 - 137 kms parcourus – Cumul : 3883 kms

Dimanche 31 mars : Lever tardif (9h30) sous un grand et beau soleil. Nous partons pour une petite marche matinale visiter le vallon et les alentours. À notre retour nous rencontrons Pierre, voisin éloigné de bivouac dans son land Discovery, qui habite Castres près de Toulouse. Il nous raconte l’épisode de son appareil photo volé ce matin. Passionné de photo, il avait posé son appareil sur un rocher et l’y avait laissé le temps de remballer ses affaires. Un Marocain était passé le saluer. Au moment du départ, l’appareil est introuvable…Sûr de connaître le coupable, il fonce à sa recherche dans le vallon sans succès puis se rend à la gendarmerie où il raconte son histoire… Scepticisme des gendarmes…Vous ne le retrouverez pas… Faut pas laisser ses affaires sans surveillance…etc… Soudain, alors que nous discutons toujours, un homme surgit, l’appareil à la main. Il veut bien le rendre contre une récompense en monnaie sonnante et trébuchante. Un comble car Pierre a immédiatement reconnu l’homme qui le lui a subtilisé. La visite à la gendarmerie a été efficace ! Il faut dire que l’homme est facilement reconnaissable en raison d’une dentition très particulière que Pierre avait décrite aux gendarmes. Pour fêter cela, un apéro s’impose. Pierre nous quitte ensuite et repart vers le grand Sud et la plage blanche. De notre côté, nous allons visiter la vallée des Amelne puis au retour, nous passons au centre de Tafraoute acheter des babouches (70 Dh à 80 Dh selon la pointure) et des amandes grillées délicieuses. Nous ne retrouverons plus cette qualité d’amandes par la suite…Tafraoute est, en effet, réputée pour ses babouches et ses amandes. 🚐 - 52 kms parcourus – Cumul : 3 935 kms

Les rochers bleus
Tafraoute
1
avr

La nuit a été très fraîche. Nous admirons une dernière fois le paysage somptueux autour de notre bivouac. Le départ pour Tiznit est donc un peu tardif après un arrêt au Distributeur de billets de Tafraoute. La route pour Tiznit passe au col de Kerdouss où nous déjeunons d’une délicieuse omelette berbère (25 Dh) sur la terrasse face à une vue splendide. Il y fait quand même un peu frais. Nous descendons sur Tiznit et arrivons au camping municipal situé dans la ville aux alentours de 18h00. C’est dans ce camping qu’un grand nombre de campings caristes viennent s’installer au printemps. C’est une adresse connue pour les réparations en tous genres ainsi que pour la confection de housses pour sièges de camping-car. Nous observons amusés le ballet des artisans marocains qui se promènent parmi les véhicules. Plusieurs artisans nous proposent des peintures de palmiers ou de chameaux sur la carrosserie. Je me laisserais bien tenter mais Claude est réticent. Coiffeurs, tailleurs, tapissiers, peintres, dentistes, … Il y a de quoi s’occuper où plutôt occuper les retraités Français à Tiznit !!!

Promenade dans la ville avant de dîner. Soirée très agréable.

🚐 - 107 kms parcourus – Cumul : 4 043 kms – kilométrage camion : 16 754

2
avr

Douche, Shampoing, Plein d’eau …bref nous utilisons tous les services du camping puis nous quittons Tiznit car d’après la météo, le temps va être nuageux pendant quelques jours et …le grand Sud nous attend. Alors direction Sidi Ifni en longeant la côte... Pique-nique au bout d’une piste très rocailleuse entre Aglou et ElGzira.

Très belle marche sur la plage d’El Gzira jusqu’à la magnifique arche rouge. Un peu impressionnant de passer dessous d’autant que la seconde arche plus spectaculaire encore s’est écroulée le 23 septembre 2016 !!! Thé à la menthe en terrasse au retour de la ballade et arrivée au camping El Barco de Sidi Ifni situé en bord de plage au pied de la vieille ville.

En remontant chercher un restaurant pour le soir, nous rencontrons Bouchra et Sarah qui nous font visiter le souk, nous aident à acheter du maquereau et des sardines et nous emmènent les faire griller dans un petit restaurant. Nous dînons ensemble et nous parlons beaucoup du Maroc : condition de la femme, religion, monarchie … Une discussion passionnante ! 🚐 - 91 kms parcourus – Cumul : 4 134 kms

3
avr

Initialement en route pour Guelmim, nous décidons, peu après le départ de Sidi Ifni, de changer le programme et de passer par Fort Bou Chérif et la plage blanche. Le bitume s’arrête à Foum Assaka. Une piste de 3 kms assez mauvaise nous emmène au bord de la mer où nous pique niquons d’un ½ poulet rôti acheté le matin même à Sidi Ifni. (denrée difficile à trouver au Maroc). C’est un spot de pêche peu fréquenté aujourd’hui. Ce n’est plus la saison...

Longue hésitation au moment de repartir car la piste qui démarre devant nous paraît difficile. Nous rebroussons chemin et trouvons une autre piste sur la droite beaucoup plus carrossable qui indique clairement Fort Bou Chérif à 10 kms. Paysage magnifique. L’arrivée sur le fort est somptueuse avec un passage de gué qui doit être difficile en cas de forte pluie.

Visite du fort après l’installation au camping. Nous ne sommes pas gênés par les voisins étant le seul et unique camping-car. Les quelques autres touristes dorment dans les chambres. Nous nous offrons la demi-pension et nous régalons le soir d’un excellent tajine de dromadaire. La nuit est très pluvieuse.

🚐 - 67 kms parcourus – Cumul : 4 201 kms

4
avr

Le petit déjeuner au restaurant est très agréable particulièrement les crêpes…Pierre, le patron et sa femme Najat passent régulièrement voir si tout va bien. C'est une excellente adresse que nous recommandons tout particulièrement et où nous reviendrons bien volontiers.

Départ vers la plage blanche sur la piste très humide. Quelques glissades du Sprinter sur la latérite mouillée nous apprennent que ce genre de piste peut être très dangereux surtout en montagne lorsqu’il y a un ravin… Nous retrouvons le bitume au bout de 6 kms. Le soleil est revenu, le ciel est tout bleu, la mer aussi. Nous arrivons à Echatea El Abied situé à l'extrémité nord de la plage blanche qui fait 40 kms de long. C'est ici qu'arrivent le plus souvent les 4X4 qui empruntent la plage pour remonter la côte. Nous ne nous y risquerons pas car cette piste est réputée dangereuse selon la marée et très propice aux ensablements. Mais l’endroit est magnifique et nous savourons notre pique-nique au milieu des dunes de sable face à la mer. Nous quittons à regret ce bel endroit où nous aurions pu bivouaquer pour reprendre la route vers Guelmim. Un petit passage au Marjane nous permet un bon ravitaillement et nous prenons la direction de l’oasis de Tighmert où nous souhaitons dormir.

Les campings Touarg et Oasis sont fermés car la saison des touristes est finie. Nous finissons par trouver le camping Ain Nakla où séjourne un gros bus jaune Expedition Family business : une famille hollandaise en voyage avec ses 2 enfants depuis 6 mois. Malheureusement le temps est maussade, il pleut et nous ne verrons pas beaucoup nos voisins enfermés eux aussi dans leurs camions. Le thé nous est offert au camping-car. Très bon accueil de ce camping familial.

🚐 - 131 kms parcourus – Cumul : 4 332 kms

5
avr

Départ pour Amtoudi en suivant une très belle route : Tighert, Fask. Arrêt à Taghijit pour déjeuner au restaurant Targa mais il est fermé car nous sommes un vendredi et tout le village est à la mosquée. Le vent est si violent que nous ne pouvons même pas sortir du camion au moment du pique-nique. Arrivée vers 17h00 au camping Id Aïssa. Nous sommes seulement 2 camping cars. La vue sur le grenier fortifié est très belle depuis notre emplacement mais il fait froid et le vent est toujours aussi violent. Après avoir commandé au gérant un couscous chevreau pour le lendemain soir, nous passons la soirée enfermés dans le camion en regardant plusieurs épisodes de la série The Wire sur notre PC.

🚐 - 103 kms parcourus – Cumul : 4 435kms

Samedi 6 avril : Au réveil, nous constatons que le temps est gris et qu’il souffle toujours un vent très froid. Notre objectif est de visiter aujourd’hui les 2 greniers citadelles d’Amtoudi : Aguellouy la «mère» et Id Aïssa, «le fils», sont construits de la même façon en anneau sur une formation rocheuse. Leur restauration, débutée en 2017, a été conduite là aussi sous la direction de Salima Naji. Elle s’est avérée très difficile car des pluies diluviennes en 2014 ont détruit les travaux entamés et presque achevés. Salima Naji a trouvé l’aide financière et matérielle du Global Heritage Fund (GHF), une association à but non lucratif et de la Prince Claus Fund qui ont accepté de financer 80% des travaux de restauration. Les Agadirs sont aujourd’hui très visités et bien entretenus malgré le climat difficile de cette région.

Nous attendons donc 11 heures pour entamer l’ascension vers le premier grenier qui culmine au sommet d’une montagne ressemblant à une soucoupe volante. C’est le grenier Id Aïssa probablement construit au 12ème siècle. Comme indiqué par le gérant du camping, le gardien du grenier nous a vu monter et il arrive tranquillement derrière nous pour nous ouvrir la porte et recevoir en échange 20 Dh par personne. Un jeune garçon nous accompagne pendant toute la montée puis la visite du grenier mais il ne parle pas un mot de français ce qui nous surprend. La vue est époustouflante depuis le grenier. Nous observons les différentes cellules de stockage et les ruches anciennes qui permettaient d’obtenir un miel de qualité.

Nous redescendons par l’autre chemin qui arrive directement au village. Nous le traversons et poursuivons dans l’oasis très belle jusqu’au second grenier : Aguellouy. Malheureusement aucun gardien ne vient et la porte restera close. Nous admirons cette incroyable construction au sommet d’un éperon rocheux plongeant dans le canyon. Retour au camping pour un thé chaud bien mérité car le vent souffle encore et nous a soûlé et épuisé tout au long de notre marche.

Le soir nous dînons, seuls clients, dans le restaurant du camping. Le couscous au chevreau est excellent. C’est tellement copieux que le gérant nous propose d’emporter le reste du couscous au camion ce que nous acceptons avec plaisir. Prix du resto : 75 Dh / personne.

Dimanche 7 avril : Ce matin, le soleil est de retour et le vent a beaucoup faibli. Pour notre 2ème journée à Amtoudi, nous avons prévu de remonter à pied le canyon sur environ 5 kms pour atteindre les gueltas: bassins d’eau propices à la baignade. A la sortie du premier village, nous prenons un sentier sur la gauche qui suit un muret et nous conduit au second village. Puis nous continuons à travers la palmeraie ou par le lit de l’oued à sec à cette saison. Tout au long de ce chemin, nous admirons l’Agadir Aguellouy qui domine l’oasis et le canyon de façon très impressionnante. Au bout d’un moment, il n’y a plus de sentier et il faut remonter l’oued comme on peut. Les premières gueltas surgissent bordées de lauriers roses en fleurs. Alors que nous pensons qu’il est impossible de continuer, un groupe de jeunes gens en maillot de bain nous indique un petit sentier sur la gauche du canyon. Il faut mettre les mains et escalader un chaos rocheux mais le passage est possible. On arrive alors aux deuxièmes gueltas encore plus sauvages. Beaucoup de petits poissons et de grenouilles. Après un pique-nique très agréable au bord de l’eau, nous revenons tranquillement vers le camping toujours aussi admiratifs du site.

Nous décidons de rester une nuit supplémentaire à Amtoudi. Mauvaise idée car une canalisation d’eau alimentant le village s’est rompue vers 18h00. Il n’y a plus d’eau donc pas de douches ni de toilettes. Nous voici finalement comme en bivouac.

Amtoudi a été un grand coup de cœur dans notre périple au Maroc. C’est un village et un site magnifique rehaussé par la beauté des deux greniers citadelle.

8
avr

C'est un peu à regret que nous quittons Amtoudi en direction d'Icht avec un détour par Ifrane pour faire le plein de gas-oil. En effet le gérant du camping nous a mis en garde contre le gas-oil de contrebande, très mauvais pour les moteurs, que l’on trouve parfois dans la station située 15 kms après Icht. Est-ce vrai ou de l’histoire ancienne ? Nous préférons faire un détour plutôt que de prendre le risque. Il existe maintenant une nouvelle route entre Amtoudi et Tafraoute (80 kms) qui passe par le col de Kerdouss. Elle ne figure pas encore sur la carte Michelin !!! Elle semble praticable par les gros véhicules.

Grâce aux indications du gérant du camping, nous nous arrêtons après le passage du troisième oued après Amtoudi pour observer des gravures rupestres que l'on atteint en contournant la petite montagne en forme de trapèze. Puis nous déjeunons au restaurant TARGA à TIGHJIT (celui qui était fermé le vendredi précédent) où l'on nous sert une excellente omelette berbère aux boulettes de viande. Nouvelle halte, 40 kms avant ICHT, sur un deuxième site de gravures rupestres que nous trouverons avec beaucoup de difficultés et de recherches dans les rochers de granit.

Nous arrivons finalement au très beau camping Borj Biramane vers 17h00. C’est magnifique!!! Pendant que nous dînons, Abdellah passe nous proposer ses services pour la visite du village souterrain et les peintures rupestres. Nous acceptons car plusieurs guides parlent de son efficacité et de sa gentillesse. Rendez-vous est pris pour le lendemain 10h00.

🚐 - 157 kms parcourus – Cumul : 4 592kms

9
avr

Abdellah vient nous chercher à 9h30 et nous partons à pied vers le village d’Icht en longeant l’Oued. Nous sommes vraiment étonnés de découvrir ce village en pisé quasi souterrain constitué de maisons bâties chacune autour d’un puits central de lumière mais reliées par des rues entièrement couvertes. Abdellah nous fait visiter la maison de son grand-père aujourd’hui inhabitée mais en très bon état. Tout en bas, ce sont les stalles des animaux (mulets, chèvres, brebis…) ; Au 1er étage, la 1ère épouse et ses enfants ; Au 2ème étage, la 2ème épouse et ses enfants… Sur la terrasse une cuisine d’été commune. Toutes les terrasses communiquent entre elles. Inutile donc de passer par la rue pour saluer son voisin !!! Aujourd’hui seules 5 familles vivent encore dans ce village souterrain.. Beaucoup de maisons tombent en ruines ce qui attriste Abdellah conscient de la beauté et de la richesse de ce patrimoine. Abdellah nous invite ensuite chez lui pour le thé. La visite du village souterrain d'Icht est très intéressante. Elle nécessite une lampe de poche et un bon guide tant le dédale des ruelles obscures est impossible à visiter seul.

Retour au Borj Biramane pour déjeuner et nouveau départ vers 16h30 avec Abdellah qui nous emmène cette fois sur un très beau site de gravures rupestres situé à environ 25 kms au nord du Borj Biramane sur la route de Tafraoute. Après la ballade à pied sur le site et les explications d’Abdellah, nous empruntons une jolie piste qui suit l’oued pour revenir au camping.

Dîner le soir au restaurant : Brochettes, frites, légumes et tarte à l’orange. Nos papilles sont comblées !!!

🚐 - 51 kms parcourus – Cumul : 4 643kms

Mercredi 10 avril : Aujourd'hui nous partons découvrir Tanezida à partir d'Icht en empruntant une piste repérée au camping et sur l'excellent site de Djebel 4X4. Au passage, nous nous arrêtons à Foum El Hisn. C’est jour de souk et nous en profitons pour nous ravitailler en pain et légumes. Les gérants du camping nous ont mis en garde contre le fait de s’arrêter à Tanezida car juste après, c’est une zone militaire et on peut être immobilisé un long moment si on y pénètre par inadvertance. La piste est très belle ; Les paysages sont somptueux. Nous pique niquons dans un coin très photogénique : une arche de rochers noirs enserrée dans une très belle dune de sable.

Tout au long de la piste assez facile quoique souvent rocailleuse, nous longerons des montagnes et des dunes de sable qui composent un paysage désertique de toute beauté. Cette boucle de 50 kms nous ramène à Icht dans la soirée.

🚐 - 75 kms parcourus dont 55 kms de piste – Cumul : 4 718kms

11
avr

Départ vers 11 h pour TADAKOUST, très beau village accessible par une piste que nous prenons juste à droite à la sortie du camping. (piste P13 de Djebel 4X4). C’est un joli parcours et j’ai pris le volant pour m'exercer à conduire sur piste en cas de nécessité. Nous arrivons au village de Tadakoust vers 13 h. Un très bel Agadir en ruine se dresse sur l'un des 3 pitons rocheux qui surplombent le village. Nous découvrons, un peu surpris, que le bitume arrive désormais à Tadakoust. Pendant que nous pique-niquons, un bruit de fête nous intrigue. Nous pensons à un mariage. Tout semble s’arrêter et nous observons beaucoup de jeunes et de femmes quitter le village sur des vélos verts ce qui nous surprend un peu. Plus tard notre ballade à pied nous amène sur la place du village où est dressée une belle tente garnie de tapis et de coussins moelleux. Le gardien des lieux nous invite pour un thé puis nous fait apporter un Tajine par sa femme. Il parle très mal français et nous ne nous comprenons pas. Du coup, nous restons sur l’idée d’un mariage allant même jusqu’à lui demander son lien de parenté avec les mariés.

Finalement un jeune d’environ 18 ans parlant très bien le français arrive et nous explique qu'il ne s'agit pas du tout d'un mariage mais d'une fête donnée en l’honneur de la réception des vieux vélos Vel’hop de la ville de Strasbourg donnés au village de Tadakoust par une association. Nous repartons vers 15h30 pour TAMZAR en empruntant une nouvelle piste de 20 kms. Nous avions l’intention d’y bivouaquer mais les lieux indiqués sur le topo ne sont pas agréables et la piste n’est pas très belle surtout à l’approche du village de TAMZAR car de gros pylônes électriques ajoutés à de très hauts grillages verts de protection pour les plantations de palmiers défigurent le paysage. Nous rebroussons donc chemin et après une erreur de navigation qui nous coûte une dizaine de kilomètres, nous reprenons la piste pour TIZOUNINE.

Le temps passe vite. Il est 19 h et nous nous arrêtons juste après le passage un peu délicat d’un Oued asséché environ 15 kms avant d’atteindre TIZOUNINE. Le ciel est noir. Nous craignons un gros orage qui n’éclatera finalement pas mais nous procurera de très belles images.

🚐 - 82 kms parcourus dont 70 kms de piste – Cumul : 4 800kms

Tadakoust
Tadakoust
12
avr

Après avoir observé une famille de bergers nomades et son troupeau de chèvres surgir du fond du paysage, nous quittons notre bivouac et parcourons les 15 kms de piste qui nous séparent du bitume. De TIZOUNINE nous gagnons AKKA où nous achetons du ravitaillement (pain, yaourts, pastèque…) et retirons de l’argent au Distributeur. Après cette halte, nous suivons une jolie petite route jusqu’à IGHERM. Il fait de plus en plus chaud. Arrêt pique nique agréable. La pastèque est rafraîchissante mais comment la conserver? Il y en a pour plusieurs jours ! Arrivée à IGHERM à 17 h où nous faisons le plein d’essence.

Notre objectif est de rejoindre TALIOUINE demain par la piste P5 de Djebel 4X4 qui démarre un peu après IGHERM. Il est déjà 17 heures. Nous voulons juste atteindre un coin de bivouac signalé par Djebel 4x4 au km 5 de son tracé. Le début de la piste est peu sympathique. Nous sommes en Montagne à 2000 m d’altitude…C’est très étroit avec des à-pics par moment. Au bout de 3-4 kms, nous croisons un homme à moto. Claude s’arrête pour lui demander l’état de la piste et le lieu de bivouac. Il ne parle pas français et se met à téléphoner à plusieurs personnes. Finalement il passe le téléphone à Claude. Un homme lui dit en Français qu’il est policier et qu’il est maintenant formellement interdit aux touristes de bivouaquer seul en pleine montagne. Il fait référence à l’assassinat récent des 2 scandinaves sous une tente à Imlil (sur le chemin du mont TOUBKAL). Il nous demande de faire demi-tour et de retourner dormir devant le poste de police d’IGHERM ce que nous ne ferons pas...

Après un demi-tour extrêmement laborieux sur cette piste de montagne, nous regagnons le bitume suivi de près par l’homme à la moto que nous quittons rapidement prétextant que nous souhaitons rejoindre le camping de TALIOUINE à 90 kms de là. Il est déjà tard et nous aurons bien du mal à trouver un bivouac sur cette route très étroite, encaissée et pleine de nids de poule d'autant que la nuit tombe. Finalement nous nous arrêtons près d’un village environ 20 kms avant Taliouine.

🚐 - 249 kms parcourus dont 20 kms de piste – Cumul : 5 049kms

13
avr

Nuit très moyenne après les émotions de la veille. Nous sommes au bord d’un oued près d’un village et de champs cultivés. Plusieurs personnes passent en nous saluant gentiment. Nous nous promenons dans les champs avant de reprendre la route vers Taliouine où nous nous installons au camping auberge TOUBKAL. Il y a très peu de camping-cars et nous nous installons sur un très bel emplacement en terrasse avec une vue magnifique sur la vallée et les montagnes de l’Atlas. Déjeuner rapide et après midi farniente: baignade à la piscine et lecture. Nous dînons au restaurant (150 DH). Il y a du Wifi pour une fois !!!

🚐 - 28 kms parcourus– Cumul : 5 077kms

Dimanche 14 avril : Après avoir confié notre linge à laver pour 30 Dh les 5 kgs, nous partons visiter les gorges de TISLIT et le grenier falaise d’IFRI sur les conseils du gérant du camping. Il faut prendre d'abord la route Ouarzazate Tinfat pendant 25 kms environ puis à gauche la route vers SOUK ASSAIS (20 kms) et enfin une piste de 3 kms jusqu’au village de TISLIT. Notre arrivée au village fait sensation. Nous sommes invités à garer Benzie (notre Sprinter) sur la place de l’école et nous partons à pied vers les gorges en suivant la rivière. Le cheminement dans l’oued n’est pas très facile mais nous permet de découvrir les magnifiques cheminées de fées noires qui encadrent le canyon. Nous pique-niquons dans ce paysage somptueux et atypique. Au retour nous sommes invités à visiter la maison d’hôtes de Ahmed et Radija (n° 06 54 98 86 72) et à boire le thé. Ahmed peut organiser des treks dans la région avec logement chez l’habitant. Après leur avoir acheté du Safran (Ahmed et Radija en cultivent), nous repartons vers le grenier falaise d’IFRI.

Il faut retrouver la route principale et suivre la direction d’IFRI. Il est impossible d’entrer dans le village et nous laissons le camion juste après un petit pont. Nous poursuivons à pied. C’est une belle promenade agrémentée de la visite du grenier troglodyte qui est en pleine restauration. N’ayant pas de monnaie, nous laissons au Maire qui nous a fait visiter le grenier un billet de 100 Dh au lieu des 40 Dh demandés. Espérons que cette somme sera bien consacrée entièrement à la restauration du grenier…

🚐 - 100 kms parcourus– Cumul : 5 177kms

15
avr

Après une matinée tranquille, nous visitons la coopérative Agmoune située juste à côté du camping. C’est le riad Safran Taliouine géré par le même propriétaire que le camping. Nous achetons du safran, des gels douche bio au safran et 1 flacon d’huile d’Argan. Puis nous partons à pied nous promener au souk qui a lieu le lundi dans le vieux village avant Taliouine. Il y a beaucoup de monde, c’est très typique.

Après midi repos. Quelques camping-cars arrivent dont un Néerlandais qui se colle à nous alors qu’il y a environ 65 emplacements disponibles ! Curieux non ?

Très bonne soirée au restaurant pour fêter dignement nos 41 ans de mariage . Mais notre joie sera malheureusement assombrie par l’incendie de Notre Dame de Paris que nous apprenons quasiment en direct par nos enfants et nos amis sur Whatsapps. Quelle tristesse !!!

🚐 - 10 kms parcourus– Cumul : 5 187kms

Le souk de Taliouine 
16
avr

Départ du camping Toubkal vers 10h30 pour grimper à l’assaut du col du Tizi’ntest, l’un des plus hauts de l’Atlas. Notre objectif est de rejoindre et de visiter Marrakech. Contrairement à ce que nous avions lu dans les guides, la route est très bonne et se dégrade fortement 7 kms seulement avant l’arrivée au col. Sur cette portion, la voie est étroite avec des nids de poule et sans aucun mur ou barrière de protection! Le croisement s’avère délicat mais il y a très peu de circulation. Le temps est clair mais brumeux donc peu photogénique. Nous pique niquons sur le versant Sud en redescendant.

Très belle visite de la mosquée de TINMEL qui est ouverte aux non musulmans car ce n’est plus un lieu de culte. Thé à la menthe chez Abdou juste à côté de la mosquée.

Nous reprenons la route dans le but de trouver un bivouac au bord du lac d’OUIRGANE mais les endroits indiqués sur Park4night ne nous plaisent pas et nous repérons un joli endroit en bord de falaise. Là encore, les militaires rencontrés sur le chemin nous rappellent gentiment que le bivouac en pleine nature est interdit. Ils nous conduisent sur le parking très agréable et en pleine nature d’un restaurant haut de gamme : La Bergerie. La soirée est très calme. Il fait frais car nous sommes encore en altitude.

🚐 - 187 kms parcourus– Cumul : 5 374kms

17
avr

Départ à 8h30 de notre bivouac autorisé. Le temps est nuageux. À Asni, nous apercevons le mont Toubkal enneigé. Arrivée à MARRAKECH et installation vers 10h00 au parking de la KOUTOUBIA situé à 2 pas de la place Djeema El Fna. (110 Dh la nuit). Lieu idéal pour visiter la vieille ville. Toilettes sommaires. Visite des tombeaux Saadiens magnifiques mais après 45 mn de queue…Il y a foule de touristes Français car ce sont les vacances scolaires Parisiennes et cela se voit et s’entend. Déjeuner au restaurant Café terrasse El Badia qui domine la place des Ferblantiers.

Visite du palais El Badia très intéressante et ballade dans les souks avec un arrêt reposant au Jardin Secret. Dîner dans une gargotte de la place Djeema El Fna. Oubliable tellement c’est devenu touristique…Nuit tranquille sur notre parking. 🚐 - 62 kms parcourus– Cumul : 5 436kms

Jeudi 18 avril : Au réveil, nous partons via les souks vers la Medersa Ben Youssef mais grosse déception, elle est fermée pour cause de restauration. Nous achetons des pâtisseries pour notre pique nique et décidons de marcher jusqu’aux Jardins Majorelle. Ici aussi il y a beaucoup de monde et nous entrons après 35 mn de queue. Décidément, il y a beaucoup trop de touristes à Marrakech !!! Pique-nique dans ces jardins magnifiques et retour au camion après avoir visité l’ensemble artisanal qui est sur notre chemin. Nous aurons parcouru au moins 12-13 kms à pied dans les rues et les souks de MARRAKECH.

Nous quittons le parking de la Koutoubia, pratique mais très moche pour rejoindre le camping Manzil la tortue situé à une vingtaine de kms de Marrakech. Très joli camping disposé en arc de cercle autour d’une piscine magnifique. Les emplacements sont beaux et espacés.

🚐 - 23 kms parcourus– Cumul : 5 459kms

Les tombeaux Saadiens
Les jardins Majorelle
La Koutoubia
Camping La Manzil
19
avr

Bonne surprise au réveil : 2 pains tout frais et chaud nous sont apportés gracieusement au camion! Après avoir flâné un peu au bord de la piscine un peu trop fraîche pour s’y plonger, nous repartons vers 11h30 en direction d’OUARZAZATE. Nous repassons donc l’Atlas du Nord vers le Sud mais cette fois par le col du Tizi’n Tichka que nous avions déjà emprunté en 2010 lors d'un trek de 8 jours dans la vallée du Draa. La route est en plein travaux donc très fatigante. Il fait beau mais le vent souffle fort. Claude en « oublie » de s’arrêter au col (2260 m) envahi, il est vrai, par une foule de touristes. Arrivée au camping municipal d’OUARZAZATE vers 18h00. Il fait beau et chaud. Nous profitons des douches avec plaisir. Une cigogne blessée à la patte se promène dans le camping… Prix du camping 90 Dh + pain 6 Dh.

🚐 - 192 kms parcourus– Cumul : 5 651kms

20
avr

Au programme ce matin : la visite de la Kasbah de Taourirt proche du camping qui a appartenu au Glaoui de Marrrakech (un traître "vendu" aux Français pour les Marocains). Puis nous réussissons à faire quelques pas dans la Médina derrière la Kasbah en échappant aux propositions d’un guide insistant. Les femmes font une grande lessive dans la fontaine...

Nous partons ensuite déjeuner au bord du grand lac de barrage tout près de Ouarzazate mais l’orage et la pluie arrivent. Nous décidons d’aller nous installer au camping Amridil de Skoura . L'arrivée se fait sous une pluie battante qui tombera de façon ininterrompue pendant 3-4 heures. Heureusement des épisodes de "The Wire" occuperont parfaitement bien cette soirée pluvieuse et tristounette.

🚐 - 50 kms parcourus– Cumul : 5 701kms

Serrure berbère
21
avr

Ce matin le soleil est revenu et la neige est tombée pendant la nuit sur les hauteurs de l’Atlas. Nous empruntons une piste dans la palmeraie pour atteindre un point de vue sur l’Atlas enneigé et la palmeraie verte à l’infinie parsemée de Ksars et de Kasbah rouges plus ou moins en ruines. Le tout sur fond de ciel très bleu... C’est magnifique !!! Puis nous visitons la Kasbah Amrhidil. Cette Kasbah autrefois unique est séparée en deux bâtiments pour des raisons familiales. Nous choisissons un peu au hasard celle de droite lorsqu’on est face au bâtiment. C’est le bon choix ! La visite avec le guide Abdoul (100 Dh) sera intéressante et en montant au dernier étage, on découvre la Kasbah voisine transformée en restaurant hôtel pour touristes donc bien moins authentique. Déjeuner au restaurant La Kasbah à SKOUDA. Très bonne adresse du Routard...

Puis nous gagnons l’oasis Sidi Flah par une piste très facile. Nous pourrions y bivouaquer sans problèmes mais nous voulons avancer car Louis Michel et Christine, mon frère et ma belle soeur qui nous rejoignent pour la suite du voyage, ont avancé un peu la date du rendez-vous prévu initialement le 27 avril à Boudnib…

Finalement nous roulons jusqu’à Boumalne Dadès et nous installons au camping Le Soleil Bleu. Ce n’est pas très agréable car il s’agit de la cour d’un hôtel entourée de hauts murs qui empêchent toute vue sur les paysages environnants. Les douches sont froides. Il faut payer pour utiliser la douche chaude d’une chambre de l’hôtel. Il y a encore beaucoup de vent qui nous contraint à passer la soirée enfermés dans le camion. 🚐 - 117 kms parcourus– Cumul : 5 818kms

La palmeraie de Skoura et la Kasbah Amridil 
22
avr

Départ vers les gorges du Dadès à 9h00. Il fait froid mais très beau. Premier arrêt devant les pattes de singe juste en face du camping où nous avons prévu de camper ce soir. Deuxième arrêt au café qui surplombe les lacets si célèbres et si photogéniques. Nous buvons un thé à la menthe au soleil devant ce beau paysage. La route se poursuit magnifique dans la haute vallée du Dadès. Elle passe en surplomb de la fameuse tortue du Dadès, une colline sculptée par la rivière qui lui a vraiment donné la forme d’une tortue. A l’arrière, des jardins forment les pattes arrière. C'est une très belle sculpture naturelle de roche orange striée.

Nous poursuivons jusqu’à Msemrir dans l’idée de rejoindre le début de la fameuse piste vers Agoudal que nous avons prévu de prendre plus tard avec Louis Michel et Christine. Au-delà de Msemrir, le goudron continue mais la route est en très mauvais état avec de nombreux nids de poules. Nous nous arrêtons pour pique-niquer 45 kms après Msemrir mais nous sommes assaillis par une bande d’enfants quémandeurs. Nous n’avons encore jamais vu tant d’insistance. Nous ne descendons pas du camion et grignotons rapidement. Ils s’accrochent au véhicule lorsque nous repartons après avoir fait demi-tour. La descente des gorges est également très belle. Nous apercevons au loin les montagnes de l’Atlas enneigées.

Nous nous installons au camping Pattes de singe. Le thé de bienvenue nous est offert et nous partons pour une ballade dans les jardins. Au détour du sentier, 2 gros chiens m’aboient dessus et me font très peur. Un enfant nous propose de nous emmener visiter le canyon. Nous finissons par accepter. C’est une très belle randonnée d’environ 2 heures un peu difficile par endroits car il faut parfois mettre les mains et escalader de hauts rochers qui obstruent le canyon. Par moments on se croirait à Antelope Canyon !!! Retour au camping à la nuit tombée. 🚐 - 146 kms parcourus– Cumul : 5 964kms

23
avr

Après une excellente nuit, nous apprécions la douche chaude et le shampoing. Les nuages sont revenus. Nous démarrons vers 10h00 en direction de Goulmima. Sur la route, nous nous arrêtons au musée des sources Lalla Mimouna de Tinejdad et nous visitons ce musée en plein air très agréable et agrémenté de sources que le propriétaire des lieux a sauvé de l’abandon et de la dégradation pour en faire un lieu serein, inspirant et plein de charme. Une visite exceptionnelle à ne pas manquer si vous passez dans la région..

Route vers Goulmima et installation au camping Les Tamaris chez Michèle complètement désert à cette période de l’année. C’est royal !!! 🚐 - 145 kms parcourus– Cumul : 6 109kms

24
avr

Départ vers 10h30 pour visiter le vieux Ksar un peu difficile à trouver et éloigné du camping. C’est indiqué à droite à la sortie de la ville. Sur le parking, Youssef nous aborde. Il se présente comme le « guide" indiqué par Gandini, etc… ». Finalement nous acceptons sa proposition. La visite du Ksar puis de la palmeraie se révèle fort intéressante. Youssef nous donne beaucoup d’explications sur la vie dans le Ksar en nous faisant visiter une vieille maison encore habitée où les habitants vivent sur de la terre battue recouverte, il est vrai, de nombreux tapis berbères. Il nous apprends comment se fait la pollinisation des palmiers et nous emmène au bord du lavoir municipal où de nombreuses femmes lavent des tapis dans le ruisseau. Un travail de forçat tant ces tapis sont lourds une fois mouillés. Après cette visite très instructive, nous reprenons la route vers Errachidia et les gorges du Ziz.

Des nouvelles de Louis Michel et Christine nous apprennent qu’ils se trouvent à 40 kms à peine du camping Jurassique situé dans les Gorges du Ziz. Les premiers arrivés attendront les autres….En fait les retrouvailles ont lieu dans les gorges peu après le camping pour nous. Nous voyons l’Azalaï arriver de loin…Installation au camping et dîner au restaurant.

Nous sommes très heureux de nous retrouver et avons mille choses à nous raconter…

🚐 - 114 kms parcourus– Cumul : 6 223kms

Lessive de tapis Goulmima
Barrage Al Hassan Addakhil
L'Azalaï arrive au loin
25
avr

La suite de nos aventures marocaines en compagnie de Louis-Michel et Christine fait l'objet d'un autre carnet de voyage. C'est ici :

VéroetClaude Lire ce carnet de voyage

Maroc 2019 :Du Désert à l'Atlas

"La vertu d'un voyage c'est de purger la vie avant de la garnir" Nicolas Bouvier - L'usage du monde