Carnet de voyage

TDM suite...Le Japon

5 étapes
5 commentaires
41 abonnés
Dernière étape postée il y a 321 jours
Notre voyage de 3 mois en Asie du sud-est se termine à Hanoi. C'est parti pour le pays du soleil levant, Le Japon. 3 semaines pour découvrir cette nouvelle culture, ce pays si singulier, si séduisant.
Du 23 mai au 13 juin 2019
22 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 7 juillet 2019

Notre départ de Hanoi pour Osaka a été quelque peu perturbé par un événement inopiné 😉. Alors que nous étions en route pour l'aéroport, sur une voie rapide, des bruits de freinages soudains et boum...notre taxi se trouve dans un carambolage et nous, avec 🚖⚡😮. Plus de peur que de mal et le cou bien secoué. Par contre la voiture est bien abîmée et le pauvre chauffeur décontenancé. La solidarité des Vietnamiens vient rapidement à la rescousse, plusieurs nous proposent de nous transporter à l'aéroport. Super, sauf que le plus comique c'est que nos bagages restent coincés dans le coffre. Impossible de l'ouvrir, la carrosserie et le système de fermeture sont bien endommagés. C'est le comble !

La perspicacité d'Olivier, et des hommes qui sont venus l'aider, a permis de démonter les sièges et extraire, oh miracle, nos bagages. Ouf, nous pouvons partir 🛫. Tout de même l'occasion de réaliser que jamais rien n'est sûr et que pour l'instant nous avons eu beaucoup de chance 🤗.

Le vol Jetstar s'est bien passé et nous arrivons en soirée à Kansai Airport, Osaka. Nous sommes de nouveau un peu plus dans le futur, avec 2h de plus de décalage horaire 😁.

Nouvelle devise, le Yen, nouvelle carte Sim, nouvelle langue et grand changement de décor et d'ambiance, welcome in Japan 🇯🇵

Le principal moyen de transport au Japon c'est le train. Nous avons anticipé et avons réservé à Hanoi le JRpass que nous allons récupéré à l'aéroport d'Osaka. C'est un pass qui permet de prendre en illimité le train sur tout le Japon, y compris sur certaines lignes intra-urbaine.

Nous découvrons le système ferroviaire, train direct jusqu'à Osaka depuis l'aéroport, 1h20 de trajet, . Nous sommes de suite confrontés aux panneaux écrits évidemment en japonais 🙃, heureusement complétés en anglais ! Et ce qui nous paraît encore plus surprenant, c'est le silence qui règne dans le train. Nous avions l'habitude d'entendre en Asie les sons des portables partout et à toutes heures, les klaxons dans les villes, la musique des karaoké à fond...c'est donc d'autant plus remarquable !


Nous arrivons tard dans notre guesthouse, Raku Hostel Osaka, tout près de la gare de Sakuranomyia sur la ligne du JR Loop. Nous serons très bien placés pour partir visiter Osaka et pas besoin de marcher longtemps avec nos sacs, Yes ! Et le prix reste très correct, 30€/nuit avec accès cuisine et salon communs. Pas si cher le Japon 😊

Un bon gros dodo dans notre chambre made in Japan : matelas en futon posé sur un tatamis, surface minimum, et propreté irréprochable.

Nous découvrons les sanitaires à la japonaise. Les WC sont une découverte en soi 🤔. Pour ceux qui sont fâchés avec la technique n'allez pas au Japon. Il faut presque un manuel d'utilisation pour comprendre comment ça marche 😆.

Un bouton pour mettre en route le chauffage de la lunette des wc, non je ne plaisante pas ! Un autre pour mettre une musique en route pour éviter des bruits inopportuns, un autre pour vous rincer après, et un autre encore pour désodoriser. Et ça c'est le minimum 😆.

Les sanitaires sont communs, nous sommes très étonnés de voir combien tout est mis à disposition des clients pour l'hygiène. Depuis le début de notre voyage c'est la 1ere fois et nous allons constater la même chose dans tous les hôtels réservés dans ce pays. C'est un indice qui démontre combien les Japonais se soucient des soins du corps.

Apres un bon petit déjeuner, nous allons partir à la découverte d'Osaka sur 2 journées bien remplies. C'est également notre 1ère ville du Japon et nous sommes prêts à rencontrer la culture japonaise qui nous est inconnue.


Nous prenons le train, 2 stations plus loin nous sommes à la gare principale d'Osaka. C'est une ville dans la ville, 800 000 passagers par jour ! Nous cherchons à rejoindre Umeda sky building. Les passants sont très disponibles pour nous renseigner et nous guider, si ce n'est en anglais c'est avec les gestes.

Osaka est la 3 ième plus grande ville du Japon, avec environ 2 700 000 habitants. Construite sur un delta, tournée vers la mer, capitale gastronomique et urbanisme remarquable, Osaka est également une ville où les Japonais se permettent plus d'originalité que dans le reste du pays.

Le temps est magnifique et il fait même très chaud. Pas un papier dans la rue, c'est incroyablement propre.

Nous traversons le quartier de Grand Front. Au loin vous pouvez apercevoir le Umeda sky building.

L'architecte qui a conçu ce building se nomme Hiroshi Hara a voulu symboliser le renouveau de ce quartier. Cette tour n'est pas la plus haute d'Osaka. Elle mesure 170 m contre la tour d' Abeno Harukas qui affiche fièrement ses 300m. Par contre son esthétisme est remarquable.

Apres avoir patienté environ 30 mn nous avons pu accéder à la terrasse incroyable. Une vue à 360° sur Osaka. Cela nous met dans l'ambiance des villes japonaises !

Pour la soirée nous allons dans le quartier de Dotonbori. Des restaurants répartis sur 2 rues avec les panneaux lumineux pour attirer la clientèle et impossible de les rater, voyez plutôt...

Nous sommes intrigués par les vitrines de restaurants...

" curieux ces Japonais, ils sont pourtant stricts sur les dates limites de consommation ..." alors on s'approche pour vérifier 🤣 ce sont des mets en plastique. De près, c'est grossier, par contre de loin, ça le fait ! Et c'est vraiment une spécificité japonaise. Il existe des industries très spécialisées pour la création de toutes les réalisations plastiques imitant les plats typiques.

Les enseignes les plus volumineuses rendent ce quartier un peu délirant. D'ailleurs l'ambiance est jeune, une atmosphère festive est palpable.

D'ailleurs ce groupe de musique fait sa promotion et les fans sont à fond ...

Notre 1ère journée japonaise se termine...que de changement en 24h. C'est si surprenant qu'un bon sommeil est nécessaire pour se remettre de nos émotions !

Le lendemain matin, petit dejeuner et occasion de discuter avec un jeune couple allemand. Ils sont partis pour 1 an et ont debuté par l'Amérique du Sud. Nous partageons nos visions du monde et de la politique. Très instructif et sympathique.

Et comme si nous avions fait cela toute notre vie c'est parti pour reprendre le JR sur la Loop Line pour rejoindre le Quartier de Shinsekai. Ambiance décalée dans ce quartier qui a su garder le côté festif lié à son histoire. En effet de 1912 à 1925, un parc d'attractions était établi sur ce site. Les habitants du quartier ont toujours conservé cette atmosphère originale et l'esprit du jeu. C'est un quartier populaire et tout ce qu'il y a de plus kitch est représenté. De nombreuses salles de jeux type machines à sous, salles jeux vidéo...

L'ambiance est détendue et parfois extravagante. Des restos sympas et à bas coût partout.

Nous sommes parfois interpellés par des Japonais qui cherchent à communiquer avec nous. C'est très drôle et toujours bienveillant.

Il reste une seule salle pour les joueurs d'échecs. Elle est réputée et certains y reste des heures.

Les restaurants présentent des enseignes vraiment imposantes, impossible de les louper.

Ce qui nous permet d'identifier les plus renommés, c'est le monde qui attend pour manger 😶

Au Vietnam nous avons vu les chiens sur les étals de marché et là ce sont ces pauvres tortues qui attendent, et dans quelles conditions 😯

Pour nous, c'est sushis dans un petit resto. Nous sommes interpellés par un nombre incroyable de bouteilles qui trônent sur les étagères. Renseignements pris ce sont les bouteilles de Saké des clients habituels 😃. Chacun reprends sa bouteille qui l'attend sagement sur l'étagère, j'imagine que certaines attendent moins que d'autres 😉.

C'était délicieux 😋

Au coin de la rue, alors que nous cherchions une adresse "routard" nous sommes attirés par ...

En fait c'est une promotion pour un théâtre comique bien local. Nous avons mis un bon moment avant de comprendre, une fois de plus merci Google translate 😄.

L'adresse que nous cherchions c'est une fois de plus un filon du "Routard". C'est un atelier de coutellerie, son nom : Tower Knife. Nous pouvons dire que nous avons été séduits par cette visite, de surcroît gratuite.

Les couteaux de cuisine sont fondamentaux dans la cuisine japonaise. Un cuisinier se doit d'avoir un couteau pour chaque matière première. Un pour la viande, un pour le poisson, un pour les légumes etc... Depuis le XVI ièm siècle Osaka est réputée pour la qualité de fabrication de ses couteaux.

Nous avons eu un cours privé et en français 😁. Passionnant, tout simplement ! Le prix des couteaux est en lien avec la fabrication. Chaque pièce est unique : élaborée par des maîtres forgerons, des maîtres aiguiseurs et des artisans qui fabriquent un manche adapté, sans compter les gravures qui vont signer l'authenticité de la pièce et la personnaliser.

Nous avons pu tester et couper des légumes, le résultat est vraiment surprenant, pourtant nous étions déjà bien convaincus qu'un couteau c'est fondamental pour cuisiner 😊.

Choisir "Son Couteau" peut prendre jusqu'à 2h 😮. C'est ça le luxe de la qualité et du savoir faire !

Comment allons nous faire pour transporter un gros couteau ? ...


Nous poursuivons la journée direction le bord de mer et visite de l'aquarium, Kaiyukan. C'est un des plus grands au monde. Il est situé sur les quais, en bord de mer. Occasion de vérifier que oui, Osaka est une ville tournée vers l'océan.

Nous réalisons que finalement nous avons eu une immense chance de voir évoluer tous ces mammifères, ces poissons et autres, dans leur milieu naturel. C'est maintenant difficile de les voir enfermer dans un aquarium si moderne et grand qu'il soit.


C'est les talons de la jeune fille qu'il faut regarder 😉

Et il est temps de rejoindre notre guesthouse pour nous poser ...enfin c'est ce que nous croyions 😉.

En fait, au Raku Hostel, nous avons partagé la table pour manger avec le couple Allemand, puis des jeunes Japonaises sont arrivées. Une d'entre elles a entamé la discussion avec nous, le gérant de l'hostel est venu à sa rescousse pour traduire ( il est parfaitement bilingue japonais-anglais). Cette jeune fille étant pas mal imbibée d'alcool la soirée fut assez délirante 😂.

Trop drôle cette pudeur japonaise qui s'échappe, les effets de l'alcool étant parfois révélateurs 😆.

Bref, nous avons bien ri et la fatigue de la journée envolée. Et ma foi la bonne humeur n'a pas de frontières, et c'est tant mieux !

Osaka mérite vraiment de prendre du temps pour la découvrir. Pour nous, c'est demain que nous rejoindrons Kyoto où retrouverons Camille et Christophe qui sont au Japon depuis déjà 1 semaine. Vous comprenez bien que nous sommes impatients !

2
2
Publié le 19 juillet 2019

Ce 26 mai nous sommes impatients de rejoindre Kyoto parce que nous y retrouverons Camille et Christophe. Nos sacs sont faits en moins de temps que de le dire. En tout cas nous sommes très fiers de nous car nous sommes maintenant incroyablement organisés pour nos bagages. Cela dit ils mériteraient encore d'être allégés 😉.

Nous allons prendre le train pour arriver dans à peine une heure à Kyoto. Pas besoin de réservation pour cette ligne, super !

Le train est évidement ponctuel à la minute près. Par contre nous sommes perplexes en cherchant une place pour nos volumineux sacs à dos. Nous allons faire au mieux pour les caser discrètement. En effet ce n'est pas chose courante de croiser des backpackers au Japon 😎. D'ailleurs les regards, discrets tout de même (pudeur japonaise oblige) sont assez expressifs !

Pendant le voyage 2 mères de famille, qui voyagent avec leurs enfants en poussette, sont ravies de discuter avec nous et en français ! Le sourire accompagne la conversation et beaucoup de bienveillance. Elles viennent de la région d'Hiroshima et nous ont convaincus d'y aller. Facile, le train nous emmène partout, en un temps record.

Nous n'avons pas vu passer le temps et nous sommes arrivés à l'immense gare centrale de Kyoto. La chaleur nous accable et nos sacs sont lourds. Au bout de 1600m exactement nous arrivons...ouf !


Oh erreur ! Pour nous c'est plutôt auberge de jeunesse (nous c'est spécial on ne vieillit 😂pas), le R Star Hôtel 😁.

Je vous assure que c'est pas mal du tout, surtout au Japon. Et pour être très clair c'est même plutôt très bon rapport qualité-prix, 38€ la chambre double, petit déjeuner compris, accès à un espace commun avec grande cuisine ( réservée au dernier moment 😊 mais trouvé par Camille ! ). C'est pour vous inciter à visiter le Japon et ne pas croire les fake news 😉.

C'est ici que nous retrouvons Camille et Christophe. Vous imaginez notre joie, bien partagée 😍. Une pause thé Matcha et c'est parti pour visiter cette ville magnifique.


Bien sûr pause déjeuner avant tout 😉. Les jeunes ont repéré une adresse typique, restaurant avec spécialité de ramen (nouilles) au blé noir.



La délicatesse du geste dans la fabrication est incroyable.

Et dans les assiettes c'est pas mal du tout !

Kyoto est une ville incontournable pour les touristes étrangers comme pour les Japonais.

C'est la capitale historique du Japon, elle fut d'ailleurs capitale impériale pendant 1100 ans. Son patrimoine culturel est particulièrement riche ce qui lui vaut d'avoir de nombreux sites classés au patrimoine mondial de l'Unesco. Il y aurait 1700 temples à Kyoto, rien que ça ☺.

C'est également la ville où l'on peut rencontrer des Geishas et des Maiko.

La sérénité des jardins zen, la tradition des arts floraux, les cérémonies du thé, la finesse de la cuisine , la sérénité qui règne, font la réputation de cette ville.

Il va m'être d'ailleurs, d'autant plus compliqué de retenir le nom de tous ces sites tant ils sont nombreux, avec des noms bien japonais évidemment ! Le challenge va débuter et c'est parti pour de nouvelles découvertes.

Camille et Christophe ont prévu un bon programme et c'est super. Ils sont au Japon depuis déjà 10 jours. Christophe est rodé avec les plans bus et métro et nous n'avons qu'à nous laisser guider. Quel bonheur !

Direction Fushimi-Inari Taisha, le plus grand sanctuaire shinto du Japon.

Un court stop au temple higashi Hongan-ji en passant...n'oublions pas qu'il y a 1700 temples et il faut faire des choix 😉.

C'est un temple bouddhiste, abritant le mausolée du fondateur du bouddhisme Shin, Shiran Shonin. Ce courant bouddhiste invoque la dévotion inconditionnelle au Bouddha ( Amida pour les Japonais).

Le temple est couvert par le plus grand toit en bois du monde, il est par ailleurs le plus grand bâtiment en bois de Kyoto. Il fut détruit par les flammes 4 fois 😮 au cours de son histoire.


Je suis fan de ces kimonos multicolores et je vais être comblée !

Marcher avec ces sandales en bois doit être d'un inconfort. Leurs démarches en attestent !

Le sanctuaire Fushimi-Inari Taisha, est un des sites les plus visités, nous sommes prêts à affronter la foule 🎎.

En quelques mots, c'est le sanctuaire de la déesse Inari, donc temple shintoiste, construit en 711, mais reconstruit en 1499. Il est situé sur la colline qui culmine à 233 m et surplombe Kyoto.

La déesse Inari est vénérée car elle est la protectrice des céréales et donc du riz, et elle représente l'abondance. Le renard est son messager. Les nombreuses statues qui le représente attestent du respect et de la vénération que lui vouent les fidèles.

Le culte shintoiste utilise les "torii" pour matérialiser la frontière entre le sacré et le monde profane. Pour accéder aux différents sanctuaires, le chemin, aux milliers de torii (10 000 selon Wikipedia), est nécessaire pour parcourir les 4 km. Je vous emmène au milieu des torii vermillons...

La chaleur ne nous décourage pas, nous partons nous perdre au milieu des torii. Les inscriptions sur les montants attestent de la personne ou groupe qui a fait donation du torii. Elles sont toujours présentes d'un seul côté, celui des esprits et des divinités.


Cette promenade spirituelle se termine avec les couleurs chaudes du soleil couchant, sous le regard du renard espiègle. Les touristes sont beaucoup moins nombreux et nous apprécions 😉.

Après cette bonne marche, retour au bercail. Un repas en famille concoctée dans la cuisine, superbement équipée de l'hôtel. Pour nos courses, c'est facile, des petits supermarchés à chaque coin de rue. Nous avons également une devise, ne jamais manger au restaurant le soir, les prix sont multipliés par 2 voire 3.


Là c'est juste "tee time"


Le 27.05, le programme est bien rempli, un bus et c'est parti pour le templeTofuku-ji ou Pavillon d'or.

Prendre le bus est une expérience en soi. Premièrement trouver le bon arrêt, pas facile en japonais, mais nous trouvons chaque fois une personne qui sera disponible pour nous aider. Ensuite comprendre le prix de la course et comment payer. En fait le paiement se fait en sortie, il suffit de mettre l'appoint dans la "tirelire". Au préalable s'assurer d'avoir la monnaie exacte et de faire le nécessaire avec le monayeur.

A chaque paiement le chauffeur salue le client et le remercie 😁. Là, nous sommes vraiment certain d'être au Japon 😉.

Le templeTofuku-Ji est un temple boudhiste, construit en 1397. L'histoire mouvementée de ce temple est complexe. L'événement marquant est sa destruction totale par un incendie en 1950. 5 années plus tard il était reconstruit à l'identique. Vous pensez peut être alors à une autre histoire...de France ? 😉 Sa couverture en or le rend très pompeux mais ne l'a pas protégé des flammes.

Il fait partie des monuments classés au patrimoine mondial de l'Unesco.


Puis direction le nord de Kyoto pour se perdre au milieu l'ensemble Myoshin-ji, branche bouddhiste zen rinzai et doté de 47 temples. Balade au milieu des allées qui distribuent les entrées des temples. Des jardins zen sont cachés derrière de belles portes en bois.


Nous avons choisi d'aller prendre un bol de sérénité et de fraicheur au jardin zen du temple Ryoan-ji.

Assis sur un banc, et il suffit juste de regarder et de s'imprégner de la douceur et beauté du lieu.

La chaleur nous accable et une pause s'impose 😊.

Olivier est affamé et son goûter l'attend ! Il a découvert les arômes de glaces au thé matcha et au sarrasin. Impossible de résister, c'est trop bon.


En soirée promenade dans le quartier de Pontocho, contraste entre la ville moderne et les maisons basses typiques. Nous apprécions de retrouver un peu de bruit avec les musiciens de rue et l'animation du quartier.

Les berges de la rivière Kamo sont très animées en soirée.


Les temples sont évidemment incontournables à Kyoto, la cuisine gastronomique japonaise également. Et gastronomes que nous sommes, nous allons en profiter. Nous irons pour le lunch, c'est préférable pour nos porte-monnaie !

Pour l'occasion nous nous sommes apprêtés en conséquence. Changement de look, ça fait du bien car depuis novembre nous n'avons pas eu vraiment l'occasion 👠👗💄

Allez petit reportage photo... à regarder après avoir mangé si vous ne voulez pas saliver devant votre tablette 😉

Inutile de vous dire que c'était excellent ! Ce qui fut un vrai spectacle, c'est la minutie et l'exactitude du geste du cuisinier qui oeuvre devant nous. Nous étions 6 convives, et la priorité était que ce repas soit une véritable cérémonie, tout en douceur et avec le sourire.

Nous sommes tout près du marché de Nishiki. Sous les allées couvertes nous déambulons au milieu des stands de nourriture. C'est toute la cuisine japonaise dans sa diversité qui se présente sur les stands.

Toutes les spécialités sont exposées et il y en a pour tous les goûts.

L'emballage est omniprésent, voire les sous emballages...plastique partout. 😮



La pluie nous accompagne sur le chemin du retour. ☔ Au Japon elle fait partie de la vie quotidienne ou presque. En atteste, l'omnipresence des parapluies, leur prix dérisoire et l'organisation pour le déposer à l'entrée des supermarchés. D'ailleurs les parapluies de couleurs opaques sont également prisés des femmes.⛱ Elle garantissent ainsi la blancheur de leur peau.

Les Japonais utilisent beaucoup les transports en commun et nous sommes étonnés du peu de circulation automobile. Le vélo est également très prisé. Les voitures ont un esthétisme pas commun pour les Européens. C'est adapté pour se garer au plus juste, les places de parking étant très courtes.

C'est notre dernière soirée au Japon avec Camille et Christophe 😔, mais il nous reste une demi-journée ensemble😃.

Nous allons consacrer cette matinée à la visite du temple bouddhiste Ginkaku-ji ou pavillon d'argent. Il date du XV ièm siecle et contrairement à ce que son nom évoque, il n'est pas recouvert d'argent.

Le jardin zen qui l'entoure et le chemin qui mène au jardin de mousse sont de toute beauté.

Comme pour chaque visite de temple, nous sommes étonnés du nombre de jeunes scolaires ou étudiants, accompagnés de leur professeur. En parallèle de leur visite, ils ont mission de poser des questions aux visiteurs pour remplir leurs questionnaires. La pratique de l'anglais est nécessaire pour interroger les touristes étrangers et ils adorent !


Ticket d'entrée !
La conversation est toujours ponctuée de formule de politesse et de respect.

La promenade dans la forêt de mousse est magique...

Ce n'est que le début de notre "extase" devant ces jardins paysagés.

Nous poursuivons sur le chemin de la philosophie. Le nom est inspiré par l'exemple du philosophe japonais zen Kitaro Nishida (1870-1945). Il aimait y méditer, en marchant jusqu'à l'université de Kyoto, où il fonda l'école philosophique.

Le chemin est ponctué de sanctuaires isolés au milieu de jardins zen.


Juste au fond du jardin, un sanctuaire.

...Et un pavillon, dont vous n'aurez pas pas le nom car je ne sais plus 😁.


Nous poursuivons le chemin. Nous n'avons pas les cerisiers en fleurs mais c'est très reposant de longer le canal, abrités du soleil sous les arbres.

Je ne sais pas si Mr Nishida aurait estimé que nos conversations étaient philosophiques, ce qui est certain c'est que nous avons apprécié la quiétude et beauté des lieux 😊.

Chaque sanctuaire est particulier et les fidèles viennent effectuer leurs rituels. Pour l'instant je n'ai pas encore tout saisi, ça viendra au fil du temps. Avec tous ces temples nous allons bien finir par comprendre 😉.

Au détour d'un chemin...ils sont là ...c'est une histoire de famille ! Ceux qui peuvent comprendront 😂.

Après avoir salué la famille il est temps de se restaurer. Camille et Christophe ont un train à prendre pour rejoindre Tokyo.

Un petit restaurant de quartier nous attend. Une belle surprise ! Une gargotte avec environ une dizaine de places assises et 2 femmes qui tiennent la boutique. Ici c'est spécialité d'une sorte d'omelette avec nouilles, légumes, lard. Tout cela bien mélangé devant nous et directement mis en cuisson sur une plancha au milieu de la table. 😋. Inutile de preciser que les baguettes n'ont plus aucun secret pour nous.

Le lendemain, Camille et Christophe ont rejoint Tokyo pour rentrer en France. Nous, nous continuons à visiter. Les sites sont variés et toujours agrémentés de jardins splendides, ce qui évite une lassitude.

La visite du jour c'est la villa Katsura. Nous avons mis un certain temps pour trouver le bon bus et pour le coup pas un passant qui parle anglais 🤔. Comme d'habitude tout est possible donc nous sommes arrivés à bon port.

Cette villa fait partie du patrimoine impérial et il est nécessaire d'avoir une autorisation officielle, pour une heure précise, le nombre de visiteurs étant très limité. Nous avons de la chance c'est ok pour nous 👍.

Notre badge de visiteur officiel autour du cou et c'est parti pour de nouvelles découvertes.

Le domaine à été construit au XVII ièm. Son histoire est très bien rédigée sur le prospectus que j'ai pris en photo spécialement pour vous 🤗. Vu mon retard considérable pour la rédaction du blog j'adapte ma méthodologie 😉.

Nous sommes une petite dizaine seulement et un guide attitré. Le luxe c'est l'audio guide en français qui nous permettra d'être moins concentré sur la traduction et libres d'admirer. Le bonheur !

Les allées et jardins accueillent les visiteurs. L'architecte paysagiste a oeuvré pour l'harmonie du lieu, que chaque vue soit unique et qu'elle soit découverte au dernier moment. La nature devient une oeuvre d'art.


Au détour d'un chemin la vue se dégage sur le 1er pavillon, le pavillon de thé Shokintei. La vue sur le lac à été spécialement étudiée.

Le plus étonnant c'est le décor intérieur. Il date du XVII ièm et l'on pourrait aisément croire que le designer est contemporain.

La balade se poursuit, tout est si paisible. Le paysagiste est reconnu comme un "maitre dans son art" et au niveau mondial.

Les photos sont interdites sur les ponts...au cas où notre attention soit défaillante et que la chute survienne. 😆. Ils sont incroyables ces japonais ! ( Ils ont juste eu une défaillance à Fukushima , une vague histoire de tusnami 😉)

Un second pavillon se dévoile. Tout aussi harmonieux. La nature devient un tableau.

Nous poursuivons, nous avons juste l'autorisation de passer devant le pavillon impérial. Pas possible de visiter l'intérieur.

Puis le pavillon de la Lune. Tout est agencé pour que de chaque fenêtre la lune puisse être observée en tout temps. Elle a une signification particulière dans les croyances japonaises, l'architecte lui a réservé ce lieu tout spécialement dédié.

Nous avons profité d'une bonne heure de visite. Un officiel fermait le chemin et nous a accompagné poliment vers la sortie.

Soirée dans le quartier de Potocho. Un menu inédit, crêpe fine aux légumes. La décoration est très drôle. Un mannequin pour chaque table, une bonne solution pour ne pas se sentir seul ! Nous sommes servis par 2 femmes vraiment âgées pour travailler encore. Renseignements pris, les retraites sont maigres parfois et donc obligation de travailler longtemps pour certains.

Divinez ce que nous avons fait le lendemain ? 🤔...Visite d'un nouveau temple bien sûr !

Encore un qui est très touristique, le Kiyomizu Dera, inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Temple bouddhiste dédié à la divinité la plus populaire au Japon, Kannon Bosatsu. Construit en Ensemble de 7 pavillons et une pagode centrale soutenue par 139 piliers. Les bâtiments ont brûlés parfois, plusieurs fois même.

Les nombreuses personnes en kimono, sont en fait souvent des étrangers, coréens ou autres, ou des Japonais venus d'autres régions. De nombreuses boutiques de locations pour la tenue complète, kimono, chaussures, pochette, coiffure. Il est très amusant de les voir marcher avec les tongs en bois.




Nous avons enfin compris les rituels. 🏯

La purification par l'eau est indispensable en entrant. La "louche en bois" est utilisé pour laver une main puis l'autre, puis prendre de l'eau en bouche et la cracher. Un vœu est fait à l'entrée du honden, parfois écrit sur un "ticket" réservé. Ensuite il faut sonner le suzu, sorte de clochette géante, faire une offrande d'une pièce dans la "boîte à offrandes " Le vœu s’exécute lors d'une succession de gestes : s'incliner deux fois, frapper dans ses mains deux fois, s'incliner une fois.

Par ailleurs il semble y avoir également de nombreuses croyances pour des "portes bonheur" divers et de nombreuses divinités ou bouddha.

Vous comprenez donc, notre difficulté à tout identifier !

Une constatation, beaucoup de ferveur des fidèles et dans tous les temples.

Une cérémonie se tenait dans la pagode centrale. Nous avons assisté à la fin de la séance. Je serai bien incapable de jouer à Stéphane Bern car je n'ai pas compris grand chose 🤗...Juste les photos !

La pagode est construite sur 196 pilotis en bois. Impressionnant. Actuellement en voie de restauration, d'où la couverture inesthétique.

Le rouge est partout, accompagné de l'orange. La pagode à 3 étages de l'entrée est majestueuse.

Le site est immense, il y a du monde, beaucoup de monde ! Les photos sont juste prises au bon moment pour simuler un peu de calme 😉

Les écoliers sont bien présents et nous sommes interviewés 3 fois. Et qui nous remercions ? Google translate 😆 Et nous sommes ravis d'obtenir un cadeau, élaborée par ces jeunes, en remerciement de notre dévouement.

Nous allons rentrer à pied. Les ruelles du quartier de Sannenzaka, qui rejoignent le centre ville, sont piétonnes et jalonnées de boutiques typiques. Dommage, nous allons sommes presqu'en file indienne, tant il y a de touristes. Nous sommes touristes aussi 😉.

Demain, nous pourrons tester le fameux train à grande vitesse, le Shinkansen pour rejoindre Nara. Autre ville impériale mais également beaucoup de parc et de verdure.

Nous reviendrons à Kyoto avant de quitter le Japon.

Rendez-vous à la prochaine étape 😊.

3
3
Publié le 31 juillet 2019

En terminant l'étape de Kyoto je vous ai annoncé le train shikansen. Eh bien c'était une erreur ! C'est la ligne JR que nous avons pris, un train à vitesse classique.

Nara n'est qu'à 45 mn en train de Kyoto avec la fameuse ligne JR.

Ville de 374 000 habitants environ, son histoire est fondamentale pour l'empire du soleil levant. Jusqu'à cette date, l'emplacement des capitales était limité dans le temps . A la mort du souverain, la ville était considérée comme impure donc tombait dans l'oubli. C'est l'impératrice, Genmai qui instaura le nouveau principe de longévité de la capitale. Nara devint la 1ère capitale fixe du Japon en 710 et ce jusqu'en 784.

Cette période marqua l'influence de la Chine qui s'est concrétisée avec un développement du tissage de la soie, des arts de la laque, etc...Elle a permis au bouddhisme de s'implanter dans le pays. Le 1er temple bouddhiste japonais est alors construit à Nara. L'influence des moines va même devenir prépondérante dans la vie politique.

Avec un tel passé, les sites historiques sont nombreux, d'ailleurs beaucoup sont inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco. Ce qui concrètement veut dire pour nous, encore de magnifiques temples 🏯.

Nara est également une ville couverte de parcs et la nature est toute proche.🌳

Pour nous, c'est une nouvelle ville à intégrer, et un hôtel plein centre ville, le Oak Hostel Nara. Petit hôtel bien sympathique qui fait auberge de jeunesse. Très agréable de profiter des lieux communs, occasion de rencontrer d'autres voyageurs du monde entier, les conversations sont souvent fort sympathiques.

Les sites touristiques sont accessibles à pieds, chouette pas de stations de bus ou métro à chercher. Nara est une petite ville tranquille, tournée vers le tourisme avec en prime l'accueil bienveillant japonais.


L'ensemble Kofuku-Ju, sera notre 1ère visite du matin. Plusieurs batiments composent ce temple. Ils ont tous été construits aux environs des années 720 et reconstruits 700 ans plus tard.La pagode à 5 étages, Gojuno-to se repère de loin, elle fait 50 m de haut, donc seconde après celle de Kyoto du temple Toji.

Le pavillon Tokon-do abrite un "bouddha médecin", le pavillon Kokuho-kan abrite lui, la statue d'Ashura, divinité maléfique, et la divinité aux milles bras.

Nous, nous profitons d'admirer les batiments et nous ne ferons pas les visites intérieures. Pour être honnêtes, cela commence à devenir un vrai budget tant il y a de temples au Japon ! De plus, nous allons éviter d'être saturés.




Nara, évoque peut être pour vous, le royaume des daims. Effectivement, partout dans la ville mais principalement dans les parcs, des daims sont en totale liberté. Ils sont considérés comme les messagers des dieux, donc sacrés et ils sont vénérés par les bouddhistes.

Partout des ventes de biscuits pour les biches. Nous avons assisté à des scènes rocambolesques où des personnes fuyaient en criant car poursuivies par un daim gourmand et sans complexe. 🦌😁.

Olivier lui, a testé une autre méthode...

Le parc de Nara est fort agréable, les arbres sont gigantesques, il dessert presque tous les sites historiques.

En chemin pour visiter le temple Todai-Ji, nous traversons des allées sympathiques, juste dernière les jardins d'Isuien (payants😏). Comme vous le constatez nous ne sommes pas seuls 😊.

Le temple Todai-Ji, apparaît au bout d'une allée centrale. Il est le temple de la secte Kegon, branche bouddhiste, et il est considéré comme le plus grand édifice en bois du monde. Le pavillon principal, le Daibutsu-den, construit en 747, abrite un immense Bouddha de 15m de haut, plus grande sculpture de bronze du monde. Bref tout est plus grand qu'ailleurs. Un temple de plus inscrit au Patrimoine Mondial de l'Unesco 🏯.

Les Japonais affectionnent particulièrement ce temple dédié à La protection et La prospérité du pays.

La porte d'accès au site fut construite en 1199 et sa hauteur de 29 m donne le ton, nous sommes dans la démesure, c'est immense 😮.


Sur le parvis de l'édifice, la statue de Binzuru, bien connu de tous 😁, qui est vénèrée pour sa capacité à apporter un soulagement des douleurs. Il suffit de toucher la partie qui correspond à la localisation de la douleur pour en être délivré. D'ailleurs vu l'usure des jambes de cette statue de bois, il ne doit plus être nécessaire de vendre des antalgiques au Japon 😉.

Le bouddha de bronze, Vairocana, a été construit en 715, les fleurs de lotus datent sensiblement de la même époque. La symbolique de ces pétales de fleurs de lotus est très spécifique à la religion bouddhiste et vous trouverez tout ou presque sur le net à ce sujet 😉.

Ces 2 gigantesques statues de bois sont un grand mystère 🤔 je ne me rappelle plus du tout la symbolique 😁 c'est ça les vacances 😎.

Nous sommes intrigués par ces drôles de tuiles. En fait ce sont les tuiles destinées à restaurer la couverture du temple. Vu la surface, il est proposé, aux fidèles, de faire donation d'une ou plusieurs tuiles avec possibilité de laisser une trace écrite.

Notre nom sur le toit de cet immense temple ? Oh avec plaisir ! Ça fera faire couler de l'encre 😉.

Lors de nos visites de temples, nous sommes intrigués par les calligraphes. A l'entrée de chaque temple ils sont là pour signer les carnets des pèlerins contre petite rétribution.

Justement voilà donc un carnet qui nous intéresse. Nous allons devenir des touristes pèlerins 😊. Notre "credential" sera un beau souvenir et nous ne manquerons pas de le faire signer dans chaque temple visité. Le plaisir commence en admirant le travail du ou de la calligraphe.

Selon notre guide favori, le routard, les charpentiers de Nara, ont conçu ces temples en bois de façon ingénieuse. Le fait d'isoler les batiments du sol par des pilotis, et l'assemblage sans clous ni vis des poutres horizontales à section triangulaire, ont été l'ingéniosité des charpentiers de l'époque. L'humidité très présente au Japon n'a pas été un frein à la longévité des édifices. Les artisans se sont transmis seulement par voie orale leur grande expertise.

Vous étiez prévenus, des temples, encore des temples !

Cette fois-ci les daims nous accompagnent sur le chemin bordé de lanternes "moussues". Presque l'impression de se retrouver dans un conte.


Au bout de ce chemin magique, Le Kasuga Taisha se cache dans la forêt du mont Wakakusa Yama, pour mieux nous éblouir de ces couleurs oranges. Ce sanctuaire shinto a été construit en 768. Il ne fait pas son âge...pour cause, il fut reconstruit plusieurs fois. Il est inscrit au Patrimoine Mondial de l'Unesco.

Des milliers de lanternes de bronzes accompagnent le visiteur. D'ailleurs 2 fois dans l'année, à l'occasion de la fête des lanternes elles sont allumées et illuminent le sanctuaire.

Au centre du temple, un Criptomeria japonais, presque millénaire, surveille les bonzes...

Ce lieu est paisible, la forêt qui l'entoure contraste avec les couleurs vives et est propice aux séances de méditations.

Après les visites nous avons profité de l'excellente cuisine de Nara.

La réceptionniste de notre hôtel est adorable. Elle parle le français, elle est ravie de discuter avec nous, le plaisir est partagé.

Il n'est pas toujours aisé d'avoir des échanges avec la population, la barrière de la langue est bien présente. Nous n'avons pas suffisamment de connaissances sur leurs codes culturels et ils sont si différents des nôtres. Un exemple, pour les photos, je suis vigilante car ils sont très rigides sur la propriété de l'image.

Une constante, c'est leur bienveillance et leur quiétude apparente.

Nous ne reviendrons pas demain à Nara donc nous en profitons jusqu'au bout 😎. Nous allons poursuivre nos visites de temples en sortant de la ville. A peine 10 mn de train et nous sommes à Ikaruga. C'était le centre de la Nara impériale au VII ièm siècle. Une marche de 30 mn et nous arrivons à proximité de l'ensemble des temples du Horyu-Ji.

Horyu-Ji, fut le 1er site japonais à être classé à l'Unesco en 1993. Nous allons visiter les plus anciennes constructions en bois du monde après avoir vu les plus grandes 😊. Les constructions datent de 607 et furent reconstruites au VIII ièm après un incendie.

Comme tous les temples de Nara, c'est un temple bouddhiste. Une énorme enceinte protège le site et la porte d'accès est imposante.

Les gardiens du temple mettent les visiteurs au parfum 😨. Ce sont les Kongo-rikishi, les divinités qui gardent les sites sacrés au Japon. Leur mission est d'empêcher les démons de pénétrer.

Bien évidemment avant l'entrée dans la cour principale, tout est prêt pour le rituel de purification.

La pagode à 5 étages est intacte depuis le XIII ièm siècle. C'est la pagode du Japon qui a le mieux résisté aux intempéries et donc la plus ancienne encore debout. Les 5 étages représentent la terre, l'air, l'eau, le bois et l'espace.

Le site est plutôt sobre mais les bâtiments renferment des oeuvres d'art majeures liées au bouddhisme. Malheureusement les photos étaient interdites à l'intérieur.

Une petite marche au milieu des jardins pour rejoindre le Toin-Garan plus à l'est. Les toits sont de vraies oeuvres d'art.

Les sites étant un peu éloignés du centre de Nara, il y a moins de touristes. Le site est très paisible.

Le bâtiment octogonal, le Yemudo, fut construit entre 729 et 748.

Nous avons besoin maintenant de retrouver un peu de nature ! Donc cette fois-ci nous allons bien prendre le train Shinkansen pour rejoindre Hakone et partir découvrir les fameux Onsen, les bains thermaux japonais. Direction plus au nord, à l'est du Mont Fuji, avec 3h de train.

Nous avons besoin réserver notre place dans le train. Les agents sont très disponibles et aidants, ça existe donc !

Prendre le train au Japon c'est une vrai initiation. Les trains sont ponctuels à la minute près. Peu de temps pour monter ou descendre avec des codes à respecter et la discipline qui y est associée 🎎.

Le confort est top, digne d'une première classe en France. Bref, se déplacer en train dans ce pays est un jeu d'enfant et surtout c'est très efficace.

Le plus étonnant c'est le contrôleur pendant le voyage. Il salue les voyageurs du wagon en s'inclinant respectueusement à son entrée, puis il réitère à la sortie.


Nous arrivons à Odawara, gare principale près de Hakone. Notre guesthouse, Tipy Record Inn, est à 5 mn à pied, génial. Toutes les explications nous ont été envoyées par mail pour y accéder, un vrai roman photo mais bien pratique car nous ne parlons toujours pas japonais !

Hakone c'est 100% nature 🌲🏔🗻🌞 et c'est la prochaine étape.

4
4
Publié le 8 août 2019

Hakone est une ville de 25 000 hab et qui se vaut d'être la 1ère ville touristique au Japon. Sa situation géographique la place à moins d'une heure trente de Tokyo. Le lac Ashi, entouré de volcans recouverts de forêts, avec pour tableau de fond le Mont Fuji, et les "onsen" (sources d'eaux chaudes), font la renommée de cette région.

Notre guesthouse se trouve à Odawara, position stratégique ! En effet les logements y sont moins chers et les nombreux trains et bus desservent tous les sites touristiques. La cerise sur le gâteau c'est le"Hakone pass " qui permet de prendre en illimité les transports en commun pour un prix correct.

Nous sommes dans un quartier très calme, où de petites maisons typiques sont regroupées par quartiers. Des restaurants partout et de quoi s'acheter à manger très facilement. Nous avons une petite cuisine à disposition et cela nous permettra de manger le soir à la guesthouse. C'est petit mais fonctionnel. Le propriétaire est musicien et plein de CD à disposition, dont une compilation des meilleurs tubes de Gainsbourg, super ! On retrouve un petit bout de France 🇫🇷.

Cette 1ère soirée va nous permettre de préparer nos visites car notre séjour sera limité à 2 journées.


Nous avons pris des renseignements pour les "onsen" de la région et nous avons opté pour le onsen Yuryo.

Nous rejoignons en train la station de Hakone Yomoto, d'où partent les bus et le petit train pour les sites touristiques. Il nous reste du temps avant d'aller aux bains, nous en profitons pour marcher le long de la rivière aménagée et rejoindre les cascades de Tamare.

Autour des cascades, des symboles, qui démontrent la spiritualité du lieu.


Les carpes Koï sont partout

Nous prenons la navette en ville qui nous conduira à "l'onsen Yuryo". Ce choix simplement parce nous aurons l'option de bains privés. En effet au Japon les "onsen" ne sont en général pas mixtes. La nudité étant exigée, chacun est prié de rejoindre les bains selon son genre, pas de mixité 🙄.

Le hall d'accueil est sympathique, mais nous sommes dirigés directement au bain privé. Donc nous ne verrons pas les sources d'eaux chaudes entourées de nature. En fait, la vue sur la palissade en bambou est, ma foi, très banale 🙄. Déception lors que nous entrons dans notre cabine où nous attend une grande baignoire en bois, remplie d'eau alcaline à 40° 😶. L'eau est vraiment trop chaude et nous tenons maximum 10 mn avant de ressortir comme des écrevisses. Nous allons faire ressurgir nos souvenirs des bains en Nouvelle Zélande, c'était si beau 😁.

Ce n'était donc pas concluant ! Nous devrons en tester un autre 😊.

Nous avons tout juste le temps de prendre un bus pour aller jusqu'au lac Ashi avant la nuit. La route sinueuse de montagne nous conduit à Motohakone, ville balnéaire au sud du lac.

Le Tori est maitre des lieux et le Mont Fuji se dessine au fond. Beau panorama de fin de journée !


Nous profitons de boire une petite bière au le bord du lac, bien désert à cette heure-ci. Il ne fait pas chaud et le dernier bus part à 19h. Dans nos recherches de l'arrêt bus, les chauffeurs sont très disponibles pour nous guider et c'est rassurant !

Il est tard lorsque nous arrivons à la guesthouse, un bon dodo car demain bon programme. Nous prévoyons de visiter le Hakone open air museum, de monter sur le volcan et de rejoindre Togendai-Ko pour prendre le bateau et traverser le lac.


Tout y est, c'est parfait, c'est Japonais !

Le Tozan train va nous emmener à travers la montagne pour accéder aux sites touristiques. C'est un train à crémaillère car les dénivelés sont sévères. 🗻.

Notre 1er arrêt sera dédié au musée en plein air, The Hakone open-air Museum. Plus de 100 oeuvres d'artistes dont la renommée n'est plus à faire tels que Maillol, Rodin, Bourdelle et pleins d'autres dont je n'ai plus les noms. Un pavillon dédié à Picasso était en réfection.

Ce musée est unique au monde dans son genre.

Le parc de plus de 70 ha est splendide et le beau temps est au rendez-vous.

Notre balade a duré 2 bonnes heures et nous n'avons pas vu passer le temps.


La tour multicolore était assez magique : vertigineuse, et laissant le soleil illuminer les vitraux.

Les sources d'eaux chaudes sont très présentes dans cette région volcanique. Rien de mieux qu'un bon bain de pieds à 40° pour se détendre au milieu du parc. Pas bon pour les varices mais tellement agréable 😊.

Le photographe nous a bien fait rire !

Les sculptures, mises en valeur par ce cadre naturel fantastique, apparaissent tout au long de notre promenade culturelle.

Nous avons même pensé que Cetelem était passé par là 😉.

La nature donne des ailes...

Nous sommes intrigués par cette drôle de construction. En entrant nous aurions presque envie de redevenir des enfants pour grimper dans ces filets multicolores. Nous nous sommes contentés de nous imaginer le faire 💃🕺😁

Nous avons maintenant bien l'intention de rejoindre le volcan et ses fumeroles, le Owakudani. Nous devons donc rejoindre Gora avec le train Tozan, puis prendre le funiculaire pour Souzan. De là, le téléphérique va jusqu'au cratère. Nous avons compris que cette ascension était compromise due à la reprise d'activité du volcan. Nous verrons bien en route, c'est pas très clair !

Le trajet avec le train à crémaillère est vraiment typique. Pour les virages, il doit parfois stopper puis faire marche arrière avant de repartir dans l'autre sens. Pas rapide mais efficace et cela nous permet de profiter du paysage. Puis nous prenons le funiculaire, la vue est impressionnante et la grimpette aussi..désolée je n'ai plus les photos 🙄.

Par contre nous ne prendrons pas le téléphérique. Il est remplacé par un bus qui nous conduira au bout du lac et donc impossible d'accéder au cratère. 😣

Pour s'excuser de ce désagrément, plusieurs agents sont disponibles aux points stratégiques et guident les touristes. Avant de monter dans le bus, une belle carte postale nous est offerte. Eh bien, il faudra s'en contenter 😊.


Le lac Ashi apparaît et nous allons profiter d'une navigation sur un bateau style "gallion" espagnol. 30 mn pour la traversée de ce lac d'origine volcanique avec l'espoir de pouvoir admirer le Mont Fuji qui culmine à 3 772 m. C'est également l'occasion d'admirer les forêts , protégées, qui recouvrent les pentes des volcans.

Les touristes du monde entier affluent dans cette région. Chacun est au "taquet", appareil photo prêt, guettant l'apparition du Mont Fuji. Le but est de le voir avant les autres, pour éviter de se faire renverser par les photographes chinois 📸. Nous avons déjà expérimenté cela dans les autres pays. Pour une photo ils sont prêts à tout ! 😮

Le majestueux Mont Fuji ... qui ne verra pas nos chaussures 😁

Le Tori marque l'entrée du Hakone-Jinja shrine, un sanctuaire shinto, que nous ne visiterons pas.

Nous débarquons à Motohakone, et c'est en bus que nous rejoignons Odawara. Avant de partir nous assistons à une scène très japonaise !

La nourriture est interdite dans les bus. Certains touristes dégustent une glace ou autre et s'apprêtent à monter dans le bus. C'est alors que l'employé des sociétés de bus leur propose de récupérer les papiers d'emballage, la bouteille, pour les éliminer. Bien sûr, il attend patiemment que vous ayez fini votre glace 😃 et tout cela avec une politesse exemplaire.

Il faut presque le voir pour y croire 😃. Au cours de nos excursions et visites, notre constat est toujours le même, la bienveillance et le respect sont omniprésents dans ce pays.

Notre arrivée tardive sur Odawara nous permet d'acheter à manger avec de bons rabais. En effet plutôt que de jeter la nourriture, une réduction conséquente est appliquée. Et les délais de péremption au Japon étant très "safe", ils sont courts. Tant mieux nous nous régalons d'un menu délicieux acheté chez un traiteur avec un super prix.

Le lendemain matin, après une discussion sympa avec la gérante de la guesthouse, nous reprenons un train direction le nord est, pour Nikko. Une autre région de montagne à découvrir et qui fera l'objet de la prochaine étape 😎.

5
5
Publié le 20 août 2019

Nikko est une petite ville au nord de Tokyo. Nous allons prendre le train Shinkansen jusqu'à Utsunomya puis un train omnibus. 4h seront nécessaires pour ce trajet, mais le niveau de confort des trains nous fera oublier le temps.

Avant de partir nous prenons le temps de manger à la gare. Un couple japonais, semble très envieux de tailler la bavette avec nous ! Ils ne parlent pas anglais donc "google translate" vient de nouveau à notre secours. Cela semble beaucoup les amuser. En tous cas très efficace car nous avons pu échanger. Ce qui est vraiment comique c'est l'expression du visage lorsque nous expliquons que nous sommes partis en novembre et tous les pays que nous avons visités. Pour les Japonais c'est absolument impensable 😶 Pour mieux comprendre : en général, ils ne prennent pas la totalité de leurs vacances !

C'est si drôle de les entendre dire "hooooooo" avec leur mimique bien à eux, lorsqu'ils entendent puis comprennent, la durée de notre voyage. Un vrai plaisir et également l'occasion d'identifier combien nos cultures sont lointaines.

Vous avez remarqué l'aspirateur ?

Concernant le logement nous allons innover cette fois-ci 😊, nous logerons chez l'habitant. C'est donc Sumire qui vient nous chercher à la gare de Shimotuke Osawa, 2 stations avant Nikko. Nous sommes passés par Airbnb et Sumire nous a donné toutes les consignes par messagerie.

C'est donc dans une voiture "cube" typique japonaise que nous voilà partis pour un petit village🚗. Sumire parle un peu anglais. Quelle surprise est de constater, qu'en conduisant, elle regarde son émission favorite sur son écran multifonction. Ils nous semblait que dans ce pays tout est mis en place pour prévenir le moindre accident. Regarder la TV est autorisé ? 🤔. En tout cas nous sommes arrivés sains et saufs !

Notre hôte, est organisée et nous demande à quelle heure nous mangeons, avant ou après le bain...le bain ? Oui oui, le bain ! C'est finalement une manière habile de s'assurer que les clients seront propres 😂. Elle va me faire un discours dans un anglais que j'ai un peu de mal à saisir. J'acquièce par respect et comprends globalement qu'elle va préparer le bain. 🛀. Ce cérémonial mérite à lui seul un article 😊.

Sumire va prendre le temps de m'expliquer et c'était nécessaire. A l'identique des WC, le bain au Japon c'est très technique ! Elle se dirige à la cuisine et m'indique un tableau de bord...pour quoi faire, j'en ai aucune idée 🤔. De retour à la salle de bain je constate que la baignoire a commencé de se remplir...il y a donc un lien et c'est sans doute télécommandé 😮.

Les consignes : prendre sa douche avant d'aller dans le bain, se frotter avec le linge dédié, ne pas modifier le réglage du tableau de bord (En fait l'eau du bain reste chaude car le fond de la baignoire est chauffé).

Dommage je n'ai pas filmé 😆. Sumire n'est pas maniaque, elle est juste Japonaise et la propreté c'est sacrée !

Le rituel du bain était en tout cas bienvenu, étant donné le temps gris et frais (nous n'avons plus l'habitude d'avoir froid !)

Le repas qui a suivi était délicieux. Sumire s'est ensuite délectée d'animations jeux TV et pour nous c'était un bon spectacle ! Nous avons compris qu'elle était veuve et sa fille unique habite à l'étranger. Ceci explique cela sans doute.

Côté confort, notre chambre à l'étage était spacieuse et très bien équipée.




Nikko est une ville touristique toute l'année, pour ses "onsen" renommés, l'hiver pour le ski et l'été pour les randonnées. Les sanctuaires Toshogu, Futarasan et le mausolée Taiyuin font également la renommée de cette ville de province.

Nous avons envie de nature, le choix est fait, les temples ne feront pas partie du programme aujourd'hui, par contre nous partirons en direction du lac Yumoto.

Après une bonne nuit de sommeil et un petit déjeuner maison, direction la gare, pour rejoindre Nikko. Quelle chance le beau temps est revenu🌞

L'office du tourisme est fermé lorsque nous arrivons, il est à peine 8h. Mince, nous n'avons pas vraiment anticipé... eh bien nous partirons à l'aventure ! L'itinéraire est assez clair et nous avons trouvé la ligne de bus. C'est une ligne touristique, elle est pratique pour s'arrêter à chaque site et les bus passent régulièrement.

Dans le bus, un couple nous aborde pour nous guider, c'est impeccable ! D'ailleurs, grâce à eux, nous comprenons que nous n'avons pas le pass journée pour le transport. Lors du prochain arrêt, la femme va spontanément m'accompagner au guichet de l'office du bus. Elle va être la traductrice pour me faciliter l'achat du pass et nous permettre de faire une belle économie. A cette occasion, Olivier va remercier les passagers de nous avoir attendu,😊...ils ont dû être bien surpris. En effet, la pause de 10 mn était prévue 😆.

C'est notre 1ère étape, Chugushi, ville au bord du lac Chuzenzi. C'est un lac volcanique situé à 1270 m d'altitude. La route sinueuse qui monte depuis Nikko est en sens unique tant les virages sont serrés.

La cascade de Kegon sont accessibles facilement depuis le centre de la ville. Les azalées en fleurs agrémentent notre promenade. Ces chutes d'eau jaillissent de la montagne pour rejoindre la vallée 100m plus bas. C'est la 3ième cascade la plus vertigineuse du Japon.


Le long du lac les pêcheurs, et quelques ambassades dont une francaise. Pas de photos autorisées, je peux vous dire que les belles bâtisses au bord de l'eau, nous font plus penser à des résidences secondaires qu'à des ambassades !

Au loin le volcan Nantai-san, qui culmine à 2484m. Nous retrouvons l'esprit des montagnes que nous n'avions pas ressenti depuis longtemps 😃.

Et bien sûr un temple ! Sinon nous ne serions pas au Japon !

Nous reprenons le bus pour atteindre Yumoto, son lac et ses "onsen"réputés. Nous sommes encore plus haut à 1500m d'altitude. Cette ville est très prisée des Tokyoites le WE. Cette petite bourgade entourée de montagnes qui culminent à 2000m, présente un atout majeur...c'est une ville où les sources d'eau chaudes sulfureuses, jaillissent un peu partout à une température entre 56°et 68°. De fait, tous les hôtels ont leur "onsen".

L'hiver les pistes de ski attirent les sportifs et permettent de maintenir une activité touristique.

Nous avons besoin de vérifier la qualité de ces "onsen" 😉. Après la pause repas ce sera notre objectif !



Fontaine d'eau chaude au milieu du village

Nous avons opté pour le onsen de l'hôtel Itaya. Nous allons tester chacun de notre côté, pas de mixité.

La préparation, avant de se plonger délicieusement dans l'eau chaude sulfureuse, est de mise. Il est indispensable de se "récurer" soigneusement avant d'accéder aux bains. J'observe les japonaises et ce cérémonial de la toilette est impressionnant 🛀.

L'environnement est agréable et la vue des montagnes est reposante.

Nous avons attribué une bonne note 8 sur 10 !

Le lac Yomoto est alimenté par ces eaux sulfureuses en quelques points. C'est une particularité qui permet un développement d'une faune et flore particulière. Le saumon rouge, la truite arc-en-ciel peuplent ce lac et la pêche y est populaire. Nous croisons de nombreux pêcheurs en barque. Nous allons l'explorer à pieds, une heure suffit pour en faire le tour.





Le sentier est agrémenté de passerelles en bois et la nature est splendide avec ce soleil. Au bout du lac nous allons rejoindre les cascades de Yudaki.

Après ce bain de brumisation naturelle nous allons reprendre un bus et rejoindre d'autres cascades, les Ryuzu Falls.

Superbe balade...

Oh ! Des narcisses...

La route du retour, sur l'autre versant de la montagne, est plaisante. Sumire nous attend à la gare avec sa petite voiture cubique et un nouveau feuilleton sur son écran 😉.

Soirée tranquille avec un bon repas cuisiné maison.

Le lendemain matin c'est un temps désolant qui va perturber le programme. Il pleut des cordes et il fait frais. Pas vraiment envie de visiter les sanctuaires dans ces conditions.

Ok, alors direction Tokyo, trop facile avec le train 😁. Celui là nous conduit à Utsunomya puis nous reprendrons un Shikansen pour Tokyo.