Carnet de voyage

Chroniques peu ordinaires

Dernière étape postée il y a 2224 jours
Carnet dont le but est de partager certaines reflexions sur le bord des routes à nos côtés. Sur cette nouvelle page, chacune signera le bas de son article.
Avril 2018
1 jour
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 24 avril 2018

Fourbi ordonné d'expériences quotidiennes ou récit d'un nomadisme au jour le jour. Nan, nan, nan ; ça fait un peu prétentieux. Plutôt : Écrits traitant du voyage. Un peu trop froid. Euh.. ça ne le fait pas.

Mais qu'est-ce je veux dire enfait ?

Pensées à la découverte de l'Inconnu ... Bon, c'est toujours pas très clair. Histoire de mes rencontres ? Nan, là ça va partir en description trop perso. Laisse tomber, j'y arrive pas là, je m'brouille.

S'que je voudrais parler c'est de ma joie de tous les jours devant cette Vie si riche d'apprentissages. D'émerveillement. Ahh, c'est confus, ok, je reprends.

À chaque lever de soleil, j'me dit que ce voyage m'amène à voir une multitude de choses qu'il est parfois difficile d'aperçevoir en menant un quotidien déjà plannifié. À chaque coin de rue, j'me dit que je fais un p'tit bout de chemin et c'est l'Aventure qui est là. À chaque coucher de soleil je suis impatiente de voir quelles surprises me réserve demain.

"Ne pas laisser de vide derrière soi mais écrire de nouvelles traces", ça, j'l'avais en tête depuis un bout de temps mais c'est comme au Scrabble, je ne savais pas où la placer. Et bah voilà, j'la place. J'la place dans ce carnet qui est un fourre-tout à idées. Pensées itinérantes, ça en jette comme titre nan ? Moi, j'aime bien...

Douce Musique,

Un plaid sur le corps,

Rayons, rasants, s'engouffrant dans

Les voiles, toutes sorties.

Clapotis silencieux,

Hélios se couche.

Bref, ça c'est la navigation, je divague, ça m'inspire. Un voilier, un carnet, un crayon.

Ça y est, j'suis partie.

Olivia

2
2
Publié le 22 juin 2018

"Comment voyager seule en étant petite, blonde et aventureuse ?" C'est le titre du livre qu'on m'a offert récement, et, non ! ce n'est pas moi qui l'ai écrit. Faut pas se mentir, depuis que je suis partie d'Europe, il n'y a pas un jour où je n'ai pas ressenti une différence physique avec les locaux. Même si au premier coup d'oeil ils ne savent pas que je suis française, je passe facilement pour une allemande, une suédoise, ou (carrément !) portugaise ou chinoise ! Mes collègues me demandent de quelle région je viens, alors que bon nombre d'entre eux ne connaissent que Paris, et puis mainenant que je sais comment le dire en español, j'ai ma petite phrase et je m'aide des mes mains pour faire la carte de France. Bon, bah les prix sont inévitablement plus élèvés lorsque les vendeurs me voient et je me fais dévorée par les moustiques alors qu'eux pas, mais j'ai commencé à prendre conscience du potentiel latent que j'ai, de par ma situation de touriste. De un, on ne me refusera jamais l'accès aux toillettes d'un restaurant, j'ai une tête à me payer un plat. De deux, on me laisse aussi facilement rentrer dans les grands hôtels (et je me réjouis de piquer leur papier WC et savon). Mais le plus avantageux c'est sans doute pour le stop : les couples, les familles, les personnes seules au volant s'arrêtent souvent. Une jeune étrangère, fluette, avec un gros sac ? Ils me prennent plus par pitié ou par protection que pour réellement le fait de faire du stop.

Ahh, oui, j'allais ommettre un fait important : quoi que je cuisine, ce sera toujours 'délicieux' car c'est de la cuisine française, et que tous les français sont des chefs (croyance qui perdure hors des murs de France et de Navare). "French toast" pour le pain perdu; "French fries" pour les frites; "French crêpes" pour çi, pour ça,.. et les gens autour de moi m'imaginent des dons de gastonomie que je ne me connaissais pas !

Bref, je n'ai pas finis de découvrir les particularités d'être "une Blonde en voyage" :)

Olivia