3 jours à déambuler dans les rues de Venise et les îles alentours.
Du 12 au 14 avril 2018
3 jours
Partager ce carnet de voyage
J1

Il est 11h15 et nous venons tout juste d’atterrir à l’aéroport de Trévise, situé à 1h en bus de Mestre, là où notre hôtel se trouve. Étudiants tous les deux, notre budget pour ce voyage est très serré, on ne prendra donc pas le bus qui nous aurait coûté environ 45€. Armés de nos deux gambettes chacun, nous faisons nos premiers pas en Italie vers la gare de Treviso Centrale. Il nous faudra une trentaine de minutes de marche et de petits pas de course pour y arriver, mais une économie certaine sur notre budget ! Ce fut aussi une première pour nous : prendre le train en se débrouillant seuls ! Prendre les tickets → check ! On doit à présent composter notre billet, comment fonctionne cette machine ? Après avoir retourné notre billet dans tous les sens et après avoir inséré notre billet de toute les façons possibles, ça fonctionne !

Le train arrive, on s’installe et c’est parti pour 20 minutes de trajet ! Arrivés à Mestre Fs, on doit se rendre à l’hôtel pour faire l’enregistrement, déposer nos bagages et pouvoir enfin prendre le large vers Venise ! Haha, ça a l’air rapide comme ça mais …N’étant pas habitué à la vie en ville, on décide donc de rejoindre l’Apogia Sirio Venice … à pied pour changer ! C’est toujours tout droit en sortant de la gare, mais cela nous paru trèèèès long, surtout que la pluie s’est invitée sur la fin.

Ouf, on est arrivé ! On fait l’enregistrement, avec une dame qui parle un peu français, mais qui n’est pas très agréable et ne nous donne pas vraiment d’informations si ce n’est que le petit-déjeuner est servi à partir de 7h00… Bref, on découvre la chambre qui est parfaite pour nous, avec un énorme lit ! Pas le temps de trainer, il est déjà presque 13h30, nos estomacs réclament et nous devons encore nous rendre à Venise même.

Nous avions préalablement acheté sur Venizia Unica, chacun un ticket ACTV à durée de deux jours afin d’utiliser bus et vaporettos au prix de 30€. Ce prix parait élevé, mais le prix d’un seul ticket de vaporetto par exemple vaut 7€, on a largement « rentabilisé » notre achat durant le séjour. Nous devons maintenant convertir nos billets achetés sur Internet en pass régulier, on se rend donc à la gare routière de Mestre Centre. Bon, vous commencez à nous connaitre et savez d’ores et déjà que les transports en commun et nous ça fait 2. Première fois que nous prenons un bus de ville, il faut là aussi composter son pass à chaque fois. Pas de borne dans ce bus-ci, mais un contrôleur ! On vous conseille donc de ne pas frauder, car ils sont quand même assez présents et l’amende est d’environ 60€, ce serait dommage !

On arrive enfin à Venise après 20 minutes de trajet. On descend du bus et la première chose que nous faisons c’est de trouver un petit snack afin de combler l’énorme vide de notre estomac. Dans une ruelle, on tombe sur un pub Irlandais, le Irish Pub Santa Lucia, qui propose des choses appétissantes pour pas cher et pour les amateurs, un grand nombre de bière. On commande deux cocas, une pizette et un tramezzini ! On s’installe en terrasse, même s’il ne fait pas très beau, car l’intérieur est étroit et qu’on trouve cela sympa de voir les personnes passer ! Bon devant nous se trouvait des « marchands de tapis » comme je dirais. En gros, c’est le même stand côte à côte, qui vendent les mêmes babioles et cela se retrouve partout dans les endroits touristiques de Venise, on se demande encore comment chacun y gagne son compte ! Cela fait parti intégrante de Venise, mais ne nous a pas charmé du tout.

On ne traine pas, on mange rapidement, on paye et on prend la direction de la station de vaporetto la plus proche soit Ferrovia. On décide de faire les lieux touristiques ce jour-là, donc en route pour la Place Saint - Marc ! On traverse le Grand Canal et admirons déjà depuis le vaporetto des choses qui nous ferons revenir sur nos pas plus tard.

Waaaah! C’est un changement d’ambiance radical, il y a tellement de monde au mètre carré ! On aperçoit directement les lieux phares de Venise : la Place Saint-Marc bondée, le Palais des Doges, le Campanile de Saint-Marc et la Basilique Saint-Marc où de patients touristiques attendent pour la visiter. On déambule au milieu de tous, on essaye de faire de jolies photos en évitant d’y incorporer la masse de personne agglutinée devant. Clairement, on ne s’éternise pas dans ces lieux, mais on passe un peu de temps pour observer chaque chose, on flâne le long de la Place Saint-Marc et écoutons un morceau joué par les musiciens du célèbre Café Florian.

Palais des doges | Basilique Saint Marc | Campanile 

Très rapidement, on décide de se perdre dans les ruelles de la ville, chose très facile car il n’y a pas beaucoup d’indications. Très rapidement, le monde s’estompe, on se retrouve parfois presque seuls. Les ruelles sont étroites, on traverse parfois quelques ponts et oh on retrouve d’un seul coup la civilisation. On s’approche et on découvre que l’on vient de tomber parfaitement par hasard sur le Pont des Soupirs, une bonne surprise. On continue de visiter chaque recoin de la ville et tombons sur un marchand de glace. Venise est assez réputée pour ses glaces, Clément décide d’en prendre une et s’est régalé avec ! Par contre, le shop n’avait pas de nom, mais se trouve dans la Calle San Zaccaria près d’une Église qui porte le même nom que la rue.

On s’éloigne de plus en plus dans le quartier Castello, et tombons sur de charmants endroits, des havre de paix, notamment de grands espaces verts, où les locaux promènent leurs chiens, où les enfants viennent jouer. Nous avions particulièrement aimé ce cadre, mais ce n’était pas le but de la journée, on se promet d’y revenir plus tard !

Lorsque nous avions pris le vaporetto pour aller jusque la place Saint - Marc, nous avions aperçu la Punta della Dogana, de l’autre côté de la rive ; on décide donc d’aller y jeter un oeil. C’était un endroit très tranquille, peu de personnes à notre grande surprise, car cela donne une autre vison sur le Campanile et le Palais des Doges notamment. Il est déjà presque 18h et nous décidons de nous rendre au Pont du Rialto. Après une bonne trentaine de minutes de marche, on arrive à ce pont. Pour l’histoire, on avait prévu de prendre le vaporetto pour s’y rendre, mais nous nous étions trop éloigné du Grand Canal, du coup tant pis, on y va à pied. C’est encore une fois un endroit très prisé des touristes et les vendeurs le savent bien! Vous trouverez dans la rue des « marchands » de tout et de n’importe quoi surtout. Bon, pour le romantisme, vous aurez des personnes qui vous force la main pour acheter des roses, mais aussi des vendeurs de perche à selfie ou de faux sacs de marque. C’est sûr cela enlève son charme à la sérénissime.

Punta della Dogana | Pont du Rialto

La journée commence à être longue pour nous, on décide d’aller dans un restaurant sur le bord du canal, le Ristorante Florida Venezia, clairement pour les touristes, mais on a pas trop envie de chercher plus loin ! On s’installe, on commande deux Spritz, et chacun un plat (de lasagne et de pâtes). Les Spritz sont bons, mais nous ne raffolons pas de ce cocktail non plus. Les plats étaient bons mais nous avions déjà oublié que nous étions en Italie, il y a du fromage partout ! Dans les lasagnes c’était du fromage qui remplaçait la crème qu’on trouve traditionnellement en France, super bon au début, mais vite écoeurant quand vous n’êtes pas trop fromage. Clément n’a laissé que le parmesan de ses pâtes, le plat est donc validé ! On sort de là avec une addition plutôt salée, mais cela était exceptionnel et nous voulions faire au moins un restaurant durant le séjour. Les serveurs étaient au petit soin, des couvertures peuvent vous être prêtées et une lampe chauffante est disponible à chaque table !

C’est parti pour rentrer à l’hôtel, après une journée déjà bien chargée, les jambes lourdes, l’estomac rempli, ils nous restent le vaporetto et le bus à prendre. Arrivé à la chambre à 20h30, on organise nos affaires pour le lendemain et au dodo !

J2

6h00. Le réveil sonne, on se prépare pour aller au petit déjeuner à 7h00 afin de ne pas perdre de temps. Pour cette dernière journée, nous avons prévu d’aller dans les îles alentours de Venise. C’est reparti, bus et vaporetto, cap vers Burano. Attention ! Le trajet pour aller vers Burano fut vraiment long, je dirai une quarantaine de minutes en vaporetto depuis Piazzale Roma, mais le détour en vaut la peine. Sans mentir, je crois que nous avons traversé chaque recoin de l’île, c’était magnifique, calme et tellement agréable. En sortant de la station de vaporetto, on se dirige tout de suite dans la direction opposée aux autres passagers. En moins d’une minute, on s’engouffre dans une ruelle où nous sommes seuls au monde. Nous avons passé environ deux heures sur place, ça été notre coup de coeur, on s’y sent vraiment bien. Comme d’habitude, on se perd et on se dirige dans la mauvaise direction pour reprendre le vaporetto ! Bravo Vicenzo !

Des couleurs à couper le souffle ! 

Encore une fois, nos estomacs nous rappellent qu’il faudrait peut-être mangé quelque chose. On doit encore aller sur l’ile Murano, on mangera donc là-bas. Cette île est connue pour ses souffleurs de verres et en effet vous ne verrez presque que des magasins qui vendent leurs créations. Un seul objectif une fois arrivé ici : manger ! En cherchant quelque part où manger, on tombe sur la comète de verre, où chaque personne présente pose devant. On déambule une dizaine de minutes avant de s’installer à une terrasse. Bon ça n’a pas l’air très cher mais en faite ce restaurant propose seulement des plats sans accompagnement, on prend donc une assiette de frites en plus de nos plats pour 5€, on s’attend à quand même quelque chose de conséquent pour ce prix. Quelle désillusion ! Une assiette vraiment dérisoire pour ce prix ! Ce restaurant nous a couté cher pour ce qu’il était et nous regrettons de ne pas avoir cherché plus loin, mais nous avions si faim ! On sort de table, on a encore faim, nous n’avons aucunes idées de que faire sur cette île et revenant de Burano, cette île ne nous parait pas aussi bien.

Murano 

On décide donc de partir et de retourner à Venise même dans le quartier de Cannaregio, pour le découvrir un peu plus. On se promène et là nous tombons sur une supérette ! Chouette, on va acheter de l’eau et une boite de biscuits ! Cette boite de biscuits a été dévoré dans la journée même. On décide de se rendre à la Biennale de Venise, où se trouve des mains géantes qui sortent de l’eau. Ces mains semblent soutenir un bâtiment et en se renseignant on apprend que le sculpteur a voulu représenter les risques du réchauffement climatique.

Il fait beau, retournons à la Place Saint-Marc afin d’avoir de plus beaux clichés qu’hier. Il est 15h30 et nous avons l’impression d’avoir fait le tour !

Place Saint Marc 

On prend un vaporetto direction Lido, une île connue pour ses stations balnéaires. Cette île est très charmante, on s’assoit sur le bord de l’eau et regardons les bateaux passer. Cette pause fut très agréable mais hopopop on se motive, on se lève et on se dirige vers la plage. La route que nous avons prise pour aller à la plage est déserte, mais tellement jolie ! L’été, il doit y avoir du monde dans ces endroits. On arrive à la plage, on la parcourt rapidement. Elle n’est pas forcément paradisiaque, mais c’est un beau contraste avec Venise. Vous trouverez sur la plage des bars et snacks afin de vous restaurer et vous désaltérer, mais les prix n’étaient pas affichés, on ne pourra pas vous aider sur ce point.

La veille, nous nous étions promis de revenir dans le quartier de Castello et depuis le vaporetto nous avions aperçu des locaux se poser dans un parc, cela nous a donné envie ! On descend à la station de vaporetto la plus proche et c’est parti nous flânons dans le Parc delle Rimembranze. On voit des élèves en uniforme, on décide de les suivre, on se dit « chouette, ils vont nous emmener vers un bar sympa à tous les coups ». STOP, on se retrouve devant une école navale militaire ! Fou rire mais agréablement surpris, car cela nous a emmené au bout de Venise.

Nous avons passé un bout de temps à Isola Di Sant’Elena, nous nous sommes baladés dans Marina Santelena où nous avons pu apercevoir de magnifiques bateaux, ainsi qu’un club privé pour les personnes accostant avec leurs bateaux. Encore une fois, si vous voulez visiter Venise loin des sentiers battus, c’est l’idéal vous êtes seul. Si seul qu’on s’est autorisé un pipi nature. Il faut savoir que les toilettes publics sont payants et surtout il n'y en avait pas à proximité de nous.

Marina Santellena | Parc delle Rimembranze 

On retourne se poser dans le Parc delle Rimembranze, on s’assoit sur un banc, on a pas envie de partir, le soleil nous chauffe la peau, mais basta ! On se dirige vers le Giardini Pubblici, où la veille nous nous en étions tenu à seulement le regarder de « loin ». À présent, on le parcourt de tout son long, pour se rediriger dans le sens de la Place Saint - Marc. Sur le chemin, on aperçoit un étang avec des tortues et des carpes… atypique ce quartier !

Giardini Pubblici 

On se dirige vers l’Arsenal de Venise, dont l’entrée est cloisonnée de deux tours de fortifications. Des bars sont implantés autour de ce monument, ça peut être très agréable de s’asseoir prendre un verre ! Sur la route nous avons fait une rencontre de taille : le départ d'un navire de croisière, très impressionnant de voir passer un tel navire !

Arsenal de Venise  | MSC Lirica

Après avoir fait tout cela dans notre journée, on décide de reprendre le vaporetto pour le quartier de Cannaregio, il nous reste le quartier juif à faire. Nous passons presque 1h dans le vaporetto, on commence vraiment à fatiguer, on est bien content d’avoir une place assisse ; c’était l’une des premières fois où nous avions eu la chance de ne pas rentrer dans un vaporetto bondé et de se mettre à l’intérieur. Arrivé sur place, on a pu observer le coucher du soleil sur le grand Canal. On ne fera finalement pas le quartier juif par manque de temps (et d’envie aussi ?). On remarque un Burger King dans cet endroit, on y rentre, soucis, il faut commander au guichet, et nous préférons les bornes pour avoir une vision d’ensemble. On regarde sur le téléphone, il y a en a un près du Pont du Rialto, alors c’est reparti pour un tour de vaporetto ! Qu’est-ce qu’on a bien fait de chercher ailleurs !! Il y a des bornes et dans les promotions des menus à 3,99€ ! Mais pourquoi on a pas mangé fast - food avant ?? Clairement, on se lâche et ça nous coûte vraiment rien. En sortant du fast - food, il y a un magasin de bonbon le Captain Candy. Vous n’avez pas le droit de prendre de vidéo et seulement une photo, va savoir pourquoi. Leur tarif : 3,99€ les 100g. Les bonbons sont fait artisanalement, ça peut être sympa de les goûter. Clément, cet enfant, s’est laissé attendrir par les bonbons, arrivé à la caisse c’est presque le prix de notre fast - food ! Clément les a trouvé bons, par ailleurs moi je ne suis pas trop bonbon donc mon avis n’est que subjectif mais… je préfère acheter des Haribo !

Coucher de soleil sur l'Église San Simeone Piccolo 

Après tout cela, on rentre à la chambre, on prépare nos bagages, car le lendemain c’est déjà le retour à la maison. Nous avons payé 12,40€ de taxe de séjour en partant de l'hôtel.

J3
matin
J3
matin

Nous avons aimé :

  • Burano qui a été notre coup de coeur,
  • Se perdre dans les ruelles,
  • Le sud-est de l'île avec ses jardins et sa marina,
  • Le transport en Vaporetto qui dessert toute la ville et toutes les îles,
  • La sécurité présente dans toute la ville.

Nous n'avons pas aimé :

  • Murano qui n'a rien d'exceptionnel,
  • Le côté beaucoup trop touristique de la ville en particulier de la place Saint-Marc,
  • Le prix des restaurants.

Venise digère la foule par l’intestin de ses ruelles et la recrache sur les places