Carnet de voyage

Nouvelle-Calédonie

14 étapes
1 commentaire
20 abonnés
Dernière étape postée il y a 220 jours
Petite escale entre le Japon et la Nouvelle-Zélande, nous voilà pour 2 semaines en Nouvelle-Calédonie, ce magnifique archipel d'Océanie, à 22 000 km de Lyon...
Novembre 2016
13 jours
Ce carnet de voyage est privé, ne le partagez pas sans l'autorisation de l'auteur.
Publié le 10 mai 2017

🇯🇵 Japon

🇳🇿 Nouvelle-Zélande

🇹🇭 Thaïlande

🇲🇲 Myanmar

🇱🇦 Laos

🇻🇳 Vietnam

🇵🇭 Philippines

🇮🇩 Indonésie

🇲🇾 Malaisie

🇮🇳 Inde

Envie de prolonger votre lecture ?

Découvrez ces carnets de voyage de la sélection MyAtlas ou cherchez une destination.

7
nov
7
nov
Publié le 14 novembre 2016

Après 9 nouvelles heures d’avion, nous débarquons en Nouvelle Calédonie aux alentours de 23 h !

Premier choc, la chaleur. On quitte rapidement les doudounes pour ne pas étouffer.

Deuxième choc, adieu les japonais calmes, silencieux et sur leur 31, bonjour les savates et les gens qui parlent fort !

On loue une belle 206 + blanche, notre maison pour la semaine, et on se gare dans un coin pour s’endormir en rêvant des plages qui nous attendent.

• • •

Au réveil, c'est parti pour une semaine de road-trip autour de la Grande Terre, l'île principale de Nouvelle-Calédonie. Après quelques courses et quelques kilomètres, nous arrivons à Bourail.

On commence une randonnée de deux heures sur le sentier des 3 baies et là, enfin l’océan Pacifique. Troisième choc, le paysage incroyable. Les pins colonnaires, le soleil et la couleur de l’eau… dégoulinants sous le soleil, on est heureux.

Voici donc pour vous en exclusivité, les trois fameuses baies, de la Roche Percée à la baie des amoureux en passant par la baie des Tortues où celles-ci viennent pondre chaque année.

On en profite même pour pique-niquer puis faire une petite sieste à l’ombre d’un palmier, après tout, pourquoi se priver 😉.

Petit passage par une cabine téléphonique pour tenter de réserver la suite de notre voyage, visiblement elles sont encore très utilisées ici et nous ne trouvons de wifi nulle part.

Quatrième choc, après l’effervescence de Tokyo, on est presque effrayé par le peu de personnes rencontrées.

Nous terminons la journée par une balade dans le domaine de Deva, à travers plaines et forêt...

... puis par un pique nique sur la plage de Poé longue de 14 km d’où nous admirons la fin du coucher de soleil.

Allez, on vous laisse, on doit aller se battre avec les moustiques dans la voiture.

8
nov
8
nov
Publié le 14 novembre 2016

Dormir dans la voiture s’avère beaucoup plus compliqué que prévu, entre les moustiques, la chaleur étouffante et les sièges inconfortables. On ne met pas d'alarme, pensant être réveillés par le lever du jour vers 5h30.

Que nenni, nous n'émergeons qu'à 9h, courbaturés après une nuit de lutte. Juste le temps de prendre un petit déjeuner face à la mer, de se débarbouiller sous une douche de plage trouvée au bord de la route et nous voilà partis pour 1h30 de voiture direction Koné où nous avons réservé un vol en ULM.

On se perd un peu et on croise des vaches et des chevaux sauvages !

Plein d'excitation et d'appréhension, nous arrivons à l'aérodrome. Et hop, chacun dans son avion avec un casque pour pouvoir communiquer entre nous, nous décollons pour une heure de vol. Et là, on vous laisse juger par vous-même, parce qu’il n’y a pas de mots pour décrire ce qu’on a vu.

Que de merveilles ! La mangrove, les montagnes, le lagon, les raies mantas, le Trou Bleu de plus de 200 m de profondeur et le très...

La tête encore dans les nuages, on continue notre route vers Poum où nous comptons passer la nuit. Arrivés là-bas, on se retrouve face à la mer, et la suite de la route nous semble être l’entrée d’une tribu. On s’arrête là, les kanaks ne semblant pas tenir les blancs particulièrement dans leur cœur, on préfère ne pas commettre d’impair. Quelle fausse impression pourtant !

Le spot nous semble beau et l’idée de nous réveiller encore une fois face à la mer nous parait plutôt sympa. On hésite… A ce moment là, tout un groupe de femmes kanak sort de la tribu et nous salue joyeusement. On en profite pour leur demander si on peut passer la nuit ici dans la voiture. « Allez voir le pasteur plutôt, il a une cour pour vous garer, ce sera plus sûr ! ». On s’aventure alors à l’intérieur du territoire de la tribu, encore pas vraiment rassurés !

Mais grosse surprise de la soirée, alors qu’on explique au pasteur qu’on voudrait dormir dans la voiture, il nous invite plutôt à dormir dans une case immense prévue pour les visiteurs et il nous invite même à manger chez lui. Mangue, papaye, patate douce blanche et chouchoute, de son vrai nom christophine, on se remplit le ventre de fruits de son jardin en en apprenant plus sur les kanaks et la volonté d’indépendance de certains. Il nous offre même un drap aux couleurs du drapeau kanak. Incroyable rencontre !

Bonne nuit à vous, nous on s’endort au frais dans la case, bercés par le bruit des vagues et des mangues qui tombent des arbres.

9
nov
9
nov
Publié le 14 novembre 2016

On se réveille tranquillement aux sons des chants d'oiseaux dans notre super case vers 7h !

Pasteur Georges nous a laissé un nouveau fruit à goûter pour le petit déjeuner !

On en profite pour visiter le jardin de jour et découvrir tous ses arbres fruitiers. Puis, il revient de sa séance de méditation et nous offre des citrons et une tonne de mangues "pour la route".

On le regarde nourrir ses cochons et nous partons direction l'extrême Nord de l'île, à Boat Pass.

On poursuit notre chemin par la baie de Banaré. L'eau est une nouvelle fois incroyablement claire, on peut voir plein de sortes de poissons et de grosses étoiles de mer. Je laisse mes tongues achetées la veille au bord de l'eau le temps d'aller chercher mes lunettes de soleil. A mon retour l'océan les a emportées, déjà beaucoup trop loin pour qu'on puisse les récupérer 😥.

On tente ensuite d'accéder à une autre baie, mais le pays sauvage a raison de nous, rien n'est indiqué, on ne sait jamais si on est sur les terres d'une tribu ou non, on finit par abandonner et on prend la route pour la côte Est par la forêt jusqu'au col d'Amos.

Le paysage change, la végétation luxuriante nous donne l'impression d'être dans Jurassic Park 😀 !!

Le trajet jusqu'à notre prochain stop est plutôt long mais nous trouvons des cascades sur le chemin dont celle de Colnett ! De quoi nous rafraîchir agréablement, et la vue est toujours aussi belle, ce qui ne gâche rien. On s'est même fait une petite frayeur en glissant sur les rochers mouillés, on hésitait à se baigner, la cascade a décidé pour nous...

Cascade de Colnett 

On reprend la route et traversons la rivière grâce à un "bac", le dernier de Nouvelle-Calédonie, tous les autres ayant été remplacés par des ponts.

Le bac de la Ouaième 

On arrive enfin à Hienghène, il fait nuit, nous nous garons sous la gendarmerie, sur le parking du collège. On découvrira la ville demain car elle est maintenant plongée dans le noir. Nous somme bercés par le bruit de la pluie qui commence à tomber.

10
nov
10
nov
Publié le 14 novembre 2016

On se réveille vers 7h aux sons des voitures qui commencent à remplir le parking du collège, on déplace donc la voiture de quelques mètres pour aller s’installer sur la plage communale. La vue est plutôt sympa pour ce nouveau petit déjeuner. On regarde les collégiens se diriger vers ce qui semble être un cours d’EPS. Sauf qu’au lieu de piscine, ils ont kayak, eux...

Après un petit tour par l’office du tourisme, on choisit une randonnée jusqu’au col Ga Wivaek. La vue d'en haut est dégagée et offre un beau panorama de la baie.

On pique-nique au belvédère de la poule couveuse (regardez bien la dernière photo ci-dessus, vous la voyez la poule qui couve ?) mais on se fait interrompre par la pluie qu’on voit arriver face à nous sur l’océan.

On se dirige ensuite vers la cascade de Tao. Malheureusement, à cause des fortes pluies le sentier est fermé, on prend quand même quelques photos sympas.

On finit la journée en buvant un petit cocktail dans un hôtel du coin, on profite d'un peu de wifi pour mettre à jour le blog !

On se couche sous une pluie battante, au moins ça rafraîchit la voiture 😉.

11
nov
11
nov
Publié le 14 novembre 2016

Ce matin, départ 7h45 pour prendre le bateau. Direction l’îlot Hienga pour la découverte de ce dernier via un sentier botanique et sous-marin. On va faire de la randonnée palmée ou snorkelling pour les bilingues. Une première approche de la vie sous-marine avant de peut-être tenter la plongée en Thaïlande.

Les 20 minutes de bateau nous permettent d’avoir un autre aperçu de la baie dans laquelle nous étions hier ainsi que des alentours.

L’îlot est paradisiaque et fait partie des sites inscrits au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO.

Nous débutons la matinée par la découverte de la flore du littoral, de toutes ses vertus et de leur utilisation par les kanaks (une pharmacie géante cet îlot 😉). Après un petit en-cas, nous attaquons les choses sérieuses, à savoir le sentier sous-marin. Munis de nos palmes, masque et tuba, nous partons à l’assaut du lagon. C’était extra, on se serait cru dans un aquarium géant, comme dans les films, des poissons à quelques centimètres de nous et de toutes les couleurs !

Après un énième « repas sandwich » à notre retour sur la terre ferme en début d’après-midi, nous quittons Hienghène. On prend de nouveau la direction du côté ouest de l’île afin de se rapprocher de Nouméa où nous devons rendre la voiture samedi matin. Nous ne pourrons malheureusement pas faire la boucle complète à cause des récents conflits touchant le sud-ouest de l'île.

Après quelques heures de route, nous nous arrêtons à environ 300 km de Nouméa sur un camping libre d’accès pour apprécier un timide couché de soleil et une dernière nuit dans notre super voiture 😀.

12
nov
12
nov
Publié le 14 novembre 2016

Après une matinée de voiture, nous voilà arrivés à la ville ! Ça nous fait bizarre après une semaine de dépaysement. Darty, McDo, Casino, Gifi, nous voilà presque de retour en métropole…

L’auberge de jeunesse (la seule de Nouméa) est assez cool avec plein d’espaces collectifs comme une salle de ping-pong et la vue de notre chambre donne sur le quartier et surtout sur l’océan. Seul point négatif, il faut payer le wifi.

Nous passons ensuite le reste de la journée à préparer notre séjour sur l’île des Pins (courses, réservations activités et logements, etc.). On finit par une petite balade nocturne dans la ville.


Bonne nuit, on va profiter d’un bon vrai lit !

13
nov
13
nov
Publié le 14 novembre 2016

On se lève une nouvelle fois avant 7h du matin, une habitude qu'il nous faudra perdre rapidement pour une année de vacances 😉. On prend un petit avion pendant 25 min direction l’île des Pins ! On a payé les 25 minutes de vol les plus chères de notre vie. A part un bateau, en réparation cette semaine, Air Calédonie est l’unique compagnie aérienne opérant la liaison avec cette île…

Mais bon, étant considérée comme une des plus belles îles du pacifique, on ne pouvait pas ne pas y faire un saut.

Arrivés à notre camping, nous avons le luxe de choisir notre tente, nous prenons donc celle la plus proche de la plage afin de profiter encore et encore du bruit des vagues la nuit. Le spot est incroyable.

La journée sera donc dédiée entièrement à cette petite plage privée qui nous est réservée, le camping étant quasiment vide et nous profitons d’un beau coucher de soleil, à deux pas de notre tente.

Posé pour le coucher de soleil  😀
14
nov
14
nov
Publié le 15 novembre 2016

Après une journée de détente, nous voilà partis en pouce. Nous pensions louer des vélos voire un scooter pour se balader plus facilement sur l’île mais sur les conseils de 2 filles recontrés la veille, nous partons à pieds du camping.

Comme prévu, au bout de deux minutes de marche seulement, nous voilà dans la voiture d’une habitante de l'île en direction de Vao ! Après le tour du (petit) village, nous nous rendons à la baie de St Maurice, non loin. Le mémorial, qui commémore l’arrivée sur l’île des Pères Goujon et Chatelut, est entouré d’une superbe palissade de totems de bois, sculptés par chaque tribu de l’île.

Village de Vao & Baie de St Maurice 

Seconde étape de la journée, la baie d’Oro et sa piscine naturelle, à 15 km de Vao. Et nous mettons moins de 20 minutes pour nous y rendre ! On enchaîne deux stops, un premier sur 10 km, un pompier de l’aérodrome roulant vers le nord de l'île pour aider sa famille dans les champs pendant sa pause, et un second, un peu plus stressant, dans la benne d’un pick-up de trois jeunes s’échangeant une bouteille de rhum à chaque virage... Arrivés à bon port, il ne nous reste plus qu'à remonter la rivière de sable pour atteindre la piscine naturelle. Séparée de la mer par une barrière de corail et bordée d’une magnifique rangée de pins, cette piscine naturelle est un lieu tout simplement magique. On peut y voir plein de petits poissons, même sans masque.

Rivière de sable & Piscine naturelle 

Nous marchons ensuite jusqu'à la baie d'Oro, encore plus M A G I Q U E ! Nous sommes toujours aussi émerveillés par la couleur de l'eau, les paysages et surtout le très peu de touristes sur des lieux comme celui-ci, à notre plus grand bonheur !!!

Baie d'Oro 

De retour vers notre camping et après quelques courses (pain de mie à plus de 6€, bip bip), nous passons la fin de journée à la plage 😉.

15
nov
15
nov
Publié le 15 novembre 2016

Aujourd'hui, c'est la grande excursion ! En attendant notre navette pour la baie de St Joseph, nous avons déjà hâte d'embarquer.

La journée commence par un tour de bateau dans la baie d'Upi, on ne commente plus la couleur de l'eau, ça risquerait de devenir vraiment répétitif...

Baie d'Upi 

Premier stop, la baie des tortues. Oui oui, aujourd'hui on a caressé une grosse tortue de 29 kg !

Deuxième stop, on saute à l'eau pour nager au dessus d'une immense raie manta noire, juste incroyable !

Troisième stop, débarquement sur l'un des îlot Nokanhui. Juste une bande de sable au milieu de l'océan, comme dans les films... C'est d'ailleurs ici qu'il y avait eu la finale de Koh-Lanta en 2005 😉.

Quatrième stop : snorkelling. On a loué des palmes, masques, tubas pour la journée afin de pouvoir observer le requin à pointe blanche. Le masque qu'ils m'ont donné prend l'eau, ce qui nous fait bien perdre 1/4 d'heure, mais heureusement une dame me sauve en me prêtant le sien. On finit par trouver un requin couché au fond de l'eau au milieu des récifs de corail. Heureusement, il est bien immobile, on ne panique pas trop du coup !

On doit maintenant rejoindre un deuxième îlot Nokanhui pour aller manger. Nous faisons le trajet en excellente compagnie !

Des dauphins par dizaines 😀

Sur l'îlot, on nous sert un apéro délicieux, pain perdu, papaye, melon vert, coco grillée à l'huile de langouste... Nous sommes les seuls à ne pas avoir pris l'option assez chère "repas langouste", on nous propose donc de prendre un plateau d'apéro non terminé pour accompagner notre pique-nique. Autant vous dire qu'on a joyeusement abandonné notre sandwich au pâté et finit le plateau de papaye et de cocos à la place ! Pendant ce temps, à côté de nous, toute la faune de l'île...

Cette journée nous a épuisé 😉, ravis et comblés, on se laisse bercer par les vagues !

16
nov
16
nov
Publié le 19 novembre 2016

Notre dernière nuit dans le camping Koueney fut agitée et nous avons peu dormi : vent, pluie et bruit des vagues anormalement fort, on a cru se faire emporter par le tsunami de Nouvelle-Zélande. C’est le risque quand on dort à 4 mètres de l’océan 😀.

On décide aujourd’hui d’aller sur les baies de Kanumera et de Kuto. C'était sans compter le débarquement des paquebots de croisières australiens qui font escale sur l’île des Pins deux à trois jours par semaine durant la haute saison.

Pas de chance pour eux, il ne faisait pas beau.

L’île des Pins se prépare à l’invasion des australiens en proposant différents stands de nourriture et souvenirs avec les prix même affichés en dollars australiens. Ils proposent également un petit spectacle de danse traditionnelle et une dégustation gratuite de bougna. Etant le plat de fête traditionnel de Nouvelle-Calédonie, on ne pouvait pas repartir sans y avoir goûté, on se glisse donc à la suite des australiens et nous retrouvons avec deux énormes barquettes. Les hommes et les femmes n'ont apparemment pas droit au même bougna, on peut ainsi goûter deux sortes différentes ! On ne connait pas la recette exacte mais c'est un vrai délice ! On reconnait le poulet, la pomme de terre et la courge, quoiqu'il en soit, le tout est cuit à l'étouffée dans des feuilles de bananiers 😀.

En dessert, on craque pour une noix de coco, dont on commence par boire le jus puis manger la chair pour finir.

Repus, on change de camping. Ce soir on dort dans un vrai lit, dans une case traditionnelle pour notre dernière nuit sur l’île.

On finit la journée en se baladant au milieu des ruines de ce qui fût le bagne de l’île jusqu'en 1924.

17
nov
17
nov
Publié le 22 novembre 2016

Aujourd'hui, direction le mont le plus haut de l'île des Pins culminant à ... 262 mètres ! Son ascension nous a malgré tout bien fait suer.

Chemin parfois à la limite du praticable.

L'exercice physique valait le coup, le Pic N'Ga permet de prendre de la hauteur afin d'admirer toute l'île à presque 360 degrés !

Cette journée sonne également la fin de notre séjour sur cette merveilleuse île, retour à Nouméa ce soir en avion ! Nous passons donc le reste de l'après-midi à profiter du soleil, de la plage et de l'eau chaude de l'océan 😉.

18
nov
18
nov
Publié le 22 novembre 2016

Quelle tristesse, c'est déjà la fin. On profite de cette dernière journée pour se balader dans Nouméa jusqu'à la baie des citrons.

On se paye même le luxe d'un petit cinéma pour bien finir la journée ! Avec le film l'Odyssée, on reste dans le thème.

Publié le 22 novembre 2016

Ca y est, la Nouvelle-Calédonie, c'est fini. On refait nos sacs, se trompe d'heure pour prendre le bus, l'attend 1h45, et hop dans l'avion direction la Nouvelle-Zélande !!!

Comme ToutLàBas, rejoignez la communauté de voyageurs MyAtlas !
Inspiration, partage et découverte.