Carnet de voyage

Tom et Sara en Van

6 étapes
7 commentaires
38 abonnés
Dernière étape postée il y a 334 jours
On ne va jamais si loin, que lorsque l’on ne sait pas où l’on va. -- Christophe Colomb
Février 2019
4 semaines
Partager ce carnet de voyage

Pour ce nouveau projet on s’est dit : — « Pourquoi ne pas faire un nouveau carnet, entièrement dédié à notre Van ? » —

C’est chose faite 👌🏻 ! A travers ce carnet nous allons vous raconter et vous expliquer toutes les étapes que nous avons dû, et allons traverser, de l’achat jusqu’à l’amenagement.

Vous trouverez, ci-dessous, la liste des sujets abordés, mis à jour le plus souvent possible :

— * Recherches & Choix du van

— * Présentation de notre van

— * Démarches administratives

— * Plans d’aménagements

— * Le chantier

Publié le 16 février 2019

Vous vous doutez bien que l’idée 💡d’acheter un van n’est pas arrivée toute seule du jour au lendemain ! Après avoir traversé le Pérou 🇵🇪, l’Equateur 🇪🇨 et la Colombie 🇨🇴 en bus 🚎, on commençait à en avoir par dessus la tête, de ce seul et unique moyen de transport. On voulait avoir plus d’autonomie et de confort ! Pouvoir aller ou l’on veut, quand on veut ! Et un jour, au nord de la Colombie, dans le charmant village de Palomino, on s’est dit : — Pourquoi ne pas continuer l’aventure en van ? —

• • •

— ACHAT OU LOCATION ?

Deux options s’offraient à nous, l’achat ou la location. Mais comment choisir ?

On a commencé par faire quelques recherches pour louer un van, déjà aménagé. On a trouvé seulement deux pays, où il est réellement possible de le faire, en Argentine 🇦🇷 et au Chili 🇨🇱. On pouvait bien attendre quelques mois de plus, mais quand on a fait le calcul, le coût de la location n’était pas si intéressante que ça.

On s’est donc intéressés à l’achat. Nous avons commencé nos recherches en Colombie 🇨🇴, mais nous avons vite compris que ça allait être compliqué. En Amérique du Sud, les démarches administratives pour acheter un véhicule, sont extrêmement compliquées. Sauf, pour le Chili 🇨🇱 et La Guyane Française 🇬🇫 ! Une chance 🍀 puisqu’on allait justement passer en Guyane. Et en plus, avec le contrôle technique Français, cela nous assurait la visibilité des gros problèmes sur le véhicule.

• • •

— NEUF OU OCCASION ?

Après avoir décidé qu’on allait investir [toutes nos économies, ou presque] dans un van, notre choix s’est bien évidemment porté vers un véhicule d’occasion.

• • •

— AMÉNAGÉ OU NON ?

Dans notre cas, la question ne s’est pas posée. Il est presque impossible de trouver un van d’occasion déjà aménagé en Guyane. Il y en a presque pas et quand ils sont mis en vente, ils sont rachetés dans la journée.


• • •

— QUELLE MARQUE ?

Sachant que nous prévoyions de continuer sur les routes vers le Sud on s’est quand même posé la question de la marque à choisir. Et oui, on ne voudrait pas tomber en panne dans le fin fond de la jungle avec une marque inconnue dans le pays. Au début, nous étions un peu retissants sur des marques telles que Citroen ou Peugeot, mais finalement, en posant la question sur les réseaux sociaux, on nous a confirmé qu’il n’y avait aucun soucis pour trouver des pièces de rechanges. Ouf 😅 !

On a donc décidé de privilégier des marques comme TOYOTA, RENAULT, PSA ou VOLWAGEN.


• • •

— QUELLE TAILLE ?

Il existe plusieurs tailles de van, elles sont dénommées de la manière suivante :

  • Une lettre : La Longueur = L / La Hauteur = H
  • Un chiffre : 1, 2, 3, etc.

Plus le chiffre qui suit la lettre est grand plus la taille est importante.


  • L1H1 : une version compacte, sa hauteur ne permet pas de tenir debout.




  • L1H2 : une version plus haute qui permet de se tenir debout.




  • L2H2 : une version plus longue mais qui passe partout avec une hauteur qui permet de se tenir debout. La version la plus répandue.



Au début du projet, alors qu’il n’était qu’une petite graine, nous avions choisi de partir sur un modèle type L2H2.

Quand nous avons commencé nos recherches, on s’est dit qu’un H2 c’était quand même un peu haut et on avait peur d’être embêté à certains endroits. On s’est donc rabattu sur un L2H1, type TOYOTA HIACE. Dans notre cas, en Guyane, il est impossible de trouver ce modèle, les propriétaires ne veulent pas s’en séparer.

Après s’être renseignés un peu, on s’est rendu compte qu’avoir un H2 n’était pas du tout contrainte ici. Et oui, ce n’est pas comme en France, où beaucoup de parkings bloquent l’accès aux véhicules de plus de 2m.

Nous sommes donc revenus à notre première idée 💡, un L2H2 ! Ca nous permettait de vraiment l’aménager confortablement et selon nos envies.

• • •

— QUEL BUDGET ?

Au debut, la question du budget était totalement floue. Il faut savoir qu’en Guyane, tout produit est presque 40% plus cher qu’en métropole. Bien sûr, les véhicule n’y échappent pas. On s’est donc mis au niveau du marché local !

On a établit un budget entre 10000€ et 15000€ pour l’achat du type de van qu’on voulait. Mais bien évidemment, tout dépendait du véhicule, à voir au cas par cas.

Publié le 16 février 2019

— SA MARQUE, SON MODÈLE & SON PETIT NOM

Après de nombreuses recherches, nous avons fini par tomber sur notre petite perle rare ⭐️. Il a tous les critères que nous recherchions et on s’est tout de suite projeté dedans ! Nous avons choisis d’acheter un joli Peugeot Boxer, que nous avons immédiatement surnommé BOXY.

• • •

— SES CARACTÉRISTIQUES

  • Sa taille : L2H2
  • Son année : 06/02/2015
  • Son moteur : 2.2 HDI 110cv
  • Ses kilométrages : 64000km
  • Ses options : pack clim & kit main-libre
• • •

— SON PASSÉ

On ne voulait pas tomber sur vehicule qui s’en soit fait martyrisé dans son enfance et sans carnet de santé. Le notre a son carnet d’entretien à jour, essentiellement réalisé par le garage Peugeot. Avant nous, il a été utilisé pour transporter des caisses de vins 🍷 [oui on sait, c’est plus qu’une coïncidence ça ...]. Lors du contrôle technique, quelques anomalies ont étés révélés, prises en charge par le concessionnaire. Il a donc eu le droit à une petite remise en forme : pare-brise, amortisseurs et freins ?

On aurait pas pu rêver mieux !

• • •

— SON COÛT

Pour notre nouveau bébé on a donc déboursé la somme de 12 900€, compris les frais de carte grise. Une somme conséquente pour un achat en métropole, mais rappelez-vous, on est en Guyane 🇬🇫 !

Ce qu’il faut savoir c’est que ce type de véhicule peut « normalement », largement se revendre plus de 10000€, une fois aménagé. Nous verrons bien quel sort nous lui réserverons, une fois l’aventure terminée.

Publié le 16 février 2019

Ça y est, nous sommes le 09/02/19, on commence enfin le chantier !

Si tout se passe bien, les travaux devraient se dérouler de la manière suivante :

  • Nettoyage 🧹
  • Création du plancher
  • Ajout des fenêtres 🖼
  • Passage des gaines électriques⚡️
  • Isolation des murs & du plafond
  • Habillage des murs & du plafond
  • Construction de la structure du lit convertible 🔨
  • Construction de la structure de la cuisine 🍽
  • Construction des rangements ⚒
  • Mise en place des équipements
  • Décoration du van 🥰
9
fév
9
fév
Publié le 17 février 2019

— CHOIX MATÉRIAUX & OUTILS 🛠

  • Éponge 🧽
  • Bassine
  • Balais 🧹
  • Produit Javel
  • Visseuse/Dévisseuse


— COÛTS

À peu près 3€ ! Et oui, on a utilisé les outils 🧰 à disposition dans la maison. On a seulement acheté un balais 🧹, qui nous resservira plus tard.


— PLANS

Pas besoin de plan pour cette étape.


— ÉTAPE DE RÉALISATION

  • Suppression des habillages plastiques

Nous avons commencé par retirer la totalité des habillages plastiques, pour n’avoir que de la tôle à nu.

Suppression des habillages plastiques 
  • Nettoyage du sol et de l’étagère 🧼

Nous avons continué par frotter a fond le sol. Il y avait des traces de colle et des coulures d’on ne sait quelle substance. On a ensuite continué par enlever la poussière sur les parois latérales.

BOXY à nu 

On en a profité pour astiqué l’étagère situé au dessus de la cabine. En attendant l’amenagement final, on pourra y stocker nos affaires.

Vue sur l’etagere au dessus de la cabine  

— DURÉE

Environs 2h. Le van avait déjà été bien nettoyé avant qu’on le récupère.

11
fév
11
fév

— CHOIX MATÉRIAUX & OUTILS 🛠

  • 3 tasseaux 25x25x200 = 9€
  • lot de 9 tasseaux 24x38x200 = 22€
  • 2 cartouche de colle Néoprène - fixation multi-usages SADER - 15€ avec le pistolet
  • 3 plaques de contre-plaqué de 15mm et vis = 75€
  • 1 Rouleau d’isolant BULFEU = 38€ (pour les 6m2 utilisés pour le plancher)
  • 2 rouleaux de scotch = 10€
  • Une scie à main
  • Une scie sauteuse
  • Du papier de verre
  • Un marqueur
  • Un pistolet à colle
  • Une règle
  • Un mètre
  • Une visseuse
  • Des ciseaux
  • Un cutter

— COÛTS = 169€

— PLANS

On a réalisé deux plans pour la réalisation du plancher. Le premier concerne la pose des différents tasseaux. Lors de cette étape, nous nous sommes rendus compte que nous avions un peu surestimé la quantité à poser. Le second plan réalisé décrit la découpe des 3 plaques de contreplaqué à réaliser. Ça nous a permis de choisir les dimensions de chaque plaque pour avoir le moins de chute possible.

— ÉTAPE DE RÉALISATION

  • Découpe des tasseaux

Nous avons commencé par mesurer la taille de chaque tasseau nécessaire et nous les avons découpés au fur et à mesure, à la scie à main. Nous avons pris soins de bien les numéroter, en reportant leurs positions sur un schéma.

  • Collage des tasseaux

Une fois tous les tasseaux découpés nous sommes passés au collage. On a débuté par un collage en vague mais nous nous sommes vite rendu compte qu’un collage en plot de colle était plus pratique et plus efficace.

  • Découpe et pose de l’isolant

Après avoir collé l’ensemble des tasseaux nous sommes passés à la découpe de l’isolant mince, avec une paire des ciseaux ✂️ ou au cutter. Nous avons choisi de réaliser des bandes à poser entre les tasseaux, en prenant soins de découper les petits bouts de tasseaux.

  • Scotchage de l’isolant

Pour fixer l’isolant mince, nous l’avons scotché sur les tasseaux afin qu’il soit bien maintenu.

  • Découpe et pose du contreplaqué

Pour cette étape, nous avons choisi d’acheter 3 plaques de contreplaqué au m2, il nous restait donc seulement quelques découpes à faire. La découpe la plus complexe a été celle de la plaque n•1, située au niveau des roues.


  • Fixation du contreplaqué

La dernière étape a été de fixer les trois plaques de contreplaqué sur les tasseaux. Pour cela, rien de plus facile, on les a simplement vissées dans les tasseaux.

— DURÉE

Nous avons réalisé le plancher en a peu près 13h30. Et oui, on prend notre temps ... surtout que nous avons réalisé ces travaux sur 4 jours :

  • 11/02/19 - 1h30
  • 12/02/19 - 4h30
  • 13/02/19 - 6h30
  • 14/02/19 - 1h

L’étape la plus longue a été la découpe du contreplaqué.