Chapitre 2 : Sri Lanka

Mars 2018
3 semaines
Dernière étape postée il y a 2089 jours
1
1
Publié le 11 avril 2018

Apres cet épopée indienne, à nous le Sri Lanka ! Et voilà qu’on monte à bord d’un coucou à hélices de la compagnie SPICE Jet 😂

On arrive à Colombo et ce n’est pas pour rien si ça rime avec cacao et vomito. Concrètement, cette ville a l’air vraiment chouette. Elle aura juste l’air car on a passé trois jours à chier - vomir - chier - vomir - se trainer jusqu’à la phamacie en singeant la marche de l’empereur - chier - vomir - manger trois kilos de bananes - chier - boire de l’eau - re-re-re-chier. Et ces étapes ne se sont pas toujours déroulées successivement. Et on avait une toilette pour deux. Et on avait les mêmes symptômes aux mêmes moments. Bref.

Tout ça parce qu’on a voulu s’offrir un petit plaisir culinaire après l’Inde, en se ruant sur les premiers sushis se trouvant sur notre chemin.

Ça nous apprendra à baisser notre garde... Le pire du pire, c’est que ce soir là, on a du changer d’hôtel à minuit, au paroxysme de notre maladie fulgurante, lorsque l’on s’est rendus compte que le lit etait infesté de punaises de lit, bref.

Sinon la ville a l’air vraiment cool, et on repassera la visiter avant de prendre l’avion pour quitter la belle île !

Notre programme sur la première semaine, c’est de découvrir la cote Sud. Après ces trois jours hauts en couleurs, on lève donc les fesses du pot et on prend un train direction Galle ! Galle, c’est une petite presqu’île bien sympathique prenant la forme d’un fort et dotée d’un phare. On lorgnera sans retenue sur les jolies architectures dans le style colonial dutch.

Depuis Galle s’ensuit pour nous une session de plages bien méritée à Unawatuna, Mirissa et Tangalle. On essaiera de peaufiner notre bronzage, les doigts de pied en eventail.

Unawatuna est un petit paradis au sable jaune mielleux, merveilleux, où l’on peut graille du bon poiscaille.

Mais la palme reviendra irrémédiablement à notre étape suivante : Mirissa, un paradis terrestre !

Entre aquariums naturels et piscines au chlore pour se baigner, secret beaches d’ou l’on peut observer le sunset, petits bars de plage, cocotiers sauvages et surfeurs qui risquent leur peau dans le fracas des vagues, tout y est pour qu’on se divertisse 😀


En plus, c’est la ville qu’on choisira comme point de départ pour partir observer la fameuse baleine bleue. Levés à 4h50, on s’en va loin vers le large et on la cherchera 9h durant. Heureusement, une centaine de dauphins et de pilot whales nous occuperont comme il se doit en salle d’attente :)

On passera aussi une journée en scooter pour découvrir les environs. On tombera sur de jolies plages de pécheurs, des villages colorés, et des elephants faisant trompette...

Titi ne laissera pas filer l'occasion de piétiner dans du caca d'éléphant !

On se rendra ensuite à Tangalle, la grosse sauvageonne du sud. Baignade quasi impossible tant le courant est électrisé. On s’y est frotté, pas deux fois. Par contre, le lieu est plus ou moins préservé du tourisme; dans 10 ans quand les hotels auront entaché la cote, on pourra donc faire nos vieux cons et affirmer à tue-tête un « c’était mieux avant ». On espère pas, mais a-t-on vraiment le choix ?

Pour finir en beauté : YALAA !

Yala et son parc national, ce fut le clou du spectacle. Embarqué dans notre Jeep, ce petit Safari était bien mignon


Voilà le sud (déjà) bouclé ! 😥

Pas le temps de niaiser, on s’enfonce vers le centre du pays où nous attendent des contrées bien différentes, plus montagneuses, dans le triangle culturel du Sri Lanka 😎

2
2
Publié le 5 septembre 2018

On prend ensuite le train direction Ella, ses plantations de thé, et ses balades en montagne.

Très belles fleurs observées.

On gravira d'abord Ella's Rock, mais en galerant un peu : le chemin n'est pas balisé et on se retrouve rapidement au milieu d'herbes plus hautes que Nana. Une villagoise nous voit (ou plutôt la tête de Titi qui dépasse toujours) et nous propose de nous emmener pour une somme exorbitante. Elle essaie même de nous faire peur en nous montrant des trous, qui sont censés être des trous de Cobra. On refuse et on s'obstine à travers la jungle, et on a raison parce qu'on tombe un peu plus loin sur un vrai chemin emprunté par d'autres voyageurs. On rencontre d'ailleurs un groupe d’hispanophones qui nous incite à abandonner, en nous annonçant que le sommet se trouve encore à 2h d’ici, sauf que nous on se laisse pas impressionner, on y sera en à peine 1h30 parce qu'on a de super grosses cuisses puissantes. En haut, on fera la rencontre d’un chien et d’un singe qui se dévisageront devant nous, au bord du précipice, à flanc de montagne, sans la moindre espèce de pression. On redescend, et on se dit que ça peut être super cool de se retaper une petite ascension, du coup on se dirige vers Little Adam's peak.

On ne reste qu’une nuit à Ella, trop impatients de prendre le train en direction de Kandy. Ce trajet en train est probablement le plus impressionnant et beau que l’on ait eu l’occasion de faire. On a donc bien pris une centaine de clichés tout le long du trajet, étant tantôt les sujets, tantôt les spectateurs… 😎

Lors de notre arrivée à Kandy, on se rend compte que le train NE nous dépose PAS à Kandy, mais à une dizaine de bornes. On prend donc un tuk-tuk afin de rejoindre la belle ville. Au cours du trajet, alors que l’on traverse un pont lambda, notre tuk-tuk nous somme de regarder le ciel. On se rend alors compte que des milliers, que disons-nous, des MILLIONS de chauve-souris nous survolent ! On se dit alors qu’on a de la chance, qu’on est arrivés au bon moment, mais non, le tuk-tuk nous informe que c’est tous les jours la même rengaine, à la même heure. TROP COOL. On retournera même 2 jours plus tard au fameux pont afin d’admirer ce spectacle.

Kandy a tout l’air d’une ville princière affublée d’un grand lac lui servant de poumon. De belles balades sont à faire tout autour.

On visitera le fameux Buddha en haut d’une colline, et on ira admirer sa dent longue de 5cm au Temple de la dent. On complètera tout ça avec le superbe jardin botanique. D’ailleurs, on retrouvera dans ce jardin une bonne part des millions de chauve-souris qui virevoltent le soir. Ces coquines se cachent et caquètent dans les nombreux arbres du jardin.

Trêve de plaisanterie, on a très vite songé qu’il était grand temps de rejoindre Sigiriya, histoire d'admirer son gros rocher sous tous les angles. Le premier jour on est montés dessus et c'était assez flippant : les escaliers sont branlants, on fait pas confiance aux structures (et en dessous c'est la vide sidéral), mais on monte quand même à flanc de la montagne. En prime, on observe au dessus de nous des essaims d’abeilles grands comme Titi et épais comme Nana. Une fois là-haut, on est fiers, et c'est tout beau ! On restera bien 1h plantés devant une famille de singes qui s'épouille le cul devant tout le monde :O

On est restés jusqu’au coucher de soleil, avec le sentiment d’être seuls au monde, puisque tous les touristes on eu l'idée sordide de se barrer avant le clou du spectacle. Il y avait quand même la famille de singe qui admirait le paysage à nos côtés et qui semblait apprécier autant que nous le spectacle.

Le deuxième jour, on s'est levés à 4h du matin pour être cueillis pas mûrs par un tuk-tuk (rencontré la veille à minuit, gros big up à lui pour avoir honoré sa promesse), et se rendre sur la colline en face de notre gros caillou adoré. Car monter en haut du Sigiriya, C’EST BIEN, mais avoir une vue sur le Sri Lanka ET le Sigiriya, c’est mieux, n'est ce pas.

Après lui avoir tant donné, on le quitte, pour Polonnaruwa. Cette ville, on y arrive pas la petite porte : la route est craquelée, boueuse, il fait nuit, on est fatigués, on n’apprecie pas tellement. Mais on se console vite, car l’hotel reservé à l'avance est très prometteur et se targue de commentaires très élogieux de la part des clients. On y arrive, et l’hôte est très, trop, beaucoup beaucoup TROP gentil. Ca le rend génant, et on cherche très vite à l'éviter.

On dort, puis ni une, ni deux, on loue deux vélos et on se lance à la découverte de cette belle ville. On tombera sur un lac splendide qui reflètera, avec les félicitations du jury, le bleu radical du ciel et le blanc de jaie des nuages.

On ira ensuite se perdre dans les méandres des temples et anciens temples, des ruines et futures ruines magnifiques du site de Polonnaruwa.

Une boucle se portant toujours mieux lorsqu’elle est bouclée, on prendra le bus à Polonnaruwa, direction Colombo ! En revenant à Colombo, les joyeux souvenirs d’antan nous reviennent et nous prennent au tripes. Ces moments passés aux toilettes ne nous manquent pas, mais nous émeuvent quand même. On a un peu revisité la ville, mais on craint sérieusement qu’aucune photo ne mérite réellement sa place dans ce carnet.

On prendra donc l’avion fissa et serein, déjà forts prêts pour la prochaine étape :)