Carnet de voyage

Transjavanaise: Krakatoa-Ijen, par vaux et volcans

30 étapes
16 commentaires
4 abonnés
Dernière étape postée il y a 27 jours
Notre traversée de Java d'ouest en est, entre des lieux presque inconnus et d'autres stars des réseaux. Le voyage est sous le signe de la nature, animale, végétale ou minérale, ici tout est vivant!
Mai 2024
32 jours
Partager ce carnet de voyage
Publié le 4 mai 2024

Cette fois nous allons à Java.

Java? Mais c'est où ça?

Et bien... Java, c'est en Indonésie, un peu comme la grande sœur de Bali. L'Indonésie? Entre le Vietnam et l'Australie, l'archipel est énorme, des milliers d'îles étalées sur des milliers de kilomètres : d'ouest en est, il y a 5 000 km, l'archipel se superpose à l'Europe entière! Les 500 volcans, dont 150 en activité, sculptent les paysages en permanence. C'est également le 4e pays le plus peuplé du monde! Côté pratique, la monnaie est le roupie indonésien (IDR en code international), lors de notre voyage, on avait à peu près 6€= 100 000 rp.

L'indonésie par rapport à l'Europe
L'indonésie par rapport à l'Europe
Carte de l'Indonésie
Carte de l'Indonésie
 Immense et orientale

Certaines îles sont célèbres: Bali et ses temples, la Papouasie et ses peuples, Komodo et ses dragons,...

L'Indonésie est séparée en deux d'une façon étonnante: les îles situées à l'ouest sont rattachée au continent asiatique et ont une faune type "sud est asiatique", alors que les îles de l'est ont une faune type australienne!

Nous, nous avons jeté notre dévolu sur Java, située juste à l'ouest de Bali. Pourquoi? Premier argument, parce que l'Indonésie me fait rêver: la culture, les paysages, la faune et les fonds marins, le paradis du photographe! Deuxième argument, en théorie, Java n'est pas Bali l'instagrammeuse, avec les dérives que cela provoque maintenant: sur-tourisme, amoncellement de déchets, et la sensation qu'il n'y a plus vraiment d'endroits de faune sauvage... Hors c'est vraiment ce qui m'éclate le plus.

Java, c'est 2 900 km de côtes pour une superficie de 130 000 km2, 1000 km d'ouest en est, 200km du nord au sud, 150 millions d'habitants (l'île la plus peuplée du monde) dont 30 millions dans la métropole de la capitale Jakarta. Un sacré morceau, donc, mais avec également de nombreux parcs nationaux, des volcans 🌋 actifs, de la forêt pluviale, des récifs coralliens,...

Niveau avifaune, nous aurons le choix, avec près de 1200 espèces d'oiseaux signalées sur le territoire. Pour la macrofaune, nos objectifs rêvés sont le léopard de Java, le rhinocéros unicorne, le couscous (oui, pour le nom), et le dhole. Côté mer, tortues, requins 🦈 et poissons clowns sont espérés, et peut être même quelques cétacés, qui sait ? Bref, nous sommes convaincus, c'est là que nous allons.

Cette fois nous choisissons Azimuth Travel du réseau Nomadays pour créer le circuit, "Toute la beauté de Java, l’île aux mille visages", une trans-javanaise en 30 jours du Krakatoa au Kawa Ijen, incluant un détour par les Karimunjawa, avec un finish à Bali pour le repos avant le vol retour. Bref, ce devrait être complet! Le circuit a été ouvert à d'autres participants, mais nous n'avons pas trouver de co-voyageurs, nous serons donc seuls avec notre guide.

Pour les vols, comme à notre habitude pour les longs courriers, ce sera via Air France, pour un aller Nantes-Paris-AbuDhabi-Jakarta, puis un retour Denpasar-Singapour-Amsterdam-Nantes.

• • •

Vendredi 3 mai, ça y est, c'est le départ! Les sacs sont faits, nous chargeons nos affaires et celles de Nami le chat, et route vers Nantes. Un stop chez les parents, la princesse s'installe, et... c'est parti.

Qui va passer les meilleurs vacances ?

17h, on (re)découvre les embouteillages de Nantes, je stresse un peu, évidement, mais c'est mieux qu'avant! Au final, enregistrement des valises, scan des sacs en cabine, et en avant. 18h10 pour un départ prévu à 18h50, on est LARGE! C'est parfait. Bon, au moment d'y aller, au contrôle des billets, on me dit que j'ai déjà embarqué mais... on fini par décoller.

Avion
Avion
Avion
Avion
 En route vers Paris!

Un peu de turbulences, arrivée à Paris CDG, c'est presque la première randonnée du voyage pour changer de terminal et... nous sommes du bon côté des barquettes!! Pas besoin de vider à nouveau tous les sacs, c'est trop bien! Bref, on est contents de pas grand chose.

C'est reparti pour un vol de nuit direction Abu Dhabi, notre mission: dormir! Un p'tit film et nous nous soutenons tant bien que mal pour essayer de nous reposer. Je me réveille pile au moment du passage de la côte Israélienne, il y a des nuages qui flottent au dessus des villes, c'est splendide.

Avion au dessus de Paris
Avion au dessus de Paris
Avion au dessus d'Israël
Avion au dessus d'Abu Dhabi
Avion au dessus d'Abu Dhabi
Avion au dessus d'Abu Dhabi
Avion au dessus d'Abu Dhabi
Paris - Abu Dhabi 

La dernière portion du trajet se fera sans photos, pour une fois nous n'étions pas au hublot. Nous avons eu un beau phénomène: tous nos vols sont partis en retard, mais arrivés en avance... et ça, pour le dernier, ça ne nous arrange pas du tout! Nous atterrissons à 21h30, hors pour ne pas payer de visa, il faut rester 30 jours maximum, nous devons donc attendre minuit. Un bon bouquin, un banc, et hop!

Enfin ça c'est la théorie... nous apprenons qu'en fait, le visa on arrival est obligatoire, et coûte 35 euros par personne, heureusement que j'avais du liquide en stock! Et on a quand même bien fait d'attendre minuit, sinon on l'avait quand même dans l'os, car le VOA dure... 30 jours, bien sûr. Évidement ça nous a pris du temps, parce que ce n'était pas l'information que l'agence nous avait donné, donc on a tourné pas mal, et j'ai fini par vérifier sur le site du gouvernement français.

Forcément, nos bagages n'étaient plus sur le tapis après tout ce temps, mais on les as retrouvé très rapidement au service bagage.

Ensuite, déclaration à la douane via un QRcode, j'avoue que je n'avais plus trop de patience... et nous avons ENFIN pu retrouver le chauffeur de la navette de l'hôtel que nous avons choisi, le FM7 resort hotel. Le temps de charger les bagages, nous sommes en sueur, il fait un bon 30 degrés bien humide, l'impression d'être dans un hammam est bien là! La route est courte, il est 1h du matin, on ne voit pas grand chose mais ça fait déjà envie. Une fois a l'hôtel, on s'installe vite pour la nuit 🌃

FM7 Resort hotel - Jakarta
FM7 Resort hotel - Jakarta
FM7 Resort hotel - Jakarta
FM7 Resort hotel - Jakarta
FM7 Resort hotel - Jakarta 

Nous avons hâte de nous réveiller, histoire de voir le paysage!

À demain

5
mai
5
mai
Publié le 5 mai 2024

7h30, bipbip, c'est l'heure du réveil! Ça pique un peu, on serait bien rester dormir, mais... c'est le début du voyage !

Nous commençons par un bon petit déjeuner, le buffet mêlant sans complexe fruits, pâtisseries, nouilles sautes et poulet pimenté (ah, les joies des buffets continentaux). Je jette mon dévolu sur de délicieux pancakes à la banane et au miel, comme Tim, avec un peu de fruits nous restons sur le classique.

Moineau friquet - Passer montanus - Eurasian Tree Sparrow
Capucin damier - Lonchura punctulata - Scaly-breasted Munia

Il est temps ensuite de rencontrer Bambang notre guide, et nous avons la surprise de voir que nous avons également avec nous un chauffeur, Boen! Je trouve ça top, ça va permettre que ce soit moins fatiguant pour tout le monde. Aujourd'hui notre but est Carita, sur la côte ouest de l'île.

• • •

Nous nous arrêtons une première fois à Anyer au phare de Cikoneng, doublement historique : témoin d'une catastrophe, l'éruption du Krakatau de 1883, et d'une aventure humaine et coloniale, la construction de la route Anyer-Panarukan dont il est le "point zéro" (titik nol). Le phare originel n'existe plus que par ces deux blocs de pierres, il a été emporté par le tsunami consécutif à l'éruption. La vague faisait plus de 30 mètres de haut, et est rentrée dans les terres sur plus de 10km, on a même retrouvé un bateau hollandais à terre derrière une colline! L'explosion du volcan fut si puissante qu'on l'a perçue à 3500km de là, en Australie, et que la vague est allée jusqu'à la Manche ! Le bilan humain est désastreux, avec plus de 36 000 morts et 160 villages détruits.

Le nouveau phare, de 60m de haut, a été construit 2 ans plus tard, financé par la reine de Hollande Wilhelmine.

Vestiges du phare de Cikoneng originel
Poiint zéro
Nouveau phare de Cikoneng
Nouveau phare de Cikoneng
 Anyer, station balnéaire
• • •
 Sur la route, nos premières rizières

En route ensuite vers l'observatoire du volcan 🌋 Krakatau. Il est nécessaire d'avoir un lieu dédié, car le volcan fait encore des siennes, avec des éruptions en 1979, 2008, 2011 et 2018, et son sommet monte actuellement de 7m par an! Ici, la menace volcanique est omniprésente, il y a même des panneaux routiers qui indiquent la direction à suivre vers les hauteurs les plus proches en cas de ras de marée !

 À l'extérieur

L'observatoire, dont le rôle est essentiel pour les populations, est assez... roots, on va dire 😅

Il y a des motos dans l'entrée, et les deux "gardiens" vivent visiblement ici avec leur famille, pour assurer une surveillance 24/24. Je trouve impressionnant de me dire que la vie de milliers de personnes dépend de ces sismographes et caméras! Ces dernières sont disposées sur l'île de l'Anak Krakatau, où se trouve le cône actif.

Sismographe
Carte de la région
Cameras de surveillance du Krakatau
Bureau avec vue
Le salon-garage
 Centre d'observation
• • •

Direction Carita à nouveau, à 20km au sud. Nous nous arrêtons sur la route manger dans un restaurant du coin, le principe ressemble pas mal au Rice and curry sri lankais : une base de riz et plein de petites préparations autour ; très bon!

Buffet
À table en terrasse
Type Rice and curry
Mini buffet 

Nous nous installons ensuite, après 10 minutes de route, dans notre chambre du Mutiara Carita Cottages, puis notre guide nous laisse, rendez vous à 18h30 pour aller manger dans une famille du coin.

La salle d'eau - Mutiara Cottage
La chambre - Mutiara Cottage
Devant la chambre - Mutiara Cottage
Devant la chambre - Mutiara Cottage
 Mutiara Carita Cottages

Le temps de se poser un peu, et nous partons explorer le parc de l'hôtel, à la recherche des oiseaux, et aussi pour repérer si la mer est claire pour une éventuelle session snorkeling.

Première balade donc le long de la côte, le cadre est magnifique, et on voit des poissons depuis les pontons, mais une partie est bien plus sableuse et trouble avec le clapot.

Le long de la côte 

Au bout d'une jetée, nous voyons un bassin, et y trouvons avec surprise des tortues 🐢 marines! Un employé vient les nourrir et nous propose de le faire: vendu. Les belles viennent manger le poisson 🐟, nous pouvons voir leur bec de près et n'avons pas envie d'y laisser les doigts...

 Tortues vertes

Nous finissons le tour par les deux lacs, où s'abreuvent les hirondelles... aussi dures à prendre en photo que les 🦋 papillons, celles là.

Salangane à nid blanc - Aerodramus fuciphagus - Edible-nest Swiftlet
Hirondelle striolée - Cecropis striolata - Striated Swallow
Hirondelle de Tahiti - Hirundo tahitica - Pacific Swallow
Salangane à nid blanc - Aerodramus fuciphagus - Edible-nest Swiftlet
Salangane à nid blanc - Aerodramus fuciphagus - Edible-nest Swiftlet
Apodidae, du pareil au même... 
 Miniferme
Géopélie zébrée - Geopelia striata - Zebra Dove
Capucin damier - Lonchura punctulata - Scaly-breasted Munia
Capucin damier - Lonchura punctulata - Scaly-breasted Munia
Lac de l'hôtel
Cocotier
Orchidées
Nid d'abeilles sauvages
Moineau friquet - Passer montanus - Eurasian Tree Sparrow
Orchidée
Talève de la Sonde - Porphyrio indicus - Black-backed Swamphen
Souimanga à gorge brune - Anthreptes malacensis - Brown-throated Sunbird
Sauvage du jardin 

Une toute petite balade à la tombée de la nuit nous permet de voir les geckos et chauve souris 🦇, elles volent vraiment près par moment, mais c'est qu'elles nous débarrassent des moustiques !

Nocturne
• • •

Hop, c'est parti pour le repas, coco, poisson cuit au feu de bois, riz et légumes : à nouveau un régal! Nous avions peur du piment, mais jusqu'à présent les pays sont épicés juste ce qu'il faut, sans trop de piment qui arrache 😉 Nous mangeons dans le jardin de l'une des personnes qui viendra avec nous au Krakatau demain, les bruits de la nuit font rêver.

 Coco et poissons grillés

Notre guide donne les restes de poissons au chat pendant qu'on mange notre ananas dessert 🍍 , et Tim remarque que le chat semble mal... 😿effectivement, il garde la tête basse, ne bouge plus, ne réclame plus, se frotte un peu le nez... ni une, ni deux, je chope le chat, et je lui fais ouvrir la gueule: une arrête est en travers. OK, opération extraction😷🥸, Tim récupère le félin entre ses genoux, le tiens debout face à moi, et je me lance, elle est bien coincée la bougresse ! Je retire au final une vertèbre de poisson et l'arrête liée, bien enfoncée dans la gencive 🙀

Opération réussie, félin est de retour sur ses pattes et réclame à nouveau.

Bref, on rentre faire notre sac pour les trois prochains jours: au programme, volcan en activité et recherche de rhinocéros!

6
mai
6
mai
Publié le 8 mai 2024

Aujourd'hui, le départ est prévu à 8h15 pour prendre le bateau vers une légende: la caldeira du 🌋volcan Krakatau. Initialement cône unique de 15km de circonférence, son explosion cataclysmique de 1883 en a fait un archipel de 4 îles : Rakata, Sertung, Panjang et Anak Krakatau.

Le départ est prévu à 8h15, réveil est mis à 6h45 pour avoir du temps, et donc forcément, à 3h, ding! Pas moyen de me rendormir, je suis telle un hibou dans la nuit. Après 2h de lecture, je me décide à partir explorer à nouveau le jardin. J'y vois écureuils 🐿️, martins et aigrettes, entre autre, mais je crois que je n'étais pas assez réveillée pour les photos 😅 les fleurs, au moins, ne bougent pas, et les escargots🐌 pas trop non plus...

Orchidée phalaenopsis
Mimosa
Frangipanier rose
Lever de soleil
Lever de soleil
Nénuphar rose - Nymphaea pubescens
 Flore et ambiance
Grande Aigrette et Héron intermédiaire - Ardea intermedia - Medium Egret
Écureuil, si, si!
Petit Iora - Aegithina tiphia - Common Iora
Papillon
Capucin javanais - Lonchura leucogastroides - Javan Munia
Papillon
Nid de capucin
 Faune sauvage des jardins

Allez, il est temps de partir prendre le petit déjeuner avec Tim. Peu de sucré cette fois, ce sera donc riz et omelette pour moi 🍚, et Tim tente les pâtes... épicées. Genre vraiment beaucoup 🥵 il éteint le feu avec un bol de chocapic, et zou, direction la chambre par le front de mer.

Petit déjeuner buffet
Petit déjeuner en douceur... ou pas! 
• • •

Nos sacs sont prêts, nous embarquons sur le bateau pour Krakatau, à environ 25km à l'ouest. Au final, c'est une équipe de 4 personnes, dont Bambang, qui nous accompagne, sacré ratio d'accompagnants!

Nous allons sur Anak Krakatau, le fils de Krakatoa, qui se trouve au milieu de l'archipel et comprend en son centre un cône volcanique toujours en activité. Depuis son éruption de 2018, il est passé de 338m à 110m d'altitude, mais... ça devrait bientôt changer! En effet, le cône actif s'élève d'environ 6m par an... et devrait donc rapidement dépasser les bords de la nouvelle caldeira.

Après 2h de mer, l'île se découvre dans la brume. Elle fait vraiment contraste au milieu des 3 autres très verdoyantes! Ici, tout n'est que cendres et roches, on retrouve avec étonnement le genre de couleurs que nous avons trouver en Islande.

Au revoir Java 
 Bonjour Krakatau!
Anak Krakatau, de roche et de cendre 
• • •

Pendant que le bivouac est installé, comme l'équipe ne souhaite pas notre aide, nous partons explorer la plage de sable noir, ses coquillages et ses petits crabes. Ils sont hyper rapides, c'est impressionnant !

La couleur? Pas naturelle 
 Faune et flore, ton sur ton
 Or et nacre

Nous prenons le repas à l'ombre, merci l'équipe! En effet, sans leur bâche, aucune ombre ici... et le sable noir reflète bien comme il faut la chaleur.

Montage du "camp" 

Après le repas, long moment de pause que nous mettons à profit pour nous rafraîchir un peu en passant un long moment dans l'eau. Franchement, elle a presque la température d'un bain!

• • •

Il est maintenant 15h, et nous partons nous balader avec le guide le long de la crête qui domine le cratère. La première partie est facile, nous montons tranquillement dans la pierre ponce.

Sur les crêtes, dans la lave 

J'ai réussi à trouver des animaux! De superbes et énormes mantes religieuses, qui profite elles aussi de la vue.

Criquet
Mante religieuse
Mante religieuse
Mante religieuse
 Un peu de vert et de vivant...

Ça y est nous sommes sur la crête, et le cratère se découvre: soufflant! On passe du noir au blanc, au jaune, au rouge, le peintre de l'Islande est passé par là on dirait. Par contre, ici, on met un 👷‍♀️casque 👷‍♂️, car nous sommes dans la zone de projection des bombes. Vous voyez tous ces cratères, là, au sol, avec des pierres au milieu? Et bien c'est ça, une bombe: une pierre, plus ou moins grosse, projetée par le cratère. Moins rassurant, tout de suite... enfin là, le gros monstre dort 😴 bien comme il faut, il dégage juste quelques fumerolles, comme un p'tit ronflement, pour montrer qu'il n'est pas mort mais juste en repos.

 Sur la crête de la caldeira

Nous devions attendre le coucher de soleil, mais le ciel s'est juste assombri, trop couvert, tant pis. Nous redescendons donc au bivouac, entre temps notre tente a été montée, merci l'équipe encore une fois!

Au menu, riz 🍚, 🐟 poissons grillés, crevettes et petits légumes, un régal. Nous décidons avec le guide de refaire "l'ascension" demain au lever du soleil, ce sera par conséquent un réveil prévu à 4h45...

Poissons grillés et crevettes au curry
 À table!

On file donc au lit, mais pas facile facile de s'endormir, car notre tente ⛺️ n'est équipée que de deux tapis de sol et nous n'avons rien prévu d'autre. Pas grave, c'est pour une nuit!

7
mai
7
mai
Publié le 8 mai 2024

4h45, donc, le réveil sonne, c'est tôt pour moi qui aie fini par dormir, et pas trop tôt pour Tim qui est réveillé depuis un bon, bon moment. On s'habille, une p'tite banane 🍌 et on grimpe, objectif : être monté avant le🌄 soleil 🌅.

Montée à la frontale
Montée à la frontale
Montée à la frontale
 En route!

On y arrivera, et c'est une scène superbe qui nous attend, avec une lumière toute douce qui se lève au dessus des îles. Pulau Panjang, tout en longueur, est bien visible, il y a beaucoup moins de brume qu'hier! Le ciel passe progressivement du violet au rose, au beige, puis au gris,

Pulau Panjang depuis Anak Krakatau
Pulau Panjang depuis Anak Krakatau
Pulau Panjang depuis Anak Krakatau
Pulau Panjang depuis Anak Krakatau
Changement de couleurs 
Anak Krakatau
Coulée de lave à Anak Krakatau
Anak Krakatau
Anak Krakatau
Anak Krakatau
Anak Krakatau
Anak Krakatau
Anak Krakatau
Anak Krakatau
Anak Krakatau
Le paysage se découvre 
• • •

On redescend, petit déjeuner (bananes frites et omelette, trop bon) et on prend le bateau pour 2h30 direction l'île de Peucang de la réserve Ujung Kulon. On longe Rakata au début du trajet, le point culminant de l'archipel avec ses 800 mètres, et qu'est ce qu'elle fait envie!

Tim et son omelette
 Petit déjeuner bivouac, le grand luxe!
Pulau Rakata
Pulau Krakatau
Pulau Rakata
Pulau Rakata
Depuis le bateau 

On profite du bateau pour récupérer un peu de la nuit, ça bouge, certes, mais c'est moelleux! Bon, par contre, je n'ai pas encore parler des déchets... il y en a absolument partout dans l'eau, à tel point que l'une des personnes du bateau est préposée à la surveillance des hélices pour vérifier que rien ne se prend dedans. Autant au Sri Lanka, les déchets étaient majoritairement à terre, autant ici ils sont en mer, et en nombre plus que conséquent 😟

• • •

Et puis c'est le moment de l'île Peucang... comment dire... vous voyez Instagram? Les plages Instagram? Et bah c'est ça. De la forêt verte, du sable blanc, de l'eau turquoise, personne, si calme et si nature.

Quai du fauna lodge
Pulau Peucang
Renard volant, belle chauve souris!
La superbe côte 
Fauna lodge

On découvre le fauna lodge, puis on part le long de la plage à 5 minutes à pied pour une session snorkeling. Nous avons retenu la leçon du Sri Lanka et avons cette fois prévu des vêtements de baignade, nous comptons bien ne pas cuire comme des homards.

L'eau est toujours aussi chaude, il y a peu de coraux mais quel foisonnement de vie dès qu'il y en a! Par contre, j'ai une réclamation: il y a deux énormes anémones, mais pas de poissons clowns... comment ça ce n'est pas garanti? Moi je dis qu'il y a arnaque (j'aurai bien dit anguille sous roche, mais...). J'ai essayé de prendre des photos, mais je ne vois rien sur l'écran du téléphone dans sa pochette étanche, idem pour l'appareil photo dans son caisson... GoPro donc, mais pour ça il faut que je sois tout près. Je "plonge", enfin j'essaie... je flotte! Genre vraiment beaucoup. Du coup, Tim m'appuie sur les fesses, je descends, et dès qu'il me lâche je remonte comme un bouchon 😅

 Snorkeling à Pulau Peucang

Pas hyper efficace, mais qu'est ce qu'on ri !

• • •

Ensuite, déjeuner sur le sable, ça creuse tout ça, au menu poulet et pommes de terre 🥔 frits, classique mais bon, et toujours un fruit en dessert, ananas 🍍 cette fois.

Fauna lodge
Repas à Pulau Peucang
 Repas avec vue

Petite détente après le repas, nous allons chercher les serviettes, et trouvons un singe à côté de nos bouteilles d'eau! Il n'a pas l'air de vouloir nous les laisser... et lorsqu'il baille, on voit distinctement ses graaannndes canines : je n'y mettrai pas les doigts 🫣 il fini par se lasser, on récupère notre bien et on s'installe, pas mal! Lorsqu'on lève les yeux, on voit que des cerfs 🦌 broutent juste à côté, superbe. On comprend bien pourquoi ça s'appelle le Fauna lodge 😃

Oups...
Jolies canines!
 Faune au fauna lodge
• • •

Nous partons ensuite faire une belle balade dans la forêt de l'île: nous y croisons cerfs 🦌, sangliers 🐗 , papillons 🦋, et quelques oiseaux dans un magnifique décor, la jungle est plutôt ouverte au niveau du sol. Par contre, il est difficile de répéter reptiles🦎 et oiseaux🐦 , on en entend de partout, mais de là à les voir... Nous allons jusqu'au bout de l'île, et retrouvons une belle vue sur la mer avant de revenir, et voyons même un paon 🦚, certes de loin...

 Arbres exotiques, géants parmi les géants
Cerf Rusa - Rusa timorensis - Rusa Deer
Cerf Rusa - Rusa timorensis - Rusa Deer
Cerf Rusa - Rusa timorensis - Rusa Deer
Cerf Rusa - Rusa timorensis - Rusa Deer
Cerf Rusa - Rusa timorensis - Rusa Deer
Sanglier de Java - Sus verrucosus - Javan Warty Pig
Cerf Rusa - Rusa timorensis - Rusa Deer
Cerf Rusa - Rusa timorensis - Rusa Deer
Gros ongulés 
Macaque crabier - Macaca fascicularis
Macaque crabier - Macaca fascicularis
Paon spicifère - Pavo muticus - Green Peafowl
Mainate religieux - Gracula religiosa - Common Hill Myna
Calao pie - Anthracoceros albirostris - Oriental Pied Hornbill
Dans les arbres 
Au bout du monde... ou presque 
• • •

Retour au lodge, la faune est toujours présente en abondance, on est survolé par d'immenses chauve-souris, et un pygargue glabre fera un ou deux passages également.

Salangane linchi - Collocalia linchi - Cave Swiftlet
Bulbul à ailes olive - Pycnonotus plumosus - Olive-winged Bulbul
Bulbul à ailes olive - Pycnonotus plumosus - Olive-winged Bulbul
Renard Volant Noir - Pteropus alecto - Black flying fox
Pygargue blagre juvénile - Icthyophaga leucogaster - White-bellied Sea Eagle
Pygargue blagre - Icthyophaga leucogaster - White-bellied Sea Eagle
Carpophage pauline - Ducula aenea - Green Imperial Pigeon
Renard Volant Noir - Pteropus alecto - Black flying fox
 À tire d'aile
Neurothemis
Ideopsis
Euploea
Pierina
Scinque bronze - Eutropis macularia - Bronze grass skink
Scinque bronze - Eutropis macularia - Bronze grass skink
 Tout en légèreté... et prédation
Cerf Rusa - Rusa timorensis - Rusa Deer
Cerf Rusa - Rusa timorensis - Rusa Deer
Cerf Rusa - Rusa timorensis - Rusa Deer
Cerf Rusa - Rusa timorensis - Rusa Deer
Sanglier indonésien - Sus scrofa vittatus
Sanglier indonésien - Sus scrofa vittatus
Macaque crabier - Macaca fascicularis - Long tailed macaque
Macaque crabier - Macaca fascicularis - Long tailed macaque
Macaque crabier - Macaca fascicularis - Long tailed macaque
Macaque crabier - Macaca fascicularis - Long tailed macaque
Macaque crabier - Macaca fascicularis - Long tailed macaque
Portraits de macaques 
• • •

À nouveau un repas sur la plage, avec les biches et sangliers 🐗 qui ont l'air de vivre leur meilleure vie, et on repart dans la forêt de nuit, pour essayer de voir d'autres animaux.

Repas à la plage 

Bon, la forêt, de nuit, c'est... noir. On ne voit comme qui dirait entre rien et pas grand chose, et on ne sait pas ni où regarder, ni franchement quoi chercher, d'ailleurs. On marche peut être 30 minutes avant de renoncer, nous auront vu 3 araignées 🕷 et une chenille, pas foufou 😅 ah si, des geckos aussi... sur le mur du lodge 🏠

C'est pas le tout, mais demain, départ à 6h alors bonne nuit!

8
mai


Aujourd'hui donc, pour notre dernier jour à Ujung Kulon, nous partons à 6h de l'autre côté du bras de mer, "sur le continent", et allons découvrir la plaine de Cidaon.

Nous mettons pied a terre après 10 minutes de bateau, puis marchons dans la jungle à peine 10 minutes également. J'adore l'ambiance qui se dégage du lieu, les arbres 🌳 gigantesques, la lumière filtrée par les feuilles 🍃, les bruissements et cris d'oiseaux, on peut tout imaginer!

Et puis la plaine se découvre. Wahou

Elle est connue pour ses taureaux sauvages et ses paons, nous ne verront pas de bovins aujourd'hui, et un seul paon, mais le site est superbe, et nous prenons le temps de chercher les oiseaux. Nous en voyons tout de même pas mal!

Bambang est un peu déçu que nous n'ayons pas vu de taureaux, mais ce n'est pas grave. Une dernière photo sur la tour d'observation des oiseaux, et hop, on file! Bon, on reste au premier étage de la tour, elle est bien abîmée et nous n'osons pas monter jusqu'à hauteur de la canopée.

On file, on file, ça, c'est la théorie : l'eau est montée entre temps, et le chemin est inondé, nous passons de pierre en tas de boue, et plouf ! Tim et moi finissons un pied chacun dans la boue. Au moins c'est équilibré! Tite pensée pour toi, seb, on sait à quel point tu adores mouiller tes petons 😘

Une fois au lodge, mise au soleil des vêtements pour les sécher en restant à côté pour guetter les singes 🐵 qui aiment piquer des trucs, dernières observations de faune depuis la terrasse (je ne sais vraiment pas pourquoi on s'emm.... à aller dans la forêt vu tout ce qui passe ici 😅), et petit déjeuner.

Bien nous a pris de surveiller nos affaires, un singe a piqué le paquet de sucre de nos voisins de chambre! Heureusement, nous, nous avons nos gardes du corps💂‍♂️ pendant qu'on mange.

On fait nos sacs, et nous quittons le lodge et l'île Peucang pour nous diriger vers l'île d'Handeleum. Encore une île paradisiaque, il y avait apparemment un lodge ici aussi, mais qui n'est pas entretenu. Lorsqu'on arrive, on voit un homme qui écope un canoë qui a l'air d'avoir franchement pris l'eau, on rigole bien en imaginant que c'est celui là qu'on va prendre tout à l'heure pour aller sur la rivière 🤭


On profite très rapidement du lieu, il fait très chaud mais heureusement le vent nous apporte un peu de rafraîchissement. Allez, c'est le moment, il faut repartir pour le canoë. Oh, on retrouve la vedette des touristes qui se sont fait piquer leur sucre, tiens, et ils prennent en remorque l'homme au canot troué. Oh, bah on va au même endroit dit donc! Bon bah, on va écopé, pas grave!

Les autres touristes préfèrent attendre pour être seuls, tant mieux, nous aussi. Nous partons donc remonter la rivière Ciboter dans un environnement splendide. Seul bémol, mais non des moindres, le guide n'est pas naturaliste, et se contente de pagayer sans aucune explication, indication, bref l'ombre de quelque chose qui nous permettrait de mieux observer... pas grave, on se débrouille, on voit un rapace, des crabes, des martins pêcheurs, un varan, un gobie, et de superbes papillons. Je pense qu'on a été survolé par un matin chasseur gurial, mais c'est allé très très vite, je n'ai pas de photo.

Le tour dure moins d'une heure, c'est court, et pas de rhinocéros en vue... pas grave. Le repas nous attend, puis nous ramenons Mr Canoë qui as eu le temps de faire le tour avec l'autre couple pendant notre court repas, et reprenons la mer en longeant la côte. Il y a nombre de bateaux et cabanes de pêche, c'est très photogénique.

Nous devions rentrer en 2h30, et aller voir des oiseaux dans une réserve, mais... kofkofkof fait le moteur gauche. Il y a visiblement un problème! Bon, je suis un peu inquiète quand même, surtout quand le moteur se coupe. Au final, 5 minutes et c'est réglé: problème de bougies 🕯 si j'ai bien compris. C'est reparti!

Bezzzzzzzzzzz. Bzzz.bzzzzzze.bzzz.bzz.bz....

Bon, en fait c'est pas reparti, le petit moteur vibre, ça ne va toujours pas. Cette fois on mouille l'ancre le temps de réparer, ça prévenu un peu plus de temps, tant pis pour les oiseaux, on profitera de l'hôtel! J'avoue apprécier l'idée d'une "vraie" douche, de celles qui décapent bien les couches successives de crème solaire et anti moustique 😅

Au final nous sommes déposés directement à la plage de l'hôtel et accueillis par notre chauffeur de Carita, qui porte un t-shirt Asian bird tour. Ah? Discussion entre lui et notre guide, Bambang me demande s'il peut montrer mon appareil photo, le chauffeur demande si c'est bien un 600mm (c'est le cas), je vois qu'ils hésitent... et se décident: on peut aller voir les oiseaux, mais ce sera certainement en partie de nuit, peut être jusqu'à 19h, on est partant ? Oh que oui!

On dépose les affaires à la chambre et nous prenons la direction du Taman Hutan Raya, connu surtout pour sa cascade, mais dans lequel on trouve aussi plusieurs oiseaux endémiques. La forêt est encore une fois splendide.

Et là, le festival commence! Le chauffeur nous dirige vers un arbre le long de la route, et on nous montre quelque chose: de "grandes " masses marrons dans un arbre. On est pas trop sûrs de ce qu'on voit, on pense à des chauve-souris, mais dans le doute, on prend une photo: ça a l'air d'être une feuille, au final...🤔 en fait, c'est 20cm plus loin que de cachent les deux oiseaux, des podargues de Java, à peine 10cm de haut et un superbe camouflage. Bon en vrai, j'en ai vu un seul pendant un bon moment 😁

Direction ensuite un affût, une autre personne nous a rejoint, cette fois nous attendons l'oiseau en silence, une enceinte diffuse le cri d'un oiseau 🐦, et nous en voyons un arriver. Tête jaune, masque noir, popotin bleu électrique, c'est le brève azurine, endémique également ! Nous en voyons un deuxième endormi sur une branche un peu plus tard.

Nous continuons ensuite et voyons plusieurs oiseaux nocturnes, c'est impressionnant de voir à quel point de yeux exercés et une excellente connaissance des oiseaux nous permettent d'aller à leur rencontre. Cela fait 15 ans maintenant que notre chauffeur côtoie les oiseaux du coin, il sait parfaitement où trouver qui, quel arbre chacun préfère, à quelle heure,... impressionnant. Cela change totalement l'expérience, c'est génial!

Quelle journée! Il n'est que 18h30 mais c'était intense. Nous terminons avec un bon repas ensemble au Saung Pamatang Carita, et commandons avec Bambang des Cah Kangkung (épinards), Cumi saus asam manis (calamars sauce asam manis), Udang saus tiram (Crevettes sauce tiram), Sate sapi (brochettes de boeuf), le tout à partager. Un régal!

Demain, changement d'ambiance, nous allons chez les Baduy!

9
mai

Bon, je crois que c'est l'hôtel qui fait ça, comme la première nuit au mutiara carita, je suis réveillée à 3h30... ça me laisse le temps d'écrire l'étape de la veille, et de profiter du parc qui s'éveille doucement pendant que Tim se repose.

Je me fais une belle session oiseaux et écureuils, et on est parti pour le petit déjeuner, cette fois ce sera gaufres au menu.

Nous prenons la route vers 8h30 vers le village Baduy et faisons deux escales: la première à un distributeur (nous avons presque épuisé les 500 000 IDR suite le premier hôtel nous avait donné en liquide pour la caution de la chambre), et... à une pharmacie. En effet, la paupière de Tim est gonflée et douloureuse, avec un dépôt blanc qui ne nous plaît pas trop! On prend une pommade, nous avons déjà du sérum ophtalmique et du désinfectant compatible avec les muqueuses (spéciale dédicace à ceux qui se moquaient de ma "valise de pharmacie" avant le départ 🤭😘). Bref, on est parés, mais c'est forcément les jours où on part dans des villages reculés dans eau courant ou électricité que ça arrive, sinon c'est pas drôle! 😶‍🌫️

Sur la route, nous croisons nos premières rizières sur les routes de montagne, c'est très photogénique!

Nous arrivons vers 11h45, nous mangeons à nouveau (oui, déjà ^^) avant de nous aventurer dans la zone du village. Nous sommes surpris du monde qu'il y a sur le parking, nous nous attendions à un village perdu dans la forêt et au final c'est la guerre pour trouver une place! Et nous goûtons notre premier Nasi Goreng, riz frit aux épices, et plat national ou presque.

Nasi Goreng

Nous sommes chez les Baduy Luar, les Baduys extérieurs, et n'auront pas accès aux villages intérieurs, plus protégés et qui vivent sans aucune technologie (eau, électricité, machines,...). Il y a plusieurs villages, chacun hébergeant jusqu'à une centaine de famille dans des maisons traditionnelles en bois d'acajou et bambou. Chaque logement abrite une famille, très rarement deux, et est lié à un grenier a riz. Au début, nous circulons dans une rue commerçante "classique", où l'équipe achète de quoi manger ce soir et demain matin. Nous y voyons des piments, du sucre de palme, des échalotes, et tout le "nécessaire de proximité" pour les villages.

Ensuite, ce sont les villages à proprement parlé. Les maisons sont superbes, légèrement surélevées pour laisser passer le bétail (enfin les poules, quoi ) avec toujours une terrasse en bambou sur laquelle s'installent les habitants et leurs étales de produits plus ou moins artisanaux. Durant la première partie, nous sommes entourés d'autres visiteurs, et sommes très (TRÈS) souvent sollicités pour prendre des selphies... et on m'appelle barbie. Je crois qu'ils ne voient pas très souvent d'occidentaux, on a du faire des photos avec presque tous les élèves de l'école qui était en sortie scolaire ce jour là! 😂

Nous voyons du travail de tissage, des jeux d'enfants, des étales, un récolteur de sucré de palme,... et aussi un superbe pont en bambou, impressionnant!

Ensuite, nous continuons vers le village où nous allons dormir ce soir. On pensait faire une gentille balade entre les villages, mais c'est au final une petite randonnée de 2h dans la forêt et sur l'argile qui nous attend, on était pas prêts! On a l'impression de fondre littéralement sous la chaleur, mais bon, le paysage est magnifique. Tim me crois sur parole, son œil n'est toujours pas au top... 🤕 Par contre franchement je ne vois pas comment les Baduys peuvent prendre ce chemin au quotidien!

En chemin, nous voyons quelques trésors: fleurs, arbres, insectes, jolis!

Nous voilà arrivés, nous nous installons sur une terrasse, et l'attente commence... pour le moment il n'y a pour ainsi dire pas eu d'interaction avec les habitants, plus de la moitié ne répondent pas à nos bonjours, nous les sentons un peu rétissant à être proche de nous. Il y a en face de nous un groupe d'hommes qui nous observent, d'autres le font à travers leurs portes, nous demandons si nous pouvons participer à quelque chose, mais non il n'y a pas besoin, lorsque nous nous rapprochons d'une autre terrasse on nous redirige gentiment vers "la nôtre"... bref, on regarde passer la vie du village, et on écoute tomber la pluie un petit moment. Nous discutons ensuite très longuement avec Bambang, un super moment de partage et d'ouverture, mais de Baduy nous n'en rencontrons point. Les travailleurs remontent d'énormes sacs de fruits ou de riz, c'est impressionnant!

Avant le repas, nous demandons où sont les toilettes. Il s'agit en fait de la rivière qui coule en contre bas, avec un accès femme 🚺 et un autre homme 🚹. Il n'y a personne, notre guide nous montre donc le chemin d'accès côté femme à tous les deux. Comment dire... ça glisse, c'est pentu, et il fait nuit 😅 on ne se rend pas compte sur la photo, mais c'est vraiment casse figure!

Nous remontons et vient l'heure du repas: poisson salé, riz, et tofu. Pas de chance, nous n'aimons pas trop la façon dont c'est cuisiné cette fois, ça arrive!

La cuvette, le PQ et la chasse d'eau, tout-en-un!

Après une nouvelle belle discussion cette fois à l'intérieur de la pièce secondaire avec Bambang, durant laquelle notre hôte nous observe depuis la porte de la pièce principale, nous allons nous coucher. Nous avons droit à un tapis de sol licorne, on va faire des jaloux! Bambang, lui, décide de nous laisser seuls dans cette pièce et de s'installer sur la terrasse pour la nuit. L'intimité est fort relative, il n'y a pas de porte entre les deux pièces intérieures mais c'est pas grave, c'est le jeu 😀

C'est le jeu, c'est le jeu, bof, disons que Tim n'a que moyennement apprécié la radio-novela de 21h à minuit juste à côté de sa tête séparé par une cloison en bambou... autant dire qu'on a peu dormi.

10
mai
10
mai
Publié le 12 mai 2024

Ce matin nous nous réveillons au rythme du village. Une fois habillés, nous marchons quelques minutes en attendant que le petit déjeuner soit prêt. Nous sommes dans les nuages, cela fait une ambiance assez particulière!

Au petit déjeuner, ce sera pain de mie et omelette, mais ils ont prévu beaucoup trop, donc nous faisons des heureux chez les poules 🐔 On en profite pour faire le point sur l'œil de Tim: c'est nettement mieux!

Nous nous préparons à partir, et ça y est, l'ambiance se déride un peu lorsque l'un de nos guides prend l'un de mes appareils photos pour tester: presque tout le monde se prête au jeu, c'est sympa! Par contre dès que je le récupère, les visages se referment, je crois que j'ai une tête à faire peur 😱 nous avons fais quelques photos de groupe.

Nous sortons du village, et prenons cette fois un chemin bien plus carrossable, et d'ailleurs bien plus utilisé, et sommes en un clin d'œil en bas! Nous avons croisé plusieurs travailleurs qui montait des palmes pour les toits, encombrant et certainement lourd... c'est un sacré travail que de monter tout ça. Allez, une dernière photo pour la route, et nous quittons Ciboleger pour une journée de transfert.

Nous prenons la route vers notre prochain logement, situé dans le village de Sirnaresmi.

Le paysage est magnifique, rizières a gauche, mer à droite. On croise aussi pas mal de personnes qui attendent au milieu de la route: elles demandent des fonds pour différentes causes, de la gestion d'une éruption sur une autre île en Indonésie à l'entretien de la mosquée 🕌 Sacrément courageux de rester au milieu de la route vu la circulation ici!

C'est déjà l'heure de manger, et nous nous arrêtons dans une paillote sur la plage: un lieu de rêve! Tout y est, le soleil, la mer 🌊 , les palmiers, le sable blanc, l'ombre pour s'installer... et même la coco. Nous profitons du moment tous les deux, puis nous mangeons avec l'équipe, au menu poissons et calamars grillés, riz évidement, tofu et sauce pimentée.

Il y a encore un bon bout de route de montagne, c'est impressionnant comme ça monte et descend tout le temps, bien pire que les nôtres ! Du coup j'en profite pour somnoler un peu.

Nous nous arrêtons aux sources d'eaux chaudes de Cibodas. Ici, plusieurs sorties d'eau chauffée par géothermie ont été canalisées dans la rivière et dans un bassin. L'eau souffrée est réputée pour ses vertus thérapeutiques, et nous apprendrons ensuite que l'endroit est réputé pour lutter contre l'impuissance... 😅 nous en tout cas, on est contents de tremper dans l'eau, mais il fait une sacrée chaleur quand même, et puis toujours "quelques" déchets qui traînent...

Nous arrivons au village traditionnel de Sirnaresmi, où nous sommes installés dans la maison du chef de village. Tout en bois, elle est absolument gigantesque. Nous prenons le temps de nous imprégner un peu des lieux, le village est très beau, très vivant, presque toutes les maisons sont en matériaux naturels.

Après le repas, nous assistons avec la famille qui nous reçoit à un concert de musique angklung. Cet instrument en bambou est utilisé en pays Sunda pour fêter les premiers semis de riz afin de porter chance. Durant la représentation, on nous apprend quelques mots de sundanais, et je crois que toute la famille élargie du chef du village a entendu nos efforts d'apprentissage en visio 😅 On s'essaie à danser, c'est pas brillant mais on rigole sacrément en tout cas, on finit par être rejoins par pas mal de monde, et d'autres sont installés à leur balcon pour filmer. Un très très bon moment.

On est cuit de notre courte nuit, on finit par aller se coucher à 22h. Bonne nuit tout le monde!

11
mai
11
mai

Nous commençons la journée à 6h par une balade vers les rizières toutes proches du village. Nous sommes en altitude, et les nuages nimbent le paysage pour une atmosphère très douce malgré la visibilité réduite. Nous voyons les champs récoltés, puis le riz qui a été mis en bouquet pour être sécher: très photogénique!

C'est ensuite le temps de la préparation du petit déjeuner, un Nasi Goreng. Nous avons demandé à assister à la préparation, nous voyons donc la préparation du riz et de la purée de piment (j'ai pu utiliser un peu le mortier, efficace!), et je crois qu'on a des progrès à faire pour bien cuire le riz! Le chef du village continue à nous prendre en photo dans absolument toutes les situations, c'est assez rigolo.

Nous les laissons tranquille pour la fin de la préparation, et après le petit déjeuner nous repartons marcher un peu de l'autre côté du village, dans les rizières. Nous marchons environ 1h30, ne faisons que 2km, et pourtant nous sommes au bout de notre vie, il fait une chaleur humide écrasante! Heureusement, le paysage nous le fais oublier. Nous croisons des habitants qui travaillent à finir de récolter le riz et le rapporter au village.

Il est déjà temps pour nous de partir vers Bogor, avant de partir le coupe qui nous as reçu nous demande de faire une photo, ils sont mis leurs très belles tenues traditionnelles, et nous sommes en pantalon de rando... oups!

Au final, ce sera surtout une grosse journée de voiture, il devait y avoir 3h de route mais avec les embouteillages ce sera au final 5 grosses heures... nous arrivons à notre prochain hôtel, le lodge Ekologika on Portibi Farms à 17h, soit une heure avant la nuit, nous nous contentons donc de profiter du logement, et quel endroit! Nous avons cru nous perdre pour y arriver, la voiture a failli ne pas réussir à grimper, mais ça vaut le coup. Nous avons un bungalow dans la forêt, les espaces communs sont top, avec une ambiance très "auberge de jeunesse" : tout le monde discute avec tout le monde, ça va me faire travailler mon anglais! Il n'y a presque que des expatriés ici, et tout le monde nous demande depuis quand et où nous habitons à Java 🤣

Il se met à pleuvoir à torrent... et la salle commune devient déserte. C'est le moment pour nous de sortir le Dixit à disposition, et de faire découvrir le jeu à Bambang.

Vient ensuite le moment du repas, ici on s'y de la cuisine fusion, donc... bœuf au menu, avec de la purée de patate douce! En plus en dessert, j'ai la surprise d'avoir un gâteau d'anniversaire, trop gentil. Nous avons discuté avec une franco-suisse qui habite depuis 2 ans à Jakarta avec son conjoint hollandais, et qui travaillent dans les énergies renouvelables et l'environnement, super intéressant! Bref, on ne voit pas le temps passer, et le repas est animé par l'arrivée d'un scorpion dans une boîte: trouvaille des enfants, il sera rejoins par deux collègues, brrrr, inquiétant sachant qu'il faut qu'on rentre ensuite en sandale au bungalow!

Bref, une super soirée, mais il est temps d'aller se coucher, bonne nuit!

12
mai
12
mai

Ce matin, réveil à 6h et exploration des environs à la recherche d'oiseaux. Nous sommes perdus dans la jungle (littéralement, le nouveau chauffeur n'a pas trouvé l'entrée hier) il devait y en avoir de partout! Bon, au final, point de pioupious, mais des papillons en veux tu, en voilà. Un chouette moment, d'autant que Tim en profite aussi complètement, il a retrouvé son œil presque comme neuf 😎

Après un bon petit déjeuner (avec du vrai pain!) nous reprenons la route vers Bogor et son jardin botanique. À la sortie du village, nous découvrons un marché sur les bords de route. C'est impressionnant de voir tout ce qui se vend, et comment tout le monde circule ensemble sans jamais d'accident! J'avoue que je n'étais pas fière quand on a croisé un camion 🚚 mais c'est passé... On voit des échoppes de tout et n'importe quoi, des tongs au bubble tea, en passant par tout ce qui peut se manger. C'est d'ailleurs quelque chose de marquant du séjour: peu importe où nous sommes, il y a une façon simple (+/- hygiénique, certes) de manger, et c'est la plupart du temps excellent!

Arrivés à Bogor, Bambang nous propose d'aller visiter un marché traditionnel, nous nous rendons donc aux halles, et là commence un festival d'odeurs, de bruits et de couleurs. Nous avons la démonstration de l'amour des indonésiens pour le riz et le poisson sous toutes ses formes, mais aussi les fruits et légumes de toutes les couleurs ou presque, et beaucoup de piments! Nous achetons pour ce midi des snake fruits, des bananes, du manioc fermenté et des fruits du dragon 🐉

Bon par contre, les boucheries et certaines poissonneries nous font un peu peur 😱 et j'ai vu un rat absolument gigantesque se promener sans complexe. Franchement, le machin faisait la taille d'un Jack russel !

Nous quittons le marché et allons directement au jardin botanique. Comment ça directement? Je n'ai pas mon téléobjectif, et il y a toujours plein de pioupious dans les jardins botaniques: demi tour, je retourne le chercher dans la voiture... tout ça pour qu'au final il faille le mettre dans un casier, les téléobjectifs sont interdits pour cause de palais présidentiel dans l'enceinte! Grrr tant pis, je ronge mon frein, et je me venge sur les photos de fleurs 🌸

Il ne faut que quelques minutes avant qu'un groupe de femmes ne demande à prendre un selphy avec nous: ok, mais nous aussi alors! J'avoue qu'on s'y plie assez facilement, je trouve ça drôle, et puis ça fait plaisir à tout le monde même si ça fait bizarre d'être sollicités aussi régulièrement. Ça rappelle les fêtes médiévales 😸

J'ai adoré la serre des nepenthes, plantes carnivores, et j'ai trouvé assez grrr de mettre des panneaux indiquant, place par place, quels oiseaux on était susceptible de croiser. Je crois que je suis frustrée 😅

Petite pause repas, nous goûtons nos achats, mais avons oublié les couverts... bah le fruit du dragon, ça coule rose fluo!

C'est l'heure de partir pour Cibodas, pour nous rapprocher du départ de la randonnée de demain... enfin ce soir plutôt, vu qu'on part à 22h 🫣 Nous avons apparemment un top hôtel, nous allons pouvoir nous reposer aux petits oignons avant l'ascension! Enfin ça, c'était avant que les 2h30 de route ne se transforment en 5h... et encore, parce que le chauffeur a décidé de faire le tour par la montagne! En gros, nous sommes sur la route de retour de week-end en direction de Jakarta la capitale, et il n'y a qu'une route dans la vallée. Il y a tellement de monde que la police bloque les routes d'accès, et les débloque au fur et à mesure. À notre premier arrêt, ils parlaient d'être bloqué jusque 18h, mais notre détour magique nous a permis de gagner énormément de temps, et de croiser charrettes à cheval et beaux paysages. À chaque intersection ou presque, il y a du monde qui fait la circulation contre quelques pièces, j'avoue que je ne comprends pas toujours leurs indications mais notre chauffeur a l'air de s'y retrouver, c'est tout ce qui compte!

Nous retrouvons des plantations que nous connaissons déjà du Sri-Lanka : le thé! Le paysage de montagne est très beau, mais il y a ici toujours des habitations le long de la route, nous n'avons jamais l'impression d'être perdus dans la campagne, en cela c'est très différent de ce dont on a l'habitude.

Ça y est, il est 17h30, nous arrivons au Novus Giri Puncak Resort, classe! Mais nous avons un peu l'impression qu'on donne de la confiture à des cochons, nous n'avons y passer que quelques heures, et à peine y dormir 😶‍🌫️

À 18h30, nous resortons avec Bambang et le chauffeur direction une chaîne de restaurants assez familiale : alam sunda. Nous goûtons les soupes: sop iga, sorte de pot-au-feu à l'Indonésienne, et soto betawi, au lait de coco. J'adore les deux, Tim se contente du soto betawi, l'autre est trop pimenté pour lui. Je teste aussi les petites anchois séchées : pas mal!

Bon, il est 20h, l'heure d'aller se coucher... enfin si ça vaut le coup: le départ est prévu à 22h15 😪

Bonne (très courte) nuit!

13
mai

Départ donc à 22h15, ça pique, le lit était 'hachement confortable quand même... on prend polaires, vestes, frontales, appareil photo et eau, et c'est parti pour l'ascension du Gunung Gede du parc national Gede Pangrango. Le parc est composé majoritairement de forêt, avec en points culminants les deux sommets qui lui donnent son nom. Nous devions monter par la voie débutant à Cibodas, mais notre guide préfère nous faire passer par celle partant de Simaksi, ce qui nous fait gagner 200m de dénivelé, il n'en reste donc "que" 1500... on va faire chauffer les mollets! Bambang prévoir 6h de montée pour être au sommet à 2958m à 5h pour le levé de soleil, ça me paraît énorme, mais je ne me rends pas bien compte. Nous débutons le trajet à la frontale, je démarre la montre histoire d'avoir la trace gps, et... pluie ☔️. Mais pas le petit crachin breton, hein, la vrai grosse pluie tropicale! On se réfugie sous un abri avec un autre groupe qui lui descend, et attendons une bonne demi heure que le gros de l'averse passe, puis nous mettons des protections sur les sacs et repartons. J'ai mis la montre sur pause, elle n'a pas aimé et nous indique une descente en parachute de 300m, mais pas d'inquiétude, on était juste arrêtés🌧 Le chemin est plutôt simple au début, même si ça grimpe déjà. Au bout de quoi, peut être une heure, mon pied dérape et je me retrouve sur le flanc, ça y est, si j'étais vieille je me serai fait un col du fémur, aïe ! Bon rien de grave, mais ça augure de la suite 😅 La première moitié du trajet jusqu'à Lawang Saketeng se passe plutôt bien, mais ensuite la fatigue se fait sentir, d'autant que la pente est assez régulière sans plat pour "s'oxygener". Nous arrivons à 3h à Alun Timur, nous avons été plus vite qu'escompté, nous faisons donc une bonne pause, mais à cet altitude il fait sacrément froid, nous passons donc du débardeur à polaire +coupe vent, et nous posons dans un abri. C'est à ce moment que la montre décide de nous lâcher, c'est bien la peine! Je dors un peu, les guides aussi, et nous repartons à 4h pour la dernière portion... et là, rien ne va plus. La fatigue est bien bien présente, nous avons du mal à nous réchauffer, heureusement la première partie est sur une plaine assez "roulante" ce qui permet de remettre les jambes en route, mais dès qu'on attaque la dernière montée c'est très dur. Nous n'avançons plus, j'ai l'impression que mes jambes sont en automatique et j'ai peur de ne pas être assez réactive en cas de glissade, Tim lui est vraiment essoufflé. Nous y sommes presque, mais bor*** c'est dur! Il y a un grand nombre d'arbres, et nous nous hissons presque autant avec les bras que nous ne poussons avec les jambes. Les arbres sont presque polis au niveau de nos mains, je pense que nous ne sommes pas les seuls à nous être appuyer sur eux...

Nous finissons par y arriver, sur les rotules ou presque. Il y a du vent, on est arrêté dans un endroit dégagé mais du coup il fait froid, moins de 10 degrés, et nous avons du mal à profiter... nous ne réalisons pas vraiment, et puis Bambang revient nous chercher: il a trouvé un coin à l'abri du vent, avec le guide local, ils ont fait chauffer du thé. Une adorable mère poule, et pour le coup on apprécie!

Et puis... Le spectacle commence. Le soleil se lève, le ciel est d'abord d'un rouge sombre qui fait d'autant plus ressortir la nuit et les lumières des villes, nous commençons à apercevoir le Gunung Pangrango et les éclairs de l'orage à son pied, puis le tout s'éclaircit, les lumières s'éteignent, nous passons en nuances d'or, rose et bleu. C'est magique, et je crois que je suis comme les poules: quand le soleil est là, je me réveille! Nous sommes seuls au sommet avec un groupe de jeunes indonesiens, et nos guides nous préparent un petit déjeuner : ce sera la plus belle vue de petit déjeuner que j'ai vécu! Toujours mère poule, Bambang s'inquiète de nous voir peu manger, et nous fais même nos tartines de pain grillé à la poêle avec beurre de cacahuète, une crème.

Ça y est, le soleil est entièrement levé, et nous découvrons d'autres sommets dans la brume, ainsi que le cratère du Gede. En effet, c'est un volcan actif, il n'y a pas d'écoulement de lave 🌋 mais il émet en permanence des fumerolles, et son cratère est maintenant empli d'un lac acide d'une couleur turquoise impressionnante.

La fine équipe du jour

Sur quelques dizaines de mètres, je m'aventure sur la voie vers le volcan Pangrango qui correspond à celle que nous devions faire à l'origine. Elle a l'air bien plus belle, mais je ne suis pas sûre que nous aurions pu assumer les 200m de dénivelé supplémentaire!

En parlant de dénivelé... c'est pas le tout, mais il est 6h45, va falloir redescendre. Nous repartons par le raidillon en forêt, qui nous paraît aussi long qu'à l'aller, puis nous arrivons sur une vaste plaine où poussent les edelweiss de Java... et les tentes. En effet, la plupart des locaux font la montée jusqu'ici, puis campent et font le dernier tronçon au petit matin, puis redescendent, et nous pensons que c'est clairement le mieux pour profiter!

Ensuite nous repassons là où nous avons +/- dormi, et attaquons le gros de la descente. Ça glisse franchement, du coup les arbres sont à nouveau nos amis, et nous naviguons de branches en branches, ce qui n'empêche pas quelques décrochages ⚠️🚸

La descente est loooonnnngue ! On n'arrivera jamais au bout 😮‍💨😢

Notre refuge de la nuit

Au final à 9h45, alléluia, nous sortons des arbres! Et là, nous découvrons que nous avions marché un paquet de temps entre les champs, en fait, avant la forêt 😅

Je réussi à glisser à ce moment là et tomber sur les fesses, sans vrai mal non plus cette fois, mais avec la montée d'un gros ras le bol: j'en ai marre-plus-de-jus-plein-les-pattes! Et à peine 2 minutes plus tard, le guide local nous propose un raccourci, il s'agit de marcher dans une rigole d'évacuation d'eau... déjà que je me casse la figure sur le presque plat, pas question! On prend le chemin long mais praticable. Nous nous retrouvons à marcher au milieu des champs de maraîchage et de thé, c'est superbe, je prends des photos pour en profiter plus tard, là je veux juste rentrer, ça fait 12h qu'on est parti... Bambang nous montre des caféiers en chemin, et nous fait goûter le fruit.

C'est l'arrivée au village, après 10h, qui sonne comme une délivrance, et j'avoue que voir le transport des brebis m'a assez interpellé 🤣

Ça y est, on nous dépose à l'hôtel, nous avons 1h30 pour nous reposer un peu avant le départ, et nous nous y employons avec application.

À midi nous prenons la voiture direction Bandung, après un arrêt repas dans un restaurant de poisson d'eau douce, très bon 🐟 vu les portions, nous prenons souvent un plat pour deux, et nous avons bien fait! Très bon mais copieux.

Pas d'embouteillages, tout se passe bien, et à 15h nous arrivons au Black bird hôtel de Bandung. Notre chauffeur et notre guide nous laissent, rendez vous demain pour un départ a 9h. L'après midi est consacré au repos, nous prenons une boisson fraîche au bar de la piscine, Tim bouquine pendant que j'écris le carnet, et nous restons ensuite manger là ce soir. Nous craquons pour des pâtes carbonara et pâtes au pesto vert, pas très indonésien tout ça... 🤫 et puis c'est l'heure de se coucher, on a du sommeil à récupérer 😴

14
mai
14
mai
Publié le 15 mai 2024

Aujourd'hui, c'est journée cool, nous profitons d'un très bon buffet de petit déjeuner avant de partir à 9h à la découverte de la ville de Bandung. Au centre du massif de Priangan, l'agglomération d'environ 5 millions d'habitants est niché dans une cuvette à 750m d'altitude. C'est la capitale administrative de Java ouest (Jawah Barat), fondée au début du XIXe siècle. La ville est très connue pour ses bâtiments art déco hérités de la colonisation hollandaise et ses nombreux parcs. Le premier bâtiment notable que nous voyons est le Gedung Sate, qui abrite l'administration du gouverneur de province.

En route ensuite vers l'histoire et la salle de la conférence des non alignés, où s'est tenue en 1955 la première réunion des pays non alignés lors de la guerre froide.

Nous visitons également la grande mosquée 🕌, c'est la première fois que j'entre dans un tel bâtiment. Les vitraux sont superbes, la salle est très grande et laisse beaucoup d'espace comparée aux églises.

Ensuite, petit tour de la ville en bus touristique 🚌

Nous terminons par la rue Braga, qui était le centre de la mode à l'époque hollandaise. On y trouve maintenant nombre de cafés et de "galeries d'art", il fait bon s'y promener.

Nous terminons cette découverte de la ville et nous dirigeons vers Malabar et ses plantations de thé. Sur la route, nous nous arrêtons manger au RM GunungTilu Pangalengan, nous prenons un nasi Goreng Kambing et un Soto Ayam, très bon! La déco était top, et l'équipe sympa.

Nous voilà ensuite prêts à nous installer au Agrowisata Malabar, ancienne demeure de M. Boscha, qui fut un grand propriétaire terrien de la région. Le bâtiment est superbe, le parc aussi, surtout de loin, mais nous ne nous sentons pas vraiment à l'aise, ne savons pas dans quelles parties communes nous avons possibilités d'aller, et voyons pas mal d'endroits qui auraient besoin d'un sacré rafraîchissement...

Nous partons donc explorer le parc, qui lui est vraiment superbement entretenu, et y voyons oiseaux, fleurs et insectes, avant de nous prendre une belle averse qui nous fera rentrer en courant!

Le soir, nous mangeons à l'extérieur, puis partons nous coucher assez tôt, ça fait du bien aussi!

15
mai
15
mai
Publié le 17 mai 2024

Aujourd'hui, après un petit déjeuner pas au top (le pain de mie 🍞 pourquoi pas, le pain de mie non grillé avec de la marguarine bof...), nous partons nous promener aux alentours du logement. La balade se fait au milieu des champs de thé, et c'est presque plat, ce qui nous change agréablement! Ici, le thé est récolté avec une machine à main qui coupe les buissons façon taille haie, puis les feuilles 🍃 sont triées en fonction de la qualité. En ce moment, pas de récolte mais de l'entretien, ils ont ici aussi du liseron à enlever!

Nous passons devant la tombe du premier propriétaire du domaine, M. Boscha, qui avait contribué au développement de la région notamment en créant une école niveau primaire ouverte à tous sur sa propriété.

Nous continuons la marche, et croisons un petit groupe d'ouvrières qui demandent à faire une photo avec Tim le géant, encore une bonne rigolade! J'ai cru qu'elles n'allaient jamais me le rendre 😂

Il y a pleeeeiiinnn d'oiseaux, je m'éclate comme une p'tite folle, mais ça vole vite quand même ces bestioles!

Nous passons petit à petit des plantations de thé à l'exploitation maraîchère, avec plein de carottes 🥕 entre autre.

Nous terminons près d'une usine de thé, que malheureusement nous ne pouvons pas visiter. Nous voyons arriver plusieurs camions chargés de feuilles, l'usine peut traiter jusque 50 tonnes de thé par jour, ça en fait des sachets !

Nous reprenons la route pour un assez long transfert, et nous arrêtons dans un "boui-boui" (je cite Bambang), ma fois la vue est superbe, la nourriture est bonne, et le prix est juste imbattable, nous mangeons à 2 pour moins d'1,50€!

Re-voiture, on somnole, et puis le chauffeur nous signale un aigle! Il est juste devant nous, dans et au dessus d'une forêt de pin, et est énorme! J'ai, comme presque toujours, mon appareil photo à côté de moi, je vise par la fenêtre pendant que la voiture se gare, mais je ne vois rien, j'essaie d'ouvrir la portière mais pas moyen, laissez moi sortir! Je sors à moitié le buste par la fenêtre du coup, et Tim déverrouille à ce moment là la portière sur laquelle j'étais appuyée, bref, j'ai failli m'étaler... mais je finis par me remettre dehors sur mes pattes, et prendre quelques photos. Magnifique bête, non?

Nous repartons vers la station géothermique de Kamojang, un petit goût d'Islande avec ces tuyaux gigantesques partout le long de la route.

Un crochet ensuite vers Kawah Manuk, cratère de boue bouillonnante, ici aussi un petit goût d'Islande, on y retrouve les fumerolles, les couleurs farfelues, mais cette fois le tout est entouré de forêt. J'ai l'impression de voir des éruptions volcaniques en miniature.

Nouvel arrêt au centre de conservation des rapaces de Kamojang. Cet organisme financé par le gouvernement récupère les rapaces blessés pour les soigner, et si possible les relâcher ensuite dans la nature. Il y a 130 rapaces sur place en ce moment, nous n'auront accès qu'à une 15aine d'entre eux, et tant mieux car malheureusement il s'agit de ceux dont les blessures ne permettent pas de retourner à la vie sauvage. L'un d'eux a perdu un œil, plusieurs ne peuvent plus voler suite à des fractures de l'aile,... ceux qui pourront être relâchés ne sont pas visibles du public. Serpentaires, pygargues, aigles de Java, ils sont tous superbes, j'ai hâte de pouvoir en croiser, mais cette fois libres et sauvages. J'en profite pour demander une identification de l'aigle que nous avons vu plus tôt dans la forêt: c'est un aigle noir, sans hésitation pour la spécialiste 🙂

Il est temps, après encore 1h de route, de découvrir notre hébergement du jour, le Sari Papandayan Resort. Nous sommes dans un superbe bungalow en bambou. Nous profitons du lieu avec vue sur les montagnes, c'est vraiment un très bel endroit. Seul bémol, entre la route très passante et la mosquée juste en face, cela risque d'être bruyant.

Nous partons manger dans un restaurant lodge juste à côté, encore une fois copieux et très bon, et il est temps pour nous d'aller nous coucher, demain c'est balades et cratères !

16
mai

La nuit fut effectivement bruyante (l'appel à la prière à 4h, c'est tôt !), mais quel petit déjeuner! C'était très très bon, une croquette sucrée salée, un Nasi Goreng pour 2, du bon thé, et des fruits dont de super fraises 🍓, vraiment top.

Nous partons en direction du cratère du volcan Papandayan, et voyons un superbe matin chasseur de Java qui pose pour nous.

Ça y est, nous y sommes, le cratère se devine devant nous depuis le parking. Ce volcan est actif, avec une grosse éruption en 1772, et une autre en 2002 où les coulées pyroclastiques ont fait évacuées plusieurs milliers d'habitants. L'accès peut être fermé en fonction de l'activité, mais en ce moment il est possible de s'approcher du cratère Kawah Papandayan. Ce dernier n'est pas au sommet du volcan, qui lui est situé à 2622m d'altitude. Nous grimpons donc sur un beau chemin facile, et découvrons la vue au pied du cratère: jolie!

Nous descendons ensuite dans le cratère, et passons une rivière d'eau blanchâtre, étonnant.

Ça y est, nous sommes au plus près des fumerolles... j'avoue préférer ne pas trop y réfléchir 😅

Les couleurs sont splendides, les cheminées crachent des vapeurs de soufre qui cristallisent à la sortie, ici c'est le jaune et le gris qui dominent, même s'il y a d'autres touches de couleurs.

Nous ressortons du cratère, et plusieurs itinéraires s'offrent à nous. Nous choisissons de monter le long de la crête pour profiter de la vue "au plus court", car nous avons de la route à faire et n'avons pas le temps pour les itinéraires plus longs si nous voulons aller à Galunggung. Ça grimpe encore, il fait très chaud, on n'avance pas mais avec l'impression d'être en méditerranée avec la végétation.

Ici, nous sentons moins l'odeur du soufre, et surtout nous découvrons la dead forest, arbres pétrifiés par l'une des éruptions. Le décor est lunaire! Il est possible de camper ici, et donc nous croisons un groupe, mais aussi malheureusement un bon nombre de déchets à côté du campement... Dommage, le lieu est tellement spectaculaire !

Il est temps de redescendre en profitant du panorama, nous nous faisons interpellé par un groupe pour une photo, et voyons un ravitaillement des Warungs (petits restaurants et vendeurs de tout) en moto 🏍. Il est d'ailleurs possible d'explorer en partie le site à moto, avis aux amateurs!

Petit détour par le parc et lodge situé au pied du volcan à côté du parking. Le lieu est superbe, il y a un potentiel de dingue pour le lodge, j'espère qu'il est entretenu à la hauteur de la beauté du site naturel. En tout cas, ça donne envie de tester!

Après un bout de route, la pause déjeuner se fait dans un superbe restaurant de bambou avec vue sur les rizières. Les plats sont bons, très copieux (nous avons pris l'équivalent d'une entrée et un plat...) et nous avons craqué pour un dessert: bananes frites façon "oreo", enfin je trouve que ça y fait penser. Nous avons presque regretter vu comme c'est bien servi, nous n'avions plus faim du tout au moment du dessert, et pourtant le service lent nous avait donné faim!

C'est reparti, nous longeons des rizières et rivières avec une lumière magnifique.

Vers 16h, nous arrivons au Galunggung. Ici pas de randonnée, c'est un immense escalier qui nous mène au bord du cratère, dominé par le sommet du cône à 2 201m d'altitude. Le temps de monter, le soleil se cache derrière les cônes volcaniques alentours, donnant une belle lumière au site. Nous avons une vue à 360 degrés sur le cratère d'un côté, la campagne environnante en bas, et voyons les agglomérations au pied du volcan: en 1982, lors de la dernière éruption, plus de 30 000 personnes ont dues être évacuées !

Le cratère cache un superbe lac vert, ça donne bien envie de continuer le long de la crête pour le voir sous toutes ses coutures, mais le temps va manquer.

Ici, il y a un peu de vie animale: des oiseaux, bien sûr, mais également des singes. Il est indiqué tout au long de la montée qu'il ne faut pas les nourrir, mais nous croisons un petit malin qui profite d'une fin de soupe de nouilles 🍜 bien installé au bord du cratère: il sait choisir sa place!

Les lampadaires s'allument, il est temps de redescendre les 450 marches (enfin à peu près) et de retrouver la voiture pour la dernière portion de route.

Ce soir, à Tasikmalaya, nous profitons du Aston Inn, hôtel de type international. En arrivant, nous voyons qu'ils proposent des massages, une fois dans la chambre nous trouvons la plaquette des tarifs: environ 20€ pour 1h30, banco, on réserve ! En plus, le spa est ouvert jusque 22h, ça nous laisse du temps. Nous descendons donc à l'accueil pour nous renseigner, et aussi demander à faire réparer la chasse d'eau (c'est au moins la 5e que Tim répare depuis le début du séjour, mais là il faut du matériel...). Pour la chasse d'eau, aucun problème, on nous envoie quelqu'un tout de suite, mais pour le massage, il faut réserver par téléphone. Ah. Bon, bah je vais sortir mon meilleur anglais, hein, et puis on va voir 😅

Bref, retour dans la chambre, j'appelle, donne le numéro de chambre, demande s'il est possible d'avoir un massage aujourd'hui, on me demande "maintenant? Pour une femme?" Je réponds oui, n'ai pas le temps de dire ouf que "je vous envoie quelqu'un" et PAF, raccroché. Bon. J'espère qu'ils se sont dit que mon accent était trop pourri et qu'ils nous envoyait quelqu'un pour réserver en direct...

Toc-toc-toc, voilà le plombier! C'est du rapide! Il regarde la chasse d'eau, traficotte, bref on le laisse bosser et on bouquine.

Toc-toc-toc, cette fois c'est une femme, ça doit être pour réserver le massage... ah bah non, pas tout à fait, c'est la masseuse. Je lui explique que nous voulions un massage pour deux personnes, et je montre lequel sur le programme, mais elle a l'air paniquée et pianote à toute vitesse sur son portable, puis me le montre: c'est Google traduction, et madame m'a écrit traduit en anglais qu'elle ne parle pas anglais! Ouuuh je sens que ça va être simple cette histoire 😅🤐

Bref, je sors mon téléphone et mon Google traduction à moi, je lui explique en français qui devient javanais... sauf qu'ici, nous sommes en pays Sunda, donc en fait elle ne parle presque pas javanais non plus! Bref, on a l'air maligne toutes les deux en discussion muette... au final elle recopie ce que j'écris en français sur son téléphone qui le traduit en sa langue, et traduit ensuite sa réponse en français et non plus anglais, c'est mieux! Entre temps, on comprend que les massages se font en chambre et non au spa, et elle est toute seule ce soir, elle attend de voir si une collègue est disponible.

Bon, pendant ce temps là, le plombier est parti chercher du matériel, puis la masseuse redescend chercher la crème spécifique au massage que j'ai demandé (oui, j'ai choisi au pif un "Green tea expérience ", aucune idée de ce que c'est, mais le thé c'est une valeur sûre 😆). Madame remonte, et nous explique qu'aucune collègue n'est disponible. Tim décide de laisser tomber et me laisse la place, et tout est préparé sur le lit... Sauf qu'entre temps, le plombier est revenu avec son silicone pour la chasse d'eau, et je me retrouve en sous vêtement sur le lit, avec juste un foulard pour me couvrir, dans ce pays où les femmes sont sensées se baigner habillées... bref, Tim fait +/- écran, et moi j'avoue que j'arrête de réfléchir: c'est quand même super agréable, un massage! Plutôt tonique, d'ailleurs, celui ci, et qui finit par un gommage très agréable aussi. Bon par contre, mon p'tit cœur de kiné a mal pour le dos de la masseuse qui fait les soins sur les lits des clients et doit monter et descendre en fonction de là où elle masse...

J'émerge au bout de l'heure et demi, décontractée comme tout, et la chasse d'eau est réparée, magnifique ! Reste plus qu'à aller manger, très très copieux comme toujours, et au lit! Je le sens bien cette nuit, pleine de calme 🌃

17
mai
17
mai
Publié le 18 mai 2024

C'est une petite journée qui s'annonce aujourd'hui, avec pas mal de transfert. Après le petit déjeuner, nous prenons la route vers Karangkamulyan, site historique qui présente des vestiges du royaume de Galuh.

Je ne sais pas si je n'ai pas écouté ou si on en a peu parlé, mais j'ai assez peu de souvenir de l'aspect historique de ce qu'on a vu, et des différents éléments architecturaux... 😶‍🌫️🤐

Par contre, je peux vous dire que la forêt de bambou est absolument magnifique, très bien entretenue, les chemins sont faciles, et il est extrêmement plaisant de se balader sous les feuillages par cette chaleur!

Une colonie de singes 🐵 s'est installée ici, avec plein de petits, on passe un moment à les observer, j'adore voir leurs interactions. Par contre, je ne suis pas rassurée lorsqu'ils s'approchent, ils ont des tendances cleptomanes, et n'aiment pas trop qu'on essaie de récupérer nos affaires... et ils ont de grandes dents!

Je crois que Bambang s'ennuie des randonnées, du coup on fait un peu de "hors piste", le chemin existe mais n'a pas été entretenu depuis un bon bout de temps ⌛️

Nous longeons la rivière sous les fougères et les bambous, c'est beau aussi, beaucoup plus sauvage.

C'est la microfaune qui est à l'honneur ici, les oiseaux sont là, on les entends mais ne les voit pas...

Nous reprenons la route à travers les forêts de teck.

Ici, on transporte de tout, et avec tout ou presque!

Nous retrouvons un paysage de villages et rizières, quelques plantations aussi, et la route devient de plus en plus étroite... à chaque fois qu'on pense qu'on ne peut plus la réduire, elle nous fait mentir... et c'est bien à double sens!

Nous finissons par arriver au Bayan village, c'est super sympa, et la vue de la chambre est dingue.

On en profite pour aller se baigner dans la rivière, l'eau est fraîche c'est super agréable, et je suis contente de trouver de l'eau douce "courante" et propre! On joue un peu avec le courant des cascades, et puis il est temps de sortir, Tim s'est un peu trop rafraîchit... On en profite pour laver nos affaires de bain 👙 qu'on avait dû ranger humides, autant dire qu'elles en ont bien besoin! Du coup on suspend des trucs partout pour que ça sèche, cette fois.

La nuit tombe, nous profitons du bar lounge puis du restaurant occidental avec des burgers, un régal!

Il est temps d'aller se coucher, mais attention, fenêtre ouverte, c'est hyper bruyant ! En effet, la cascade est toute proche... moi j'adore ce bruit, et ça m'endort 😴

18
mai
18
mai
Publié le 19 mai 2024

Nous avons particulièrement bien dormi, même si Tim a eu un peu froid... c'est l'heure du petit déjeuner, enfin je crois, il n'y a personne. On attends un peu, et nos plats sont servis: mie Goreng pour Tim, Nasi Goreng pour moi. Le lieu est toujours aussi agréable, le seul bruit ou presque est celui des cascades.

Il est temps de démarrer la balade, nous partons de l'hôtel et commençons par une belle montée sur la route en direction du village. Nous voyons des arbres fruitiers, des gains de café à sécher, une mosquée, mais aussi d'énormes araignées 🕷🕸! Elles sont assez grosses pour qu'on les voit distinctement alors qu'elles sont entre les fils électriques...

Nous partons ensuite sur une jolie portion à travers champs, mais qu'est ce qu'il fait chaud!

La partie suivante, dans la forêt, est magnifique, c'est une forêt de culture, on utilise entre autre la sève des arbres pour la cire des batiks. La lumière qui filtre à travers les feuilles donne une ambiance magique, ne manque qu'un peu de vie dans les branches.

Nous voici à Curug Jenggala, cascade connue pour sa boue sulfurique aux vertus thérapeutiques. Elle est très jaune au milieu du vert, vraiment photogénique!

Il y a un petit banc de bambou au pied de la cascade où on peut prendre place pour se faire masser avec la boue de la source, qui d'ailleurs est chaude (surtout à droite en la regardant🫠)! Je m'installe, et un groupe vient se doucher : le premier nous dit "salut!", on lui répond de même, et là, il bugge. Monsieur est originaire du Mali, ça fait deux ans qu'il est ici, et qu'il n'a pas parler français 😸 du coup on papote un peu, et il nous invite à les retrouver dans la cascade, c'aurait été avec plaisir, mais nous n'avons pas de change, et si j'y vais en sous vêtements, je pense que la moitié des personnes font un infarctus... 😅

Bref, massage très tonique qui fait aussi gommage, c'est moins décontractant que ce dont on a l'habitude, on est plus réveillés qu'endormis après ça. J'ai eu les 4 pattes de faites, maintenant c'est au tour de Tim, et je le regarde souffrir en mangeant un pamplemousse 🤫

Il est temps de repartir, nous suivons les canaux qui traversent la forêt, et Tim se prend pour mon voisin Totoro avant d'essayer de faire un radeau : attention, la traversée sera mouvementée !

Nous entrons ensuite dans un parc payant aménagé autour d'un bagage hydroélectrique. Les paysagistes ont fait un travail formidable, il y a plein d'endroits pour se poser, d'autres pour poser devant le paysage, les bassins se succèdent, et nous terminons devant une superbe cascade d'eau claire.

Nous avons tout de même croiser un peu de vie animal durant cette balade, dont les très jolis mais au nom pas très élégant Bulbul cul d'or, je vous laisse deviner lesquels portent ce doux patronyme... 😁

Nous retournons au village à travers champs, et retrouvons les oiseaux captifs très fréquents ici. En effet, entre leur réputation de porte-bonheur pour le foyer s'ils sont suspendus devant une maison et les concours d'oiseaux chanteurs, il est extrêmement courant d'en voir dans de petites cages, parfois en plein soleil. Ici, c'est une belle chouette effraie qui se montre en plein jour, contre nature 😥

J'espère que les mœurs évolueront quand aux tailles des cages, déjà.

Ça y est, c'est la fin de la balade, et il est temps de chercher à manger.

Nous avons beaucoup apprécié notre repas au Bayan village hier soir, nous récidivons donc pour ce midi, mais côté cuisine traditionnelle cette fois. Nous avons été un peu déçus, c'était moyen, et surtout la serveuse nous a rajouté des plats (2 riz blancs, souvent inclus, et double dose de poulet), ce que nous avons découvert à l'addition, ça nous a un peu refroidit... mais on ne s'est pas laissé abattre, et on a pris des boissons- desserts: un smoothie au taro pour Tim, et une montagne de mocha chantilly avec glace pour moi 🤩

Il est temps de prendre la route direction Wonosobo, notre prochaine étape.

Nous sommes loger au Kresna hôtel, ce qui nous faisait un peu peur au vu des avis sur internet, et au final il est très bien cet hôtel! Situé dans un bâtiment colonial gigantesque, il propose de grands espaces dont j'aime beaucoup la décoration. Certes, il y aurait quelques rafraîchissements à faire, mais on a beaucoup aimé le cadre.

Nous resortons pour le dîner, et trouvons notre bonheur dans un food court où il y a plein de stands différents dans le même espace. On trouve même des p'tites gaufres pour le dessert ! On reste discuter un peu avec Bambang pendant le début d'un concert de grands classiques du rock, puis on fini par décoller et rentrer nous coucher. C'était un super moment!

19
mai
19
mai
Publié le 20 mai 2024

Aujourd'hui, c'est la découverte du plateau de Dieng qui est au programme. Nous avons une heure de route environ avant d'arriver au premier point de vue. Certes, c'est payant pour se garer, il y a une autre partie avec supplément qui propose des aménagements pour les photos souvenirs (que vous n'avons pas faite), mais c'est splendide.

Avant de partir, on échange quelques mots avec un homme parti de Carita à pied il y a 2 ans et voyage comme ça vers l'est, à son rythme. Impressionnant!

Nous nous dirigeons ensuite vers le Telaga Warna, le lac coloré, qui doit son nom au soufre dilué dans son eau qui lui donne cette couleur très verte. Le début du sentier est hyper bien aménagé, le terrain est top, et il y a des poubelles ! Oui, j'adore leurs poubelles, pas de jugement s'il vous plaît 😅

Les berges aménagées permettent de bien s'amuser niveau photo, un peu kitsch mais c'est le jeu!

Le sentier fait une boucle entre ce lac et le Telaga Pengilon, avec plusieurs légendes locales: le rocher de la lecture, la grotte de la jument,...

On croise également un moine (bouddhiste ?) qui se promène devant nous, puis semble présider une cérémonie au bord du lac.

On continue, une passerelle permet une meilleure vue sur le lac, mais ce n'est même pas là que nous verrons le plus d'animaux.

Ensuite, comme souvent, le chemin part un peu en cacahouète... d'autant qu'on en profite ou faire du hors piste! On se retrouve à escalader les rizières, la vue est belle mais ça glisse.

Dans une petite zone de forêt, on trouve de beaux oiseaux, et nous sommes maintenant 3 à les chercher 🧐

Nous retrouvons les chemins bien définis et la vie civilisée sur la fin du circuit, et trouvons un récolteur de miel sauvage: j'avoue, j'ai craqué, on en ramène une bouteille! Son miel d'élevage était très bon aussi, mais un peu plus classique. Pour l'hygiène? Oh, les petits bouts c'est des protéines, et le miel est antiseptique, non? 😇

On reprend la voiture direction le Kawah Sikidang, zone géothermique très (très) touristique, mais belle. L'attraction ici, ce sont des œufs cuits à la chaleur du cratère, nous n'avons pas testé mais on a vu que les œufs étaient bel et bien cuits ! Ici, il y a beaucoup de monde, mais très peu d'occidentaux, nous avons été sollicités pour quelques photos, et aussi pour discuter en anglais, je crois que ça a fait travailler tout le monde!

Notre dernier arrêt du plateau sera au complexe de temples Arjuna. Cet ensemble dédié à la déesse Shiva a été rénové après avoir été découvert abîmé, on reconnaît les nouveaux blocs à leur couleur, mais aussi à l'absence de bas reliefs... l'ensemble est très beau, je comprend que les gens y restent pour le pique nique !

Quand à nous, nous resortons à peine du site pour nous diriger vers Candi Setyaki, un peu à l'écart et boudé par les touristes, il est pourtant très beau aussi!

Allez, on repart, il est midi passé, il est temps pour ne pas arriver trop tard à l'hôtel! Nous nous arrêtons un peu après 13h dans un restaurant de brochettes, très bonnes, et la cuisinière a demandé à faire une photo avec nous: on en a profité aussi 😁

Et nous arrivons au Villa Indah, superbe petit hôtel de quelques chambres, tenu par une indonésienne et son mari... auvergnat. Nous adorons l'endroit, tant la décoration que l'ambiance.

En plus, entre les papillons, les grenouilles et les lézards, je suis gâtée !

Pour le repas, ce sera craquage complet: saucisson, jambon sec, entrecôte et pâtes au saumon... plaisir coupable, un peu, mais plaisir beaucoup!

20
mai
20
mai
Publié le 21 mai 2024

Ce matin, c'est un super petit déjeuner qui nous attendait, avec vrai pain, croissants, fruits frais, œufs,... bref, on s'est régalé ! Et en plus, la vue sur la nature nous a offert un joli spectacle d'oiseaux, et même un écureuil!

Ensuite, le propriétaire, voyant que nous regardions les oiseaux, nous a accompagné voir son pigeonnier. En effet, passionné de pigeons voyageurs, il en fait l'élevage, et en possède une centaine, dont plusieurs ont gagné des courses. Le principe ? On prend les pigeons, on les emmène loin, très loin (ici, Lombok ou Sumatra), et on les lâche. Ensuite, leurs propriétaires notent l'heure à laquelle ils sont de retour chez eux, le calcul de la vitesse moyenne du trajet est fait, et le plus rapide remporte la mise, qui peut être conséquente. Ainsi, plusieurs de ses champions ont gagné des motos 🏍 par exemple. On a été impressionné par la vitesse qu'ils peuvent atteindre: lâchés à Lombok en tout début de journée, ils arrivent à Java ouest avant la nuit! La moyenne est d'environ 60km/h, pas mal hein? Moi qui imaginais que pendant la guerre, les messages étaient transmis lentement, que nenni, il leur faut un jour et demi pour traverser la France.

Bon, il est temps de quitter ce petit cocon... avec regrets. Pour notre dernière balade avec Bambang, nous prenons la direction du Candi Selegriyo. Nous sommes au pied du mont Sumbing, et l'envie d'en faire l'ascension nous a titillé, mais Tim a mis son veto sur le fait de se lever à minuit... et j'avoue que ça aurait été dommage de louper ce petit déjeuner, mais quand même, ça me trotte. Oui, je sais, j'avais dis "plus jamais autant sur une journée" après le mont Gede, mais...

Bref, on est plutôt en basse montagne ici, et après la traversée du village, ce sont les rizières qui dominent.

Ça s'active de partout, et il y a toujours quelque chose à faire sur une parcelle, car, afin de produire du riz en permanence, elles ne sont pas toutes au même stade. Travailler la terre, semer, repiquer, refaire les digue, récolter, faire sécher,... tout ou presque est fait manuellement, la seule exception? Les buffles 🐃 tirent ici la charrue pour préparer le terrain, cependant il faut une certaine taille de parcelle pour pouvoir les utiliser. Ici, c'est propice, et nous voyons deux attelages au travail. Leur puissance dans ce sol très profond est impressionnante, ainsi que leur placidité, j'imagine mal des chevaux de traits à leur place!

Nous arrivons au temple après avoir crapahuter un peu. Il est bien installé en haut d'une colline, dans un joli jardin simple qui le met très bien en valeur.

Nous poursuivons la marche, et pouvons soit prendre le beau chemin balisé, soit un autre un peu plus sauvage dans la forêt: forêt bien sûr, on en a pour 1h normalement. Bon, on va dire que le chemin est beau, mais plus ou moins tracé 😅 la forêt est cultivée, et on trouve les récipients contenant la sève récoltée sur un grand nombre d'arbres. La lumière est superbe, nous nous sentons tout petits au milieu des troncs.

Niveau faune, on aura surtout vu des papillons, mais aussi quelques oiseaux.

Ça y est, nous sommes arrivés au village après cette dernière belle balade. Merci Bambang pour la glace coco, c'est un bon remontant!

Pour le repas de midi (oui je sais, on passe notre temps à manger, sinon c'est qu'on marche, qu'on dors ou qu'on est en voiture 😇), on s'arrête dans un restaurant avec vue sur les rizières, mais vraiment comme celles des livres! On dirait une pub... et pour la nourriture, ce sera canard, riz et manioc frit, super bon avec une p'tite sauce ketchup 😁

On a une longue route à faire jusque Jepara, et nous longeons la côte à partir de Semarang. Presque tout est inondé ici, et j'ai retrouvé tous les échassiers que je pensais voir dans les rizières! En fait ils squattent tous ici, les pieds dans l'eau de mer, alignés par dizaine sur les rives. Il y a de gigantesques grandes aigrettes, toutes blanches, des hérons que je n'identifie pas d'aussi loin, et plein d'autres, mais nous sommes sur l'autoroute alors on repassera pour la photo animalière... ensuite ce sont des rizières très étendues qui occupent le paysage, ça nous fait bizarre de voir quelque chose d'aussi plat!

Nous voilà arrivés à Jepara, et nous installons dans notre chambre pile poil pour le coucher de soleil.

Une grosse pincée au 🧡 quand même, c'est également ici que nous quittons Bambang... nous avons adoré notre circuit avec lui, il a bien compris ce que nous cherchions et a toujours été là pour nous simplifier la vie, la barre est haute pour le prochain!

Bref, il est temps d'y aller si nous voulons voir le soleil se coucher sur la mer 🌊

Les photos sont tout à fait à mon goût, et la plage est très vivante, de nombreuses personnes ont eu la même idée que nous ce qui donne une super ambiance, mais... c'est sale. Genre vraiment. On ne se rend pas compte sur les photos, mais il faut qu'on regarde où on met les pieds... dommage, c'est un tellement bon moment en dehors de ça!

Nous finissons la journée en dînant à notre hôtel, le Jepara Marina, c'est très bon mais je crois qu'il va falloir qu'on s'habitue aux prix de l'est!

21
mai
21
mai
Publié le 23 mai 2024

Un p'tit tour matinal à la plage, puis petit déjeuner, et il est temps d'aller au port prendre le ferry pour l'île Karimunjawa. Vendue comme les Maldives de Java, l'archipel est réputé comme préservé et super spot de snorkeling, j'ai hâte!

Le bateau part à 9h, il faut y être une heure avant minimum. Nous avons des places "VIP", et donc des sièges numérotés, par contre il n'y a pas de possibilité d'être en extérieur... on va croiser les doigts pour le mal de mer.

Au final la traversée se fait en un peu plus de 2h, et avec une belle houle de travers, du coup on a dormi pour ne pas être malade. Une fois arrivés, une voiture nous emmène à l'hôtel, le Brève Azurine, réputé pour être l'un des (si ce n'est LE) meilleurs hôtels de l'île. Nous sommes dans un "seahill cottage ", la chambre est top, très spacieuse avec une belle salle de bain extérieure.

Il est midi, nous prenons la direction de la plage de l'hôtel et du restaurant qui la surplombe. Nous prenons deux plats à base de calamars, la sauce est vraiment très bonne et le plat plutôt copieux, mais j'ai la mauvaise surprise de trouver un bout de plastique dans la soupe... ça croustille un peu sous la langue 😛 et de là où nous sommes, nous avons vu plongeante sur la mer, et malheureusement aussi sur les déchets qui flottent. J'avoue que ça nous a hypnotisé une bonne partie du repas, de les voir s'échouer et repartir avec le ressac.

Nous continuons notre petit tour des extérieurs de l'hôtel, et sommes très étonnés de l'état des extérieurs, entre la rampe d'accès au restaurant qui ne tiens pas, les matelas de plage éventrés, le fond de la piscine sale, le carton et son plastique d'emballage sous une chambre, ce n'est pas ce qu'on imaginait. Gros avantage de l'hôtel par contre, le prêt de matériel de snorkeling, car il y a des coraux devant.

Nous allons ensuite faire un p'tit tour au village, c'est très sympa, et nous réservons au Blue coral homestay une balade pour après demain. C'est d'ailleurs un lieu super agréable avec sa jetée sur le port!

Et nous avons trouvé notre spot, je crois: le Amore Café, son jardin le long de la mer et ses cocktails 🍸 on se sent super bien ici, et on a même trouvé des copains!

Ça nous a tellement plu qu'on y revient le soir, et on s'est régalé! Mention spéciale à leur soupe "soto amore", au top! Seul bémol, le service est long.

22
mai

Aujourd'hui, c'est snorkeling ! Après le petit déjeuner devant le lever de soleil, on vient nous chercher pour nous emmener au port à 9h. Il y a un sacré vent, j'espère que ça ira pour nager et qu'il y aura une bonne visibilité !

Nous avons un guide pour le snorkeling et un capitaine avec nous, et ne serons que tous les deux, autant dire qu'on a la place! On nous explique que normalement, il y a une session snorkeling, puis une pause sur une île, une autre session à l'eau, et à nouveau plage, mais c'est flexible. J'avoue que j'espère passer plus de temps dans l'eau que sur la plage, quand même 😁 Le vent d'est s'est bien levé, nous partons donc vers l'ouest de l'archipel.

Après 20 minutes de navigation, on arrive au premier spot, et on se met à l'eau après les consignes très simples: "suivez moi, et ne touchez pas les coraux". Simple et efficace, c'est parfait 👍🏻

Oui cette fois, on a prévu les vêtements anti-UV, on a été vacciné au Sri-Lanka... On découvre les fonds, qui sont superbes. On a vraiment l'impression d'être dans un aquarium ! En plus on a pris l'option "photo", c'est à dire que le guide a lui aussi un appareil, c'est cool on aura plus de souvenirs! Bon, après visionnage de sa galerie, il a pris beaucoup de photos de nous et peu des poissons, j'aurai préféré le ratio inverse, mais je suis très contente quand même!

Après environ 1h dans l'eau, on remonte, et on se dirige vers la plage. C'est le coin où se retrouvent tous les tours pour le repas, nous sommes une quinzaine de bateaux mais c'est assez grand pour ne pas se marcher dessus. Il est 11h15, on retourne se baigner, puis on lit un peu avant le repas servi à 12h. Au menu, poissons grillés (les meilleurs jusqu'à présent), sauce cacahouète, riz et légumes, très bon! On termine tranquillement, et on se prépare à y aller, mais... en fait on reste ici jusqu'à 14h! On est contents d'avoir pris les liseuses du coup.

Bref, ça y est on décolle, 30 minutes de bateau pour aller au prochain spot, nous sommes décidés à demander à faire un 3e spot ensuite au lieu d'aller encore à la plage. Sur le chemin, on voit un gros calamar en surface: apparemment il se repose. Du coup, le guide l'attrape, et je pense qu'il leur fera un bon repas ce soir! Nous arrivons sur le 2e spot, moins protégé, avec plus de houle, je m'inquiète un peu pour Tim qui n'est pas super à l'aise dans l'eau, mais il me dit que ça va 👌 ici nous sommes presque seuls, il y a plus de fond au ras des coraux, ce qui rend le "paysage" assez différent. On est dans un aquarium géant à nouveau, et certains poissons très curieux s'approchent vraiment beaucoup!

Et puis Tim me fais signe, il veut arrêter mais ne me dit pas pourquoi. Je vais voir le guide, lui explique, et on retourne au bateau 🚢 Tim enlève son matériel et m'avoue... qu'il a le mal de mer! On découvre tous les deux qu'il est possible de l'avoir DANS l'eau aussi 😅

Le guide nous propose soit d'aller à la plage, soit de rentrer, j'essaie de demander s'il y a des choses à faire à la plage, je comprends que non, on décide donc de rentrer. Une journée courte, mais pas de regrets, c'était magnifique! Bon, Tim rentre en mode chiffon par contre...

Pour finir la journée, direction notre super spot favori, toujours à la même table, et cette fois Tim prend des pâtes bolognaises pour se remettre l'estomac d'aplomb... bon, j'avoue, j'en ai mangé la moitié 😇

23
mai
23
mai
Publié le 24 mai 2024

Aujourd'hui, rien de prévu sur notre itinéraire, mais nous n'avions pas envie de ne rien faire, et avons donc réservé une balade cet après midi. Ce matin nous décidons de marcher un peu. Nous longeons la route, et voyons de beaux paysages et un peu de pioupious en prenant le temps, mais il fait tellement chaud qu'on bat vite en retraite, on a l'impression de fondre! 🫠

Ce midi on change de crémerie, on teste le Wara wiri à côté du port: pas mal, et très, très peu cher! On a encore 1h avant le rendez vous au Blue coral homestay, donc on reprend le chemin du Amore Café (toujours la même table, elle nous plaît bien!) pour une p'tite boisson fraîche.

Allez, 2-3 photos du Blue coral, parce que ça a l'air super sympa.

Oh, au fait... c'est pas ici la rando, il faut y aller... en scooter. Bref, je préfère les poneys. Le chauffeur a vite parlé oiseaux pour me détendre, ça marche pas trop mal, jusqu'à ce qu'il lâche le guidon d'une main pour me les montrer 👉 😅

Allez, on rencontre notre guide de l'après midi et Mathilde, notre co-baladeuse pour cet après midi, française aussi, et avec qui on a papoté avec beaucoup de plaisir. Bon, on se rend pas trop compte sur les photos mais le terrain est absolument pourri! C'est très pentu et à un moment, c'était en sacré dévers... j'ai glissé, évidement, sur le flanc, et j'ai eu le temps de me demander QUAND est ce que j'allais m'arrêter, mais Tim m'a chopé par la ceinture. Je refuse de passer cet endroit du coup, parce que si j'avais fait la même chose 3m plus loin, c'est 10 plus bas qu'on me récupérait ! Mathilde passe par là, nous on fait le tour de la colline et on monte par un endroit sans surplomb, mieux! Bon évidemment je re-glisse, et m'étale cette fois à plat ventre. J'avoue ne plus trouver ça drôle, d'autant qu'on a même pas le temps de voir le paysage! On range l'appareil photo avec le gros téléobjectif dans le sac à dos, et déjà c'est bien mieux. Tim, lui, s'est fait attaqué par un nid de fourmis 🐜 rouges... je crois que le trekking sur plusieurs jours dans la jungle, c'est pas trop pour nous 😂

On finit par arriver en haut de la colline, la vue se dégage, c'est beau!

P'tite pause goûter de fruits au sommet, puis nous redescendons. Sur le chemin, il nous font planter des arbres : pourquoi pas! Normalement, dans 4 ans, il y aura trois nouveaux arbres 🌳 à cajou ici. On passe devant une grotte à chauve souris 🦇, elles sont mignonnes, on en réveille quelques unes, mais d'autres étaient déjà de sortie, la soirée démarre tôt ici!

On nous raccompagne en scooter à nouveau, et on retourne à notre table pour la dernière fois: mie Goreng fruits de mer et poisson aigre douce, un régal!

Entre temps, on a demandé au Brève Azurine l'heure du bateau retour pour demain: 7h, ça pique! L'accueil ne sera pas ouvert à cette heure là, donc il faut payer la facture du déjeuner pris ici maintenant. Je vais dans la chambre chercher de quoi payer, et reviens: la facture n'est pas prête, il faut que je revienne dans 30 min. Bon, on voulait aller manger nous... mais on ne peut pas passer après le repas, j'ai demandé, mais ce serait trop tard. J'envoie Tim, il paie, et on apprend qu'en fait le bateau est à 6h30, donc départ à 5h30, ça pique encore plus! Oh, et on a adoré le p'tit supplément pour paiement par carte et non cash, non annoncé. C'est pas une grosse somme, mais on adore le principe.

24
mai
24
mai
Publié le 26 mai 2024

Il est 5h30, c'est le départ, on profite du lever de soleil pour la première et dernière fois (on dort bien, ici) avant de prendre le taxi.

Tim va à la réception pour rendre la clé et récupérer les paniers de petits déjeuner, bien lui en a pris, l'heure du taxi n'avait pas été changée... bref, appel d'un taxi par l'hôtel en catastrophe, on embarque, et c'est parti pour deux heures de traversée mouvementée, avec pas mal de gens malades. Nous, on somnole devant un film chinois sous titré indonesien, j'ai quand même réussi à verser une larme 😅

À l'arrivée, nous retrouvons Rahmat notre chauffeur, accompagné de notre nouvelle guide, Oda.

Nous prenons à nouveau la route de Semarang, inondée, puis l'autoroute avec la "tapette à badge" qui nous éclate toujours autant.

Je retrouve mes échassiers, leur fait coucou de loin, et dit que si on était pas sur l'autoroute j'aurai bien demandé à ce qu'on s'arrête... que n'avais je pas dis là ! Ni une, ni deux, nous voici arrêtés sur la bande d'arrêt d'urgence🤯, et je prend vite vite quelques photos histoire qu'on redémarre. Bon, maintenant que je sais qu'on s'est pas pris de voiture, je profite des photos, mais... 😵‍💫

Comme le bateau était très tôt, nous avons le temps de faire une escale à Kampoeng Rawa, un lac naturel très couru. Nous mangeons au restaurant traditionnel, auquel on accède par un mini bac, et la vue sur les rives du lac et les rizières est top! En plus il y a des canards, j'adore! 😁

Nous continuons avec un tour en barque sur le lac. Avec les volcans en fond, c'est juste sublime!

Nous observons les pêcheurs, certains dans l'eau, d'autres en pirogue avec de grandes nasses à poulies, d'autres encore sur de gigantesques structures fixes. C'est très poissonneux, nous voyons plusieurs personnes ayant des prises devant nous! Il y a aussi des structures qui me font penser à des carrés potagers, mais en mode aquatique. La plupart des structures sont en bambous et les bateaux en bois, mais certaines maisons sont en tôles.

Niveau faune et flore, c'est le domaine des échassiers, des libellules et des nénuphars.

Il est temps de descendre, c'était trop court!

On se met en route pour Yogjakarta, la capitale culturelle de l'île, mais la vue n'est pas top top cette fois...

Ça y est on est arrivé au Galerie Hôtel, très sympa, avec comme particularité de présenter une petite galerie d'art au dernier étage, avec une jolie vue sur la ville.

On sort manger et explorer un tout petit peu, on sent que c'est vivant ici, les boutiques sont toujours ouvertes à la nuit tombée, il y a du street art un peu partout. Il y a aussi beaucoup plus de touristes occidentaux ici, on va pouvoir passer plus inaperçu!

Après un bon repas dans un p'tit restau très sympa, il est temps d'aller nous coucher, on se lève tôt demain !

25
mai
25
mai

Aujourd'hui c'est chargé! Au programme au départ de Yogjakarta les temples de Borobudur et Prambanan, ainsi que les palais du sultan de la ville. Départ à 7h, il fait déjà bien jour, et les chevaux sont au travail depuis quelques temps.

Il y a une grosse heure de route pour aller à Borobudur depuis notre hôtel, et nous longeons les rizières, puis traversons la rivière qui sépare les provinces de Yogjakarta et Java central, en effet c'est là que ce trouve le temple.

Nous voilà arrivés dans l'espace d'accueil du temple. Nous sommes "VIP", c'est à dire que nous avons un guide privatif (et francophone), un parking plus proche 😅, et que nous pouvons attendre ici l'ouverture. En effet, le parc ouvre à 8h30, et on peut montrer uniquement à partir de 9h. Une maquette présente la forme de Mandala du temple, est inscrit depuis 1991 au patrimoine mondial de l'UNESCO. Considéré comme le plus grand temple bouddhiste du monde, ses 6 terrasses carrés et 3 plate-formes accueillent 432 Bouddha assis et 73 stuppas, ainsi que des milliers (littéralement) de bas reliefs. Il a été construit au VIIIe siècle, puis abandonné vers le XIe siècle avant d'être sorti de la jungle en 1814 par les hollandais.

On attend l'ouverture en faisant le tour de la première terrasse, il y a du monde, mais je m'attendais à bien pire! Depuis le Covid, le gouvernement a limité l'accès à 1200 personnes par jour, là où auparavant il pouvait y avoir jusque 65 000 personnes par jour! 😱 Il y a plusieurs groupes, dont des étudiants qui doivent interagir avec des occidentaux afin de pratiquer l'anglais, on se prête au jeu, mais ils n'ont pas eu de chance, notre anglais n'est pas fameux, hein 😅 On a quand même dû insister pour mettre fin à l'entretien, on allait être en retard!

Les barrières s'ouvrent, on suit notre guide de la matinée, qui nous mène à travers les premières terrasses carrés, nous montre ses points de vue préférés et se prend au jeu des photos. On a presque le temple pour nous tous seuls, c'est génial!

Direction ensuite le sommet et ses stuppas enfermant des statues de Bouddha dans la posture de main de la roue de la vie. L'endroit est iconique, et on comprend pourquoi, c'est magnifique. Nous passons et repassons entre les "cloches", admirons les sculptures, puis les groupes guidés arrivent, il est temps pour nous de redescendre.

Chaque Bouddha des terrasses inférieures a, selon son orientation, une position de main spécifique correspondant à une étape de l'illumination.

Notre guide nous explique "la vie de Bouddha en version 5 minutes", puis nous emmène voir la frise supérieure de la 3e terrasse, qui l'illustre étape par étape. On observe aussi gardiens et gargouilles, également sculptés en andésite.

Petite surprise au moment de redescendre, nous croisons un monsieur important : le président Indonésien est en visite aujourd'hui!

Il est temps de dire au revoir au temple, c'était superbe.

Sur la route, toujours des rizières, toujours des travailleurs, mais cette fois les hérons sont venus au ravitaillement.

On croise aussi les préparatifs de la fête d'un village, avec entre autre leur offrande au volcan, montagne de légumes.

De retour à Yogjakarta, nous nous dirigeons vers le Kraton, le palais du sultan, dont seule une partie est restée privée pour la famille régnante. Plusieurs salles sont extérieures, on trouve aussi une présentation de la tradition du mariage dans la famille, puis des traditions en règles générales dans la région.

Le tout est intéressant, mais pas passionnant pour nous.

Direction ensuite une fabrique de batiks. Le batik est un tissu teint de façon traditionnelle par immersion dans plusieurs bains de teinture successifs, avec entre chaque application d'une cire afin que la couleur ne se dépose pas partout. Un batik a donc eu une application de cire puis un bain de teinture par couleur présente, et la cire peut être appliquée à la main ou avec des tampons si les motifs sont répétitifs. Ici, nous voyons un tissu dont les motifs ont été entièrement dessinés à la main. Quelle patience!

Utilisés majoritairement pour l'habillement, certains batiks sont également utilisées comme décorations et tableaux.

Juste à côté se trouve une fabrique de marionnettes traditionnelles en cuir de buffle. D'abord taillées, les peaux sont ensuite peintes à la main avec des pigments naturels, on ajoute des bâtonnets de bambou pour les articuler, et hop! Elles sont prêtes pour le théâtre d'ombre traditionnel. Les personnages représentent des caricatures de caractère ou des éléments de la mythologie, les histoires étant sensées être éducatives.

Nous terminons notre visite expresse de la ville par le palais aquatique, où le sultan venait se baigner avec ses concubines.

Nous sortons dans les rues très animées, et faisons face, comme souvent, à une armée de scooters, c'est vraiment LE moyen de transport privilégié ici.

Cette fois le repas est un buffet de spécialités régionales, bon et varié, nous avons apprécié.

Allez, un peu de route pour notre dernière étape, avec son lot de choses plus ou moins ordinaires.

Nous voilà à Prambanan, gigantesque ensemble de temples hindouistes datant du IXe siècle, et classé à l'UNESCO en 1991, la même année que Borobudur.

Constitué à l'origine de plus de 900 temples, on trouve actuellement sur le site 8 temples mineurs et 8 temples majeurs. Le site est toujours en rénovation, suite à sa redécouverte tardive, mais aussi aux dégâts dus aux tremblements de terre, dont celui de 2006 qui a beaucoup abîmé les structures.

Le plus grand temple, dédié à Shiva, culmine à 47 mètres, et comprend nombre de bas reliefs ainsi que 4 chambres enfermant des statues. Les autres temples, plus petits, sont formés sur le même modèle, mais avec une seule chambre, parfois trop petite pour avoir contenu une statue.

Les bas reliefs sont impressionnants de conservation!