8 étapes
1 commentaire
Notre premier séjour aux Canaries, et sans doute pas le dernier !
Du 7 au 14 décembre 2019
8 jours
Partager ce carnet de voyage

L'idée d'un séjour à Tėnėrife nous est venu après une recherche skyscanner, lancée "au pif" sur nos périodes de vacances... et bingo ! Des aller retours à moins de 60 euros par personnes! Un petit appel chez papa et c'est décidé, nous partons tous les quatre aux Canaries.

Aidés par nos deux guides papiers (Routard et guide évasion) et de nombreuses recherches internet, nous jetons notre dévolu sur Ténérife, la plus vaste île de l'archipel. Celle ci est connue principalement pour le volcan Teide, qui culmine à 3718 mètres, et son parc national. Voilà qui promet de belles randonnées! Nous partons donc de Nantes le 7 décembre.

Vol au coucher du soleil

Le vol est assez court (4 heures), et plutôt confortable, malgré un agaçant retard au départ... À l'arrivée à l'aéroport de Ténérife sud, direction le loueur pour récupérer la voiture, une petite citadine qui nous transportera facilement partout sur l'île, puis nous partons pour El Médano, où se trouve notre appartement. La route est facile et bien indiquée, nous en avons eu pour une dizaine de minutes. En arrivant, bonne surprise, l'appartement est tout à fait conforme à nos attentes!

Pour le logement, j'ai trouvé sur booking un appartement à El Médano, petite station balnéaire à l'est de Los Christianos. La résidence est vraiment tout proche de la mer, et les deux terrasses de l'appartements ont vue sur la côte. À notre arrivée, nous avons été très bien accueilli, avec une présentation très complète des services de l'appartement: de quoi bien commencer le séjour!

Direction les chambres pour notre première nuit sur place... À demain!

8
déc

Je me suis levée assez tôt aujourd'hui, ce qui m'a permis de profiter du lever de soleil sur la mer, un très bon début pour cette première journée !👍

Lever de soleil depuis la terrasse

Ce matin, nous commençons doucement notre découverte de l'île par sa pointe nord-est et le parc rural de l'Anaga. C'est un massif volcanique dépassant les 1000 mètres d'altitude, en partie couvert d'une épaisse forêt de type primaire, avec de magnifiques fougères et lauriers typiques: le bassin méditerranéen était recouvert de ce type de forêt jusqu'à ce que les glaciations en vinrent à bout. Le parc a la particularité d’avoir été classé en réserve biosphère en 2015, avec plus de 120 endémismes locaux. Le parc rural de l'Anaga couvre près de 14 500 hectares, souvent caché dans les nuages, ce qui permet cette végétation luxuriante qui contraste très fort avec ce qu'on pourrait trouver vers El Médano. La route panoramique - dont une portion traverse la forêt du Monte de las Mercedes - est splendide, avec à chaque virage un nouveau point de vue. D'ailleurs, des miradors sont régulièrement aménagés pour nous permettre de profiter de la vue en sécurité.

Nous effectuons un premier arrêt au mirador de La Jardina, pour profiter d'une belle vue dégagée sur la vallée de La Lagune. Les quelques nuages apportent un vrai plus aux paysages, j'apprécie pour les photos, mais les autres auraient préféré un grand soleil 😉. Nous sommes resté un petit moment à profiter de la vue, mais nous n'étions pas les seuls... Notre deuxième arrêt est au mirador Pico del Inglès, au sommet de l'Anaga (1024m) où la vue est nettement moins dégagée : nous sommes perdus dans les nuages! C'est un premier aperçu de l'ambiance très particulière de l'Anaga que j'avais perçue lors de mes repérages internet, et j'adore. Un peu humide, par contre... il y a un vrai risque de froid du coup. Lorsque les nuages se poussent un peu, nous découvrons les vallées boisées de l'Anaga, c'est magnifique.

Mirador de Jardina
Pico del Inglés, perdus dans la brume

Nous nous arrêtons enfin au "Centro de Visitantes Cruz del Carmen", où nous grignotons un morceau avant de partir pour une petite balade dans la forêt: nous avons choisi le "sendero de los sentidos", ou "sentier des sens", au départ du centre. C'est un petit parcours d'environ 2000 mètres en boucle au départ du centre, très accessible, même si ça grimpe un peu par moment. Mention spécial à l'aménagement pour les PMR qui leur permet de faire une partie du chemin (environ 2x350m) dans la forêt sur des passerelles en bois accessible en fauteuil roulant! Il y a visiblement une course à pied en même temps que nous sur le circuit, et nous sommes régulièrement doublés par des participants qui nous dépassent à toute vitesse dans la forêt dont le sol est fort glissant... J'ai peur pour leurs chevilles! Eux, bien sûr, poursuivent leur route plus loin que nous... 😂 J'ai beaucoup apprécier ce moment nature, mais j'imagine qu'en saison l'endroit est très prisé, il faudra alors s'éloigner un peu plus du premier sentier pour réellement profiter des lieux.

Forêt primaire, ambiance feutrée et la lumière du point de vue au bout du chemin
Détails moussus

La première partie de l'après midi est consacré au centre de La Laguna, ou San Cristobal de La Laguna, qui a servi de modèle pour des villes d'Amérique du Sud dont La Havane à Cuba. La ville a été inscrite au Patrimoine de l'humanité par l'UNESCO en 1999 en tant qu'« exemple unique de ville coloniale non fortifiée », et doit son nom au petit lagon près duquel elle a été fondée par Alonso Fernandez de Lugo. L'architecture date du XVII et XVIII e siècle, avec de belles façades très colorées. Nous nous sommes promené dans ce qui nous semblait le centre ville, mais peut être n'étions nous pas au bon endroit: la ville, malgré les décorations de Noël, parait "morte", hors saison, les boutiques sont presque toutes fermées, peu de monde se promène, certaines façades sont abîmées,... Quelques endroits sont sympa cependant, et nous passons un bon moment, mais ce n'est pas un coup de cœur pour nous, loin de là. En plus, pas de chance, les musées sont fermés car nous sommes trop tard... Je crois que nous avons vraiment loupé notre visite de cette ville!

Façades baroques
Portes, petits coups de cœur

Pour finir la journée, nous décidons de nous arrêter sur le port de Santa Cruz de Ténérife, la plus grande ville de l'île. Nous profitons tranquillement de l'auditorium, du château de San Juan Bautista et de l'espace dédié aux arts, puis rentrons à l'appartement bien fatigués! 😴

Parvis de l'auditorium et front de mer, entre street art et architecture
Flore et faune : nos premiers serins des Canaries! 
Superbes piscines
9
déc

Aujourd'hui, au programme, une découverte du "monument" majeur de Ténérife : le Teide et son parc national, qui occupe presque 19 000 hectares… à une altitude moyenne de 2000 mètres! Ce parc est inscrit au patrinoine mondial de l'UNESCO et reçoit plus de trois millions de visiteurs par an! Nous prenons pour cela la route TF 21 qui passe par la Montaña Colorada et Vilaflor, avec de superbes panoramas tantôt sur la côte, tantôt sur les reliefs côté terre. La Montaña Colorada est un ensemble d'édifices volcaniques abandonnés à la végétation d'environ 500 hectares, magnifique à traverser, avec, perdues au milieu des pins, quelques fermes. Vilaflor de Chasna (1 466 m d'altitude) est une commune située dans les montagnes, sur les flancs du cirque de Las Cañadas. Elle est également entourée de pinèdes. Passé la ville, nous nous arrêtons au mirador de Pina Gordo (le nom scientifiques des pins des Canaries), connu pour son gigantesque pin de 45 mètres de haut, pour environ 9 mètres de circonférence à la base du tronc! Il est absolument gigantesque... Nous profitons bien de la vue et de la compagnie du pin, puis reprenons la route.

Au mirador de Pina Gordo, j'ai vu une femme qui a fait un geste tout simple, mais qui m'a rappelé à quel point nous pouvons TOUS changer les choses : cette dame ramassait tout simplement les mégots par terre, tout le long du chemin du mirador! Et je me suis rendue compte que même si nous ne jetons pas nos déchets n'importe où, je finissais par ne plus voir ceux qui traînaient par terre... Petite prise de conscience, à mon niveau, et une décision : ramasser les déchets que je repère par terre pour les jeter à la poubelle. Ce n'ai qu'un petit geste, certes, mais si chacun ramasse 2 ou 3 mégots ou emballages par jour...

TF-21, de belles surprises
Pin géant avec vue sur mer au mirador de Pino Gordo 

Première approche du parc national du Teide au sud, du côté du musée ethnographique Juan Evora. Celui ci fut le dernier habitant de La Cañadas à avoir conservé le mode de vie traditionnel, et c'est sa maison qui est maintenant convertie en musée présentant la vie rurale traditionnelle de la région. Ce musée, gratuit, est également le point de départ de plusieurs randonnées, et leur sert de parking, mais attention, il ferme à 15h45. Nous décidons de partir marcher dans le parc en longeant le champ de lave noire, au milieu des cheminées de fées, pour un aller-retour d'environ une heure, le temps de découvrir l'ambiance du lieu. En quelques kilomètres, le paysage s'est radicalement transformé, passant des pinèdes aux champs de lave, du végétal au minéral. C'est dans ce parc national et dans ce type de paysage qu'a été testéle preototype de Curiosity, un robots qui a été envoyé sur Mars en 2012. Nous nous amusons à soulever de gros blocs de pierres ponce, qui ne pèse presque rien (structure poreuse), mais donne l'impression de musclor sur les photos💪. C''est également pour nous la découverte d'une petite partie de la flore et de la faune, dont une partie est endémique aux Canaries : les genêts et la famille Descurainia pour les plantes, et le serin des Canaries, ancêtre des canaris chanteurs domestiques côté faune. Ce petit oiseau est un petit défi à photographier, caché dans les buissons...

Parc naturel côté musée ethnographique Juan Evora
Faune et flore, le fameux canari!

Plus au nord, vers Minas de San Jose, la terre devient multicolore, et nous profitons de la neige en T-shirt... C'est assez exceptionnel! Les miradors sont par contre pris d’assaut, et nous ne pourront pas nous arrêter chaque fois que nous le souhaitons... je feinte donc avec les poteaux de bord de route pour prendre les paysages en photo. Durant toute la route, nous longeons le volcan Teide et ses 3718 mètres de hauteur qui en font le plus haut sommet d’Espagne. Si on le mesure depuis sa base, sous l'océan, il fait 7500 mètres d’altitude, la NASA l’a décrit comme étant la troisième plus haute structure volcanique au monde! 😲 La dernière éruption remonte à 1909, ce n'est pas si loin...

Nous passons également devant le téléphérique du Teide, qui permet de se rapprocher du sommet pour la "modique somme" de 27€ par adulte non résident. Depuis le haut du téléphérique (3555m), deux possibilité : vers le Nord-est et le Mirador de La Fortaleza (2 x 400 mètres en aller retour) ou vers l'ouest et le Mirador Pico Viejo (2 x 700 mètres en aller retour). Attention, l'ascension jusqu'au sommet (2 x 600 mètres en aller retour) nécessite en plus une réservation (gratuite) sur le site des parc nationaux d'Espagne, et les places sont limitées! Il est possible de monter au sommet sans prendre le téléphérique (en réservant tout de même), mais c'est une grimpette sur deux jours, avec nuit en refuge, et cela nécessite donc de la préparation. Lors de notre séjour, le téléphérique était fermé, le Teide étant bien enneigé!

Tout en couleurs

Nous entamons notre randonnée de l'après midi à El Portillo, la n°2, "sandero de Arenas Negras", en boucle de 7,6 km et annoncée pour 3 heures sans difficultés majeures par le guide du Routard: tout à fait ce qu'il nous faut! La balade est très belle, plutôt accessible, et nous mettons un peu moins de 3 heures en prenant vraiment notre temps, avec plusieurs arrêts photos. Le Teide est visible durant la majeur partie du temps, nous longeons les champrs de lave et de superbes ravines, le tout dans la végétation très particulière de ce parc en altitude. Nous sommes en décembre, donc le petit pull se supporte bien, mais pas le manteau... trop chaud, malgré la neige qui longe encore les chemins et se cache sous les buissons, offrant un magnifique constate par endroit avec la lave noire.

Le Teide en toile de fond
Curiosités, neige cachée et  strates colorées 
Champs de lave, en rouge et noir

Nous reprenons ensuite la route panoramique qui traverse le parc, et rentrons tranquillement à El Médano. Nous prenons le temps d'observer la superbe mer de nuages, cette accumulation horizontale de stratocumulus se qui forme de manière naturelle entre 500 et 1 500 mètres d'altitude grâce aux vents alizés.

Mers de nuages

Nous avons mangé ce soir dans un super restaurant, sur le front de mer d'El Médano: il s'agit du Imperio del Pintxo, de type "fusion". Nous y avons mangé une paella d’anthologie, réellement excellente, très copieuse, tellement que nous avons du emmener un doggy bag... la patronne a été très souriante durant tout le service, comme l'ensemble du staff, et la vue sur la mer est très agréable! Les petits gravelots étaient à quelques mètres de nous, mangeant eux aussi leurs coquillages, mais sur la plage... Un excellent moment! Nous sommes d'ailleurs revenus un autre soir pour profiter du reste de leur carte, plus orientée fusion espagnol-asiatique, et ce fut tout aussi bon.

Délicieux dîner, et spectacle de la nature! 
10
déc

Aujourd'hui, nous laissons "les grands" à terre et partons en mer de Puerto Colon faire un safari d'observation des cétacés, aussi appelé "whale watching". Beaucoup d'embarcations différentes sont proposées, du "Zodiac" semi rigide et très rapide au catamaran "de luxe", en passant par les bateaux à fond de verre pour permettre une vision sous marine. Nous sommes arrivés plutôt tard dans la matinée, et ne prenons pas vraiment le temps de comparer les prix... Nous voilà à bord d'un grand catamaran voilier, pour une sortie de 2 heures à la recherche des cétacés du coin.

De très nombreuses sociétés proposent cette activité, via de nombreux revendeurs. N'hésitez pas à faire le tour des stands afin de comparer les prix!

Nous commençons dans une ambiance très balnéaire, avec une canette de soda chacun, et entouré d'autres embarcations : nous sommes très proche de Las Américas, Costa Adeje, Los Cristianos, stations de tourisme à tendance béton ... Rapidement, nous nous éloignons et prenons la direction d'un parc d'élevage de poissons en mer, où rodent souvent dauphins et oiseaux de mer qui espèrent attraper quelques poissons évadés de leur cage. Ce sera une tortue que nous verrons à cet endroit, mais nous ne la voyons pas du premier coup! "Si si, juste là, dans l'eau, y'a un truc! Et un superbe héron, aussi..." Il existe 6 espèces de tortues marines à Ténérife (Les tortues Luth, Imbriquée, Verte, Olivâtre, Caouanne et Kemp) et nous avons vu 2 tortues durant cette excursion, cependant, impossible avec mes connaissances de savoir de quelle espèce elles étaient! Niveau oiseaux, ce sont des cormorans, hérons, goélands et mouettes que nous croisons.

Ambiance balnéaire
"Nos" deux tortues... 
Nombreux oiseaux marins 

Un peu plus tard, notre guide repère un duo de grands dauphins qui jouent à l'étrave d'un autre bateau. Nous resterons avec eux une dizaine de minutes avant de repartir à la recherche d'autres cétacés. En effet, pas moins de 21 espèces différentes peuvent être observées aux Canaries, dont plusieurs espèces de dauphins, des rorquals, cachalots, orques, ... Seules deux espèces sont "résidentes" à l'année: le grand dauphin et le globicéphale noir. Ce sont ces dernières que nous voyons aujourd'hui: un peu plus au large, nous croisons un banc de globicéphales tropicaux, qui somnolent à la surface. Ceux sont surtout eux que je venais voir, car je 'en avais jamais vu auparavant (ils ne naviguent pas en Bretagne, ceux là!). Leur front bombé est très caractéristique et ils sont très grands : jusqu'à 5 mètres de long!

Grands dauphins à la proue
Globicéphales en sieste

Ce banc de globicéphales marquera la fin de notre mini croisière, et nous faisons à nouveau route vers le port, où nous retrouvons les deux autres. Nous passons un après midi très tranquille à la découverte du front de mer de Costa Adeje à Los Cristianos, au milieu des boutiques. Certains passages sont décorées de grandes fresques représentant la faune et la flore de Ténérife, j'ai beaucoup aimé.

De belles fresques 
11
déc

Aujourd'hui, nous partons pour le nord de l'île, direction Puerto de la Cruz. Construite au début du XVIIe siècle, la ville connait son plein développement dans les années 1970.Nous débutons la balade avec une superbe plage de sable noire, playa de Martianez, et sa belle jetée, où on retrouve un bon nombre de plantes typiques comme des figuiers de Barbarie et des Aloe, ainsi que de superbes lézards endémiques des Canaries: le lézard tacheté de Tenerife (Gallotia intermedia). Nous sommes par contre bien moins abrités qu'à Los Cristianos, et cela se voit! De belles vagues se forment, pour le plus grand bonheur des surfeurs de tous niveaux.

Sable noir et eaux turquoises
Un bon spot, à chacun son style!
Végétation quelque peu agressive...
Lézard Gallotia Eisentrauti

Nous continuons sur le front de mer Lido san Telmo, imaginé par l'architecte César Manrique originaire de Lanzarote. Le résultat est plutôt réussi! Le paseo San Telmo nous amène tranquillement vers une belle petite chapelle blanche dédiée au saint patron des pêcheurs, puis vers le lago Martianez, aménagé en 1977 d'après les plans du même architecte. Nous avons beaucoup apprécié cette matinée à Puerto de la Cruz, à part un point noir...

Et ce point noir fut le Beatle Rock... Pas cher, c'est sûr, mais ça valait encore moins! En entrée, six demi-crevettes noyée dans la sauce cocktail ou une tranche de jambon de supermarché; en plat, de la patate sous vide avec un filet de poisson surgelé sur-cuit, ou des pâtes "bolognaises" verdâtres (à la sauce tomate plutôt, et encore, je n'ai pas pu les manger); en en dessert, ce fut épique : du flamby! Après un gros fou rire en les voyant arrivés, nous sommes partis en payant bien sûr, mais sans saluer la serveuse qui en plus n'était pas aimable... et avons repris un sandwich! Digne de cauchemar en cuisine...

Front de mer

Cet après midi, direction La Orotava, qui sera notre ville coup de cœur ❤ du séjour! Le bourg historique colonial est absolument magnifique, vivant, avec de petites pépites architecturales un peu partout. Les balcons ouvragés en bois nous surplombent, les façades colorées nous mettre de bonne humeur, nous ne savons plus où donner de la tête tellement c'est beau et mignon.

Nous sommes en décembre, et profitons donc de la crèche et du marché grandeur nature installé devant la mairie. Les parcs sont superbes, notamment le petit jardin botanique gratuit, où nous auront la chance de voir des chenilles, chrysalides et papillons monarques! Cette visite restera un excellent souvenir du séjour.

Magnifique architecture
Crèche grandeur nature
Jardins de rêve
Microfaune et flore exotique
Boutique d'arts et souvenirs
En terrasse
Iglesia de la Conception 
12
déc

Nous décidons aujourd'hui d'aller du côté du parc rural Teno, côté nord-ouest de l'île. Le parc est protégé depuis 1987, et présente nombres d'espèces endémiques. Ce massif montagneux est fortement accidenté (l'érosion y a été très importante), et nous avons quelques frayeurs sur la route TF 436, extrêmement sinueuse, où nous croisons nombre de bus et voitures à des endroits où déjà, je n'étais pas rassurée avec uniquement notre voiture sur la route...

Nous faisons une halte à Masca, beau village construit en terrasse, mais très touristique. Pourtant, il a fallu attendre les années 60 pour que le village soit accessible autrement que par des chemins muletiers! Nous ne regrettons pas du tout notre arrêt cependant, la vue sur le canyon est splendide.

La route de Masca et ses rond-points inclinés 
Masca 

Le reste de la route est superbe également, avec un nouveau point de vue à chaque virage. Nous nous arrêtons souvent aux miradors, mais attention, ces derniers ne sont pas toujours bien accessibles et sécurisés!

Vue panoramique 

Nous avions prévu une randonnée en boucle au départ de Los Pedregales, mais le temps se couvre vite, et nous abandonnons l'idée... Les randonnées du parc Teno suivent souvent d'anciens sentiers muletiers, bien balisés et entretenus. Après un pique nique devant l'office de tourisme, nous prenons la route vers Icod de Los Vinos.

Pause ennuagée 

Nous traversons Garachico, fondée en 1496 par Cristobal de Ponte, et qui fut l'un des ports les plus actif de l'île. Cependant, l'éruption du volcan Trebejo en 1706 a détruit la ville, qui fut entrierement reeconstruite au cours du XVIIIe siècle.

Arrivés à Icod de los Vinos, nous avons quelques difficultés à trouver une place, et nous rabattons sur un parking payant, proche du centre et de la serre aux papillons que nous avons décidé de visiter, profitant du temps de la randonnée annulée. Le centre ville est assez mignon, et la vue depuis la plaza de Andrés de Lorenzo-Caceres est très belle. Nous pouvons d'ailleurs très bien voir le grand dragonnier qui fait la réputation de la ville : la légende dit que cet arbre serait plus que millénaire! Apparemment, les scientifiques annoncent plutôt un âge de 600 à 800 ans, ce qui reste très respectable... Il est possible de s'approcher de l'arbre en visitant le Parque del Drago (5€ l'entrée), mais nous décidons de nous contenter d'une vue "de loin", bien qu'être au pied de ce géant (20 mètres de haut pour 10 mètres de diamètre) doit être impressionnant.

Plaza  de Andrés de Lorenzo-Caceres
Dragonnier de légende 

Nous entrons ensuite dans le Mariposario, une serre aux papillons assez petite, mais bien fournie. Nous avons adoré son atmosphère extrêmement reposante, et y avons l'air de rien passé deux bonnes heures à guetter les très nombreux papillons et les quelques oiseaux (pas d'insectivores, évidemment....). Les papillons, originaires d'Asie et d'Amérique pour la plupart, sont nés sur place, et attention, il est interdit de les toucher! On peut observer les chenilles et chrysalides dans un petit "laboratoire", en profitant des explications des soigneurs. En sous sol, une salle présente de nombreux panneaux pédagogiques en espagnol et anglais (dommage pour nous!). Vraiment, un superbe endroit.

Magnifique variétés 
Les géants : Morphos bleus et  Bombux Eri (présenté sur la main d'une soigneuse)
Tous à table 
Loriquets et perruches frugivores 
Chenilles et chrysalides 
Un peu de réflexion, tout de même! 

Sur le retour, nous faisons un arrêt rapide à Los Gigantes, connue pour les immenses falaises de basaltes et son port d'où partent de nombreux "safaris baleine". Nous arrivons en ville en passant sous les parapentes, et marchons tranquillement jusqu'à la plage d'où nous voyons les falaises au loin. Nous n'avons pas vraiment été séduits par l'endroit, mais si on passe par là, autant s'arrêter!

13
déc

Une petite étape très courte et avec très peu de photos aujourd'hui : nous partons nous détendre à Los Cristianos, profiter de la plage et acheter nos derniers souvenirs... Une bonne sangria, une bière, un pique nique face à la mer, un peu de marche, ... rien de trépidant, mais une bonne journée pour conclure le séjour à notre gout! Petite mention pour le faucon crécerelle qui viendra se poser juste au dessus de nous sur un lampadaire de la promenade de front de mer.

Front de mer balnéaire 
14
déc

Ça y est, c'est le départ, direction l'aéroport de Tenerife, où nous rendons la voiture avant de reprendre l'avion direction Nantes. Nous profitons des dernières vues sur l'île, avec le Teide sortant de sa mer de nuages, et tous les contrastes de différents biotopes de l'île... Superbe!

Depuis les hublots 

Si le séjour était à refaire, je changerais quelques détails, et notamment la durée de séjour : en une semaine, difficile de profiter des belles randonnées et de visiter l'île, il faut faire des choix! Nous avons beaucoup rouler, ce qui a parfois un peu gâcher la fin de journée : nous avions très souvent une bonne heure de route pour rentrer... Nous avons par contre bien profiter des différents biotopes présents sur l'île, et une journée n'a jamais ressembler à celle de la veille, un énorme point positif pour moi!

Nous avons aimé:

♥ La richesse culturelle de l'île, même si nous avons peu fréquenté les musées

♥ Les parcs de l'Anaga et du Teide, tellement différents mais si complémentaires!

♥ La ville de La Orotava, une petite pépite

♥ La faune et la flore, omniprésente lorsqu'on prend le temps de la regarder

Notre hébergement à El Médano était top, et je le recommanderais, mais attention, ce coin de l'île est TRÈS venté! De plus, nous n'avions rien d’accessible sans voiture... Dommage. À posteriori, pour du balnéaire, je choisirais plutôt un hébergement vers Los Cristianos. La plupart des visites que nous avons faites ont été dans le nord de l'île, et nous avons donc fait beaucoup de voiture, je pense vraiment que nous aurions mieux profiter en commençant avec un logement dans le nord (Puerto de la Cruz ou La Orotava, par exemple), puis un autre dans le sud, pour le balnéaire et le Teide.

Nous sommes partis en décembre, et les températures étaient très agréables : pas de grosses chaleurs (parfait pour la randonnée), peu de pluies ⛅, mais les nuits étaient un peu fraîches, et nous avons eu du vent.

L'ensemble du séjour aura eu un coût assez raisonnable : 106€ pour la voiture de location, 553€ pour le logement, 461€ pour 4 vols aller-retour Nantes ↔ Ténérife avec un seul bagage en soute de 23kg pour tous, soit 1120€ hors visites et nourriture pour une semaine à quatre. Je trouve ce prix de 280€ par personne très raisonnable!

Mon matériel photo pour ce voyage:

Boitier Nikon D500, avec un Sigma 70-200mm f2,8 pour les animaux, et un Sigma 12-24mm pour toutes les photos de paysages et de "vie quotidienne".