Cette fois c'est au Maroc que nous partons, pour un séjour en étoile autour de la ville d'Agadir
Du 6 au 12 novembre 2022
7 jours
Partager ce carnet de voyage

Ça y est, c'est parti pour notre petite escapade avec papa et Isabelle, direction le sud marocain et Agadir !

Pour une fois, je n'ai RIEN prévu, Isabelle s'est occupée de tout, ça me fait bizarre... mais c'est cool!

Agadir, donc, pour moi synonyme de soleil, de farniente et de dromadaire, on va voir si l'image que je m'en fait est juste... du moins si on y arrive! Départ à 8h de Lanester sous une pluie battante ⛈ direction l'aéroport de Nantes, la flipette en voiture que je suis n'est pas au top, mais je fais confiance à papa pour nous mener à bon port... enfin presque, j'avoue, j'inverse nos anciennes positions et il subit de la "conduite commentée" comme au temps de l'auto-école. Désolée papa, vraiment, je SAIS que c'est super désagréable, mais je n'arrive pas à m'en empêcher 😶.

Petit café à l'aéroport, puis nous nous dirigeons vers l'embarquement. Bon, bah, on va attendre, hein, il y a du retard! Pas grave, on va pouvoir causer un peu. Certes, les sandwichs prévus pour le vol y passeront presque tous, mais nous finissons par embarquer.

 Aéroport et avion

Arrivés à Agadir, nous profitons très rapidement de la chaleur, bienvenue bien sûr, mais quel contraste avec ce matin! Nous arrivons à l'hôtel qu'Isabelle a choisi pour la semaine: l'hôtel Argana. Petit micmac, l'une des chambres n'est pas prête, nous patientons, mais 45 minutes plus tard personne n'a commencé à faire la 2e chambre : retour à la réception, et changement. Ce sera une très bonne surprise avec une jolie chambre d'angle, avec une superbe vue! Merci les parents de nous l'avoir laissée 😊

 Premiers soleils d'Agadir et vue de la chambre

Après l'installation, petit arrêt sur le balcon pour le coucher de soleil, et direction le buffet du soir. En effet, cette fois, nous sommes en demi pension pour toute la durée du séjour, ça a un aspect sympa!

Nous partons ensuite à la découverte du front de mer, et craquons pour nos premiers biscuits marocains : c'est gras, c'est sucré, mais c'est très bon pour papa et Tim! Moi, je suis moins fan, mais on ne discute pas des goûts et des couleurs!

C'est déjà la fin du premier jour, mais ça promet!

7
nov

Un premier réveil pas trop tard, et direction le balcon pour prendre en photo les oiseaux de jardin. En effet, notre balcon donne sur le jardin de l'hôtel et surtout ses palmiers et jujubiers. C'est un vrai festival!

Goéland leucophée - Larus michahellis - Yellow-legged Gull
Goéland leucophée - Larus michahellis - Yellow-legged Gull
Merle noir - Turdus merula - Common Blackbird
Merle noir - Turdus merula - Common Blackbird
Goéland brun - Larus fuscus - Lesser Black-backed Gull
Goéland brun - Larus fuscus - Lesser Black-backed Gull
Moineau espagnol - Passer hispaniolensis - Spanish Sparrow
Moineau espagnol - Passer hispaniolensis - Spanish Sparrow
Fauvette à tête noire ♂ - Sylvia atricapilla - Eurasian Blackcap
Fauvette à tête noire ♂ - Sylvia atricapilla - Eurasian Blackcap
Fauvette à tête noire ♀ - Sylvia atricapilla - Eurasian Blackcap
Fauvette à tête noire ♀ - Sylvia atricapilla - Eurasian Blackcap
Pouillot véloce - Phylloscopus collybita - Common Chiffchaff
Pouillot véloce - Phylloscopus collybita - Common Chiffchaff
Bulbul des jardins - Pycnonotus barbatus - Common Bulbul
Bulbul des jardins - Pycnonotus barbatus - Common Bulbul
Pioupious de jardin

Nous retrouvons ensuite papa et Isabelle au buffet du petit déjeuner, où nous découvrons les harchas, petites galettes de semoule, les baghrirs, crêpes traditionnelle berbères cuitent d'un seul côté à la poêle, et les msemmens, crêpes feuilletées et bien (BIEN!) huilées. C'est très bon, mais qu'est ce que c'est copieux!

Ça y est, nous partons à pied à travers la ville, direction la médina, soit 5 km majoritairement le long de l'avenue Mohamed V. C'est un peu bruyant, voire beaucoup, et nous ne savons pas vraiment où se trouve cette Médina, donc nous demandons notre chemin... mais tout le monde veut absolument nous emmener au souk! Il faudra un peu de persuasion avant d'obtenir une indication. Nous longeons l'ancien palais royal, extrêmement arboré et vert au vu du climat... et très bien gardé. Nous nous amusons beaucoup de l'équipement des gardes : ils sont postés tous les 100 mètres environ, et ont tous un parasol pour se protéger du soleil, bien sûr, mais également un chat! Le nombre de chat errant est impressionnant, et ils ont l'air de beaucoup apprécier tenir compagnie aux militaires en faction.

 En balade

Au moment de quitter l'axe principal, nous nous inquiétons fortement : nous nous retrouvons sur une petite route, au milieu de terrains vagues remplis de déchets diverses, il n'y a quasiment plus personne, et plus nous avançons, plus c'est sale... Nous voyons bien quelques dromadaires harnachés, qui attendent couchés au milieu des saletés qu'un touriste vienne faire une balade, mais ça ne nous fait pas vraiment envie, et nous espérons que ce ne seront pas ceux là que nous prendrons cet après midi!

Un dernier virage, nous arrivons enfin à la médina, et c'est presque un choc : de magnifiques portes trouent un mur d'enceinte en pierre sèche traditionnelle, et ça a l'air magnifique. Quel contraste avec l'environnement immédiat!

La vieille médina d'Agadir a été détruite par le tremblement de terre de 1960. La médina actuellement visible couvre 4 hectares et a été construite en 1992; son créateur Coco Polizzi s’est attaché à recréer les caractéristiques des médinas marocaines entre ruelles entrelacées et échoppes d’artisanat. L'effet est plus que réussi, c'est un vrai coup de cœur ♥ pour nous. C'est très calme, nous prenons plaisir à déambuler dans les ruelles, et l'architecture nous plait beaucoup!

 Détails d'architecture

Mention spécial pour le marchant d'épices, qui nous aura fait passer un super moment dans sa boutique, et qui vend également un très bon thé à la menthe (oui, j'avoue, j'en bois en ce moment).

 Echoppes en tout genre
 Déambulation
 Chats, les éternels

Nous profitons du restaurant sur place, qui est une très bonne surprise : c'est copieux, très raisonnable en prix, et le lieu est superbe! Bon, nos assiettes font des envieux : que ce soit les paons🦚 ou les chats, on nous réclame les restes!

 Tajines

Il est temps de rentrer et de se préparer pour la sortie en dromadaire... Nous repartons à pied, mais la motivation manque fortement. Le chemin n'est pas magnifique, c'est toujours bruyant, et puis, bon, quand même, c'est un peu long, 5km tout droit en ville 😂 Après un petit kilomètre, notre regard s'illumine : nous voyons un rassemblement de jeunes autour de tuktuk (bon, je ne crois pas qu'on dise tuktuk ici, mais pas grave), comme au Sri Lanka, mais avec deux banquettes latérales au lieu d'une face à la route. Banco! Papa négocie le tarif, et nous voilà parti. La conduite est un peu sport, et moi, en bonne flippette de la voiture, je ne suis pas rassurée, surtout quand je vois que TOUT LE MONDE se marre en nous voyant là dedans, et qu'un motard guide notre chauffeur qui ne sais pas où est notre hôtel... Certains me répondront fort à propos "qu'on est pas mourru, l'âne, tu vois?", et on a sacrément ri, mais je vais finir cardiaque, moi 🙄

 Tuktuk
• • •

Allez, il es temps maintenant de se préparer pour la balade à dos de grosses bêtes à bosses! En temps que cavalière, j'ai super hâte de tester un nouveau type de monture, et puis voir mon père son un dromadaire, je suis sûre que ça vaut le coup d'œil! Non, c'est pas vrai, ça ne fait pas 2 mois que j'emm**** tout le monde avec mes "et je vais voir mon père sur un dromadaire"!

D'ailleurs, petit point zoologie : dans la famille des camélidés, on trouve plusieurs espèces, dont le dromadaire🐪 - une bosse, africain - et le chameau🐫 - deux bosses, et surtout asiatique! Ce sont donc bien des dromadaire qu'on trouve ici, même si absolument tout le monde dit chameau. Je continue un peu, parce que j'aime bien les bestioles : les dromadaires mesurent environ 2m au garrot, pour un poids entre 400 et 700kg, ce sont des animaux grégaires et qui n'existent plus à l'état sauvage actuellement. On les appelle vaisseaux du désert, car ils sont parfaitement adapté à ce biotope, avec des pattes larges qui font raquettes, et la capacité de fermer les narines pour empêcher le sable d’y rentrer; il peut également passer 8 jours sans boire, puis boire 100 L d’eau en 10 minutes dans une oasis.

Bref, un véhicule passe nous prendre à l'hôtel pour nous emmener, et nous voyons que nous suivons exactement la même route que ce matin, vous vous souvenez? Le terrain vague, les déchets, les dromadaires couchés au milieu, tout ça? Nous faisons tous les quatre un grand "OUF!" lorsque nous les dépassons, mais nous nous arrêtons à peine 100 mètres plus loin, avec du coup un peu d'appréhension...

Nous descendons du véhicule, et voyons l'une des montures qui part sans cavalier et traverse le parking avec de petits bonds de joie... On est content de ne pas être dessus! Les autres attendent paisiblement couchés ou debout, déjà harnachés avec une espèce de siège qui a l'air ma foi fort confortable. Je regarde les différents dromadaires, prends quelques photos, et... je LE vois. Un dromadaire pie! Pour moi, ils étaient tous marrons, juste plus ou moins clairs, mais non! Celui là est pie, c'est à dire marron avec de grosses taches blanches, et les yeux bleus. J'adore!

 Les dromadaires, et le plus beau 😁

J'espère qu'il fera parti de la balade, celui ci. C'est le temps de monter, les guides nous mènent chacun à un dromadaire (il est possible de les monter à deux, mais nous avons préféré être seul sur le notre), qui doit être couché. Ensuite, il se lève en trois temps, c'est assez étonnant mais plutôt connu, du coup pas de choc pour nous, par contre une fois dessus, mon dieu, comme c'est bizarre! Moi qui suis habituée à avoir une encolure et des oreilles de poney en face de moi, là, la tête est beaucoup, mais alors vraiment BEAUCOUP plus basse, c'est assez impressionnant, cette sensation de vide antérieur... Mais j'ai eu le pie! Suis trop contente, on dirait que j'ai 5 ans mais c'est pas grave 😍

 Attribution des montures

Ça y est c'est le départ, nous sommes seuls tous les quatre avec deux guides, chacun tenant une monture, la seconde attachée à la selle de la première par une ficelle. Je suis derrière papa, et j'avoue que je ne suis pas rassurée de voir que le mien tente dès qu'il peut de grignoter la ficelle qui l'attache... Mais comme ils n'ont pas l'air de foudre de guerre, l'inquiétude passe vite, et on se concentre sur le paysage. Oups, pas tant que ça, au début, on se concentre surtout sur le mouvement de balancier longitudinal, c'est vraiment déstabilisant cette marche à l'amble, les deux pattes du même côté qui bougent en même temps. Oh, et ne faites pas comme moi, ne mettez pas de pantalon fluide qui va venir frotter +++ à chaque mouvement! Enfin je dis ça, je dis rien, hein, c'est pour vous... 😥

Nous longeons le palais d'été, qui est absolument gigantesque (on nous annonce 15km² mais je n'ai pas réussi à trouver l'information, je pense plutôt à 15hectares, ce qui est déjà respectable!), et gardé, évidemment. On retrouve donc des gardes armés, eux aussi sous un parasol et accompagnés d'un chat. Pas de photos, par contre c'est interdit...

Nous arrivons près de l'Oued Souss, rivière réputée pour abriter une colonie de flamands roses, qui sera le point d'orgue de la balade. L'endroit est très joli, même si cela mériterait quelques poubelles supplémentaires. Les flamands sont postés de l'autre côté, nous nous contentons de les deviner, mais là encore je ressemble à une gamine, on voit des flamands! C'est un oiseau tellement emblématique, un peu comme les calao du Sri Lanka.

On en profite pour une jolie pause photos, et le chamelier qui nous tiens décide d'accrocher le dromadaire de papa à... son bâton de marche! Evidement, ça ne le retiens absolument pas, il décide donc de partir tout seul se servir un goûter (ou se gratter, les versions divergent) sur un buisson, ce que je trouve très drôle, jusqu'à ce que je me rappelle que le mien est attaché au sien, donc s'il part en cavale, moi aussi! Le guide nous rattrape, et nous "attache" à un poteau cette fois. Je crois que le dromadaire a pris ça pour une fin de balade, et papa s'est mis à descendre d'un étage: sa monture s'est couchée! Sans se tenir, c'est un peu plus compliqué... 😂

 Pause goûter/gratouilles

Nous prenons ensuite la route du retour, le circuit n'étant malheureusement pas une boucle, mais c'est sympa, et nous nous sentons un peu plus à l'aise avec les mouvements des bestioles. C'est donc la fin, le moment de descendre est arrivé. Une petite (bon d'accord, une grosse) secousse, et c'est fini. Nous prenons le temps de quelques photos, et c'est le retour à l'hôtel. C'était un bon moment, et c'est décidé, je referai du dromadaire! Par contre, la prochaine fois, je prendrai un pantalon adapté, on regardera un peu mieux l'itinéraire suivi, et le bonus suprême serait de pouvoir avoir les rênes!

 La descente!

Toujours un superbe coucher de soleil depuis la chambre... et nous terminons la journée par la "soirée marocaine" de l'hôtel. Au programme, tajine, couscous, et une danseuse du ventre avec un peu de musique traditionnel, c'est plutôt sympa.

8
nov

Aujourd'hui, nous partons en mini-circuit organisé à la découverte de la Vallée du Paradis, connue pour ses bassins d'eau cristalline au milieu des montagnes arides.

Nous débutons tranquillement par la visite d'un "jardin botanique", où on nous présente les différentes plantes poussant dans la région : palmiers, plantes grasses type aloe, plantes aromatiques,... J'endroit est joli mais assez petit, nous voyons tout de même de jolies fleurs et un bulbul des jardins.

Bulbul des jardins - Pycnonotus barbatus - Common Bulbul
 Jardin botanique

Vient ensuite la visite de la boutique, avec démonstration de la fabrication de l'huile d'argan, dégustation de (très bons) miels, mais aussi malheureusement une démonstration interminable des différents produits cosmétiques vendus dans la boutique... C'est d'une lenteur! Heureusement, je peux observer les abeilles qui tournent autour du miel.

 Miels et épices

Nous reprenons la route et nous arrêtons dans un petit village où on trouve une mini superette, un restaurant et quelques maisons. On nous indique que nous allons attendre ici pendant 45 minutes environ, que chacun puisse se reposer et prendre un petit café avant d'aller au point d'orgue de la journée, les bassins d'eau où nous pourrons nous baigner! Mais se reposer de quoi? J'avoue que nous commençons à nous agacer, car nous étions partis dans l'optique d'une journée de randonnée dans de beaux paysages, cela fait déjà 3h que nous avons quitté l'hôtel, et pour le moment, nous n'avons pas marcher plus de 3 pas d'affilé. Alors, certes, il n'a pas plu depuis très longtemps, et il faut apparemment monter plus haut dans la montagne pour trouver de l'eau, mais vu l'organisation du "village-étape", je pense qu'il est plutôt courant de monter jusqu'ici! Un regret, il n'est pas encore l'heure du repas, c'est dommage car le petit restaurant nous fait de l'œil, avec Isabelle.

Village-étape, au milieu de... rien 

Ça y est, nous reprenons la route pour le dernier kilomètre et commençons la marche. Le paysage est effectivement splendide, et étonnamment varié, avec une "mini-foret", puis des palmiers, et enfin la gorge de montagne semi-désertique. Le guide en profite pour nous montrer la source d'eau naturelle du village, précieuse, car il n'a pas plu ici depuis environ 2 ans... Difficile à concevoir pour les bretons que nous sommes!

Petite marche 

Nous longeons le lit d'un ruisseau, et nous trouvons (enfin) l'eau tant attendue! Les bassins sont très beaux, eux aussi, et donnent envie de s'arrêter bouquiner les pieds dans l'eau. J'ai particulièrement aimé cette toute petite cascade le long d'un rocher moussu entouré de pierres et de palmiers.

Nous arrivons ensuite au bout d'environ 30 minutes au bassin le plus profond, qui permet la baignade. Je n'y vais pas, la petite nature que je suis trouve l'eau trop froide... 🥶 Mais cela n'arrête pas papa!

 La baignade, pas pour tous!

Nous passons environ 30 minutes aux environs du bassin, et c'est le retour, avec un arrêt forcé au "salon de thé" sur la route. Il s'agit d'une petite cahute avec quelques bancs et chaises recouverts de peaux de chèvres. J'avoue que nous n'avons pas apprécié l'arrêt non négociable et le thé "gratuit" mais avec pourboire obligatoire...

C'est déjà le temps de la route du retour, tant mieux, le temps de rentrer sur Agadir et il est 14h30, j'ai faim! Je ne suis d'ailleurs pas la seule... Nous nous faisons déposés sur le front de mer, et partons à la recherche d'un restaurant.

Nous nous arrêtons au Camel's, qui est une très bonne surprise. Les tajines et couscous sont bons, et le service très agréable, nous n'avons pas du tout eu l'impression de nous "faire avoir" par un attrape-touriste de bord de mer comme cela peut parfois arriver! Papa est ravi de retrouver du pain et du beurre... on ne refait pas le breton!

Nous terminons tranquillement la journée déjà bien entamée en profitant du bord de mer.

9
nov

Aujourd'hui, le programme est plus libre : nous avons prévu de visiter la Kasbah d'Agadir, puis d'aller au souk dans l'après midi. Aucun horaire, c'est sympa aussi, parfois!

Nous partons à pied à la recherche du téléphérique qui permet de monter sur la colline où elle se trouve, ce qui nous prend un peu de temps, n'ayant pas vraiment de plan... Cela nous permet de découvrir un peu la ville, nous passons à côté d'une belle mosquée, mais le soleil tape fort : la pause crème s'impose!

Nous trouvons le téléphérique et profitons du paysage durant la montée : de la plage à la montagne la vue est très dégagée malgré la brume de chaleur. D'ici, on voit bien la grande plage concave, le port tentaculaire et les basses montagnes, vraiment joli!

Nous arrivons à la Kasbah proprement dite, juchée sur une colline à environ 230 mètres d'altitude. Edifiée en 1540 par le sultan Mohammed ech-Cheik pour servir de base d'attaque contre les portugais, elle a abrité au fil du temps jusqu'à 2000 soldats, mais aussi un quartier extrêmement vivant d'Agadir. Malheureusement, elle fut en très grande partie détruite par le tremblement de terre de 1960. Les fortifications furent reconstruites sur leurs anciennes marques et seule la porte d'entrée a été conservée à l'identique. L'ensemble architectural actuel est particulièrement photogénique!

L'intérieur des fortifications n'est pas visitable actuellement, mais les esplanades ont été aménagées pour les touristes, on y trouve donc des dromadaires attendant d'être montés, des montreurs d'animaux en tout genre dont une couleuvre et une chèvre, ... C'est très touristique, c'est sur, et peu "authentique", mais l'ambiance est sympa.

On y croise aussi quelques oiseaux, évidemment. Nous avons passé environ une heure sur place, ce qui rend le téléphérique assez cher... mais nous ne regrettons pas, cela reste à faire.

? Faucon crécerellette - Falco naumanni - Lesser Kestrel ?
Bruant du Sahara - Emberiza sahari - House Bunting
Bruant du Sahara - Emberiza sahari - House Bunting
Faucon et bruant, deux tailles bien distinctes! 

Retour sur le front de mer pour le repas, nous retournons au Camel's, et prenons cette fois couscous, tajine, mais aussi tartare de saumon, et c'est une très bonne surprise à nouveau, c'est très frais et agréable.

Déjeuner toujours aussi sympa 

Petite pause à l'hôtel avant de visiter le souk, et nouvelle session pioupious pour moi!

Moineau espagnol - Passer hispaniolensis - Spanish Sparrow
Hypolaïs obscure - Iduna opaca - Western Olivaceous Warbler
Goéland brun - Larus fuscus - Lesser Black-backed Gull
Pie du Maghreb - Pica mauritanica - Maghreb Magpie
Fauvette mélanocéphale ♂ - Curruca melanocephala - Sardinian Warbler
Bulbul des jardins - Pycnonotus barbatus - Common Bulbul
 Deux p'tits nouveaux : fauvette mélanocéphale ♂ et Hypolaïs obscure

Vient le temps du souk! À nouveau une petite déambulation au milieu des échoppes, il y en a partout et pour tout les gouts! J'ai particulièrement aimé la partie alimentaire, les échoppes de dattes, d'olives, d'épices, ... Miam! Les oiseaux viennent se servir directement dans les sacs de graines, je ferais bien pareil dans les dattes, mais je crois que ça poserait problème.

 Miam!

💤C'est déjà la fin de la journée, au lit tout le monde! 🛏

10
nov

Aujourd'hui, la journée va être chargée : nous partons en excursion organisée vers le désert de Massa. Au programme, visite d'une poterie, d'un village de pêcheur, marche le long d'une rivière connue pour sa faune ornithologique, dunes, barrage, ...

Nous commençons par la visite de la poterie, petite pensée pour Pascale, qui aurait adoré! La dextérité des artisans est impressionnante, j'admire surtout ceux qui peignent à main levée les décors géométriques. Moi qui ne suis pas fichu de souligner trois mots proprement sans règle... Nous voyons vraiment les articles de la motte de glaise à la finition.

Potier
Potier
Potier
Potier
Potier
Poterie
Poterie
Poterie
Poterie
Poterie
Poterie
Poterie
 Du début à la fin

Petit passage évidemment par la boutique de la fabrique, nous sommes fiers de nous, nous n'avons même pas craqué pour un tajine. Certes, le fait de ne pas avoir de bagage en soute aide...

• • •

Nous reprenons la route sur de petits chemins, puis à travers les dunes, pour atteindre un village de pêcheur sur la côte. Notre chauffeur jouera d'ailleurs un peu sur les dunes de sable avec le 4x4, au plus grand bonheur des autres et à mon grand désespoir... Bah oui, flipette un jour, flipette toujours, je nous voyais déjà avec la voiture dévalant la falaise en tonneaux; et pourtant, la conduite était à mon avis très sûre.

Dans les dunes
Dans les dunes
Dans les dunes

Les habitations intégrées à la roche sont impressionnantes, ainsi que le dénuement des intérieurs, il ne doit pas faire bon vivre ici lors d'une tempête!

Village de pêcheurs
Village de pêcheurs
Village de pêcheurs
Village de pêcheurs
Village de pêcheurs

La côte est très belle, les rouleaux sont magnifiques, et je pense aux quelques surfeurs de ma connaissance : il doit y avoir moyen de s'amuser ici!

Moi, évidemment, ce sont les oiseaux que je regarde en priorité. Il n'y a pas à dire, une aigrette qui joue dans le vent, c'est magnifique. Les coquillages et crustacés sont omniprésents, on verra d'ailleurs l'un des pêcheur préparer un plat de moules plutôt appétissant 🧂

Certains oiseaux sont bien camouflés, j'ai mis un peu de temps à voir ce petit "grand gravelot"...

Aigrette garzette - Egretta garzetta - Little Egret
Moules
Gravelot, où est tu?
Grand Gravelot - Charadrius hiaticula - Common Ringed Plove
Aigrette garzette - Egretta garzetta - Little Egret
 Oiseaux et faune du littoral
• • •

Un peu de route à nouveau, et un nouvel arrêt le long d'une rivière où se reposent nombre d'échassiers. Nous n'y verrons pas de flamands, mais l'endroit est superbe. Des enfants du village voisin viennent avec leur âne dès qu'ils nous voient, et posent avec d'autres touristes pour quelques piécettes, un paysan travaille au loin dans un champs, ... la vue est vraiment belle, dommage que la rivière porte autant de déchets.


Chevalier aboyeur - Tringa nebularia - Common Greenshank
Échasse blanche - Himantopus himantopus - Black-winged Stilt
Faucon lanier - Falco biarmicus - Lanner Falcon
Rougequeue de Moussier ♂ - Phoenicurus moussieri - Moussier's Redstart
Fauvette mélanocéphale - Curruca melanocephala - Sardinian Warbler
• • •

Nous prenons la direction du petit désert de dunes de Massa, la route passe dans des paysages semi désertiques absolument splendide!

L'endroit est vraiment beau, le dégradé de couleur du paysage est absolument exceptionnel, mais malheureusement une convention se déroule sur le site et nous n'avons accès qu'à une petite partie des dunes...

 Contemplation
 Vaisseaux du désert

Nous retrouvons ici une petite bande de dromadaires, et surtout je repère des papillons, mes némésis! Evidemment je veux les prendre en photo, résultat je marche encore et encore dans le sable en les suivant, guettant avec attention LE moment où ils vont se poser, et puis... PAF! Bah oui, forcement, à force de déambuler l'œil dans le viseur à suivre les papillons, j'ai trébuché sur un buisson d'épineux... Je me contenterais de dire ceci : "Aïe". Mais j'ai eu mes photos, nah! Nous repérons aussi des traces d'oiseaux dans le sable, et admirons la résilience des quelques plantes vertes poussant ici.

 La chasse est ouverte!
• • •

C'est l'heure du repas, un super tajine servi dans une maison traditionnelle, et de la semoule sucrée en dessert, étonnant! On nous sert également des agrumes verts, que nous pensons être des citrons verts, mais Tim se lance : ce sont en fait des clémentines! Le plateau de "citrons verts" systématiquement présent au buffet de l'hôtel prend tous son sens, maintenant 🤣

• • •

Avant dernier arrêt au barrage Youssef ben Tachfine sur l'oued Massa. Construit dans les années 70, il mesure plus de 200 m de long, et son lac artificiel permet l'irrigation de la plaine des Chtouka. Ici encore, le camaïeu de couleurs est spectaculaire, et le paysage splendide.

• • •

La route est longue pour rentrer, mais nous croisons quelques charrettes et dromadaires qui animent le retour.

Nous effectuons un dernier arrêt sur l'Oued Souss, où nous nous étions rendu lors de notre balade à dos de dromadaires, mais cette fois ci, j'ai mon appareil photo! Je vais donc pouvoir me faire plaisir, cet endroit étant également une réserve ornithologique. On y voit un grand nombre de flamants roses, et une belle variété de laridés et autres oiseaux d'eau : mouettes rieuses, sternes caugek, goélands bruns, goélands argentés, goélands marins, huitriers pies, chevaliers, avocette élégante, ...

Flamant rose - Phoenicopterus roseus - Greater Flamingo
Flamant rose - Phoenicopterus roseus - Greater Flamingo
Flamant rose - Phoenicopterus roseus - Greater Flamingo
Huîtrier pie
• • •

C'est enfin le retour à l'hôtel, la journée a été longue! Petite pause pioupiou, et c'est parti pour une session photo au coucher du soleil pour clôturer la journée.

Bulbul des jardins - Pycnonotus barbatus - Common Bulbul
Pouillot véloce - Phylloscopus collybita - Common Chiffchaff
Fauvette à tête noire - Sylvia atricapilla - Eurasian Blackcap
Pouillot véloce - Phylloscopus collybita - Common Chiffchaff
Moineau espagnol - Passer hispaniolensis - Spanish Sparrow
Goéland leucophée - Larus michahellis - Yellow-legged Gull
11
nov


C'est notre dernier jour sur place, et il sera consacré au Crocoparc!

Ce parc animalier est assez touristique, dédié majoritairement aux reptiles, mais on y trouve également un jardin aquatique ainsi qu'un groupe de Ouistiti, et de très (très) nombreuses plantes. Le parc est vraiment beau, nous y avons passé une très bonne (et longue) matinée, et les photos ont été nombreuses!

Visite en famille

Les crocodiles présentés sont majoritairement des crocodiles du Nil, mais il y a également un couple de crocodiles d'Afrique de l'Ouest, ou "du désert" (Crocodylus Suchus), l'espèce qui était naturellement présente au Maroc jusque dans les années 50.

L'espace dédié aux serpents ne présente que deux des espèces les plus grandes et grosses du monde : l'Anaconda vert d'Amazonie, et le python réticulé. Je les trouve absolument splendides, mais Isabelle a passé son tour! Il faut dire que j'ai eu un serpent à la maison à une époque, une petite Elaphe (couleuvre américaine), mais ces mastodontes ne sont absolument pas accessibles aux particuliers, et nécessitent d'ailleurs un certificat de capacité pour les maintenir.

Serpents géants

L'avifaune est toujours omniprésente, et pas farouche face aux reptiles.

Bergeronnette des ruisseaux - Motacilla cinerea - Grey Wagtail
Bergeronnette grise - Motacilla alba - White Wagtail
Rougequeue à front blanc - Phoenicurus phoenicurus - Common Redstart
Courageux oiseaux! 

Un espace désertique met en avant de superbes iguanes, ainsi qu'un groupe de tortue striées.

Jardin sec des iguanes 

Coté jardin aquatique, on retrouve papyrus, végétation luxuriante, maiségalement une sacrée collection de batraciens dans les nénuphars. Au milieu de tout cela, on retrouve également une volière à ouistiti à toupet blanc, et une nurserie avec de très jeunes crocodiles, presque mignons à cet âge!

Ouistiti et nurserie 
Jardin aquatique 
• • •

Nous reprenons le taxi pour rentrer, et testons un nouveau restaurant, le César, et nous avons été plutôt déçu. Les salades d'entrées étaient très bonnes, mais le tajine franchement pas top, peu copieux pour 4, et nous avons été très dérangés ensuite... Le tout pour un prix supérieur à ceux que nous avions mangés auparavant.

 Surprises!

Petite surprise en rentrant à l'hôtel, l'équipe de ménage a visiblement cassé sa clé dans la serrure, nous ne pouvons pas rentrer... ça fera des trucs à raconter en rentrant!

C'est déjà le retour, et nous prenons le taxi jusqu'à l'aéroport. Le Maroc aura été une belle découverte, cet échantillon nous a drôlement donner envie d'y retourner!