25 étapes
29 commentaires
1
Et c'est parti pour trois semaines de découvertes en tout genre, entre safari, culture et balades! Nous n'allons ni dans la partie nord, ni sur la côte est, car le séjour est trop court...
Du 5 au 27 mars 2022
23 jours
Partager ce carnet de voyage

Pourquoi le Sri Lanka ? Et bien un petit peu par défaut... nous avions prévu un voyage au Québec en janvier 2021, mais... Covid! Frontières fermées, tout ça tout ça, du coup annulation, et report sur l'Indonésie côté Java en mai 2021: bah oui, plein d'enthousiasme, nous pensions que ça serait fini... que nenni, évidemment, quelle bonne blague! Report à nouveau, mais les conditions d'entrée en Indonésie nous paraissent compliquées, donc nous renonçons. J'ai donc cherché l'inspiration sur Nomadays, qui est un regroupement d'agence locale, et le Sri Lanka nous a tapé dans l'œil, avec son équilibre entre nature, culture et bestioles en tout genre. Bingo, Tim est convaincu, et je contacte l'agence Mai Globe Travel pour créer notre itinéraire. Nous nous contactons plusieurs fois avec l'agence, et créons un circuit de 22 jours, plutôt axé sur l'aspect nature et vie sauvage, mais sans totalement oublier le côté culturel. Ce sera un parcours où, évidement, nous avons dû faire des choix, et nous oublions le Nord et la côte Est. Cela devrait nous permettre de prendre notre temps là où nous allons, sans passer trop de temps dans les transports.

• • •

Comme on me l'a déjà demandé quelques fois, voici une courte présentation du pays. Le Sri Lanka, ancienne colonie britannique, était appelé Ceylan jusqu'en 1972. Il est situé juste en dessous de l'Inde, et sa forme de goutte lui a valu les surnoms de "larme de l'Inde" et de "perle de l'océan indien". Sa surface d'environ 65 000 km2 correspond à 1/9 de la France métropolitaine. L'île est très connue pour son thé et ses paysages de montagne, mais l'on dit aussi que c'est "le meilleur endroit en dehors de l'Afrique pour les safaris ".


Itinéraire MaiGlobe
Itinéraire MaiGlobe
Aperçu du vol via Air France
Aperçu du vol via Air France
Les itinéraires, vols et séjour
• • •

Aujourd'hui, c'est le départ !Lorient → Nantes en voiture hier, et Nantes → Paris → Colombo aujourd'hui, avec une escale à Malé de deux heures. Deux petits points noirs, la longueur de la correspondance à Paris (5h!) et la longueur du vol... 9 heures jusqu'aux Maldives, puis 1 heure et demi jusqu'à Colombo. Comme d'habitude, on alterne entre paysage et film(S!), le trajet se faisant majoritairement de nuit. Le survol des Alpes au coucher du soleil reste magnifique, et nous avons aussi survolé Dubai de nuit, mais... pendant la seule heure où j'ai dormi, du coup pas de photos de la lumière des îles palmiers. Le survol au lever de soleil sur l'archipel des Maldives est spectaculaire, avec une petite appréhension au moment de l'atterrissage: "dit, un Boeing 787, c'est pas un hydravion, hein????"; mais par contre l'escale n'est pas du tout agréable, avec du personnel qui ne répond même pas au bonjour...

Survol de la France
Dans les nuages
Survol des Alpes
Survol des pays di Golfe
Archipel des Maldives
Archipel des Maldives
Atterrissage à Malé
Survol varié et petite frayeurs

Avec une heure de retard (non, vraiment, pas convaincus par Malé...), nous atteignons finalement Colombo. C'est pas compliqué, en sortant de l'avion, on a l'impression d'être dans une cuisine et d'ouvrir le four! Tout y est, jusqu'à la buée sur les lunettes! Un peu perdu dans l'aéroport, nous sommes surpris de la rapidité des formalités : passeport, visa, et le QRCode du questionnaire de santé... et c'est tout! J'avoue, je suis presque frustrée, après avoir passé un temps monstre pour l'assurance obligatoire, les scanner de TousAntiCovid et autres.

Bref, nous voilà parti à la découverte de l'île avec notre guide Kasun.

6
mars

Nous montons directement en voiture avec Kasun, et chargeons nos bagages. Bonne surprise, la voiture a la climatisation ! Moins bonne, il y a une énorme crise du carburant au Sri Lanka en ce moment, avec des prix qui ont exposés et pas mal de stations carrément à sec de gasoil... il y a parfois plusieurs heures de queue pour faire le plein; heureusement pour nous, pour l'essence, c'est plus facile, et notre voiture du moment roule justement à l'essence, soulagement pour nous, et grosses pensées aux Sri Lankais qui doivent vivre avec cette difficulté au quotidien.

La conduite ici nous ramène un peu en Afrique du Sud : conduite à gauche, et nombreux passagers clandestins sur la voie (chiens dans tous les coins, y compris couchés sur la voie, mais aussi vaches, chèvres, j'ai même vu un canard!). Par contre, petite évolution, ici, on double quand on veut, où on veut, que ce soit voiture, tuktuk ou camions, et surtout, surtout on klaxonne tout le temps! C'est universel ici le klaxon, tout à la fois "bonjour" à une connaissance, "attention ⚠️ j'arrive!" à quelqu'un qu'on rattrape, "mais bouge de là, enfin", puis le traditionnel "merci", etc,... universel, on vous dit! 🙊 Du coup, on est plus que ravi d'avoir un chauffeur, parce que définitivement non, on ne se voit pas conduire là dedans. La première étape de notre circuit est Kalpitiya, sur la côte nord ouest. Cette péninsule est située à 170km au nord de Colombo, et est majoritairement connue pour son lagon et sa côte qui en font un excellent spot de kitesurf. On y trouve également de très grandes colonies de dauphins, et parfois quelques autres cétacés.

Marais salants
 Belles vues de la route

Ce seront donc 3 heures de route, entrecoupées de plusieurs petites pauses: la première pour faire du change (1€=235 roupies pour nous aujourd'hui), la deuxième pour découvrir la King Coconut, à ne pas confondre avec la Coconut (tout court) - qui, après prise d'informations évidemment, s'avère être toujours verte à l'extérieur avec beaucoup de chair, la King restant elle toujours orange, presque sans pulpe, et avec une contenance en eau de (king) coco d'environ 700ml. Hey, quand je vous dis qu'on se renseigne! 3e arrêt cette fois pour goûter des bananes, top, hyper sucrées et tout petit format, presque comme un bonbon 🍬. Nous goutons également les Walé, petites fritures de lentilles corail, et excellentes! Nous longeons plusieurs marais salants, je ne m'attendais pas du tout à en croiser ici!

King Coconut
Walé
Coconut
Grignotages 

À notre arrivée à l'hôtel, le Elements Beach and Nature Resort, re-Coconut, et présentation de la cabane. C'est extrêmement ouvert, du coup c'est très bien ventilé. La salle de bain extérieure est très sympa. Ici, la moustiquaire est obligatoire si on ne veut pas se faire dévorer, Tim en a déjà fait les frais de jour, maintenant on fait bien attention et le "5/5 tropic" a l'air efficace!

La cabane
Le rez de chaussée
La salle de bain ouverte
Terrasse
Terrasse
La chambre
 Elements Resort à Kalpitiya

Par contre, clairement, l'hôtel ne conviendrait pas à tout le monde, il y a des animaux partout dont deux chevaux, un buffle, une multitude d'oiseaux qui se causent tout le temps, et des ânes adorables mais qui braient au petit matin et boivent dans la piscine. Nous avons même des colocataires de toilettes: des grenouilles! Bah ça surprend, la nuit 😅. Nous, on adore, mais je pense que ça peut gêner.

Boeuf domestique et son gardien
Anon
Ane
Faune plus ou moins domestique... 

Petite baignade à la piscine, puis nous partons visiter les environs, et c'est vraiment sympa: nous sommes sur une bande de terre et de sable coincée entre l'océan et la lagune, en une demi heure de balade nous voyons déjà un nombre impressionnant d'oiseaux, et qu'est ce que l'eau est chaude!

La piscine du Elements resort
Coucher de soleil
Coucher de soleil

C'est déjà la fin de cette journée, un petit jus de fruit, un bon repas et au lit! On a découvert la soupe de maïs et le kotthu, c'était délicieux!

Jus de fruits frais
Kotthu et calamars
Kotthu et calamars
Un bon dîner! 
7
mars

Ce matin, après un petit déjeuner (léger qu'ils ont dit, moi je trouvais déjà ça très copieux!), c'est le départ pour la sortie en mer à la recherche des dauphins. Étant parfois malade en mer, nous avons mis la veille un demi patch de scopolamine, je ne sais pas si c'est ça mais en tout cas aucun signe de mal de mer! Même si notre hôtel propose aussi la sortie en mer, nous partons avec le Omeesha beach resort, plus au sud. Surprise, il n'y a que nous et notre guide d'inscrit, nous serons donc seuls sur le hors bord et avec les dauphins... du moins c'est ce que je croyais. Nous naviguons une petite demi heure, durant laquelle nous voyons plusieurs pêches d'oiseaux marins.

Sterne hansel
Sterne hansel

Nous arrivons ensuite sur site, et rejoignons en fait 3 autres embarcations de tourisme, et également plusieurs pêcheurs. Nous mettons le moteur a toute petite vitesse, et restons presque sur place...C'est la que commence le festival ! Il y a des dauphins absolument partout autour de nous, qui naviguent tous ou presque dans le même sens. Je n'avais jamais vu autant de dauphins en aussi peu de temps! Je pense qu'il y avait plusieurs espèces, car certains étaient en petit groupe à vitesse lente, d'autres plutôt rapide et prenant de l'élan pour effectuer des "spins", sauts très haut durant lequel le dauphin tourne plusieurs fois sur lui même, et en dernier un très très gros groupe, au moins une cinquantaine, nageant tous ensemble. Après avoir vu mes photos, il n'y aurait apparemment qu'une seule espèce, le dauphin longirostre (Stenella longirostris).

Certains dauphins viennent jouer avec notre légère vague d'étrave, d'autres passent comme si de rien n'était, et enfin certains nous font de véritables show, enchaînant les spins parfois à quelques mètres de nous!

Dauphin longirostre (Stenella longirostris)
Dauphin longirostre (Stenella longirostris)
Dauphin longirostre (Stenella longirostris)
Dauphin longirostre (Stenella longirostris)
Dauphin longirostre (Stenella longirostris)
Véritables acrobates : les dauphins "spinners"

Vient le moment de quitter le coin des dauphins pour partir à l'endroit du snorkeling. Nous voyons les pilotes chercher, chercher, sans vraiment comprendre quoi, puis ils nous disent que ça y est, nous pouvons nous mettre à l'eau; on se regarde avec Tim, pas trop sûrs d'avoir compris, en effet la côte est sacrément loin, et il semble y avoir beaucoup de courant... finalement nous rejoignons rapidement notre guide, et là... purée de pois sous-marine ! On ne voit strictement rien, à part une teinte verte et énormément de particules en suspension. Grosse déception pour nous, d'autant qu'on ne voit évidement pas le fond, ce qui rend Timothée franchement stressé (la sensation d'étouffement avec le tuba n'a rien arrangé non plus, c'est la première fois que je ressentais ça avec un tuba!). Nous remontons donc au bout de peut être 5 minutes dans le bateau sur signe de Kasun. Rebelotte, ils cherchent, cherchent, mais maintenant nous avons une idée de quoi: un endroit où l'eau est plus claire. Le deuxième arrêt sera le "bon", je me met à l'eau, et fait signe à Tim de me rejoindre, car le fond est bien là, tout près! Tellement près qu'en fait, il a pied à certains endroits... Mauvaise idée, d'ailleurs, de se mettre debout, car il s'écorche les pieds bien comme il faut. Heureusement qu'il n'y a pas de requins d'absence le coin 😉 Nous trouvons quelques coraux et poissons, mais sortons de l'eau franchement déçus 😞 il était impossible de faire des photos à la GoPro, trop trouble, donc pas d'illustrations pour vous, désolée. Le guide nous confirme qu'il est déçu également, sa dernière sortie dans le coin datait d'il y a deux ans et était super de ce qu'il nous dit. Nous espérons tous les trois nous rattraper à Polhena !

Sur la route du retour, nous continuons les arrêts fruits, aujourd'hui ce sera goyave blanche et pastèque 🍉, et c'est toujours aussi bon!

• • •

Cet après midi, nous restons à l'hôtel pour profiter des environs et marcher le long de la plage et de la lagune. Il y a un nombre d'oiseaux assez impressionnant, plusieurs échassiers, des genres de gravelots, sternes et mouettes, et lorsque nous nous posons sur une paillasse un peu éloigné, un martin pêcheur européen vient nous faire le show!

Totale détente et cadre idyllique
Kite surf
Kite surf
Kite surf
L'hôtel est aussi une école de kite surf
Anes sur la plage
Les ânes, partout chez eux
Gravelot de Leschenault?
Gravelot de Leschenault?
Gravelot de Leschenault?
Chevalier aboyeur?
Échasse blanche
Cormoran de Vieillot
Aigrette des récifs
Héron strié immature
Courlis corlieu
Gravelot à collier interrompu
Gravelot à collier interrompu
Gravelot à collier interrompu
Oiseaux d'eau
Guêpier à queue d'azur
Martin-pêcheur d'Europe
Martin-pêcheur d'Europe
Corbeau familier
Corbeau familier
Corbeau de Levaillant?
Martin pêcheur européen
Sternes de Saunders adultes et juvéniles et sternes voyageuses
Sternes voyageuses
Sternes voyageuses et Sternes à joues blanches

Ensuite, c'est avec plaisir que nous retrouvons nos amis les grenouilles pour passer la nuit!

8
mars

Petite matinée tranquille cette fois, le départ pour le parc national de Wilpattu est prévu à 10h30, nous prenons donc le temps de réorganiser les valises et de profiter cette fois du jardin de l'hôtel, lui aussi plein d'oiseaux. Je pense que je vais en avoir pour un petit nombre d'heures pour identifier ceux de ce carnet!

En toute détente avec les ânes 
Pic de Lichtenstein
Tourterelle tigrine
Échasse blanche
Bulbul à ventre rouge
Cratéropes affins
Tout ce qui vole

Au fait, ce matin, c'était festival de fruits frais, riz au lait de coco et croissant au chocolat cuit à la vapeur (Oui, nous aussi on a trouvé ça bizarre), je crois que je suis sortie de table en roulant...

Top petit déjeuner face à la plage

C'est le départ pour une grosse heure de route! Nous discutons bien avec le guide, qui fait vraiment des efforts pour comprendre mon anglais franchement pas terrible. Il faut dire que ça me prend du temps de dire quelque chose, avec toutes les périphrases que je dois faire pour compenser mon manque de vocabulaire... "a little part of wood " pour dire "a stick", par exemple 😅

Nous discutons aussi de nos attentes vis à vis du safari de cet après midi, et quand je parle de léopard, ours et oiseaux, il se met à s'arrêter pour nous montrer les oiseaux qui sont sur notre route: c'est le spécial "Kasun safari " (et c'est super sympa!), avec des gestes pour expliquer le nom des oiseaux. Nous voyons des cormorans dans des marais salants, des "bee Hunter " (guêpiers), différents martins pêcheurs, etc,...

Martin-chasseur de Smyrne - Halcyon smyrnensis
Tourterelle tigrine - Spilopelia chinensis
"Kasun safari" 

Sur la route, il y a aussi ce que je prend pour de grandes plaques de sable jaune, mais quand je demande pourquoi ils mettent du sable sur la route, il nous explique qu'en fait ce sont les récoltes de riz qui sèchent ainsi. Surprenant! Plus loin, il y a également du piment qui sèche.

Normal... 
• • •

Un rapide "Rice and curry" pour le déjeuner, et nous arrivons au Wilpattu Tree House. La chambre est assez spacieuse, avec une petite terrasse qui donne sur le jardin très arboré et TRÈS vivant, où se bousculent écureuils et oiseaux. L'installation est rapide, nous avons rendez vous dans 30 minutes devant l'accueil pour le départ du safari en jeep.

Cabane dans les arbres 

Nous sommes seuls avec les guides, et le parc est à peine à deux minutes en voiture, c'est donc très vite l'immersion dans la nature! Wilpattu signifie "le pays des étangs" : le parc en compte une soixantaine, qui sont remplis entièrement naturellement durant la mousson d'hiver, d'octobre à décembre. Le site de 1 316 km² est protégé depuis 1938, mais la guerre civile l'avait grandement endommagé jusqu'en 2003, et sa faune avait pratiquement disparu. Heureusement, le parc, réouvert depuis 2010, s'est bien remis! Il est magnifique, alternance de forêt dense, de plaine, et des fameux Willus. On y trouve 253 espèces d'oiseaux, 45 de mammifères dont ours lippu et léopard de Ceylan, 57 espèces de reptiles, et 17 espèces d'amphibiens. Kasun nous explique, rapport à notre discussion de tout à l'heure, que la sortie de cet après midi est plutôt consacrée à la recherche des très (très) convoités léopards et ours, et que celui de demain matin sera plutôt orienté ornithologie. Les paysages sont magnifiques, et plutôt variés, à la fois prairies, forêts, lacs,... La diversité des espèces dans le parc national de Wilpattu est très importante et abrite pas moins de trente-cinq espèces de mammifères différentes.

Vite dans le ton
 Superbes paysages

Nous voyons rapidement nos premiers animaux: mangoustes, coq sauvage (l'emblème du pays), varans du Bengale, et paon bleu. C'est vraiment étonnant de voir des paons sauvages, pour moi c'est "juste" un bel oiseau d'ornement à mettre devant les châteaux!

Mangouste indienne grise
Mangouste indienne grise
Mangouste indienne grise
Coq de Lafayette
Coq de Lafayette
Paon bleu
Paon bleu
Paon bleu
Varan du Bengale
Varan du Bengale

Ensuite, ce sont deux serpentaires bacha que nous observons. J'étais fière d'avoir repérée seule le premier! Ils sont splendides, de vrais poseurs. Le premier est un adulte, le deuxième, plus blanc, un juvénile.

Serpentaire bacha adulte
Serpentaire bacha adulte
Serpentaire bacha adulte
Serpentaire bacha adulte
Serpentaire bacha juvénile
Serpentaire bacha juvénile
Serpentaire bacha juvénile
 Serpentaires bacha adulte et juvénile

Des macaques à toque ont suivi, ainsi que de nombreux cervidés : cerf axis, sambar, et un tout petit dont j'ai oublié le nom, qui a traversé à toute vitesse devant nous. Après recherche, ce serait un cerf cochon 'axis porcinus).

Macaque à toque
Macaque à toque
Macaque à toque
 Nos cousins les singes
Cerf cochon
Sambar
Sambar
Cerf cochon
Cerf cochon
Cerf Axis
Cerf Axis
Cerf Axis
Cerf Axis
Cerf Axis
Cerf Axis
Cerf Axis

Nous avons déjà bien sillonné le parc, parfois seuls, souvent en compagnie d'une ou deux voitures, et tout à coup, nous voyons la jeep devant nous s'arrêter, puis mettre les warning et nous faire signe d'avancer rapidement. Suspens, le stress monte, on cherche du regard ce qu'ils voient, et... un léopard ! UN LÉ. O. PARD! Je n'en reviens pas, moi qui espérait tellement sans oser espérer, c'est rare d'en voir, tout le monde le dit, et... bon, fin du suspens, en vrai, on a surtout vu des tâches et une queue s'enfoncer dans la forêt! Maaaaiiiis... j'ai des photos! Flou, de dos, de loin, mais j'ai des photos! 🤪

Panthère de Ceylan
Panthère de Ceylan
 Léopard...

Nous restons 5 bonnes minutes après qu'il soit parti, pour être sûr, puis nous continuons. Tout du long de l'après midi, nous avons vu un très grand nombre d'oiseaux, qui profitent des différents écosystèmes du parc. Les willus nous permettent de belles observations d'échassiers et limicoles, les espaces ouverts sont le terrain de jeu des martin-pêcheurs, guêpiers et paons, et la forêt abritent de discrets mais superbes spécimens, dont des oiseaux de paradis et martin-chasseurs de Smyrne. Nous voyons quelques espèces spectaculaires, comme le toucan Malabar.

Tantale indien - Mycteria leucocephala
Tantale indien - Mycteria leucocephala et Cigogne épiscopale - Ciconia episcopus
Cigogne épiscopale - Ciconia episcopus
Cigogne épiscopale - Ciconia episcopus
Vanneau indien - Vanellus indicus
Grand Oedicnème - Esacus recurvirostris
Grand Oedicnème - Esacus recurvirostris
Grand Oedicnème - Esacus recurvirostris et Héron intermédiaire- Ardea intermedia
Héron garde-boeufs - Bubulcus ibis
Anhinga roux - Anhinga melanogaster et Héron cendré - Ardea cinerea
Anhinga roux - Anhinga melanogaster
 Echassiers, toujours aux points d'eau
Guêpier d'Orient - Merops orientalis
Guêpier d'Orient - Merops orientalis
Martin-pêcheur d'Europe - Alcedo atthis
Martin-pêcheur d'Europe - Alcedo atthis
Guêpier d'Orient - Merops orientalis et Martin-pêcheur d'Europe - Alcedo atthis
Guêpier de Leschenault et Guêpier à queue d'azur
Guêpier de Leschenault - Merops leschenaulti
Shama dayal - Copsychus saularis
Calao de Malabar - Anthracoceros coronatus
Calao de Malabar - Anthracoceros coronatus
En milieu ouvert 
Tchitrec de paradis - Terpsiphone paradisi
Martin-chasseur de Smyrne - Halcyon smyrnensis
Martin-chasseur de Smyrne - Halcyon smyrnensis
Coucou à ailes courtes - Cuculus micropterus
Colombine turvert - Chalcophaps indica
 Sous le couvert des arbres

Nous voyons aussi deux gros animaux: crocodiles et buffles d'eau. Les buffles d'ici ont vraiment un air plus doux que ceux d'Afrique! Certains se baignait dans la boue, certainement pour se rafraîchir, il fait 31 degrés aujourd'hui...

Buffle d'eau
Buffle d'eau
Buffle d'eau
Buffle d'eau
Crocodile des marais
Buffle d'eau

C'est la fin du temps imparti, la réserve ferme à 18h pétante, avec grosses pénalités pour les retardataires, le chauffeur roule assez vite vers la sortie, et les animaux se font plus rares, c'est dommage, la lumière est magnifique dans les quelques parties ouvertes que nous traversons. Ça sent la fin, c'est triste, c'était tellement sympa...

Mais... deux jeeps, non, trois, à l'arrêt, au même endroit? Qu'est ce qu'ils regardent, tous? C'est quoi cet espèce de tas noir, là ? Mais ça bouge! C'est un ours! Je crois que c'est le jackpot final, la cerise sur le gâteau, tout ça tout ça, on a vu un ours! Bon, c'est comme les rhinocéros en Afrique où tu sais pas trop si c'est un rhino couché ou un gros caillou gris, mais version petit et noir, et ça gratte le sol, c'est marrant.

Surtout qu'au final, le coco fini par franchement se rapprocher et nous montrer sa tête, au bout de 10 minutes. Il prend soin de nous! Il traverse même la route juste devant nous.

Ours lippu
Ours lippu
Ours lippu
Ours lippu
Ours lippu
Ours lippu

Nous sommes en retard, du coup, le chauffeur roule vers la sortie presque sans pause, et tant pis, pas d'arrêt photo pour la tortue! Nous arrivons à la porte, il est 17h59, c'est parfait. Je ne pensais vraiment pas voir autant de choses pour une première session safari! Certes, il y a moins de très gros mammifères qu'en Afrique, mais l'avifaune est extrêmement riche, et les rencontres avec le léopard et l'ours sont exceptionnelles.

• • •

18h05, de retour à l'hôtel, nous prenons le temps de photographier quelques oiseaux du jardins et écureuils avant la nuit.

Crabier de Gray - Ardeola grayii
Crabier de Gray - Ardeola grayii
Ecureuil palmiste à trois bandes - Funambulus palmarum
 Dans le jardin

Pour le dîner, soupe de légumes, puis nouilles et œuf frits avec curry de légumes et poulet non pimenté, et en dessert, une sorte de yaourt assez fort avec un nappage sucré, peut être du curd (yaourt au lait de bufflonne domestique)? C'est très bon mais les portions sont très importantes, je laisse encore la moitié de mon assiette... Le guide, installé à une autre table (il a le droit d'être un peu tranquille quand même, lui aussi), s'inquiète même qu'on m'ai retiré mon assiette trop tôt 😅 Le staff est adorable, ils sont très inquiets à l'idée que nous ayons trop chaud et nous ont mis un gros ventilateur juste à côté, d'où ma tête de folle... mais je le vis très bien!


 Soupe et nouilles!

Cette fois, c'est vraiment la fin de journée, nous allons nous coucher, bonne nuit tout le monde!

• • •

*toc-toc-toc* "sorry mister, sorry miss, but..." c'est le staff, qui nous explique qu'il va y avoir une coupure de courant, qu'ils vont mettre le générateur mais que du coup la climatisation doit être éteinte; ils nous apportent donc un magnifique et énorme ventilateur. Nous avons vraiment l'impression qu'ils sont au petit soin. Nous les remercions, puis retournons nous coucher, à nouveau bonne nuit tout le monde!

💥💢pan! Pan!💣💥

*toc-toc-toc* "sorry mister, sorry miss, but..." quoi, le courant est déjà revenu? On nous attaque, c'est ça les bruits d'explosions qu'on entend? Je me rhabille en catastrophe, ouvre la porte, et... "come come, éléphant !!" Ni une, ni deux, j'appelle tim qui est déjà dans un demi sommeil, attrape mes sandales, et vais rapidement rejoindre le staff au bout du jardin.

En effet, de l'autre côté du champ, il y a un éléphant! Il est sorti de la jungle pour manger dans les cultures, mais forcément, les agriculteurs ne sont pas contents... ça me rappelle un peu nos histoires de sangliers! Du coup, comme ils sont protégés (c'est la majeur différence avec nos cochons sauvages🤫😜), ils tirent en l'air pour les effrayer. Ça marche plutôt bien, l'éléphant retourne en courant dans la forêt.

Cette fois, c'est la bonne, nous retournons nous coucher avec les bruits de grillons et d'oiseaux. Bonne nuit tout le monde! 😴

9
mars

Ce matin, un nouveau safari est prévu à Wilpattu, le départ est à 6h, nous devons donc nous lever à 5h. Ça pique! Nous retrouvons le chauffeur de la veille, et cette fois, nous sommes sensés nous concentrer sur les oiseaux. Il y a beaucoup de brume ce matin, l'ambiance est vraiment très particulière... mais nous ne voyons pas grand chose durant un long moment: un sambar de mon côté, quelques silhouettes d'oiseaux se découpent au dessus d'un Willu dans la brume côté Tim, parfois d'autres oiseaux passent, mais nous roulons un peu trop vite pour les identifier...

À l'entrée
Tantale indien - Mycteria leucocephala
Paon bleu - Pavo cristatus
Martin-chasseur de Smyrne - Halcyon smyrnensis
Colombar à double collier - Treron bicinctus
Colombar à double collier - Treron bicinctus
 Perdus dans la brume

Premier "vrai" arrêt pour un animal que je n'espérais pas du tout voir: un hibou ! Plus précisément un "Brown fish-owl", qui nous toise de sa branche comme seuls savent le faire des rapaces nocturnes. C'est étonnant de le croiser en foret car son régime alimentaire est constitué de poissons, crustacés et amphibiens, d'où son nom anglais de hiboux pêcheur.

Kétoupa brun - Ketupa zeylonensis
Kétoupa brun - Ketupa zeylonensis
Kétoupa brun - Ketupa zeylonensis

Deuxième arrêt, deuxième rapace, un rapace diurne cette fois, que je vais identifier dès que j'aurais accès à mon ordinateur pour éviter les erreurs. Celui ci nous fera le plaisir de décoller juste devant nous. Il s'agit visiblement d'un Serpentaire bacha, la même espèce que les deux aigles que nous avons vu hier. Nous en voyons un autre plus âgé (tête plus sombre) un peu plus tard. Je mets les deux en "face à face" dans les photos, la comparaison se fait bien 😀

Serpentaire bacha - Spilornis cheela
Serpentaire bacha - Spilornis cheela
Serpentaire bacha - Spilornis cheela
Serpentaire bacha - Spilornis cheela
Serpentaire bacha - Spilornis cheela

Durant environ une demi heure, nous prenons le temps de tourner tranquillement dans le parc, et voyons un peu plus d'animaux, maintenant que le brouillard est levé. Nous croisons entre autre deux magnifiques oiseaux : le Shama à croupion blanc et le Tchitrec de paradis, en version noir et blanc cette fois. Mention spéciale au pygargue blagre que j'ai réussi à "choper au vol" au loin, le chauffeur ne s'arrêtant maintenant presque plus... En effet, un peu plus tôt, le guide a vu par terre une trace de léopard... c'est là qu'a commencée la traque : il veut nous montrer un léopard, coûte que coûte! C'est quitte ou double, du coup, car il devint difficile d'obtenir des arrêts pour les autres animaux... mais de toute façon, nous allons tellement vite que nous voyons peu de chose. Pour résumer, soit on voit un léopard, et on garde un souvenir exceptionnel, soit il ne se montre pas, et nous n'aurons rien vu où presque. Nous roulons approximativement en étoile autour de la trace, notre chauffeur s'éloigne pas mal des autres jeeps sur d'étroites pistes moins fréquentées, et nous découvrons de magnifiques points de vue sur les plans d'eau (mais toujours rapidement... je pense que ce chauffeur avait une passion pour les mangoustes, car ce sont presque les seuls arrêts que nous avons fait!😅).

Paon bleu - Pavo cristatus
Paon bleu - Pavo cristatus
Paon bleu - Pavo cristatus
Vanneau indien - Vanellus indicus
Cigogne épiscopale - Ciconia episcopus
Shama à croupion blanc - Copsychus malabaricus
Shama à croupion blanc - Copsychus malabaricus
Guêpier d'Orient - Merops orientalis
Cormoran
Pygargue blagre - Haliaeetus leucogaster
Tchitrec de paradis - Terpsiphone paradisi
Crabier de Gray - Ardeola grayii
 Royaume des piou-pious
Cerf Axis
Varan du Bengale - Varanus bengalensis
Cerf Axis
Cerf Axis
Mangouste grise indienne
Cerf Axis
Cerf Axis
Cerf Axis
Mangouste grise indienne
Macaque à toque
Macaque à toque

Le chauffeur reçoit un SMS, et... "accrochez vous"! Visiblement, un léopard a été repéré : c'est parti pour 5 grosses minutes de jeep à toute berzingue, dans des chemins hyper étroits où je n'aurait pas passé ma voiture, avec même parfois l'arrière qui chassait dans les virages... je ne vous raconte pas ma tête!

Nous arrivons à la queue d'un attroupement de 8 jeeps, et cherchons là où se tournent tous les regards... il est là ! Visiblement, il fait la sieste vautré sur un arbre 🌳 depuis un petit moment. D'ici, nous ne voyons pas sa tête, mais normalement, les premières voitures arrivées sur place devraient faire de la place pour que tout le monde en profite.

Léopard de Ceylan
"La Flemme" 

Au final, ce ne sont pas les jeeps qui ont bouger, mais le léopard qui nous fait un véritable show! Nous avons le droit à la totale: regard de braise, exposition des crocs, démonstration d'agilité... il est superbe et nous le montre bien.

Léopard de Ceylan
Léopard de Ceylan
Léopard de Ceylan
Léopard de Ceylan
Léopard de Ceylan
Léopard de Ceylan
Léopard de Ceylan

Il finit par s'enfoncer dans la forêt, et nous terminons rapidement notre tour, car le temps file! Les derniers animaux notables que nous croisons sont cet aigle (Serpentaire bacha, à nouveau) qui s'est posé au sol pour chasser juste à côté de nous puis s'est envolé à nouveau, puis un singe semnopithèque blanchâtre et enfin un troupeau de buffles 🐃.

Serpentaire bacha - Spilornis cheela
Serpentaire bacha - Spilornis cheela
Serpentaire bacha - Spilornis cheela
Semnopithèque blanchâtre
Buffle d'eau asiatique
Buffle d'eau asiatique

Ça y est, c'est la fin, nous quittons Wilpattu pour nous diriger vers Anuradhapura.

• • •

La route est un peu longue mais superbe. Nous nous arrêterons le midi sur la route dans un restaurant local, et on voit rapidement que c'est "vraiment local": nous sommes les seuls clients occidentaux. C'est un Rice and curry sous forme de buffet, servit dans la traditionnelle feuille de nénuphar, et il n'y a pas de couverts sur les tables : en effet, ici, les gens mangent à la main (droite, la gauche étant considérée comme impure). Et ben... ça pique fort ! Pourtant, ils nous avaient dit "little spicy", donc je pense que quand c'est épicé normalement, ça troue la feuille de nénuphar ! Au vu de la tête de Tim, Kasun nous annonce que dorénavant, nous irions dans les "trucs à touristes ", mais nous en rigolons bien et sommes même plutôt soulagés 🤫

 Rice and curry : riz jaune, blanc et rouge, curry de poulet, de thon, de haricots, coconut sambol et dhal
• • •

Anuradhapura est une grande ville inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1982, avec beaucoup de choses à voir. Kasun nous a donc conseillé de faire appel à un guide plus spécialisé, et nous avons demandé à ce qu'il parle français afin de mieux profiter vu notre faible niveau d'anglais. Le rendez-vous est donné pour 14h avec Mapa, nous avons le temps de flâner un peu le long d'un lac vraiment très calme, c'est agréable malgré le soleil qui tape très fort!

Anuradhapura a été la capitale du Sri Lanka durant 14 siècles, du IVe siècle avant J-C au Xe après J-C, et placée sous le patronage de trois monastères bouddhiques. 119 rois se sont succédés à la tête du royaume depuis cette ville, de plus de 50km² et qui a compté plusieurs dizaines de milliers d'habitants! La ville sainte est toujours en activité, contrairement à Polonnaruwa qui n'est "plus qu'un " site archéologique.

Balade et détente 
Vanneau indien - Vanellus indicus
Martin triste - Acridotheres tristis
Varan malais - Varanus salvator
Grande Aigrette - Ardea alba
Râle à poitrine blanche - Amaurornis phoenicurus
Crabier chinois - Ardeola bacchus

Nous commençons par les ruines du Mahavihara, premier monastère d'Anuradhapura : nous visitons la place Jaya Sri Maha Bodhi, où se tiens l'arbre Bo sacré. Il serait issu d'une bouture de l’arbre de l’éveil, c’est à dire l’arbre sacré sous lequel Bouddha aurait médité et atteint l’illumination, en Inde. L'arbre, qui aurait 2 000 ans, est très imposant, et soutenu par des étais dorés. Ce lieu est encore très utilisé par les Cinghalais pour vénérer Bouddha, c'est même un site majeur du bouddhisme, avec des dizaines de milliers de pèlerins du monde entier qui se déplacent lors de la lune de Poson.

Place Jaya Sri Maha Bodhi
Bodhi Tree
Pierre de lune
Offrandes à Bouddha
Offrandes à Bouddha
Offrandes à Bouddha

En sortant, petite surprise: un serpent ratier, qui mange une grenouille juste devant nous.

Nous prenons ensuite la direction du musée archéologique, installé dans un ancien bâtiment de style colonial, où nous achetons nos billets pour l'ensemble des sites de la ville (25$ par personne). Il présente de nombreux objets dont des outils, des pierres de taille,... mais surtout une superbe maquette du site d'Anuradhapura. Nous avons également visité les vestiges du Lovamahapaya, mais c'est loin d'évoquer la maquette que nous avons vu...

L'entrée du musée

Nous voyons sur la route la plus ancienne Stupa du pays : Thuparamaya. Il a été construit à partir de -276 avant J-C, initialement pour accueillir la clavicule de Bouddha, et a été rénové au XIXe siècle, changeant sa forme.

Dagoba Thuparamaya

Nous passons ensuite à la visite du monastère Abhayagiriya, fondé en 89 avant notre ère, et qui était le plus vaste de la cité royale, avec une surface de 200 hectares. C'est dans ce monastère que fut déposé la dent de Bouddha à son arrivée au Sri Lanka. Il tombera en ruine à l'abandon de la capitale, à la fin du Xe siècle, et sera redécouvert à la fin du XIXe siècle par les britanniques. Il inclus de nombreux lieux d'intérêt archéologiques, et nous en avons visité certains.

Nous débutons la visite par les vestiges des résidences monastiques, constitués d'unités appelées pancavasa, et du réfectoire. Une fois par jour, les moines convergeaient vers cet espace, afin de prendre leur seul repas de la journée. Les lieux sont plutôt bien conservés, et on imagine tout à fait l'organisation du "restaurant", avec les espaces de plonge, de repas, la salle pour les malades, ...

Pancavasa et réfectoire 

Le palais de Mahasena, "pavillon de la reine", dont ne subsiste que les 5 terrasses, est surtout connu pour la magnifique pierre de seuil en demi lune qui garni son perron. Ce temple a été construit au VIIe siècle.

La Stupa Abhayagiri, construite au 1er siècle, mesure 75m de haut, et fait parti des 3 grandes stupas de la ville. La plupart des éléments décoratifs ont disparus, mais la structure en brique est magnifique, et on retrouve des vahalkada, contreforts situés aux points cardinaux et qui servaient également d'autels. C'était la plus grande des 5 stupa du monastère Abhayagiriya.

Stupa Abhayagiri

La Samadhi Bouddha Statue, réalisé au IVe siècle, est considérée comme l'une des plus belles statues de posture de méditation (dyhana mudra). Cette posture correspond au premier stade de l'élévation spirituelle de Bouddha, appelé samadhi. En granit, haute de 2,40m, elle était à l'origine entièrement peinte et certainement ornée de pierres précieuses.

Calao de Ceylan - Ocyceros gingalensis
 Samadhi Bouddha Statue dans le parc Mahamewna Uyana

Nous nous dirigeons vers les Kuttam Pokuna, Twins Ponds, ou Bains jumeaux, datant des IV e et VIe siècles et faisant partis du monastère Abhayagiriya. Ils mesurent 43m de long, 23m de large, 6m de profondeur, et ils sont tous les deux peuplés maintenant de petites tortues aquatiques. On y trouve de belles sculptures de Naga, serpents mythiques brahmaniques, et de cornes d'abondances, ainsi que des singes bien vivants!

Macaque à toque
Langur gris

Nous visitons ensuite Jethawanaramaya stupa, énorme structure de briques (plus de 93 millions!), qui culmine à 122 mètres, pour une base de 23 hectares! C'est, apparemment, le 3e plus grand édifice antique après les pyramides de Gizeh en Egypte : il a nécessité 24 ans de construction au IIIe siècle, et est censé contenir la ceinture de Bouddha. Il fait parti du monastère de Jetavana, le dernier né des trois grands monastères de la ville, et le dagoba pouvait accueillir jusqu'à 10 000 moines apparemment... C'est pas rien!

 Jethawanaramaya Dagoba

Nous terminons avec la visite d'une autre partie du monastère Mahavihara : le Dagoba Ruwanwelisaya qui a été entièrement reconstruit au XIXe siècle, et dont le Stupa culmine à 90m de haut! C'est une magnifique structure, que nous visitons au coucher du soleil. La lumière est absolument magnifique, et met parfaitement en valeur le parvis et la construction blanche. On trouve dans un petit temple de magnifiques statues, dont une sensée présenter le prochain Bouddha. Un très très bel endroit!

 Tout de blanc vêtu

Nous terminons avec le coucher de soleil sur le lac en face d'une stupa, vraiment un très joli moment.

 Couché de soleil sur le Basawak Kulama

Edit : nous aurions du refuser de prendre un guide en supplément, car les guides sur les lieux touristiques étaient normalement inclus dans notre circuit, et le tarif de 20€ demandé semble un peu élevé, mais nous ne regrettons pas vraiment, car sans guide, nous n'aurions absolument pas profiter de la ville, et Kasun n'aurait pas pu assurer ici! C'est Mapa qui lui indiquait dans quels lieux aller...

• • •

Nous avons passé environ 4h à Anuradhapura, il est donc trop tard pour visiter Mihintale comme prévu. C'est dommage car le site avait l'air magnifique! Cette nuit, nous dormons au Back of Beyond Pidurangala, proche de Sigiriya, et le chauffeur n'est pas tranquille à l'idée de faire la route de nuit, car il y a beaucoup d'éléphants dans la région, qui peuvent provoquer des accidents... cependant, nous n'en croisons pas ce soir, juste un chacal qui traverse la route juste devant nous.

Chacal du Sri Lanka - Canis aureus naria
Chacal du Sri Lanka - Canis aureus naria
Surprise! 
10
mars
10
mars

Ce matin, nous avons prévu de voir le rocher du lion de Sigiriya, et nous logeons juste à côté, ce sera donc un départ à 8h, ça a un côté assez sympa de temps en temps de ne pas partir aux aurores 😉 Allez, on en profite pour vous donner un aperçu de l'hôtel... et du coude bleu de Tim : il s'est bien cogné sur le bord du bateau en se mettant à l'eau pour le snorkelling!

Le rocher du Lion de Sigiriya était à la fois une ville fortifiée, un palais et un monastère, le tout construit en 7 ans sur et autour d'un énorme rocher de 200m de haut. La surface totale était d'environ 100 hectares. La ville fut la capitale du Sri Lanka de 477 à 495, et classée au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1982.

Le jardin menant à l'accueil est très agréable, mais le prix d'accès nettement moins: 30 dollars par personne, soit 13 800 roupies pour deux aujourd'hui!

Nous marchons dans les jardins ombragés, mais ne traînons pas trop car nous savons que nous avons "un peu" de grimpette à faire: 1200 marches d'escaliers, pas moins, et les dernières en plein soleil ! Nous nous sommes dit que nous reviendrons voir le bas plus tard, mais c'est une erreur: il est très difficile (impossible?) de revenir en arrière... Je pense que la meilleure solution est simplement de venir plus tôt!

Les jardins ont été construit par des architectes paysagistes dès le Ier siècle, et comportent de nombreux bassins de marbre. Les water gardens entourent une grande allée est-ouest, et ses bassins sont reliés par des canaux au réservoir de Sigiriya. On y trouve également quelques fontaines.

 Water gardens

Nous découvrons ensuite les jardins en terrasse, qu'on atteint en passant sous deux énormes rochers. Ils sont aménagés sur le flanc occidental du rocher, et comportent des espaces qui servaient certainement de potagers, ainsi que des bâtiments monastiques.

 Terrace gardens

Ça y est, nous avons dépassé les "water gardens", traversé les "terrace gardens", et nous attaquons l'ascension en elle même... et bah ça grimpe dur! D'abord, les pattes du lion, et ensuite un sacré escalier métallique à flanc de falaise. On voit les vestiges des marches d'origine... mon dieu, ça devait faire le tri!

L'ancêtre mythique des rois du Sri Lanka est un lion, d'où la présence de ses pattes ici. À l'origine, l'escalier, taillé dans la roche, passait dans la gueule d'un énorme lion en brique de 14m de haut, dont il ne reste que les pattes...

Escaliers du Lion 
 Vertigineux!

L'ascension est même franchement vertigineuse sur la fin, je n'étais pas du tout rassurée, du coup je me suis faite avoir comme une bleue par un "guide" qui m'a pris la main pour m'aider à passer les derniers escaliers, puis nous a fait quelques photos (que je ne retrouve même pas en plus!) et ne nous a pas lâché après, demandant un paiement pour le service... non, vraiment, comme une bleue! En plus évidement, nous n'avions pas de petite monnaie en roupies, donc nous avons donné 1 euro, ce qui ne convient pas du tout au monsieur qui réclame 5 euros... grrr, c'est le genre de truc qui m'agace énormément parce que je me fais toujours avoir, je n'imagine pas qu'on puisse m'imposer un service que je n'ai pas demandé et exiger un paiement, il faut vraiment qu'on s'endurcisse ! Heureusement que la vue est superbe!

Nous découvrons avec plaisir la terrasse supérieur où se trouve les vestiges du palais, qui couvrent 1,5 hectare.

 Vue de rêve

Nous redescendons en direction des "demoiselles de Sigiriya ", de belles fresques ou du moins de beaux restes de fresques représentant des jeunes femmes, dont l'escalier d'accès en colimaçon est lui aussi vertigineux. Les fresques ont été découvertes par les britanniques en 1875, mais elles sont très dégradées par rapport à l'origine : elles couvraient le rocher sur 140m de long, et jusqu'à 40m de haut... ça en fait, des silhouettes!

 Les demoiselles

Ce sont ensuite les "boulders gardens" dont nous profitons, enchaînement de places et placettes entre d'énormes rochers et reliées par d'innombrables escaliers. C'est magnifique, avec un côté exploration super agréable, il y a énormément de façons différentes d'aller d'un endroit à l'autre, et chaque escalier mène à une vue ou une ambiance différente.

Audience hall rock
Audience hall rock
Cobra hood cave
Cobra hood cave
 Lieux remarquables

Ça y est, après 2h45 sur le site, c'est la fin de la visite pour nous... petit regret de ne pas avoir réussi à retourner voir les premiers jardins, mais c'était magnifique! Cependant, le prix est vraiment exorbitant je trouve, car il n'y a aucun panneau explicatif, très peu de signes d'orientation, et le site est en cours de restauration... Un vrai guide nous a également manqué, car rester le nez coller au guide papier est quand même assez peu agréable. Les informations qui sont ici ont été trouvées dans les guides, certes, mais au retour en France!

• • •

Il est 11h30, un peu tôt pour manger, du coup nous allons voir une boutique de pierres précieuses que notre chauffeur nous indique, et qui possède un mini musée sur l'exploitation des saphirs au Sri Lanka. Le film, en français, est très intéressant, ainsi que la reconstruction d'une mine du pays, et nous apprécions de voir de près les différentes pierres présentées. Nous avons également pu voir l'atelier, où les lapidaires taillent les pierres pendant que des orfèvres les montent en bijoux : leur dextérité est impressionnante !

Reconstitution d'une mine 
Taille des pierres
Fonte du métal
Mise en place de la monture
Fini!
 Atelier

Nous terminons ensuite pas la boutique... certaines pièces étaient splendides, mais nous sommes restés forts et sommes ressortis sans rien!

 Petites pépites sur présentoirs...

Ça y est, c'est l'heure du repas, nous jetons notre dévolu sur le Wijesiri family restaurant de Sigiriya, très sympa, et nous avons beaucoup apprécié les plats.

Sur la route du retour à l'hôtel, nous croisons un peu de monde... Une charrette à bœuf, mais également un éléphant qui attend les touristes. En tant que cavalière, j'ai toujours l'envie de tester, mais les conditions de dressage des éléphants ne correspondent absolument pas à nos convictions, donc pas de balades à dos d'éléphant pour nous! Nous essayons d'en parler à Kasun, mais il ne comprend visiblement pas que ce qui nous dérange n'est pas de mettre le poids de 2 adultes sur son dos (parce qu'en effet, je ne pense pas que le poids soit un problème pour le pachyderme...) mais uniquement les conditions de dressage très violente. À titre personnelle, je suis curieuse de savoir si quelqu'un a déjà essayer d'utiliser les méthodes d'habituation et de débourrage qu'on utilise avec les chevaux sur un éléphant, mais mon niveau d'anglais ne me permet pas de poser la question...

Nous voyons également une belle stupa envahie de végétation.

• • •

Nous nous détendons à peu près une heure à l'hôtel, puis nous partons vers un centre ayurvédique pour découvrir les soins Sri lankais. Nous avons droit à une heure de massage, suivi de 10 minutes de détente, puis 20 minutes de sauna aux herbes médicinales. Après quelques incompréhensions au moment de l'installation (serviette, pas serviette, sous vêtements, place,...) nous débutons le massage. Autant j'ai beaucoup apprécié le travail de ma masseuse, autant Tim n'a pas vraiment profiter, son masseur effectuant des gestes extrêmement rapides et forts. C'est étonnant car c'est très éloigné de ce que j'ai appris, voire même parfois opposé !

Viennent ensuite les 10 minutes de calme... bon, pour ceux qui me connaissent, je ne fais pas de dessin, hein, mais ça a été compliqué! Surtout qu'à la base, nous n'étions pas au courant de ce temps de détente imposé. Le pauvre Tim s'est fait rappelé à l'ordre alors que c'est moi qui parlait... 🤭🤫

Le sauna est un peu plus agréable, mais nous ne sommes pas fan d'habitude et ça ne change pas ici : il fait chaud!!! 🥵 à tel point qu'au bout des vingt minutes, l'air extérieur paraît frais (pour rappel, nous avoisinons tous les jours les 30 degrés). Une infusion d'herbes médicinales avec du "miel" solide pour finir, et vient l'heure du bilan: nous sommes contents d'avoir essayer, mais nous ne souhaitons pas renouveler l'opération, le prix est à mon goût trop élevé : 19 000 roupies pour deux, soit un peu plus de 40 euros par personne, plus les 1 000 roupies par masseurs de pourboire rituel, mais c'est aussi parce que nous sommes habitués et aimons les massages de type occidental. Je pense quand même qu'avec un autre masseur pour Tim la conclusion aurait été différente.

Edit: Après avoir vu les tarifs des massages proposés par d'autres hôtels et centres, je confirme que celui ci est très cher, mais nous n'avons pas essayer les autres, peut être a-t-on payé pour le la qualité?

Centre ayurvédique à touristes... 

La journée est presque finie, mais il nous reste une dernière chose à faire : Kasun veut essayer de croiser des éléphants sauvages, qui sont très courants dans la région. Nous longeons une prairie arbustive avec beaucoup de longues herbes que les éléphants aiment manger, mais aussi des arbres pour s'abriter. Nous sommes en voiture, et donc plus bas que le minibus qu'il conduit habituellement, ce qui nous empêche de voir aussi loin, mais nous scrutons les buissons à la recherche des pachydermes. C'est fou comme un éléphant, comme un rhinocéros d'ailleurs, ressemble à une grosse pierre grise! Presque aussi fou que le nombre de grosses pierres grises que nous croisons dans ce pays... Nous faisons demi tour après environ 10 minutes de route, et faisons le même trajet dans l'autre sens. Nous ne pensions plus voir d'éléphants lorsque nous avons vu dépasser de la forêt une grosse tête : ça y est, un éléphant, juste de l'autre côté de la route! Nous restons arrêter à distance respectueuse de l'autre côté de la route pour l'observer lorsqu'il semble vouloir traverser, notre chauffeur avance donc afin qu'il ai de la place pour passer derrière nous... mais ce n'est pas du tout comme ça qu'il l'entend, et il se met à nous charger! Là, on s'est rendu compte de plusieurs choses :

1_ une route, c'est super étroit

2_ un éléphant, c'est super gros

3_ un éléphant, ça court super vite (je vous laisse faire le lien entre ces trois informations ℹ évidement)

4_ en cas de panique, je reste fixée les bras ballants

5_ Tim n'est pas mieux que moi, il se dit juste "tiens tiens, il est super près, va-t-il choper la voiture?"

6_ heureusement, on a un chauffeur!

Kasun démarre en vitesse, puis regarde nos têtes et éclate de rire, nous le rejoignons bien vite d'ailleurs... quelle émotion!

La charge! 

Heureusement, c'est la fin de la journée, nous rentrons à l'hôtel pour la nuit, et nous croisons un petit chat sauvage sur la route, certainement un chat rubigineux, exactement au même endroit que le chacal d'hier : belle surprise!

Ce groupe de 6 français très causeurs qui sont arrivés aujourd'hui est par contre une moins belle surprise... ils ont l'air très sympa, c'est pas le problème, mais notre "cottage " est situé juste entre le restaurant et l'espace lounge où les gens peuvent se retrouver, discuter, tout ça,... et qu'il n'y a pas de vraies fenêtres, juste des ouvertures dans le mur avec des moustiquaires! Du coup, je peux vous annoncer avec précision qu'ils sont partis se coucher à 22h15, après avoir mangé de 19h30 à 20h30... et j'ai même pas réussi à avancer sur mon carnet de voyage avec tout ça! La loose!

11
mars

Nouveau départ à 8h ce matin, direction les grottes du temple de Dambula, à nouveau un site UNESCO (classé depuis 1991). Après avoir pris nos tickets d'entrée (2 000 roupies par personne), nous retrouvons nos meilleurs amis du moment: les escaliers! En effet, le temple rupestre se dresse environ 150 mètres au dessus de la plaine... Heureusement, ces marches sont assez régulières et ombragées, l'ascension est donc plutôt facile.

 Ascension et premières vues

Nous sommes surpris de voir aussi peu de monde sur ce site qui est l'un des plus touristique du pays, mais ça nous arrange ! Ceux qui ont déjà cherché à se renseigner sur le pays ne seront pas surpris par les photos, car les statues - dont certaines du Ve siècle - et peintures du XVIIIe siècle de Dambulla, spectaculaires, sont sur presque toutes les brochures touristiques... Après avoir laissé nos chaussures, nous découvrons les cinq différentes grottes, tout aussi ornées les unes que les autres : les peintures couvrent une surface d'environ 6 000 m²! Les grottes comptent 150 statues de Bouddha, faites de briques, de bois ou de ciment, ainsi que des divinités hindous. Nous apprécions vraiment le calme de la visite, je pense que le lieu est beaucoup moins agréable lorsqu'il est au maximum de sa capacité d'accueil!

Le chauffeur (guide????) est, comme d'habitude, resté à la voiture, mais un groupe francophone est présent en même temps que nous avec un guide : nous les suivons de loin et profitons de quelques explications qui rendent tout de suite la visite plus vivante!

La première grotte, Devaraja Vihara, est le "temple du roi des dieux". On y trouve un Bouddha mort de 14m de long, au parinirvana. Pour reconnaitre un Bouddha couché d'un Bouddha mort, il faut regarder ses orteils : ils sont parfaitement alignés s'il dort, légèrement décalé s'il est au parinirvana! Celui ci a été sculpté dans le granit au Xe siècle, peu avant la chute d'Anuradhapura. À ses pieds se tient son disciple Ananda, et Vishnou, le roi des dieux, à sa tête.

Ananda
 Sculptures de la première grotte

La deuxième grotte, Maharaja Vihara, le "temple des grands rois", est la plus grande (52m de long, 23m de profondeur). Fondée au Ie siècle, elle a été plusieurs fois réaménagée, et totalement refaite au XVIIIe siècle. On y trouve notamment un Bouddha couché, 51 Bouddha assis dont un dagoba entouré de huit Bouddha assis, et une superbe peinture narrant la vie de Bouddha avant l'éveil.

 Temple des grands rois

Place ensuite à Maha Alut Viharaya, sanctuaire aménagé au XVIIIe siècle, au centre duquel on trouve un Bouddha assis en méditation, un grand Bouddha couché, ainsi qu'un plafond peint magnifique.

Pachima Viharaya, le "temple de l'ouest" est le premier site du temple, et est connu pour son Bouddha assis en dhyana mudra, posture de méditation. Le petit stupa qui l'accompagne a été vandalisé au XXe siècle...

La dernière grotte, Devana Alut Viharaya, présente également un Bouddha couché et plusieurs en méditation.

Les peintures et sculptures sont toutes magnifiques! Vraiment, nous avons passé un bon moment dans ces cavernes.

• • •

Nous sommes restés environ 1h30 sur le site, avant de prendre la direction du très vivant marché de légumes de la ville, le plus gros marché de gros du pays. Il y a une activité dingue 24/24, 7/7, des fruits et légumes magnifiques, certains connus, d'autres moins. Nous avons adoré ce petit intermède qui nous a permis de mettre des images sur les ingrédients des plats que nous mangeons ici.

Le légume du jour sera le mais! Bouilli, puis servi dans son épi, nous avons bien apprécié !

Maïs! 
• • •

Nous passons ensuite dans une boutique de sculptures sur bois, où on nous présente les différentes essences utilisées et leur indication, ainsi que les différents pigments naturels que nous pouvons obtenir à partir de la sciure de l'un d'eux. On dirait vraiment de la magie, c'est super impressionnant, et le tout juste avec du bois, du citron, un peu de farine,... passage obligatoire ensuite dans la boutique, certaines choses sont superbes, mais nous paraissent hors de prix, donc nous passons notre tour.

 Transformation!
 Boutique
11
mars

C'est parti pour la visite du "temple perdu" de Ritigala! Le site couvre une superficie de 24ha, et mène à un monastère en ruine dans la jungle. Ce dernier a été fondé au IIIe siècle par des moines hermites, et est actuellement entouré d'une réserve naturelle classée "zone protégée" depuis 1941. La balade est magnifique, mais aucune indication n'est délivrée sur les différents sites archéologiques, et notre chauffeur est resté dans la voiture pour "ne pas nous ralentir", il nous a dit de regarder sur nos livres... dommage! Du coup, le prix de l'entrée (1150 roupies par personne) nous parait difficilement justifié. Nous débutons la balade en longeant un gigantesque réservoir de 9 000m³, le Banda Pokuna, datant certainement du VIe siècle avant J-C, puis nous enfonçons dans la forêt.

 Accueil et réservoir

La balade est très bien indiquée, avec un très beau chemin pavé... du moins quand on en trouve le début 🙄 Nous nous sommes perdus comme des bleus, car nous n'avons pas trouvé l'entrée du chemin... Nous pensions suivre un sentier en forêt, mais il s'agissait certainement d'une piste faite par les animaux, et elle s'est effacée très vite... Heureusement, j'avais Maps.me sur mon téléphone, qui nous a permis de retrouver un premier point d'intérêt en crapahutant dans la forêt, et ensuite, plus qu'à suivre la route!

 Perdus... ou presque!
Plateforme avec vue 

On trouve plusieurs plateformes jumelles dans la forêt. Les plateformes sont orientées est-ouest, et reliées par une passerelle. Elles abritaient certainement des édifices dédiés à la méditation. Au pied de la première, on voit un urinoir, seul élément décoré...

Urinoir
 Plateformes et méditation
Même perdus dans la jungle, une allée pavée, et... des escaliers! 

Nous avons vu également quelques animaux, dont un varan malais et des macaques à toques, mais également un énorme arbre dont les racines présentaient d'impressionnants contreforts.

 Seigneur de la forêt

Nous terminons avec la découverte des vestiges de l'hôpital, avec banquettes de pierres, bassin thérapeutique, meules et mortiers pour écraser les médicaments, ... C'est impressionnant!

 Hôpital "de campagne"

Nous voilà de retour au véhicule, et nous reprenons la route (la piste, plutôt...) vers Sigiriya. Encore une fois, nous croisons un éléphant domestique, ainsi que du riz qui sèche.

Sur la route 
• • •

Notre chauffeur Kasun a une bonne fringale (pas de déjeuner pour nous, le maïs nous a suffit), et nous demande si on peut s'arrêter dans une petite échoppe. Bien évidemment, nous refusons... de le laisser sans manger; s'il a faim, bien sûr qu'il peut s'arrêter! Ça a vraiment l'air super bon, donc nous nous laissons tenter: un "vegetable roties" épicé pour moi, un "coconut roties" tout doux pour Tim. C'est aussi bon que ça en a l'air, il ne faut juste pas regarder l'arrière boutique 😅 on va dire que ça booste le système immunitaire!

Cuisine de bord de route 

Nous rentrons à l'hôtel, et voyons dans les arbres un serpent ratier ainsi qu'un lézard-kangourou : non, c'est pas une blague, il s'appelle vraiment comme ça!

• • •

Nous préparons ensuite notre ascension du rocher de Pidurangala, duquel nous devrions avoir un super point de vue sur tout Sigiriya. Le rocher fait parti d'un monastère bouddhiste, le Pidurangala cave temple, développé au Ve siècle par le roi Kashyaoa. On nous annonce une heure de montée, nous partons donc à 17h pour un coucher de soleil vers 18h. Au final, nous mettons environ 30 minutes seulement pour arriver au sommet, malgré les escaliers (oui, encore) et la fin difficile nécessitant d'escalader les rochers... qui nous font d'ailleurs fort peur pour la descente! Un Bouddha couché nous attendais juste avant ce passage difficile.

 Pidurangala cave temple

La vue est incroyable, nous prenons le temps d'explorer le rocher et de jouer les "instagrammeurs", il faut dire que le lieu semble fait pour ça!

Nous avons tout le temps pour profiter du panorama exceptionnel, mais voyons une épaisse couche de nuages à l'horizon... À 18h, comme nous le craignons, le soleil se cache très vite derrière, et nous ne profitons pas de toute la gamme de couleur qu'il peut offrir. La vue reste tout de même splendide!

 Sunlight

Nous décidons de descendre dès que le soleil est passé derrière les nuages, afin de profiter du reste de la lumière du jour pour passer la partie très difficile... qui au final est passée comme une lettre à la poste ! À tel point que nous avons hésité à remonter afin de voir les nuances de jaune semble y commencer à illuminer une partie du paysage, mais nous avons renoncé devant la file très importante de personnes qui descendent maintenant. Tant pis!

Ce sera pour nous un retour à l'hôtel pour notre dernière nuit du côté de Sigiriya.

12
mars

Départ 8h30 pour 3 heures de route, de Sigiriya à Mahiyangana, où nous allons nous installer pour deux nuits à l'hôtel Mapakada Village. Le paysage est magnifique, la route passe vite, nous voyons de beaux champs de riz près à être récolté, avec dans le fond des montagnes. Dans les champs, on trouve toujours de drôles de plateformes dans les arbres : elles servent de bases aux guetteurs qui surveillent les récoltes la nuit pour les protéger des éléphants.

Champs de riz et bananiers 

Nous nous sommes à nouveau arrêter dans une petite boutique de bord de route et avons pris de quoi faire notre dessert du midi : super, et pas cher du tout!

C'est ensuite l'installation très rapide à l'hôtel, nous avons une heure pour nous installer et manger le repas qu'ils vont nous apporter en chambre. Le déjeuner sur la terrasse a un certain charme !

Midi ensoleillé 

Nous prenons la route vers notre safari hors des sentiers battus : Maduru Oya! La réserve, assez confidentielle, a été créée en 1977. Bon, le point noir aujourd'hui, c'est le temps, il pleut à torrent durant de longs moments, heureusement qu'il y a aussi quelques éclaircies... Et le coude de Tim est maintenant jaune! Nous observons également un phénomène étonnant : après les averses, la route fume! En effet, le bitume est très chaud, donc lors des averses les plus courtes, la pluie s'évapore immédiatement.

Par la vitre

Gros changement par rapport à Wilpattu, qui est très connu même si sa fréquentation reste raisonnable : ici nous sommes seuls durant une bonne partie de l'après midi, puis sommes rejoints par une deuxième jeep de locaux... Deuxième différence, un ranger du parc nous accompagne en plus du chauffeur de la jeep, et nous approchons moins des animaux afin de moins les déranger : cela nous convient tout à fait ! Nous avons aussi beaucoup plus de facilité à obtenir des arrêts pour des animaux plus communs (paons par exemple).

 Paysage de Maduru Oya

Nous voyons un nombre impressionnant de calao de Ceylan, reconnaissables à leur "double bec", jusqu'à quatre sur la même branche, et même une petite vingtaine qui s'envolent du même arbre!

Calao de Ceylan - Ocyceros gingalensis
Calao de Ceylan - Ocyceros gingalensis
Calao de Ceylan - Ocyceros gingalensis
Calao de Ceylan - Ocyceros gingalensis
Calao de Ceylan - Ocyceros gingalensis
Calao de Ceylan - Ocyceros gingalensis
Calao de Ceylan - Ocyceros gingalensis
 Double bec!

Nous voyons aussi pas mal d'autres oiseaux, dont hirondelles, paons, et un magnifique rollier indien, ainsi que plusieurs rapaces.

Hirondelle rustique - Hirundo rustica
Hirondelle rustique - Hirundo rustica et Perruche à collier - Psittacula krameri
Hirondelle rustique-Hirundo rustica et Hémiprocné couronné - Hemiprocne coronata
Arbre à hirondelles... et deux intrus! 
Paon bleu - Pavo cristatus
Paon bleu - Pavo cristatus
Paon bleu - Pavo cristatus
Paon bleu - Pavo cristatus
Paon bleu - Pavo cristatus
Paon bleu... et paon leucique! 
Alouette, mais laquelle?
Grande Aigrette - Ardea alba
Carpophage pauline - Ducula aenea
Coq de Lafayette - Gallus lafayettii
Guêpier à queue d'azur - Merops philippinus et Tourterelle tigrine
Guêpier d'Orient - Merops orientalis
Guépier
Aigle huppé - Nisaetus cirrhatus et sa proie
Aigle huppé - Nisaetus cirrhatus
Aigle huppé - Nisaetus cirrhatus
Serpentaire bacha - Spilornis cheela
Aigle huppé - Nisaetus cirrhatus
Buse de l'Himalaya - Buteo refectus
 Rapaces diurnes
Rollier indien - Coracias benghalensis
Rollier indien - Coracias benghalensis
Rollier indien - Coracias benghalensis
Rollier indien - Coracias benghalensis
Rollier indien - Coracias benghalensis
Magnifique rollier indien 

Mais la vraie star, ici, c'est l'éléphant! Nous en voyons beaucoup, peut être une trentaine en tout, répartis en plusieurs groupes familiaux. Les éléphanteaux que nous voyons ont l'air déjà assez grand. Ils sont assez craintifs car ils côtoient très peu de véhicules, ils ont donc peur des jeeps et s'éloignent, ce qui ne nous empêche pas d'apprécier le moment.

C'était, malgré les averses, un super moment, avec des pauses à regarder vivre les éléphants très apaisantes, mais les éléphants que nous avons vu le mieux... étaient en dehors du parc! Nous en avons croisés sur la route entre l'hôtel et l'entrée, ainsi que quelques oiseaux 😅

Milan sacré - Haliastur indus
Martin-chasseur de Smyrne - Halcyon smyrnensis
Martin-chasseur de Smyrne - Halcyon smyrnensis
Par la fenêtre... 
Éléphants de bord de route 
13
mars

Aujourd'hui, on sort un peu de l'animalier pour se rapprocher de la randonnée : nous allons marcher du côté de deux chutes, Kaluwa Wetuna Ella et Rathna Ella.

Départ de l'hôtel à 8h, puis 45 minutes de route en direction du village de Hasalaka d'où part la route Hasalaka Hettipola. Nous commençons tranquillement par une infusion d'herbes médicinales, puis c'est le départ pour la marche avec un jeune homme du coin, qui marche à une vitesse impressionnante au vu de ses chaussures (des tongs!). Nous grimpons environ 5 minutes le long de superbes rizières, que la lumière post-pluie met très bien en valeur, puis arrivons à un guichet pour prendre les tickets. Ayant cette activité incluse dans notre séjour, nous suivons de loin les échanges... jusqu'à ce qu'ils nous demandent de payer l'entrée. Bug de notre part, j'essaie d'expliquer tant bien que mal que c'est sensé être inclus, mais entre mon bien pauvre anglais et le guichetier et le guide qui ne le parlent visiblement pas mieux que moi, c'est long... ils finissent par appeler Kasun, et nous voyons arriver 5 minutes plus tard un homme en moto qui nous fait signe d'avancer rapidement pendant qu'il va payer les billets... visiblement, c'est réglé, mais nous ne saurons pas comment! Ça commence bien...

Nous marchons maintenant dans la forêt le long d'un canal, le guide devant et nous derrière, pas un mot ne s'échange... la randonnée risque d'être longue! Heureusement le paysage est splendide, et nous sommes entourés de moultes papillons, libellules, et autres insectes indéterminés.

 Paysages de rizière

Rapidement, nous sortons du chemin, et descendons la pente vers le bruit de l'eau qui coule. Nous glissons un peu mais cela reste raisonnable, et tout d'un coup nous sommes face à la cascade! Il s'agit de la Kaluwa Wetuna Ella, qui a tout de même un sacré débit. Nous crapahutons un peu dans les rochers à son pied, puis repartons marcher.

Sur le chemin 

Le chemin est facile, même s'ils arrivent à mettre des escaliers au milieu de la forêt...

 Sur le chemin
Couturière à longue queue - Orthotomus sutorius
 Faune et flore du chemin

Tout à coup, il nous montre quelque chose entre les arbres: Rathna Ella! Elle est absolument superbe, nous sommes ravis de la voir! La route se complique franchement, nous avons de bonnes chaussures pourtant, mais le vide est parfois bien proche... et le guide qui cavale toujours en tongs, incroyable!

Je suis très concentrée sur mes pieds, car nous sommes partis à marcher sur de la roche pas très très lisse, quand même, et je lève les yeux à l'appel de notre guide du jour...

La claque magistrale! Nous sommes au pied de la cascade...

Le guide nous fais signe de nous déchausser : nous allons encore nous approcher. Pour le coup, c'est franchement de l'escalade, les roches sont très glissantes, je ne suis pas rassurée ! Je dérape un nombre incalculable de fois, Tim un peu moins, par contre, le guide est scotché au sol! J'ai deux explications : soit c'est un gecko dans le corps d'un homme, soit il a été chamois dans une autre vie... peut être même les deux! Je me suis fais un peu peur, mais je crois que ça vaut le coup...

Retour, même chemin, mais pas la même exécution... je glisse toujours tel bambi sur la glace, et finit même par tomber le c*l dans une flaque, magnifique! Mais ce n'était pas ma plus belle figure de style, attention, voici la meilleure : au moment de passer d'un rocher à un autre par dessus la rivière, donc de faire un grand pas, le guide me prend la main pour me tirer, évidement je glisse, finit les pieds dans l'eau à plat ventre sur le rocher et accrochée à la jambe du guide telle une bernique... du grand art, je vous avais prévenu!

Après toutes ces émotions, nous retournons au village pour manger. Nous aurons tout de même mis presque trois heures pour ces 8 kilomètres. Au programme, pour changer, un Rice and curry 🍛, mais celui ci est particulièrement bon!

Ensuite, nous visitons un peu le village, et voyons un potier, qui nous propose de tenter de faire un truc avec son tour, qui est manuel. J'ai un scoop: je suis super nulle! Par contre Tim ne se débrouille pas si mal. Sur la photo, on dirait que j'ai réussi, mais en fait non, c'est comme ça que le potier a laissé sa motte de glaise avant que j'en fasse n'importe quoi...😅

Ensuite, direction la maison/boutique/atelier d'une "tresseuse de palmiers ". Elle nous montre comment elle fait pour natter un tapis, ce qui correspond au nœud de base, puis c'est notre tour : sans suspens, je suis bien meilleure à cette activité que pour la poterie! Elle nous montre ensuite comment les natter "façon scoubidou" pour faire par exemple des anses, ou des pattes de paon. Nous passons un super moment avec elle, et nous repartons avec un achat: un paon de palmier tressé ! Bon, ok, la première fois que je l'ai vu, j'ai dit que c'était un poulet.. Objectivement, il est moche, mais je ne sais pas pourquoi, on l'adore!

C'est la fin de la visite, nous rentrons à l'hôtel, et profitons de la piscine et du jardin durant la fin de l'après midi, c'est cool! Par contre, ça reste bruyant... les employés sont en train de réparer et poncer des chaises à 20 mètres de la piscine!

Nous terminerons avec un petit verre au coucher de soleil, et voyons passer des oiseaux et de grandes chauve-souris au dessus du lac, ainsi que de toutes petites juste devant nous : un joli moment calme. On termine la journée par un bon dîner à l'hôtel et à demain!

14
mars

Ce matin, départ très tranquille à 10h, nous prenons le temps de profiter un peu de l'hôtel, refaire les valises, et observer les préparatifs du mariage qui va se dérouler aujourd'hui ici. C'est le deuxième qu'on "voit" ici, le lieu a visiblement du succès!

Hôtel au bord du lac 

C'est ensuite le départ vers Digana, deux bonnes heures de routes de montagne, dont la fameuse "route aux 18 épingles à cheveux"... certes, c'est magnifique, mais mon estomac n'est pas des plus vaillant, du coup, les virages associés à la conduite à la Cinghalaise ne font pas très bon ménage. Heureusement, je mets le nez à la fenêtre et je tiens le coup! Tim n'est pas très frais non plus, du coup il dors... 😴

Nous arrivons au point de rendez-vous, et ne comprenons pas : pas d'hôtel à l'horizon! En fait, le Polwaththa écolodge n'est accessible qu'en jeep ou tuktuk, nous devons donc attendre qu'une des jeeps de l'hôtel passe nous prendre. Elle arrive, et nous prenons place à l'arrière avec les vivres, au moins on sait que les produits cuisinés sont frais!

Nous arrivons à l'hôtel pour l'heure de déjeuner, et demandons quelque chose de léger. Ils nous proposent un sandwich jambon fromage, super! Et voilà ce que nous avons vu arrivé 🙈 : coque monsieur et frites...

C'est très bon, mais pour du léger, on repassera! Je me demande à quoi vont ressembler les dîners, toujours un peu copieux...




Nous avons une première marche de prévu cet après midi, environ 6km "à travers le village", puis baignade dans la rivière.

Les paysages sont absolument superbes, et notre guide du jour prend le temps de nous montrer les plantes, fleurs, arbres et graines que nous voyons. Au total, nous verrons un arbre à cannelle, un arbre à café, clous de girofle, noix de muscade,... toute notre cuisine!

 Cours de cuisine de plein air

Nous ne voyons pas le temps passer, nous voilà en un rien de temps à la rivière et sa petite chute d'eau. Nous avons grand plaisir à nous mettre à l'eau, même si nous avons une petite pensée pour le gros serpent que nous avons vu traversé la route peu de temps avant, et qui a très certainement des copains dans le coin... L'eau paraît presque fraîche, elle est pourtant à 22 degrés, mais comme l'air avoisine les 30, il y a un sacré contraste! Nous partageons un bon moment avec le guide, mais il faut bien repartir... en remontant de la rivière, nous croisons un groupe de jeunes moines venus se détendre à la rivière : sacré contraste de les voir prendre des selfies avec leur smartphone en robe traditionnelle! Nous pensons être à nouveau parti pour 6km, mais en fait, le retour se fait en tuk-tuk, une première pour nous. Un peu serré à trois à l'arrière, j'ai cru qu'on allait chavirer pas mal de fois dans les descentes, mais c'était sympa, à posteriori 😉

Nous profitons ensuite de notre super terrasse dans la forêt, nous entendons énormément d'oiseaux, et voyons même un groupe de petits cerfs aboyeurs 🦌 !

Vient le temps du Rice and curry... gargantuesque. Toujours un mélange de différentes préparations épicées et de riz. Nous commençons à vraiment apprécier, mais parfois, nous voudrions du neutre!

Et c'est fini pour aujourd'hui, à demain!

15
mars

Aujourd'hui, Nous prenons le temps d'explorer un peu les environs de notre cabane avant la randonnée dans les Knuckles, une chaîne de montagne du coin très réputé pour les treks. C'est l'avantage de se réveiller tous les jours à 6h : ça me laisse du temps le matin! Je vois quelques oiseaux, et surtout des écureuils dont un fameux écureuil géant, mais la luminosité est très faible, du coup les photos sont sombres...

Akalat à calotte brune - Pellorneum fuscocapillus
Gobemouche de White - Cyornis whitei
Gobemouche de White - Cyornis whitei
Gobemouche de White - Cyornis whitei
 Mélodieux
Ecureuil palmiste -Funambulus palmarum
Ecureuil palmiste -Funambulus palmarum
Ecureuil palmiste -Funambulus palmarum
Écureuil géant de Ceylan - Ratufa macroura
Écureuil géant de Ceylan - Ratufa macroura
Écureuil géant de Ceylan - Ratufa macroura
Écureuil géant de Ceylan - Ratufa macroura
Écureuil géant de Ceylan - Ratufa macroura
 Trop mignons

La sortie de 12km est organisée par le lodge, nous partons donc directement de l'espace restauration en tuk-tuk avec notre guide du jour pour 31km, soit une grosse heure... Le tuk-tuk galère un peu dans les montées, mais ça le fait! Par contre, la visibilité est réduite, et mon estomac refait des siennes... je choisis de tester la technique de Tim et m'endors un peu : ça va mieux!


Nous arrivons au départ de la randonnée, et le guide nous explique qu'en fait, ce sera en deux parties: une première de 10km qui traverse plusieurs types de milieux, et une petite boucle de 2km qui nous mène au "mini world's end", un point de vue sur les montagnes. Un petit tour aux toilettes, et c'est parti! Enfin... presque, les toilettes sont fermés. Je teste les 6 portes, mais non, définitivement, fermé. Bon bah, ça tombe bien, la personne qui s'occupe de la vente des billets vient d'arriver, donc notre guide peut m'ouvrir, en lançant d'un ton rieur "sinon, y'a la jungle!" (en anglais, of course...). Effectivement, des toilettes à la turc, sans papier, sans chasse d'eau (un seau à côté) et avec une porte qui ne ferme pas, est ce vraiment très différent? 🤪 Tim me dit qu'au moins, la jungle, c'est propre... 😅

Nous partons vaillamment sur la première boucle, accompagné par nos trois nouveaux guides locaux, aux airs un peu canins tout de même. Les paysages sont beaux, mais attention aux sangsues! Nous avons de superbes sur-chaussettes spéciales pour les décourager, entre ça et le foulard sur la tête pour éviter les coups de chaud, on est prêt pour le défilé Chanel! Ça grimpe dur, nous alternons entre forêt tropicale humide, prairies, "forêt de vent", et même un petit passage de conifères. Durant la montée, la vue est rarement dégagée, c'est dommage...

Un guide très local... et très canin!
 En route!

Nous voyons plusieurs animaux, et en avons éviter plusieurs! En effet, le chien (oui, on est parti avec 3, on a fini avec un seul 😁) qui nous accompagne prend notre sécurité très au sérieux, et part chasser les gros animaux qu'il entend au loin... Nous n'auront donc qu'entendu une troupe de cochons sauvages, et plusieurs groupes de singes. Nous voyons quand même un peu de faune, notamment mes Némésis photographiques : de magnifiques papillons, tellement beaux, mais tellement difficile à photographier!

Calotes calotes
Calotes calotes
Calotes calotes
Un scinque, mais lequel?
 Reptiles... et un singe!
Papillons et libellules, tellement vifs 
Aigle noir - Ictinaetus malaiensis
Drongo à ventre blanc - Dicrurus caerulescens
Gobemouche de Ceylan - Eumyias sordidus
Gobemouche de Ceylan - Eumyias sordidus
 Pioupious, toujours

Nous voilà arrivés au sommet, malheureusement, ce n'est pas hyper dégagé... nous nous arrêtons pour déjeuner, ça fait du bien! Un seul des chiens 🐕 est resté avec nous jusqu'au sommet, bien lui en aura pris, il a le droit de finir nos gamelles de nouilles, encore une fois très très copieuses. C'est décidé, je l'appelle Noodles!

Au sommet! 

La descente est beaucoup plus jolie, et le guide nous l'annonce moins riche en sangsues, que nous voyons régulièrement s'agiter au sol... c'était bien mal connaître Tim! Et une sangsue dans le pantalon, une! Et ce, malgré les chaussures de randonnée, les sur-chaussettes spéciales et le produit dont le guide asperge régulièrement nos chaussures... faut pas croire, on est des champions! D'ailleurs, j'ai perdu le compte du nombre de fois où j'ai trébuché, manqué de me faire une entorse ou autre... je crois que le guide va finir cardiaque.

 Enfin un horizon!
Descente au milieu des sangsues 

Nous terminons tranquillement la balade par une petite cascade (chouette, des escaliers... ça nous avait manqué!), nous avons vu beaucoup d'animaux (aigles, papillons, singes, oiseaux, lézards, phasmes,...), c'était chouette! D'ailleurs, Tim a chopé une deuxième sangsue, ça n'arrête pas de saigner, il en a fichu partout d'ailleurs... j'ai oublié de faire des photos, mais ça valait le coup d'œil! Au fait, je ne l'ai pas précisé mais... aujourd'hui aussi, notre guide est en tongs! Il se fait littéralement dévorer par les sangsues, mais il perd à peine une goutte de sang... nous ne sommes définitivement pas fait du même bois.


Allez, hop hop hop, c'est parti pour la deuxième boucle! Nous longeons d'abord un étang, puis marchons dans une pinède, avant d'arriver au mini world's end, décrit comme un point de vue fabuleux sur les alentours... Ouais, c'est beau la théorie, mais aujourd'hui, il fait pas loin des 30 degrés, et la brume de chaleur est bien installée! Du coup, nous sommes un peu déçu, il n'y a pas ce côté "wahou!" que nous avons déjà eu dans le massif central en France par exemple...

 Mini World's end

C'est la fin, il ne reste plus qu'à dire au revoir au fidèle Noodles, qui nous aura tout de même suivi sur 12km, prenant à cœur notre sécurité en chassant singes et sangliers de la route! 😄

Nous remontons dans le tuktuk et rentrons au lodge (ça fait du bien de s'asseoir !), notre pauvre véhicule peine toujours dans les montées, on a vraiment envie de l'aider, mais c'est un brave véhicule, qui fini par nous mener à bon port après une petite pause King Coconut bien venue pour nous.

La journée se termine par un bon moment détente, on adore vraiment ce lodge!

 Détente
16
mars

Aujourd'hui, nous devons visiter la grande ville de Kandy, la deuxième ville la plus peuplée du pays. Le départ est décidé pour 9h (nous aurions aimé 8h, Kasun a proposé 10h, la poire est coupée en deux!). Nous quittons avec regret notre cabane dans la forêt du Polwaththa écolodge après un super petit déjeuner, et prenons la voiture pour une heure et demi de route. La circulation est difficile, car les files d'attente pour les stations essence sont extrêmement longues et dépassent parfois sur plusieurs centaines de mètres sur la route...

 Au revoir!
• • •

Nous arrivons au jardin botanique royal de Peradeniya, 60ha, plus de 4 000 spécimens de plantes en tout genre, et considéré comme l'un des plus beaux d'Asie, ça promet! L'entrée est à 2 000 roupies par personne, pour 2 heures de visite : nous y passons allègrement 3 heures, tout est magnifique! Seule petite déception, la serre aux orchidées... les espèces présentées ne sont pas très exotiques pour nous, car toutes disponible en jardinerie en France. Les plantes sont superbement entretenues, et chaque secteur nous fait voyager.

Les jardins sont très variés, et répartis par type de plantes : collection de palmiers, de bananiers, d'agave, bambouseraie (la diversité des couleurs est étonnante!), ... Mention spéciale pour les allées bordées de palmiers géants absolument écrasants, et coup de ♥ pour la jungle de fougères!

Palmier royal de Cuba - Roystonea regia
Palmiers à sucre - Borassus flabellifère
Palmiers royaux des Caraïbes - Roystonea oleracea
" Une grande allée avec plein de palmiers"
 Graphique
Bambouseraie 
 Jungle urbaine

On trouve également quelques jardins thématiques comme roseraie, serre à cactées et à orchidées, jardin médicinal par exemple... et même une collection d'herbes!

Roseraie 
 Serre des orchidées
Serre désertique 

Je crois que mon coup de cœur va à l'eucalyptus arc en ciel, j'adore ses couleurs!

 Détails d'arbres
 Fleurs multicolores

Niveau faune, nous sommes également gâtés : de superbes papillons, libellules et oiseaux, dont de beaux petits passereaux noir et orange, j'adore! Il y a également quelques habitants plus impressionnants: une colonie de renards volants, d'énormes chauve-souris, heureusement frugivores, mais quand même...

 Renards... volants!
Minivet écarlate ♀ - Pericrocotus speciosus
Grand Minivet ♂ - Pericrocotus flammeus
Gobemouche
Corbeau familier - Corvus splendens
Tourterelle tigrine - Spilopelia chinensis
Gobemouche de Tickell - Cyornis tickelliae
Shama dayal ♀ - Copsychus saularis
Shama dayal ♂ - Copsychus saularis
Bulbul à ventre rouge - Pycnonotus cafer
Zostérops oriental - Zosterops palpebrosus
Capucin domino - Lonchura striata
Martin triste - Acridotheres tristis
Cratérope affin - Argya affinis

Bon, après 3 heures dans le parc, nous nous décidons à sortir : il se fait faim, et Kasun attend comme d'habitude dans la voiture... Nous prenons la direction du centre de Kandy, et passons à table vers 14h15. Cette fois, nous avons compris le truc vu les énormes portions servies, et commandons un plat pour deux, mais il en reste quand même un bon tiers à la fin !

16
mars

Vu l'heure, nous n'aurons pas le temps de visiter le temple de la dent dans de bonnes conditions avant d'aller voir le spectacle de danse traditionnelle qui débute à 17h, nous choisissons de faire le tour du lac, d'environ 4km, et qui regorge lui aussi d'oiseaux en tout genre, mais pas que! Nous y voyons aussi poissons, tortues, et d'énormes chauve-souris et varans. Le paysage est très joli également, même s'il est franchement difficile de faire abstraction du bruit omniprésent de la route très passante à quelques mètres de nous...

Varan malais - Varanus salvator
Varan malais - Varanus salvator
Varan malais - Varanus salvator
Varan malais - Varanus salvator
Attention aux phobiques! 
Cormoran à cou brun - Phalacrocorax fuscicollis
Cormoran à cou brun - Phalacrocorax fuscicollis
Cormoran à cou brun - Phalacrocorax fuscicollis
Cormoran à cou brun - Phalacrocorax fuscicollis
 Noir sur noir... ou presque
Martin-chasseur de Smyrne - Halcyon smyrnensis
Corbeau indien - Corvus culminatus
Râle à poitrine blanche - Amaurornis phoenicurus
Martin-pêcheur d'Europe - Alcedo atthis
? Martin-pêcheur méninting ?- Alcedo meninting ?
Mainate indien - Gracula indica
Pigeon biset - Columba livia
Écureuil palmiste -Funambulus palmarum
 Un intrus dans les photos!
Pélican à bec tacheté - Pelecanus philippensis
Pélican à bec tacheté - Pelecanus philippensis
Aigrette garzette - Egretta garzetta
Aigrette garzette - Egretta garzetta
Aigrette garzette - Egretta garzetta
Aigrette garzette - Egretta garzetta
Crabier de Gray - Ardeola grayii
Crabier chinois - Ardeola bacchus
Bihoreau gris - Nycticorax nycticorax
• • •

À 17h, nous retrouvons notre chauffeur qui nous a réservé des places (1 000 roupies par personne pour une heure de spectacle), et heureusement, car il y a de petits panonceaux de réservations sur toutes les places des premiers rangs (dont deux pour nous, du coup!).

Les danses sont belles et les costumes spectaculaires, nous ne voyons pas le temps passer.

Chaque tableau est sensé représenté une danse différente, et nous avons un flyer en français qui explique l'origine des différentes danses : c'est super appréciable! Seul léger bémol, les danses ne sont visiblement pas dans l'ordre du papier 😅 Les pas des hommes sont plutôt acrobatiques, celles des femmes dynamiques mais "au sol".

La danse des masques Nagaguru est, je trouve, particulièrement impressionnante, et je suis contente d'enfin voir "en vrai" les masques que nous voyons partout dans les boutiques de souvenirs.


La présentation se termine par une démonstration de marche sur les braises et cracheurs de feu; ça me rappelle nos fêtes médiévales!

Nous allons nous installer à la Guest house, Villa 49, une magnifique maison kandienne refaite par son propriétaire de ce qu'on a compris. La chambre est superbe! Par contre, nous avons eu pitié du propriétaire... Il a absolument tenu à monter nos deux valises en même temps dans notre chambre, au 4e étage, on a cru qu'il allait faire un infarctus! 😱

 Maison de rêve

Vient maintenant le temps de l'aventure : nous sommes en ville, il est donc convenu que nous nous débrouillons pour aller nous chercher le dîner. Ça tombe bien, nous avons juste envie d'un petit truc à grignoter comme on en trouve hyper facilement... enfin c'est la théorie! Parce que visiblement, à 19h30, tout a déjà été dévalisé, nous ne trouvons pas le café que Kasun nous a conseillé, ni le restaurant de ce midi (pourtant nous sommes passés devant, mais il paraît fermé...), ni quoi que ce soit... nous sommes dépités, et allons voir au supermarché, où nous ne trouvons pas de sandwich ou équivalent, mais au moins des bananes et à boire. Nous finissons par nous rabattre, avec un peu de honte j'avoue, vers un Domino's pizza, qui s'était perdu là 🤫 Avec tout ça, nous avons refait l'équivalent d'un tour de lac, et au final, en rentrant, nous voyons que l'hôtel restaurant situé à, allez, 100m de la Villa49, propose des plats à emporter 🤪😅 nous nous sentons un peu boulet, mais pas grave!

Bonne nuit tout le monde!

17
mars

Je suis bien embêtée pour vous raconter cette journée, je ne sais pas par quel bout commencer... Comme un goût d'être passés à côté...

Nous allons visiter le temple de la dent de Kandy, l'un des deux lieux les plus importants pour le bouddhisme dans le pays, avec le Bodhi Tree à Anuradhapura. Comme très souvent ici, la visite est gratuite pour les Cinghalais et payante (2 000 roupies par personne) pour les étrangers, mais le site est très bien entretenu, et comprend plusieurs musées en plus du temple en lui même. Aujourd'hui, c'est jour férié, le temple est rempli de croyants venus prier leur dieu, et la file d'entrée est séparée en deux: femmes d'un côté, hommes de l'autre. Kasun fait signe à Tim de le suivre, et ils m'attendent de l'autre côté, c'est long 5 minutes à attendre dans une file toute seule... d'autant que les personnes devant moi m'ont doublée sans vergogne lorsque je me suis mise au bout de la file, et que celles de derrière me poussent à peu près toutes les 30 secondes, j'adore. Arrivée au contrôle, ils me demandent mon numéro de passeport... mais c'est Tim qui l'a, et comme on ne lui a rien demandé, à lui, il ne pense pas à me l'apporter, et je ne peux pas l'appeler car il est hors de portée de voix. Une fois un numéro donné vaguement de mémoire, une policière m'interpelle, afin de refixer mon châle, qui ne couvrait pas assez visiblement. Elle a l'air fort sympathique, mais la situation est un peu stressante pour moi. Ça y est, je retrouve enfin les deux autres!

 Parc extérieur

Kasun nous a dit qu'il nous accompagnait aujourd'hui afin de ne pas se perdre, donc nous lui faisons confiance et le suivons, mais visiblement, nous sommes loin d'avoir vu tout ce que le temple de la dent avait à offrir...

Détails 

La ferveur religieuse est impressionnante, nous sommes je crois au milieu d'une cérémonie, ça grouille de vie! Après avoir vu l'un des musée, nous nous dirigeons vers l'étage où les coffrets, dont l'un contenant la dent de Bouddha, sont visibles. Il y a une grande queue, plusieurs touristes coupent la file en doublant, le chauffeur nous fait signe de les suivre, mais nous préférons attendre avec tout le monde, et je vois au regard de la petite mamie devant moi que l'attention est très appréciée !

 Salle de la dent de Bouddha

Ensuite, nous allons voir un petit Bouddha en pierre précieuse, puis une ancienne bibliothèque contenant le plus vieux livre connu du Sri-Lanka. Les couloirs sont petits, presque intimes malgré la foule, la plupart des visiteurs du jour, bouddhistes, font des donations. Les photos sont interdites dans ces lieux, et un moine veille au grain. Nous le voyons d'ailleurs interpellé vivement une dame, puis la "poursuivre" lorsqu'elle fait mine de s'en aller : il l'a vu prendre des photos avec son smartphone, et il l'oblige à les supprimer devant lui. Le manquement aux règles de cette femme ne m'étonne pas, elle était juste derrière moi lors de notre passage dans ces deux endroits privilégiés, et a passé son temps à me pousser, me bousculer, et m'a même plusieurs fois marcher sur les pieds! Pourtant, j'ai bien essayé de me mettre sur le côté pour qu'elle passe... C'est très dommage que mon niveau d'anglais ne m'ai pas permis de lui dire que Bouddha ne l'entendait pas mieux si elle me grimpait dessus!

Le temple est magnifique, mais nous laisse, sans que nous ne sachions pourquoi, une impression mitigée, peut être par l'impression de déranger?

• • •

Nous prenons ensuite la route vers Nuwara Eliya, située en montagne dans le "pays du thé ".

Nous nous arrêtons en route dans une fabrique choisie par Kasun, et visitons l'atelier. Malheureusement, nous ne pourrons pas tout voir, le jour étant férié, il n'y a pas de feuilles à sécher, mais la visite reste intéressante. Viens ensuite le temps de la dégustation, avec 8 thés différents, un thé blanc, un thé "golden" dérivé du thé blanc, un thé vert, et 5 thés noirs de différentes intensités. Vous pouvez admirer la tête de Tim face au thé noir le plus fort...

Retour sur la route de montagne, pour mon plus grand malheur. Heureusement, un petit arrêt est fait en route, et nous voyons au loin une jolie cascade. Après relecture du programme le soir, il était prévu d'y aller mais nous nous sommes contentés de la voir de loin, et le panorama est déjà magnifique! Le temps qui tourne à l'orage fait un très beau ciel, même si le vert des champs de thés et les rizières ressort moins qu'au soleil.

• • •

Allez, nous voilà enfin à Nuwara Eliya! Nous sommes ravi de retrouver un climat plus frais, car avec ses 1900m d'altitude, la ville permet une température d'environ 20°C qui nous convient très bien! Le chauffeur nous laisse le choix: le lac, le centre ville ou l'hôtel. Nous prenons la (mauvaise) décision d'aller au lac, en nous disant que ce serait certainement un beau coin de nature... Erreur ! Déjà, il faut savoir que le tour du lac est appelé le parc Gregory, et qu'il est payant (400 roupies par personne). Bon, moi, ça m'agace un peu qu'on fasse payer l'entrée d'un parc, mais à la rigueur, certains sont splendides! Ouais, bah pas celui là... on a l'impression de marcher dans une poubelle, il y a des déchets absolument partout, les nénuphars sont envahis de bouteilles plastiques, bref, c'est la catastrophe! Et c'est hyper dommage, parce que le parc n'est pas mal aménagé, les allées sont fluides, le lac est beau, l'ambiance très vivante et sympa (même si les jet skis c'est pas trop notre truc...). Et puis on a eu l'idée saugrenue de vouloir aller aux toilettes 🚻. On s'est contenté d'ouvrir la porte, se regarder, et la refermer, pourtant, on est pas les plus chochottes...

Moineau domestique - Passer domesticus
Moineau domestique - Passer domesticus
Pioupious... et déchets, malheureusement 

Il est 16h, apparemment un peu tard pour visiter le centre ville. Tant pis, nous irons demain!

Cette nuit, ce sera le Tealeaf Retreat de Nuwara Eliya pour nous. La chambre est toute choupi, comme le grand père qui nous reçoit, par contre, pour la vue, il faut bien choisir sa fenêtre! 🙈

18
mars
 Depuis la fenêtre : paysages

Nous commençons la journée tranquillement par l'observation du lever de soleil sur le temple d'à coté et les plantations de thé, puis prenons le petit déjeuner : œufs, saucisses épicées et... du Nescafé! Dommage dans un hôtel qui s'appelle le Tealeaf... Nous ne le buvons pas, car nous n'aimons pas, ce qui inquiète l'adorable serveur, qui nous apporte ensuite du thé en chambre pour le pas nous laisser sur une mauvaise note. Vraiment gentil! Nous devions faire une randonnée aux Horton's plains aujourd'hui, mais l'activité était relativement chère (location d'une jeep pour se rendre au point de départ et frais d'entrée du parc national de 15 dollars chacun), le tout pour faire une randonnée non guidée (mais très bien balisée) de 8km afin de voir, si le brouillard le permet, de beaux paysages et le fameux "World's End... mais notre rando dans les Knuckles nous a échaudé, et nous avons peur de ne rien voir. Ce sera donc une journée cool!

Martin triste - Acridotheres tristis
Coq de Lafayette - Gallus lafayettii
Mésange indienne - Parus cinereus
Cratérope affin - Argya affinis
Depuis la fenêtre : les pioupious

Nous allons faire un tour dans le centre ville de Nuwara Eliya. La ville fut découverte en 1819 par les britanniques, qui furent séduits par son climat bien plus doux que le reste du Sri Lanka. Ils en ont donc fait une station d'altitude très réputée, façon sanatorium. Ils y ont également importé nombres de légumes qui ne poussaient pas dans le reste du pays, et que l'on retrouve maintenant encore sur les étales de bord de route! On y trouve maintenant un golf, ainsi que le seul hippodrome de l'île, mais surtout de superbes manoirs coloniaux de type victorien. La poste est même réputée pour être l'une des plus belles du monde!

Nous ne sommes pas hyper convaincus par la ville, malgré de magnifiques bâtiments, mais nous essayons de ne pas rester sur notre mauvaise impression de la veille et tentons le parc Élisabeth. A nouveau 400 roupies par personne, mais cette fois, ça vaut le coup! Le parc de 10 hectares est adorable, et très bien aménagé et entretenu. C'est un très beau jardin à l'anglaise datant de la seconde moitié du XIXe siècle, absolument plein d'oiseaux et écureuils. Bon, on retrouve tout de même les déchets habituels, mais en beaucoup moins grand nombre...

 Au cordeau
Écureuil palmiste -Funambulus palmarum
Écureuil palmiste -Funambulus palmarum
Écureuil palmiste -Funambulus palmarum
Batracien, guêpe, et écureuil sur petites fleurs! 
Sittelle veloutée - Sitta frontalis
Shama dayal - Copsychus saularis
Pomatorhin de Ceylan - Pomatorhinus melanurus
Zostérops de Ceylan - Zosterops ceylonensis
Martin triste - Acridotheres tristis

Nous prenons ensuite la route en direction de la gare de Nanu Oya, pour prendre le train jusqu'à Haputale, soit environ 2 heures de transport. Le train est prévu à 12h40, mais arrive avec 30 minutes de retard... Nous sommes ravis des petites grignotes que nous avons trouvé pour nous remplir l'estomac en attendant le train! Je ne pense pas pouvoir charger les photos aujourd'hui, du coup vous n'avez que celles de mon téléphone, désolée ! (Edit 04/05 : ça y est, j'ai trier mes photos sur PC!)

Le paysage est vraiment beau, mais nous n'avons pas de place assise, il aurait fallu réserver en avance. Du coup, je suis à la bonne hauteur, mais Tim ne voit pas grand chose... et les places debout à côté des portes ouvertes sont prises d'assaut par des instragrameuses, de celles que je n'aime pas, qui se mettent en danger pour avoir la photo la plus spectaculaire... moi j'aime tout de même beaucoup le trajet, Tim moins... il faut dire que j'y vois un autre avantage : en train, je ne suis pas malade!

Nous arrivons à Haputale, et nous nous installons à l'hôtel, le Leisure Mountain View, et la vue est splendide! Enfin, quand on est pas totalement dans les nuages, mais la chambre reste super agréable par tous les temps.

La journée est sensée être fini, mais il est 15h30... c'est tôt ! Nous devions partir voir le Lipton's Seat, mais on nous explique que c'est trop tard, Nous en profitons pour passer un appel à Catherine, de Maï Globe travel, qui souhaite avoir des nouvelles, et l'interrogeons sur les visites guidées qui pour nous étaient incluses : c'était bien le cas, nous n'aurions pas du payer de supplément pour le guide à Anuradhapura, et devions être accompagnés sur tous les autres lieux... C'est bien ce qu'on avait en tête, et nous regrettons de ne pas avoir appeler plus tôt, mais nous ne pouvons nous en prendre qu'à nous.

Nous partons nous promener aux alentours de l'hôtel, sur le chemin entre les plantations de thé. C'est un magnifique endroit, extrêmement vert, et les nuages amènent un côté mystérieux très sympa.

Bon, après, j'ai vu qu'il y avait des pics verts dans les arbres, du coup branle bas de combat, notre nouvelle mission est de réussir à les prendre en photos! Juste un détail, mais je n'ai pris que mes objectifs pour le paysage, bien sûr, sinon c'est pas drôle! On finit par en voir un pas trop loin, et c'est plus ou moins dans la boîte ! Nous décidons de revenir sur nos pas afin d'être de retour avant la nuit, et je sens une bonne démangeaison sur la cheville : super, des orties... au bout de 5 minutes, ça ne passe pas, je regarde, et... sangsue!! Beurk! Du coup, on peut vous partager que le cinq sur cinq tropic, ça fonctionne sur les sangsues 😅

Pic striolé - Picus xanthopygaeus

J'avoue que ça m'a un peu refroidit, mais c'était quand même un super moment... et nous voyons la voiture de Kasun à l'hôtel. C'est étonnant, car la plupart du temps, il ne reste pas après nous avoir déposé, et nous avons marcher une grosse heure. En réalité, il est venu nous expliquer à quel point ce n'est pas sa faute si l'agence ne paie pas assez pour les guides annexes, ni pour lui d'ailleurs, et qu'il ne peut pas nous expliquer sur les sites culturels car nous ne parlons pas très bien anglais et qu'on se débrouille bien mieux avec notre livre... On y passera une grosse heure, et là, visiblement, notre anglais ne pose pas de problème. Moi qui déteste le conflit, je suis servie, et il nous reste presque 10 jours de voyage avec le chauffeur, je sens que ça va être long!

Heureusement le réconfort vient ensuite avec un kotthu et des Noodles, mais ils nous prennent vraiment pour des ogres!

19
mars

Aujourd'hui, c'est rando! Nous partons marcher dans les champs de thés autour de Haputale. Nous partons à 8h30, mais ne connaissons ni la distance, ni le temps prévu... On verra bien. Le terrain est plutôt facile, nous sommes tantôt dans les arbres, tantôt dans les plantations, et le tout avec ou dans nuages. La balade est super agréable, nous nous rendons à peine compte que ça monte, et la vue est top!

Sur le chemin, nous croisons des cueilleuses de thé, avec leur sac sur le dos. Elles n'ont pas intérêt à chaumer : elles doivent cueillir 20kg de feuilles 🍃 par jour, et les terrains sont escarpés! Sans compter les sangsues..

Au fil de la balade, le guide se prête au jeu de la recherche des oiseaux, c'est très sympa.

Calotes calotes
Calotes calotes
Calotes calotes
Buse variable - Buteo buteo
Buse variable - Buteo buteo
Cratérope de Ceylan - Argya rufescens
Guêpier de Leschenault - Merops leschenaulti
Minivet oranor - Pericrocotus cinnamomeus
Guêpier à queue d'azur - Merops philippinus
Mésange indienne - Parus cinereus
Tarier pie - Saxicola caprata
Shama dayal - Copsychus saularis
Gobemouche de Ceylan - Eumyias sordidus

La pause pique nique est prévue devant un autel hindou où ils tuent poulets et chèvres... ambiance, ambiance!

• • •

Au final, nous aurons fait 14km, pas si mal! Notre chauffeur nous récupère, et nous prenons la route vers Tissamaharama et le parc de Yala que nous visiterons demain. Sur la route, nous nous arrêtons une petite heure à Ella, car Kasun souhaite aller manger. Un peu d'exploration, un Milkshake ananas pour Tim, un latte glacé pour moi, et il faut déjà repartir.

 Ella

Nous croisons également une superbe cascade, que nous prenons en photo avec plaisir, puis c'est la fin des routes de montagne, ouf!

Pour finir, nous arrivons à Tissamaharama, où nous nous installons au Blue Turtle Hôtel, vraiment très sympa!

20
mars

Aujourd'hui, le départ est prévu à 5h30, ça pique encore, mais la motivation est là : nous partons à la journée faire un safari au parc national de Yala!

Divisé en 5 blocks, ce parc est le deuxième plus grand du pays après Wilpattu, mais il est surtout connu pour deux choses : sa population de léopards🐆, qui serait l'une des plus denses du monde, et des files de jeeps énorme (justement devant ces mêmes gros chats...). C'est en effet le parc le plus visité du Sri Lanka, car on trouve sur ses 978 km² non seulement une quarantaine de léopards rien que sur le block I, mais aussi des éléphants dont certains avec des défenses, et un grand nombre de cervidés. Nous avons du mal à trouver des informations sur les différents blocks et leur ouverture au public, nous savons que nous allons au block I, mais nous pensions en voir au moins deux dans la journée, au final nous restons sur le même tout du long.

Nous sommes un peu effrayés par l'idée des embouteillages, mais nous avons été extrêmement chanceux à Wilpattu et avons déjà vu deux léopards (enfin plutôt un et demi... 😜), donc nous demandons au chauffeur de s'éloigner des autres jeeps, quitte à ne pas voir de panthères, afin de profiter de la nature.

Nous entrons dans le parc à 6h, et avons déjà croisé un attroupement de jeeps avant même l'entrée officielle du parc, certainement pour un léopard, mais avons décidé de ne pas nous arrêter : nous aurions été, je crois, la 15e voiture de la file...

Nous prenons très rapidement des chemins de traverse, et nous retrouvons seuls. Notre chauffeur a des yeux de lynx, et repère un sacré nombre d'oiseaux, dont un couple d'oiseaux de paradis, et toute la collection de guêpiers! On les voit surveiller leurs nids, simples trous dans la terre, et en chasser de gros varans, ils n'ont pas froid aux yeux.

Tchitrec de paradis ♂ - Terpsiphone paradisi
Tchitrec de paradis ♂ - Terpsiphone paradisi
Tchitrec de paradis ♀ - Terpsiphone paradisi
Tchitrec de paradis ♂ - Terpsiphone paradisi
 Oiseaux de paradis
Guêpier d'Orient - Merops orientalis
Guêpier d'Orient - Merops orientalis
Guêpier à queue d'azur - Merops philippinus
Guêpier de Leschenault - Merops leschenaulti
Guêpier de Leschenault - Merops leschenaulti
Guêpier de Leschenault - Merops leschenaulti
 Farandole de guêpiers
Colombar à double collier - Treron bicinctus
Colombar à double collier - Treron bicinctus
Colombar à double collier - Treron bicinctus
Colombar à double collier - Treron bicinctus
Tourterelle tigrine - Spilopelia chinensis
 Dans la famille des pigeons, je voudrais...

Soudain, il voit une trace dans le sable : un gros coussinet plus 4 petits, pas de traces de griffes...🐆 léopard! Il se met à un endroit stratégique, et nous attendons en observant les oiseaux qui passent, notamment un paon qui se pavane devant la voiture. Le chauffeur regarde tranquillement dans son rétroviseur, et se retourne rapidement : le gros chat à pois traverse la route derrière nous! On se précipite sur nos appareils photos, mais je vois dans le viseur que j'ai le temps, il a décidé de rester sur la route et se dirige droit vers nous. Je suis fébrile, je peste contre la carte mémoire que j'ai récupéré et qui est moins puissante, me limitant dans les rafales (l'autre ayant décidé de ne plus détecter mon appareil, elle a fini avec Tim)... Le moment est exceptionnel, nous sommes seuls avec lui durant quelques minutes, puis deux autres jeeps arrivent, dont l'une qui tombe en panne peut être 20 mètres avant l'endroit où le léopard s'est posé à l'ombre... j'imagine à peine leur frustration! Notre chauffeur a prévenu les autres, qui arrivent petit à petit, et nous nous retrouvons à une dizaine de jeeps, avant qu'il se lève et disparaisse dans les buissons. Et paf, moi qui devait me limiter dans les photos, me voilà avec une grosse centaine de prises... va falloir que je me calme!

Léopard du Sri Lanka - Panthera pardus kotiya
Show félin 

Nous repartons tranquillement, et sommes très rapidement seuls à nouveau. C'est un festival d'animaux, nous en prenons plein les yeux, et le chauffeur est vraiment top!

Cerf sambar - Rusa unicolor
Cerf sambar - Rusa unicolor
Chital -Axis axis
Chital -Axis axis
Chital -Axis axis
Chital -Axis axis
 Cervidés et cochons sauvages

Nous profitons même de quelques interactions inter-espèces... Plus ou moins profitable aux protagonistes!

 Entre-aide... ou prédation!

Nous voyons un sacré nombre d'oiseaux en tout genre, des langurs gris, plusieurs reptiles, des buffles, ... La diversité est impressionnante, il n'y a que très peu de temps morts.

Varan du Bengale - Varanus bengalensis
Varan du Bengale - Varanus bengalensis
Varan du Bengale - Varanus bengalensis
Crocodile des marais - Crocodylus palustris
Crocodile des marais - Crocodylus palustris
 Reptilarium grandeur nature
Buffle d'Asie - Bubalus bubalis
Buffle d'Asie - Bubalus bubalis
Mangouste indienne grise - Herpestes edwardsii
Buffle d'Asie - Bubalus bubalis
Buffle d'Asie - Bubalus bubalis
Buffles énormes et petit intrus! 
Paon bleu ♀ et petits - Pavo cristatus
Paon bleu ♂ - Pavo cristatus
Hirondelle de Ceylan - Cecropis hyperythra
Calao de Malabar - Anthracoceros coronatus
Drongo cendré - Dicrurus leucophaeus
Petit Iora - Aegithina tiphia
Bulbul à ventre rouge - Pycnonotus cafer
Coucou koël - Eudynamys scolopaceus
Cigogne épiscopale - Ciconia episcopus
Martin-chasseur de Smyrne - Halcyon smyrnensis
Malcoha sirkir - Taccocua leschenaultii
Pie-grièche écorcheur - Lanius collurio
Pseudotraquet indien - Copsychus fulicatus
Étourneau roselin - Pastor roseus
Huppe fasciée - Upupa epops
Loriot à capuchon noir - Oriolus xanthornus
Milan sacré - Haliastur indus
Aigle huppé - Nisaetus cirrhatus
Langur gris - Semnopithecus entellus
Langur gris - Semnopithecus entellus
Langur gris - Semnopithecus entellus
Langur gris - Semnopithecus entellus
Langur gris - Semnopithecus entellus

Vient le temps de la pause repas de deux heures, imposée par le parc afin que les animaux aient un temps de répit au milieu de la journée. Le lieu est juste idyllique! Une immense plage de sable fin, quelques cabanes de pêcheurs, des rochers, la mer tiède et turquoise... Le rêve, abstraction faite des déchets, évidement, mais nous regrettons de ne pas avoir été prévenu, nous aurions adorés nous baigner!

Nous nous attendions à un petit pique nique, c'est en fait un véritable "buffet pare-buffle" qui nous est proposé, avec Rice and curry froid et fruits frais. Quand on vous dit que c'est top...

Buffalo-buffet 
Milan sacré - Haliastur indus
Faune de plage 

Nous repartons à 14h, les paysages du parc sont toujours aussi beaux mais le soleil tape sacrément, on a dépassé les 30 degrés. Les animaux restent à l'ombre, ou au frais dans l'eau.

 Tous en groupe
Pélican à bec tacheté - Pelecanus philippensis
Cormoran de Vieillot - Microcarbo niger
Cormoran de Vieillot - Microcarbo niger
Grand Oedicnème - Esacus recurvirostris
Spatule blanche - Platalea leucorodia
Bec-ouvert indien - Anastomus oscitans
Marabout chevelu - Leptoptilos javanicus
Tantale indien - Mycteria leucocephala
Héron cendré - Ardea cinerea
Échasse blanche - Himantopus himantopus
Chevalier guignette - Actitis hypoleucos
Héron pourpré - Ardea purpurea
Dendrocygne siffleur - Dendrocygna javanica
Ibis à tête noire - Threskiornis melanocephalus
Héron intermédiaire - Ardea intermedia
Héron intermédiaire - Ardea intermedia
Chevalier stagnatile - Tringa stagnatilis
Chevalier sylvain - Tringa glareola et Chevalier gambette - Tringa totanus
 Photos individuelles
Éléphant du Sri Lanka - Elephas maximus maximus
 À la patouille!

Nous assistons à une scène surprenante : un couple de petits oiseaux, des "robin" apparemment, attaquant un rapace énorme!

Rhipidure à grands sourcils - Rhipidura aureola vs Aigle huppé - Nisaetus cirrha
 Aigle huppé vs Rhipidure à grands sourcils

Il est 16h30, et Kasun nous annonce que nous sommes très près de la sortie, nous avons donc le choix : continuer le safari, ou rentrer en avance. Vous imaginez bien notre réponse...

C'est donc reparti pour un tour! Et nous n'avons aucun regret, car... nous voyons un deuxième léopard! Il est splendide, calé entre deux rochers, et nous restons encore une fois 5 bonnes minutes seuls avec lui... puis c'est la folie! Des dizaines de jeeps font la queue, la piste forme heureusement comme un rond point en face du rocher ce qui permet aux voitures de bien s'organiser. Nous nous sommes un peu écarté, et sommes au zoo humain! Le léopard toise toujours toute cette agitation et reste en place, pendant que nous nous payons le luxe de regarder des petits oiseaux. 🦚

Souimanga à croupion pourpre - Leptocoma zeylonica
Souimanga à croupion pourpre - Leptocoma zeylonica
Souimanga à croupion pourpre - Leptocoma zeylonica

Nous demandons rapidement au chauffeur de nous éloigner, nous ne voulons pas gâcher nos derniers moments de safari, mais pour le coup il souhaite rester un long moment, car c'est encore lui qui a prévenu les autres jeeps et il observe qui est venu sur son appel.

Nous prenons la direction de la sortie, et terminons la session par une rencontre avec un énorme mâle éléphant, qui visiblement est en "must", c'est-à-dire en recherche de femelles. C'est là qu'on voit que les éléphants d'Asie sont plus cools que ceux d'Afrique, car il passe à peine à deux mètres de notre jeep sans aucune agressivité, ce qui aurait été impossible avec un mâle d'Afrique en must!

Ça y est, c'est fini pour aujourd'hui, quelle journée! Nous avons encore une fois été très chanceux 😎 Le retour, par contre, fut mouvementé! Pas de ceinture et un chauffeur qui fonce sur les routes... Moi, crispée? Jamais!

21
mars

Ce matin, rebelotte, réveil à 4h45 pour un départ à 5h30, et bah ça pique de plus en plus! 😅 Nous partons au parc de Bundala, très réputé pour ses oiseaux. Nous avions fait un "devis" avec l'hôtel, mais Kasun nous a proposé une alternative moins chère (17 500 roupies contre 19 500), nous sommes donc parti avec la connaissance de notre chauffeur. La jeep est top! Alors certes, ça ne fait pas voir plus d'animaux, mais pour les chaos de la route, c'est 'hachement mieux...

Nous arrivons à l'entrée du parc, et sommes seuls, c'est à la fois très agréable et un peu inquiétant. En même temps, les oiseaux, ça ne soulève pas les foules...

Nous sommes face à de superbes paysages de salines et marais salants, l'espace du parc est d'ailleurs exploité pour le sel. L'eau est rose par endroit, c'est magnifique.

Niveau animaux, c'est par contre un peu la déception : nous avons l'impression de voir les mêmes oiseaux qu'à Yala, tous les autres animaux en moins...

Parade toujours spectaculaire 
Coq de Lafayette - Gallus lafayettii
Tourterelle tigrine - Spilopelia chinensis
Cratérope de Ceylan - Argya rufescens
Corbeau familier - Corvus splendens
Pie-grièche schach - Lanius schach ?
Hirondelle rustique - Hirundo rustica
Hirondelle rustique - Hirundo rustica
Bergeronnette de Béringie - Motacilla tschutschensis
Timalie aux yeux d'or - Chrysomma sinense
Les "classiques" et les petits pioupious
Guêpier à queue d'azur - Merops philippinus
Guêpier d'Orient - Merops orientali
Guêpier d'Orient - Merops orientali
Guêpier de Leschenault - Merops leschenault
 Guêpiers, festival de couleurs
Énorme crocodile! 

Nous avons tout de même d'excellents moments, comme ce Martin pêcheur qui a attrapé un poisson devant nous, un autre qui nous a fait une superbe démonstration de vol stationnaire, et de superbes rapaces.

Martin-pêcheur d'Europe - Alcedo atthis
Martin-pêcheur d'Europe - Alcedo atthis
Martin-pêcheur pie - Ceryle rudis
Martin-pêcheur pie - Ceryle rudis
Martin-chasseur de Smyrne - Halcyon smyrnensis
Martin-chasseur de Smyrne - Halcyon smyrnensis
 Dans la famille des Martins
Pygargue blagre - Haliaeetus leucogaster
Pygargue blagre - Haliaeetus leucogaster
Pygargue blagre - Haliaeetus leucogaster
Pygargue blagre - Haliaeetus leucogaster
Pygargue blagre - Haliaeetus leucogaster
Balbuzard pêcheur - Pandion haliaetus
Balbuzard pêcheur - Pandion haliaetus
Buse variable - Buteo buteo
Pygargue à tête grise - Haliaeetus ichthyaetus
 Rapaces diurnes

Nous avons vu également quelques autres "nouveautés" niveau pioupiou : un "purple swan" qui ressemble très fort à une grosse poule, des dendrocygnes (j'ai eu le malheur de les appelés canard sauvage... bah ça passe pas mieux que de dire poulet pour leur coq sauvage national!), les perruches que j'avais aperçus tellement de fois sans les photographier... La diversité d'espèce est également très importante ici, et la collection d'oiseaux d'eau est conséquente!

Perruche à collier - Psittacula krameri
Perruche à collier - Psittacula krameri
Perruche à collier - Psittacula krameri
Perruche à collier - Psittacula krameri
Perruche à collier - Psittacula krameri
Little parrot 
Dendrocygne siffleur - Dendrocygna javanica
Dendrocygne siffleur - Dendrocygna javanica
Dendrocygne siffleur - Dendrocygna javanica
Jacana à longue queue et Dendrocygne siffleur
Jacana à longue queue - Hydrophasianus chirurgus
Jacana à longue queue - Hydrophasianus chirurgus
Pluvier fauve - Pluvialis fulva
Chevalier guignette - Actitis hypoleucos
Bécassine de Swinhoe - Gallinago megala
Échasse blanche - Himantopus himantopus
Vanneau indien - Vanellus indicus
 Petits échassiers
Aigrette garzette - Egretta garzetta
Ibis à tête noire - Threskiornis melanocephalus
Anhinga roux - Anhinga melanogaster
Héron strié - Butorides striata
Héron cendré - Ardea cinerea
Bec-ouvert indien - Anastomus oscitans
Héron pourpré - Ardea purpurea
Spatule blanche - Platalea leucorodia
Aigrette garzette - Egretta garzetta
Héron intermédiaire - Ardea intermedia
Grande Aigrette, Aigrette garzette et Héron intermédiaire
Tantale indien - Mycteria leucocephala
Crabier chinois - Ardeola bacchus
 Les géants
Cormoran à cou brun - Phalacrocorax fuscicollis
Sterne caspienne - Hydroprogne caspia
Râle à poitrine blanche - Amaurornis phoenicurus
Grand Oedicnème - Esacus recurvirostris
Talève à tête grise - Porphyrio poliocephalus
Talève à tête grise - Porphyrio poliocephalus
Pélican à bec tacheté - Pelecanus philippensis

Quelques mammifères nous rendent visites, dont des buffles, mais pas d'éléphants cette fois ci. Nous rencontrons également deux bandes de singes, langurs et macaques, installés sur deux arbres voisins, et nous sentons que le climat est proche de la guerre de voisinage!

Mangouste de Smith - Herpestes smithi
Mangouste de Smith - Herpestes smithi
Langur gris - Semnopithecus entellus
Lièvre indien - Lepus nigricollis
Lièvre indien - Lepus nigricollis