1

3 jours sont suffisants pour découvrir les incontournables d’Helsinki, capitale à taille humaine, où beaucoup de points peuvent se rallier à pied.

Dans ce dédale d'immeubles modernes, 2 cathédrales sont inévitables, la luthérienne et celle d'Ouspenski, aux styles bien différenciés, qui tranchent dans les 2 cas avec les nôtres! Les amateurs de contemporain peuvent se rendre à la chapelle de Kamppi, construite uniquement en bois.

Les cathédrales d'Helsinki 

Les bâtiments à architecture typique font principalement face à la mer. Non loin on trouve une curiosité, la grande roue-sauna, partie la plus visible d'un complexe proposant, entre autres, des piscines d'eau de mer. Reste à choisir celle à 27 ou 1°C ;)

Prendre un sauna avec des Finlandais aux manettes est une expérience... Vous aurez l'impression de cuire à feu doux, par vagues successives de vapeurs. Et grogner que la pièce est déjà bien assez chaude n'y changera rien, c'est la routine pour eux.

La ville a été protégée pendant de nombreux siècles par la forteresse de Suomenlina, une grande île barrant l’accès au port. Celle-ci est désormais classée Unesco, sa visite est très agréable, particulièrement en hiver (et en soirée). Un autre lieu à ne pas manquer: le musée national. Ce fut une bonne surprise, les animations numériques l'aide à se différencier de bien d'autres, on se cultive autant qu'on déconne: ne loupez pas le portrait du Président!

La forteresse de Suomenlina 

Coté restau, les spécialités tournent autour du saumon, du poisson frit ou encore des fruits rouges. Le bol de groseilles gelées recouvertes de nappage caramel est un dessert inattendu et qui vaut le coup!

Après cette mise en jambe, place à ce pourquoi nous sommes venu. Direction nord toute, à Ivalo bien au-delà du cercle polaire.

2

Depuis l'avion on découvre une mosaïque de forêts, lacs gelés et plaines enneigées, à perte de vue. Ce paysage se répète quasiment sur les 1000km séparant Helsinki d'Ivalo, même si du relief apparaît lors de la descente.

La 1ère étape en Laponie sera la visite du musée SIIDA, à Inari, juste au bord du lac portant le même nom. C'est un passage obligatoire pour qui souhaite s'imprégner un minimum de la culture Sami et comprendre leur origines. La faune, la flore, et la saisonnalité si particulière de cette région sont également bien décrites, en 12 parties, une pour chaque mois de l'année.

Le lieu regorge de surprises : on trouve notamment des expositions artistiques (qui ne laisseront personne indifférent!) ainsi que des peluches de saumon et de truite en boutique... et surtout un journal local en français - qui s’avéra être un guide - bon point pour la forme!

idée de doudou originale 

Maintenant que l'on maîtrise la théorie sur comment survivre dans cette contrée hostile, place à la pratique. On opte pour la rando jusqu'à l'église du lac, facile à trouver dans les guides Lonely et autres. Une fois rendu sur le chemin, le plus compliqué c'est d'y rester! C'est plat et les repères manquent. Après un détour improvisé de 3 km, on atteint l'église, modeste mais typique. Le retour se fait au soleil couchant, on profite des paysages nimbés de la lumière de fin de journée.

Progression en lisière du lac 


Eglise Pielpajärvi
Sur le chemin du retour 
3

Le lendemain, l'excitation règne alors que chacun enfile les vêtements couches sur couches: le jour de l'excursion avec les chiens de traîneaux est arrivé. La formule 6h - traîneau /repas/pêche sur glace - est proposée par les éleveurs d’Extrême Husky.

Après une courte explication sur le pilotage du traîneau, nous voici aux commandes d'un équipage de 5 huskys (intenables) par binôme, l'un conduisant pendant que l'autre se gèle les miches, pardon, pendant que l'autre "à tout le loisir de contempler les paysages assis dans le traîneau". Nos huskys ne sont pas les chiens gris-blanc connu de tous. Ceux-là sont des sibériens, marrons et beiges, particulièrement endurants sur longues distances. Ils sont d'ailleurs sélectionnés pour participer aux compétitions de raids sur plusieurs centaines de km.

Équipage de huskys sibériens 

Pendant 2 heures nous avons parcouru 25 km dans les collines et forêts environnantes. La conduite du traîneau est un jeu d'enfant, les chiens suivent parfaitement l'équipage de tête de notre guide. Il faut juste veiller à garder une distance entre les équipages, sauf si on tient absolument à se retrouver avec les sibériens emmaillotés dans leurs câbles =)

Pied au plancher! 
à travers les collines 

Le midi offre une pause méritée aux chiens, et une soupe de saumon pour nous! Cuisinée sous tente, au chaudron et feu de bois.

Le temps restant fut consacré à chercher un spot de pêche, chose pas si simple. Tous les forages faits sur le 1er lac n'ont donnés que des carottes de terres à la surprise générale ... Le second lac fut le bon. Tout le monde s'est vu confié une canne tout droit sortie de chez Gifi ! Dans les regards dubitatifs on pouvait lire "Si un saumon mord, il restera qu'le manche..."

Retour bredouille - quelques touches et lignes cassées, aucun poisson remonté .

La sortie se termine par une visite des chiots huskys, âgés de 4 semaines.

4

Observer des aurores boréales, c'est ramener un souvenir gravé à vie. C'est le fil rouge de tout voyage en Laponie. Elles fascinent tellement que cela donne un aspect quitte ou double au séjour.

Les premiers soirs, nous scrutons sans succès le ciel depuis notre logement, armés d'applis de prévisions indiquant que 10% de proba. Le 3e jour s’annonce comme le plus prometteur, c'est avec un petit 20% que l'on s'élance en voiture vers le nord, à la recherche de l'obscurité totale sur le lac Inari. Le parking précédemment repéré près des berges accueille déjà quelques voitures... En descendant sur le lac on tombe sur un groupe d'anglais ayant installé des trépieds, prêt à shooter. Ils nous informent qu'une tempête solaire a éclaté 3 jours avant, que c'est ce soir ou jamais.

Le ciel est encore bleu, a priori on distingue pas grand chose. On tente un réglage, vise le nord et déclenche... Voici les 2 heures suivantes en images!

1er tableau 
2nd tableau 
Bouquet final

Sacré 20% !! Bien que les couleurs soient plus ternes en réalité que sur les photos (du fait de la pose longue), l'excitation était totale, de vrais gosses ^^

5

Souhaitant faire de la motoneige nous avons opté pour un tour avec halte à mi-parcours dans un village Sami.

Après 30 minutes de slalom en forêt, nous arrivons au fameux campement. On s'aperçoit assez vite qu'il s'agit d'une reconstitution pour touristes, vu l'absence totale d'humains à part les 2 guides parés de la tête aux pieds d'habits traditionnels aux couleurs pétantes. S'en suit un mini tour de plaine en traîneau à rennes (complètements apathiques!) et leur nourrissage avec la mousse. La pause se termine par une présentation de quelques habitations typiques et une question - vivaient ils vraiment à 10 dans un espace digne d'une tente quechua 4 personnes?!

Quant aux motoneiges, leur pilotage est simple bien que les tremblements permanents du guidon finissent par tirer sur les bras. En revanche les virages serrés sont difficiles à négocier.. et 2 motos finiront dans le décor.

Le lendemain nous avons pu croiser un autre village avec quelques rennes, ceux-là étaient un peu plus vifs. Reste qu'on se demande toujours comment le père noël peut voler avec des lourdauds pareils. =)

Un renne blanc, sobrement baptisé Prozac. 
6

On ne pouvait achever ce voyage sans dévaler les pistes de la station la plus septentrionale de Finlande. Située en haut d'un tunturi (montagne arrondie et érodée), elle offre peu de pistes mais la pente est bien présente.

La spécificité du domaine : une piste de prés de 2 km réservée à la luge... que l'on a forcément voulu essayer. Et on recommande! Les sensations sont géniales, on file à toute allure quitte à devoir embrasser les filets par moments 😉

Autre curiosité, le restaurant au sommet et ses plats de poissons : Arctic Char (Omble arctique) et saumon braisé à tester absolument.

Mode Mario kart activé! 
Retour au pays. 

On revient super content de ces 9 jours. Tout le monde devrait vivre cela une fois. Malgré tout on ne retournera pas de si tôt dans ce pays car on pense avoir vu l'essentiel. Les regards se tournent maintenant vers d'autres trésors nordiques!